Archives par mot-clé : apprendre le grec en autodidacte

Nicolas Miollan : Pourquoi j’ai appris le grec avec « Connaissance hellénique »

➤   λύχνος n° 149, mars 2018,  article trois.

Mon aventure grecque

[Connaissance hellénique publie ici un témoignage d’un jeune passionné, demeurant à Graveson (Bouches du Rhône),  et devenu helléniste.]

J’étais fasciné par les légendes

Comme beaucoup d’entre nous, très jeune, j’étais fasciné par les légendes de la mythologie grecque qui content la vie des dieux et les exploits des héros. Adulte, je me suis passionné pour l’histoire de l’Antiquité, plus particulièrement celle de la civilisation grecque et de son incroyable littérature. J’ai lu avec passion les récits d’Homère, …

Nausicaa et ses servantes apportent vin et nourriture à Ulysse, illustration de W. Hethe Robinson au livre « Histoires de l’Odyssée racontées aux enfants » Jeanie Lang (Wikicommons)   

 

… les biographies de Plutarque et la guerre du Péloponnèse. J’ai ri avec Aristophane, appris l’art de la chasse avec Xénophon et marché jusqu’en Perse parmi les Dix mille. J’ai été géographe et ethnologue aux côtés d’Hérodote. Je me suis battu auprès d’Achille et d’Ajax, mais aussi auprès d’Hector et de Pâris ; difficile de choisir son camp lorsqu’ils contiennent tous deux d’illustres Héros. J’ai été spartiate aux Thermopyles où j’ai aperçu le Grand Roi. Grâce à Pseudo-Callisthène, j’ai chevauché jusqu’au bout du monde avec Alexandre le Grand. Hésiode m’a enseigné la généalogie des dieux, mais aussi les devoirs envers ces derniers. Je me suis retrouvé dans l’estomac d’une baleine, j’ai visité la lune et dialogué avec les morts en compagnie de Lucien. J’ai été émerveillé par la maïeutique de Socrate, par la rhétorique des sophistes et la subtilité des discours de Lysias. Les philosophes ont tenté de me rendre plus sage, en arrondissant les angles de mes certitudes et en ouvrant la porte des possibilités. Épicure tempère mes passions, les stoïciens m’invitent à avoir plus de cohérence avec moi-même pour me rapprocher du bonheur. Les anecdotes sur Diogène et les exercices pratiques des philosophes cyniques m’ont amusé. En lisant Platon, j’ai exhorté Socrate à mieux se défendre devant les héliastes. En retour, le vieux sage m’a embrouillé l’esprit en me harcelant de questions : « qu’est-ce que le Beau ? », « qu’est-ce que le Juste ? », « qu’est-ce que l’Amour ? », « qu’est-ce que ceci ? », « qu’est-ce que cela ? » Les tragédies m’ont ému et parfois mis en colère, en colère contre la cruauté des dieux ou à cause de leur passivité devant celle des hommes. Dans le théâtre d’Euripide, j’ai assisté au triste destin des Troyennes et compris l’absurdité de la guerre. J’ai vu la prophétie d’Œdipe se réaliser chez Sophocle, entendu les cris de désespoir d’Atossa et la fureur de Xerxès dans les Perses. Enfin, j’ai lu avec plaisir les écrits de Jacqueline de Romilly, et un jour, j’ai lu : « Petites leçons sur le grec ancien ».

Moi, qui n’ai jamais été initié ni au grec ni au latin lors de mes études, j’ai trouvé ce livre captivant. J’ai découvert, grâce à un récit simple, la richesse et la beauté de cette langue ancienne, ainsi que sa force et son intelligence. En effet sa souplesse, la subtilité de son expression et sa capacité à former de nouveaux mots, par effet de composition et de dérivation, ont permis aux Grecs de développer tous les styles littéraires : la poésie épique et lyrique, la tragédie, la comédie, la prose ou encore le discours rhétorique. Au fil des siècles les auteurs ont laissé libre cours à leur imagination sans borne, et ont produit des chefs-d’œuvre toujours lus des dizaines de siècles plus tard. Le grec aime la précision et ne s’accorde pas avec « l’à peu près » : la syntaxe, le jeu des particules, les prépositions, la richesse de son vocabulaire souvent imagé et la mobilité des mots déclinables permettent d’expliquer, selon la formule de J. de Romilly, « les réussites intellectuelles » qu’elles soient poétiques, scientifiques ou philosophiques. Avec brio la langue évolua au fil des découvertes et du progrès de la pensée, afin d’exprimer les situations les plus complexes et variées, de même que les sentiments les plus profonds.

Comment avec de telles qualités le grec ancien ne pouvait-il pas séduire les peuples de la Méditerranée et s’y installer de l’Égypte jusqu’aux confins de l’Empire perse ? Même les Romains, peuple fier, enviaient aux Grecs la beauté de leur langue. De la République jusqu’à l’Empire, les hommes instruits parlaient couramment le grec. C’était la langue des élites. Lorsque Brutus, avec sa bande de conjurés, poignarda César, ce dernier lança à son meurtrier ses derniers mots en grec : « καὶ σὺ τέκνον ».

Bien évidemment, j’ai vécu toutes ces aventures et éprouvé toutes ces émotions au travers de traductions. Or, aussi précise soit-elle, toute traduction est inévitablement séparée du texte originel par un filtre. Tout ne peut pas être restitué. Certains érudits privilégieront la grammaire, d’autres l’expression française, d’autres encore s’efforceront de traduire les poèmes grecs en vers. La traduction reste une affaire de choix délibérés, ce qui favorise inévitablement l’extrapolation, l’interprétation et parfois le contresens. L’apparat critique des œuvres nous montre de plus que les textes antiques ont souffert de multiples copies ; parfois l’orthographe d’un mot est douteuse, un autre semble avoir été ajouté ou même retiré. Il incombe au traducteur, qui a pris en compte les différents manuscrits, de faire un choix parmi les variantes d’un mot. En tant que lecteurs ordinaires, nous sommes soumis au choix de ce dernier, sans aucune capacité d’analyse.

Et je découvrais l’ἕρμαιον

Alors ce constat fait, il m’a semblé merveilleux que je puisse moi aussi, un jour, avoir accès directement aux textes grecs, afin d’apprécier par moi-même la subtilité et la beauté de cette langue. Il y a quatre ans, en cherchant un manuel pour autodidacte, je découvrais l’ἕρμαιον [le manuel d’Initiation au grec ancien de J.-V. Vernhes, NdE] et le cours d’initiation proposé par « Connaissance hellénique ». Dès lors, mon aventure grecque commença. Mon manuel en main et sans aucune notion préalable, j’appris l’alphabet, la prononciation, les accents, les esprits, la grammaire, les déclinaisons et les verbes. J’ai rapidement compris que mon objectif ne serait pas aisé à atteindre, et qu’avant de devenir le nouveau Marcel Bizos [l’auteur du Cours de thème grec et de la Syntaxe grecque, NdE], un long travail m’attendait. Car si la langue grecque est belle, elle est avant tout difficile. Tutoyer les auteurs antiques, ça se mérite !

Après quelques mois d’étude en solitaire, sans me décourager et en restant fixé sur mon objectif, j’ai contacté l’association pour bénéficier de l’accompagnement d’un correcteur. Très vite une personne accepta de m’aider. En trois ans, à mon rythme, j’ai atteint l’étape 28 de l’ἕρμαιον. Pour chaque étape, je traduisais toutes les versions et les textes de base que j’envoyais ensuite à ma correctrice. Cette dernière me retournait mes exercices accompagnés de remarques et de précieuses explications que je lisais avec beaucoup d’intérêt. J’ai bien évidemment rencontré des difficultés au cours de cet apprentissage. Il serait bien trop long de les détailler dans ce court article, mais par exemple l’étape 19 qui traite de l’emploi des relatifs a failli me perdre. J’ai eu, par moment, beaucoup de mal à comprendre avec exactitude le sens des phrases qui comprenaient un relatif en corrélation avec un démonstratif, tels que « Τοσοῦτον…ὅσον » ou « τοιοῦτοι… ὑφ᾽ οἵων » par exemple. Il n’est pas non plus facile de retenir les différentes déclinaisons, le vocabulaire, les verbes irréguliers (surtout eux d’ailleurs) et ceux qui se construisent avec un génitif, un datif ou un participe. Les modes subjonctif et optatif m’ont aussi rendu perplexe. En effet, il m’a fallu du temps pour saisir la subtilité de certains emplois, notamment ceux du § 185 pour le subjonctif, et les § 205 à 207 pour l’optatif.

Ma correctrice, à qui j’ai pu faire part de tout mon malheur, m’a précisé que mes difficultés étaient normales et qu’il me faudrait un peu de temps et de pratique pour les dépasser. J’ai donc travaillé avec méthodologie, relu les exercices de versions et les textes de base. Ainsi, par répétition, toutes les notions se fixent peu à peu. La régularité du travail et la relecture des textes demeurent la clef du succès.

D’ailleurs, au sujet des textes de base, je trouvais leur traduction très difficile au commencement de ma formation, car la construction des phrases y est parfois moins organisée que celle des exercices de version. Mais après plusieurs traductions, j’ai pu mieux analyser leur construction. Au plus j’avançais dans mon étude, au plus je réalisais que le Grec apprécie effectivement la précision ; on se doit par conséquent de la restituer dans nos traductions.

L’ἕρμαιον est réellement un manuel d’autodidacte, il propose à l’étudiant une méthodologie de travail, il est ponctué par de nombreuses étapes dont chacune comprend des règles de grammaire, de conjugaison, de syntaxe, mais aussi du vocabulaire et de nombreux exercices mettant en application ce qui vient d’être appris. Les exercices de versions sont particulièrement abondants, ce qui permet de se familiariser avec la syntaxe grecque tout en mémorisant le vocabulaire qui se répète inlassablement. Aucun rendement n’est imposé, vous travaillez à votre rythme et en fonction de vos objectifs. Les petits guides de l’autodidacte, délivrés par l’association, offrent de précieuses explications complémentaires sur certaines leçons. Ils ont été pour moi d’une grande utilité.

Ainsi, lorsque vous êtes, comme je le suis, passionné par la civilisation grecque, amoureux de sa littérature et que, par vos efforts, vous commencez à traduire quelques petites phrases des plus grands auteurs, imaginez un instant quelle satisfaction vous pouvez ressentir. On pénètre enfin le texte grec. Bien sûr avec beaucoup de maladresse, mais on le pénètre tout de même.

Aujourd’hui, quatre ans après le début de mon aventure, je ne suis toujours pas le nouveau Marcel Bizos, mais je traduis plus facilement les textes grâce à une meilleure analyse grammaticale et syntaxique que je continue d’approfondir. Or, si vous n’avez pas fait d’études littéraires et que le français n’est pas la matière dans laquelle vous vous distinguiez en classe, ce qui est mon cas, il faut quelquefois se replonger dans un bon vieux Bescherelle, pour y retrouver certaines règles depuis bien longtemps oubliées. Mais ce travail de fond reste passionnant et améliore de surcroît notre expression française.

Malgré les difficultés évoquées plus haut, qui sont tout à fait relatives en fonction de chaque personne, dès que l’on commence à maîtriser les notions de base, le désir d’aller plus loin nous saisit, tant la matière est passionnante. Nous découvrons ou redécouvrons cette civilisation à travers son histoire, ses mœurs, ses traditions, ses joies et ses drames. C’est toute l’antiquité qui nous pénètre. Petit à petit, étape après étape, nous ne lisons plus les auteurs de la même manière. Le grec offre ainsi à ceux qui s’en donnent la peine toute la beauté de sa langue, et la satisfaction personnelle qui en résulte est immense.

Nicolas Miollan