Archives par mot-clé : bombe

Janine Kaminski a lu pour vous « Celui qui a fait sauter le Parthénon » de Christos Chrysopoulos.

 LU POUR VOUS, EN GREC ( λύχνος n° 135, article cinq) :

Christos Chrysopoulos[1],

Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.

Καστανιώτη, Athènes, 2010.

couverture du livre : Celui qui a fait sauter le Parthénon"
couverture du livre : « Celui qui a fait sauter le Parthénon »

En 1944, un poète obscur, Georges Makris (1923-1968), aux idées avant-gardistes et révolutionnaires, avait fondé le Groupement des Saboteurs Esthétiques des Antiquités, en grec Συνδεσμός Αισθητικών Σαμποτέρ Αρχαιοτήτων (ΣΑΣΑ) et rédigé un manifeste dans lequel il proclamait : « Faisons sauter l’Acropole ! ». Ces idées trouvèrent un certain écho dans les milieux intellectuels et artistiques d’Athènes, dans l’immédiat après-guerre et, malgré leur utopie, reviennent hanter de temps à autre les meilleurs esprits, comme le montre cette nouvelle de Christos Chrysopoulos[2], né en 1968.

En Grèce, après chaque période de troubles, après chaque « μετά » – μεταπολεμικό, μεταπολίτευση…, après la Seconde Guerre mondiale, après la guerre civile, après la dictature, après le changement de régime et aujourd’hui après (ou plutôt dans) la crise resurgit le « complexe des ancêtres » (η προγονοπληξία) considéré comme responsable de la décadence intellectuelle et idéologique du pays, et sont remis en question l’histoire, la tradition, le passé. Pour Makris, le Parthénon en est le symbole déchu, devenu la marque déposée de l’exploitation politique de droite ou de gauche[3], commerciale, servant de publicité aux logos les plus vulgaires, et surtout touristique, cause de la dégradation matérielle et esthétique. Il voit dans cette préservation acharnée, temporelle et historique des Antiquités en général quelque chose d’anormal et de contraire à la vie. Donc, « il faut rendre le Parthénon à son essence éternelle, qui n’est que l’écoulement inconscient de la forme, et la transformation naturelle et riche en probabilités de la matière, qu’on appelle à tort ruine. »

Ainsi Christos Chrysopoulos imagine-t-il le passage à l’acte, aujourd’hui, d’un jeune homme dont on ne connaît que les initiales – X.K. –, et l’âge – vingt-et-un ans –, et qui partage le sentiment exprimé dans le Manifeste : « Le Parthénon nous a littéralement étouffés. »

La nouvelle est composée du monologue du poseur de bombes où il expose ses mobiles, de divers commentaires ou témoignages, en particulier celui d’un gardien de l’Acropole, et du récit dramatique d’un jeune appelé, membre du peloton d’exécution qui fusille X.K.

En épilogue, on apprend qu’un « nouveau Parthénon » a commencé d’être construit et qu’il sera achevé dans quinze mois !…

Janine Kaminski

Christos Chrysopoulis, l'auteur
Christos Chrysopoulis, l’auteur

[1]. Écrivain de la nouvelle génération que cinq romans ont déjà rendu célèbre, en particulier La journée londonienne de Laura Jackson, primé par l’Académie d’Athènes (2008). Son blog : www.chrissopoulos.blogspot.com.

[2]. Publié chez Actes Sud, sous le titre La destruction du Parthénon (traduction Anne-Laure Brisac), mars 2012.

[3]. Les opposants communistes de la guerre civile par exemple défilaient avec le slogan : « Au milieu de la fumée et des ruines nous construirons de nouveaux Parthénons »… et même sous l’occupation ennemie : en 1944, la croix gammée nazie flottait au sommet de l’Acropole.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts