éditorial et sommaire du numéro 138 (juillet 2014) de Connaissance Hellénique

Les langues zombies de Victor Porkhomovski

Hadès (à droite) avec sa corne d'abondance et Perséphone (à gauche). Musée du Louvre, Wikicommons
Hadès (à droite) avec sa corne d’abondance et Perséphone (à gauche). Musée du Louvre, Wikicommons

Il y a tant de choses à dire, par quoi commencer… ?

D’abord par une rencontre. Ce mois de juillet 2014 à Digne, lors de l’Académie des Langues Anciennes, Victor Porkhomovski, grand linguiste de l’Académie des Sciences de Moscou revenait pour la seconde fois faire un séminaire d’introduction à la comparaison des langues. Il nous fit faire une belle promenade linguistique, devant une vingtaine d’auditeurs, nullement spécialistes mais amoureux des langues, avec quelques moments géniaux, comme sa reconstruction du système verbal des langues sémitiques. Un grand moment aussi fut sa présentation des langues zombies : ni tout à fait mortes, ni tout à fait vivantes. Les langues mortes, ou comme Remo Mugnaioni me le signalait : ultra mortes, sont par exemple le sumérien ou l’akkadien qui n’ont plus d’existence du tout, pas même dans un petit monde de locuteurs savants. Pour les langues vivantes, signalons le basque, le provençal, le breton et accessoirement l’idiome dans lequel cet éditorial est écrit (et qui n’est qu’une forme abâtardie du latin populaire, ajouterai-je par pur esprit de provocation).

Victor Porkhomovski prenait comme exemple de langue zombie le latin depuis la Renaissance, le sanskrit, ou le guèze, cette langue savante d’Ethiopie. Trois langues savantes, qui sans être plus des langues maternelles, ont un surcroît d’existence dans une communauté, souvent bien plus étendue que celle de la centaine de locuteurs de certaines langues de l’Océan indien. Et ces langues vivent et évoluent. Peut-on ajouter aux trois exemples, le grec ancien ? N’y a-t-il pas encore quelques clercs grecs qui parlent la langue savante, sous sa forme « puriste » ? En tout cas, l’excellente traduction en grec ancien du premier tome d’Harry Potter par  Andrew Wilson : ΑΡΕΙΟΣ ΠΟΤΗΡ καὶ ἡ τοῦ φιλοσόφου λίθος, Londres 2004 montre que le grec ancien, atticisant, appartient bien au groupe des langues zombies. Je ne suis pas loin d’ailleurs de penser que cette traduction est bien meilleure que l’original.

La discussion à propos des langues zombies a été passionnée. Parfois le zombie ressuscite et devient un Frankenstein ou un golem comme pour le cas exceptionnel de l’hébreu moderne. Souvent le zombie finit par mourir comme le sumérien qui a eu longtemps cours comme langue savante à Babylone.

Je laisse le soin au lecteur d’apprécier la pertinence du concept de langue zombie. Ajoutons tout de suite que c’est la langue qui est zombie, et non ceux qui la pratiquent, qui eux, sont bien vivants, comme on le verra dans ce numéro 138 de juillet. En voici le sommaire :

1: Janine Kaminski traduit une nouvelle inédite de Petros Markaris : À fleur de peau. ➽ http://ch.hypotheses.org/898

2: Jean Antoine Caravolas : L’helléniste Jules David, la belle grecque et leurs enfants. ➽ http://ch.hypotheses.org/907

3 : Bernard Boyaval : Confusions dans l’Au-delà.  ➽ http://ch.hypotheses.org/916

4: Christian Boudignon : tragédie et épopée.  ➽ http://ch.hypotheses.org/925

5 : Sylvain Brocquet a lu pour vous : “Retour d’Ulysse…” de René Peyrous.  ➽ http://ch.hypotheses.org/932

6 : Janine Kaminski traduit 6 nouveaux poèmes grecs de “Fruits secs” de Théodore P. Zaphiriou.     ➽http://ch.hypotheses.org/956

7 : Christian Boudignon :  Réflexions intempestives sur le mot clitoris.  ➽ http://ch.hypotheses.org/962

8 : Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris.  ➽ http://ch.hypotheses.org/976

9 : Ariel Chopard a lu pour vous Pascal Quignard : « Sur l’image qui manque à nos jours. »  ➽ http://ch.hypotheses.org/992

Bonne lecture à tous.

Christian Boudignon,

rédacteur en chef de Connaissance Hellénique

 

 

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.