Ariel Chopard a lu pour vous Pascal Quignard : « Sur l’image qui manque à nos jours. »

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article neuf)

Lecture estivale

par Ariel Chopard

Pascal Guignard

Sur l’image qui manque à nos jours

Arléa, Paris 2014, 8 euros

Couverture P. Quignard Sur l'image qui manque à nos jours
Couverture P. Quignard Sur l’image qui manque à nos jours

 

Les résultats des examens sont tombés, les statisticiens font leur œuvre et les media se cherchent d’autres marronniers. Revenons cependant sur certaines épreuves : l’Histoire des Arts ( ou HdA dans le jargon scolaire) au DNB ou l’épreuve d’Arts Plastiques au bac.

Si ces épreuves encouragent ou témoignent d’un goût pour l’art, elles occultent souvent la peinture antique, qui se voit distanciée par l’architecture ou la sculpture. Ou alors par la peinture à partir de thèmes antiques. Mais cela pourrait changer grâce à un ouvrage passionnant.

Pascal Quignard a accepté que certaines de ses conférences ou discussions soient mises par écrit et cela donne un merveilleux petit ouvrage publié chez Arléa : Sur l’image qui manque à nos jours, (63 pages).

 

Médée médite de tuer ses enfants qui jouent aux astragales, Musée archéologique de Naples, Wikicommons
Médée médite de tuer ses enfants qui jouent aux osselets, Musée archéologique de Naples, Wikicommons

« Les peintres montrent les actions comme sur le point de devenir »

Ainsi, il nous apprend l’art de lire une fresque, nous expliquant à l’aide d’exemples, que « la peinture ancienne est un reste de guet ». Il ajoute que « Pour comprendre une fresque antique [ …] il faut non seulement connaître le récit qu’elle condense mais parler la langue qui le rapporte. » Et, partant de cette idée, l’auteur nous offre une éblouissante étude de la fresque d’Achille et de Trôilos de la tombe des Taureaux à Tarquinia.

La notion de guet se double de celle de pré-méditation, ce qui lui permet de passer  à la Médée méditante de la Maison des Dioscures de Pompéi. Il en profite pour nous rappeler que la racine « Med » a donné médecine et méditer. Et à nouveau Quignard nous livre une analyse dont la finesse n’a d’égal que son apparente simplicité. Il nous décrypte la notion d’ἐντελέχεια (entéléchie), d’ « accomplissement », en passant par la valeur du gérondif latin, qui est « exactement le temps de la peinture romaine ».

Quignard appuie ses considérations sur un texte de Plutarque, Gloire des Athéniens, V, 1. Il nous le cite : « Les peintres montrent les actions comme sur le point de devenir, les récits les narrent comme étant devenues. ». Il commente lui-même ainsi : « D’une part la germination de l’épiphanie, d’autre part l’évocation de la vie achevée de ceux qui sont morts. »

On parle souvent de « lectures de plage » en laissant sous-entendre que l’été est le moment idéal pour des lectures légères. Au contraire, c’est justement une période où l’on peut savourer de délicieux ouvrages, « méditer » sur ce qu’ils nous apportent et pourquoi pas, aller à la rencontre de ces fresques et les lire avec un œil neuf et aiguisé. 

A propos des osselets

Quignard, dans l’ouvrage cité supra, s’attarde sur les osselets avec lesquels jouent les enfants de Médée, Merméros et Phérès, sur la fameuse fresque de la Casa Dei Dioscuri. Il nous rappelle que ces astragaloi avaient le rôle de symbola. Cela m’a fait souvenir d’une anecdote que m’avait racontée ma mère. Enfant, en Algérie dans le début des années 40, comme tous les enfants, elle jouait aux osselets. Il fallait alors acheter les pieds de mouton chez le boucher et les mères et grand-mères les faisaient bouillir encore et encore pour sortir les astragaloi qu’il fallait poncer sur les pierres. Et ils étaient remis à bouillir une dernière fois avec du safran, du bleu de méthylène, du jus de betteraves pour leur donner de belles couleurs. Je me suis alors demandé si la guerre d’Algérie n’était pas l’écho de cette fresque, de cette rupture entre Jason et Médée, et ces osselets les symbola jamais réunis. Cela m’a alors amenée à « méditer » sur une très récente lecture : Meursault contre-enquête de Kamel Daoud (Actes Sud). C’est L’Etranger vu du côté algérien. Je l’ai lu, tout de suite après le livre de Quignard. Et j’ai pensé que chaque lecture pré-médite celle qui suit.

Bonne lecture et bon voyage ✶

Ariel Chopard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *