Archives de catégorie : Actualités / News

Le numéro florilège des 40 ans de la revue est paru

► PARUTION  (ὁ λύχνος, numéro 148, novembre 2017,  quarantième année, article six)

Connaissance hellénique, Ο ΛΥΧΝΟΣ, Quarantième anniversaire,

Petit florilège (1977-2017), réédité par C. Boudignon, illustration A. Chanut, mise page D. Blanc, Aix-en-Provence, 2017

296 pages, 16,50 €, ISBN 978-2-9561475-0-3

Le numéro Kollektor des quarante ans de Connaissance Hellénique

Un voyage dans la littérature grecque

Le livre Collector qui rassemble 24 parmi les meilleurs articles de la revue papier Connaissance Hellénique (1977-2012) est paru, avec de merveilleuses illustrations d’A. Chanut. En 296 pages, le lecteur est invité à un voyage à travers la littérature grecque depuis Homère et le chien d’Ulysse jusqu’au Sphinx de Cocteau et au Minotaure de Yourcenar. 24 articles comme les 24 lettres de l’alphabet grec, avec en bonus la remontée de Socrate des enfers, venu visiter à Gardanne le président de Connaissance Hellénique.

Le livre (au prix de 16,50 € + frais d’envoi) est à commander à : connaissancehellenique@gmail.com

Une des 24 illustrations humoristique d’A. Chanut représentant la vie de de Diogène. Ici « le bateau ivre ».

Table des matières

  • Christian BOUDIGNON, Avant-Propos …………………………………………. 5
  • Christian-Victor VERNHIGNON, Une étrange rencontre ………….. 9
  1. α  Marie-Jeannine SALÉ, Argos le chien (Homère, Odyssée, chantXVII, v. 290-327) ………………………………………………………………………………. 17
  2. β  Jean-Victor VERNHES, Note sur l’étymologie du nom de Persé-phone………………………………………………………………………………………………….. 31
  3. γ  Didier PRALON, La légende de la fondation de Marseille …… 35
  4. δ  Alain MOREAU, Démesure et barbarie des chefs argiens dans

les Sept contre Thèbes ……………………………………………………………………….. 49

  1. ε  Georgia NICOLETSÉA, Les variations sémantiques du termebarbare chez les Grecs ………………………………………………………………….. 67
  2. ζ  André CANESSA, Du bon usage des poètes dans les procès :autour de l’ambassade de Philippe ……………………………………………. 73

η Y. GEORGELIN et S. ARZANO, Pythéas le Massaliote : le plus

ancien des doctes de tout l’Occident ……………………………………………… 87

  1. θ  Bernard BOYAVAL, De l’avantage de mourir jeune : deux épi-taphes grecques d’Égypte ………………………………………………………….. 105
  2. ι  Christian-B. AMPHOUX, L’Évangile secret de Marc et la question

de l’origine de l’Évangile selon Marc ……………………………………………… 111

  1. κ  Sylvie BLÉTRY, Les religions de Palmyre……………………………… 123
  2. λ  Pierre-Louis MALOSSE, Héliodore a-t-il inventé le cinéma ?(Convergence de forme et littérature grecque) ………………………. 139

12. μ Janine KAMINSKI, Les épitaphes de l’Anthologie Palatine …. ……………………………………………………………………………………………………………….   151 13. ν Anne PÉTRUCCI, Un autre regard sur la guerre de Troie :

« Dictys le Crétois » …………………………………………………………………………… 169

14. ξ Pascal BOULHOL, Le pacte avec le diable : un vieux thème reli- gieux dans l’hagiographie protobyzantine (IVe-VIIe siècles) …….. 195

  1. ο  Renée JACQUIN, Il y a cent ans mourait à Paris Adamantios Coraÿ …………………………………………………………………………………………….. 223
  2. π  Janine KAMINSKI, Sur une page du Capitaine Michalis, la Liberté
    ou la Mort de N. Kazantzakis ……………………………………………………. 227
  3. ρ  Argiris CHIONIS, Soirée de poésie grecque ……………………… 233
  1. σ  Roy PAPANGELOU, Le Bateau ivre, Το Μεθυσμένο Μπάρκο ………………………………………………………………………………………………………… 247
  2. τ  Alexandre MITZALIS, La francophonie en Grèce. Influences grecques en Europe et influences européennes en Grèce …… 251
  3. υ  Jean-Victor VERNHES, Faut-il brûler les livres de latin et
    de grec ? Ou l’enseignement méconnu de Ferdinand de Saussure ……………………………………………………………………………………………………….. 255
  4. φ  Brigitte RACOL-FRANCESCHETTI, Enseigner le grec en primaire. ………………………………………………………………………………………………………..269
  5. χ  Christian BOUDIGNON, Vous parlez grec et vous ne le saviezpas ! La police est-elle bien policée ? …………………………………….. 275
  6. ψ  Mireille BRÉMOND, Mais où sont passés les monstres ? Réflexions sur le Sphinx de J. Cocteau et le Minotaure deM. Yourcenar …………………………………………………………………………… 281
  7. ω  Dominique BLANC, Ἄρειος Ποτὴρ καὶ ἡ τοῦ φιλοσόφου λίθος.

Harry Potter en grec ancien ! …………………………………………………… 291

 

 

Antigone de Sophocle mis en scène par Ph. Brunet au Louvre en novembre 2017

▶ Information

L’Antigone et le Prométhée enchaîné au Louvre.

Nikephoros Lytras, « Antigone devant Polynice », Pinacothèque nationale d’Athènes, 1865 (Wikicommons)

[Connaissance Hellénique est heureuse de faire de la réclame pour deux très bons spectacles antiques de la compagnie Démodokos à la demande du Musée du Louvre à Paris.]

Voici deux représentations théâtrales détaillées ci-dessous, susceptibles de vous intéresser, qui se dérouleront à la rentrée à l’auditorium du musée du Louvre en lien avec l’exposition Théâtre du Pouvoir :

Mercredi 15 novembre 2017 à 20h : Antigone de Sophocle

Mercredi 21 mars 2018 à 20h : Prométhée enchaîné d’Eschyle

Le metteur en scène et fondateur de la compagnie Démodocos, Philippe Brunet, vous propose de remonter aux sources de la tragédie grecque, en mettant en scène ses acteurs avec masques, costumes, danse et musique, au plus près des représentations qui se déroulaient dans l’Athènes du cinquième  siècle avant Jésus-Christ. Associant avec subtilité le français au grec ancien, Démodocos se veut au plus près de la tragédie antique : un défi scénique et de jeu !

De 4 € (- de 26 ans) à 8 € (réservation facilitée pour les classes).

Bon spectacle !

Paul Challobos : Que signifie le nom de « Macron » ?

Salut à toi, Macron !

 

Coupe du peintre Macron : Achille gardant le corps d’Hector. Tondo d’une coupe attique à figures rouges, v. 490–480 av. J.-C. Musée du Louvre (wikicommons)

 

Connaissez-vous ce petit poème parodique de l’Anthologie palatine (11,95), du poète Lucilius, contemporain de Néron, sur un certain Macron, dont je laisse le lecteur juge de l’actualité ?

« Une souris trouva le petit Macron, un été, endormi,

et par son petit pied, elle le tira dans un trou.

Mais lui, dans le trou, de ses mains nues, étouffa la souris

Et dit : ‘Zeus, mon père, je suis ton nouvel Héraclès’. »

Τὸν μικρὸν Μάκρονα θέρους κοιμώμενον εὑρὼν

εἰς τρώγλην μικροῦ τοῦ ποδὸς εἰλκυσε μῦς

ὃς δ῾ἐν τῇ τρώγλῃ ψίλος τὸν μῦν ἀποπνίξας

Ζεῦ πάτερ, εἶπεν, ἔχεις δεύτερον Ἡρακλέα.

Comme je lisais ce poème, il m’est soudain venu une révélation. Je m’étais amusé à caricaturer le candidat ( ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article huit) et soudain, j’ai vécu ce qu’avait vécu le poète grec Stésichore après avoir calomnié la belle Hélène : Hélène lui apparut et il comprit que s’il persistait dans cette voie-là, il deviendrait aveugle comme Homère. En conséquence de quoi, Stésichore se dédit dans ce qui devint dès lors la palinodie, ou l’art de se contredire.

J’ai compris que je faisais fausse route et que le nom de Macron était poétiquement grec, car il existe des étymologies réelles et des étymologies poétiques, comme celle du verbe connaître qui vient en réalité du latin cognoscere. Mais Victor Hugo l’associe poétiquement à naître : « dans connaître, il y a naître » (Carnets intimes). L’étymologie réelle de Macron vient du verbe néerlandais maken, « faire », ou makeln « faire des affaires », voire de drôles d’affaires comme le font les maquereaux [1]. Mais je ne sais quel dieu ou quelle Muse me souffle de lui donner une étymologie grecque, celui de Μάκρων [Makron], « le grand » ou  «l’homme à la tête longue» :

 

PALINODIA SPERANZOSA

 

Salut à toi, Makron, « l’homme à la longue tête »,

Qui vainquis les Hammons, Mellanchons et Phillons,

Puis sous l’urne écrasas la pâle et blonde Bête,

Viens, et mérite enfin qu’à toi nous nous fiions !

 

Fais oublier Najath, l’inculte midinette

Rêvant, comme Pol Pot, d’enseignants aux sillons,

Qui mina les accès aux flancs purs de l’Hymette

Et des Humanités priva nos oisillons.

 

Le « grec pour tous », Ulysse, est le grec pour personne.

Foin du discours menteur qui chaque fois résonne !

Y mettras-tu donc fin, l’oseras-tu, Makron ?

 

Que fleurissent cent fleurs : d’accord, mais sur le Pinde,

Que l’alcyon des mers nous vienne, et non la dinde,

Et qu’Athéna bientôt sorte de ton grand front !

 

COLAPHUS BALLO (Κολάφους βάλλω),

alias PAUL CHALLOBOS

[1] Voir A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, 2010, p. 1268, et aussi le site : http://www.etymo-logique.com/le-mot-du-jour/macron-emmanuel/

L’Académie des langues anciennes reprend du service à Pau en juillet 2017.

Apprendre le grec ancien cet été à Pau ?

Académie des langues anciennes 2017

L’équipe de Connaissance Hellénique est heureuse de signaler que l’université d’été de l’Académie des Langues Anciennes (ALA) a déménagé. Fondée il y a plus de trente ans, autrefois à Saintes, plus récemment à Digne, l’ALA est maintenant hébergée au campus de Pau (UFR des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Elle aura lieu du 17 au 28 juillet 2017.

Il y aura (en plus du latin, de l’arabe, de l’hébreu, de l’akkadien et de l’occitan) trois niveaux de grec ancien : un niveau débutant pour ceux qui n’en ont jamais fait (assuré par Capucine Agard, chargée de cours à l’Université d’Aix-Marseille). Un niveau moyen pour ceux qui ont besoin de finir une première approche de la grammaire (assuré par Anne Petrucci, docteur ès lettres). Un niveau avancé pour ceux qui ont besoin d’aide pour commencer à aborder les textes (assuré par Eric Dieu, Maître de conférences de l’Université de Toulouse).

Pour les inscriptions, il faut s’adresser à l’Institut d’Etudes Françaises pour Etudiants étrangers (IEFE) de Pau :

05 59 40 73 85

iefe@univ-pau.fr

Et voilà le programme :

Brochure recto de l’Académie des Langues Anciennes 2017
Brochure verso de l’Académie des langues anciennes

Bonne chance à cette université d’été.

Christian Boudignon

Paul Challobos : « Micro-Macron sous le Poecile »

► ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article huit

Micro-Macron sous le Pœcile

(rondel)

 

Sur un thème d’Ésope revu par Voltaire ;

arrangement de Paul Challobos

 

Esope dans la Chronique de Nuremberg de 1493 (Wikicommons)

 

[ Notre fidèle  chroniqueur, Paul Challobos nous présente ici un petit poème à la façon de Voltaire et, pour la thématique, d’Esope. On pense à la fable du dauphin et du singe. Un singe embarqué sur un bateau qui fait naufrage est recueilli par un dauphin qui le prend pour un homme.  Arrivant au port du Pirée, le dauphin lui demande s’il est d’Athènes. Le singe lui déclare y avoir de glorieux parents. Le dauphin demande s’il connaît le Pirée. Le singe lui répond qu’il est un de ses vieux amis. Alors le dauphin le jette à la mer…On pense aussi  à la fable  du pêcheur jouant de la flûte. Le pêcheur se désespère de faire danser les poissons avec sa flûte mais, une fois pris dans ses filets, alors qu’il a arrêté de jouer, il s’exaspère de les voir frétiller. Challobos imagine ici notre candidat à l’élection présidentielle, le camarade Macron, à Athènes, sous le Portique aux peintures variées, ou Portique Poecile, là où se réunissaient les intellectuels dans l’Antiquité.]

 

Macron n’a rien d’un imbécile

et son babil n’est pas du vent.

Il disserte sous le Pœcile

et prononce un discours savant.

 

Ainsi, la Guyane est une île 1 :

qui s’en doutait auparavant ?

Macron n’a rien d’un imbécile

et devrait parler plus souvent.

 

Il s’expatrie (ou bien s’exile)

en Guadeloupe 2, et va rêvant

à sa France, en nous écrivant

que Villeurbanne est près de Lille 3 :

Macron n’a rien d’un imbécile.

 

1 Propos tenus par E. Macron devant les journalistes le 27 mars 2017.

2 Challobos, dans un raccourci malicieux, attribue ici à E. Macron lui-même un voyage effectué en réalité par un de ses jeunes admirateurs en partance pour la Guadeloupe, lequel s’était photographié à ses côtés et dont le politicien avait ainsi commenté l’auto-cliché, dans son Tweet du 16 décembre 2016 : « Avec Matthias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël… »

3 E. Macron, Révolution. Paris, éd. Xo, novembre 2016, p. 122 : « Lorsqu’on habite Stains en région parisienne ou Villeurbanne en région lilloise, il est plus simple de créer son entreprise…»

Christian Boudignon, Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 36)

► CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE (ὁ λύχνος n° 146, mars 2017, article six)

Pénélope était-elle à la Chambre ou dans sa chambre ?

 

Pinturicchio, Le retour d’Ulysse,1509, Galerie nationale de Londres (Wikicommons)

 

Je ne sais résister aux sirènes de l’actualité, surtout quand un scandale me permet de chambrer un candidat à la présidence de notre république. L’homme est accusé d’avoir donné à sa femme quelque(s) emploi(s)  fictif(s). Je ne peux m’empêcher de relever le contraste entre la Pénélope d’Ulysse et la Pénélope du camarade Fillon. L’une en restant sagement à la maison à tisser et à détisser sa toile ne put empêcher la dilapidation du patrimoine de son mari ; l’autre en restant sagement à la maison à tisser de petits textes pour une revue ne manqua pas d’accroître le patrimoine de son mari. Et pourtant la première fit malgré la ruine de sa maison la gloire de son mari tandis que l’autre par la gloire de sa maison fit la ruine de son mari.

J’appellerai cela de la politique de chambre. Je veux bien sûr parler de la Chambre des députés où la seconde Pénélope était censément assistante parlementaire, mais aussi de la chambre des époux ou bien la chambre d’une petite musique de chambre, avec petits arrangements entre soi, sa dulcinée et ses petiots…

Comme la démocratie, chambre est d’ailleurs un mot grec : καμάρα [kamára]. Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque[1], parle d’ « un terme technique d’origine peu claire ». Est-il grec ou bien emprunté, on en débat… Le mot καμάρα [kamára] désigne une construction voûtée, qu’il s’agisse d’une chambre, d’un tombeau, d’un char ou d’un navire couvert. On ne peut à ce stade manquer de rapprocher le mot de notre alcôve, mot emprunté à l’arabe al-qubba « la coupole, le dôme, le dais… ».

Babylone, ses voitures couvertes, ses « prostituées »

La plus ancienne attestation du mot se trouve chez Hérodote, Histoire, livre 1, ch. 199, quand, au Ve siècle avant J.-C., il décrit, premier scoop de l’histoire du reportage, la prostitution sacrée à Babylone. « La plus honteuse des lois de Babylone est celle-ci : toutes les femmes du pays doivent s’installer une fois dans leur vie au temple d’Aphrodite pour s’y livrer à un étranger. Beaucoup d’entre elles s’indignent de se mêler aux autres femmes, parce qu’elles s’enorgueillissent de leurs richesses et vont au temple dans des voitures couvertes (en kamarêsi) et y restent entourée d’une foule de domestiques. »

Ὁ δὲ δὴ αἴσχιστος τῶν νόμων ἐστὶ τοῖσι Βαβυλωνίοισι ὅδε· δεῖ πᾶσαν γυναῖκα ἐπιχωρίην ἱζομένην ἐς ἱρὸν Ἀφροδίτης ἅπαξ ἐν τῇ ζόῃ μιχθῆναι ἀνδρὶ ξείνῳ. Πολλαὶ δὲ καὶ οὐκ ἀξιούμεναι ἀναμίσγεσθαι τῇσι ἄλλῃσι, οἷα πλούτῳ ὑπερφρονέουσαι, ἐπὶ ζευγέων ἐν καμάρῃσι ἐλάσασαι πρὸς τὸ ἱρὸν ἑστᾶσι, θεραπηίη δέ σφι ὄπισθε ἕπεται πολλή.

Nous laissons aux Assyriologues le soin de dégager la part de fantasme qu’il y a dans ce récit que rapporte Hérodote et nous laissons notre lecteur sur sa faim, lui qui se demande ce qu’il se passait dans la voiture… Nous n’y étions pas ! Mais il est bien question d’une voiture couverte, littéralement d’un élément voûté (ἐν καμάρῃσι) placé sur un chariot attelé (ἐπὶ ζευγέων). Le même Hérodote nous explique ailleurs (Histoire livre 4, ch. 69) que les Scythes avaient coutume de faire périr les faux devins en les ligotant à l’intérieur d’un « char à voûte » (ἅμαξαν καμάρης [hamaxan kamarês]) qu’on remplissait de fagots, qu’on attelait à des bœufs et auquel on mettait le feu.

Ces chariots à voûte, ces voitures de luxe de l’époque, sont peut-être des emprunts à une civilisation prestigieuse, en même temps que le mot qui les désignait… Ce terme viendrait-il du vieux perse (une langue indo-européenne, elle aussi) ? En grec, le mot n’est pas attesté ailleurs que chez Hérodote, avant le deuxième siècle après J.-C. Il passe en latin sous la forme camera avec la fermeture habituelle du –a- à l’intérieur du mot en –e- (c’est l’apophonie, excellent terme pour le scrabble). L’accent se déplace aussi sur le premier –a- : cámera. Il a alors le sens de « voûte, arche », et notamment de « voûte en berceau ». Il ne prend apparemment le sens de « pièce, chambre » qu’avec Cassiodore au VIe siècle.

Chambrer ses camarades

Le mot évolue au Moyen-Âge alors dans deux sens : il y a la pièce publique, là où l’on rend la justice et qui deviendra plus tard la Chambre des députés. A cela s’oppose la pièce de vie, privée, qui deviendra notre chambre à coucher. Le mot a été marqué par la palatalisation du c- inital devenu quelque chose comme tch puis ch de chambre. Le e bref après l’accent sur la syllabe initiale est tombé et la rencontre entre m et r a fait apparaître une consonne de transition (ou épenthétique), le b : cámera > tchámre > chámbre.

De la vie en chambre vient, emprunté à l’espagnol, le camarade, qui n’est que le compagnon de chambrée et le verbe « chambrer » qui signifie à l’origine « loger dans une même chambre des camarades » puis aujourd’hui « faire ce qu’on fait entre camarades de chambre », c’est-à-dire faire des blagues de potaches sur les camarades.

 Revenons au mot latin camera. Il est entré une nouvelle fois en français, sous sa forme savante, empruntée à l’expression latine camera obscura, « chambre noire », utilisée pour désigner un instrument de vision employé par les peintres. Cette caméra se transformera plus tard en appareil photographique (en anglais et en français du Québec, par exemple), puis cinématographique (en français).

Espérons que la Pénélope qui déclarait le 15 novembre 2016 : « jusque-là depuis 35 ans, je suis bien restée dans l’ombre » ne souffrira pas trop de passer de l’obscurité de sa chambre à la lumière des caméras…

 

Christian Boudignon,

Maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université d’Aix-Marseille

 

[1] DELG, Paris, 1999, p. 489.

Connaissance hellénique vous offre deux cadeaux pour l’an nouveau.

Santé, vie, joie, paix, bonne humeur, espérance !

 

D’abord un cadeau à retirer à :

Premier cadeau

Cette mosaïque d’époque romaine tardive découverte à la fin du XIXe siècle à Halicarnasse (aujourd’hui Bodrum en Turquie) se trouve au Musée national britannique ; les côtés sont de 1,14 m. On peut en voir une copie à Thessalonique, dans le square Aristote. Elle nous présente six mots :
ΥΓΙΑ (= ὑγίεια), la santé ;   ΖΟΗ (= ζωή), la vie ;  ΧΑΡΑ, la joie ;  ΕΙΡΗΝΗ, la paix ; ΕΥΘΥΜΙΑ , la bonne humeur ;  ΕΛΠΙC  ( = ἐλπίς ), l’espérance.
Vous notez quelques différences avec les formes qui nous sont familières :
Dans ὑγίεια, nous avons un ει, diphtongue qui dès l’époque classique commençait à évoluer vers la prononciation i. Cela fait qu’ici elle ne se distingue plus du ι précédent. Nous sommes en route vers l’exclamation moderne « ya ! » qui accompagne joyeusement le geste de trinquer.
Dans ZOH nous avons O au lieu de Ω. C’est un phénomène qu’on observe quelquefois dans les inscriptions d’époque classique, où il peut être un souvenir du plus ancien alphabet attique, qui ne comportait pas de Ω ; cela se généralisera ensuite avec la disparition progressive de l’opposition des brèves et des longues.
Le mot ΕΛΠΙC est terminé par un C : c’est une variante de Σ, dénommée sigma lunaire.
Mais prenons de l’altitude par rapport à tout ce que ces détails techniques ont de terre à terre, et faisons de ces six mots notre  programme de vie pour la nouvelle année.

Second cadeau

Et voici un autre cadeau de nouvel an : c’est une fable qui, si on la médite, aide à réussir malgré toutes les voix, intérieures ou extérieures qui tendent à nous décourager, en nous disant que nous ne parviendrons jamais à atteindre nos objectifs, parce que ceci, parce que cela.

Ἔδραμόν ποτε βάτραχοι… Il était une fois une course de grenouilles dont l’arrivée se trouvait en haut d’une tour particulièrement haute.

De nombreux curieux se rassemblèrent pour assister à l’épreuve, mais peu croyaient possible que les grenouilles puissent grimper aussi haut. Ainsi on pouvait entendre dans le public : « C’est impossible, elles n’y arriveront jamais ! ». Ἀδύνατά γε ! Οὐ μὴ ἀφίκωνται !

Influencées par les cris, découragées par l’effort qu’il restait à faire, les grenouilles commencèrent à abandonner, sauf une qui continuait de grimper. Les spectateurs lui disaient : « Tu n’atteindras jamais le sommet, c’est beaucoup trop haut. Tu ferais mieux d’abandonner ! » Οὐ μὴ ἀφικνῇ ! Ὑψηλότερα γὰρ πολύ ! Λῷον μὲν δή ἐστί σοι ἀπολιπεῖν !

Mais la grenouille, imperturbable, continuait sa course. À la fin, il ne restait qu’elle, et au terme d’un effort considérable, elle gagna le sommet de la tour. Les autres grenouilles voulurent savoir comment elle avait fait mais quand l’une d’elles lui posa la question, elles découvrirent… que la gagnante était sourde !  Οὐκ ἀπεκρίνατο. Κωφὸς γὰρ ἦν ὁ νικῶν !

l’équipe de Connaissance hellénique.

J.-V. Vernhes et C. Boudignon : Renée Jacquin nous a quittés !

Y a-t-il un paradis pour les poètes et leurs traducteurs ?

 

Carlos Schwabe (1903) Les champs élyséens (wikimedia commons)
Carlos Schwabe (1903) Les champs élyséens (wikimedia commons)

On nous apprend le décès de Renée Jacquin à l’âge de 97 ans le 22 septembre 2016. Renée Jacquin fut longtemps présidente et cheville ouvrière de l’association « Connaissance hellénique »  jusqu’à ce qu’elle se mît en retrait quand sa vue commença à terriblement diminuer. C’est à elle que l’on doit l’ouverture de la revue « Connaissance hellénique » à la dimension moderne de la poésie grecque contemporaine.

La tristesse nous envahit et en même temps le sentiment d’une vie bien remplie nous console. S’il y a un paradis ou des Champs élyséens pour les poètes et leur traducteurs, on peut être sûr que notre Renée y est renée sous des ciels moins brouillés que les nôtres.

On nous pardonnera de ne pas développer davantage ces quelques notes, bien trop succinctes, sur la vie et l’oeuvre de Renée Jacquin.

Jean-Victor Vernhes et Christian Boudignon

Renée naît  le 10 février 1919 à Alger, sous le nom de Guébin.
Ses parents habitent à Constantine, puis déménagent, quand elle a 5 ans, pour Casablanca.
Elle va à Aix-en-Provence à 16 ans pour faire ses études. Elle étudie au lycée de jeunes filles, place des Prêcheurs. Puis à la Faculté des Lettres : français, latin et grec. Elle y obtient sa licence.
1939 : elle est enseignante de lettres classiques au Maroc (Lycée Lyautey de Casablanca) en remplacement des professeurs mobilisés pour la guerre.
Elle rencontre son mari Félix Jacquin au Maroc en faisant du tennis. Elle insiste pour rentrer en France. Félix, issu d’une famille parisienne, est d’accord, mais ne souhaite pas rentrer à Paris. 
Installation à Aix-en-Provence à l’âge de 27 ans (1946). Félix aime beaucoup la ville.
Elle enseigne à Carpentras pendant deux ans.
Elle reprend ses études et obtient le CAPES (lettres classiques) en 1955. 
Professeur au lycée Cézanne à Aix.
Durant ses années d’enseignement, elle se lance dans l’étude du grec moderne, qui fut une de ses passions.
Nombreux séjours en Grèce, surtout à partir de sa retraite, où elle se lie d’amitié avec diverses personnalités du monde de la culture. Elle devient membre de l’association des traducteurs littéraires de France.
Thèse d’État sur Anghelos Sikelianos (Lyon, 1987, sous la direction de Colette Lus). 
Elle participe aux activités de « Connaissance hellénique », lancée en 1977 dans le cadre du Centre de Formation Continue de l’Université de Provence, et en est la Présidente de 1985 à 2003. À ce titre, elle  prend en charge le fonctionnement des deux activités de cette association: a) le cours par correspondance de grec ancien à destination de tous publics  b) la revue trimestrielle de culture grecque « Connaissance hellénique », le λύχνος.
Elle s’éteint le 22 septembre 2016 après de longues souffrances.
 

Oeuvres de Renée Jacquin :

1. Livres

L’esprit de Delphes :  Anghélos Sikélianos (1988). 304 p. Cet ouvrage est fait d’après sa thèse. C’est la première fois que paraît en France une étude biographique et littéraire approfondie sur ce grand poète grec (1884-1951), qui s’attacha à faire revivre l’esprit de Delphes. L’auteur était spécialiste de ce poète et amie de sa veuve Anna. Cet ouvrage est destiné à tous ceux qui s’intéressent à la littérature grecque contemporaine.
 
Anghélos Sikélianos : Dédale en Crète (tragédie). Édition bilingue (1989). 95 p.
Anghélos Sikélianos : Le Dithyrambe de la rose. Édition bilingue (1989). 65 p.
 
Une voix orphique : choix de poèmes d’Anghélos Sikélianos (1990). 122 p.
Hélène Tagkalaki : Phœbi Sidus (choix de poèmes). Édition bilingue (1991). 90 p.
Nikos Kazantzaki, Le Maître Maçon (traduit par Dimitri Filias et Renée Jacquin). Édition bilingue (1994). 103 p.
 
Hymnes Homériques. Traduction Renée Jacquin, texte grec mis au point par Jean-Victor Vernhes (1997). 161 p.

2. Articles

 
À cela s’ajoutent ses nombreuses contributions au λύχνος (nouvelles, traductions de poètes grecs contemporains et de nouvelles) dont voici la liste  :

— La musique grecque, (λύχνος,  n°) *1a : (page) 12.

—  Odysséas (Ulysse) Elytis, 2 : 4.

—  ”, rectificatif, *3 : 2.

— Stratis Tsirkas, *3 : 7.

— Marguerite Yourcenar, *3 : 31.

— Andromaque, je pense à vous, *7 : 29.

—  Anghélos Sikélianos, *9 : 19.

— Pandélis Prévélakis, *15 : 3.

— Le héros de la Grécité : Digénis Akritas, *15 : 16.

— Ménandre à Thasos, *15 : 21.

— À propos d’une réédition de Constantin Karyotakis, *16 : 18.

— Roger Milliex et la Grèce, *17 : 5.

Il y a 150 ans mourait à Paris Adamantios Coray, *17 : 7.

Nikos Kazantzakis, *18 : 3.

Pierre Charis, *19 : 3.

Euthyphron et la théâtralité de Platon, *21 : 30.

Constantin Cavafis, 23 : 8.

La Nékuïa au XXe siècle, *27 : 8.

Le théâtre d’Anghélos Sikélianos, *32 : 57.

L’exil, 34 : 27.

Théâtre antique à Delphes, 34 : 31.

L’humanisme, 40 : 62.

Notes sur le carnaval de Skyros, 41 : 14.

À propos d’une anthologie des poètes de Siphnos, *42 : 70.

— ”, corrections, 43 : 9.

— Marie (nouvelle), 56 : 21.

Hommage à Elytis, 68 : 8.

Célébration de Déméter : les Hymnes homériques et Callimaque, I, 83 : 71.

Olga Votsi et son recueil  : Le dernier ange, 85 : 49.

La veuve, 93 : 62.

— Résumé d’un article d’Hélène Iliopoulos-Zaharopoulos sur Georges Carter, 94 : 46.

Le voyage à Corfou, 97 : 60.

Le roman hellénistique, I, 100 : 38.

—, ”, II, 101 : 20.

Ariadne à Naxos, 102 : 22.

Le bruit en soi, 104 : 45.

Cinq grands poètes du XXe siècle, 104 : 58.

Les « esprits », 110 : 63.

Paix à ton âme !

Christian Boudignon a lu pour vous « Le nuits blanches de Pythéas le Marseillais », de François Herbaux.

 

« C’est de la folie d’entreprendre un tel voyage, Pythéas ! »

 

Couverture du roman
Couverture du roman

 

François Herbaux, Les nuits blanches de Pythéas le Marseillais, Mémoires millénaires, Saint-Laurent-du-Var, 2016, 512 p., 22 euros

François Herbaux récidive. Après sa belle enquête historique sur Pythéas, le découvreur de la Grande Bretagne et de Thulé au IVe siècle avant J.-C. (Puisque la Terre est ronde, Paris, 2008), il se lance dans un roman sur le même Pythéas et son œuvre, perdue, retrouvée et reperdue. A trois époques différentes, un rival, une secte ou un professeur fou s’acharnent sur le livre « De l’Océan » du grand astronome explorateur…

Je dirai d’abord que l’on trouve la même qualité de ce style très fluide et agréable qui faisait la beauté du précédent livre. C’est une langue  belle, simple, équilibrée (surtout si on la compare à celle si hachée du dernier roman de Houellebecq). Prenons un exemple :

“Parmi les personnalités qui suivaient les magistrats, Pythéas reconnut Démétria. Elle cheminait à part, avec les femmes de la noblesse qu’elle dominait de sa haute silhouette animée d’une joyeuse démarche. Elle croisa, de loin, le regard du héros du jour et son visage s’illumina d’un merveilleux sourire. Lorsqu’il passa près d’elle à la cérémonie du temple, elle lui posa la main sur l’avant-bras qu’elle serra très fort.” (p. 169)

On ne peut pas s’empêcher de penser à Nausicaa qui dans l’Odyssée domine d’une tête, comme une déesse, ses compagnes. Et ce geste d’une ambiguïté toute féminine de prendre le bras est caractéristique des histoires d’amour très fleur bleue du roman…

Ce roman bien écrit est en même temps parfaitement documenté. Il bénéficie de tout le savoir accumulé dans le précédent livre et de la relecture attentive du grand spécialiste des papyrus antiques, Daniel Delattre[1]. On se plonge dans le quatrième siècle marseillais comme si l’on y était ! Les Celtes sauvages, les esclaves, les querelles de pouvoir, on s’y croit. A la différence d’autres romans sur Pythéas, l’auteur se concentre ici sur les intrigues qui ont précédé son expédition vers le grand Nord et le soleil de minuit qu’il n’évoque qu’à la fin du roman.

Enfin, ce roman est un roman très moderne, une sorte de thriller scientifique. C’est du Dan Brown marseillais, a-t-on dit. Il y a trois histoires en une : celle de Pythéas au IVe siècle avant J.-C., celle de Denys au IIe siècle après J.-C., enfin celle du journaliste Fabien aujourd’hui. L’auteur se délecte des guéguerres entre savants qui font l’essentiel de l’intrigue. Il réussit à créer une belle caricature de “mandarin” universitaire à travers le personnage du professeur Chavelle, plus vrai que nature (quasiment aussi réussi que l’universitaire de Soumission de  Houellebecq).

Mais le cheval de bataille de l’auteur, c’est l’athéisme. J’ai ressenti une certaine lassitude de voir que Pythéas, Denys et Fabien partagent ce même athéisme quelque peu sectaire. Je n’y ai pas trouvé la même jubilation que celle d’un Lucien de Samosate quand il se moque des philosophes ou des dieux…

Enfin, on se perd parfois entre les trois intrigues, surtout si on le lit au lit avant de dormir (tout un programme, pour des Nuits blanches !) Le lecteur un peu paresseux pourrait parfaitement lire en continu les trois histoires à la suite, en enchaînant les chapitres 1, 4, 7, 10 etc. pour Pythéas, 2, 5, 8, 11 etc. pour Denys, et 3, 6, 9, 12 etc. pour Fabien.

Mais ces critiques n’enlèvent rien de la qualité de ce roman qui se boit comme du petit lait…

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien

à l’Université d’Aix-Marseille.

[1] Ma contribution est plus modeste. A la page 144, on trouve le texte que j’ai traduit en grec d’un papyrus imaginaire.

Un témoignage oral sur les réfugiés de Smyrne en 1922

▶ ACTUALITE/ HISTOIRE GRECQUE ,   λύχνος n° 143, mars 2016, article sept.

Ecoutez l’histoire de Pagona Skirinoglou, réfugiée grecque de Smyrne.

 

Incendie de Smyrne en 1922 (wikicommons)
Incendie de Smyrne en 1922 (wikicommons)

 

Véronique Ginouvès de la phonothèque de la Maison de la Méditerranée et des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence, nous signale aimablement la publication d’une archive sonore en grec, témoignage des descendants des réfugiés d’Asie Mineure. Ce travail documentaire d’archivage a été réalisé par Hélène Loukou, étudiante en archivistique.

A l’heure où la question des réfugiés redevient d’actualité, voici un récit édifiant que l’on pourra écouter en grec sur : https://phonotheque.hypotheses.org/15667, et dont voici le résumé en français :

Katerina Kardamitsi, reconstitue la vie de sa mère Pagona Skirinoglou, réfugiée d’Asie-Mineure, née en 1908 à partir des récits entendus depuis l’enfance. Sa sœur aînée se nommait Polyxène et ses deux petits frères, Simos et Panagiotis. Leur père s’appelait Antonis et leur mère Irini. Ils vivaient à Menemen, dans la province de Smyrne en Asie-Mineure. Leur grand-père était sacristain à l’Église orthodoxe d’Agia-Fotini. Pagona et sa grand-mère maternelle étaient analphabètes. En 1922, l’armée turque a fait prisonniers leur père Antonis et leur grande sœur Polyxène, ils ont été portés disparus. Le reste de la famille a fui en bateau, accostant dans plusieurs lieux comme l’île de Chios et la ville d’Athènes. À Athènes, ils ont d’abord été logés dans les bâtiments de l’Ancien Parlement où les conditions de vie étaient très difficiles. Tous conduits ensuite dans les entrepôts dans le quartier de Thiseio, Pagona et sa mère ont été séparées des deux garçons et elles ont été envoyées à Syros.

Sur l’île de Syros, sa mère a été emportée par une pneumonie et ne sachant pas où aller, Pagona s’est fait embaucher comme domestique dans une maison où elle a rencontré son futur mari, Giorgos Rokos. Plus tard, Pagona a réussi à retrouver un de ses frères, Simos, à Ermoupoli. Les autorités grecques qui recueillaient les réfugiés orphelins avaient emmené Simos à l’orphelinat américain de l’île. Simos avait un don pour la musique et jouait dans l’orchestre municipal. Après ces retrouvailles, il partit travailler à Athènes dans un hippodrome. Plus tard son frère Panagiotis, le cadet de la famille, a rejoint Simos pour travailler lui aussi à l’hippodrome. Panagiotis a bénéficié de l’allocation de logement allouée aux réfugiés et obtenu une maison dans le quartier des Tzitzifies, où il vivait avec sa famille au moment de l’entretien. Pagona, de son côté, n’a pas cherché à obtenir une maison. Elle s’est mariée à 18 ans avec un marin et s’est intégrée à la société de Syros, en oubliant peu à peu les us et coutumes d’Asie Mineure. Elle n’a pas gardé le souvenir de la langue turque, contrairement aux membres de sa famille. Veuve à 34 ans, elle a eu 2 enfants. Leur maison se trouvait dans le quartier de Kimisi.

Cet entretien a été enregistré en grec le 3 août 2001 par Katilena Stathatou.  Cette archive fait partie d’un corpus sonore constitué par des historiens qui interrogent des Grecs de première et deuxième génération ayant vécu la catastrophe de Smyrne en 1922. Il est traité en langue française sur la base de la phonothèque de la MMSH, Ganoub,
http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=3788&fonds=&nat=3&cid=14
et les notices sont en langue grecque sur le carnet de recherche et déposées aux archives des Cyclades, à Syros.

Un index des notices traitées est également disponible :
https://phonotheque.hypotheses.org/corpus-asie-mineure.

« Connaissance Hellénique » salue le travail de mémoire réalisé par ces historiens grecs. Puisse cette mémoire nous aider à montrer de l’humanité aux réfugiés d’aujourd’hui.

 

Audrey Lepain : Najat m’a tuer

►  λύχνος n° 143, mars 2016, article premier

« La main de l’élève qui, studieusement, tire la langue en tentant de tracer pour la 12e fois le Zêta parfait… »

 

Image d'Astérix, Uderzo et Goscinny
Le tour de Gaule d’Astérix, Uderzo et Goscinny

 

[Voici un témoignage émouvant écrit en octobre 2015 quand la triste réforme du collège imposée par Mme Najat Vallaud Belkacem se mettait en place. ]

« Je ne peux plus passer la porte de ma salle de classe sans penser que c’est la dernière fois que j’étudie ce texte latin ou grec avec eux.
Je ne peux plus regarder les manuels en préparant mes cours de latin ou grec sans penser que je n’aurai plus de raison de les utiliser l’an prochain.
Je ne peux plus expliquer à mes élèves que je veux garder un peu de mystère et ne leur parlerai de Jules César  que l’année prochaine.
Je ne peux plus dire à mes élèves de 4e, en effaçant le tableau après un cours de grec: “Regardez comme cette écriture est gracieuse… Petits veinards! Vous pourrez l’apprendre l’année prochaine!”.
Je ne peux plus flâner dans une librairie en me réjouissant d’avoir trouvé le livre parfait pour parler de l’histoire des sciences antiques à mes élèves.
Je ne peux plus guider la main de l’élève qui, studieusement, tire la langue en tentant de tracer pour la 12e fois le Zêta parfait sans sentir un pincement au coeur devant ce geste millénaire.
Je ne peux plus entendre un élève déclamer, avec conviction: “Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?” sans avoir envie de hurler de colère avec lui.
Je ne peux plus prendre en riant les remarques de mes collègues qui me disent que je me prépare avec sérieux à la réforme du collège quand je constate, dépitée, que j’ai oublié chez moi le cours de latin de 3e, dix minutes avant de retrouver mes élèves.
Je ne peux plus dire à des élèves que je suis Professeur de Lettres Classiques sans penser que c’est la dernière année que cela a du sens pour eux, et pour moi.

(…)Je m’efface malgré moi.
La béance qui croît chaque jour en moi m’absorbe douloureusement.
On m’efface malgré moi.

J’aurai été Professeur de Lettres Classiques. »

Audrey Lepain

Stage de grec ancien à Paris les 29 & 30 octobre 2015

Les Humanités classiques sont bien vivantes au Collège Sévigné

 

[L’association à but non lucratif Sévigné, une association amie de Connaissance Hellénique, nous envoie cette invitation à participer à un stage à Paris fin octobre 2015 : c’est avec plaisir que nous la relayons]

Le Collège Sévigné vous propose un stage de grec pendant les vacances de la Toussaint avec Madame Joëlle Bertrand, qui a longtemps été professeur en Classes Préparatoires au Lycée Louis-le-Grand. Ce stage est ouvert à ceux qui préparent les concours de l’enseignement mais aussi à ceux qui, dans le cadre de leur formation continue ou par intérêt personnel veulent approfondir leur connaissance du grec ancien. Attention, le nombre de places est limité !
Ulysse et les Sirènes. Détail d'un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.
Ulysse et les Sirènes. Détail d’un stamnos attique à figures rouges du Peintre de la Sirène (vase éponyme), vers 480-470 av. J.-C. Provenance : Vulci.

Vive l’optatif oblique !

Après le stage de juillet qui a permis aux étudiants présents de renouer avec la morphologie grecque, il vous est proposé, pendant deux jours, de rafraîchir vos connaissances en syntaxe grecque.
Ce stage s’adresse particulièrement aux étudiants qui se présentent aux concours : CAPES, Agrégations interne et externe, mais il est ouvert aussi à tous ceux qui désirent retrouver le plaisir de lire ce grec que l’on oublie si vite.

Il se déroulera le jeudi 29 octobre et le vendredi 30 octobre 2015.

  • Tarif : 200 euros (ou 150 euros si vous êtes déjà inscrits à l’une de nos formations). Le stage sera ouvert à partir de 9 inscrits.
  • Pour tout renseignement : jpdegiorgio@yahoo.fr

34 samouraïs pour l’enseignement du grec ancien…

Ne nous faites pas harakiri !

 

Samouraïs en costume, cliché Ogawa Kazumasa vers 1880  (Wikimedia Commons)
Samouraïs en costume, cliché Ogawa Kazumasa vers 1880 (Wikimedia Commons)

 

34 professeurs du lycée Condorcet (qui ont tous enseigné auparavant en zone d’éducation prioritaire) ont signé une Lettre ouverte à la ministre de L’Education nationale contre la  réforme du collège imposée lors de cette rentrée 2015. Cette réforme est purement et simplement en train de tuer l’enseignement du grec, du latin et d’autres langues sous le faux prétexte de l’ouvrir à tous ; nous soutenons donc cette lettre et en citons deux extraits  :

« Madame la Ministre, les professeurs n’en peuvent plus.

Ils n’en peuvent plus de voir saper et détricoter progressivement tout ce qui fait la richesse et l’intérêt de leur métier au gré des manœuvres politiciennes.

Ils n’en peuvent plus d’assister à la suppression de leurs postes, à la précarisation de leurs conditions d’exercice, à la remise en cause permanente de leur travail, voire de leurs compétences.

Ils n’en peuvent plus de déplorer, impuissants, la transformation de la culture et des savoirs qu’ils doivent transmettre en slogans pédagogiques abscons, dont le jargon exalté masque mal l’absence de réalisme.

Ils n’en peuvent plus de voir se multiplier les actions à caractère «éducatif» et autres expériences « transversales » auxquelles ils sont contraints, soit de contribuer par un surcroît de travail qui n’est jamais compensé, soit de sacrifier des heures de cours qu’on leur prend pour cela sans vergogne.

Ils n’en peuvent plus de se voir dire ce qu’il faudrait qu’ils fassent, sans la moindre logique ni la moindre continuité, par des textes qui semblent émaner de parfaits étrangers à l’univers scolaire, tant ils font absolument fi de la réalité concrète du métier. »

Un peu avant,  ils écrivaient :

« Nous jugeons qu’en accordant une place essentielle à ce qui est accessoire, votre réforme éloigne les professeurs de leur mission première : la transmission de savoirs et de méthodes dont ils sont spécialistes. »

Bravo les samouraïs !

 

La réforme du grec et du latin : « ça c’est une p… de tragédie « (Boris Johnson, maire de Londres)

« Vous êtes fous de vous attaquer à ça »

Boris Johnson en 2006 (wikicommons)
Boris Johnson en 2006 (wikicommons)

Mme Sylvie Pédroaréna nous transmet un extrait de l’entretien publié par l’hebdomadaire LE POINT (3 septembre 2015) avec le célèbre maire de Londre, Boris Johnson, qui vient de sortir une biographie de W. Churchill.  Nous laissons nos lecteurs savourer :

Le Point  : Et les débats franco-français, comme la réforme du grec et du latin, qu’en pensez-vous ?

Boris Johnson : Beaucoup de débats m’amusent, mais ça c’est une putain de tragédie!… C’est extraordinaire le latin, je n’ai fait que ça de 12 à 22 ans. Quo usque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?… quam diu etiam furor iste tuus nos eludet? quem ad finem sese effrenata iactabit audacia? » Le début des Catilinaires de Cicéron ! Et c’est si beau, si beau… Et cela me sert tous les jours ! C’est ma colonne vertébrale. Vous êtes fous de vous attaquer à ça. Dans votre pays tout le monde pouvait avoir accès aux études classiques, et voilà c’est fini. C’est d’autant plus scandaleux que les enfants de la bourgeoisie continueront, eux, d’avoir accès au latin et au grec. Mais plus les autres. C’est complètement con.

La résistance s’organise…

Ave Najat, qui non morituri te salutant

Conformément aux statuts de Connaissance Hellénique, nous n’entrerons pas dans la discussion de la dernière réforme du collège, mais nous soutenons l’humour de ceux qui résistent au maoïsme ambiant du ministère de la  RéEducation Nationale.

calendrier des immortels
calendrier des immortels

Ainsi on peut trouver le calendrier des Immortels, une bande sympathique de joyeux larrons qui ont décider d’ululer plus fort que les loups formateurs de l’Enarchie, de libérer la ministre Najat Vallaud-Belkacem de l’ensorcellement maoïste dont elle est la victime et de défendre le droit des jeunes à un véritable enseignement du latin et du grec ancien comme langues véritables.

On en saura plus sur leur site : ulule

A bon entendeur, ave.

Christian Boudignon