Tous les articles par Connaissance Hellénique

Editorial et sommaire du n° 155, mars 2020

En attendant l’apodémie !

 

amandier en fleur, cliché N. Perez (wikicommons)

 

L’épidémie de Coronavirus a enfermé la majorité de la population chez elle, pour ces quelques semaines de printemps. En attendant avec impatience  la fin de l’épidémie (ce que je propose d’appeler en bon grec : l’apodémie), bonne lecture de notre numéro printanier de Connaissance Hellénique.

C. Boudignon, rédacteur en chef.

P.S. Une version numérisée du dictionnaire grec de Bailly est désormais en ligne :

http://gerardgreco.free.fr/IMG/pdf/bailly-2020-chavez-02.pdf

Nous en ferons la recension dans notre numéro de juillet 2020

 

SOMMAIRE du n° 155, mars 2020

1 Bernard Grasset : Trois poèmes bilingues inédits

https://ch.hypotheses.org/3777

2 Henri Tonnet : Le grec moderne ressemble-t-il au grec ancien ?

https://ch.hypotheses.org/3832

3 Dora Falusi : La connaissance du grec ancien en Hongrie

https://ch.hypotheses.org/3849

4 Laurent Calvié : Du nouveau sur le copiste-libraire Andréas Darmarios (1540-après 1591)

https://ch.hypotheses.org/3857

5 Laurent Calvié : « Les dessous de la littérature grecque »

https://ch.hypotheses.org/3861

6 Jean-Victor Vernhes : La prononciation des groupes EI et OY en attique

https://ch.hypotheses.org/3868

7 Pierre Diouf : Étude lexicologique des notions d’ulcère, de cancer ou de plaie…

https://ch.hypotheses.org/3874

8 Christian Boudignon : Epidémie, pandémie (VPG n°45)

https://ch.hypotheses.org/3878

9 “Guarda e passa” de Stavros Zaphiriou traduit par Janine Kaminski

https://ch.hypotheses.org/3884

10 Quatre notices épigraphiques de Bernard Boyaval

https://ch.hypotheses.org/3888

11 “Leçon de chant” de Iannis EFSTATHIADIS traduit par Janine Kaminski

https://ch.hypotheses.org/3893

12 Paul Challobos : Homère a inventé le coronavirus !

https://ch.hypotheses.org/3900

 

 

Paul Challobos : Homère a inventé le coronavirus !

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article douze.

Sandro Botticcelli, La naissance de Vénus, Galerie des offices.

[Nous livrons pour ce premier avril une “fadaise” étymologique absurde qui nous a été soumise par  Paul Challobos et n’a d’autre but que de divertir.]

  • Homère a inventé le coronavirus !
  • Non pas possible, je croyais que c’était la CIA ou les extra-terrestres.
  • Mais non, idiot, c’est Homère. Tout est dans Homère.
  • Mais comment dit-on coronavirus en grec ancien ?
  • Merci de m’avoir posé la question. Il suffit d’y répondre pour découvrir qu’il y avait déjà pensé.
  • Hé bien, réponds-moi !
  • Comment dit-on virus ? Il suffit d’ouvrir le dictionnaire de Bailly. On trouve le mot ios (ἰός) au sens de venin, ce qui est l’équivalent du latin virus qui signifie venin, poison.
  • Et corona ?
  • Hé bien, corona, c’est la couronne en latin. Cela se dit en grec stéphanos (στέφανος), ce qui a donné notre nom propre Stéphane. Si l’on combine les deux cela donne iostéphanos (ἰοστέφανος)
  • Et alors ?
  • Mais le mot est déjà dans l’Hymne homérique à Aphrodite (6,18) quand les dieux « admirent l’aspect de la Cythérée (c’est-à-dire Aphrodite) iostéphanos » :

εἶδος θαυμάζοντες ἰοστεφάνου Κυθερείης.

  • Mais cela ne veut pas du tout dire cela mais “couronnée de violettes” !
  • Quel aveuglement ! Mais vois-tu, le divin Homère était prophète ! Porphyre, Proclus, tous les philosophes l’ont su. Sauf qu’Homère ne voulait pas terroriser ses auditeurs qui d’ailleurs ne pouvaient pas encore comprendre. Les gens ont bêtement cru qu’Aphrodite était couronnée de violettes. Mais en quoi cela peut-il impressionner les dieux qu’une des leurs ait des fleurs dans les cheveux comme les Hippies des années soixante-dix ? Par contre, quand les dieux ont vu qu’elle portait le coronavirus, là ils ont été impressionnés !
  • Maudite Aphrodite !

Paul Challobos

Aix-en-Provence, 01.04.2020

Janine Kaminski traduit 15 poèmes de “Leçon de chant” de Iannis EFSTATHIADIS

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article onze.

 

Couverture du recueil “Leçon de chant” de Iannis Efstathiadis

 

L’auteur : Iannis Efstathiadis, né à Athènes en 1946, a publié de la poésie, de la prose, de petits essais sur la musique et, sous le pseudonyme d’Apicius, des textes de gastronomie. En 2012 il a reçu le prix national du récit ainsi que le prix de l’Académie d’Athènes, pour ses essais sur la musique et la littérature. Parallèlement il est producteur d’émissions pour la radio 3 de Grèce.. (traduction de la présentation de l’édition Melani)

 

Leçon de chant

Iannis EFSTATHIADIS

éd. Melani, 2018.

 

LEÇON DE CHANT

 

Je n’ai jamais appris

à chanter

je n’avais pas une voix juste

je chantais faux

 

« Chante chante »

insistait la maîtresse

 

« Je ne peux pas madame

je ne peux pas » répondais-je

« je n’ai pas de voix

je ne sais même pas

écrire les notes »

 

et elle avec mépris

« Alors assieds-toi

et écris des mots »

 

ainsi elle m’a puni

 

*

 

APRES VINGT ANS

 

Je l’ai vu

seller

le cheval

 

bah bah lui dis-je

pourquoi ça

 

Vingt années

j’ai beaucoup marché

m’a-t-il répondu

et maintenant de retour

au pays

 

seul sans

un chien sauvage

pour protéger

du temps qui passe

 

retraité désormais

garde du corps

de la mémoire

 

 

ΜΕΤΑ ΕΙΚΟΣΙ ΕΤΗ

 

Τον είδα να

σελώνει το

άλογο

 

μπα μπα του είπα

πώς κι έτσι

 

είκοσι χρόνια

πεζοπόπησα πολὐ

μου απάντησε

και τώρα πίσω

στον οικείο τότο

 

μὀνος χωρίς

ένα άγριο σκυλί

να προστατεύει

απ᾽ το πέρασμα του χρόνου

 

συνταξιούχος πια

σωματοφύλακας

της μνήμης

 

*

 

COLLECTIONNEUR

 

Collectionneur

habile

de regards

et autres

expressions

je prends

tes silencieuses

dépositions

de photographies

ou de souvenirs

je les enregistre

je les classe

pour qu’on les trouve

dans un lécythe

rempli d’algues et de coquillages

dans le fond humide

du temps

*

 

CRIME DE SOLITUDE

 

Je l’ai chassée

 

l’ai frappée

l’ai refrappée

 

agile toujours

elle m’échappait

 

j’ai essayé

de la noyer

 

j’ai cassé un verre

j’ai saigné

 

et elle courait

dans la chambre comme folle

en haut en bas

en haut en bas

 

pourtant je l’ai coincée

et l’ai frappée

avec rage

tandis que Raskolnikov

m’observait

immobile

d’une bibliothèque

attenante

 

son corps

sans vie

recroquevillé

 

un peu de sang

près de sa tête

 

sale mouche

murmurai-je

 

misérable usurière

de mon temps

perdu

 

*

 

REPONDEUR

 

« À cet instant

je suis absent

pour toujours »

 

ΤΗΛΕΦΩΝΗΤΗΣ

 

« Αυτή τη στιγμή

απουσιάζω

για πάντα »

 

*

 

Cadeau du soir

 

Je t’ai donné tout

mon silence

 

aucun autre or

n’irait

sur toi

 

ΒΡΑΔΙΝΟ ΔΩΡΟ

 

Σου έδωσα όλη

τη

σιωπή μου

 

τίποτ᾽ άλλο χρυσό

δεν θα ταίριαζε

πάνω σου

 

*

 

HANSAPLAST

 

Un petit

pas plus grand que ça

pansement

au bout

du doigt

 

tout le monde m’interroge

s’étonne

s’inquiète

 

sur l’autre

blessure

l’invisible

personne n’a jamais posé de question

 

*

 

*

 

QUESTION SANS REPONSE

 

Comment dit-on Éros

dans la traduction

des Septante ?

 

ΑΝΑΠΑΝΤΗΤΟ ΕΡΩΤΗΜΑ

 

Πώς λέγεται ο έρωτας

στη μετάφραση

των Εβδομήκοντα ;

 

*

 

ASSASSINATS

ALAMANIERE

de Nikos Engonopoulou

 

— Qui a tué Abraham Lincoln ?

— John Wilkes Booth

— Qui le prince Francis-Ferdinand ?

— Gavrilo Princip

— Qui a tué Jaurès ?

— Raoul Villain

— Qui a tué Trotzki ?

— Ramon Mercader

— Qui a tué John Kennedy ?

— Lee Harvey Oswald

— Bob Kennedy ?

— Sirham Sirham

— Qui a tué Indira Gandi ?

— Satwant et Beamt Singh

— Sadate ?

— Omar Abdel Rahman

— Qui a tué Lorca ?

— Des inconnus

 

Il est d’usage toujours que des inconnus

assassinent les poètes

 

*

 

REQUIEM POUR LES POETES SUICIDES

 

Baisse la lumière

laisse-la s’ancrer

au centre de leurs

yeux

 

baisse les voix

dans leur larynx sourd

pour qu’ils se reposent

 

laisse leurs oreilles

suppurer

aux musiques inécoutées

de l’avenir

 

c’est une jolie barque

le cercueil

fait de bois de hêtre

et de voyelles

 

le numéro avec un seul

chiffre le un

un et encore un

une et encore une

leur addition

est le pluriel de la cendre

 

devant des miroirs

ils ne voient pas leur forme

seulement leur solitude

                       intacte

 

télégrammes du sang

après le coucher du soleil sont transmis

sommations sonores des téléphones

sans jamais aucun destinataire

 

l’herbe dépose sa tristesse

à leurs pieds

comme s’ils étaient des dieux

 

ils vieillissent depuis des années

dans leurs vêtements d’avant

sans rides et

maladies guérissables

 

« Ce n’est pas tellement original

de se suicider

mais la vie aussi n’a pas

d’originalité » dit-il

et la mort sortant de la

fente des paupières

silencieusement l’a confirmé

 

« Lili aime moi… »

un amour sournois post mortem

avec un orteil noir

construit une ville de chair

avec le sang avec le métal

avec le fer triomphant

de la mort

 

Et toi Seigneur des miracles

éclatants

tu n’essaies pas

d’inventer l’horloge

du temps à l’envers ?

 

De ramener la balle

tout droit dans le canon

de faire rentrer le gaz

dans son tuyau

de faire redevenir

le nœud coulant

une monotone corde lisse

de faire sortir à l’envers

le corps de l’eau

et qu’il plonge vers le haut

afin que s’étende à nouveau dans le ciel

la brume de l’amour

 

Et toi Seigneur

dans leurs éternelles

vêpres

tu n’interviens pas ?

tu n’exhumes pas

les paroles qu’ils

n’ont pas dites ?

tu ne brises pas

le miroir de

leur sommeil ?

 

Et si tu ne peux pas

les ressusciter

avec leurs mots

alors au moins

avec des accords

de noir et de blanc

 

berce-les[1]

 

*

 

SAC POSTAL

 

Je ne veux pas que tu apportes des nouvelles

je veux que tu apportes les anciennes

                                   facteur

*

Mon chien

lui a mordu la main

quelle nouvelle cendre enfermait donc

la lettre qu’il voulait déposer

*

Elle a envoyé en recommandé

sa réponse érotique

ainsi

pour apprendre si elle l’aimait

il devait montrer

son identité

*

N’envoie pas

par la poste

ton amour

envoie-le par un oiseau migrateur

pour qu’il revienne

à chaque printemps

*

Dans une main le bonheur

dans l’autre le chagrin

dans la troisième les factures toujours impayées

dans la quatrième informations encouragements interdictions

photographies de toute nature dans la cinquième

dans la sixième brochures d’informations polychromes

accidents de la route et autres méfaits dans la septième

et seulement la huitième libre

pour une caresse sur les cheveux du destinataire

 

Déesse Kali

toi qui connais l’art de la séparation

toi qui parcours la ligne hors-service de l’accomplissement

toi qui transmets une sélection des actualités

et sais quel mot a le plus d’écho

sois au moins une fois mon facteur

et donne-moi la main la bonne

 

*

 

BERCEUSE

 

Tu te souviens mère

combien de fois

alors nourrisson

tu m’as bercé

 

de ta voix

rauque

tu m’a promis

ors et dots

 

qu’en faire

désormais

 

maintenant

j’ai besoin de tes bras

accueillants

 

maintenant

j’ai besoin d’habits

et de diamants

d’une autre

Vénétie

 

envoie ton fantôme

chanter pour moi

d’une voix sourde

comme une muse des ténèbres

berce-moi

 

familiarise-moi

avec le non-monde

que je vais connaître

 

*

 

LA THEORIE DE LA COULEUR

 

De toutes les couleurs

je préfère

le livide

 

j’ai du mal

à la décrire

j’ai du mal

à la reconnaître

 

            mais

le mot me plaît

 

*

 

AU MUSEE

 

Il observe la

statue

mutilée

 

il manque même les

deux mains

 

si c’était seulement la droite

tu pourrais

 

imaginer un couteau

une intervention brutale

 

si c’était la gauche

peut-être un salut

à quelque chose d’irrémédiablement

absent

 

mais

les deux manquent

 

reconsidérant donc

le regard brillant

et fixe

il s’agit d’amour

 

alors juste

la punition

 

pour une étreinte

            ratée

 

*

 

REFLET

 

Le miroir a dit :

« Plus je te regarde

            plus

tu me ressembles » 

 

 

ΑΝΤΙΚΑΤΟΠΤΡΙΣΜΟΣ

 

Είπε ο καθρέφτης:

« Όσο σε κοιτάζω

τόσο πιο πολύ

μου μοιάζεις » 

 

 

Traduction Janine Kaminski

 

[1] Ce poème nous rappelle que la génération de 1880 en Grèce a connu nombre de poètes « qui auraient pu rester mélancoliques mais sont devenus tragiques » en se suicidant, comme K.G. Karyotakis (1896-1928), le plus célèbre d’entre eux, à l’origine d’un courant poétique durable, le « karyotakisme ».

Quatre notices épigraphiques de Bernard Boyaval

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article dix.

Antinoë [Antinoöpolis]. 1. Plan général des environs; 2. Vue des ruines de la ville, prise du côté du sud-ouest en 1809 (Wikicommons)

 

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. UNE ÂME BLANCHE SOUS UNE PEAU NOIRE

Une épitaphe grecque d’Antinoé commémore un esclave au service d’un décurion, chef de travaux dans cette ville. Elle a fait l’objet de nombreuses éditions jusqu’à E. Bernand1, le dernier à l’avoir longuement commentée en français. Il l’a datée de « la fin de la haute époque impériale, d’après l’écriture » à la suite de Schmidt, Geffcken, Bilabel, Peek qui l’avaient assignée au IIIe siècle après J.-C. L’esclave, Epitynchanôn, exprime sa reconnaissance à Pallas, un bon maître.

L’esclave venait « de la terre d’Éthiopie », terme qui englobait alors tout ce qui est au Sud de l’Égypte, Haute et Basse Nubie comprises (v. 4), son teint était « assez noir » (v. 5) mais son âme avait « la blancheur des fleurs » (v. 7). Convaincu que « la noblesse de l’âme passe avant la beauté » (v. 9) et qu’elle avait « embelli la noirceur de [son] apparence » (v. 10), il avait « tout caché, le sentiment et la forme qui [le] revêtait auparavant » (v. 14-15, trad. Bernand).

Je ne crois pas inutile d’introduire quelques ajouts au commentaire de Bernand.

Pour qualifier la peau du serviteur, le poète a usé du qualificatif melanteros, traduit « assez noir » comme il se doit quand le comparatif est seul « ohne das zweite Glied der Vergleichung2 ». Ainsi, un individu isolément qualifié de neôteros est « nicht mehr absolut jung, aber auch noch nicht alt », il est dans l’entre-deux comme l’esclave de Pallas qui n’était pas noir sans être blanc non plus. À propos de ce vers, Bernand écrivait « melanteros rappelle les melanchrôtes « les peaux foncées » que l’on trouve dans les papyrus ». Si l’on consulte le Bailly et le LSJ, on constate que melanchrôs et les épithètes de sa famille ont suscité la même hésitation : sur le premier, on lit « de couleur noire ou sombre, particul. de peau brune », sur le second, « black-skinned ou swarthy » càd. hâlé, basané. Melanteros, ici, avait le sens de « basané », qui est la couleur des Nubiens.

Sur la relation d’Epitynchanôn avec autrui, Bernand ajoutait à propos des v. 9-10 « L’épigramme […] reflète davantage l’opinion que pouvaient se faire les blancs au sujet des noirs que le sentiment susceptible d’être éprouvé par un noir à propos de sa négritude ». Instructif surtout est l’embarras où l’ambiguïté du texte a mis les commentateurs : les uns n’y ont pas vu de trace d’une opposition raciale fondée sur une distinction de couleur ; d’autres ont ressenti l’existence de ce conflit en soulignant que l’insistance de l’esclave sur la blancheur de son âme pouvait s’expliquer par l’hostilité à la négritude autour de lui ou par une revendication en faveur de l’homme noir. Fait qui m’étonne, aucun commentateur n’a songé à la possibilité de tensions locales et temporaires entre Égyptiens de Basse ou Moyenne-Égypte et « coloured men » de l’extrême sud. Leurs mauvaises relations sont d’une ancienneté plurimillénaire et se prolongent encore aujourd’hui en conflits tantôt larvés, tantôt déclarés entre Égypte et Soudan. Les nomades de la haute vallée ont toujours inquiété le nord. On peut fort bien imaginer semblables tensions entre les « dark-skinned » méridionaux et les « white-skinned » septentrionaux pendant ce troisième siècle où le pouvoir romain a entrepris des travaux considérables à Antinoé, à l’aide de travailleurs nubiens. Aujourd’hui aussi, on fait appel souvent à eux pour fournir la main-d’œuvre nécessaire aux chantiers du delta. L’épitaphe d’Epitynchanôn nous transmet peut-être un écho de heurts de ce type3.

Deux mots enfin sur les « blanches fleurs » de son âme (v. 7), opposées à « la noirceur de son apparence » (v. 10). La métaphore en forme d’antithèse devait être dans l’air du temps, en milieu païen et chrétien, puisqu’on la retrouve à la même époque et presque identique dans les Griechische christlichen Schriftsteller (GCS), 5, 164-170 ; 8, 36, 115 et 117-118, sous la plume d’Origène. Elle y oppose la blancheur lumineuse de la grâce à la noirceur du péché.

 

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 98) n°26 p. 143-147.

CRACCO-RUGGINI L. (1948), « Pregiudizi razziali, ostilità politica e culturale, intolleranza religiosa nell’ impero romano », Athenaeum 46, p. 139-152.

CRACCO-RUGGINI L. (1974), « Leggenda e realtà degli Etiopi nella cultura tardoimperiale », Atti del IV Congresso Internazionale di Studi Etiopici, Accademia dei Lincei, Roma, p.  104-193.

  1. KÜHNER – GERTH B. (rééd. 1966), Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, Hanovre, II/2 Anmerk. 7 p. 305-306.
  2. La méfiance des habitants du Caire envers le sud reste vivace. Il m’est parfois arrivé d’entendre les premiers traiter de « sale(s) nègre(s) » (sic) des ouvriers de la rue qui n’avaient d’autre tort que d’avoir fui la misère nubienne pour trouver du travail dans la capitale. La Haute-Égypte déverse ainsi le surplus de population qu’elle ne peut pas nourrir vers les centres urbains du nord où ils forment un prolétariat démuni et décrié. L’insistance initiale du poème sur l’engagement de l’esclave au service d’un conducteur de travaux renforce l’hypothèse selon laquelle Epitynchanôn serait « descendu » du Haut-Nil pour trouver du travail là où il y en avait d’abondance.

 

***

  1. DIAZELMIS, ZAZELMIS, DIZAZELMIS

 

On connait depuis longtemps un Diazelmis de Kom Abou Billou (E. Bernand1). Une autre épitaphe homonyme, de Kom Abou Billou également, a été publiée par G. Wagner et commentée par moi2. Wagner a signalé ibid. un graffite ptolémaïque d’Abydos, censé porter la forme Zazelmis, retenue dans le Sammelbuch I, 1915, n° 3769. Mais s’il avait pris le temps de consulter un article de P. Perdrizet3, il aurait noté que celui-ci y avait corrigé Zazelmis en Dizazelmis, bien attesté ailleurs.

Il faut donc dresser un nouveau tableau de cette famille de noms thraces :

  1. Zazelmis est à éliminer (Preisigke, Namenbuch116, l’avait déjà suspecté, ce qui a aussi échappé à l’attention de Wagner)
  2. Diazelmis est attesté deux fois par les épitaphes susmentionnées de Kom Abou Billou.
  3. Dizazelmis est attesté par six témoignages déjà recensés par Perdrizet en 1914 : une monnaie d’un roi odryse d’époque hellénistique, l’épitaphe d’un prince thrace fils de Seuthès, deux épitaphes, une latine, l’autre grecque, une épitaphe du Pangée, le graffite corrigé par Perdrizet sur une paroi du temple funéraire de Séthi Ier en Abydos.

L’Onomasticon alterum de D. Forabaschi (1974) n’en a pas ajouté de nouveau témoin en Egypte.

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris, Les Belles-Lettres (Annales littéraires de l’Université de Besançon ; 98), p. 75-80 n° 10.
  2. BOYAVAL (1995), « Un ou deux Diazelmis ? », La Lettre de Pallas 3, Toulouse, p. 11 note 5.
  3. PERDRIZET (1914), « Dizazelmis », Revue des Etudes Anciennes, Bordeaux, 16, p. 399-404.

***

  1. LES ÉPITAPHES À DÉFUNTS GROUPÉS

DE KOM ABOU BILLOU

  

  1. Aly a jadis édité1 une épitaphe au nom de « Théôniôn et Thermouthis 36 ans ». Dans un développement inutilement long pour déterminer s’il s’agit d’une défunte « Théôniôn également appelée Thermouthis » ou de deux, il a fini par choisir la seconde interprétation. En effet, dans les doubles dénominations, l’article défini masculin ou féminin précède la conjonction kai qui coordonne les deux noms ; or, il est absent ici et il faudrait, en plus, corriger l’oméga final de Théôniôn en omicron pour l’accorder au féminin Thermouthis. La planche jointe montre deux personnages gravés en creux, une femme adulte allongée sur une couche funéraire, la tête à droite les pieds à gauche, et un enfant de taille réduite, dressé verticalement, sur les pieds de la femme, les bras levés en position d’orant.

Une autre stèle funéraire aurait pu lui éviter ce commentaire. Le n° 8 p. 27-29 du même article commémore l. 1 un adulte, Agathas 42 ans, et sans coordination l. 2 Apollôs 1 an. La gravure pl. 8, en creux, représente l’adulte couché dans la même position et la même orientation, avec, au-dessus de ses pieds à gauche, un petit garçon debout, bras levés dans un geste d’orant. Z. Aly a conclu que l’enfant était Apollôs puisque l’inscription dit aussi d’Agathas qu’il « aimait ses enfants ». L’ordre des noms est cependant à l’inverse du n° 1.

À Kom Abou Billou, les âges sont indiqués dans un ordre tantôt croissant tantôt décroissant. Voici quelques exemples de ces groupes :

 

Ordre croissant

BIFAO 72

n° 7 p. 145 « Taninouthis 4 ans Tamyysis 20 ou 50 ( ?) »

 

BIFAO 78

n° 49 p.254 « Thaïsis 25 ans Hèraklas 66 »

n° 54 p.256 « Sarapion 3 ans Betiri 35 ».

 

Ordre décroisant

BIFAO 78

n° 7 p. 240 « Hiérakammon 20 ans Némésous 5 »

n° 53 p. 255 « Epiktètos 40 ans Hèliodôra 4 »

 

Ces groupements de défunts, dont j’aurais pu sans peine quadrupler le nombre, permettent de corriger deux affirmations de G. Wagner : il note2 que les âges de trois adolescents défunts « se suivent en allant crescendo » (14, 15, 16 ans) comme si c’était une particularité de cette stèle. On voit que cet usage était courant à Kom Abou Billou ; ailleurs, il écrit : « Le fait que les noms des enfants précèdent celui de leur mère indique apparemment que leur décès a été collectif ». L’ordre de commémoration des défunts était variable, donc la place des noms d’enfants dans les listes n’avait probablement pas de valeur indicative.

Il reste des mystères. Ainsi, sur une épitaphe déjà citée plus haut, on lit « Sarapion 3 ans » mais la photographie jointe révèle quatre figures de petite taille, donc quatre enfants, en position d’orants. Lequel était Sarapion ? Pourquoi trois noms n’ont-ils pas été gravés ? Sur une autre stèle à quatre noms gravés, on lit « Thermouti(s) 44 ans, Chiparis 4 ans » ; les deux autres étaient Perzétous et Némanous sans âge indiqué. On peut imaginer bien des causes à ces silences : le manque de place sur la pierre ; le manque d’intérêt pour les décès périnataux et protojuvéniles, trop nombreux ; la fragilité du souvenir dans les sociétés sans état-civil ; le souci d’économiser. À propos des épitaphes qui ne portent que des silhouettes gravées sans texte, Z. Aly a supposé qu’elles pouvaient être inachevées ou destinées à une clientèle modeste : « Possibly they were incomplete or it may be that they were cheap memorials intended for sale among the poorer classes ». Son interprétation se heurte à des obstacles : l’achat des pierres, leur taille et la ciselure des silhouettes devaient déjà coûter un bon prix qui ne les destinait pas à un public démuni ; d’autre part, chacune de ces pierres conservées porte un nombre précis de silhouettes, ce qui inclut qu’elle était préparée pour une famille déterminée.

  1. ALY (1949), « Some funerary stelae from Kom Abou Bellou », Bulletin de la Société archéologique d’Alexandrie (BSAA), Alexandrie, 38 p. 3-36
  2. WAGNER (1996), « Nouvelles inscriptions funéraires grecques de Kom Abou Bellou », ZPE, Cologne, 114 p. Ò115-140.

*** 

  1. LA MORT D’HÈRAKLEITOS FILS D’ATTALOS

Hèrakleitos n’a laissé que son épitaphe, pourvue d’un quatrain à la prosodie hésitante. En voici la traduction, due à E. Bernand1 :

« (v. 1-3) Étranger, Hèrakleitos, fils d’Attalos, Macédonien, repose dans ce tombeau, lui qui a achevé trois décades d’années d’existence et cinq unités de plus, période qui doit d’être la plus belle à la jeunesse. (v. 4) Alors qu’elle vient de pousser, pourquoi la fleur de l’âge rencontre t-elle Hadès ? ».

Au v. 4, à quoi pensait le poète en évoquant l’akmês anthos du défunt ? En commentaire, Bernand a noté que la métaphore de la fleur, suscitée par l’image précédente de la pousse, est « souvent employée dans les épigrammes pour des enfants ou des jeunes gens ». Mais, à trente-cinq ans, Hèrakleitos n’était plus un enfant ni même un jeune homme, il était un homme mûr, dans « la plénitude » (akmè) de sa force physique et mentale et son âge au décès était plus élevé que les moyennes de longévité décelées dans l’Egypte gréco-romaine (ZPE 18, 1975, p. 59-60, et 21, 1976, p. 234-237).

Dans un article ancien de P. Boyancé2, une note signalée ci-après suggère une explication. Elle rappelle qu’une fleur, prématurément tombée avant d’avoir produit son fruit, peut symboliser une vie disparue avant d’avoir pu se perpétuer par une descendance. L’expression « la fleur de son akmè » pourrait bien exprimer l’absence de descendance d’Hèrakleitos. Le quatrain ne mentionne d’autre proche que son père. Le défunt était peut-être bien agamos ateknos.

Bernard Boyaval

Université de Lille III

  1. BERNAND (1969), « Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Recherches sur la poésie épigrammatique des Grecs en Égypte, Paris Les Belles-Lettres (Annales Littéraires de l’Université de Besançon ; 98) n° 12 p. 83-85.
  2. BOYANCÉ (1952), « Funus acerbum », Revue des Études Anciennes, Bordeaux, 54, p. 288 n. 4.

 

Janine Kaminski traduit un poème de Stavros Zaphiriou sur Auschwitz

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article neuf.

Stavros Zaphiriou

guarda e passa

(regarde et passe)

 

Entrée d’Auschwitz  (camp allemand nazi de concentration et d’extermination) avec l’inscription Arbeit macht frei (« le travail rend libre ») , Wikicommons

Un homme lit la porte d’Auschwitz.

Il lit en haut de la porte d’Auschwitz,

la courbe martelée avec goût.
Il passe enfin la porte

accueillante d’Auschwitz

et se met aussitôt au travail.

Il sait bien que le travail rend libre ;

c’est la raison pour laquelle il se met aussitôt au travail.
Il photographie :

les barbelés, les projecteurs, les postes de garde,

les chemins empierrés,

les constructions soignées avec les numéros

et la brique rouge,

le mur des exécutions, les toits de tuiles

le Π en fer de l’échafaud ;

il change d’objectif, il photographie :

dans les vitrines les touffes de cheveux,

les brosses à dents et les blaireaux,

les piles de souliers,

les brosses à reluire, les lunettes,

les étuis à lunettes,

les peignes des hommes, les petits peignes,

les brosses à cheveux,

les éventails précieux en dentelle,

les ombrelles ; il photographie,

il photographie dans les vitrines :

les bras en bois, les avant-bras en bois,

les tibias en bois des invalides,

les parapluies rouillés,

les lames de rasoir rouillées,

les valises avec les noms en blanc,

les uniformes rayés vides,

les photos terrorisées de Häftlinge,

leur terrible chiffre en pointillés,

les dortoirs, les matelas de jute et de paille,

les ustensiles de cuisine et les restes

de nourriture dans les assiettes en zinc ;

il change d’objectif, il photographie

sans être du tout fatigué, il photographie :

les caves souterraines de la punition,

la chambre à gaz, l’antichambre,

les bancs intacts de vêtements,

les fours jumeaux en acier et brique réfractaire,

il photographie, sans être du tout fatigué

il photographie,

sans avoir compris ou sans

avoir pris exactement conscience

que les ordres de transport et les listes de marche,

les itinéraires bondés des trains

et les éléments de fabrication du Zyklon-B

sont écrits en vers ;

libérateurs, enflammés, audacieux

des vers sans rime.

 

Il photographie, photographie, change d’objectif,

change les batteries,

se photographie,

devant les fours se photographie,

avec évidemment les impératifs de l’endroit,

toute la mémoire de l’appareil photographique chargée

de cette certitude numérique des impératifs de l’endroit,

des impératifs du hier indigne

et des impératifs du présent convenable,

d’un hier tout entier et d’un aujourd’hui incomplet,

 

où la chair brûlée de l’histoire sera impressionnée,

après l’excursion de six jours,

dans la haute définition des huit mégapixels.

 

Traduction Janine Kaminski

 

guarda e passa

 

Ένας άντρας διαβάζει την πύλη του Άουσβιτς.

Διαβάζει ψηλά, στην πύλη του Άουσβιτς,

το καλαίσθητο, σφυρήλατο κύμα.

Περνά επιτέλους την ανοιχτόκαρδη πύλη του Άουσβιτς

και πιάνει αμέσως δουλειά.

Ξέρει καλά πως η δουλειά απελευθερώνει·

αυτό είναι ο λόγος που πιάνει αμέσως δουλειά.

Φωτογραφίζει:

τα σύρματα, τους προβολείς, τα φυλάκια,

τους χαλικόστρωτους δρόμους,

τα φροντισμένα κτίρια με τα νούμερα

και το κόκκινο τούβλο,

τον τοίχο των εκτελέσεων, τις κεραμοσκεπές,

το σιδερένιο Π του ικριώματος·

αλλάζει φακό, φωτογραφίζει:

στις βιτρίνες τις τούφες των μαλλιών,

τις βούρτσες των δοντιών και τις βούρτσες ξυρίσματος,

των παπουτσιών τις στοίβες,

τις βούρτσες γυαλίσματος, τα γυαλιά,

τις θήκες των γυαλιών,

τις χτένες των αντρών, τα χτενάκια,

τις βούρτσες των μαλλιών,

τ’ ακριβά δαντελένια ριπίδια,

τις ομπρέλες του ήλιου· φωτογραφίζει,

στις βιτρίνες φωτογραφίζει:

τους ξύλινους βραχίονες και τους ξύλινους πήχεις,

τις ξύλινες κνήμες των αναπήρων,

τις σκουριασμένες ομπρέλες της βροχής,

τις σκουριασμένες λεπίδες ξυρίσματος,

τις βαλίτσες με τ’ άσπρα ονόματα,

τις ριγωτές ασώματες στολές,

τις τρομαγμένες φωτογραφίες των Häftlinge,

τον τρομερό στικτό τους αριθμό,

τους κοιτώνες, τα στρώματα από τσουβάλι και άχυρο,

τα σκεύη μαγειρικής και τα υπολείμματα

της τροφής στα τσίγκινα πιάτα·

αλλάζει φακό, φωτογραφίζει,

χωρίς να έχει διόλου κουραστεί φωτογραφίζει:

τα υπόγεια κελιά της τιμωρίας,

τον θάλαμο αερίων, τον προθάλαμο,

τους άφθαρτους πάγκους των ρούχων,

τα δίδυμα φουρνάκια από χάλυβα και πυρίμαχο τούβλο·

φωτογραφίζει, χωρίς να έχει διόλου κουραστεί φωτογραφίζει,

χωρίς να έχει αντιληφθεί ή δίχως

να έχει ακριβώς συνειδητοποιήσει

πως οι εντολές μεταγωγής και οι λίστες πορείας,

τα υπερπλήρη δρομολόγια των τραίνων

και τα στοιχεία συσκευασίας του Zyklon-B

είναι γραμμένα σε στίχους·

λυτρωτικούς, φλογερούς, τολμηρούς

ανομοιοκατάληκτους στίχους.

 

Φωτογραφίζει, φωτογραφίζει, αλλάζει φακό,

αλλάζει μπαταρίες,

φωτογραφίζεται,

μπροστά στα φουρνάκια φωτογραφίζεται,

με την πρέπουσα βεβαίως συνθήκη του χώρου,

ολόκληρη η μνήμη της φωτογραφικής μηχανής φορτωμένη

από αυτή την ψηφιακή βεβαιότητα της συνθήκης του χώρου,

της συνθήκης του άπρεπου χθες

και της συνθήκης του πρέποντος σήμερα,

ενός ολόκληρου χθες και ενός ασυμπλήρωτου σήμερα,

 

όπου η καμένη σάρκα της ιστορίας θα εκτυπωθεί,

μετά την εξαήμερη εκδρομή,

στην υψηλή ανάλυση των οχτώ μεγαπίξελ.

 

                                                         Σταύρος Ζαφειρίου

 

[1] « Regarde et passe » en espagnol

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°45)

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article huit.

Epidémie et pandémie.

 

Michel Serre, Le chevalier Roze soignant les pestiférés de Marseille en 1720, Musée Atger (Montpellier), wikicommons.

 

J’aurais dû m’en douter. Cela a commencé par une conférence en janvier de cette année à la Bibliothèque de l’Alcazar commémorant la grande peste de 1720 à Marseille. Cela a continué quand je suis allé voir l’exposition sur Giono dont le maître-livre Le hussard sur le toit raconte l’aventure d’Angelo, confronté au choléra en 1832. C’étaient là des signes annonciateurs, mais je ne suis ni augure ni prophète.

Puis le virus apparut en Chine. L’épidémie pointa son nez chez nous et le reste, vous le connaissez. L’épidémie est devenue pandémie.

 

“Quand la maladie prend résidence…”

Epidémie, pandémie, voilà deux mots grecs, hélas, très à la mode ! Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Epidémie est la transcription du grec ἐπιδημία [épidèmia] qui signifie « arrivée, visite, séjour, résidence ». Cela peut signifier même un « droit de résidence ». Chez Hippocrate, le médecin de Cos du Ve siècle avant J.-C., le mot en vient à signifier l’arrivée et le séjour d’une maladie. Ainsi dans son traité sur la Nature de l’homme, 9, il écrit :

ὅταν δὲ νοσήματος ἑνὸς ἐπιδημίη καθεστήκῃ, δῆλον ὅτι οὐ τὰ διαιτήματα αἴτιά ἐστιν, ἀλλ᾿ ὃ ἀναπνέομεν, τοῦτο αἴτιόν ἐστι, καὶ δῆλον ὅτι τοῦτο νοσηρήν τινα ἀπόκρισιν ἔχον ἀνίει. 

« Quand s’établit l’épidémie d’une maladie, il est clair que ce ne sont pas les régimes (alimentaires) qui sont causes (de maladie) mais (l’air) que nous respirons qui en est la cause ; et il est clair qu’il porte et lance un certain signal maladif. »

On pourrait aussi bien traduire : « quand une maladie prend sa résidence… », bref, quand elle devient diffuse et populaire. Car vous le pressentiez, dans épidémie, il y a δῆμος démos, le « peuple ». Mais surtout, il y a le préfixe épi- qui signifie « sur » mais insiste sur l’idée d’une arrivée sur quelque chose ou quelqu’un, une chose surprenante qui vient et surtout survient à quelqu’un. L’épidémie, c’est ce qui tombe sur le peuple. Evidemment dans le cas d’une maladie, c’est terrible. Mais on parle aussi en grec chrétien de « l’épidémie du Christ », ἐπιδημία τοῦ Χριστοῦ, c’est-à-dire la « venue » ou la « survenue du Christ ». Basile de Césarée en 375 dans son Livre sur l’Esprit saint, ch. 21, écrit : ἡ σωματικὴ τοῦ νόμου τήρησις ἐν τῇ ἐπιδημία τοῦ Χριστοῦ καταργεῖται, « l’observance charnelle de la loi est annulée par la venue du Christ », littéralement par l’épidémie du Christ qui est venu séjourner parmi les hommes.

 

Quand les étoiles tombent…

Le mot apparaît pour la première fois en français sous la forme ypidime dans le Régime du corps de Maître Aldebrandin de Sienne (p. 60, éd. Landouzy-Pépin) qui en 1256 parle des pestilences en disant que cette corruption de l’air est due soit à des charniers ou marais, soit quand les estoiles “chiient” (c’est-à-dire choient ou tombent), ce qui induit des changements de climat : « Et tel cangement fait venir pestilence ke les phisitiiens appelent ypidime, mais n’est mie si perilleuse ni si morteuse com est cele ki vient de la corruption de l’air.»

Le mot semble avoir été emprunté aux Grecs avec la prononciation médiévale de ἐπιδημία en [epidhimia] qui explique la forme ypidime avec assimilation de l’initiale qui passe de e à i et abréviation de la finale conformément à la logique propre du français (qui transforme les a latins finaux en e muet). En effet, le mot apparaît en latin à la même époque en 1250 sous la forme epidimia chez les auteurs latinophones italiens. Faut-il y voir l’influence des Grecs d’Italie et de l’école de médecine de Salerne gréco-arabo-judéo-latine ? Le mot a ensuite été peu à peu normalisé sur le grec ancien et prend la forme d’épidémie que nous lui connaissons.

 

La pandémie est-elle une “fête populaire” ?

Le vocable pandémie lui vient du grec πανδημία [pandèmia] et signifie un “rassemblement de tout le peuple”. Car le terme vient de πᾶς, πᾶσα, πᾶν [pan] qui signifie “tout, toute” et du même δῆμος [démos], le « peuple ». En grec, il désigne, je crois, une fête qui rassemble tout le peuple (comme le terme de πανήγυρις [panèguris]). Le mot est rare. On le trouve dans les Lois de Platon (VIII, 829b) où toute la cité devra sortir pour s’entraîner à la guerre avec femmes et enfants ” lorsque ceux qui gouvernent décident de la faire sortir comme dans une fête populaire“, ὅταν ὡς πανδημίαν ἐξάγειν δόξῃ τοῖς ἄρχουσιν. Les dictionnaires grecs et les traducteurs n’ont pas bien compris, à mon avis, cette dimension festive du rassemblement populaire dans ce texte et ne donnent que le sens de “tout le peuple”, ce qui est ici clairement insuffisant, puisqu’il y a une comparaison introduite par ὡς “comme”. C’est parce que c’est comme dans une fête populaire que l’on sort avec femme et enfant !

Le mot est encore employé dans la Vie de Thésée de Plutarque (25) :

Ἔτι δὲ μᾶλλον αὐξῆσαι τὴν πόλιν βουλόμενος, ἐκάλει πάντας ἐπὶ τοῖς ἴσοις, καὶ τὸ « δεῦρ´ ἴτε πάντες λεῴ » κήρυγμα Θησέως γενέσθαι φασί, πανδημίαν τινὰ καθιστάντος.

“Et encore voulant accroître la ville, il appelait tous aux mêmes conditions et de là vient, dit-on, l’annonce de Thésée : ‘venez ici, toutes gens’ quand il établissait un certain rassemblement populaire.”

Le contexte est celui du synécisme, de la réunion des villages en une seule ville. Mais ce mouvement est ponctué de fêtes, notamment les Panathénées qui réunissent tout Athènes. Je crois que c’est à une forme d’égalité dans la fête que tous sont appelés, une fête populaire, de rassemblement, ou pandémie.

Un argument qui va dans mon sens est le mot dorien πανδαμικοί [pandamikoi] que le dictionnaire d’Hésychius (Ve ou VIe siècle après J.-C.) explique ainsi : παιδικοὶ χιτῶνες ἐν ταῖς πομπαῖς « tuniques d’enfants portées dans les processions ». L’adjectif pandémique est donc associé à des vêtements de fête, ce qui semble indiquer que le sens véritable de pandémie est bien celui de « fête ».

Quoi qu’il en soit de ce débat sur la signification de ce vocable rare, le mot pandémie apparaît en français dans le dictionnaire de Trévoux en 1752, mais il n’a plus du tout le sens grec originel. Il s’agit d’un mot dérivé d’épidémie auquel on donne un nouveau préfixe pan pour dire que l’épidémie est désormais générale : “C’est la même chose qu’épidémie. Ce mot est grec, πανδημία, parce qu’il vient de πᾶν, tout, & de δῆμος, peuple, parce que c’est une maladie qui se répand sur tout le peuple.” Le mot vient-il de l’anglais pandemic, employé pour la première fois par le médecin Gideon Harvey, dans son Morbus Anglicus en 1666 au chapitre I[1] ? Harvey associe endémique (c’est-à-dire habituel, permanent), et pandémique qu’il oppose à épidémique (au sens d’épisodique) alors que le dictionnaire de Trévoux fait de pandémie un synonyme d’épidémie. Il semble bien en tout cas que c’est l’extension à tout un peuple d’une maladie qui est le sens premier du terme. On a perdu le sens, à mon avis, festif du terme et il n’y a plus qu’un sens médical nouveau. C’est donc un mot grec par la forme mais non par le sens. Cela fait penser à microbe, qui aurait dû désigner en grec, si le mot avait existé, non un micro-organisme mais une personne qui a une petite vie, — à l’opposé de quelqu’un qui a longue vie, le macrobe, terme attesté en grec sous la forme μακρόβιος … Il faudra attendre la grippe espagnole de 1918 pour que le mot de pandémie devienne courant. Le terme désigne aujourd’hui, selon l’Organisation Mondiale de la Santé : “la propagation mondiale d’une nouvelle maladie”.

 

Voilà comment tout s’est grippé : ce qui désignait l’arrivée chez un peuple au terme d’un voyage est devenu une épidémie, et ce qui, je crois, désignait une fête populaire, ou du moins, incontestablement, un rassemblement populaire, nous assigne désormais, pour notre bien sans doute, à résidence. A moins peut-être que ces moments difficiles de confinement nous permettent, rêvons un peu, en un voyage immobile et fantastique, d’arriver chez je ne sais quel peuple imaginaire, pour faire la fête tous ensemble avec eux.

 

Christian Boudignon

Maître de Conférences en grec ancien

à l’Université d’Aix-Marseille (AMU).

 

[1] Among diseases, some do more generally haunt a Country by reason of property in the air, produced through a particular influence of the climat ; and the fuming of malign steams out of the earth ; whence such diseases are termed Endemick or Pandemick : Others, though they are general, do only rage at certain season of the year, and therefore are called Epidemick.

“Parmi les maladies, les unes généralement habitent un pays du fait de certaines propriétés de l’air produites par une influence particulière du climat et la fumée de vapeurs malignes venues de la terremanque un espace; de là viennent de telles maladies appelées endémiques ou pandémiques. D’autres maladies, bien qu’elles soient générales, ne font rage qu’à certaines saisons de l’année, et sont pour cela appelée épidémiques.

 

Pierre Diouf : Ulcère et cancer en grec ancien

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article sept.

Étude lexicologique des notions d’ulcère, de cancer ou de plaie dans le vocabulaire médical hellénique : les termes τὸ λκος (to helkos) et ἡ φαγέδαινα (hè phagédaina). Du concept à la dénomination.

 

Héraklès sur son bûcher donne son arc à Philoctète (relief funéraire du IIe s.) Museum Carnuntium (Autriche), Wikicommons

 

Résumé : Cet article aborde le processus de formation ou de création des termes médicaux grecs en rapport avec l’observation clinique faite sur le patient : des diagnostics symptomatologiques qui permettent au médecin grec de dégager certaines tendances intellectuelles, une liberté littéraire dans l’art médical. Dans la littérature technique médicale, les effets de symétries entre pathologie et terminologie que le médecin cherche finement à montrer,  à travers ses traités médicaux, nous amènent à axer notre réflexion sur deux vocables très intéressants, dans le fond comme dans la forme, ἕλκος et φαγέδαινα désignant des ulcères ou le cancer qui est aujourd’hui le mal de notre siècle.  

INTRODUCTION

Dans la littérature grecque, le vocabulaire technique médical demeure un vivier riche et stimulant de terminologies que les auteurs nous présentent avec des considérations plus ou moins ambiguës. Les analyses linguistiques se trouvent influencées par un besoin pressant de faire connaître de manière significative les relations entre la terminologie médicale et la description symptomatologique d’une maladie ou affection donnée. Dans une perspective éminemment didactique, nous verrons que les noms des maladies, que nous allons étudier, renvoient à des notions agraires (charrue), bestiales (bête qui dévore, qui ronge), ou notions en rapport avec le feu qui consume, suivant la densité de la douleur ressentie par le malade. Car le médecin antique, dans un souci d’exhaustivité, s’interroge toujours sur le mal physique et psychologique du patient pour donner sens au terme qui qualifiera ou désignera cette affection. Il s’agit là donc d’un processus créatif (invention de nouveaux mots) dans le but d’enrichir le savoir et le vocabulaire médical.

Dans cet article, nous consacrerons un abondant développement à la question lexicale et sémantique de deux termes grecs helkos et phagédaina, en nous basant sur l’existence de passages référentiels chez les auteurs de traités médicaux et en essayant, autant que possible, de déterminer l’identité des affections auxquelles ces deux notions renvoient.

  1. Étude terminologique d’HELKOS

Malgré la simplicité du mot helkos, l’étymologie nous renvoie au sanskrit : il est apparenté au terme sanskrit arsas « hémorroïdes » (donc idée de perte de sang), et a donné le terme ulcus en latin, « plaie à vif », dont la racine a permis de former en français le mot ulcère. Έλκος subsiste même en grec moderne et désigne la même acception, « des blessures à vif, des ulcères ». On note plusieurs mots issus des procédés de composition et de dérivation : des composés comme helko-poios « qui blesse » ou an-elkês « sans blessure » ; des adjectifs dérivés comme helkôdès « ulcéreux » ; des substantifs comme ephelkis « croûte d’ulcère », helkôsis « ulcération » ; et des verbes dénominatifs comme helkoomai « souffrir d’ulcères », helkainô « s’envenimer » (Cf. Pierre Chantraine, 1968, p. 339-340). Mais un des verbes qui mériterait une attention particulière est ἕλκω (helkô) qui signifie « tirer, traîner », employé chez Homère avec la notion de violence et mauvais traitements : il se dit d’une charrue ou du navire. Voilà toute l’essence du terme médical, le fait de traîner ou d’être traîné violemment comme une proie que l’on déchire permet d’expliquer le choix du mot helkos. C’est une affection ou infection qui déchire, qui ronge.

Le rapprochement entre ἕλκω et ἕλκος relève de l’étymologie synchronique. Ces mots sont d’origine différente, et l’esprit rude de ἕλκος doit venir de ἕλκω par analogie.

Selon l’auteur hippocratique du traité Des plaies[1], le terme s’emploie pour toutes sortes de plaies, récentes ou chroniques. Deux substantifs ἕλκος et τραῦμα sont en concurrence pour désigner les plaies ; nous pensons que helkos serait le terme générique pour désigner toutes sortes de plaies, tandis que trauma désigne « les solutions de continuité provoquées par une cause externe, un objet tranchant par exemple, causes de vives douleurs, mais passagères[2] ». Donc helkos est le terme désignant les plaies sans cause extérieure ou même apparente et les plaies chroniques comme les ulcères. Dans le traité Des lieux dans l’homme, ce terme évoque une maladie et il est traduit par « ulcère » par Robert Joly, car l’auteur écrit :

« Parmi les maladies, celles qui, étant des ulcères, font saillie au-dessus de la surface du corps, doivent être traitées à la fois par des médicaments et par la faim[3]. »

Également, « la tradition littéraire et médicale grecque contient la notion d’affection phagédénique, “d’ulcère dévorant”. La Collection Hippocratique connaît bien le cancer et l’ulcère […] L’observation médicale discerne toute une variété de cancers ou de tumeurs malignes, selon leur localisation, selon leurs caractères visibles ou sensibles, selon leur degré d’évolution et de gravité, curable ou incurable[4]. » Et les membres qui peuvent être affectés sont multiples. Citons un des cas les plus fréquents : les ulcérations de la bouche.

Durant l’époque romaine, les études empiriques s’intensifient, les efforts des médecins peuvent se sentir à travers les écrits de l’époque. Selon Celse, « si la bouche présente des ulcérations enflammées, rouges et presque sordides, on trouve un excellent remède dans les gargarismes préparés, comme on l’а dit plus haut, avec le jus de grenade, et il est utile aussi de tenir souvent dans la bouche une décoction astringente additionnée d’un peu de miel. Il faut en même temps conseiller la promenade et défendre les aliments âcres. Quand les ulcères commencent à se déterger, il est bon de conserver dans la bouche une liqueur douce, ou simplement de l’eau très-pure ; on peut encore prendre du vin pur […][5] ». Les ulcères de la bouche ne sont pas à négliger car ils peuvent causer des morts déplorables, déclare Arétée de Cappadoce. Ce dernier affirme que la cause des ulcères de la bouche, notamment des amygdales, est « la déglutition de choses froides, âpres, chaudes, aigres, astringentes[6] ». Aussi d’après ses observations, les Égyptiens, dont on connaît bien l’apport du Nil dans leurs productions agricoles, dépassent largement la moyenne, quant au nombre de malades atteints de ce mal. Car, dit-il, cette région « fournit à la respiration un air sec et à la nutrition une grande variété d’aliments : des racines, des herbes, des légumes, des semences âcres et un breuvage épais : l’eau du Nil. De plus les habitants se font une boisson âcre avec l’orge et le marc du raisin[7]. »

Pline l’Ancien également évoque ce genre d’affections buccales dans un cadre général ; il parle plutôt d’ulcérations ou de crevasses au niveau de la cavité buccale. De plus, il va rapporter une cure d’origine essentiellement animale :

« Les ulcérations et les crevasses de la bouche guérissent avec du suif de veau ou de bœuf, joint à de la graisse d’oie et du suc d’ocimum. II est une autre mixture faite avec le suif de veau, la moelle de cerf et les feuilles de l’aubépine, le tout pilé ensemble. La moelle avec de la résine, quand même ce ne serait que de la moelle de vache, et le bouillon de vache, ont la même vertu[8]. »

Après l’étude du terme helkos, il conviendrait à présent de nous attarder sur ce terme phagédaina qui désigne aussi les ulcères.

  1. Étude terminologique de PHAGEDAINA

Le terme phagédaina signifie étymologiquement « la maladie dévorante ou phagédénique ». C’est un dérivé suffixal de phagein, verbe qui sert d’aoriste au verbe esthiô signifiant « manger, dévorer, avaler » et par la suite « engloutir », qui provient de l’indo-européen et est apparenté notamment au sanskrit bhajati « manger, boire, profiter de ». Le français moderne a même hérité de ce terme les mots composés comme phagocyter, anthropophage… Beaucoup de composés ont été formés avec phagos : par exemple andro-phagos « qui mange les hommes » en parlant du cyclope (Cf Homère, Odyssée, X, 200), ômo-phagos « qui mange la viande crue » en parlant des bêtes sauvages ou de peuples primitifs. Et donc phagé-daina, dérivé suffixal de ce verbe, désigne « un ulcère cancéreux, un cancer », un mal qui dévore.

Cette signification, nous l’avons déjà dans le fragment du Philoctète d’Eschyle (fragment conservé dans la Poétique 1458 b) φαγέδαινα ἥ μου σάρκας ἐσθίει « la maladie dévorante qui mange mes chairs » et dans le traité des Ulcères, ὅπη ἂν φαγέδαινα ἐνέῃ ἰσχυρότατά τε νέμηται καὶ ἐσθίῃ « là où la maladie dévorante s’est installée, broute et mange avec le plus de force[9] ». En examinant le traité de Galien Sur les tumeurs contre nature[10], on remarque que la maladie peut être définie comme φαγέδαινα, car elle peut dévorer avec inflammation jusqu’à ce que mort s’en suive. De manière concrète, il oppose, dans ce traité, à l’herpès qui ne ronge que la surface de la peau, l’ulcère phagédénique φαγέδαινα qui s’attaque non seulement à la peau, mais aussi aux parties situées en profondeur. En outre, Galien fait quelques interprétations dans son Commentaire[11] : il donne à la lèpre le nom de l’éléphant qui est, à son avis, un animal méchant et vorace, et considère que la mélancolie rend le caractère des malades semblables à celui des bêtes sauvages, que la phtisie se manifeste quand les ongles sont recourbés comme ceux des bêtes sauvages. Il affirme également que la cardialgie est une douleur de l’orifice de l’estomac qui est causée par la montée des vers intestinaux. Cette expression métaphorique de l’ulcère est repérée également dans le De medicina de Celse :

 « […] L’on voit naître l’ulcère appelé par les Grecs “phagédénique”, parce que, dans les rapides progrès qu’il fait de proche en proche, il pénètre jusqu’aux os, et dévore tout ce qu’il rencontre. Cet ulcère est inégal et bourbeux ; il fournit abondamment une humeur visqueuse d’une odeur intolérable, et l’inflammation qui existe est plus forte que ne semblerait le comporter l’étendue du mal[12]. »

On retrouve chez Pline l’Ancien une cure à base de plantes médicinales contre cette pathologie :

« Quand les ulcères sont phagédéniques et fistuleux on y met du fiel de taureau avec du suc de poireau ou du lait de femme ; on y met encore du sang en poudre avec la plante appelée cotylédon[13]. »

En effet, cette conception de la maladie phagédénique nous est présentée de manière très approfondie par J. Jouanna[14] dans son article « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque ». L’image métaphorique de la maladie « phagédénique » qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu comme chez les tragiques, demeurait bien présente dans la pensée hippocratique de l’époque. Selon J. Jouanna, « dans la Collection Hippocratique où, pourtant, le rationalisme triomphe, le vocabulaire relatif à la pathologie conserve dans ce qu’il est convenu d’appeler son expression métaphorique les traces d’une représentation plus archaïque de la maladie, analogue à celle qui s’épanouit dans la tragédie. C’est la conception selon laquelle la maladie est une force agressive qui attaque l’individu de l’extérieur, pénètre en lui, prend possession de lui, et peut, à la manière d’une bête sauvage, se repaître de ses chairs. » En effet, deux termes adjectivaux servent à définir la maladie : il s’agit de θηριώδων νοσημάτων καὶ ἀγρίων « maladies bestiales et sauvages[15] ». Un parallélisme explique le contexte de cet emploi : il s’agit du médecin Hippocrate qui, purgeant la terre et la mer des maladies sauvages et graves, est comparé à Héraclès qui a purgé le monde des bêtes sauvages, ainsi qu’à Asclépios[16] :

« Il purge la terre et la mer non pas des bêtes farouches, mais des maladies sauvages et malfaisantes, dispersant de toute part les secours d’Asclépios, comme Triptolème dispersait les graines de Cérès. Aussi, est-ce en toute justice que lui-même a reçu les honneurs divins en bien des lieux de la terre, et que les Athéniens lui ont attribué les mêmes offrandes qu’à Héraclès et à Asclépios. »

C’est une conception fort ancienne du médecin qui purge des maladies bestiales. Elle rappelle le médecin Apis, dans les Suppliantes d’Eschyle, qui a purgé la terre d’Argos des monstres dévoreurs des hommes : 

« Quant au pays d’Apis, son sol a reçu ce nom en mémoire d’un guérisseur des temps antiques, un fils d’Apollon, prophète médecin venu du rivage voisin de Naupacte, pour nettoyer cette contrée de monstres homicides, fléaux qu’un jour la Terre déchaîna, irritée des souillures dont l’avaient salie des meurtres anciens – serpents pullulant, cruels compagnons. Apis, par des remèdes décisifs, libéra tout le pays d’indiscutable façon et, pour son salaire, vit son nom à jamais mêlé aux prières d’Argos[17]. »

Il faut dire que dans ce genre de maladie dévorant, le patient peut se mouvoir dans un état plus que délirant. Galien, dans son Commentaire à Hippocrate, nous en donne une explication. Pour lui, la maladie, du moins certaines maladies mettent dans des formes aiguës de délire où « les patients écrasent sous leurs pieds, donnent des ruades, mordent, sont fous, croyant que ceux qui s’approchent d’eux leur veulent du mal[18] ».

Dans les stèles, on observe l’emploi de l’expression φαγέδαινα ἐνδὸς τοῦ στόματος (récit LXVI) « ulcération dans la bouche ». Cette expression est d’autant plus ambiguë que nous ne saurions indiquer exactement la partie buccale interne affectée d’ulcération. Dans Maladies, nous avons repéré deux inflammations de la cavité buccale, à des parties bien définies : une inflammation du dessous de la langue ou sublinguale (ὑπογλωσσίς) et une au palais (ὑπερῴην), contre lesquelles l’auteur donne une ordonnance[19]. Il nous semble que la partie affectée du patient Pamphaes est le palais car nous disposons d’un traitement presque identique au soin prescrit dans ce texte des Maladies : « Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […][20] ». Dans le traité Maladies des femmes, l’auteur emploie le dénominatif ἄφθα pour désigner une sorte d’ulcère de la bouche, un aphte (ἐν τῷ στόματι ἄφθαι[21]). Mais les aphtes se rencontrent généralement chez les jeunes enfants qui tètent[22]. Mais quant au Pseudo-Galien, il signale une multitude d’affections relatives à la bouche :

« Les maladies de la bouche (περὶ δὲ στόμα) : putréfaction des gencives (σῆψις οὐλῶν), dégénérescence des dents (βρῶσιν ὀδόντων), douleurs dentaires (ὀδονταλγία), chute des dents de leurs alvéoles (φατνιωμάτων ἔκπτωσις), abcès sur la langue (ἀπόστημα ἐπὶ γλώττης), épulie (ἐπουλίς), parulie (παρουλίς), aphtes (ἄφθαι), apparition des croûtes (ἐσχάρωσις), amygdales (παρίσθμια), grain de raisin (στραφυλή), sycoma (σύκωμα)[23]. »

Et pour ces maux de la bouche, il en propose même une thérapie générale :

« Parmi les maux de la bouche, nous incisons les abcès et tumeurs des gencives quand ils suppurent. Quant aux grains de raisins relâchés démesurément, nous les tranchons après les avoir saisis avec un mydion. Nous extrayons les dents après les avoir scarifiés tout autour. Nous amputons au moyen de tonsillotomes les glandes les plus volumineuses que de nature sur les amygdales[24]. »

On peut aussi faire allusion au comportement du possédé, ou de l’épileptique, etc. En tout cas, plusieurs termes grecs servent à représenter de manière allégorique la maladie. La maladie, telle une bête sauvage, participe à la consomption du corps, à son dépérissement. Cette idée imagée de la maladie dévorante peut être conçue comme archaïque, mais elle est bien le reflet de la pensée vulgaire peu rationnelle de l’époque. Eschyle traduit bien cet ordre du « sauvage » (ἄγριος) auquel appartient la maladie. Dans ses Choéphores, il évoque la redoutable souffrance promise par l’oracle d’Apollon à l’endroit d’Oreste, si ce dernier ne venge pas le meurtre de son père :

« Sinon, déclarait-il, moi-même en paierais le prix de ma propre vie au milieu des multiples et cuisantes douleurs. Déjà, révélant aux mortels les vengeances de l’enfer irrité, il nous a fait connaître ces maladies effroyables qui montent à l’assaut des chairs, ces lèpres à la dent sauvage qui vont dévorant (ἀγρίαις γνάθοις λειχῆνας) ce qui la veille était un corps, tandis que des poils blancs se lèvent sur ses plaies[25]. »

Chez Sophocle, cette notion d’ensauvagement de la maladie est aussi mise en exergue ; il emploie à cet effet l’expression ἀγρία νόσος pour faire allusion à la douleur causée par la tunique empoisonnée offerte par Déjanire à Héraclès qui s’écrie, dans les Trachiniennes :

« Le voilà qui revient, qui revient à la charge, le mal cruel qui veut me tuer, le mal intraitable et farouche […] Il est là, collé à mes flancs, qui se gave de ma chair profonde et va dévorant les bronches où sont suspendus mes poumons[26]. »

Il s’agit là d’un mal qui consume la chair, qui la dévore. L’étude sémantique, fait par J. Jouanna[27] dévoile bien le sens premier qui est donné à la maladie qui n’épargnait personne, ni même les héros, ni les demi-dieux : la maladie semble d’origine interne, elle se manifeste aigrement à l’intérieur du corps en montrant ou non des signes symptomatologiques externes. Telle était probablement la conception sauvage qu’on avait de la maladie dans la Grèce ancienne. Cette définition nosologique revient dans Philoctète également, ce héros se lamentant d’avoir été abandonné par ses alliés, « alors qu’il se mourait de ce mal féroce qu’avait férocement imprimé dans sa chair une vipère tueuse d’hommes[28] » (ἀγρίᾳ νόσῳ καταφθίνοντα, τῇδ᾿ ἀνδροφθόρου πληγέντ᾿ ἐχίδνης ἀγρίῳ χαράγματι).

Le thème de la maladie dévorante se retrouve également dans l’œuvre d’Euripide. Comme le tragique sort subi par Héraclès, dans la pièce intitulée Médée, la nouvelle épouse de Jason en a été victime ; elle a reçu de la part de Médée, l’ancienne épouse de Jason, une robe empoisonnée. « Le bandeau d’or posé sur sa tête lançait un prodigieux torrent de flamme dévorante, et le voile léger, présent de tes enfants, rongeait la chair blanche de la malheureuse […] On ne distinguait plus ni la forme de ses yeux, ni la beauté de son visage ; le sang, du sommet de sa tête, dégouttait confondu avec la flamme ; et de ses os, pareilles aux larmes du pin, sous l’invisible dent du poison les chairs se détachaient[29]. » Telle un fauve qui déchire et dévore sa victime, la maladie dévore le malade.

Dans le traité hippocratique Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[30]). La maladie, comme une personne, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[31]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur :

« […] Et rapidement l’érysipèle étendait ses ravages dans tous les sens. Chez la plupart, le dépôt de la maladie aboutissait à des suppurations ; et les chairs, les tendons et les os étaient largement détruits[32] » (καὶ τὸ ἐρυσίπελας πουλὺ ταχὺ πάντοθεν ἐπενέμετο · τοῖσι μὲν οὖν πλείστοισιν αὐτέων ἀποστάσιες ἐς ἐμπυήματα ξυνέπιπτον · σαρκῶν, καὶ νεύρων, καὶ ὀστέων ἐκπτώσιες μεγάλαι).

CONCLUSION

En définitive, l’impression paraît évidente : le médecin recherche ce qu’il y a de plus pathétique pour décrire la maladie « qui dévore les chairs » avec une exagération lexicale notoire. Dans les traités hippocratiques, par exemple dans le Des maladies des femmes, cette définition nosologique métaphorique (concernant les ulcérations) peut encore s’observer : « des ulcérations qui s’étendent et corrodent la partie voisine » (νέμηται καὶ τὸν πελαστάτω χῶρον διακναίῃ[33]). La maladie, comme une bête, se délecte à assouvir sa faim, en dévorant les parties affectées du malade et progressant, comme un animal qui broute et gagne du terrain. L’expression νεμόμενα ἕλκεα est également repérée dans le traité De la dentition et, suivant la traduction de Littré, la maladie est comparable à un serpent : « les ulcérations qui serpentent »[34]. Dans le traité des Épidémies, la maladie est décrite à l’image du feu dévastateur. Et enfin, dans le chant XXIII de l’Iliade, l’auteur homérique emploie conjointement le verbe νέμομαι à ἐσθίω pour faire allusion au feu du bûcher qui doit dévorer le corps de Patrocle :

« Ce sont douze braves fils des Troyens magnanimes que le feu dévore, tous, ici, avec toi » (δώδεκα μὲν Τρώων μεγαθύμων υἱέας ἐσθλοὺς τοὺς ἅμα σοὶ πάντας πῦρ ἐσθίει)[35].

            Ainsi comme nous l’avons souligné dans l’introduction, il est intéressant de constater que les médecins grecs ont toujours usé de la métaphore pour décrire le mal et en avoir un concept, pour enfin le dénommer : et l’image métaphorique de la maladie « phagédénique », ce cancer qui dévore ou consume le malade à l’image d’une bête sauvage ou du feu est donc un excellent rapprochement afin de permettre une dénomination consensuelle générale de la maladie.

 

Pierre Mbid Hamoudi DIOUF

Enseignant-chercheur à l’UCAD / FLSH (Sénégal)

et chercheur associé à HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Anciens) UMR 5189

Email: pmhdiouf@gmail.com   ou  pierre3.diouf@ucad.edu.sn

 

 

 

BIBLIOGRAPHIE

LITTERATURE ANCIENNE

  • Arétée de Cappadoce Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, Livre I, traduit par Laennec R., édité et commenté par Grmek D., préface Gourevitch D., Genève, Librairie Droz S.A., 2000.
  • Celse, De medicina, traduit en français par M. Nisard, Paris, J. J. Dubochet, Le Chevalier et comp. Editeurs, 1846.
  • Eschyle, Agamemnon – Les choéphoresLes Euménides, Tome II, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 1983.
  • Eschyle, Les Suppliantes Prométhée enchaîné, Tome I, texte établi et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 1985.
  • Euripide, Alceste – Médée – Les Héraclides, Tome I, texte établi et traduit par Louis Méridier, Paris, Les Belles Lettres, 1961.
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Épidémies II, CMG V 10, 1, Berlin, E.Wenkebach et F. Pfaff,
  • Galien, Commentaire à Hippocrate, Prorrhétique I, 25, CMG V 9, 2, Berlin, Diels, 1915.
  • Galien, Introduction générale, Sur l’ordre de ses livres, Sur ses propres livres, Que l’excellent médecin est aussi philosophe, texte établi, traduit et annoté par V. Boudon-Millot, Paris, Les Belles Lettres, 2007.
  • Galien, Le médecin. Introduction, t. III, texte établi et traduit par Caroline Petit, Paris, Les Belles Lettres, 2009.
  • Galien, Pratiques anatomiques, C. G. Kühn, 1821-1833, réimp. Hildelsheim, 1964/5
  • Hippocrate, Airs, eaux, lieux, texte établi et traduit par J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 1996.
  • Hippocrate, Des lieux dans l’homme – Du système des glandes – Des fistules – Des hémorroïdes – De la vision – Des chairs – De la dentition, texte établi et traduit par R. Joly, Paris, Les Belles Lettres, 1978.
  • Hippocrate, Épidémies V et VII, texte établi et traduit par J. Jouanna, annoté par J. Jouanna et M.D. Grmek. Paris, Les Belles Lettres, 2000.
  • Hippocrate, Œuvres complètes d’Hippocrate (Des femmes stériles – Du médecin – Épidémies I, II, III – Les Aphorismes – Lettres, décret et harangues – Nature de l’homme – Pronostic- Prénotions coaques – Prorrhétique – Ulcères), traduit É. Littré, Paris, Amsterdam, Adolf M. Hakkert, 1961-1962 ; 1973-1978.
  • Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, texte établi et traduit par M.-P. Duminil, Paris, Les Belles Lettres, 1998.
  • Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, texte établi et traduit par A. Ernout, Paris, Les Belles Lettres, 2003.
  • Sophocle, Philoctète, texte établi par Alphonse Dain et traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

 LITTERATURE MODERNE

  • André J. M., La médecine à Rome, Paris, Tallandier, 2006.
  • Brunschwig J., Lloyd G. & Pellegrin P., Le savoir grec : dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1996.
  • Chantraine P., Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999.
  • Jouanna J., « La maladie comme agression », dans La maladie et les maladies dans la collection hippocratique, actes du VIe colloque international hippocratique sous la direction de Potter P., Maloney G. et Desautels J., Québec, Les éditions du Sphinx, 1990.
  • Jouanna J., « La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque », dans Métis. Anthropologie des mondes grecs anciens, vol. III, n° 1-2, Paris-Athènes, 1988, pp. 343-360

 

[1] Hippocrate, Plaies, nature des os, cœur, anatomie, t. VIII, (Marie-Paule Duminil, p. 12 [notice]).

[2] Ibidem.

[3] Hippocrate, Des lieux dans l’homme, 36, 1 : « Τῶν δέ νοσημάτων ἅσσα μὲν ἕλκεα ἐόντα ὑπερέχοντα τοῦ ἄλλου σώματός εἰσιν, ἅμα τοῖσι φαρμάκοισι καὶ λιμῷ χρὴ ἰῆσθαι. »

[4] Jean Marie André, 2006, p. 261.

[5] Celse, De medecina, VI, 11.

[6] Arétée de Cappadoce, Des causes et des signes des maladies aiguës et chroniques, livre I, chap. 9.

[7] Ibidem.

[8] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 50, 3.

[9] Hippocrate, Ulcères, VI, 410, 2-3 (Littré)

[10] Galien, Sur les tumeurs contre nature, VII, 727, 7-9 (Kühn).

[11] Galien, Commentaire à Hippocrate. Épidémies II, V, 10, 1.

[12] Celse, De medicina, V, 28, 3, (trad. M. Nisard).

[13] Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVIII, 74, 2.

[14] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[15] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16.

[16] Hippocrate, Lettres, décret et harangues, 16-21.

[17] Eschyle, Les Suppliantes, v 260-271.

[18] Galien, Commentaire à Hippocrate. Prorrhétique I, 25.

[19] Hippocrate, Maladies, II, 2 : « Si une inflammation du dessous de la langue se produit, la langue enfle ainsi que la région sublinguale […] prenez une éponge que vous plongerez dans de l’eau chaude et appliquez […] Si une inflammation se forme au palais, il y a un léger gonflement et du pus s’y produit […] cautérisez la tuméfaction ; une fois que le pus sort, lavez ce qui peut rester, d’abord avec du nitre et de l’eau tiède, ensuite avec du vin […] »

[20] Ibidem.

[21] Hippocrate, Maladies des femmes, II, c 16.

[22] Hippocrate, Aphorismes, III, 24.

[23] Galien, Le médecin. Introduction, XVII, 1.

[24] Galien, Le médecin. Introduction, XIX, 10.

[25] Eschyle, Les Choéphores, v. 280-281.

[26] Sophocle, Les Trachiniennes, v 1026-1030 et 1053-1055 : Θρῴσκει δ´ αὖ, θρῴσκει δειλαία διολοῦς´ ἡμᾶς ἀποτίβατος ἀγρία νόσος […] Πλευραῖσι γὰρ προσμαχθὲν ἐκ μὲν ἐσχάτας βέβρωκε σάρκας, πλεύμονός τ´ ἀρτηρίας ῥοφεῖ ξυνοικοῦν.

[27] J. Jouanna, 1988, pp. 343-360.

[28] Sophocle, Philoctète, v 265-267.

[29] Euripide, Médée, v. 1186-1189 et 1197-1201 : χρυσοῦς μὲν ἀμφὶ κρατὶ κείμενος πλόκος θαυμαστὸν ἵει νᾶμα παμφάγου πυρός͵ πέπλοι δὲ λεπτοί͵ σῶν τέκνων δωρήματα͵ λεπτὴν ἔδαπτον σάρκα τῆς δυσδαίμονος […] οὔτ΄ ὀμμάτων γὰρ δῆλος ἦν κατάστασις οὔτ΄ εὐφυὲς πρόσωπον͵ αἷμα δ΄ ἐξ ἄκρου ἔσταζε κρατὸς συμπεφυρμένον πυρί͵ σάρκες δ΄ ἀπ΄ ὀστέων ὥστε πεύκινον δάκρυ γναθμοῖς ἀδήλοις φαρμάκων ἀπέρρεον.

[30] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[31] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[32] Hippocrate, Des Épidémies, III, c. 6 sqq.

[33] Hippocrate, Des maladies des femmes, c. 66.

[34] Hippocrate, De la dentition, c. 30-31-32.

[35] Homère, Iliade, XXIII, 181-182.

Jean-Victor Vernhes rétablit la vérité sur les diphtongues “EI” et “OU” du grec ancien.

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article six.

[Voici la version remaniée d’un article paru dans les numéros papier 101 (octobre 2004) et 102 (janvier 2005) de Connaissance hellénique, lequel approfondissait déjà la théorie présentée dans le numéro papier 7 (avril 1981) où Jean-Victor Vernhes démontre, preuves à l’appui, qu’en attique classique, on prononçait ει et ου  de façon diphtonguée.] 

La prononciation des groupes EI et OY en attique

 

Abeille butinant (cliché Oleg Bor, wikicommons)

 

Lors de nos débuts en grec ancien, il nous a été enseigné que le groupe ει se prononce un peu comme dans abeille, et que le groupe ου est une voyelle longue prononcée [ū] : même timbre que le ou français.

Mais si nous étudions dans de savants ouvrages la phonétique historique du grec, il nous est dit qu’en attique classique ει vaut [ẹ̄] (é long fermé, le point sous la voyelle signifiant son caractère fermé), et que ου vaut [ọ̄] (o long fermé). Nous trouvons cela dans le beau livre d’Hubert Pernot, D’Homère à nos jours, histoire, écriture, prononciation du grec (Paris, 1921), dans Michel Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien (Paris, 1972)[1], dans W. Sidney Allen, Vox Græca, The pronunciation of classical Greek, 3e édition, (Cambridge, 1987), dans Leslie Threatte, The grammar of Attic inscriptions, I, Phonology[2] (Berlin, New York, 1980)[3] ainsi que dans tous les ouvrages faisant autorité.

Mais cette unanimité est illusoire, et ne représente pas une convergence d’études approfondies de ce point particulier : la doctrine (on pourrait dire la δόξα) s’est transmise depuis des décennies comme un acquis définitif qu’il n’y a pas lieu de réexaminer à la base. Or nous allons, procédant à ce réexamen, prendre le contre-pied de cette δόξα et tenter de montrer qu’en attique classique :

1) ει notait la diphtongue [ei] (comme a dans l’anglais take), laquelle passa ultérieurement à [ī].

2) ου notait la diphtongue [ou] (un peu comme o dans l’anglais go), laquelle passa ultérieurement à [ū] (= ou français).

Dans ces notations [ei] et [ou], i et u représentent de très brefs éléments vocaliques ayant respectivement le timbre [i] et le timbre [u] (= ou français) : on parle alors de i diphtongal et de u diphtongal[4].

Voyons d’abord les faits matériels concernant EI et OY dans les inscriptions (et dans la céramique). L’orthographe du grec classique (à part les esprits, les accents et la ponctuation) s’est fixée à la fin du Ve s. av. J.-C.

Dans les inscriptions attiques archaïques, les groupes EI et OY apparaissent dans des conditions où il y avait vraiment à noter E + I et O + Y : donc d’incontestables diphtongues. En particulier lorsque l’alternance vocalique (cf. notre Initiation au grec ancien, p. 157) oppose d’une part ει à οι et d’autre part ευ à ου. Les groupes ει, οι, ευ, ου en question subsisteront dans l’orthographe classique. Exemples :

Tableau I

 

“racine”

 

 

degré e

 

 

degré o

 

 

degré zéro

 

σπευδ

se hâter

 

σπεύδω

Je m’empresse

 

σπουδή

le zèle, la hâte

 

 

non attesté

 

φευγ

fuir

 

 

φεύγω

je fuis

(présent)

 

 

 

φυγον

je fuis

(aoriste)

 

 

λειπ

laisser

 

λείπω

je laisse

 

λέλοιπα

j’ai laissé

(= je suis quelqu’un qui a laissé)

(parfait)

 

λιπον

je laissai

(à un certain moment)

(aoriste)

 

 

 

Examinez les mots cités dans ce tableau. Vous remarquez que le jeu des trois degrés vocaliques (e, o, zéro) est tout à fait parallèle à l’opposition γεν/γον/γν (cf. ἕρμαιον, p. 157). Si on ôte le ε ou le o aux formes de degré e ou de degré o, il reste un υ ou un ι. Les groupes ει, οι, ευ, ου du type illustré par ce tableau étaient anciennement des diphtongues, s’analysant en une voyelle ε ou ο suivie de ι ou de υ très brefs ; on les représente phonétiquement par [ei], [oi], [eu], [ou]

À propos de la lettre Y

Il faut bien noter que dans les diphtongues terminées par un υ (αυ, ευ, ου), ce υ représentait un très bref son [u] (comme le ou français), et non un très bref son [ü] (ayant le timbre du u français ou du ü allemand). Des indices le prouvent. Dans des inscriptions attiques on rencontre parfois ΕΟ pour EY ou EY pour EO (Threatte p. 414-415) : ΘΕΥΔΩΡΟΣ pour Θεόδωρος, ΑΝΕΟ pour ἄνευ… Cela ne s’expliquerait pas si le υ des diphtongues ευ était une voyelle d’avant, avec timbre [ü] (voir ci-dessous le trapèze des voyelles). Dans des documents musicaux, on trouve pour ευ et αυ les graphies εου et αου lorsque ces diphtongues étaient chantées sur deux notes différentes[5] (ainsi ταούρων pour ταύρων, de ὁ ταῦρος, le taureau).

Le lecteur est en droit de s’étonner : le υ ne se prononce-t-il pas [ü] ? Sachez qu’anciennement la lettre Y, dans tous les dialectes, notait le son [u] (= ou français). À l’époque classique, elle garde cette prononciation dans la plupart des parlers grecs. Mais il a été démontré qu’en ionien-attique, dès l’époque des plus anciennes inscriptions, ce son était passé à [ü] (= u français), tout en continuant à être noté par la lettre Y (cf. Lejeune, § 252, p. 237).

Cette évolution n’a pas concerné les υ seconds éléments de diphtongue. Cela s’explique par le fait que d’une part les diphtongues à second élément υ (αυ, ευ, ου), et d’autre part la voyelle υ telle qu’elle existe hors de ces diphtongues, sont des unités phonologiques distinctes et indépendantes. L’évolution qui a atteint l’ancien [u] du grec (noté Y), c’est-à-dire son passage au timbre [ü], n’a pas à se répercuter sur les [u] diphtongaux des diphtongues en question (lesquels toutefois restent notés par Y!).

Le trapèze des voyelles

Il faut avoir à l’esprit le ‘trapèze des voyelles’, qui représente, pour l’ensemble des voyelles, le point maximum du soulèvement de la langue dans la cavité buccale. La partie gauche se situe vers l’avant (vers les dents), la partie droite vers l’arrière (vers la luette). Cela complète celui de la p. 10 de notre Initiation au grec ancien, qui représente seulement les voyelles susceptibles d’entrer en jeu dans les contractions.  

trapèze des voyelles

Notez la place du phonème [ü] : il est voisin de [i] ; il s’en distingue surtout par sa prononciation avec arrondissement des lèvres.

 

Champs de dispersion et marges de sécurité.

 

Le vivant n’est pas réglé comme une mécanique. Lorsque nous prononçons un [a], un [i] ou n’importe quel autre phonème, les organes vocaux ne se disposent pas, d’une fois à l’autre, dans la même position au millimètre près. « Il est bien évident que la prononciation par un sujet donné d’un phonème donné, dans le même mot, varie d’une émission à l’autre… En tout cas, nous devons tenir compte de la possibilité d’un champ de dispersion, même dans le parler d’une seule personne et à plus forte raison sans doute si nous considérons tous les membres d’une communauté. » (André Martinet, Économie des changements phonétiques, Berne, 1955, p. 47). Nos zones en pointillés autour des voyelles représentent ces « champs de dispersion ».

« L’étendue des champs de dispersion est limitée par les nécessités de la communication. Pour qu’on puisse se comprendre, il faut que chaque phonème garde sa physionomie propre et ne vienne pas se confondre avec l’un des phonèmes voisins. La distinction doit être maintenue entre bas et beau, entre baie et bille, etc… Les champs de dispersion doivent donc être séparés par des marges de sécurité. » (o.c., p. 47). Nous aurons à faire usage de ces notions dans la suite de notre exposé.

Pour la prononciation de la diphtongue ει, dont la transcription phonétique est [ei], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [i]. Pour la prononciation de la diphtongue ου, dont la transcription phonétique est [ou], le sommet de la langue est d’abord dans la position [], mais sur la fin il passe brièvement à la position [u].

Supposons, nous dit André Martinet, qu’un phonème modifie son articulation et émigre vers une autre zone des organes vocaux. Le phonème le plus voisin va avoir tendance à se déplacer vers la place laissée vacante. Un exemple frappant : dans le dialecte portugais de São Miguel, aux Açores, l’ancienne voyelle [u] (= ou français) est passée à [ü] (= u français), laissant vacante la place qu’elle avait vers l’arrière du palais. Le phonème le plus voisin, le [o], a alors pris cette place en devenant [u], puis se sont produites des réactions en chaîne… (p. 49-52). Nous en reparlerons.

 

Changements vers la fin du Ve siècle av. J.-C.

Nous avons vu plus haut ce que représentent les groupes EI et OY dans les inscriptions attiques les plus anciennes, au Ve s. av. J.-C.

Après cette date, on observe d’autres groupes EI et OY. Ces derniers proviennent de longues formées à partir de brèves ε (é bref fermé) et ο (o bref fermé). Elles sont, naturellement, du moins à l’origine, des longues fermées : [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé). On les trouve dans des contractions, et dans des « allongements compensatoires » consécutifs à l’effacement de certains phonèmes (par exemple de ν devant ς final). Exemples :

Contractions :                          * ποιέ-ετε > ποιεῖτε, vous faites                                                           * ἐκακό-ετο > ἐκακοῦτο, il était maltraité

Allongements compensatoires :   * τιθένς > τιθείς, plaçant

                                                   * διδόνς > διδούς, donnant

Nous avons indiqué les formes résultantes telles que vous les trouvez en grec classique, dont l’orthographe s’est fixée à la fin du Ve s. Qu’avait-on dans les inscriptions, avant cette époque, pour noter ces longues résultant de contractions ou d’allongements compensatoires ? On avait E pour ει et O pour ου.

Le tableau suivant montre l’évolution.

Tableau II

 

forme originelle

 

graphie ancienne

(avant fin Ve s.)

 

graphie classique

(après fin Ve s.)

 

*ποιέ-ετε

vous faites

 

ΠΟΙΕΤΕ

 

ΠΟΙΕΙΤΕ

 

 

*ἐκακό-ετο

il était maltraité

 

ΕΚΑΚΟΤΟ

 

ΕΚΑΚΟΥΤΟ

 

 

*τιθένς

plaçant

 

ΤΙΘΕΣ

 

ΤΙΘΕΙΣ

 

 

*διδόνς

donnant

 

ΔΙΔΟΣ

 

ΔΙΔΟΥΣ

 

 

 

Observez dans ce tableau les formes de la colonne de droite. Elles sont bien connues de quiconque a fait un peu de grec, et représentent l’orthographe classique, l’orthographe définitive du grec ancien.

Comparez ces formes à celles de la colonne du milieu, où figurent les graphies archaïques. Vous remarquez que E et O y servent à noter :

1) d’une part [ẹ] (e bref fermé) et [ọ] (o bref fermé) : c’est l’emploi de ε et de ο dont nous avons l’habitude depuis nos premiers pas en grec.

2) d’autre part les longues ‘secondaires’ : celles qui résultent des contractions et des allongements de ε (e bref fermé) et ο (o bref fermé), c’est-à-dire [ẹ̄] (é long fermé) et [ọ̄] (o long fermé).

Dans ce système archaïque, l’alphabet n’indique donc pas la quantité, brève ou longue, de ces voyelles : E note le é fermé, bref ou long, et O note le ο fermé, bref ou long, tout comme A, I, Y notent indifféremment des brèves ou des longues.

À l’époque archaïque la lettre E vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par H (êta, notant é long ouvert : [ę̄]), et la lettre O vaut aussi pour ce qui en classique sera noté par Ω (oméga, notant o long ouvert : [ǭ]). Ainsi on trouve ΜEΔΕΝ pour μηδέν et ΑΠΟΛΛΟΝ pour Ἀπόλλων.

Le passage de l’orthographe archaïque à l’orthographe classique, vers la fin du Ve siècle avant notre ère, fut marqué par une date importante : en –403, sous l’archontat d’Euclide[6], fut adoptée sur proposition de l’orateur Archinos une loi de réforme orthographique officialisant l’alphabet ionien, qui comportait H et Ω.

Ce passage ne s’est pas effectué de façon abrupte. Dans les inscriptions des décennies précédant cette réforme se manifestait déjà une certaine tendance, gagnant progressivement du terrain, à noter par EI, au lieu de E, et par OY au lieu de O les longues provenant de contractions ou d’allongements compensatoires. On y trouve aussi déjà, par influence de l’alphabet ionien, des exemples de H pour noter [ę̄] et de Ω pour noter [ǭ]. Par la suite, à l’époque où règne l’orthographe classique, on trouve encore des exemples de graphie archaïque.

Le problème

Résumons ce qui se dégage de notre présentation historique de l’usage des groupes EI et OY dans les graphies archaïques et dans les graphies classiques.

Dans les graphies archaïques :

EI note la diphtongue [ei] et OY note la diphtongue [ou]

E et O notent respectivement des e fermés et des o fermés, tant brefs que longs.

Dans les graphies classiques :

EI est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ei] et le [ẹ̄] (e long fermé).

OY est la notation commune de ce que sont devenus la diphtongue [ou] et le [ọ̄] (o long fermé).

Ces notations communes nous indiquent que, du fait de l’évolution phonétique, [ei] et [ẹ̄] d’une part, [ou] et [ọ̄] d’autre part, se sont prononcés de la même façon.

Mais dans quel sens se sont faites ces confusions ? Les longues fermées se sont-elles diphtonguées : [ẹ̄] > [ei] et [ọ̄] > [ou] ? C’est ce que nous allons proposer ici. Ou bien est-ce que les diphtongues se sont monophtonguées : [ei] > [ẹ̄] et [ou] > [ọ̄] ? C’est l’hypothèse usuelle (la δόξα, qu’on présente comme une certitude).

Nous avons indiqué en première page l’aboutissement final en grec ancien de ces groupes ει et ου : ει a fini par se prononcer [ī] et ου a fini par se prononcer [ū][7]. Nous pouvons présenter comme ceci les deux hypothèses qui se présentent à nous :

Hypothèse usuelle :           [ei] > [ẹ̄] > [ī] et [oṷ] > [ọ̄] > [ū]     

Hypothèse ici proposée :   [ẹ̄] > [ei] > [ī] et [ọ̄] > [ou] > [ū]

Il s’agit de déterminer quel était le stade intermédiaire, qui correspond à la prononciation de l’époque classique. 

 

Cernons mieux l’hypothèse usuelle

Consultons, dans la Phonétique de Lejeune, les paragraphes 240 et 241, p. 229-230. Le § 240 traite du EI. Voici comment les choses se présentent, selon l’auteur, lorsque s’est imposée l’orthographe classique : « Dans l’écriture comme dans la prononciation, il n’y a plus de distinction entre l’ancienne diphtongue et ẹ̄ secondaire[8]… L’ancienne diphtongue ei se trouve réduite à une voyelle longue. » Le § 241 traite de façon symétrique ce qui concerne le OY en orthographe classique : « L’écriture comme la prononciation a, dès lors, cessé de distinguer entre ou ancienne diphtongue… et ọ̄ secondaire… L’ancienne diphtongue ou est réduite à une voyelle longue. »

Mais pourquoi y aurait-t-il eu transformation des diphtongues en voyelles longues fermées et non l’inverse ? Lejeune ne le dit pas explicitement. W. S. Allen, qui a sur la question la même position que celle de Lejeune, celle de la δόξα, est de son côté tout à fait explicite et pose clairement le problème. Voici comment il commente le fait que les [ei] et les [ẹ̄] d’une part, les [ou] et les [ọ̄] d’autre part, qui furent anciennement des paires de phonèmes bien distincts, se sont écrits et prononcés de la même façon à l’époque classique : « Theoretically this could mean either that the original monophthongs (simple vowels) had become diphthongs, or that the original diphthongs had become monophthongs. But since the tendency of Greek at all periods is to monophthongization rather than diphthongization, only the second supposition is realistic. » (Vox Graeca, p. 71).

Même position chez Edgar H. Sturtevant : « … since the constant tendency of the Greek language has been to change diphthongs into monophthongs, the diphthong [ei] must have become a closed e, i.e. [ẹ̄] » (The pronunciation of Greek and Latin, Philadelphia 1940, § 21, p. 33-34). En ce qui concerne le fait qu’au cours du Ve siècle, le groupe OY devient l’écriture usuelle de l’ancien [ọ̄], cet auteur en conclut qu’à cette époque « … both the original diphthong and lengthened o had the value of close ō, i.e. [ọ̄]. » (§ 40, p.  45). La raison pour laquelle la confusion se serait faite dans ce sens, et non dans le sens de [ou], est considérée sans doute comme déjà démontrée au § 21.

C’est ainsi qu’un peu partout se trouve expédiée en quelques lignes la question de savoir comment s’est faite la confluence entre [ei] et [ẹ̄], et entre [ou] et [ọ̄]. Or ces quelques lignes sont le seul fondement de la doctrine de la monophtongaison.

La même idée est présente chez Lejeune, sans être formulée explicitement. Elle est à lire entre les lignes, ou plutôt dans le titre du chapitre où se trouvent les deux paragraphes cités : Tendance à l’élimination des diphtongues (p. 225). Il est répondu tacitement à une question sous-entendue.

C’est ainsi qu’on en est venu à considérer les graphies EI et OY comme ne représentant plus les diphtongues [ei] et [ou], mais les voyelles longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄]. Elles seraient des ‘fausses diphtongues’, car elles auraient seulement un aspect graphique de diphtongue. Pour les voyelles de timbre [ẹ] et [ọ] (e fermé et o fermé) l’orthographe classique distinguerait donc la longue et la brève, distinction qu’elle ne fait pas pour α, ι, υ. Cette doctrine des ‘fausses diphtongues’ s’est imposée au point que généralement elles ne sont plus considérées comme une interprétation des données, mais comme des données effectives.

Il est vrai que le grec, au cours de son histoire phonétique, a fait disparaître ses diphtongues. Mais s’agit-il seulement de celles qu’il a héritées de ses lointaines origines, comme celles que vous présente notre tableau I ? Non, car il en a créé de nouvelles (cf. Lejeune, § 237, p. 227-228), destinées à être traitées comme les anciennes : ainsi εὖ ‘bien’, prononcé [eu], était anciennement ἐΰ (en deux syllabes chez Homère). Il y a formation d’une diphtongue [ei] au datif singulier des neutres en -ος : *τείχεsι > τείχεϊ (trisyllabique, après chute du -s- intervocalique) > τείχει. Formation aussi d’une diphtongue [ei] au féminin des adjectifs en -ύς : ἡδεῖα < *swādewyă (anticipation du y). Il est plus difficile de trouver des exemples pour ου : on cite ἀπούρας ‘ayant dérobé’ < *ἀπο-Ϝρας, sur une racine signifiant ‘saisir’.

Il n’est donc pas inacceptable d’envisager des créations de diphtongues, destinées à être traitées ultérieurement comme les anciennes, dans le problème qui nous occupe : la confluence entre [ẹ̄] et [ei] a pu se faire par diphtongaison de [ẹ̄] en [eḭ], noté EI, et la confluence entre [ọ̄] et [ou] a pu se réaliser par diphtongaison de [ọ̄] en [oṷ], noté OY. L’aboutissement aux longues [ī] et [ū] a bien pu se faire après passage par la diphtongue.

Comment choisir entre diphtongaison et monophtongaison ?

 

Vers la solution

 

Qu’on me permette de faire ici un peu d’autobiographie. Lorsqu’à la fin des années soixante j’eus le bonheur d’être jeune assistant à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, chargé d’enseigner la linguistique grecque, les problèmes ici traités me laissaient perplexe. Les diphtongues [ei] et [ou] auraient, nous dit-on, disparu, en s’identifiant par monophtongaison avec les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], ces voyelles longues étant notées dans l’écriture par EI et OY, à la façon des défuntes diphtongues. Le I et le Y se seraient effacés de la prononciation, mais se seraient généralisés dans l’orthographe. Écriture et prononciation auraient évolué en sens contraire. Étrange…

Pourquoi pas des diphtongaisons, me disais-je…

Alors un jour je décidai d’aller, pour recueillir des éclaircissements, au laboratoire de phonétique de la Faculté, dirigé alors par Georges Faure, qui était une référence en ce domaine. Je mis ce dernier au courant du problème : monophtongaison des diphtongues ou diphtongaison des longues fermées ? Je me souviens encore de son écoute attentive et de sa réponse  accompagnée d’un geste sec : « N’en doutez pas, il y a eu diphtongaison. Une longue de timbre e ou o nettement fermée se ferme davantage sur la fin. » Ainsi un [ẹ̄] bien fermé tend à dégager un [i] à la fin de sa tenue, et un [ọ̄] bien fermé tend à y dégager un [u].

Le professeur américain Stephen Daitz a réalisé plusieurs enregistrements de textes grecs classiques (Aristophane, Euripide, Platon…) en prononciation restituée. Se fiant à la doctrine usuelle en la matière, il s’applique à faire de ει et de ου des [ę̄] et des [ọ̄] bien fermés, en faisant de son mieux pour inhiber le mécanisme de la diphtongaison. Mais il y parvient mal. Il diphtongue ! Surtout le ει !

Si par plaisanterie vous vous amusez à dire : « Ah ! qu’il est bête ! » en prononçant longuement, au lieu du ê, un é bien fermé, vous sentirez poindre le [i] sur la fin. C’est presque une expérience de laboratoire !

La doctrine des ‘fausses diphtongues’ ne repose que sur la méconnaissance de cette donnée expérimentale de phonétique articulatoire.

Les longues fermées du grec ont sans doute tendance, au cours du Ve siècle, à accentuer leur fermeture. Un [ẹ̄] qui se diphtongue en [ei] est certainement plus fermé que celui qu’on trouve dans l’allemand das Meer ‘la mer’, de fermeture moyenne. Reportez-vous au trapèze des voyelles : le [ẹ̄] doit bien se distinguer de [ę̄], et le [ọ̄] de [ǭ]. Leurs champs de dispersion doivent être bien séparés par des marges de sécurité afin de réaliser par là une nette opposition ouverture/fermeture. Il en a résulté une tendance à les doter d’une nette fermeture, entraînant la diphtongaison.

Le sort ultérieur des diphtongues [ei] et [ou], devenant respectivement [ei] et [ū], est un phénomène d’assimilation régressive : le timbre vocalique de la fin s’est généralisé en s’étendant jusqu’au début.

Il y a eu ainsi continuité dans l’évolution qui progressivement va de [ẹ̄] et [ei] vers [ī], ainsi que de [ọ̄] et [ou] vers [ū]. Les longues [ẹ̄] et [ọ̄], se fermant bien, se diphtonguent, rejoignant les diphtongues anciennes. Puis toutes ces diphtongues subissent une assimilation régressive qui les mène au résultat final. À la fermeture en fin de tenue dans le processus de diphtongaison succède celle de l’assimilation régressive.

La théorie usuelle, la δόξα, introduit au contraire une curieuse discontinuité dans ce processus : selon elle, le [ei], dans sa marche vers [ī], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ẹ̄] en ouvrant son [i], et de même le [ou], dans sa marche vers [ū], n’y va pas en droite ligne, mais s’en écarte quelque temps, faisant un crochet par [ọ̄] en ouvrant son [u]. Il nous est dit (voir dans Lejeune le dernier alinéa des paragraphes 240 et 241, pages 229-230) que ce [ẹ̄] et ce [ọ̄] étaient ‘très fermés’ et ont continué de se fermer jusqu’à aboutir à [ī] et [ū]. Mais les voyelles très fermées ainsi décrites sont justement celles qui se diphtonguent par fermeture en fin de tenue, selon ce qui me fut un jour enseigné par Georges Faure dans son laboratoire de phonétique…

 

Observations diverses

Dans la doctrine usuelle, on estime que les groupes EI et OY (dont le I et le Y auraient cessé de se prononcer) auraient été utilisés dans l’écriture pour les longues [ẹ̄] et [ọ̄], les distinguant ainsi des brèves correspondantes, notées E et O. Mais pour les autres voyelles (α, ι, υ) la non-distinction graphique entre ces brèves sans évolution du timbre au cours de la tenue et les longues correspondantes était maintenue. D’où un certain disparate dans le système.

Si au contraire on admet que, dans la graphie classique, EI et OY représentent la diphtongaison des longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄] (et aussi, bien sûr, les diphtongues anciennes conservées), on voit apparaître un principe de cohérence dans le système orthographique du grec : les différences de quantité des voyelles ne sont notées que quand y a évolution du timbre au cours de la tenue.

En outre, si on admet la diphtongaison, il y a conformité entre l’écriture et la prononciation. Les réformes orthographiques[9] visent généralement à améliorer cette conformité. Le fait que, pour noter ce que sont devenues au cours du Ve siècle les longues fermées [ẹ̄] et [ọ̄], on a adopté la graphie des diphtongues devrait déjà faire soupçonner que ces longues se sont diphtonguées.

***

Les noms anciens des voyelles ont servi d’argument pour montrer que les groupes ει et ου notaient des [ẹ̄] et des [ọ̄]. Les voyelles E, O, Y se nommaient anciennement εἶ, οὖ, ὖ : elles étaient nommées par leur forme longue (voyez, dans notre Initiation au grec ancien, au bas de la p. 14, le fragment de Callias). On a cru y voir la preuve que ces formes longues avaient le même timbre que la brève tout au long de la tenue. Certes, ει et ου sont les longues de ε et de ο, mais il ne s’ensuit pas qu’elles en conservent le timbre de façon identique et constante. Comme nous l’avons vu (en ayant présent à l’esprit le trapèze des voyelles), elles ont à se différencier nettement des longues ouvertes η et ω, ce qui entraîne une fermeture entraînant la diphtongaison. Les voyelles ε et ο, n’ayant pas cette contrainte, doivent être de fermeture moyenne.

***

Dans un passage du Cratyle (402e), Platon explique le nom du dieu de la mer Ποσειδῶν par une de ces étymologies dont il a le secret. Il dériverait de ποσὶ δεσμός ‘entrave pour les pieds’, car la mer oppose une résistance à la marche de celui qui y est entré ! Un ε est inséré dans le datif ποσί (τὸ δὲ ε ἔγκειται ἴσως εὐπρεπείας ἕνεκα ‘le ε est peut-être là pour l’élégance’ !). Cela se comprend bien si Ποσειδῶν se prononçait poseidǭn, mais ne se comprend pas si on le prononçait posẹ̄dǭn[10]. Les dialogues de Platon se situent dans une ambiance d’oralité, et dans celui-ci on est en outre attentif aux valeurs phonétiques des γράμματα : il n’est pas plausible que cette εὐπρέπεια (nous parlerions aujourd’hui d’emphase) soit de nature purement graphique.

***

« À Corinthe, nous dit Lejeune (§ 240, p. 229), dès les preniers textes (VIIe-VIe s.), un même signe E (différent du signe employé pour ε, η) sert à noter à la fois l’ancienne diphtongue ei et l’ẹ̄ résultant de contractions ou d’allongements compen­satoires. À cette époque donc, en corinthien, *ei était déjà réduit à ẹ̄. » Il faut avoir dans l’esprit un certain à priori pour ne pas songer que l’évolution a pu se produire dans l’autre sens, par passage de [ẹ̄] à [ei]. Or regardons bien ce E corinthien (nous ne pouvons malheureusement pas le reproduire ici, mais voyez-le dans Lejeune) : sa hampe verticale dépasse les traits horizontaux. C’est comme la superposition d’un E et d’un I. Cela suggère qu’il y a du [i] là-dedans, qu’il y a… diphtongaison.

Le dialecte de Corinthe n’est pas de l’attique, c’est une forme de dorien. Mais des processus phonétiques comparables y sont à l’œuvre.

***

Une objection : on m’a malicieusement signalé un jour que dans une inscription postérieure à la confusion de [ẹ̄] et de [ei], on a relevé une forme ΤΕΧΙΣΜΟΣ (pour τειχισμός, ‘construction de rempart’). Nous avons ici une ancienne diphtongue [ei] (cf. l’alternance opposant τὸ τεῖχος, ‘le rempart’ et ὁ τοῖχος, le mur) ; sa notation par un seul caractère, le Ε, ne prouverait-elle pas une monophtongaison en [ẹ̄], noté à l’ancienne par E ? Mais lorsqu’est intervenue la diphtongaison de [ẹ̄] en [ei] on pouvait encore voir, dans de vieilles inscriptions, des E notant d’anciens [ẹ̄] diphtongués depuis en [ei], comme le premier E de ΠOIETE (voir tableau II). Les Athéniens qui, après le changement orthographique, avaient une telle forme sous les yeux la prononçaient ποιεῖτε de façon classique. Le E pouvait apparaître comme une manière possible de noter [ei].

On peut rapprocher cette objection de cette remarque de Threatte (o. c., p. 173) : « Tenacious retention of E for [ẹ̄] into the fourth century and occasional use of E for [ei] supports the view that the diphthong was monophthongized to [ẹ̄] rather than that the long vowel became a diphthong [ei] in Attic. » Nous préférons y voir l’influence des inscriptions anciennes, comportant des E passés à la prononciation [ei].

Cela fait penser à une particularité du latin tardif. Le [b] étant passé à [v] en certaines positions, les deux lettres ont pu dans certains textes servir de variantes graphiques pour noter l’un ou l’autre de ces deux phonèmes.

 

Lejeune, Grammont et Vendryes

 

On peut trouver paradoxal que la critique d’une doctrine professée par Lejeune s’appuie sur des notions de phonétique articulatoire. En effet une des grandes innovations du Traité de phonétique grecque de Michel Lejeune, paru en 1946, était justement d’accorder une large place aux phénomènes articulatoires, en se référant constamment au Traité de phonétique de Maurice Grammont, paru en 1933, largement fondé sur l’expérimentation en laboratoire. Il a contribué ainsi à intéresser à ces questions l’auteur des présentes lignes. Mais lorsqu’on a en mains l’ouvrage de Grammont, on n’y trouve pas ce que Georges Faure m’a appris sur la diphtongaison des longues fermées.

En 1972 paraît la Phonétique historique du mycénien et du grec ancien de Michel Lejeune. Elle apporte une seconde innovation qui est pour les hellénistes un beau cadeau : elle incorpore à la phonétique historique du grec ancien les données mycéniennes provenant du déchiffrement du linéaire B. Mais les éléments de phonétique articulatoire et les références à Grammont demeurent inchangés.

Voici en revanche comment, dans le Traité de Grammaire comparée des Langues classiques (latin et grec) d’Antoine Meillet et Joseph Vendryes (le célèbre Meillet-Vendryes[11], 3e éd., Paris 1960), est présenté l’alphabet qu’adoptèrent les Athéniens en – 403 : « L’alphabet ionien distingue ε et ο longs de ε et ο brefs en employant pour les premiers la graphie des diphtongues ει et ου. Cela suppose pour ε et ο longs une prononciation en quelque mesure diphtonguée, conforme à la tendance générale suivant laquelle les voyelles longues fermées sont plus fermées à la fin qu’au commencement » (§ 151, p. 101). Ces lignes n’ont, malheureusement, guère retenu l’attention.

Le problème de ου

Retournons encore au trapèze des voyelles. Vous savez que l’ancienne voyelle [u], notée Y, de l’ionien-attique est passée à l’avant, vers le [i], laissant un vide dans la zone où se trouve le champ de dispersion de [u]. Ce vide, sans entraîner toutes les conséquences que Martinet nous a décrites dans le parler de Sâo Miguel aux Açores, va tout de même créer une attraction, en direction de [u], du champ de dispersion où se trouvent [ọ](bref ou long) et la diphtongue [ou] : celle-ci, à la fin de sa tenue, atteint déjà la zone [u]. Cela ne peut déclencher un mouvement en sens inverse.

Or on nous dit que [ou] s’est monophtongué en [ọ̄]. Cela signifie que le [u] de [ou] se serait ouvert et aurait pris le timbre [ọ], c’est-à-dire qu’il se serait écarté de la zone où du vide crée comme une aspiration. Voilà une phonologie qui fonctionnerait à l’envers. Cela nous apporte encore une raison de rejeter ici la monophtongaison.

On nous dit aussi que les diphtongues ει et ου étaient peu stables, leurs deux éléments étant voisins l’un de l’autre (ainsi Lejeune, § 240 p. 229). Pourtant de telles diphtongues se maintiennent de façon stable dans bien des langues. En grec, on voit I pour EI dans les inscriptions dès le IVe siècle avant notre ère, mais c’est seulement à partir du Ier siècle avant notre ère que la chose devient fréquente, révélant une prononciation usuelle [i].

Il est plus difficile de cerner par les graphies ce qui concerne le OY. Il est cependant certain que le vide créé dans la zone [u] était de nature non seulement à favoriser la diphtongaison de [ọ̄] en [ou], mais, par une sorte d’aspiration, de faire passer à la prononciation [ū], qui était la prononciation usuelle à l’époque romaine.

Mais ces phénomènes ne sont pas réglés uniquement par le jeu des champs de dispersion. D’autres facteurs interviennent, en particulier l’intégration.

Laissant de côté la diphtongue marginale υι (comme dans ἡ μυῖα ‘la mouche’), observons le micro-système des diphtongues à premier élément bref :

ει [ei] αι [ai], οι [oi], et   ευ [eu], αυ [au], ου [ou]

Nous avons là un ensemble organisé de façon cohérente. Nous dirons que, phonologiquement, il est bien intégré[12]. Cela constitue un facteur de stabilité. Pour un certain temps… Nous pouvons penser que la prononciation [oṷ] et la pronon­ciation [ū] ont toutes deux existé, la seconde, phonétiquement plus évoluée, étant plus populaire ou plus familière. Les textes qui suivent vont peut-être nous éclairer.

Témoignages des Anciens

Athénée, auteur des IIe-IIIe siècles après J.-C., dans son Banquet des sophistes (11, 30, 21) commente la forme du génitif de Διόνυσος ‘Dionysos’, inscrite sur une coupe, avec la graphie archaïque ΔΙΟΝΥΣΟ (au lieu de Διονύσου) :

Ἐν τούτοις λείπει τὸ ὖ στοιχεῖον, ἐπεὶ πάντες οἱ ἀρχαῖοι τῷ οὖ ἀπεχρῶντο οὐ μόνον ἐφ’ ἧς νῦν τάττεται δυνάμεως, ἀλλὰ καὶ ὅτε τὴν δίφθογγον ἔδει σημαίνειν διὰ τοῦ οὖ μόνου γράφουσι. ‘Il y manque la lettre upsilon, car tous les Anciens employaient l’omicron non seulement avec la valeur qui lui est attribuée actuellement, mais aussi lorsqu’il fallait noter la diphtongue, qu’ils notaient par omicron seul.’

Le O final de ΔΙΟΝΥΣΟ est donc, nous dit Athénée, une graphie archaïque de la δίφθογγος ΟΥ. Mais il nous faut savoir ce qu’il entend au juste par δίφθογγος,  car le mot a pu s’employer pour des groupes de deux lettres correspondant à un son unique. La suite du texte est explicite : …τοῦ “Διονύσου” τὴν τελευταίαν συλλαβὴν διὰ τοῦ οὖ μόνου ὡς βραχέος ἐγκεχαραγμένου… συνυπακούεσθαι δεῖ καὶ τὸ ὖ… ‘…bien qu’en sa dernière syllabe la forme Διονύσου soit inscrite au moyen du seul omicron, à la façon d’une brève, il faut que se fasse entendre aussi, à sa suite, l’upsilon…’

Ce même passage d’Athénée commente l’écriture et la prononciation de ει : Παραπλησίως δὲ καὶ τὸ εἶ (οἱ ἀρχαῖοι) γράφουσιν καὶ ὅταν καθ’ αὑτὸ μόνον ἐκφωνῶται καὶ ὅταν συζευγνυμένου τοῦ ἰῶτα. ‘De façon similaire (les Anciens) écrivent epsilon aussi bien quand il est prononcé seul que quand il l’est avec addition d’un iota.’

Il s’agit bien ici de phonétique. Nous avons là une description de ce qui se dit et s’entend lorsqu’est énoncé un ει ou un ου. Nous n’avons pas là une spéculation théorique pour reconstituer la façon dont ces groupes se prononçaient anciennement, mais un commentaire sur des graphies archaïques assorti d’un témoignage sur une prononciation qui pour l’auteur est restée actuelle.

Voyons maintenant l’enseignement d’Hérodien, grammairien de la seconde moitié du IIe siècle après J.-C., fils du célèbre Apollonius Dyscole, et héritier, au delà de lui, de toute la tradition grammaticale de la Grèce. Dans un passage du Περὶ ῥημάτων ‘Au sujet des verbes’ (3, 2, 788, 30 sq) il étudie le fonctionnement de l’augment dans les verbes commençant par une diphtongue.

Ἣ μὲν ει δίφθογγος, ἐπειδὴ ἔχει γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ε μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ ι μεγεθύνεται οἷον τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/ δαρεῖσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ει τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ε καὶ ι γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), τούτου χάριν ἄτρεπτός ἐστιν · εἰκάζω/εἴκαζον (καὶ ᾔκαζον παρὰ τοῖς Ἀθηναίοις). Ὁμοίως καὶ ἡ ου δίφθογγος οὐ τρέπεται ὡς ἔχουσα γνήσιον μέγεθος (τὸ γὰρ ο μεγεθυνόμενον διὰ τῆς προσθήκης τοῦ υ μεγεθύνεται οἷον τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, καὶ αὐτὸ δὲ τὸ ου, τὸ ὄνομα τοῦ στοιχείου · διὰ τοῦ ο καὶ υ γράφεται καὶ ἐκφωνεῖται), καὶ διὰ τοῦτο καὶ αὐτὸ ἄτρεπτον μένει · οὐρῶ/οὔρουν.

‘La diphtongue ει, comportant une quantité longue authentique (car le ε, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un ι : ainsi dans τυφθέντος/τυφθεῖσα, δαρέντος/δαρεῖσα, et dans le nom même de la lettre εἶ, on écrit et on prononce avec ε et avec ι) est invariable pour cette raison-là : εἰκάζω, j’imagine ; εἴκαζον, j’imaginais (ᾔκαζον à Athènes). De même la diphtongue ου, comportant une quantité longue spécifique (car le ο, sous l’allongement, s’allonge par addition d’un υ : ainsi dans τύπτοντος/τύπτουσα, λέγοντος/λέγουσα, et dans le nom même de la lettre οὖ, on écrit et prononce avec ο et avec υ) est invariable pour cette raison-là : οὐρῶ, j’urine ; οὔρουν, j’urinais.’

Il est à noter ici que les groupes ει et ου sont reconnus par Hérodien comme fonctionnant en tant que longues de ε et ο respectivement, mais ne leur étant pas tout à fait identiques dans leur substance phonique, car ce sont des diphtongues. Il est intéressant d’observer cette réflexion morphologique et phonologique sur le statut de ces longues. Il est intéressant surtout, pour la question qui nous occupe, de recueillir ici un enseignement explicite sur la prononciation de ει et de ου.

Les témoignages de ces deux auteurs ne nous indiquent-ils pas que dans la langue des gens cultivés les groupes ει et ου avaient, perpétuant ce que nous estimons être l’usage classique, conservé la prononciation diphtonguée ?

Mais très généralement on ne se préoccupe guère de ces témoignages anciens, et même on les récuse, on les évacue bien vite. Leurs auteurs, pense-t-on, vivaient trop longtemps après les siècles classiques ou immédiatement post-classiques pour savoir comment on prononçait les mots en ces temps-là. Abusés par les graphies en deux lettres de ει et ου, ils se seraient naïvement imaginé qu’il fallait, pour parler à l’ancienne, les dire avec deux sons vocaliques. Car ils n’étaient pas au courant du principe de l’élimination des diphtongues et de la monophtongaison, ne bénéficiant pas de nos manuels de phonétique historique du grec, qui savent régler la question en trois lignes !

Je réponds à cela en répétant ce que j’ai écrit dans mon article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de ‘Connaissance hellénique’ :

« L’opinion des grammairiens doit-elle peser peu de chose ? Les Alexandrins qui, autour d’Aristophane de Byzance, dans le dernier quart du IIIe siècle av. J.-C., jetaient les bases de la science grammaticale des Grecs, pour sauvegarder dans toute sa beauté la langue classique, connaissaient bien celle-ci par leurs grands-parents, qui dans leur jeunesse furent contemporains de Ménandre. Ils étaient en outre héritiers de la tradition d’examen du langage dont nous avons l’écho chez Platon et Aristote, et qui était bien vivante dans la dramaturgie. Il serait téméraire de sous-estimer ce qu’ils ont légué, et de s’imaginer savoir mieux qu’eux comment se prononçait le grec. Des auteurs comme Hérodien furent les héritiers de toute cette tradition. »

Jusqu’à une époque fort tardive on a composé de la poésie grecque selon les règles de jadis, et la pratique littéraire des milieux cultivés était comme un conservatoire de la prononciation classique, avec une diction partiellement différente du parler quotidien[13]. C’était pour eux un patrimoine à léguer de génération en génération. Les grammairiens œuvraient dans ce sens.

 

 

Conclusion

Il est vrai que le grec a, dans son développement phonétique, perdu ses diphtongues, suite à divers remaniements qui se sont échelonnés sur des siècles : c’est seulement à l’époque byzantine que la réduction de la diphtongue οι est acquise (Lejeune, § 243, p. 231). Des processus divers sont venus à bout de la force de cohésion qui a pu stabiliser un temps le système bien intégré de diphtongues esquissé plus haut. Mais il n’y a pas lieu de voir dans tout cela la manifestation d’une ‘tendance à l’élimination des diphtongues’ agissant sur la langue comme une force par rapport à laquelle ces processus divers auraient eu le statut de causes secondes, force qu’on hypostasie plus ou moins, qui n’existait pas encore lorsqu’apparurent les diphtongues de type τείχει ou ἡδεῖα, mais qui, installée dans le grec de façon immanente depuis les VIIe-VIe siècles, aurait inhibé la contrainte articulatoire tendant à diphtonguer les e et les o longs fermés.

Lorsqu’on parle de cette ‘tendance à l’élimination des diphtongues’, entend-on cela simplement comme le bilan de ces ‘processus divers’, ou comme la définition d’une force agissante qui serait à l’origine de ces processus ? Il convient de bien discerner dans quel sens ont fonctionné les relations de cause à conséquence.

Une triple exhortation pour terminer. Pour étudier les questions de phonétique grecque dont nous venons de traiter, il est bon de prendre l’enseignement des grammairiens grecs antiques plus au sérieux qu’on ne le fait ordinairement. Il est recommandé de pratiquer les méthodes de la phonologie (au sens français de ce terme). Il est utile enfin de s’informer des résultats expérimentaux de la phonétique de laboratoire.

Jean-Victor Vernhes

        Maître de conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille

 

 

[1] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Lejeune.

[2] C’est-à-dire phonétique. Pour le sens en français du terme phonologie, voir notre article sur Les intonations du grec ancien paru dans le numéro 154 (novembre 2019) de Connaissance hellénique : https://ch.hypotheses.org/3623

[3] C’est à cet ouvrage que renvoient nos références à Threatte.

[4] L’usage moderne est de marquer ces i et ces u d’un signe souscrit semblable à la partie supérieure d’un o. Une difficulté technique nous a fait en rester à un usage plus ancien.

[5] Cf. Jacques Chailley, La musique grecque antique (Paris, Belles Lettres, 1979), ch. VIII.

[6] Cet Euclide n’est pas connu par ailleurs.

[7] En grec moderne ces voyelles sont brèves ou longues (longues sous l’accent).

[8] C’est-à-dire résultant de contractions ou d’allongements compensatoires.

[9] On peut considérer comme une seconde réforme orthographique la codification des esprits et des accents par les grammairiens alexandrins, destinée à noter de façon plus précise et à fixer la prononciation. La dernière réforme orthographique fut l’adoption par décret présidentiel en avril 1982 du système monotonique : suppression des esprits et des accents autres que l’aigu, lequel marque toute syllabe tonique. Donc suppression des signes qui ne correspondent plus à rien dans la prononciation actuelle. C’était un nouveau réglage de l’orthographe sur la prononciation.

[10] Cette observation est ancienne : on la trouve dans la thèse de Paul Baret (Essai historique sur la prononciation du grec, Paris 1878), page 40. On trouve dans ce livre une bibliographie de tous les ouvrages traitant de la prononciation du grec parus depuis le XVIe siècle.

[11] Vendryes fut le rédacteur de la première édition (1924), Meillet ayant préparé un plan détaillé. Il fut seul responsable de l’édition de 1948. Certaines pages représentent un état ancien de la science, ce qui n’est d’ailleurs pas sans intérêt. L’ouvrage, fort attachant, reste un classique.

[12] Pour la « tendance à l’intégration », cf. Martinet, o.c., p. 79.

[13] C’est comme de dire, par exemple, en prononciation de l’époque (avec les r roulés et les l mouillés, notés ill), L’invitation au voyage de Baudelaire : «  Les soleils mouillés/ De ces ciels brouillés/ Pour mon esprit ont les charmes/ Si mystérieux/ De tes traîtres yeux,/ Brillant à travers leurs larmes. » L’esthétique sonore du poème se trouve restaurée.

Laurent Calvié : “Un événement dans le Landernau des hellénistes français”

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article cinq.

« Les dessous de la littérature grecque »

 

Paul Maas, Les dessous de la littérature grecque. Paléographie, histoire et critique des textes. Textes choisis, présentés et traduits par Laurent Calvié, Avec la collaboration de Michel Patillon, Toulouse, Anacharsis, coll. « Essais — Philologie » (7), 2020, 254 p., 125 x 200 cm. ISBN : 979-10-92011-93-7 [22 €].

couverture du livre de P. Maas, “Les dessous de la littérature grecque”.

 

Ce septième volume de la collection « Essais — Philologie » des Éditions Anacharsis (Toulouse-Marseille), qui paraît exactement dix ans après les deux premiers, constitue assurément un événement dans le Landernau des hellénistes français. Il rassemble en effet toutes les études d’ensemble — inédites en notre langue — que le grand philologue allemand Paul Maas (1880-1964) a consacrées, entre 1924 et 1956, à la paléographie, à l’histoire des textes grecs et à la critique textuelle, dont la plus célèbre (la Critique des textes de 1927) a connu trois rééditions (19502, 19573 et 19604) et sept traductions dans six langues différentes : en italien (1952, 19582, 19723 et 20034), en anglais (1958, 19632, 19673 et 19724), en grec moderne (1975 et 19842), en polonais (1994), en russe (2011), en espagnol (2012) et de nouveau en italien (2017).

La principale originalité de P. Maas, qui a vu sa carrière universitaire brisée en 1934 en vertu de la loi raciste « Sur la réorganisation de la retraite des fontionnaires » et a dû s’expatrier à Oxford en 1939 pour échapper à la barbarie nazie, est d’avoir tout à la fois été l’un des meilleurs élèves du classiciste Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff (1848-1931) et du byzantiniste Karl Krumbacher (1856-1909), et d’avoir ainsi excellé tant en philologie classique qu’en byzantinistique. Publiés pour la première fois entre 1924 et 1927 dans trois fascicules de la troisième édition (la meilleure) de l’Introduction à la science de l’Antiquité d’Alfred Gercke (1860-1922) et Eduard Norden (1868-1941), les trois petits traités qui forment le noyau des Dessous de la littérature grecque exposent ainsi de manière synthétique, claire et systématique tout ce que la byzantinistique peut apporter à la philologie classique : la Paléographie grecque (1924), qui traite des manuscrits byzantins des textes anciens, et Les destinées de la littérature antique à Byzance (1927), qui retracent la partie byzantine de leur histoire, forment ainsi l’arrière-plan matériel et historique sur lequel se découpent les lignes abstraites de la Critique des textes (1927), qui a essentiellement pour objet la reconstitution de leurs archétypes byzantins respectifs.

Les dessous de la littérature grecque ne se bornent cependant pas à présenter la première traduction en français de ces trois petits traités des années 1920, qui forment autant de classiques de la philologie ou de l’histoire de la philologie et n’ont pas d’équivalents dans la librairie française ; ils lui ajoutent celle des divers résumés, refontes et compléments qu’en a par la suite donnés l’auteur en allemand, en anglais ou en italien : l’article « Paléographie » (1935) de l’Enciclopedia Italiana, le projet de conférence sur les Destinées de la littérature antique à Byzance (1940) au Congrès de Byzantinistique d’Alger (finalement annulé pour cause de guerre), l’article « Critique textuelle » (1949) de l’Oxford Classical Dictionary, le magistral Fautes significatives et types stemmatiques (1937) et l’ultime Coup d’œil rétrospectif (1956).

Le lecteur francophone disposera donc désormais de tous les outils nécessaires pour donner une édition critique d’un texte grec ancien ou byzantin : il apprendra à lire des manuscrits, à les dater, à y déceler des interventions byzantines, à en extraire les leçons significatives, à en établir l’arbre généalogique (le fameux stemma codicum) et à rendre compte de toutes les particularités d’une tradition manuscrite dans une préface et un apparat critique. Mais il pourra surtout se faire une idée exacte de l’abîme qui sépare des originaux, des archétypes byzantins et de leurs apographes les textes qu’il lit dans des éditions critiques modernes, et juger finalement de celles-ci en connaissance de cause.

Le volume, dont la couverture illustre le titre avec humour, contient encore une « Table des abréviations », une abondante « Préface », trois notices, trois index (« Manuscrits cités », « Noms et textes anciens » et « Noms modernes »), une « Table des illustrations », une table détaillée des matières et — cerise sur le gâteau — un texte inédit (Lignes directrices pour la pratique stemmatique) conservé à Cambridge (Mass.), dans lequel P. Maas expose succinctement à Werner Jaeger (1888-1961), l’auteur du fameux Paideia (1933-1947) et le futur éditeur des Aristotelis Metaphysica (1957) d’Aristote, la procédure à suivre pour donner l’édition princeps d’un texte ancien transmis par une trentaine de manuscrits. À lire et méditer sans modération !

Laurent Calvié

 

Dans la même collection (Toulouse, Anacharsis, coll. « Essais — Philologie ») : (1) Timothée de Milet, Les Perses. Grandeur et décadence d’un papyrus grec, 2010, 95 p. [16 €] ; (2) Théon de Smyrne, Lire Platon. Le recours au savoir scientifique : arithmétique, musique, astronomie, 2010, 495 p. [33 €] ; (3) Luciano Canfora, Le copiste comme auteur, 2012, 127 p. [16 €] ; (4) Henri Weil, L’art de lire. Études sur l’ancienne poésie grecque, 2014, 605 p. [40 €] ; (5) Luciano Canfora, La fabuleuse histoire du faux papyrus d’Artémidore, 2014, 303 p. [23 €] ; (6) Jean-Baptiste-Gaspard D’Ansse de Villoison, Le voyage à Venise. La recherche de manuscrits grecs inédits à la fin du xviiie siècle, 2017, 224 p. [22 €].

Laurent Calvié présente le copiste faussaire André Darmarios

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article quatre.

Du nouveau sur le copiste-libraire Andréas Darmarios (1540-après 1591)

 

Canaletto, Le Grand Canal du palais Balbi au Rialto, musée Ca’ Rezzonico (wikicommons)

 

« Depuis la prise de Constantinople, écrivait jadis Henri Omont (1857-1940), Venise était devenue, par ses relations anciennes avec l’Orient et ses nombreuses possessions dans les îles de la Méditerranée, le centre de réunion de la plupart des Grecs exilés, et c’est là que se tint durant tout le cours du 16e siècle le véritable marché des manuscrits grecs »[1]. Des recherches plus récentes l’ont confirmé : Venise, où les collections de manuscrits grecs étaient alors nombreuses et accessibles, et où affluaient pour cette raison les amateurs de toute l’Europe, offrait aux copistes et aux libraires les meilleures conditions de travail[2]. On ne s’étonnera donc pas d’y trouver alors établis des copistes-libraires de manuscrits grecs comme Bartolomeo Zanetti (†1552), un imprimeur qui s’occupait non seulement de copier et corriger des manuscrits neufs, mais aussi de restaurer, relier et vendre d’anciens codex, ce qui lui a valu le petit nom de revendeur de vieux papiers[3] ; Antoine Éparque (1491-1571), un professeur de grec ancien, en même temps que copiste, correcteur-réviseur, chef d’atelier et marchand de manuscrits neufs et d’occasion[4] ; et Andréas Darmarios (1540-après 1591), dont l’activité en ce domaine fut si importante qu’on peut estimer qu’il a fait copier, lui-même transcrit, restauré, annoté ou simplement vendu plus de 500 (1%) des quelque 50 000 manuscrits grecs antérieurs au 18e siècle aujourd’hui conservés dans les bibliothèques du monde entier.

Aucun scribe n’a ainsi mis la main à davantage de manuscrits grecs que ce dernier, qu’il ait seulement commencé et achevé l’ouvrage, en écrivant « de sa plume » les « premières pages, ou tout au moins le titre principal et les premières lignes du texte », ainsi que « le titre et le début des différentes parties dont se compose un volume », et en reprenant « la copie à peu de distance de la fin », l’achevant, la signant « de son nom » et la datant, comme c’était sa « pratique la plus ordinaire » ; ou qu’il les ait lui-même « entièrement ou bien à moitié écrits », bien que, « dans le cas le plus fréquent », il ait cédé « la plume » à l’un de ses collaborateurs « au bout de peu de feuillets, en pleine page, au milieu d’une ligne et souvent d’un mot », l’ait reprise « plus loin pour la céder de nouveau », se réservant « de préférence les titres, ornements, initiales » qu’il traçait « ordinairement en rouge, et les fins de livres », qu’il disposait en cul de lampe[5]. Nul copiste grec n’a non plus fait couler plus d’encre que lui, qu’on se soit intéressé à sa personnalité et à sa vie en général[6], à son œuvre de copiste et à son écriture[7], à son atelier et à ses collaborateurs[8] ou à son travail de faussaire[9].

En ce dernier domaine, sa spécialité consistait en la fabrication et en la commercialisation de « semblants d’anecdota : il prenait pour cela des fragments dans des ouvrages connus, en modifiait le commencement et la fin, changeait çà et là la rédaction, surtout en bouleversant l’ordre des diverses parties, mettait alors un titre à son idée : et il faisait de l’argent avec ces misérables arrangements qui passaient pour de nouveaux débris retrouvés de l’Antiquité »[10]. Sans parler des récriminations répétées de plusieurs des victimes de ses attributions frauduleuses — Giulio Pace (1550-1635), Andreas Schott (1552-1629) et Isaac Casaubon (1559-1614) — contre le prix excessif réclamé pour ses marchandises frelatées, Darmarios ne brillait assurément pas par son honnêteté (I. Casaubon le traite de « copiste grécaillon et, pour tout dire, crétois »). Le 27 avril 1571, János Zsámboky (1531-1584), qui lui donne le nom d’oiseau d’impostor, l’accusait ainsi de lui avoir escroqué 150 écus à Venise, en 1567, en ne lui livrant pas à Vienne, mais en revendant à Antonio Augustín (1516-1586), en Espagne, des manuscrits payés d’avance à Venise [11].

Venise, Vienne, l’Espagne ! Si A. Darmarios était établi à Venise (« in corte da ca Justinian »), il est également connu pour ses voyages d’affaires en Italie — à Rome (1559), Padoue (1560) et Trente (1562) —, mais aussi en Espagne (en 1571, en 1576-1581 et en 1587), en Allemagne (en avril 1566 et en 1583-1584) — peut-être même à Vienne (en 1566) — et à Genève (vers 1570-1572 et vers 1583-1584)[12]. Mais ce dont nul ne s’était jusqu’ici aperçu, c’est qu’entre 1582 et 1585, A. Darmarios n’avait pas franchi les Alpes pour vendre ponctuellement sa marchandise à Genève (vers 1583-1584), à Munich (durant l’été 1583) et dans plusieurs villes allemandes (en mai-novembre 1584) ; de nombreux documents (listes de manuscrits, lettres, préfaces, ex-libris et autres annotations manuscrites) attestent en effet qu’il s’est alors véritablement fait copiste-libraire ambulant et a occupé ses étés à effectuer de longues tournées transalpines (par Augsbourg, Munich, Strasbourg, Tubingue, Fribourg en Brisgau, Bâle, Lausanne et Genève), au cours desquelles il a vendu des centaines de manuscrits grecs, parfois copiés au fur et à mesure de ces tournées, à une douzaine de clients genevois (I. Casaubon et J. Pacius) et allemands, qui forment la fine fleur de l’hellénisme germanique de la fin de la Renaissance : Martin Kraus (1526-1607), dit Crusius, Konrad Rauchfuß (1531-1601), alias Dasypodius, Stephan Gerlach (1546-1612), David Hoeschel (1556-1617), Sebastian Mieg (1555-1596), Gering Müller (1548-1607), dit Myllius, Johann Pappus (1549-1610), Johann Pistorius Niddanus le Jeune (1546-1609), Wolfgang Prommer (1545-1606). Et les manuscrits grecs qu’il leur a alors vendus sont par la suite allés enrichir des bibliothèques non seulement allemandes — la Staats- und Stadtbibliothek d’Augsbourg, la Staats- und Universitätsbibliothek de Hambourg, l’Universitätsbibliothek de Heidelberg, la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, ou la Stadtbibliothek de Nuremberg —, mais aussi variées que la Biblioteca Apostolica Vaticana (fonds Barberini, Ottoboniani, Palatini et Reginenses graeci), la Bibliothèque nationale de France, la Bodleian Library d’Oxford, la British Library de Londres, la Trinity College Library de Cambridge ou l’Universitetsbibliotek d’Upsal. Habent sua fata libelli !

C’est ce que montre un copieux article tout nouvellement paru, qui reproduit pour la première fois l’ensemble de ces documents et identifie la majeure partie de ces manuscrits : Laurent Calvié, « Le commerce transalpin du copiste-libraire vénitien Andréas Darmarios entre 1582 et 1585 », Revue d’Histoire des Textes [n.s.] 15 (2020), p. 89-168.

  1. C.

[1] H. Omont, Catalogues des manuscrits grecs de Fontainebleau, Paris, 1889, p. v.

[2] Voir J. Irigoin, « Les ambassadeurs à Venise et le commerce des manuscrits grecs dans les années 1540-1550 » et P. Canart, « Jean Nathanaël et le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie siècle », in H.-G. Beck & al., Venezia centro di mediazione tra Oriente e Occidente (secoli xv-xvi). Aspetti e problemi, Firenze, 1977, t. ii, p. 399 et p. 401-406 ; et B. Mondrain, « Le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie siècle : copistes et marchands », in M. F. Tiepolo & E. Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, Venezia, 2002, p. 473-476.

[3] Voir A. Cataldi Palau, « B. Zanetti stampatore e copista di manoscritti greci », in N. Oikonomides [ed.], The greek script in the 15th and 16th c., Athens, 2000, p. 105-106.

[4] Voir B. Mondrain, « Les Éparque, une famille de médecins collectionneurs de manuscrits », in N. Oikonomides (éd.), The greek script, Athens, 2000, p. 147-148 ; & B. Mondrain, « Le commerce des manuscrits grecs à Venise au xvie s. », in M. F. Tiepolo & E. Tonetti (éd.), I Greci a Venezia, Venezia, 2002, p. 477-478.

[5] Voir Ch. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, Paris, 1880, p. 289.

[6] Voir Ch. Graux, Essai sur les origines du fonds grec de l’Escurial, Paris, 1880, p. 287-297 ; L. Schmidt, « A. Darmarius. Ein Beitrag zur Handschriftenkunde des 16. Jahrhunderts », ZBW 3 (1886), p. 129-136 ; et O. Kresten, « Der Schreiber und Handschrifhändler A. Darmarios. Eine biographische Skizze » (1968), in D. Harlfinger (éd.), Griechische Kodikologie und Textüberlieferung, Darmstadt, 1980, p. 406-419, d’après sa thèse inédite (Der Schreiber A. Darmarios. Eine kodikologisch-paläographische Studie, Wien, 1967).

[7] Voir les notices Ἀνδρέας Δαρμάριος dans les volumes parus du Repertorium der griechischen Kopisten (Wien,   depuis 1981), ainsi que M. Vogel & V. Gardthausen, « Ἀ. Νταρμάριος », Die griechischen Schreiber des Mittelalters und der Renaissance, Leipzig, 1909, p. 16-27 ; O. Kresten, « Statistische Methoden der Kodikologie bei der Datierung von griechischen Handschriften der Spätrenaissance », RhM 14 (1972), p. 44-47 ; A. Karpozilos, « The Yale University Manuscripts of A. Darmarius », Hellenika 26 (1973), p. 67-71 ; O. Kresten, « Die Handschriftenproduktion des A. Darmarios im Jahre 1564 », JÖB 24 (1975), p. 147-193 ; P. Fuentes González, « A. Darmario, copista en Granada de Alejandro de Afrodisíade », BHR 61 (1999), p. 719-728 ; D. Harlfinger & Á. Escobar, « Los códices griegos del Archivo de Torre do Tombo en Lisboa : nuovos datos en torno a la producción darmariana », Euphrosyne 36 (2008), p. 367-384 ; et E. Elia, Libri greci nella Biblioteca Nazionale Universitario di Torino. I manoscritti di A. Darmarios, Alessandria, 2014.

[8] Voir A. Bravo Garcia, « Once more on Darmario’s Collaborators », in N. Oikonomides (ed.), The greek script in the 15th and 16th centuries, Athens, 2000, p. 193-213 ; Á. Escobar, « Hacia un repertorio de copistas anonimos del teller darmariano », in M. D’Agostino & P. Degni (ed.), Alethes Philia, Spoleto, 2010, p. 389-399 ; A. Pia Carolla, « Nuovi manoscritti di Giacomo Episcopopulo. Saggio di un’indagine su alcuni collaboratori di A. Darmario », in A. Bravo Garcia, I. Pérez Martin & J. Signes Codoner (ed.), The Legacy of B. de Montfaucon, Turnhout, 2010, p. 243-255 et p. 809-814.

[9] Voir V. Lundström, « Studien zu spätgriechischen und byzantinischen Chroniken », Eranos 1 (1896), p. 150-168 ; G. Pasquali, « La così detta Metafisica di Erennio e A. Darmario », dans Xenia Romana, Roma-Milano, 1907, p. 23-27 ; R. Browning, « The So-Called Tzetzes Scholia on Philostratus and A. Darmarios », CQ 5 (1955), p. 195-200 ; O. Kresten, « A. Darmarios und die handschriftliche Überlieferung des Pseudo-Julios Polydeukes », JÖB 18 (1969), p. 137-165 ; O. Kresten, « A. Darmarios und die Erotapokriseis des Pseudo-Kaisarios », in R. Riedinger (ed.), Pseudo-Kaisarios. Überlieferungsgeschichte une Verfasserfrage, München, 1969, p. 78-92 ; O. Kresten, « Phantomgestalten in der byzantinischen Literaturgeschichte. Zu vier Titelfälschungen des 16. Jahrhunderts », JÖB 25 (1976), p. 213-222 ; L. Leverenz & D. F. Jackson, « The Sources of Beinecke Ms. 269 », RHT 22 (1992), p. 289-291 ; M. L. Sosower, « A Forger Revisited : A. Darmarios and Beinecke 269 », JÖB 43 (1993), p. 289-306 ; L. Leverenz, « Four Manuscripts of Unattached Scholia on Oppian’s Halieutica by A. Darmarios », GRBS 36 (1995), p. 101-114 ; L. Leverenz, « Two Darmarios Manuscripts of Scholia on Oppian’s Halieutica », RhM 142 (1999), p. 345-358 ; T. Martínez Manzano, « Otra falsificación darmariana », Helmantica 57 (2006), p. 63-75 ; T. Martínez Manzano, « Die Aufenthalte des A. Darmarios in Madrid und Salamanca und ihre Bedeutung für die Recensio der Philostrat- und Oppianscholien », RhM 151 (2008), p. 400-424 ; E. Juhász, A Húsvéti krónika új kritikai kiadásának elókészületei (Prolegomena), ókortudományi Kutatócsoport, 2013 ; E. Juhász, « Scelus nomine A. Darmarius scriptor et veterator nequissimus », in L. Horváth (ed.), Investigatio fontium, Budapest, 2014, p. 107-116 ; E. Juhász, « Die Abschriften des 16. Chronicon Paschale », in E. Juhász (ed.), Byzanz ii, Budapest, 2014, p. 45-51 ; et E. Elia, « Die Methoden eines Kopisten des 16. Jahrhunderts und die Abschriften des Chronicon Paschale », in E. Juhász (ed.), Byzanz iv, Budapest, 2016, p. 149-161.

[10] Ch. Graux, « Rapport sur les manuscrits grecs de Copenhague » (1880), Les articles originaux, Paris, 1893, p. 274, n. 3.

[11] H. Gerstringer, Die Briefe des J. Sambucus [1554-1584], Wien, Böhlaus, 1968, p. 119 ; voir aussi G. Almási & F. Gábor Kiss, Humanistes du bassin des Carpates ii, Turnhout, Brepols, 2014, p. 125, n. 623.

[12] Voir surtout É. Legrand, « A. Darmarius à Tubingue, en 1584 », dans Recueil de textes et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes, Paris, 1889, p. 245-257 ; B. A. Mystakidis, « Μαρτινος ο Κρουσιοσ και Ανδρεας Δαρμαριος ο Επιδαυριος εν Τυβιγγηι 1584 », dans Forschungen und Versuche zur Geschichte des Mittelalters und der Neuzeit, Iena, 1915, p. 499-530 ; G. De Andrés, « Una venta desconocida de códices griegos hecha por A. Darmario en España en 1587 », La Ciudad de Dios 178 (1965), p. 118-127 ; O. Kresten, « Der Schreiber und Handschrifhändler A. Darmarios » (1968), in D. Harlfinger (éd.), Griechische Kodikologie und Textüberlieferung, Darmstadt, 1980, p. 409-411 ; G. De Andrés, « Una venta de códices griegos de A. Darmarius en Marid en 1571 », Emerita 49/1 (1981), p. 365-375 ; & K. Hajdú, « A. Darmarios in München ? Über einen Handschriftenverkauf an die Herzogliche Bibliothek », Bibliotheksforum Bayern 22 (1994), p. 118-128.

Dora Falusi : Le grec ancien en Hongrie, une petite histoire

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article trois.

[Dora Falusi, étudiante hongroise, mariée, mère d’un enfant, a été stagiaire ERASMUS à l’association Connaissance Hellénique à Aix-en-Provence pendant l’automne 2019. Nous avons apprécié sa disponibilité et sa gentillesse. Elle nous fait connaître dans cet article les soubresauts de l’hellénisme hongrois depuis, disons, deux siècles.

Il ne sera donc pas question des grands humanistes de la Renaissance comme Janus Pannonius  ou Joannes Sambucus. Signalons aussi que P. Fermi a consacré un article à l’helléniste franco-hongrois György Dobó ou Georges Devereux (Connaissance hellénique, n°107, 2006, p. 72-77) http://patrick.fermi.free.fr/dvrluknos.htm]

 

Karoly Kerenyi et Vaum Gillmor en 1963

 

LA CONNAISSANCE DU GREC ANCIEN EN HONGRIE 

                                                     

              Avant la conquête hongroise du 9ème siècle, le Bassin des Carpates appartenait à la sphère byzantino-slave. Par la suite, la culture hongroise devint partie prenante de la culture de l’Europe occidentale avec l’utilisation du latin. Au 12ème siècle, les correspondants byzantins traitaient les Hongrois comme les membres les plus orientaux de la communauté culturelle latino-occidentale.

Jusqu’en 1841, la langue de la politique et du droit, et jusqu’en 1844, la langue d’enseignement était le latin. Le hongrois ne devint la langue officielle qu’après la Réforme.[1] A cette époque, la connaissance du grec ancien faisait partie de l’éducation nationale, mais de façon moindre qu’auparavant, et particulièrement parmi les gens d’Eglise. Le premier livre traduit (en partie) du grec en hongrois fut la Bible de Vizsoly, publiée en 1590 par le traducteur Gáspár Károli et d’autres qui utilisaient à la fois la Septante et la Vulgate comme sources.             

La scolarité obligatoire a été introduite en Hongrie en 1868. A cette époque, l’école populaire élémentaire constituait la base de l’éducation et à l’âge de 10 ans, les enfants devaient décider de poursuivre leurs études. La majorité des élèves, issus de la société paysanne, après avoir terminé leurs études dans ces écoles, commençaient le travail. Les enfants des villes (environ 15% des élèves) étaient inscrits dans les collèges et devenaient employés dans l’industrie et le commerce. Les enfants de la bourgeoisie et de l’aristocratie (10% des étudiants) allaient au lycée où il y avait un enseignement obligatoire de grec ancien. Il faisait donc partie de l’éducation de l’élite sociale hongroise.             

L’enseignement universitaire du grec ancien a commencé pour la première fois à l’Université de Pest (maintenant l’Université Eötvös Loránd) dans les années qui ont suivi sa fondation, après 1635. Au 18ème siècle, ce fut János Lajos Schedius[2] qui rédigea le premier manuel universitaire hongrois d’apprentissage du grec ancien après avoir obtenu son diplôme de l’Université de Göttingen. Par-delà la linguistique, Schedius écrivit des monographies sur l’histoire et la littérature anciennes. Le premier département grec fut fondé là par Iván Télfy en 1852 et, en 1874, le département de philologie classique vit le jour. Ses membres furent relativement actifs dans le traitement de la langue grecque antique. L’Académie hongroise des Sciences publia des traductions hongroises du grec dès 1833, puis créa en 1883 un comité de philologie classique. Il commença par publier une série littéraire bilingue (les textes grecs ou latins et hongrois) intitulée Grands écrivains grecs et latins.[3] Le Bulletin Philologique Universel[4] (Archivum Philologicum) fut créé en 1877 dans le but initial de publier des traductions de textes linguistiques, historiques et littéraires grecs et latins.             

Sous l’influence de l’absolutisme éclairé, à la fin du 18ème siècle, l’État avait centralisé l’éducation[5] dans l’Empire des Habsbourg[6], qui était auparavant sous le contrôle des Églises. En conséquence, à la fin du 19ème siècle, le rôle du grec ancien vis-à-vis du latin fut considérablement réduit et son enseignement obligatoire fut supprimé. L’enjeu idéologique était de savoir quelle culture dominerait dans l’État-nation[7] hongrois et l’élite sociale. Selon le « parti grec », lire et interpréter les classiques grecs anciens était un devoir moral fondamental de la société. En revanche, les libéraux soutenaient que la morale antique (faisant référence à la vie quotidienne dans la démocratie athénienne, en particulier à l’homosexualité) était fondamentalement en contradiction avec la morale chrétienne européenne. En dépit de la protestation de l’Église, l’enseignement secondaire obligatoire du grec ancien fut aboli en 1885. Il devint facultatif et, à partir de 1890 : il était possible de passer le baccalauréat sans ce cours. L’Église catholique vécut cela comme un déclin moral.             

Au début du 20ème siècle, la plupart des étudiants hongrois étaient diplômés de droit, de théologie ou d’arts libéraux. Cependant, à cause des changements économiques, les gens de l’époque demandèrent une réforme des écoles secondaires, et par là même, des lycées classiques, qui représentaient la culture humaniste : ces écoles ne répondaient plus aux nouvelles exigences. Pour y remédier, l’Etat introduisit une réforme de l’éducation en 1924, laissant le lycée humaniste à l’élite sociale classique, où l’éducation grecque redevint obligatoire. Il était possible d’apprendre le grec aussi dans les écoles secondaires mais ce n’était pas obligatoire. A travers les lycées, la langue grecque ancienne fit de nouveau partie de l’éducation de l’élite sociale. L’Institut de Philologie grecque et latine fut créé à l’Université de Szeged en 1921 et, en 1926, il devint l’Institut de Philologie classique. Cependant, malgré la publication d’ouvrages comme la Métaphysique d’Aristote en hongrois par le Comité de Philosophie de l’Académie hongroise des Sciences en 1936, il n’existait toujours pas de dictionnaire grec-hongrois et latin-hongrois, ni de résumé historique de toute la littérature grecque et romaine en hongrois.              

Après la seconde Guerre mondiale, la Hongrie entra dans la zone d’occupation de l’Union Soviétique. Une dictature totalitaire stalinienne fut créée sous la direction de Mátyás Rákosi (la période de 1945 à 1956 s’appelle l’ère Rákosi). Suivant l’exemple stalinien, Rákosi appliqua la propagande idéologique de façon intensive. Il s’agissait moins d’une tentative de persuader que de réprimer socialement. Dans les années suivantes, le Parti Communiste centralisa tout pouvoir. Le système scolaire fut radicalement repensé en 1945 pour donner aux enfants des classes sociales inférieures davantage de possibilités de promotion sociale. Le Parti se servit de l’école pour transformer l’ensemble de la société. L’objectif du système était de créer une nouvelle élite sociale basée sur le peuple communiste, telle que décrite dans le programme du Parti Communiste de l’Union Soviétique.[8] Les professeurs pouvaient enseigner seulement avec les manuels approuvés par le Parti. A cette époque, le latin était inclus dans les matières du lycée, mais ce n’était plus le cas du grec, parce que l’éducation classique, réputée élitiste, était désormais considérée comme contraire à la classe populaire. La politique luttait consciemment contre „l’idéologie bourgeoise”, l’éducation tentait d’éliminer la ségrégation culturelle, non pas en élargissant à tous l’enseignement des langues et du savoir classiques, mais en les éliminant.              À la fin des années 1940, le seul obstacle à la pleine puissance du Parti était l’Église catholique. C’est pourquoi, en 1948, la nationalisation des écoles fut entamée. Seuls les professeurs issus d’un univers athée et marxiste-léniniste pouvaient enseigner. L’année suivante, l’éducation religieuse fut également interdite, mais l’enseignement du russe devint obligatoire pour tous les types d’écoles. Le latin et le grec ancien furent complètement supprimés des écoles secondaires.              

Dans le même temps, l’industrialisation forcée du pays commença. Cela nécessitait de nombreux travailleurs qualifiés et davantage de diplômés (principalement des ingénieurs et des enseignants). À cette fin, les examens d’entrée à l’université furent introduits en 1950 pour attirer autant d’étudiants que possible de la classe ouvrière. Ainsi, leur part passa de 3-4% à 30-35%. En lieu et place des langues classiques, ce furent les mathématiques, les sciences et les écoles polytechniques qui firent leur apparition dans le nouveau système d’enseignement.             

Le système Rákosi prit fin avec la révolution de 1956, lorsque le peuple hongrois se souleva contre le terrorisme d’Etat et l’occupation soviétique. La révolution fut matée par les Russes après quelques mois de violents combats urbains.              

Par la suite, János Kádár fut nommé par les Russes à la tête de la Hongrie (ce fut l’époque de Kádár entre 1957 et 1989), qui choisit la forme de persuasion idéologique la plus fructueuse et la moins conflictuelle. La grande leçon qu’on retenait de la révolution de 1956 était que le niveau de vie ne devait pas baisser afin que la société ne s’oppose pas au système dictatorial. C’est pourquoi il était important de maintenir un niveau de vie élevé par rapport aux autres pays communistes, même lorsque cela n’était possible que par des importations. La période de la Hongrie entre 1962 et 1989 est également appelée „communisme du goulash“, ou „socialisme du goulash“,[9] parce que le pays était caractérisé par une relative prospérité par rapport aux autres pays socialistes. Ceux qui ne s’opposaient pas au pouvoir pouvaient vivre en paix. Selon la presse occidentale, la Hongrie était dans cette époque „la caserne la plus joyeuse“ du „camp socialiste“. L’élite sociale changea, et dans les années 1980, la Hongrie afficha le plus faible taux d’étudiants universitaires en Europe.[10]             

L’apprentissage de la langue grecque ancienne ne faisait plus partie de l’éducation de base et n’était le fait que d’un petit groupe d’intellectuels universitaires. À l’Université de Szeged, le département de grec et de latin se scinda en 1946 et fut renommé en 1957 département de philologie classique. Les départements de philologie latine et de philologie grecque de l’Université de Eötvös Lóránd qui avaient fusionné en 1967 se scindèrent en 1971. Les domaines de recherche universitaire typiques de ces années étaient la recherche des racines grecques et latines de la langue hongroise. En 1958, la Société hongroise pour la Science antique fut fondée. Elle organisa des conférences scientifiques et publia des périodiques sous le nom Les Etudes Antiques entre 1954 et 2004. En philologie classique, l’homme le plus remarquable de l’époque fut Gyula Moravcsik.[11] Il écrivit régulièrement dans des revues internationales entre 1929 et 1965 dans le domaine des études byzantines hongroises. Il donna à ses étudiants la possibilité de faire paraître leurs travaux dans les publications qu’il éditait. Au début des années 1960, il envoya plusieurs de ses étudiants en RDA pour des voyages d’étude et des conférences. Il convient également de mentionner le philologue classique Károly Kerényi, qui travailla dans les études religieuses gréco-romaines et inspira plus tard le professeur italien Furio Jesi.             

Le changement le plus important dans l’éducation (avant le changement de régime) se produisit en 1985 : la loi sur l’éducation exigea alors explicitement que tout le monde soit scolarisé jusqu’à l’âge de 16 ans, et déclara que les écoles étaient autonomes sur le plan professionnel et pouvaient développer leur propre système pédagogique.                                       

Depuis le changement de régime en 1989, tout le système scolaire a changé. Les municipalités et les Eglises ont recouvré leurs écoles. Des fondations et des écoles privées ont été créées. Dans l’éducation, les forces politiques libérales cherchent généralement à renforcer l’autonomie des établissements scolaires, alors que les politiciens conservateurs s’efforcent de renforcer le contrôle de l’État. Néanmoins, quelle que soit la politique adoptée, il y a désormais de nombreux groupes de recherche sur les langues classiques (grec, latin) et leur apprentissage est devenu plus accessible, du secondaire au doctorat. 

Dóra Falusi,

Aix-en-Provence, le 15 octobre 2019

 

 BIBLIOGRAPHIE  

Péter HAJDÚ : Az ókori irodalmi műveltség kiszorulásának lépései. in : Műveltség, 2004/2, p.233-246

Attila HORVÁTH : A szovjet típusú diktatúra oktatáspolitikája Magyarországon in : Polgári Szemle, 2006/12, 1-3. Source : https://polgariszemle.hu/archivum/103-2016-augusztus-12-evfolyam-1-3-szam/allam-es-tarsadalompolitika/742-a-szovjet-tipusu-diktatura-oktataspolitikaja-magyarorszagon Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi

Ödön LÉNÁRD : Erő az erőtlenségben. Kairosz Kiadó, Budapest, 2008, p. 13.

Károly MARÓT : A klasszika-filológia mai állása Magyarországon in : Szellem és Élet 6/1-2, 1943, p. 51-71.

Károly MARÓT : A klasszika-filológia válsága, Széphalom, 1928, p. 37-44.

András NÉMETH : A modern magyar iskolarendszer kialakulása a nemzetközi intézményfejlõdési és recepciós folyamatok tükrében. Source : https://www.researchgate.net/publication/284899672_A_modern_magyar_iskolarendszer_kialakulasa_a_nemzetkozi_intezmenyfejlodesi_es_recepcios_folyamatok_tukreben_Osszehasonlito_intezmenytorteneti_elemzes Dernier téléchargement le 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Béla TOMKA : Európa társadalomtörténete a 20. században. Osiris Kiadó, Budapest, 2009.

NOTES

[1] L’État-nation hongrois a évolué pendant la période de la Réforme (en hongrois Reformkor) entre 1825-1848. A cette époque, sur la trace des États d’Europe occidentale (principalement l’Angleterre et la France), les processus d’innovation et de modernisation commencèrent dans la société hongroise aussi.

[2] Il a vécu entre 1768 et 1847.

[3] En hongrois Görög és latin remekírók. Entre 1885 et 1942, 24 auteurs au total sont apparus dans la série. Ce furent les traductions de 25 œuvres. Depuis lors aucune autre traduction n’a été réalisée.

[4] Série littéraire de 1877 et 1945.

[5] La reine Marie-Thérèse a publié en 1777 la loi de ratione educationis.

[6] À partir de 1526, le Royaume hongrois fit partie de l’Empire des Habsbourg.

[7] Les Hongrois conclurent un accord avec les Habsbourg en 1867 (c’était en hongrois Kiegyezés) et à partir de ce moment-là, ils dirigèrent l’Etat avec eux sous le nom de Monarchie austro-hongroise jusqu’à sa dissolution en 1918.

 

[8] En 1972, l’idéologie marxiste-léniniste, comme vision officielle du pays, a été incluse dans la Constitution hongroise.

[9] Le goulash est un plat typiquement hongrois, facile à préparer et pas cher : une soupe à la viande et aux pommes de terre.

[10] Ensemble avec Romani et Albani. in : Béla TOMK : Európa társadalomtörténete a 20. században. Osiris Kiadó, Budapest, 2009. p.459.

[10] Il a vécu entre 1892 et 1972. Il a écrit plusieurs de ses études en français, par exemple : L’état et les tâches de la byzantinologie 1955. Dans la bibliographie de Manuscrits grecs II, par Gérard Garitte. p.139. Source : https://www.persee.fr/doc/scrip_0036-9772_1958_num_12_1_2967 Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Moravcsik est encore mentionné par Mátyás GYÓNI : Les études byzantines en Hongrie pendant la guerre 1939-1945. Source : https://www.persee.fr/doc/rebyz_0766-5598_1947_num_5_1_959 Dernier téléchargement : 10 octobre 2019 par Dora Falusi.

Henri Tonnet : le grec moderne est du grec ancien évolué !

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article deux.

Le grec moderne ressemble-t-il au grec ancien ?

 

Yannis Psycharis, portrait  (wikicommons)

« Le grec moderne ressemble-t-il au grec ancien ? » Cette question m’était souvent posée au début de ma carrière de néo-helléniste. À cette époque, beaucoup de gens avaient des notions de grec ancien et l’on en voyait certains « se mettre au grec moderne », prenant ainsi le risque, croyait-on, de « gâter leur grec ancien ».

Le temps a passé et les hellénistes se sont faits plus rares, mais la question se pose encore, au moins sur le plan théorique. C’est une question assez complexe qui demanderait de plus amples développements que les quelques points que je touche dans ce court article.

Disons tout de suite qu’il y a deux façons d’aborder cette question : une façon impressionniste et idéologiquement chargée et une manière plus scientifique, historique en l’occurrence.

Les opinions les plus péremptoires et les moins justifiées étaient autrefois exprimées sur deux points : la prononciation et le lexique du grec moderne. Certains affirmaient en Grèce que la prononciation érasmienne était une création artificielle, voire une supercherie, et que le grec ancien classique se prononçait exactement comme le grec d’aujourd’hui. Il n’en est évidemment rien. Inversement il est manifeste que la prononciation scolaire française n’a que très peu de rapport avec la prononciation au grec au Ve siècle avant J.-C. La confusion systématique des occlusives avec les aspirées (κ = χ, τ = θ) ou des aspirées avec les spirantes (φ = f), l’impossibilité de prononcer les voyelles longues accentuées sur leur premier ou leur deuxième temps de brève (ῆ et ή rendus indifféremment par [ε] isochrone), le mélange des timbres de ω et o (le ω prononcé fermé alors qu’il était ouvert), la prononciation « à la française » des digrammes αυ et ευ rendus par [o] et [ö] et le mépris de l’accentuation, non seulement dans sa réalité musicale mais même dans la distinction des syllabes accentuées, tout cela fait de la prononciation usuelle dans notre pays un phénomène sonore bizarre pour les Grecs d’aujourd’hui et probablement aussi pour ceux de l’Antiquité, s’ils pouvaient l’entendre.

Quant au lexique du grec moderne d’aujourd’hui, il constitue un argument supposé très fort pour les Grecs souhaitant prouver que leur langue est, au moins pour son vocabulaire, semblable au grec ancien. Et c’est un fait que presque toutes les racines du grec ancien et beaucoup de ses mots sont présents dans le grec actuel. Il suffit pour s’en persuader de consulter un dictionnaire du grec moderne.

Il faut cependant ajouter deux choses. Cette abondance de mots grecs anciens ou « à la grecque » (c’est-à-dire formés à l’ancienne avec des éléments anciens) dans le grec d’aujourd’hui n’est pas dû à la survie ininterrompue à travers les siècles de tout le lexique grec ancien ; elle provient de la « ré-hellénisation » du grec à partir de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’à aujourd’hui. On doit pourtant admettre que ce grec ancien très abondamment réinjecté dans le grec écrit et parlé, contrairement au latin que l’on ne peut pas mêler tel quel au français, ne donne pas à la langue un aspect hétéroclite. Il faut simplement être conscient que le signifié de ces mots antiques est entièrement moderne. Le grec moderne est, tout comme l’hébreu moderne, une langue moderne dont les signifiants sont des mots anciens.

À ne considérer que son vocabulaire, on peut dire qu’une langue qui peut se ré-alimenter à ses sources antiques, sans que cela se voie et se sente, est une variante moderne de sa source ancienne. Le grec moderne est, au point de vue lexical, parfaitement compatible avec le grec ancien.

 

Le grec d’aujourd’hui est surtout l’héritier du grec d’époque romaine

 

Si l’on reprend la question de la prononciation dans une perspective historique et si l’on veut bien penser à ce qu’est pour nous « le grec ancien », on s’aperçoit que les choses sont moins simples que ce que l’on croit d’abord.

La prononciation actuelle est pratiquement en place au IIe siècle après J.-C., les dernières étapes de l’évolution du vocalisme étant le passage du son [ü] à [i] au IXe siècle et l’ultime aventure du consonantisme étant la dissimilation des consonnes au contact : κτ > χτ, χθ > χτ, πτ > φτ, φθ > φτ, vers le XIVe siècle. Mais les changements essentiels dans la prononciation ont eu lieu à l’époque hellénistique et au début de l’époque romaine. Et l’on a pu dire avec vraisemblance que si Périclès était revenu à Athènes à l’époque de l’empereur Hadrien, il n’aurait pas compris ce qui se disait autour de lui.

Il faut ajouter que dans le grec d’aujourd’hui, qui doit tant à la langue purifiée, existe une sorte de purisme de la prononciation qui annihile, pour certains mots et certaines formes, certains phénomènes de la prononciation « médiévale » du grec. Je prends deux exemples : la réduction des voyelles en hiatus appelée « synizèse » (-ια prononcé [ja]) et la dissimilation des consonnes au contact. L’introduction massive de vocabulaire grec ancien a limité l’existence de la « synizèse » dans le vocabulaire actuel du grec standard. On ne dit plus, par exemple, λευτεριά mais ελευθερία. Cette différence de prononciation apporte, du reste, un intéressant enrichissement à la langue : on distingue par la prononciation l’adjectif au féminin άδεια [áδja] « vide » du substantif άδεια [áδia] « permission ». Quant à la dissimilation des consonnes, elle ne concerne que les mots du fond ancien qui ont survécu ; les mots « réintroduits » ne l’observent pas dans la langue « correcte ». On dit χτυπάω « je frappe » et l’on doit dire αντίκτυπος « contrecoup ».

Si l’on veut bien admettre que les œuvres de Plutarque et de Lucien sont écrites en grec « ancien », on considèrera que la prononciation actuelle du grec, tout en étant très différente de celle du grec classique du Ve siècle avant J.-C., ne diffère guère de celle du grec d’époque romaine.

 

Il est une catégorie grammaticale où incontestablement le grec moderne diffère profondément du grec classique, c’est celle des particules (μόρια). Le grec de Platon, par exemple, était d’une infinie richesse dans ce domaine. On y voyait pleinement, grâce à la combinaison des particules, l’élégance et la subtilité de la langue athénienne de la bonne époque. En revanche, le grec moderne est dans ce domaine d’une très grande pauvreté. Les particules logiques γάρ et δέ ayant disparu – cette dernière étant parfois artificiellement réintroduite dans des formules stéréotypées comme ο μεν… ο δε, άλλος μεν… άλλος δε, mais ne fonctionnant pas librement – il est impossible en grec de traduire le français « or » et très difficile de rendre « en effet » (πράγματι ?). Mais pour être juste, il faut remarquer que le jeu des particules s’était déjà très considérablement appauvri à l’époque romaine ; il suffit pour s’en rendre compte de lire les Évangiles. Une fois de plus, on peut dire que le grec d’aujourd’hui est surtout l’héritier du grec d’époque romaine.

 

« Le changement dans la continuité »

 

Dans trois domaines apparaît un phénomène essentiel pour le sujet qui nous occupe et qu’on peut appeler « le changement dans la continuité ». Il s’agit de la morphologie nominale et verbale, de l’accentuation et de l’ordre des mots.

Malgré le mouvement de retour à la langue parlée, le « démoticisme », la morphologie nominale du grec standardisé officiel apparaît comme en partie archaïque. La Grammaire (1941) de Manolis Triantaphyllidis, qui sert de référence à l’enseignement, ne décrit pas seulement une forme systématisée de la langue parlée populaire, ce qui était l’ambition du père du démotique, Yannis Psycharis (1854-1929). Elle repose aussi sur un compromis entre le grec populaire et la pratique urbaine du début du XXe siècle, laquelle était largement influencée par la langue purifiée.

En dehors de la disparition du datif, l’histoire de la langue populaire présente une tendance très forte à ne conserver que deux des trois déclinaisons nominales du grec ancien, celle des thématiques en -α (la première) et celle des thématiques en -o/-ε (la deuxième), alors que celle des athématiques (troisième déclinaison) était condamnée à disparaître. Cette simplification a pu avoir lieu grâce la prolifération des neutres en -ιον devenus neutres en -ι (παιδί-παιδιού remplaçant παῖς, παιδός) et la transformation morphologique appelée « métaplasme » permettant le passage de beaucoup de noms de la 3e déclinaison à la 1e déclinaison en partant de l’accusatif singulier (μητέρα, décliné comme ἡμέρα, remplaçant μήτηρ et πατέρας, décliné comme νεανίας, remplaçant πατήρ).

Mais la morphologie actuelle systématisée par Triantaphyllidis réintègre un bon nombre d’athématiques neutres (catégorie des -μα, -ματος et des -ος, -ους) ainsi que des masculins en -έας < εύς et des féminins en -ση < σις ; cette dernière catégorie ne suit actuellement l’ancienne troisième déclinaison qu’au pluriel, avec des désinences en -εις, et en -εων.

Comme dans tous les secteurs de la langue, cette greffe du grec ancien sur le grec moderne a très bien pris, les locuteurs ne se trompant que rarement dans les déclinaisons d’origine archaïque.

C’est évidemment le verbe qui présente le plus de traits de modernisme. Mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il conserve aussi une des caractéristiques les plus fondamentales du verbe grec ancien.

On est d’abord frappé par l’extrême simplification du système des modes. L’optatif avait disparu au début de l’ère chrétienne, l’infinitif était destiné à le suivre vers le Xe siècle après J.-C. On peut se demander si le subjonctif ancien subsiste, car en raison du passage de η à [i] au IIe siècle après J.-C., il n’a plus de désinences spécifiques. Sous sa forme néo-hellénique, le subjonctif, précédé d’un morphème qui peut être une conjonction (αν, όταν) ou une particule (να, ας, θα), exprime l’éventuel et remplace le futur ancien disparu à l’époque romaine. Le conditionnel n’avait jamais existé en grec ancien. On y suppléait par une combinaison de l’optatif ou de l’imparfait avec la particule ἄν. Le grec de la fin de l’Antiquité, du Moyen Âge et des temps modernes jusqu’au XVIIe siècle a exprimé le conditionnel par l’imparfait ou une combinaison du verbe « vouloir » à l’imparfait (ήθελον/ήθελα) suivi de l’infinitif. Par la suite, ont été créés, peut-être à l’imitation du français, un conditionnel moderne avec θα et l’imparfait et un passé composé (έχω plus participe ou infinitif) à valeur de parfait. Malgré la préservation des désinences personnelles, le système verbal apparaît comme plutôt moderne.

Et pourtant il existe dans le verbe grec moderne, à l’exception du dialecte pontique, une particularité – difficile à maîtriser pour les étrangers – venue de la structure du verbe ancien. C’est l’opposition entre l’aspect verbal synoptique improprement appelé « momentané » (exprimé par le radical d’aoriste) et l’aspect « cursif » ou « continu » (rendu par le radical de présent, souvent refait en grec moderne par l’adjonction d’un infixe -ν- ; cf. grec ancien, φέρω-ἤνεγκον / grec moderne φέρνω-έφερα). Cette opposition apparaît aux deux « temps » du verbe : le présent/futur (désinences -ω, -εις, -ει etc.) et le passé (désinences -α, -ες, -ε etc.).

On commence à prendre conscience de l’importance de l’aspect verbal en grec ancien et de son fonctionnement un peu différent de ce qui se passe en grec moderne.

Avec l’opposition d’aspect, le verbe grec moderne conserve une structure profonde du grec ancien. Il en étend même l’usage au temps futur. Il oppose ainsi, au mode indicatif, au « cursif » (μαθαίνω « j’apprends » et μάθαινα « j’apprenais ») le « synoptique » (έμαθα, « j’appris », « j’ai appris ») et, au mode subjonctif, au « cursif » (να μαθαίνω « que j’apprenne régulièrement », θα μαθαίνω « j’apprendrai régulièrement ») le « synoptique » (να μάθω « que j’apprenne une bonne fois », θα μάθω « j’apprendrai une bonne fois »). Dans ma traduction, une bonne fois, veut rendre le caractère pas forcément unique mais nécessairement achevé de l’action à l’aspect « synoptique ».

Le changement dans la réalisation de l’accentuation et la conservation de la place des accents premiers présente de la façon la plus nette cette remarquable persistance des structures de base à travers une évolution d’ensemble. En grec ancien, l’accentuation était intimement liée à la prosodie, c’est-à-dire à l’opposition entre les voyelles ou diphtongues longues et les voyelles brèves. Sa réalisation était entièrement, ou presque entièrement, musicale. Il ne s’agissait pas d’accents d’intensité mais de tons. En somme, le grec ancien se chantait. Et les oppositions métriques ne se superposaient pas à la place de l’accent. Une voyelle accentuée n’était pas obligatoirement longue, ce qui est le cas en grec moderne.

Le passage à l’accentuation d’intensité à l’époque hellénistique a changé radicalement la musique de la langue. Mais, et c’est cela qui est remarquable, la place des accents n’a pas varié. En dehors des phénomènes phonétiques dus à la synizèse, en particulier dans les formes verbales (cf. l’aoriste μετάνιωσα « j’ai regretté » qui reste proparoxyton pour l’oreille), on n’observe presque pas de réfections accentuelles (cf. cependant l’adjectif στρογγύλος « rond » devenu στρογγυλός par analogie et δίκελλα « binette » accentué δικέλλα, parce que la finale néo-hellénique -λα est tenue pour « longue »).

Bien sûr, les déplacements de l’accent dans le nom en cours de flexion en fonction des anciennes quantités (-ου, -ους, -ων étaient anciennement longs) ne sont pas des réalités linguistiques vivantes senties par le locuteur ; ils proviennent d’une tradition enseignée. Ils entraînent, du reste, des distinction lexicales subtiles entre les noms helléniques où la descente de l’accent doit se faire (ο σίδηρος, του σιδήρου) et les noms néo-helléniques où elle ne se fait pas (το σίδερο, του σίδερου).

Le dernier point sur lequel le grec moderne diffère profondément du grec ancien, c’est celui de l’ordre obligatoire de certains mots. Là encore, il faut souligner que la langue d’aujourd’hui poursuit et achève une tendance du grec de toutes les époques. Dès le grec ancien, l’ordre des mots n’était pas entièrement libre. Cela concerne surtout les clitiques (enclitiques et proclitiques) qui n’ont pas d’autonomie accentuelle. Dès l’origine, l’article défini était nécessairement placé devant le nom et l’ordre des mots dans le groupe article démonstratif et nom était déterminé (ὁ ἄνθρωπος οὗτος ou οὗτος ὁ ἄνθρωπος mais jamais *ὁ οὗτος ἄνθρωπος). Vers le dixième siècle de notre ère, la formation de pronoms personnels monosyllabiques de formes faibles à toutes les personnes (του, της, μας, σας, τους, τις/τες, τα, των), la création de la négation δεν tirée de οὐδέν et la transformation en morphème verbal proclitique de να issu de ἵνα ont entraîné la création de groupes rythmiques verbaux où la place des mots est strictement établie. Cette situation s’est poursuivie avec la création de l’auxiliaire de futur θενά > θα dont la place est aussi assignée. Aujourd’hui l’ordre des monosyllabes dans le groupe verbal est fixé. On dira να μην της το πεις « ne le lui dis pas (à elle) » et δεν θα της το πω « je ne le lui dirai pas (à elle) ». Cet ordre obligatoire s’observe aussi dans une langue moderne comme le français.

Malgré tout, les groupes de mots apparaissent dans la phrase sans contrainte stricte. On remarque seulement que les compléments directs ont tendance à suivre les compléments indirects. Malgré la disparition du datif et beaucoup d’amalgames de désinences (dans les féminins en particulier), la langue grecque moderne reste une langue flexionnelle. Elle reste sur ce point l’héritière du grec ancien.

 

Le grec moderne reste une forme évoluée du grec ancien

 

Je conclurai que le grec moderne, en lui-même et sans tenir compte de la très forte archaïsation dont il a fait l’objet au niveau du lexique et d’une partie de la morphologie nominale, reste une forme évoluée du grec ancien. Il poursuit en les modernisant les tendances profondes de la langue ancienne : maintien des oppositions phonologiques malgré la simplification du vocalisme et la spirantisation des anciennes sonores et aspirées, maintien des opposition aspectuelles dans le verbe malgré une certaine simplification du système, maintien de la place des accents premiers (en fonction de la formation des mots, ce qui permet d’accentuer à coup sûr les noms nouveaux) malgré la disparition de la prosodie et le remplacement des tons par des accents d’intensité.

Le grec a beaucoup changé tout en conservant ses structures essentielles. C’est ce qui explique le remarquable phénomène de feed-back rendant possible sa profonde réhellénisation, essentiellement lexicale. Ce phénomène a entraîné à son tour la restauration partielle de la troisième déclinaison qui accueillait tant de noms verbaux en -μα et en -σις nécessaires à la pensée abstraite moderne.

Tel qu’il est aujourd’hui, le grec est historiquement une langue essentiellement mixte, antique et moderne à la fois. Mais de cela le locuteur natif n’a aucune conscience spontanée. La vigueur des structures maintenues à travers les siècles a ressuscité sans difficulté les éléments morts que la langue a incorporés. Le grec moderne ne ressemble pas extérieurement au grec ancien, il est une forme très évoluée, très simplifiée mais aussi très enrichie du grec qui n’est jamais mort.

 

Henri TΟΝΝΕΤ

 

 

Bibliographie

 

TONNET, Manuel d’accentuation grecque moderne, Paris, Klincksieck, 1984 (disponible sous forme électronique sur le site des Editions Langue ‘O)

TONNET Henri, • Histoire du grec moderne. La formation d’une langue, Paris, L’Asiathèque, 1993, 3 éd. 2011.

TONNET Henri, Précis pratique de grammaire grecque moderne, Paris, Langues et mondes, 2006

TRIANTAPHYLLIDIS, Manolis, Νεοελληνική γραμματική, Athènes, Οργανισμός εκδόσεως διδακτικών βιβλίων, 1941

 

Le voyageur ou Trois poèmes gréco-français de Bernard Grasset

 ► ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article premier.

[Voici trois petits poèmes à déguster (avec ou sans ouzo) sur le thème du voyage, de la terre et du vin. “Il ne s’agit pas de traduction d’un poème grec ancien en français mais d’une écriture bilingue simultanée d’un même et unique poème dans les deux langues”, nous dit l’auteur qui a appris le grec ancien avec Connaissance hellénique.]

 

Champ de blé, cliché Aurore Antoine (flickr)

 

Bernard Grasset

 

Trois poèmes bilingues inédits

(extraits de Poèmes bilingues 3)

 

I

 

Γίγνεσθαι λόγον καὶ σιγήν.

Τὸ δένδρον καὶ ὁ νοῦς,

Ἀγρὸς σιτοῦ καὶ ἠώς,

Θέλειν τὸ ὕδωρ τῆς ἄκρας.

Διηγεῖται ὁ ὁδοιπόρος

Τὰς ἱερὰς χώρας

Καὶ τὸ ἴχνος ἐλευθερίας.

 

Devenir parole et silence.

L’arbre et l’esprit,

Champ de blé et aurore,

Vouloir l’eau des cimes.

Le voyageur raconte

Les terres sacrées

Et la trace de liberté.

 

 

II

 

Σιωπᾷ ἢ ἀγγέλλει

Ὁ θεωρὸς ὁ ἤρεμος

Ὃς ζητεῖ τὸ σημεῖον.

Ἡ ὥρα καὶ ἡ ἡμέρα,

Σοφία τοῦ νόστου.

Αἱ γαῖ, ἡ θάλασσα,

Πεινᾷ, κλίνεται.

 

Il se tait ou annonce,

Le calme pèlerin

Qui cherche le signe.

L’heure et le jour,

Sagesse du retour.

Les terres, la mer,

Il a faim, s’incline.

 

 

III

 

Ὁ ἀμπελουργὸς καὶ ὁ ποιητὴς

Θεωροῦσι τὴν ἑτέραν ὁδὸν

Ἣ ᾄδει τὸ φῶς.

Μνήμη τῆς ἀερίνης νήσου.

Ὁ ἄμπελος καὶ οἱ λόγοι,

Πόνος τῶν ἡμερῶν,

Μένειν ἐπὶ τοῦ οὐδοῦ.

 

Le vigneron et le poète

Regardent l’autre route

Qui chante la lumière.

Souvenir de l’île bleue.

La vigne et les mots,

Labeur des jours,

Rester sur le seuil.

 

Editorial de ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019 et sommaire

Rencontres manquées

La Esmeralda dansant, illustration de Charles Voillemot pour le livret de Le Esmeralda, drame tiré du roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris, vers 1882 (Wikicommons).

Il est des rencontres manquées. On pourrait citer celle d’Alexandre et de Diogène de Sinope qui ne se sont pas compris. Mais il en une plus croustillante que je ne peux m’empêcher de vous raconter. Un ami grec vient de m’envoyer un magnifique livre sur le grand poète et marin Nikos Kavvadias (NΙΚΟΣ ΚΑΒΒΑΔΙΑΣ, Ο ΑΡΜΕΝΙΣΤΗΣ ΠΟΙΗΤΗΣ éd. M. Gelasakis, Athènes, 2018, p. 385-386) qui rassemble inédits et anecdotes sur l’homme de lettres (1910-1975). Nikos Kavvadias se retrouve à Marseille avec le prix Nobel Georges Séféris désireux de se rendre au consulat grec. Mais Kavvadias veut l’initier aux mystères de Marseille. Ils montent dans un taxi et Kavvadias demande au chauffeur d’aller rue des Phocéens ; Séféris qui connaît bien l’immeuble du consulat s’étonne. Kavvadias répond que c’est le quartier des bordels. Il l’invite à entrer dans un bar pour lui faire connaître Esmeralda. Séféris est furieux, mais en homme du monde, il se contente de faire la tête et de lui demander de le laisser seul. Kavvadias et l’homme qui a raconté l’anecdote descendent du taxi qui continue avec Seferis seul à son bord. Les poètes ne se parleront plus pendant des années jusqu’à ce que Kavvadias lui dédie le poème Esmeralda, sur la tsigane de Marseille que Séféris n’avait pas voulu rencontrer. Double rencontre manquée donc … Mais je me pose une question, Homère, lui, serait-il descendu du taxi ?

Bon, on ne vous fera pas rencontrer Esmeralda mais nous vous invitons à un petit voyage dans la Grèce, en Egypte ou même à Aix-en-Provence.

SOMMAIRE

1 LUCRÈCE LUCIANI : AU DIABLE LES BIBLIOTAPHES ! OU « LA NOUVELLE POLITIQUE DES BIBLIOTHÈQUES. »

Lucrèce Luciani : Au diable les bibliotaphes ! ou « la nouvelle politique des bibliothèques. »

 

2 P.M.H. DIOUF ET S. FAYE : “L’ÉDUCATION DES ENFANTS CHEZ HOMÈRE ET À SPARTE”

P.M.H. Diouf et S. Faye : “L’éducation des enfants chez Homère et à Sparte”

 

3 CHANTAL THIÉRION A RELU POUR VOUS “LA LANGUE GÉNIALE” D’ANDREA MARCOLONGO, AVEC QUELQUES RÉTICENCES !

Chantal Thiérion a relu pour vous “La langue géniale” d’Andrea Marcolongo, avec quelques réticences !

 

4 CHRISTIAN BOUDIGNON : VOUS PARLEZ GREC ET VOUS NE LE SAVIEZ PAS (N°44)

Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°44)

 

 

5 JEAN-MICHEL ROPARS : ULYSSE FIGURE SOUFFRANTE ET LUNAIRE (3)

Jean-Michel Ropars : ULYSSE FIGURE SOUFFRANTE ET LUNAIRE (3)

 

6 JEAN-CLAUDE DUTTO A LU POUR VOUS “L’ILIADE ET L’ODYSSÉE, RELIRE HOMÈRE” DE MATTHIEU FERNANDEZ

Jean-Claude Dutto a lu pour vous “L’Iliade et l’Odyssée, relire Homère” de Matthieu Fernandez

7 JANINE KAMINSKI A TRADUIT POUR VOUS 11 POÈMES TIRÉS DE “DELIVERY” DE THEODORE ZAPHIRIOU

Janine Kaminski a traduit pour vous 11 poèmes tirés de “Delivery” de Theodore Zaphiriou

 

8 JANINE KAMINSKI A TRADUIT 7 POÈMES DU RECUEIL “UNE COMÈTE MAGIQUE” DE PANOS DRACOPOULOS

Janine Kaminski a traduit 7 poèmes du recueil “Une comète magique” de Panos Dracopoulos

 

9 BERNARD BOYAVAL : 3 NOTICES D’ÉPIGRAPHIE ÉGYPTIENNE

Bernard Boyaval : 3 notices d’épigraphie égyptienne

 

10 PAUL CHALLOBOS : ÉSOPE, HOMÈRE ET SAINT LUC POUR LES JEUNES (ET LES VIEUX)

Paul Challobos : Ésope, Homère et saint Luc pour les jeunes (et les vieux)

 

11 JEAN-VICTOR VERNHES : QU’EST-CE QUE L’ ACCENT GREC ANCIEN ?

Jean-Victor VERNHES : qu’est-ce que l’ accent grec ancien ?

12

JANINE KAMINSKI A RETRADUIT LA “LETTRE DE MARSEILLE” DE NIKOS KAVVADIAS

Janine Kaminski a retraduit la “Lettre de Marseille” de Nikos Kavvadias

Bonne lecture

 

Christian Boudignon

Rédacteur en chef de la revue scientifique de vulgarisation ὁ λύχνος

 

 

Janine Kaminski a retraduit la “Lettre de Marseille” de Nikos Kavvadias

 ► ὁ λύχνος n° 154, novembre 2019, article douze.

[Janine Kaminski nous propose une nouvelle traduction de la Lettre de Marseille de Nikos Kavvadias. Nous renvoyons à la traduction de Paul Challobos parue dans ὁ λύχνος n° 150, juillet 2018, article sept. https://ch.hypotheses.org/2347 ]

 

Lettre de Marseille

 

Photo de Nikos Cavvadias, tiré du recueil ΜΑΡΑΜΠΟΥ, éd. ΚΕΔΡΟΣ, 1988, p. 4.

 

J’ai déchiré, mon ami, beaucoup de papier pour t’écrire

Ici Marseille m’a complètement tourné la tête,

et pourtant, croyez-moi, pas un instant, mon cher,

sans que dans mon vertige je ne pense à vous.

 

Je pensai à vous en me promenant sur le Boulevard des Dames

entre deux trotteuses qui faisaient les folles,

tandis qu’autour de nous et parlant fort passaient

des représentants de toutes les tribus sur la terre, semblait-il.

 

Ensuite de nouveau sur la Canebière pleine de monde,

au Vieux Port, dans la grisâtre rue Saint Honoré,

et encore, excusez-moi, je vous ai senti avec moi

dans les cabarets bruyants et remplis de gens.

 

Des marins nordiques se querellent avec des chauffeurs du Sud,

sur leurs genoux sont assises des professionnelles,

le piano joue tout seul et une petite siffle

un air faux d’une vieille mélodie.

 

Et plus tard quand je suis sorti ivre du Tartan

et croyais mon corps indigne et petit

je vous sentais très proche me souriant

de ce rire étrange, triste.

 

Et seulement quand sur la Corniche, dans une maison grise,

autour de juifs qui s’étaient habillés en femmes,

je vous ai perdu de vue un instant, il m’a semblé

que mon ange gardien avait désormais disparu.

 

Demain je pars et apporte à Athènes

des souvenirs étranges, nombreux, en masse

et un triste cadeau, fruit de Marseille,

que m’a offert une Pauline avant-hier aux Numéros…[1]

 

Nikos Kavvadias, Marabout, 1933, (éd. Kedros, 1988)

(traduction Janine Kaminski)

 

Γράμμα ἀπ᾿ τὴν Μαρσίλια

 

Ἔσχισα, φίλε μου, πολλὰ χαρτιὰ γιὰ νὰ σοῦ γράψω.

Ἐδῶ ἡ Μαρσίλια μ᾿ ἔκαμε πολὺ νὰ ζαλιστῶ,

κι ὅμως δὲν πέρασε στιγμή, πιστέφτε, ἀγαπητέ μου,

χωρὶς καὶ μὲς στὴ ζάλη μου νὰ σᾶς συλλογιστῶ.

 

Σᾶς ἐσκεφτόμουν στὸ Μπουλβὰρ ντὲ Ντὰμ σὰν περπατοῦσα

ἀνάμεσα σὲ δυὸ τροτὲζ ποὺ ἔκαναν σὰν τρελές,

ἐνῶ μιλώντας δυνατὰ τριγύρω μας περνοῦσαν

ἄνθρωποι ἀπ᾿ ὅλες, θά ῾λεγες, τοῦ κόσμου τὶς φυλές.

 

Κι ἔπειτα πάλι στὴ μεστὴ ἀπὸ κόσμο Κανναμπιέρα,

στὸ Πόρτο Βέκκιο, στὴν τεφρὴν ὁδὸ Σαὶντ Ὁνορέ,

κι ἀκόμα, συγχωρεῖστε με, σᾶς ἔνιωθα μαζί μου

στὰ θορυβώδη καὶ γιομάτα κόσμο καμπαρέ.

 

Βορινοὶ ναῦτες μπλέκονται μὲ θερμαστὲς τοῦ Νότου,

στὰ γόνατά τους κάθονται κορίτσια τῆς δουλειᾶς,

παίζει τὸ πιάνο μοναχὸ καὶ μία μικρὴ σφυρίζει

ἕναν παράταιρο σκοπὸ μιᾶς μελωδίας παλιᾶς.

 

Κι ὕστερα σὰν ἀπ᾿ τὸ Ταρτὰν ἐβγῆκα μεθυσμένος

καὶ νόμιζα τὸ σῶμα μου ἀνάξιο καὶ μικρό,

πολὺ κοντὰ σᾶς ἔνιωθα νὰ μοῦ χαμογελᾶτε

μ᾿ ἐκεῖνο τὸ παράξενο τὸ γέλιο, τὸ πικρό.

 

Καὶ μόνον ὅταν στὴν Κορνίς, σὲ κάποιο γκρίζο σπίτι,

γύρω ἀπὸ ἑβραίους πού ῾χανε μὲ γυναικεῖα ντυθεῖ,

σᾶς ἔχασα γιὰ μία στιγμὴ ἀπ᾿ τὰ μάτια μου, μοῦ ἐφάνη

ὁ φύλακάς μου ὁ ἄγγελος πὼς εἶχε πιὰ χαθεῖ.

 

Αὔριο φεύγω καὶ μαζί μου φέρνω στὴν Ἀθήνα

ἀναμνησες παράξενες, πολλές, μὲ τὸ σωρό

καὶ κάποιο δῶρο θλιβερό, προϊὸν τῆς Μασσαλίας

ποὺ μιὰ Πωλὶν μοῦ χάρισε προχθὲς στὰ Numeros…

 

[1] En français dans le texte.