Archives de catégorie : Actualités / News

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°24)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 134, article six)

Le petit écolier et les cochons d’élevage .

(où il sera question de l’étymologie d’ école)

 

leçon d'école

 

 

“Les professeurs sont obligés de délirer avec les fous.

Si leurs leçons ne sont pas composées au goût de leurs petits jeunes gens,

ils seront, comme le disait Cicéron, laissés tout seuls dans leurs écoles “

Pétrone, Satyricon, III

 

 

« Il est arrivé une chose terrible à l’école », pour reprendre le début du Petit Nicolas : mon épouse, jamais absente, jamais malade, a dû ne pas faire cours pour assister à une réunion. Que croyez-vous qu’il se passa ? Ce fut une explosion de joie chez ses élèves ! Cette expérience est révélatrice… L’école est devenue à ce point un travail, que l’absence d’école est vécue comme un soulagement, une libération ! Et pourtant, la véritable école, c’est l’école buissonnière ! ou bien alors, l’école du temps libre ! Tel est le sens véritable du mot école, qui est, vous vous en doutez, grec. Car école veut dire “temps libre” en grec : σχολή (scholè).

 

“Il n’a pas le temps.”

Je vais prendre un exemple dans le Protagoras de Platon. Un genre d’universitaire mal fringué (Socrate) et je ne sais quel ami de la poésie et du savoir (Hippocrate) veulent aller rencontrer un intellectuel médiatique (Protagoras) descendu chez un homme politique plus ou moins véreux (Callias). Ils frappent à la porte :

—   οὐ σχολὴ αὐτῷ, « il n’a pas le temps » !

rétorque le Cerbère de service (du style des men in black) sans même en aviser le maître de maison. On voit bien là le caractère intemporel de l’intellectuel médiatique : il est pressé, il n’a pas le temps… (et pourtant il inonde les librairies de ses livres : quand  trouve-t-il le temps de les écrire ?)

Si au contraire vous avez du temps, en grec on dirait que vous avez σχολή (scholè). Si l’on a un peu d’humour et d’imagination, on se représentera les Athéniens aisés qui faisaient la vie politique d’Athènes à la façon des cheikhs d’Abou Dhabi ou du Qatar, qui ont en général trop d’argent pour travailler. A Athènes comme dans les émirats, le travail, c’est bon pour les esclaves (avec ou sans guillemets) et pour les pauvres. Platon, qui n’a pas sa langue dans sa poche, compare dans les Lois (819d) ses concitoyens aisés à des « cochons d’élevage », ὑηνῶν τινῶν θρεμμάτων : les vieux préfèrent jouer aux dames plutôt que de se poser des énigmes les uns aux autres, dans des loisirs dignes d’eux, ἐν ταῖς τούτων ἀξίαισι σχολαῖς (820c)… à savoir des loisirs consacrés aux rudiments de la mathématique géométrique ! L’école du temps libre était née ! En même temps, Platon inventait les leçons qui allaient occuper cette école du temps libre, à savoir les μαθήματα (mathèmata) d’où viennent nos mathématiques[1]. L’école, c’est donc les dignes   loisirs ! Platon prêche évidemment pour sa paroisse, je veux dire pour son Académie, dont on nous dit qu’elle était ornée de l’inscription : ἀγεωμέτρητος μηδεὶς εἰσίτω, « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! ».

 

L’école, une invention démocratique

Ce genre de temps libre semble une invention démocratique. Dans la Politique (1313b), Aristote signale qu’une tyrannie qui veut se maintenir a intérêt « à ne pas permettre qu’il y ait des écoles ou d’autres discussions d’écoles » : μήτε σχολὰς μήτε ἄλλους συλλόγους ἐπιτρέπειν γίγνεσθαι σχολαστικούς. Car les débats suscitent intelligence et confiance en soi chez les citoyens qui deviennent ainsi rebelles et désobéissants à la tyrannie.

 

“Ils sont laissés presque tout seuls dans leurs écoles”

Le mot sera acclimaté en latin par Cicéron sous la forme : schola ou scola. Ainsi les Stoïciens et leur dur apprentissage de la vertu sont aujourd’hui passés de mode, veut croire Cicéron dans son plaidoyer pour Caelius (41) : prope soli iam in scolis sunt relicti, “ils sont laissés presque tout seuls dans leurs préceptes” ! Mais le terme  prend aussi le sens de lieu d’enseignement. Le Marseillais Pétrone au début de son Satyricon (écrit au Ier siècle après J.-C.) fait dire de l’école qu’elle crétinise la jeunesse avec ses exercices de rhétorique stupides et totalement artificiels : ego adulescentulos existimo in scholis stultissimos fieri (I, 3) : « j’estime moi, dit un autre, que les adolescents deviennent de triples sots dans les écoles ». Rassurez-vous, l’école avait déjà dégénéré…

 

De scola à école.

On trouve dans les graffiti de Pompéi, avant l’éruption du Vésuve de 79 après J.-C., les formes populaires isc(h)ola avec un i bref d’appui pour mieux prononcer la double consonne initiale sc. Ce i évolue en e et donne la forme esc(h)ola. Le même phénomène s’est produit avec ispat(h)a qui donnera épée.

Le mot n’a pas beaucoup changé depuis l’Antiquité. Le a final est devenu un e muet au VIIe siècle, et à la fin du XIIe siècle, on a cessé de prononcer le s de escole. Nous avions alors notre école.

De là vient notre écolier. Du temps de François Villon, c’était encore un étudiant. Maintenant, c’est un biscuit, le petit écolier… Mais j’avoue que je me sens toujours un peu un ogre quand je le mange !   ✷

 

Christian Boudignon,

Aix-Marseille Université, CNRS, TEDMAM-CPAF, UMR 7297, 13100, Aix-en-Provence, France

maître de conférences de grec ancien


[1] Mathématique signifie en effet : science des leçons.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Le n° 134 sortira le 10 mars 2013

Chers amis

Nous commençons la publication du n° 134 de Connaissance Hellénique. La publication sera achevée autour du 10 mars 2013.

Bonne lecture

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Les Bacchantes, 7 juillet 2013, 20h à Vaison-la-Romaine

La Semaine de Théâtre Antique de Vaison-la-Romaine et Hadrien 2000 nous signalent la représentation des Bacchantes d’Euripide, le 7 juillet 2013 à 20h (prix du billet : 20 euros).

affiche des Bacchantes d’Euripide

Il nous adressent le message de Philippe Brunet, fondateur et metteur en scène du Théâtre DEMODOCOS :

« Pour donner les Bacchantes le 7 juillet 2013 dans le théâtre grandiose de Vaison-la-Romaine , il faudrait être déjà deux mille personnes. Quand on sait que même les stars de la variété ont parfois du mal à remplir les gradins… Pour pouvoir jouer dans un tel lieu qui impose une assistance d’au moins mille personnes et bloquer la réservation, nous devons assurer la prévente de 500 billets avant le 31 décembre.  Pourquoi faut-il jouer impérieusement dans un théâtre antique ? Le rite de la tragédie, pensaient les Anciens, comme celui de leurs procès de criminels, ne supporte pas la souillure apportée par l’assassin dans un espace clos. Il faut l’ouverture du ciel, le vent et les oiseaux, la proximité de la Nature.  Pourquoi se serrer à 50 à Avignon dans une salle obscure quand on pourrait être 2000 dans un lieu accessible au sublime ? Où le moindre geste, grossi par la loupe du théâtre, s’en trouve amplifié à une puissance inouïe. Où les masques transforment l’expérience humaine des acteurs en mythologie vivante et sublime.  On vous dit que le théâtre grec est une chose scolaire ou à rendre “contemporaine” le plus vite possible. N’y croyez pas. Le théâtre de Dionysos est l’expérience de la vie, de la mort, et du renaître. C’est plus fort que tout. Le chant s’élève, le verbe martèle sa poésie plus que jamais nouvelle, la danse métamorphose le Choeur des Bacchantes initiées au mystère de Dionysos en panthères sauvages. La musique antique retrouvée, sur des instruments de type archaïque, déferle sans bande-son. Sans artifice. Avec toute la puissance du théâtre. Devant vous. »

Philippe Brunet

Plus d’information sur le site : hadrien2000-vaisontheatreantique.net

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Noël à Ithaque

Lu pour vous,  par Janine KAMINSKI.

Pour fêter Noël, J. Kaminski nous offre un petit extrait de Noël à Ithaque.

Gilles ORTLIEB, Noël à Ithaque, éd. Le temps qu’il fait, 2006. 80 pages, 13 €.

      Cet écrit est placé sous le signe de Constantin Cavafis, que le poète et prosateur Gilles Ortlieb,a naguère traduit.

       Noël, une saison idéale pour retrouver la Grèce d’autrefois, mélancolique et solitaire comme dans les films d’Angelopoulos : une chatte blanche et éclopée qui s’échappe d’une maison en travaux, une silhouette veuve et courbée qui tourne le coin de la rue sous un parapluie… ; pour ressen­tir l’émerveillement ancien devant cette langue qui, des vers d’Homère et des discours de Démosthène, est passée sur les panneaux routiers ou publicitaires et les enseignes des magasins.

       L’érudition de Gilles Ortlieb est légère : à peine une citation de l’Odyssée çà et là pour décrire par exemple la courbe profonde du port de Vathi. Il est surtout un observateur attendri et amusé du quotidien de l’île à qui son expression précise et poétique donne un réalisme magique : ainsi la nuit de Noël avec « une exubérante poussière de décorations lapones épinglées dans la nuit ionienne », ou cette réunion « au café sans nom, dans un courant d’air oblique et froid » des « Philhomères d’Ithaque », opiniâtres défenseurs de l’identité homérique de leur île. « Ulysse revenait ainsi au centre des discussions… S’était-il seulement, un seul jour, absenté ? »

Janine KAMINSKI

 

Extraits (p. 49-51, 53) :

 

(24 décembre, fin de matinée). Agitation habituelle à Vathy, mais un peu partout accrue des préparatifs de la fête. À la poste, des dames d’un certain âge, disposées en colonne patiente et inégalement habillées (fausse fourrure et bottines pour l’une, chandail trop grand et chaussures de sport pour l’autre) conversaient comme dans un salon de thé, en attendant d’affranchir leurs cartes de vœux ou de toucher au guichet la pension d’un mari et marin retraité. Dans la file devant moi, un pope s’est étonné à haute voix de voir revenir un paquet qu’il assurait avoir posté l’avant-veille, à quinze kilomètres d’ici. Le tout dans une atmosphère bon enfant à laquelle la perspective des festivités imminentes ne devait pas être étrangère.

Cette légère fièvre était sensible aussi dans les magasins et les cafés, pris d’assaut depuis le matin par des bandes de gosses chantant des ritournelles de Noël en s’accompagnant d’un triangle métallique, pour se faire un peu d’argent de poche. Rentrées, pour eux, assurées : qui refuserait de leur glisser la pièce quand ils s’époumonent de leur voix de fausset ? Journée de courses, donc, qui fait descendre des villages de curieux personnages en bonnet ou sanglés dans des manteaux croisés d’avant-guerre, des femmes en bas de laine bordeaux ou chocolat, des physionomies qu’on dirait échappées à l’instant de quelque album souvenir sur la Grèce du temps jadis.

Un coup d’œil sur les volutes d’un ciel gris étain, et l’on se dit qu’on pourrait se trouver aussi bien dans un village de Thrace ou d’Épire, dans un bourg frontalier de la Macédoine – si l’on n’était assez vite rappelé à l’ordre par le passage d’une camionnette estampillée d’un logo presque odysséen : Telemax – Systèmes de communication. Une journée toute grelottante de chansonnettes ânonnées au milieu des barils de saumure, vibrante des coups de hache assenés sur son billot par le boucher Eumée, d’apostrophes lancées en grec ou en albanais, et hantée de corniauds qui errent désœuvrés, la queue ballante, en quête de l’une ou l’autre bonne fortune que ces journées réservent parfois.

[…]

Retour à Vathy. Outre les guirlandes clignotantes, enroulées en spirale sur les réverbères du môle, et le père Noël illuminé sur la place (mais qui ne ressemblait plus, au grand jour, qu’à un obèse barbu, sculpté dans un bloc de cire écarlate et à moitié fondue), il y a aussi toutes les décorations en façade des maisons étagées sur les pentes et qui, de nuit, pourraient de loin les faire ressembler, sans même cligner les yeux, à un magasin de jouets surdimensionné : lumières courant dans les arbres, Saint-Nicolas encapuchonnés se dandinant au son de musiquettes désaccordées, brins de houx stylisés et comètes suspendues, hottes, clochettes et traîneaux accrochés par la municipalité sur les colonnes et les poteaux. Une exubérante poussière de décorations lapones épinglées dans la nuit ionienne, et qu’elles s’emploient, dirait-on, à égayer de force.

[…]

© Le temps qu’il fait, 2006.

ISBN 2.86853.466.x

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts

Actualité : 8e festival latin grec ; Lyon 21-24 mars 2012

 

ACTUALITÉ

LE HUITIÈME FESTIVAL EUROPÉEN DE LATIN ET DE GREC AURA LIEU À L’UNIVERSITÉ DE LYON II, 18 QUAI C. BERNARD, LES 21 – 24 MARS. VOIR LE BLOG DE L’ASSOCIATION FORTUNA JUVAT: http://associationfortunajuvat.wordpress.com

ALLEZ Y NOMBREUX

 


Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts