Archives par mot-clé : Antiquité

Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour θεράπων / θεραπεύω  ?

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article huit.

Une étymologie[1] pour ὁ θεράπων ‘le serviteur’ ?

Et pour θεραπεύω ‘servir, honorer’ ?

 

La déesse Hestia (Giustiniani), copie romaine, musée Torlonia à Rome (wikicommons)

 

Il me plaît d’emprunter la présentation de ce mot à un sympathique ouvrage découvert un jour chez un bouquiniste : Dictionnaire complet d’Homère et des homérides, par N. Theil, agrégé des classes supérieures, professeur au collège royal de Nancy, et Hipp. Hallez d’Arroz, juge supléant au tribunal de Bar-le-Duc. Hachette 1841 :

« θεράπων, οντος (ὁ), serviteur, suivant, garde, compagnon, aide ; il est différent de δοῦλος et signif. un serviteur volontaire, non seul. de naissance libre, mais souv. d’extraction noble ; c’est ainsi que Patrocle est θεράπων, suivant ou compagnon d’armes d’Achille, Iliade XVI, 244 ; Mérion, d’Idoménée, Iliade XXIII, 13, Thrasymèle, de Sarpédon, Iliade XVI, 464 ; tous les héros sont appelés θεράποντες Ἄρηος, serviteurs de Mars, Iliade VII 382 ; les rois sont appelés θεράποντες Διός, Odyssée, XI, 254… ; dans l’Odyssée les θεράποντες s’occupent dans la maison de divers offices, Odyssée I, 109 ; cependant ils sont toujours, comme les varlets des chevaliers, issus de race noble, tel qu’Étéonée, Odyssée IV, 22. » Voilà qui nous montre bien ce qu’était, en ces temps anciens, l’aura du θεράπων, bien différent aussi d’un simple οἰκέτης.

Voyons maintenant, dans ses grandes lignes, le groupe de θεράπων et de ses proches parents. Tout s’organise autour d’un thème θεραπ-. Sur ce thème, on a :

1) La formation la plus archaïque dans sa structure : θέραψ, -απος. Au thème θεραπ- s’ajoutent directement les désinences des formations nominales athématiques (type κόραξ).

2) Des formations à suffixe nasal : ici se situe notre θεράπων,-οντος. Il existe aussi, attesté en éolien, un génitif θεράπονος. Le féminin est θεράπαινα, mais on a aussi θεράπνη. Dans ce dernier mot, le passage au degré zéro du suffixe -ων sous l’effet de l’adjonction du morphème de féminin ᾱ > η (cf. λιμήν ‘port’/λίμνη ‘marécage’) situe la formation de ces termes dans une couche ancienne de la langue. Le mot θεράπνη signifie aussi ‘demeure, séjour’. Citons, à ce propos, la glose d’Hésychius (lexicographe du VIe siècle après) : θεράπναι· αὐλῶνες, σταθμοί, sur laquelle nous reviendrons plus loin.

3) Une série d’allure plus récente, formée sur θεραπευ- : θεραπεύω, θεραπευτής, θεραπεία… exprimant une idée de soin (en particulier médical) ou de culte religieux.

Le dictionnaire homérique cité au début de cet article nous donne un rapprochement étymologique avec θέρω ‘chauffer’, mais en donnant à ce mot le sens du latin foveo, qui du sens concret de ‘tenir au chaud’ est passé au sens figuré d’‘entourer de prévenances’. Le θεράπων serait « celui qui s’est voué au service de quelqu’un ».

Le dictionnaire Bailly, à l’article θέραψ, dans ses anciennes éditions, dont les indications étymologiques, comme il est dit dans la préface, reposent sur les travaux de Curtius, indique également, sans autre commentaire qu’un point d’interrogation, le rapprochement avec θέρω. Cette mention disparaît dans l’édition 1950, où les étymologies ont été revues par Chantraine. Elle est remplacée, avec un double point d’interrogation, par une hypothèse venant du dictionnaire étymologique de Boisacq : il est posé un θερα-π-, dont le θερα- est rapproché du groupe de θρησκεία ‘dévotion, religion’ (terme demeuré aujourd’hui usuel). Il n’en est plus question dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, où il est dit de θεράπων que l’étymologie en est obscure.

Tournons-nous vers le dictionnaire étymologique de Beekes. Tout naturellemnt, θεράπων y est considéré comme d’origine pré-grecque (comme un terme de substrat venant d’une langue parlée avant l’arrivée des populations de langue grecque). C’est souvent ainsi que sont résolues les difficultés dans ce dictionnaire.

Voici maintenant notre proposition étymologique pour θεράπων et tout ce groupe. Il convient de partir de la forme la plus archaïque, θέραψ, -απος, dont θεράπων dérive, ainsi que le groupe de θεραπεύω. Nous y voyons un composé θέρ-αψ. Le premier élément serait la racine que nous avons dans θερμός : elle exprime la notion de chaleur, ou plutôt, ici, comme nous allons le voir, de feu.

Que peut bien être le second ? Nous observons dans le vocabulaire grec des formations en -αδ, -αγ-, -ακ-, -ᾱκ- Nous n’en observons pas en -απ- ; ce ne peut donc être un suffixe ou un élargissement. Il nous faut donc chercher un thème -απ-exprimant une notion pouvant s’associer à θερ- : nous n’en voyons pas d’autre (mais nous aurons à justifier cela) que celui que nous trouvons dans le verbe ἅπτω au sens de ‘allumer’. Notre -αψ serait alors à considérer comme un nom-racine *απ-ς, ayant valeur d’agent, ce qui ferait du θέρ-αψ, du moins à l’origine, un ‘allumeur de feu’, un serviteur chargé de l’entretien du feu. Le mot serait à associer aux divers composés grecs de type χέρνιψ ‘eau pour se laver les mains’: dans ce mot le premier élément est bien sûr le radical ancien de χείρ ‘main’ (nom-racine) et le second élément, -νιψ, formé sur la racine de νίπτω ‘laver’ est un nom-racine également, avec valeur d’agent. La χέρνιψ, -ιβος est l’eau laveuse de mains. Pour ces formations, voir Chantraine, La formation des noms en grec ancien, p. 4-5.

Précisons tout de suite que dans les attestations que nous en avons (ainsi Euripide, Ion, 94), le θέραψ est simplement (donc par extension dans notre hypothèse) un serviteur. Avouons aussi que ce qui peut plaider le plus en faveur de cette hypothèse est peut-être l’apparente impossibilité d’en trouver une autre ! Voyons de plus près chacun des deux éléments de notre θέρ-αψ ainsi conçu.

On connaît bien en grec la racine θερ- (indo-européen *gwher-) exprimant la notion de feu et de chaleur. C’est, comme nous l’avons dit, la racine de θερμός ‘chaud’, et de son parallèle latin formus, avec un vocalisme différent. C’est celle de τὸ θέρος ‘l’été’. Les correspondants indo-européens (cf. le Lexikon der indogermanischen Verben (2e édition), p. 219-220) nous mènent bien à un champ sémantique chaleur-feu : ainsi lituanien gariù ‘brûler’, gotique brinnan (= allemand brennen ‘brûler),  sanscrit gharmá- ‘brasier, chaleur’ ; vieux slave gorjo ‘brûler’ ; ce dernier mot est représenté en russe par горю (goriou) ‘brûler’. C’est la notion de chaleur qui pour cette racine est largement représentée en grec, mais il est important pour notre hypothèse de souligner que dans les anciens textes l’association au feu y est bien présente aussi. Ainsi nous observons l’emploi homérique de θέρομαι s’associant à l’idée de feu dans l’expression θέρεσθαι πυρός ‘se chauffer au feu’ que nous trouvons en Odysssée, XVII, 23. La chose est encore plus nette en Iliade VI, 331 : Ἀλλ᾽ἄνα, μὴ τάχα ἄστυ πυρὸς δηΐοιο θέρηται ‘Debout, pour que la ville ne soit pas bientôt brûlée par le feu ravageur’. Quant au mot θέρος, il a dû, lui aussi, signifier fort anciennement le feu : son exact correspondant sanscrit háras- est défini par ‘Flamme, Glut’ (=‘flamme, brasier’) dans l’Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen de Manfred Mayrhofer. En grec, la chaleur qu’exprime la racine θέρ- tend à être une chaleur bienfaisante, celle qui est confortable, celle aussi par qui l’été (τὸ θέρος) produit la moisson (ὁ θερισμός). C’est cette chaleur que veut établir dans la maison le serviteur chargé du feu. Avec valeur métaphorique, θερμός peut aussi signifier ‘chaleureux’.

Nous avons, dans notre hypothèse, traité θερ- comme un nom-racine signifiant le feu. Étudions le second élément, le -αψ qui signifierait ‘allumeur’.

Le dictionnaire de Bailly, ainsi que celui de Magnien-Lacroix, distingue deux verbes ἅπτω homonymes, dont l’un signifie ‘attacher’ (et avec un sens atténué, ‘toucher, entrer en contact avec’), l’autre ‘allumer’. Dans le dictionnaire étymologique de Chantraine, dont nous suivons ici la doctrine, il y en a un seul, signifiant ‘attacher’, et pour le sens ‘allumer’, il convient de poser un ἅπτειν πῦρ ‘attacher le feu’ et de sous-entendre πῦρ. Voilà qui est affirmé un peu vite, et qui demande un peu d’explication.

Pour admettre cette dérivation sémantique, il nous faut songer à des contextes situationnels jadis assez courants où allumer du feu, c’est parvenir à le fixer, à l’attacher au combustible. De nos jours, pour allumer du feu, si on dispose du combustible, il suffit d’avoir une boîte d’allumettes à portée de la main, ou un briquet dans la poche, et c’est l’affaire de quelques secondes. Il n’en allait pas de même dans les temps anciens, et même en des temps qui ne sont pas très anciens, où on ne disposait pas de ces commodités : lorsque la chandelle était morte et qu’on n’avait plus de feu, il fallait aller dans le voisinage en quérir un peu. Et si on n’en trouvait pas, il fallait le faire jaillir par d’archaïques moyens.

Sur ces moyens, on peut se renseigner en se reportant à l’article IGNIARIA du bien ancien, mais toujours fort utile Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines de Daremberg et Saglio, consultable en ligne. Les πυρεῖα (c’est ainsi qu’il conviendrait de traduire briquet dans un thème grec) étaient des dispositifs comportant deux pièces de bois produisant du feu sous l’effet d’un frottement violent et prolongé. Dans les Argonautiques d’Apollonius de Rhodes, I, 1180 sq., il est fait allusion à une opération de ce genre. On se servait aussi de pierres que l’on heurtait avec une autre pierre ou avec du métal. Il est question dans Les Nuées d’Aristophane (vers 766 à 769) d’un autre procédé, les lentilles qui concentrent le rayonnement solaire :

« Strepsiade —Tu as déjà vu chez les droguistes cette pierre, la belle, la diaphane, par laquelle on allume le feu ?

Socrate —  Τὴν ὕαλον λέγεις ; (Tu parles du cristal ?)

Strepsiade — Oui. »

Quel que soit le procédé, on n’obtient pas le résultat du premier coup. La première étincelle ne crée pas une flamme, les premières flammèches sont sans doute évanescentes. Il faut persévérer, réitérer, jusqu’à ce qu’enfin la flamme ne se dérobe pas, qu’elle soit stabilisée et comme attachée.

Voilà pour la sémantique en ce qui concerne l’élément -αψ. Restent des problèmes formels. Il se trouve que ἅπτω se rattache à un thème ἁφ- (celui qu’on a dans ἡ ἁφή ‘le toucher’). Si on rattache à ce thème notre θέραψ, le pluriel en serait *θέραφες au lieu du θέραπες attesté. Ce thème est étonnant avec sa double espiration (haph-). Chantraine en estime l’étymologie obscure, ajoutant qu’il s’agit d’un « terme expressif et concret ». Mais si ces aspirées se sont ajoutées là pour créer de l’expressivité, si elles sont secondaires pour cette raison ou pour une autre, on découvre en les supprimant le thème plus ancien qu’elles ont modifié. Cela nous amène à poser un thème ἀπ-.

Nous rejoignons alors la position de Beekes, qui, dans l’article ἅπτω de son dictionnaire étymologique, se référant à un travail de Lucien Van Beek, et estimant que les aspirées en question sont secondaires, pose une racine *h2ep- (ce qui donne ἀπ- en grec) et rapproche du hittite happ- ‘to join’ et du latin aptus. Nous pensons alors avoir bien consolidé notre hypothèse consistant à considérer le θέραψ comme celui qui atttache ce qu’exprime le thème θερ-, c’est-à-dire le bon feu, la bonne chaleur.

Cette activité ignée du θέραψ ou du θεράπων, au sens étymologique que nous espérons avoir dégagé, donne sans doute sa tonalité au mot θεράπνη quand il est employé au sens de ‘demeure, séjour’. Ce doit être une demeure où il fait bon vivre, à l’abri des froidures. Dans ce sens, également, va la glose d’Hésychius que nous avons citée : θεράπναι· αὐλῶνες, σταθμοί. Ces αὐλῶνες font penser à αὐλή au sens de ‘résidence’, avec connotation méliorative : Ζηνὸς αὐλή ‘la demeure de Zeus’ (Odyssée, IV, 74). Quant aux σταθμοί, notre lexicographe devait penser à des gîtes d’étape assez confortables, sans forcément atteindre toutefois le confort de ceux où le roi de Perse passait la nuit en voyage (Hérodote, Histoire, V, 52 et VI, 119).

Ce rôle domestique du feu et du personnel qui en assure la maintenance ne se limitait pas aux flambées utilitaires (chauffage, cuisine). Ces θέραπες ou θεράποντες n’étaient pas comme nos chauffagistes, qui, après l’installation ou l’installation du chauffage central (κεντρική θέρμανση), rentrent chez eux. Ιls vivaient au domicile de leurs patrons, veillaient sur eux. La chaleur était aussi une chaleur humaine.

À cela s’ajoute le lien que les serviteurs chargés du feu avaient nécessairement avec la sacralité du foyer, de l’ἑστία. Sur cette notion, on pourra lire l’article de Louis Deroy sur Le culte du foyer dans la Grèce mycénienne paru dans la Revue de l’histoire des religions, année 1950, pages 26-43.

https://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1950_num_137_1_5700

Cela prédispose ces θέραπες devenus θεράποντες, si notre hypothèse étymo­logique est exacte, à acquérir une dignité que n’ont pas de simples serviteurs, des οἰκέται, des δοῦλοι. On comprend comment le terme de θεράπων, muni de ces connotations, a pu par métaphore devenir ce qu’il est dans l’univers homérique. Mais en même temps cette promotion métaphorique efface la vieille référence au feu domestique ; elle s’efface d’autant plus que l’addition du suffixe -ων masque le nom-racine qui était porteur de cette référence. Tout cela, naturellement, si notre hypothèse étymologique est exacte…

Les θέραπες/θεράποντες n’ont pas toujours été gratifiés de cette considération particulière. C’est ce que révèle cette autre glose d’Hésychius : θέραψ (Cret.)· θεράπων, οἰκέτης, δοῦλος, ἀκόλουθος. L’indication (Cret.) présente le mot comme crétois (ancien, mais conservé en crétois ?) Quelle distance franchie entre cela et le θεράπων homérique ! Les gloses d’Hésychius[2] sont un conservatoire d’archaïsmes, de mots et de significaions perdus. Celle-ci nous fait comprendre que le mot θεράπων a connu une sorte d’ascension sémantique. Cette ascension, que nous considérons comme une ascension par le feu, tant au sens propre que par ses connotations figurées, concerne toute la famille de θεραπ- : les termes du groupe θεραπεύω signifient l’ensemble des soins, en particulier les soins médicaux, avec toute la science et le dévouement que cela comporte, et aussi le culte rendu aux dieux.

Jean-Victor VERNHES

Maître de conférences honoraire

Centre Paul-Albert Février, CNRS

Université d’Aix-Marseille

 

[1] Je remercie chaleureusement Rémy Viredaz qui a bien voulu prendre connaissance d’une première version de ce texte et m’a communiqué de bien utiles observations.

[2] L’édition d’Hésychius ici utilisée est l’editio minor de Mauricius Schmidt (Iena, 1867).

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Thucydide, “La peste d’Athènes” (nouvelle traduction de C. Boudignon)

► ὁ λύχνος n° 157, novembre 2020, article un.

La pestilence d’Athènes,

première et deuxième vagues

(430-427 avant J.-C.)

 

Nouvelle traduction par Christian Boudignon sur le texte grec édité par J. de Romilly et R. Weil, Thucydide, La guerre du Péloponnèse, Livre II, Paris, 1962, p. 34-40 et Livre III, p. 62)

 

Michel Serre (1721), La peste de Marseille (musée des beaux arts de Marseille)

 

[Le but de cette traduction est de permettre d’aborder ce grand et ardu texte de Thucydide qu’on appelle communément « La peste d’Athènes ». La traduction a été relue par Divna Soleil, spécialiste de la médecine antique, et par Jean-Victor Vernhes, dont nous reproduisons quelques-unes des remarques. Nous les remercions chaleureusement. Les médecins aujourd’hui ne savent pas identifier la maladie en question. Il ne s’agit probablement pas de la « Yersinia pestis » ou peste bubonique dont la première attestation est la description qu’en donne Procope de Césarée à l’époque de l’empereur Justinien, mille ans après. Nous signalons un colloque intitulé “λοιμός, pestis, peste”, Marseille, 27-30 octobre 2020, où intervient Divna Soleil  à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=RV8IKFdZSLU&t=10564s (25e minute)]

 

Première vague

Livre 2, ch. 47-53

 

  1. [2] Tοῦ δὲ θέρους εὐθὺς ἀρχομένου Πελοποννήσιοι καὶ οἱ ξύμμαχοι τὰ δύο μέρη ὥσπερ καὶ τὸ πρῶτον ἐσέβαλον ἐς τὴν ᾿Αττικήν (ἡγεῖτο δὲ ᾿Αρχίδαμος ὁ Ζευξιδάμου Λακεδαιμονίων βασιλεύs), καὶ καθεζόμενοι ἐδῄουν τὴν γῆν.

Comme l’été [430 av. J.-C.] venait de commencer, les Péloponnésiens et les deux tiers de leurs alliés, comme auparavant, envahirent l’Attique — Archidamos, fils de Zeuxidamos, roi de Sparte, les menait —, et s’installant sur le territoire, ils le ravageaient.

 

[3] Kαὶ ὄντων αὐτῶν οὐ πολλάς πω ἡμέρας ἐν τῇ ᾿Αττικῇ ἡ νόσος πρῶτον ἤρξατο γενέσθαι τοῖς ᾿Αθηναίοις, λεγόμενον μὲν καὶ πρότερον πολλαχόσε ἐγκατασκῆψαι καὶ περὶ Λῆμνον καὶ ἐν ἄλλοις χωρίοις, οὐ μέντοι τοσοῦτός γε λοιμὸς οὐδὲ φθορὰ οὕτως ἀνθρώπων οὐδαμοῦ ἐμνημονεύετο γενέσθαι.

Et comme ils étaient là depuis encore peu de jours en Attique, la maladie commença d’abord à se répandre chez les Athéniens : le bruit courait qu’elle s’était abattue auparavant en maints endroits mais surtout du côté de Lemnos ; pourtant, nulle part l’avènement de pareille pestilence[1], de pareille dévastation d’hommes n’a été mentionné.

 

[4] Οὔτε γὰρ ἰατροὶ ἤρκουν τὸ πρῶτον θεραπεύοντες ἀγνοίᾳ, ἀλλ᾽ αὐτοὶ μάλιστα ἔθνῃσκον ὅσῳ καὶ μάλιστα προσῇσαν, οὔτε ἄλλη ἀνθρωπεία τέχνη οὐδεμία· ὅσα τε πρὸς ἱεροῖς ἱκέτευσαν ἢ μαντείοις καὶ τοῖς τοιούτοις ἐχρήσαντο, πάντα ἀνωφελῆ ἦν· τελευτῶντές τε αὐτῶν ἀπέστησαν ὑπὸ τοῦ κακοῦ νικώμενοι.

Car ni les médecins n’arrivaient à soigner au début par ignorance, — bien plus c’était surtout eux qui mouraient dans la mesure où c’étaient eux qui s’approchaient le plus [du mal] — ni aucun autre savoir humain : tout ce qu’on demandait avec supplication aux temples ou aux lieux d’oracles, tout ce qu’on pouvait faire de ce genre, tout cela était inutile, et les gens finissaient par s’en écarter vaincus par le mal.

 

  1. Ἤρξατο δὲ τὸ μὲν πρῶτον, ὡς λέγεται, ἐξ Αἰθιοπίας τῆς ὑπὲρ Αἰγύπτου, ἔπειτα δὲ καὶ ἐς Αἴγυπτον καὶ Λιβύην κατέβη καὶ ἐς τὴν βασιλέως γῆν τὴν πολλήν.

Il commença d’abord, d’après ce qu’on en dit, en Ethiopie au-delà de l’Egypte, ensuite il descendit en Egypte et en Libye et dans la plus grande partie de la terre du grand Roi [de Perse].

 

[2] Ἐς δὲ τὴν ᾿Αθηναίων πόλιν ἐξαπιναίως ἐνέπεσε, καὶ τὸ πρῶτον ἐν τῷ Πειραιεῖ ἥψατο τῶν ἀνθρώπων, ὥστε καὶ ἐλέχθη ὑπ᾽ αὐτῶν ὡς οἱ Πελοποννήσιοι φάρμακα ἐσβεβλήκοιεν ἐς τὰ φρέατα· κρῆναι γὰρ οὔπω ἦσαν αὐτόθι. Ὕστερον δὲ καὶ ἐς τὴν ἄνω πόλιν ἀφίκετο, καὶ ἔθνῃσκον πολλῷ μᾶλλον ἤδη.

Il tomba d’un coup sur la ville d’Athènes, et toucha d’abord les gens du Pirée, si bien qu’ils disaient que les Péloponnésiens avaient empoisonné les puits : car il n’y avait pas encore de fontaines. Plus tard, il atteignit la ville haute et dès lors on y mourait bien plus.

 

[3] Λεγέτω μὲν οὖν περὶ αὐτοῦ ὡς ἕκαστος γιγνώσκει καὶ ἰατρὸς καὶ ἰδιώτης, ἀφ᾽ ὅτου εἰκὸς ἦν γενέσθαι αὐτό, καὶ τὰς αἰτίας ἅστινας νομίζει τοσαύτης μεταβολῆς ἱκανὰς εἶναι δύναμιν ἐς τὸ μεταστῆσαι σχεῖν· ἐγὼ δὲ οἷόν τε ἐγίγνετο λέξω καὶ ἀφ᾽ ὧν ἄν τις σκοπῶν, εἴ ποτε καὶ αὖθις ἐπιπέσοι, μάλιστ᾽ ἂν ἔχοι τι προειδὼς μὴ ἀγνοεῖν, ταῦτα δηλώσω αὐτός τε νοσήσας καὶ αὐτὸς ἰδὼν ἄλλους πάσχοντας.

Que chacun donc dise à son sujet selon sa façon de voir, médecin ou simple particulier, à partir de quoi il est probable que ce mal soit arrivé et les raisons qu’il pense suffisantes pour expliquer qu’un tel changement ait eu la force de se déchaîner ! Moi, je dirai quel en fut l’avènement ; et à partir de l’examen de quels éléments, si jamais il survient de nouveau, on pourrait ne pas l’ignorer mais être prévoyant, c’est ce que je révélerai, ayant moi-même contracté cette maladie et vu moi-même d’autres en souffrir.

 

  1. Τὸ μὲν γὰρ ἔτος, ὡς ὡμολογεῖτο, ἐκ πάντων μάλιστα δὴ ἐκεῖνο ἄνοσον ἐς τὰς ἄλλας ἀσθενείας ἐτύγχανεν ὄν· εἰ δέ τις καὶ προὐκαμνέ τι, ἐς τοῦτο πάντα ἀπεκρίθη.

Car cette année, de l’avis général, fut la plus saine de toutes pour les autres affections ; mais si l’on souffrait déjà de quelque chose, tout se résolvait en cette [affection].

 

[2] Τοὺς δὲ ἄλλους ἀπ᾽ οὐδεμιᾶς προφάσεως, ἀλλ᾽ ἐξαίφνης ὑγιεῖς ὄντας πρῶτον μὲν τῆς κεφαλῆς θέρμαι ἰσχυραὶ καὶ τῶν ὀφθαλμῶν ἐρυθήματα καὶ φλόγωσις ἐλάμβανε, καὶ τὰ ἐντός, ἥ τε φάρυγξ καὶ ἡ γλῶσσα, εὐθὺς αἱματώδη ἦν καὶ πνεῦμα ἄτοπον καὶ δυσῶδες ἠφίει·

Quant aux autres gens, sans aucun signe prémonitoire, mais brusquement, alors qu’ils étaient en bonne santé, d’abord de fortes fièvres de la tête les prenaient, ainsi que des rougeurs et de l’inflammation oculaires, et le dedans, gorge et langue, était tout de suite sanguinolent et exhalait un souffle étrange et nauséabond.

 

[3] ἔπειτα ἐξ αὐτῶν πταρμὸς καὶ βράγχος ἐπεγίγνετο, καὶ ἐν οὐ πολλῷ χρόνῳ κατέβαινεν ἐς τὰ στήθη ὁ πόνος μετὰ βηχὸς ἰσχυροῦ· καὶ ὁπότε ἐς τὴν καρδίαν στηρίξειεν, ἀνέστρεφέ τε αὐτὴν καὶ ἀποκαθάρσεις χολῆς πᾶσαι ὅσαι ὑπὸ ἰατρῶν ὠνομασμέναι εἰσὶν ἐπῇσαν, καὶ αὗται μετὰ ταλαιπωρίας μεγάλης,

Ensuite, à partir de là, éternuement et enrouement, et en peu de temps, la douleur descendait dans la poitrine avec une forte toux ; et si elle se fixait sur l’estomac[2], elle le retournait et arrivaient toutes les “purgations de bile”, selon le terme des médecins, et cela avec un état de malaise profond.

 

[4] λύγξ τε τοῖς πλείοσιν ἐνέπεσε κενὴ σπασμὸν ἐνδιδοῦσα ἰσχυρόν, τοῖς μὲν μετὰ ταῦτα λωφήσαντα, τοῖς δὲ καὶ πολλῷ ὕστερον.

Un hoquet à vide tombait sur la plupart des gens et leur donnait de violents spasmes, qui s’arrêtaient, pour les uns, après cela, et pour les autres, bien plus tard.

 

[5] Καὶ τὸ μὲν ἔξωθεν ἁπτομένῳ σῶμα οὔτ᾽ ἄγαν θερμὸν ἦν οὔτε χλωρόν, ἀλλ᾽ ὑπέρυθρον, πελιτνόν, φλυκταίναις μικραῖς καὶ ἕλκεσιν ἐξηνθηκός· τὰ δὲ ἐντὸς οὕτως ἐκάετο ὥστε μήτε τῶν πάνυ λεπτῶν ἱματίων καὶ σινδόνων τὰς ἐπιβολὰς μηδ᾽ ἄλλο τι ἢ γυμνοὶ ἀνέχεσθαι, ἥδιστά τε ἂν ἐς ὕδωρ ψυχρὸν σφᾶς αὐτοὺς ῥίπτειν. Καὶ πολλοὶ τοῦτο τῶν ἠμελημένων ἀνθρώπων καὶ ἔδρασαν ἐς φρέατα τῇ δίψῃ ἀπαύστῳ ξυνεχόμενοι· καὶ ἐν τῷ ὁμοίῳ καθειστήκει τό τε πλέον καὶ ἔλασσον ποτόν.

Pour qui le touchait, le corps était extérieurement ni trop chaud ni luisant[3], mais rougeâtre, grisâtre, avec une efflorescence de petites pustules et de plaies ; intérieurement, il brûlait tellement que les gens ne supportaient le contact d’aucun vêtement ou linge ni rien d’autre que d’être nus et se jetaient avec le plus grand plaisir dans l’eau froide. Et nombre de gens laissés sans soin firent même cela dans des puits, pris d’une soif inextinguible. Et qu’on bût plus ou moins, c’était le même état.

 

[6] Καὶ ἡ ἀπορία τοῦ μὴ ἡσυχάζειν καὶ ἡ ἀγρυπνία ἐπέκειτο διὰ παντός. Καὶ τὸ σῶμα, ὅσονπερ χρόνον καὶ ἡ νόσος ἀκμάζοι, οὐκ ἐμαραίνετο, ἀλλ᾽ ἀντεῖχε παρὰ δόξαν τῇ ταλαιπωρίᾳ, ὥστε ἢ διεφθείροντο οἱ πλεῖστοι ἐναταῖοι καὶ ἑβδομαῖοι ὑπὸ τοῦ ἐντὸς καύματος, ἔτι ἔχοντές τι δυνάμεως, ἢ εἰ διαφύγοιεν, ἐπικατιόντος τοῦ νοσήματος ἐς τὴν κοιλίαν καὶ ἑλκώσεώς τε αὐτῇ ἰσχυρᾶς ἐγγιγνομένης καὶ διαρροίας ἅμα ἀκράτου ἐπιπιπτούσης οἱ πολλοὶ ὕστερον δι᾽ αὐτὴν ἀσθενείᾳ ἀπεφθείροντο.

Et c’était tout le temps impossibilité de trouver le repos et insomnie. Et le corps, autant que pouvait régner la maladie, ne dépérissait pas, mais résistait contre toute attente à cette affliction, si bien que la plupart périssaient après huit jours ou six jours du fait de cette brûlure intérieure, avec encore un peu de force, ou bien s’ils en réchappaient, la maladie descendait au ventre, de violents ulcères survenaient en même temps que de terribles diarrhées : la plupart périssaient finalement d’épuisement à cause d’elles.

 

[7] Διεξῄει γὰρ διὰ παντὸς τοῦ σώματος ἄνωθεν ἀρξάμενον τὸ ἐν τῇ κεφαλῇ πρῶτον ἱδρυθὲν κακόν, καὶ εἴ τις ἐκ τῶν μεγίστων περιγένοιτο, τῶν γε ἀκρωτηρίων ἀντίληψις αὐτοῦ ἐπεσήμαινεν·

Car le mal une fois établi dans la tête traversait tout le corps en commençant par le haut, et si l’on survivait aux plus grands maux, c’est par les extrémités du moins que se manifestait qu’on avait contracté ce mal.

 

[8] κατέσκηπτε γὰρ ἐς αἰδοῖα καὶ ἐς ἄκρας χεῖρας καὶ πόδας, καὶ πολλοὶ στερισκόμενοι τούτων διέφευγον, εἰσὶ δ᾽ οἳ καὶ τῶν ὀφθαλμῶν. Τοὺς δὲ καὶ λήθη ἐλάμβανε παραυτίκα ἀναστάντας τῶν πάντων ὁμοίως, καὶ ἠγνόησαν σφᾶς τε αὐτοὺς καὶ τοὺς ἐπιτηδείους.

Car il s’abattait sur le sexe, l’extrémité des mains et des pieds, et beaucoup en les perdant —et certains même en perdant leurs yeux — y échappaient. La perte de mémoire également atteignait d’autres dès qu’ils se relevaient de tout cela, et eux-mêmes ne se reconnaissaient plus, pas plus qu’ils ne reconnaissaient leurs proches.

 

  1. Γενόμενον γὰρ κρεῖσσον λόγου τὸ εἶδος τῆς νόσου τά τε ἄλλα χαλεπωτέρως ἢ κατὰ τὴν ἀνθρωπείαν φύσιν προσέπιπτεν ἑκάστῳ καὶ ἐν τῷδε ἐδήλωσε μάλιστα ἄλλο τι ὂν ἢ τῶν ξυντρόφων τι· τὰ γὰρ ὄρνεα καὶ τετράποδα ὅσα ἀνθρώπων ἅπτεται, πολλῶν ἀτάφων γενομένων ἢ οὐ προσῄει ἢ γευσάμενα διεφθείρετο.

Car cette forme de maladie dépassant tout raisonnement s’abattait sur chacun avec plus de douleur que n’en peut supporter la nature humaine, mais en ceci surtout[4], ce mal manifestait qu’il était autre chose que les maux familiers : tous les oiseaux et quadrupèdes s’attaquant à l’homme — comme beaucoup de gens étaient sans sépulture — ou bien ne s’en approchaient pas, ou bien en goûtaient et en mouraient.

 

[2] Τεκμήριον δέ· τῶν μὲν τοιούτων ὀρνίθων ἐπίλειψις σαφὴς ἐγένετο, καὶ οὐχ ἑωρῶντο οὔτε ἄλλως οὔτε περὶ τοιοῦτον οὐδέν· οἱ δὲ κύνες μᾶλλον αἴσθησιν παρεῖχον τοῦ ἀποβαίνοντος διὰ τὸ ξυνδιαιτᾶσθαι.

Et en voici la preuve : il y eut clairement une diminution de ce genre d’oiseaux et surtout on ne les voyait plus occupés à rien de ce genre : les chiens permettaient davantage d’observer le progrès [de la maladie], à cause de leur proximité avec [l’homme].

 

  1. Τὸ μὲν οὖν νόσημα, πολλὰ καὶ ἄλλα παραλιπόντι ἀτοπίας, ὡς ἑκάστῳ ἐτύγχανέ τι διαφερόντως ἑτέρῳ πρὸς ἕτερον γιγνόμενον, τοιοῦτον ἦν ἐπὶ πᾶν τὴν ἰδέαν. Καὶ ἄλλο παρελύπει κατ᾽ ἐκεῖνον τὸν χρόνον οὐδὲν τῶν εἰωθότων· ὃ δὲ καὶ γένοιτο, ἐς τοῦτο ἐτελεύτα.

Donc, cette maladie, à part bien d’autres étrangetés dues au fait qu’elle survenait pour chacun différemment d’autrui, était en général d’un tel aspect. Et il n’y eut en ce temps-là aucune des maladies habituelles : mais s’il en survenait une, elle finissait par notre maladie.

 

[2] Ἔθνῃσκον δὲ οἱ μὲν ἀμελείᾳ, οἱ δὲ καὶ πάνυ θεραπευόμενοι· ἕν τε οὐδὲ ἓν κατέστη ἴαμα ὡς εἰπεῖν ὅ τι χρῆν προσφέροντας ὠφελεῖν (τὸ γάρ τῳ ξυνενεγκὸν ἄλλον τοῦτο ἔβλαπτε)·

Qu’on fût laissé sans soin ou qu’on en reçût en abondance, on mourait. Et à propos d’aucun traitement, il ne fut établi qu’il fallait l’administrer pour faire du bien. Car ce qui bénéficiait à l’un nuisait à l’autre.

 

[3] σῶμά τε αὔταρκες ὂν οὐδὲν διεφάνη πρὸς αὐτὸ ἰσχύος πέρι ἢ ἀσθενείας, ἀλλὰ πάντα ξυνῄρει καὶ τὰ πάσῃ διαίτῃ θεραπευόμενα.

Et en ce qui concerne la vigueur ou la faiblesse aucun corps ne se révéla armé contre le mal, mais il les emportait tous, même soignés par toute espèce de régime.

 

[4] Δεινότατον δὲ παντὸς ἦν τοῦ κακοῦ ἥ τε ἀθυμία, ὁπότε τις αἴσθοιτο κάμνων (πρὸς γὰρ τὸ ἀνέλπιστον εὐθὺς τραπόμενοι τῇ γνώμῃ πολλῷ μᾶλλον προΐεντο σφᾶς αὐτοὺς καὶ οὐκ ἀντεῖχον), καὶ ὅτι ἕτερος ἀφ᾽ ἑτέρου θεραπείας ἀναπιμπλάμενοι ὥσπερ τὰ πρόβατα ἔθνῃσκον· καὶ τὸν πλεῖστον φθόρον τοῦτο ἐνεποίει.

Le pire dans tout ce malheur était la dépression, quand on se sentait malade — l’état d’esprit tournant au désespoir, on se laissait aller sans résistance — et que contaminés par les soins prodigués à autrui, les gens mouraient comme des moutons : et cela produisait le plus grand désastre.

 

[5] Εἴτε γὰρ μὴ ‘θέλοιεν δεδιότες ἀλλήλοις προσιέναι, ἀπώλλυντο ἐρῆμοι, καὶ οἰκίαι πολλαὶ ἐκενώθησαν ἀπορίᾳ τοῦ θεραπεύσοντος· εἴτε προσίοιεν, διεφθείροντο, καὶ μάλιστα οἱ ἀρετῆς τι μεταποιούμενοι· αἰσχύνῃ γὰρ ἠφείδουν σφῶν αὐτῶν ἐσιόντες παρὰ τοὺς φίλους, ἐπεὶ καὶ τὰς ὀλοφύρσεις τῶν ἀπογιγνομένων τελευτῶντες καὶ οἱ οἰκεῖοι ἐξέκαμνον ὑπὸ τοῦ πολλοῦ κακοῦ νικώμενοι.

Car si, par peur, ils ne voulaient pas s’approcher des autres, ils mouraient seuls, et de nombreuses maisons furent vidées faute de quelqu’un pour faire les soins, mais s’ils s’approchaient, ils périssaient, surtout les gens qui voulaient faire preuve de valeur : par sens moral, ils se sacrifiaient eux-mêmes en allant chez leurs amis, puisque pour finir même les gens de la maison, se laissant vaincre par tant de malheur, cessaient par lassitude les lamentations sur ceux qui mouraient.

 

[6] Ἐπὶ πλέον δ᾽ ὅμως οἱ διαπεφευγότες τόν τε θνῄσκοντα καὶ τὸν πονούμενον ᾠκτίζοντο διὰ τὸ προειδέναι τε καὶ αὐτοὶ ἤδη ἐν τῷ θαρσαλέῳ εἶναι· δὶς γὰρ τὸν αὐτόν, ὥστε καὶ κτείνειν, οὐκ ἐπελάμβανεν. Καὶ ἐμακαρίζοντό τε ὑπὸ τῶν ἄλλων καὶ αὐτοὶ τῷ παραχρῆμα περιχαρεῖ καὶ ἐς τὸν ἔπειτα χρόνον ἐλπίδος τι εἶχον κούφης μηδ᾽ ἂν ὑπ᾽ ἄλλου νοσήματός ποτε ἔτι διαφθαρῆναι.

Pourtant, la plupart du temps, ceux qui en avaient réchappé prenaient en pitié mourants et malades parce qu’ils savaient [tout] d’avance et qu’ils étaient désormais en sécurité. Car [le mal] ne frappait pas deux fois la même personne au point de la tuer. Les autres les félicitaient et eux-mêmes nourrissaient, avec une grande joie soudaine, aussi quelque douce espérance pour l’avenir de ne jamais plus périr même d’une autre maladie.

 

  1. Ἐπίεσε δ᾽ αὐτοὺς μᾶλλον πρὸς τῷ ὑπάρχοντι πόνῳ καὶ ἡ ξυγκομιδὴ ἐκ τῶν ἀγρῶν ἐς τὸ ἄστυ, καὶ οὐχ ἧσσον τοὺς ἐπελθόντας.

Ce qui les accablait davantage, outre les souffrances présentes, c’était aussi l’afflux de gens, des champs vers la ville haute ; et cela n’accablait pas moins les nouveaux venus.

 

[2] Οἰκιῶν γὰρ οὐχ ὑπαρχουσῶν, ἀλλ᾽ ἐν καλύβαις πνιγηραῖς ὥρᾳ ἔτους διαιτωμένων ὁ φθόρος ἐγίγνετο οὐδενὶ κόσμῳ, ἀλλὰ καὶ νεκροὶ ἐπ᾽ ἀλλήλοις ἀποθνῄσκοντες ἔκειντο καὶ ἐν ταῖς ὁδοῖς ἐκαλινδοῦντο καὶ περὶ τὰς κρήνας ἁπάσας ἡμιθνῆτες τοῦ ὕδατος ἐπιθυμίᾳ.

Car comme il n’y avait pas de maison, pour les gens qui vivaient dans des cabanes étouffantes en plein été, le désastre se produisit sans nulle organisation mais après leur agonie[5], leurs cadavres gisaient les uns sur les autres ou ils se traînaient dans les rues et autour de toutes les sources, morts-vivants assoiffés.

 

[3] Τά τε ἱερὰ ἐν οἷς ἐσκήνηντο νεκρῶν πλέα ἦν αὐτοῦ ἐναποθνῃσκόντων· ὑπερβιαζομένου γὰρ τοῦ κακοῦ οἱ ἄνθρωποι, οὐκ ἔχοντες ὅ τι γένωνται, ἐς ὀλιγωρίαν ἐτράποντο καὶ ἱερῶν καὶ ὁσίων ὁμοίως.

Les enceintes [des temples] où ils campaient étaient emplis des cadavres de gens qui y avaient agonisé : comme le mal les terrassait, les hommes, ne sachant pas ce qu’ils deviendraient, se mirent à ne plus se soucier tout ensemble ni des lieux sacrés ni des rites.

 

[4] Νόμοι τε πάντες ξυνεταράχθησαν οἷς ἐχρῶντο πρότερον περὶ τὰς ταφάς, ἔθαπτον δὲ ὡς ἕκαστος ἐδύνατο. Καὶ πολλοὶ ἐς ἀναισχύντους θήκας ἐτράποντο σπάνει τῶν ἐπιτηδείων διὰ τὸ συχνοὺς ἤδη προτεθνάναι σφίσιν· ἐπὶ πυρὰς γὰρ ἀλλοτρίας φθάσαντες τοὺς νήσαντας οἱ μὲν ἐπιθέντες τὸν ἑαυτῶν νεκρὸν ὑφῆπτον, οἱ δὲ καιομένου ἄλλου ἐπιβαλόντες ἄνωθεν ὃν φέροιεν ἀπῇσαν.

Toutes les lois qu’on suivait auparavant pour les funérailles furent chamboulées : chacun ensevelissait comme il pouvait. Et beaucoup eurent recours à des sépulcres indignes par manque de sépulcres habituels, parce qu’un grand nombre était mort avant eux déjà. Voilà que les uns mettaient leur mort sur les bûchers d’autrui, prenant de court ceux qui les avaient construits, et y boutaient le feu, les autres jetaient le cadavre qu’ils portaient sur un autre cadavre qui brûlait et s’en allaient.

 

  1. Πρῶτόν τε ἦρξε καὶ ἐς τἆλλα τῇ πόλει ἐπὶ πλέον ἀνομίας τὸ νόσημα. Ῥᾷον γὰρ ἐτόλμα τις ἃ πρότερον ἀπεκρύπτετο μὴ καθ᾽ ἡδονὴν ποιεῖν, ἀγχίστροφον τὴν μεταβολὴν ὁρῶντες τῶν τε εὐδαιμόνων καὶ αἰφνιδίως θνῃσκόντων καὶ τῶν οὐδὲν πρότερον κεκτημένων, εὐθὺς δὲ τἀκείνων ἐχόντων.

C’est ainsi qu’en premier, la maladie ouvrit plus grande la porte à l’anarchie pour la ville dans les autres domaines aussi. Car on était plus facilement audacieux pour ce qu’auparavant on faisait en dissimulant son plaisir, quand les gens voyaient le tour soudain des changements : les gens fortunés mouraient même de mort subite et ceux qui auparavant n’avaient rien se retrouvaient riches aussitôt des biens de ceux-là.

 

[2] Ὥστε ταχείας τὰς ἐπαυρέσεις καὶ πρὸς τὸ τερπνὸν ἠξίουν ποιεῖσθαι, ἐφήμερα τά τε σώματα καὶ τὰ χρήματα ὁμοίως ἡγούμενοι.

Ainsi, ils jugeaient bon les jouissances immédiate et les actions pour leur plaisir, considérant que le corps et les biens sont tout ensemble provisoires.

 

[3] Καὶ τὸ μὲν προσταλαιπωρεῖν τῷ δόξαντι καλῷ οὐδεὶς πρόθυμος ἦν, ἄδηλον νομίζων εἰ πρὶν ἐπ᾽ αὐτὸ ἐλθεῖν διαφθαρήσεται· ὅ τι δὲ ἤδη τε ἡδὺ πανταχόθεν τε ἐς αὐτὸ κερδαλέον, τοῦτο καὶ καλὸν καὶ χρήσιμον κατέστη.

Et plus personne n’était enclin à prendre davantage de peine pour ce qui était apparu un bien, dans l’incertitude où l’on était si l’on n’allait pas périr avant d’y arriver. Mais ce qui désormais était agréable en tout point et en même temps profitable, cela fut tenu pour bel et bon.

 

[4] Θεῶν δὲ φόβος ἢ ἀνθρώπων νόμος οὐδεὶς ἀπεῖργε, τὸ μὲν κρίνοντες ἐν ὁμοίῳ καὶ σέβειν καὶ μὴ ἐκ τοῦ πάντας ὁρᾶν ἐν ἴσῳ ἀπολλυμένους, τῶν δὲ ἁμαρτημάτων οὐδεὶς ἐλπίζων μέχρι τοῦ δίκην γενέσθαι βιοὺς ἂν τὴν τιμωρίαν ἀντιδοῦναι, πολὺ δὲ μείζω τὴν ἤδη κατεψηφισμένην σφῶν ἐπικρεμασθῆναι, ἣν πρὶν ἐμπεσεῖν εἰκὸς εἶναι τοῦ βίου τι ἀπολαῦσαι.

Nulle crainte des dieux, nulle loi des hommes ne retenait [plus personne] : les gens jugeaient tout pareil le respect et l’irrespect, à force de voir tout le monde trépasser également ; personne ne s’attendait plus à vivre jusqu’au procès et à recevoir punition de ses fautes, mais on s’attendait à la punition plus grande qui avait déjà été votée contre eux et planait sur eux, et avant qu’elle ne tombât sur eux, il était normal qu’on eût quelque plaisir à la vie.

 

  1. Τοιούτῳ μὲν πάθει οἱ ᾿Αθηναῖοι περιπεσόντες ἐπιέζοντο, ἀνθρώπων τ᾽ ἔνδον θνῃσκόντων καὶ γῆς ἔξω δῃουμένης.

Voilà les malheurs dans lesquels étaient tombés les Athéniens et qui les accablaient : les gens mouraient à l’intérieur [des remparts], la terre était dévastée en dehors.

 

[2] Ἐν δὲ τῷ κακῷ οἷα εἰκὸς ἀνεμνήσθησαν καὶ τοῦδε τοῦ ἔπους, φάσκοντες οἱ πρεσβύτεροι πάλαι ᾄδεσθαι “ἥξει Δωριακὸς πόλεμος καὶ λοιμὸς ἅμ᾽ αὐτῷ”.

Dans ce malheur, comme il est normal, les vieux se souvinrent aussi de ce vers, en disant qu’on le chantait autrefois :

“Avec la dorienne guerre pestilence [loimos] viendra ”

 

[3] Ἐγένετο μὲν οὖν ἔρις τοῖς ἀνθρώποις μὴ λοιμὸν ὠνομάσθαι ἐν τῷ ἔπει ὑπὸ τῶν παλαιῶν, ἀλλὰ λιμόν, ἐνίκησε δὲ ἐπὶ τοῦ παρόντος εἰκότως λοιμὸν εἰρῆσθαι· οἱ γὰρ ἄνθρωποι πρὸς ἃ ἔπασχον τὴν μνήμην ἐποιοῦντο. Ἢν δέ γε οἶμαί ποτε ἄλλος πόλεμος καταλάβῃ Δωρικὸς τοῦδε ὕστερος καὶ ξυμβῇ γενέσθαι λιμόν, κατὰ τὸ εἰκὸς οὕτως ᾄσονται.

Il y eut donc une querelle chez ces gens, à savoir que ce n’était pas loimos [« pestilence »] qui avait été dit dans ce vers par les Anciens, mais limos [« famine »], mais triompha à ce moment l’idée que vraisemblablement c’était loimos [« pestilence »] qui avait été dit, car les gens tordaient leurs souvenirs vers ce qu’ils subissaient. Assurément, je suis d’avis que si jamais une autre guerre dorienne survient après la présente guerre et qu’une famine vient à fondre sur eux, ils chanteront ce vers vraisemblablement avec limos [« famine »].

 

[4] Μνήμη δὲ ἐγένετο καὶ τοῦ Λακεδαιμονίων χρηστηρίου τοῖς εἰδόσιν, ὅτε ἐπερωτῶσιν αὐτοῖς τὸν θεὸν εἰ χρὴ πολεμεῖν ἀνεῖλε κατὰ κράτος πολεμοῦσι νίκην ἔσεσθαι, καὶ αὐτὸς ἔφη ξυλλήψεσθαι.

Mémoire revint aussi aux connaisseurs de l’oracle des Spartiates, quand, à ceux qui interrogeaient le dieu pour savoir s’il fallait faire la guerre, celui-ci avait répondu que la victoire serait pour ceux qui combattent avec force et que lui-même y contribuerait.

[5] Περὶ μὲν οὖν τοῦ χρηστηρίου τὰ γιγνόμενα ᾔκαζον ὁμοῖα εἶναι· ἐσβεβληκότων δὲ τῶν Πελοποννησίων ἡ νόσος ἤρξατο εὐθύς, καὶ ἐς μὲν Πελοπόννησον οὐκ ἐσῆλθεν, ὅ τι καὶ ἄξιον εἰπεῖν, ἐπενείματο δὲ ᾿Αθήνας μὲν μάλιστα, ἔπειτα δὲ καὶ τῶν ἄλλων χωρίων τὰ πολυανθρωπότατα. Tαῦτα μὲν τὰ κατὰ τὴν νόσον γενόμενα.

Ils supputaient donc que les événements avaient quelque ressemblance, pour ce qui est de l’oracle : dès que les Péloponnésiens avaient fait leur invasion, la maladie avait commencé et elle n’avait pas atteint le Péloponnèse, ce qui mérite d’être dit, mais elle avait sévi surtout à Athènes et ensuite dans les campagnes les plus peuplées. Voilà ce qui est arrivé lors de cette maladie.

 

Deuxième vague

Livre 3, ch. 87

 

[1] Τοῦ δ᾽ ἐπιγιγνομένου χειμῶνος ἡ νόσος τὸ δεύτερον ἐπέπεσε τοῖς Ἀθηναίοις, ἐκλιποῦσα μὲν οὐδένα χρόνον τὸ παντάπασιν, ἐγένετο δέ τις ὅμως διοκωχή.

L’hiver suivant [327 av. J.-C.], la maladie s’abattit pour la seconde fois sur les Athéniens, ne leur laissant absolument aucun temps [de répit] ; il y avait eu cependant une certaine trêve.

 

[2] Παρέμεινε δὲ τὸ μὲν ὕστερον οὐκ ἔλασσον ἐνιαυτοῦ, τὸ δὲ πρότερον καὶ δύο ἔτη, ὥστε Ἀθηναίους γε μὴ εἶναι ὅ τι[6] μᾶλλον τούτου ἐπίεσε καὶ ἐκάκωσε τὴν δύναμιν·

Elle resta, pour cette dernière, pas moins d’une année [327 av. J.-C.], et même deux années [330-329 av. J.-C.] pour la première, de façon que pour les Athéniens du moins, il ne fut chose qui davantage que cela accabla et compromit leur empire.

 

[3] τετρακοσίων γὰρ ὁπλιτῶν καὶ τετρακισχιλίων οὐκ ἐλάσσους ἀπέθανον ἐκ τῶν τάξεων καὶ τριακοσίων ἱππέων, τοῦ δὲ ἄλλου ὄχλου ἀνεξεύρετος ἀριθμός.

Car pas moins de quatre mille quatre cents hoplites étaient morts parmi les bataillons et trois cents cavaliers[7], et un nombre introuvable de gens du commun.

Traduction de Christian Boudignon,

Université d’Aix-Marseille, Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

 

NOTES

[1] Nous avions pensé traduire λοιμός par « épidémie » mais Divna Soleil nous signale : « Pour traduire λοιμός, on se sert le plus souvent de ‘pestilence’ lorsqu’il s’agit des textes de la Collection hippocratique ou de Galien, car il ne s’agit pas de ce que l’on entend maintenant par ‘peste’ (pathologie provoquée par la bactérie Yersinia pestis). En tout cas, dans les textes hippocratiques et médicaux d’une manière générale on évite ‘épidémie’, d’une part parce que le mot sert de titre à un ensemble de traités renvoyant au ‘séjour d’une maladie à un moment donné dans une région’ et d’autre part parce que les médecins anciens n’admettaient pas la propagation de la maladie par contact direct, uniquement par les miasmes. Les historiens eux semblent sous-entendre la propagation par contact (et Thucydide en premier), mais personnellement je préfère éviter ‘épidémie’ car même chez Thucydide tout reste implicite et loimos semble avoir des ‘résonances tragiques’. »

[2] Divna Soleil signale que καρδία désigne à la fois « cœur », « orifice supérieur de l’estomac » et « estomac » et le verbe καρδιαλγέω renvoie à la nausée (cf. en français mal au cœur, soulever le cœur…).

[3] Nous traduisons χλωρός comme désignant un teint, ici « luisant », à distinguer de son synonyme πελιτνόν « blême, livide, grisâtre » que nous rendons par « grisâtre ». Divna Soleil propose, quant à elle, une autre solution : « L’adjectif χλωρός peut se rapporter à la fraîcheur, mais dans le contexte médical et en parlant du corps malade il désigne le plus souvent la teinte livide. Ici la traduction est difficile, car Thucydide commence par le toucher et continue avec les impressions visuelles, dont la lividité… J’ai pensé qu’ici χλωρός constituait peut-être une ‘transition synesthétique’ pouvant à la fois renvoyer à la fraîcheur et à la pâleur et qu’il fonctionnait donc en opposition avec θερμός : ‘… ni trop chaud ni trop frais.’ »

[4] Τά τε ἄλλα ”par ailleurs” annonce καὶ … μάλιστα “et … surtout”: nous ne le traduisons pas.

[5] Nous adoptons ici la traduction de J.-V. Vernhes qui s’explique : « ἀποθνῄσκοντες est un participe imperfectif d’antériorité. Le plus souvent, le participe imperfectif employé avec une telle valeur est muni de quelque chose du genre πρότερον, mais il peut être sans rien. Je prends à la seconde mouture du livre d’Yves Duhoux, Le verbe grec, Louvain-la-neuve, 2000, p. 50, l’exemple d’Isocrate, Busiris, 31 : (Βούσιρις) τῶν ξένων τοὺς ἀφικνουμένους θύων κατήσθιεν ‘[Bousiris] mangeait après les avoir sacrifiés, les étrangers qui arrivaient’ (trad. Duhoux) ou, pour rendre l’aspect imperfectif : ‘les étrangers qui arrivaient, voilà que [Bousiris] les sacrifiait puis les mangeait.’ »

[6] Il faut écrire en deux mots et non ὅτι comme le fait R. Weil.

[7] Au livre II, ch. 13, 6, Thucydide compte, pour les bataillons prêts au combat, treize mille hoplites et au ch. 13, 8, mille deux cents cavaliers. Le nombre des pertes militaires se situe donc entre un quart et un tiers, ce qui est confirmé au livre II, ch. 58, 3 où Thucydide rapporte la mort par la maladie de mille cinq cents hoplites athéniens sur quatre mille du bataillon de Potidée, soit un quart.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Laurent Force a lu pour vous l’album pour enfants “Fadia Nicé” de L. Humbel et J. Cubaud

► Lu pour vous ;  λύχνος n° 147, juillet 2017, quarantième année article quatre

La vie de Nicé, petite esclave grecque

 

Couverture de “Fadia Nicé” de Laure Humbel et Jean Cubaud

 

Laure Humbel et Jean Cubaud,  Fadia Nicé ou l’histoire inventée d’une vraie esclave romaine, édition Sansouire, Nîmes, 2016, 84 p., 22euros, ISBN 979-10-91985-17-8

Les musées sont des endroits terribles. On y entre, et, à moins d’être accompagné d’enfants à qui l’on a promis un goûter, un tour de manège ou un plongeon à la piscine, on ne sait pas quand on en sort (le gardien qui ferme, lui, le sait très bien : c’est maintenant car son service est fini). Mon amie Laure Humbel est comme moi, et même pire que moi : je peux rester quelques instants à contempler une œuvre qui a attiré mon regard quand Laure est capable de faire tout un roman à partir d’un tesson de poterie. L’histoire de Fadia Nicé est née d’une urne funéraire exposée au Musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille, ornée de masques, de têtes de béliers, de guirlandes et d’une épitaphe bien lisible :

D.M.

FADIAE NICE

CONIVGI – KARIS

SEX – FADIVS – PRIAMVS

(aux dieux mânes, à Fadia Nicé son épouse très chère, Sextus Fadius Priamus)

On nous raconte donc la vie de Nicé, petite esclave grecque, vendue sur le port du Pirée, élevée dans la maison de Sextus Fadius Secundus Musa, riche armateur de Narbonne, mariée à Priam, son esclave puis son affranchi. La vie d’une petite esclave n’est pas facile, mais vivre dans la maison du maître offre bien plus d’occasions d’améliorer son sort que de travailler dans les champs. Nous voici ainsi plongés dans la vie quotidienne des habitants de la Narbonnaise, puis d’Ostie au IIe siècle. Un récit vivant, et documenté qui permet de se faire une idée de ce qu’a pu être la vie des habitants de l’empire romain. Le ton didactique et l’explication des mots difficiles mettent le récit à la portée des enfants et ne doivent pas rebuter les adultes même s’ils auront parfois l’impression de lire un manuel scolaire.

Le dessin de Jean Cubaud, réaliste, en noir et blanc, dépouillé, est à l’image du texte : on y retrouve le souci de documentation et d’exactitude. Le trait est fort, appuyé comme le soleil qui tape sur les paysages méridionaux. La vie de Fadia Nicé n’a pas toujours été drôle et sa mise en image nous plongerait presque dans un film italien néoréaliste. Le grand format carré de l’album (30 cm x 30 cm environ) permet une mise en page originale avec de grandes marges latérales propices aux commentaires ou à de petits dessins annexes.

Voilà donc un album sérieux, trop sérieux pour faire les têtes de gondoles de nos supermarchés (je crois savoir que cela n’a jamais été son but !), mais qui fera la joie de tous les amateurs de lettres classiques espérant initier leurs enfants, neveux, petits-neveux aux joie de la civilisation gréco-latine.

Laurent Force

Ingénieur à France Télécom

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts