Archives par mot-clé : Biville

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 29)

“Rue des boutiques obscures”

(où il sera question de l’étymologie de boutique & bodega)

  Chronique linguistique des mots grecs du français populaire ( λύχνος n° 139, novembre 2014, article quatre)✮✮✮

 

Rue des boutiques obscures, à Rome.
Rue des boutiques obscures, à Rome.

 

On ne peut que se réjouir de la gloire qui soudain frappe Patrick Modiano avec ce prix Nobel de littérature. Le titre de l’un de ses romans m’a frappé : Rue des boutiques obscures. Il s’agit en fait de la Via delle botteghe scure à Rome. Le nom de cette petite rue m’a toujours fait rêver, avec son parfum très médiéval… J’imaginais des échoppes sombres avec des artisans qui travaillent dans la pénombre. Je voyageais dans le temps.

 Et si le lecteur le veut bien, je l’inviterai au voyage.

 

Invitation au voyage

Il était une fois l’Orient. Le jour se lève. Nous sommes au IVe siècle après J.C. en Asie mineure, c’est-à-dire en Turquie actuelle. Plus précisément à Nysse, une bourgade de Cappadoce.

Le jour se lève, et les commerçants se précipitent pour aller dans le souk, ou plutôt, pour le dire en grec, dans l’ἐμπόριον [empórion]. L’appât du gain ! proteste l’évêque de l’époque, Grégoire de Nysse dans ses sermons sur le Notre Père. A l’aube, messieurs les commerçants, vous ne mettez pas tant d’énergie à prier, écrivait Grégoire de Nysse en substance, qu’à ouvrir votre entrepôt, ou pour le dire en grec, votre ἀποθήκη [apothêkê].

Cela rappelle une parabole de l’évangile à propos d’un gentleman farmer dont les propriétés agricoles sont florissantes : la récolte est tellement abondante qu’il n’a plus où l’engranger ! Que faire ? se demande-t-il. Καθελῶ μου τὰς ἀποθήκας καὶ μείζονας οἰκοδομήσω «Je détruirai mes granges et j’en construirai de plus grandes» (Luc 12,18). L’appât du gain, toujours ! Manque de chance, Dieu vient réclamer son âme à notre heureux propriétaire, cette nuit même.

En fait, le terme ἀποθήκη [apothêkê] veut dire tout simplement dépôt. La seconde partie du mot : -θήκη [thêkê] vient du verbe τίθημι ἔθηκα : «je pose», comme la βιβλιοθήκη [bibliothêkê] est un dépôt de livres. Le préfixe ἀπο- [apo] marque l’éloignement consistant à -poser à l’écart quelque chose.

 

Un dépôt de livre

 Grange, entrepôt, dépôt, on peut hésiter sur la traduction du mot. Dans un pamphlet, Lucien de Samosate, au IIe siècle après J.C., s’en prend à un ignorant qui achète des livres. L’idiot en question achète des livres parce qu’il croit, par son seul achat, pouvoir posséder ce savoir que détiennent les dépôts eux-mêmes de livres, c’est-à-dire les librairies : fétichisme consumériste très moderne (§ 5) :

τίνος οὖν ἀγαθοῦ ὠνῇ ταῦτα, εἰ μὴ καὶ τὰς ἀποθήκας αὐτὰς τῶν βιβλίων ἡγῇ πεπαιδεῦσθαι τοσαῦτα περιεχούσας παλαιῶν ἀνδρῶν συγγράμματα;

« A quoi bon achètes-tu ces (livres), sinon parce que tu penses que ces dépôts eux-mêmes de livres sont fort instruits puisqu’ils contiennent tant de traités des anciens ? » 

Il s’agit bien dans le contexte de librairie (et non de bibliothèque qui se dit βιβλιοθήκη) : il est question juste avant, au paragraphe 4, de grossistes de livres (ἐμπόροις) et de détaillants de livres (βιβλιοκαπήλοις). Il s’agit donc bien d’achat et de vente. On peut donc se demander si les commerçants du petit matin que blâme notre Grégoire de Nysse n’ouvrent pas leur échoppe, tout simplement, plutôt que leur entrepôt. Car dans le commerce de détail, le magasin est à la fois lieu de dépôt et lieu de vente. 

On remarquera à ce propos que le mot français magasin vient de l’arabe makhzan qui signifie littéralement entrepôt, du verbe khazana « stocker ». On aurait donc la même évolution de sens d’ « entrepôt » à « échoppe » dans deux cas parallèles : ἀποθήκη [apothêkê] et  magasin.

 

Pharmacie et cabaret

Le mot est passé au latin dès Cicéron, au Ier siècle avant J.C., sous la forme apothéca, avec le sens de « grange, grenier, cave, cellier… ». Bref, pas de changement notable, sauf peut–être un, une spécialisation qui va lentement émerger. L’homme qui était préposé à l’apothéca, était l’apothecarius. Le mot donnera en français l’apothicaire, c’est-à-dire celui qui à l’origine garde le dépôt des plantes médicinales à partir desquelles on fait un médicament. Mais, en français, le mot désigne « celuy dont la profession est de preparer les drogues pour la guerison des malades» comme le dit le premier dictionnaire de l’Académie française (1694). Et il cite une expression du temps : « Faire de son corps une boutique d’Apothicaire, pour dire, Prendre trop de remedes. » On ne s’étonnera pas que le mot apothéca se soit spécialisé dans le sens de « pharmacie » quand on connaît la tendance du corps médical  à chérir la langue d’Hippocrate et de Galien. Aujourd’hui encore, l’Apotheke en allemand signifie la « pharmacie ».

En espagnol, on dit cela : botica, « la boutique d’Apothicaire » pour reprendre les mots du dictionnaire précédent. Et on a un autre mot pour désigner un débit de boisson. C’est la bodega. Et cela deviendra chez les Négresses vertes une sorte d’équivalent de Dionysos dans la fameuse chanson « Sous le soleil de Bodega ». Evidemment, on a plus envie de chanter sous le soleil de Cabaret, que sous la pluie de Pharmacie. Mais cette personnification de Bodega, je l’avoue, je suis bluffé ! Dionysos les a inspirés, c’est sûr. Restons dans cette ambiance espagnole sans chercher tout de suite à expliquer le mot boutique du français.

 

Première difficulté : la chute du a initial.

Les deux mots botica et bodega forment un doublet, comme pâtre et pasteur en français, issus tous deux du latin : pastore(m) « berger ». Botíca et bodéga supposent que l’on a confondu le a- initial avec celui de l’article, quand il est apparu à la fin de l’Antiquité : illa apothéca est devenu (il)la *pothéca. Le même phénomène explique que l’on parle de l’arène en français («Galamment de l’arène à la tour Magne à Nîmes… ») tandis que l’on dit en italien la rena (qui signifie « le sable »). Jusque là rien que de banal.

 

Deuxième difficulté : le passage de p- à b-

Les choses se corsent un peu pour expliquer le passage de *pothéca à *bothéca. Frédérique Biville dans son livre Les emprunts du latin au grec, une approche phonétique, Louvain, 1990-1995, suppose ici l’influence d’un parler grec d’Italie du sud, peut-être de Tarente. Nous avons déjà rencontré ce phénomène avec la pyxis « la boîte » qui devait être prononcée [búxis][1] (comme nous l’avions expliqué dans le Lychnos n° 115, avril 2008, p. 74) ou avec Pyrrhus qui était dit Burrus.

Dans ce cas, il faut supposer que la chute du a- initial d’apothéca aurait eu lieu en grec. Or primo cela n’a pas laissé de trace en grec, on ne connaît pas de forme ποθήκη à ma connaissance. Secundo, en grec l’article est ἡ [ê] ou [i] et c’est plutôt un η initial qui a tendance à tomber, comme dans ἡμέρα [hêméra] qui devient μέρα [méra] dans l’expression καλὴ μέρα prononcée aujourd’hui [kalí méra] « bon jour ».

Il me semble plus simple de supposer qu’on a en latin tardif à la fois la disparition de l’a- initial et la transformation de p en b, comme on l’a déjà rencontré pour epíscopus « évêque »  qui devient obispo en espagnol et bishop en anglais avec chute du e- initial et sonorisation du p- en b- (voir Lychnos n° 120, juillet 2009, p. 31).

 

Troisième difficulté : le passage du e  au i

Cela se complique encore. Lecteur, fais une pause ici. On atteint le niveau expert… Voilà maintenant l’énigme : comment expliquer le i de botica en face du e de bodega ? Ajoutons que la boutico du provençal est exactement semblable à la botica espagnole. Frédérique Biville, Les emprunts du latin au grec, tome II, p. 34-35 suppose que c’est l’influence grecque où le η était déjà prononcé [i].  Il faudrait donc supposer qu’on a eu une réaction savante qui a lutté pour prononcer le mot apothéca à la grecque : apothíca. Cette réaction aurait réussi à créer des doublets pas seulement en espagnol mais aussi dans les dialectes italiens : bottegha, bodiga, buttiga. Sur le même modèle tapis en français vient d’une réinterprétation à la grecque de ταπήτιον prononcé [tapition] alors que le mot latin tapetum a été emprunté à une époque où l’on pronoçait ce mot [tapition] et a donné l’italien tappete.

J’avoue que je ne comprends pas bien, si ce phénomène s’est produit ainsi, pourquoi l’on n’est pas carrément revenu à une forme grecque apothica.

Ne serait-il pas plus simple d’imaginer l’influence d’un mot très proche de botíca à savoir *buttícula qui a donné le français bouteille et l’italien bottiglia, l’anglais bottle etc.? De là viendrait tout simplement le i  de boutico,  botica ou buttiga… Si l’on accepte cela, la troisième difficulté est résolue.

 

Sur la taie de l’oreiller

Finissons maintenant en beauté par le français. Si le mot latin avait suivi son cours naturel dans le parler du Nord de la Gaule, on aurait dû avoir **boutaie au lieu de boutique. Posons mollement notre tête sur la taie de l’oreiller et réfléchissons. Du latin theca est issu le français taie. Le terme vient  à l’origine du grec θήκη [thêkê] « boîte, coffre ». Et le mot latin qui en est issu : théca prononcé populairement [téca] a donné lieu en dans le parler bas-latin du Nord de la Gaule à une diphtongue *teica.

A partir de la fin du IVe siècle le –c- intervocalique se sonorise en –g-. La consonne disparaît même après le Ve siècle : *teia. Le –a final laisse place à un -e (avant de disparaître) : teie. Le mot ensuite s’orthographie en toie puis en taie. Or on n’a pas en français **boutaie mais boutique.

Donc le mot est emprunté. A qui ? au provençal boutico où le o final est en fait relativement affaibli et équivaut au e  muet du français. Quant au ou, il est habituel : qu’on pense à la corona. Je parle de la couronne, pas de la bière. En français comme dans le provençal couronno, le o  se ferme en ou.  Boutico  est donc bien le produit en provençal de la forme botíca. En fait la première attestation en français a la forme de bouticle. Le mot désigne aussi bien selon Du Cange, Dictionnaire françois…, Niort, 1829 une « boutique » (en fait un étal de vendeur) qu’« un lieu de débauche » (sans doute un cabaret…) : déjà, voyez-vous, j’en suis sûr, sévissait le dieu Bodega !

Christian Boudignon

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 

 

 


[1] En transcription phonétique, u note le son ou du français et y le son u du français.

Etymologie grecque : autour de la racine *ark

▶ ETYMOLOGIE GRECQUE (Λύχνος n° 133, article dix)

OÙ IL EST QUESTION DU VERBE ἀρκέω “ÉCARTER, RÉSISTER” ET DE SA PARENTÉ AVEC ἡ ἄρκυς “LE FILET” ET ἡ ἀράχνη “L’ARAIGNÉE”

filet d'araignée

LE VERBE ἀρκέω est à rattacher à une racine *ark (*h2er-k au niveau indo-européen), qui exprime en plusieurs langues indo-européennes l’idée d’un empêchement opposé au franchissement d’une certaine limite, dans un espace où cette limite détermine un en-deçà et un au-delà.

Une limite vers l’intérieur ou vers l’extérieur

Cette notion générale peut être susceptible d’une application externe et d’une application interne.

Avant de préciser ce que nous entendons par là, arrêtons-nous un peu sur cette notion de double application, interne et externe, qui est organisatrice de bien des systèmes de signification, aussi bien parmi ceux qu’étudie la lexicologie que parmi ceux qu’étudie la syntaxe. On peut ainsi l’appliquer à la façon dont Gustave Guillaume définit l’opposition temps/aspect : un thème verbal, dans sa valeur chronologique, situe le procès dans le déroulement du temps ; dans sa valeur aspectuelle, il montre à l’intérieur du procès le déroulement du temps (entrée dans l’action, processus en déroulement, processus achevé). Dans une étude schématique sur le système des cas en grec[1], j’ai naguère indiqué que l’accusatif de direction et le génitif ablatif d’une part, l’accusatif d’extension et le génitif partitif d’autre part, représentent respectivement les applications externe et interne des valeurs fondamentales de ces cas en synchronie grecque. Vous trouverez encore un exemple de cette opposition à propos des différences de sens que peut produire l’enclave ou la non-enclave d’un adjectif. Voyez dans votre grammaire Ragon-Dain, p. 142, le § 199, Remarque II : dans ἐσχάτη ἡ νῆσος, “l’extrémité de l’île”,  il y a application interne de la qualification du substantif par l’adjectif ; dans ἡ ἐσχάτη νῆσος, “l’île qui est à l’extrémité” (d’un archipel), il y a application externe.

Pour préciser et illustrer de façon imagée le sémantisme de *ark < *h2er-k, nous situerons cette notion dans un espace divisé de la façon suivante (il peut s’agir d’une caisse, d’une ville…).

1-En application interne (sens 1), *ark- concerne un être situé à l’intérieur, et qu’on empêche de sortir en lui opposant un obstacle :

INTÉRIEUR         EXTÉRIEUR

———–➞    ⎟

en-deçà       obstacle    (au-delà)

2-En application externe (sens 2), *ark- concerne un être situé à l’extérieur, et qu’on empêche d’entrer :

INTÉRIEUR            EXTÉRIEUR

                             ⎟   ←

(en-deçà)   obstacle    au-delà

On peut perfectionner le schéma en ajoutant des flèches partant de la ligne verticale symbolisant l’obstacle et orientées en sens opposé à celles que nous avons tracées : elles signifieront que de l’obstacle partent des forces s’opposant à celles qui se dirigent vers lui. C’est le principe de l’action et de la réaction.

 

Le coffre et la citadelle

Regardons les mots latins formés sur cette racine *ark- ; le système de leurs emplois s’explique très bien par ce jeu de l’application interne et de l’application externe de la signification de base posée ci-dessus.

Ce jeu rend bien compte des effets de sens du latin arceo, qui signifie:

1-(application interne) contenir, enfermer

2-(application externe) maintenir au loin , repousser

Dans la famille latine de ark-, nous avons également :

1-(application interne) : arca, le coffre.

2-(application externe) : arx, la citadelle, qui fait obstacle à l’élan de l’ennemi. Il serait logique de penser qu’il peut y avoir ici application interne également, la citadelle étant aussi ce où l’on s’enferme. Mais cela ne va pas dans le sens du rapprochement que les Latins faisaient explicitement de ce mot avec arceo au sens de repousser (cf. le dictionnaire d’Ernout-Meillet, s.v. arx). Le mot s’intègre à la famille de *ark- en tant que nom racine, et il n’y a nulle raison de supposer, comme on l’a fait, que c’est un mot emprunté, le rapprochement avec arceo étant alors une simple “étymologie populaire”.

Les formes arméniennes apparentées (sur lesquelles M. Pierre Ragot m’a renseigné) présentent les deux effets de sens. Le verbe argelul signifie de façon générale empêcher, contrarier, ce qui peut donner le sens de retenir, dissimuler, refouler(sens 1) ou celui de éloigner, contrarier (sens 2). Le substantif argel signifie entrave (sens 1), obstacle (sens 2).

Le terme hittite hark-, tenir, que cite dubitativement le dictionnaire de Frisk (s.v. ἀρκέω) et que ne cite pas celui de Chantraine, s’explique bien à partir de l’application interne : sens de “enfermer”, “maintenir à l’intérieur.” Il trouve donc bien sa place dans cette famille. Morphologiquement, le h du hittite confirme la reconstruction *h2er-k au niveau indo-européen.

Peut-on rattacher à la même racine les termes suivants : lituanien râktas, “clé”, et vieux haut allemand rigil, “verrou”, cités par Boisacq ? Selon Ernout-Meillet, “la forme et le sens sont éloignés, et le rapprochement ne s’impose pas”. Mais le problème de la forme est résolu si, se référant à la théorie benvénistienne de la racine (dont je suis un aficionado), on pose, à côté de *h2er-k (thème 1), un thème II *˙h2r-ek > *rek (le h2 initial s’efface dans la plupart des langues autres que le grec). Quant au sens, ces mots pourraient représenter une évolution sémantique vraisemblable à partir de la composante enfermer (sens 2 : application interne).

 

Les sens du verbe ἀρκέω s’organisent clairement

Mais revenons au grec et à ἀρκέω. Le rattachement de ce verbe à notre racine *ark < *h2er-k semble ne pas être une évidence pour tous dans l’état actuel de la lexicologie grecque. Le dictionnaire grec-français de Magnien-Lacroix aborde l’étude de ce verbe en y voyant des “sens divers qui s’expliquent peut-être à partir d’un sens général : être comme protection, être comme aide”. Dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, “les sens des termes de cette famille semblent diverger, mais peuvent trouver leur origine dans la notion de «sécurité, sûreté», qui développe dans des conditions diverses celles de écarter, défendre, garantir, assurer et aussi celle de suffire”. Mais dans l’Etymological Dictionary of Greek de Robert Beekes, ἀρκέω est bien rattaché à *h2er-k, ce avec quoi nous sommes pleinement d’accord.

En effet les données sémantiques concernant ce verbe s’organisent clairement en référence au schéma sémantique proposé ci-dessus pour cette racine si nous prenons pour point de départ le sens de repousser, écarter, qui s’apparente au sens 2 du latin arceo. Pour des tournures comme ἀρκεῖν ὄλεθρον, “repousser la mort”, avec complément d’objet exprimé, les dictionnaires ne nous donnent que des références homériques et poétiques, ce qui nous confirme que tel est bien l’emploi le plus ancien.

À partir de celui-ci une série de types particuliers de contextes créeront les autres effets de sens :

— avec non expression du complément d’objet, pouvant aboutir à une franche intransitivité, c’est la notion de tenir bon. On peut combiner la valeur expressive de l’intransitivité avec la désignation de ce qu’on repousse en ayant recours pour cette désignation au datif ou à πρός + acc. : ἀρκεῖν πρός τι.

— avec non expression du complément d’objet et indication au datif de la personne pour qui on fait l’action (de repousser ce qui agresse), on aboutit à la notion de secourir : ἀρκεῖν τοῖς φίλοις. À cet effet de sens se rattache l’adjectif ἄρκιος, dont les emplois peuvent s’expliquer à partir de la notion de “qui écarte le mal”.

— un développement sémantique particulier de l’idée de base aboutit à la notion de faire face à une situation suffire à la maîtriser ; d’où divers emplois autour de la notion de suffire.

— ce à quoi il est fait face, et contre quoi on tient bon, ce dont les assauts sont repoussés, c’est souvent l’ensemble des agressions auxquelles toute chose est en butte au cours du temps, et ce peut être le temps lui-même avec sa puissance destructrice ; d’où le sens de durer, se maintenir.

 

Le filet qui arrête l’élan

Passons à l’étude de ἄρκυς. L’étymologie de ce mot est considérée comme douteuse et incertaine par Frisk et Chantraine. Le seul mot qu’on en rapproche, et encore est-ce de façon hésitante, est ἡ ἀράχνη, l’araignée, dont nous parlerons plus loin. Quant à Beekes, suivant sa pente habituelle, il envisage une origine préhellénique.

Or du point de vue du sens il ne nous paraît pas difficile de rattacher ἄρκυς à notre racine *ark, avec combinaison des deux applications (interne et externe). Cela nous renvoie à une unité complexe d’expérience vécue de la vie antique. Il s’agit de la chasse avec des filets, au moyen desquels on arrête l’élan de l’animal que les rabatteurs ont dirigé vers lui, et où on enferme celui-ci, qu’on peut ramener ensuite ainsi emballé vers les habitations.

Du point de vue de la forme, en posant *h2erk-us, nous avons la même structure morphologique que dans ὁ νέκυς, le mort (ou, parmi les neutres, dans τὸ μέθυ, la boisson alcoolisée).

Notre position s’apparente à celle de A.J. Van Windekens dans son Dictionnaire étymologique complémentaire de la langue grecque (Leuven, Peeters, 1986). Cet ouvrage est le parent pauvre des dictionnaires étymologiques du grec (Beekes ne le mentionne même pas dans sa bibliographie). Or nous y lisons :

” ἄρκυς se rattache manifestement à la racine de gr. ἀρκέω, «protéger, secourir », racine qui dans lat. arcere « contenir, maintenir »… exprime la notion première de  c.-à-d. celle de « qui tient, qui contient, qui maintient ».”

Chantraine, s. v. ἄρκυς, indique un terme ἄρκυια, épithète d’Hécate, terme “dont on ne sait que faire”, dit-il. Mais on peut faire un sort à ce mot en y voyant une formation de type ἄγυια, ὄργυια, εἰλείθυια signifiant que cette divinité accomplit en faveur de ses dévots le processus *h2er-k, c’est-à-dire qu’elle arrête l’élan de leurs agresseurs. Mais il n’y a pas lieu, pensons-nous, de faire dériver ce terme de ἄρκυς : on l’intègre mieux à la série que nous étudions en le dérivant directement du thème verbal ark, avec le sens qu’il a dans ἀρκέω, secourir

 

Le filet de l’araignée 

Venons-en pour finir à l’araignée (ἀράχνη en grec, araneus et aranea en latin). Le rapprochement avec la racine *ark- et le nom du filet est sémantiquement séduisant. On rencontre là en effet un tableau complet du complexe sémantique défini plus haut, en référence à la fois au jeu abstrait des applications externes et internes, et à l’expérience vécue de la chasse au filet. La mouche se trouve non seulement arrêtée dans son élan par la toile d’araignée, mais aussi emballée et mise en réserve, détail que connaissent les bons observateurs que sont les entomologistes, et tous ceux qui sont en contact avec la nature.

Ceci dit, comment expliquer, pour ce nom de l’araignée, les rapports entre le mot grec, le mot latin, et la racine que nous sommes en train d’étudier ?

En parlant des formes latines, nous avons en vue un *arânâ non attesté (qui a été le vrai pendant latin de ἀράχνη), d’où le latin a dérivé arâneus, “araignée”, et arâneâ, “toile d’araignée”.

Il faut renoncer à l’hypothèse qui considère aranea comme un emprunt à ἀράχνη : nous aurions *aragneâ (F. Biville, Les emprunts du latin au grec, tome I, p. 182).

Phonétiquement, le grec ἀραχν- et le latin arân– s’expliquent bien à partir d’un prototype commun *arak–sn- (É. Benveniste, Origines, p. 101). Pour le traitement phonétique de tels groupes, cf. pour le grec λύχνος,  ‘lanterne”  < *λύκ-σνος, πλοχμός, “boucle de cheveux” < *πλοκ-σμός, etc. (Lejeune, Phonétique…, § 62, p. 75). Pour le latin, cf. luna < *luk-sna.

On peut s’en tenir là, et considérer simplement que le mot latin et le mot grec dérivent d’un prototype *arak–sn-, par le jeu respectif, que nous venons de montrer, de la phonétique latine et de la phonétique grecque. C’est la position de F. Biville. Mais il nous faut remonter plus haut, et faire apparaître la racine *h2erk.

Pour le grec, on peut poser *h2erk-sn >*ar°k-sn- > *arak-sn-, le signe ° représentant un “point vocalique” ou “voyelle d’appui” (ce que les phonéticiens désignent aussi du doux nom de “voyelle d’anaptyxe”) développant régulièrement en grec un a (nous allons bientôt préciser ce point). Nous voilà, en ce qui concerne le grec, satisfaits du point de vue phonétique et du point de vue morphologique.

Mais cela ne marche pas en phonétique latine, pour des questions concernant la “voyelle d’anaptyxe”. Je ne m’y attarderai pas, préférant que le lecteur garde son appétit pour les considérations phonétiques qui vont suivre.

Puisque les formes latines ne peuvent s’expliquer ni à partir du point de départ *h2erk-sn-a, ni, par emprunt, à partir du point d’aboutissement grec ἀράχνη, il nous reste à explorer l’hypothèse d’un emprunt du latin au grec au stade *arak–snâ, la phonétique latine jouant régulièrement à partir de là.

 

Un emprunt du latin au grec mycénien ?

Ce groupe *ksn subsiste encore en mycénien (Lejeune, § 132, p. 137, qui donne un exemple pour *ksm). Nous sommes alors vers le milieu du second millénaire av. J.-C. C’est seulement au premier millénaire que les groupes *sm, *sn seront transformés par le grec, de façon différente selon les dialectes (Lejeune, § 114, p. 121)

Pouvons-nous supposer, sans être trop rêveurs, que l’emprunt du latin se serait fait au mycénien ?

Reprenons l’ouvrage de F. Biville (pages 22-23) : « Les résultats des fouilles archéologiques modernes et la tradition légendaire gréco-romaine s’accordent pour faire remonter au milieu du 2e millénaire a.C., antérieurement à la guerre de Troie, les premiers contacts entre l’est et l’ouest du bassin de la Méditerranée. De nombreux fragments de poteries mycéniennes datant de cette époque ont été découverts en Sicile, dans les îles Lipari, dans le sud de l’Italie, sur la côte Adriatique, et en plein cœur de l’Étrurie. Inversement, les métaux de l’Occident, en particulier ceux de la péninsule ibérique, étaient exportés en mer Égée. Il existait donc des relations commerciales entre les peuples de l’Italie et les Mycéniens (les Achéens d’Homère)… Les plus anciens emprunts du “latin” au grec pourraient donc remonter à cette époque. Ce premier apport serait constitué de mots mycéniens (indo-européens) et de termes égéens légués aux Mycéniens par les Crétois… Les contacts cessent au 12e s. a.C.; c’est l’époque de l’effondrement de la puissance mycénienne ».

Le nom de l’araignée ferait-il partie de ce premier apport lexical du monde grec au monde latin ?

Avant de l’admettre, il faut examiner une difficulté phonétique : le mycénien, comme l’éolien, traite les points vocaliques auprès de l et r en dégageant une voyelle de timbre o, et non de timbre a (Lejeune, Phonétique…, § 202, p. 197). On aurait donc eu *arok–snâ en mycénien.

Voilà qui, comme on dit, “nous interpelle quelque part”, et appelle un examen plus précis des faits. L’ouvrage de Lejeune que nous citons dégage les lignes essentielles des faits mycéniens, sans entrer dans tous les détails. En consultant la Tentative grammar of Mycenæan Greek de Vilborg (1960), nous y apprenons (p. 40), que la vocalisation des liquides et nasales se faisait sur timbre o ou a, ce que l’auteur interprète en pensant que le timbre de la voyelle dégagée hésitait entre les deux. Il n’est donc pas impossible, en se basant sur ces données, de considérer notre *arak–snâ comme un ancien apport mycénien.

Nous pouvons aussi nous situer dans une vue plus large de la situation linguistique de la Grèce à époque mycénienne. À cette époque, le mycénien apparaît comme un dialecte bien individualisé. Quant à l’ionien-attique, son ancêtre était déjà présent sur le sol grec, en particulier en Attique, où un palais fortifié fut construit dans la seconde moitié du XIIIe siècle, au temps légendaire de Thésée. L’archéologie révèle qu’Athènes participait alors à la vie du monde mycénien. Certains des marins qui transportaient des objets mycéniens vers les rivages de l‘Italie parlaient l’ionien-attique de leur temps, dialecte où les liquides (r, l) dégagent une voyelle d’appui de timbre a, et où, de plus, conformément à ce que nous avons fait observer plus haut, nous pouvons logiquement penser que le groupe *ksn, tout comme dans le mycénien de la même époque, était encore conservé.

Quoi qu’il en soit, nous pouvons maintenant sans grande hésitation considérer notre *arak–snâ comme un ancien apport du monde grec d’époque mycénienne à l’ancêtre du latin.

Ceci dit dans quelles circonstances le nom de l’araignée a-t-il fait partie des emprunts ? Le mot s’est-il, comme le suggère la notice d’Ernout-Meillet, introduit avec la légende d’Arachnè ? Idée de lettrés… Peut-être vaut-il mieux imaginer des contextes plus proches de la vie quotidienne des marins venus du monde grec et des populations qu’ils rencontraient sur les rivages occidentaux.

Sans doute ces marins, après avoir déchargé leur marchandise dans les ports d’Italie, y recherchaient-ils, à la fin de la journée, les cabarets et les lieux où l’on s’amuse bien. Et parfois, j’imagine, apercevant sur un mur la peu sympathique bestiole, ils la montraient du doigt, et, interrompant quelques instants les oaristys prodigués à leur compagne d’un soir, disaient à celle-ci : “araksnâ !” ✷

 

Jean-Victor VERNHES

Université d’Aix-Marseille

 

[1] Connaissance hellénique, numéros 55 et 56, d’avril et juillet 1993