Trois notices de papyrologie et épigraphie gréco-égyptiennes

► ὁ λύχνος n° 165, juillet 2023.

Le papyrus Lond. 3, 880 conservé au British Museum.

TOTOÈS PÈRE DE PANEBCHOUNIS

Le père et le fils faisaient partie d’une famille du nome pathyrite, présentée sans commentaire par O. Montevecchi dans Aegyptus 23, 1943, p. 67-71. Il m’a paru intéressant d’analyser leurs coordonnées biométriques.

Totoès fait sa première apparition en 145A dans le P. dém. Strasb. 21, son fils en 129A dans les Wilcken Ostr. 1620. Sur ce dernier, Mme Montevecchi ajoutait o.l. p. 67 « La data di nascita di Panebchounis in base alle dichiarazioni dei documenti oscilla tra il 170A e il 159; egli è certamente il maggiore dei figli di Totoes, per esplicita dichiarazione di questi in P. Lond. III 880 e in P. Strasb. II 85 ».

Les problèmes apparaissent là. Dans le P. Lond. III 880 p. 8 de 113A, Totoès déclarait 55 ans. Si sa déclaration était exacte (hypothèse invérifiable), il était né en 168A. Les dates proposées pour la naissance de son fils ne conviennent donc pas : en 170A, il serait né deux ans avant son père, en 159A quand son père avait 9 ans ! Vu l’imprécision courante des indications d’âge dans les sociétés sans état-civil où l’on datait le plus souvent sans doute les individus sur leur aspect physique, une erreur de 10 ans est envisageable : si Totoès avait eu réellement 65 ans au lieu de 55 en 113A, il aurait été père à 19 ans, ce qui n’est pas invraisemblable. On peut appuyer cette hypothèse sur le cas déjà analysé de Sakaon (Chron. Eg. 65, 1990, p. 321) : trois papyrus de son dossier révèlent des incohérences moyennes de 5 ans, un quatrième des écarts de 8 à 13 ans ½ !

Un autre dossier, également pathyrite, confirme l’existence d’écarts d’égale amplitude. C’est celui d’Hôros fils de Néchoutès, lui aussi présenté sans commentaire par Mme Montevecchi o. l. p. 79. Les pièces datées de son dossier lui attribuent successivement

36 ans en 108A

50 en 101-99A

40 en 98A

Si Hôros avait eu réellement 36 ans en 108,

il en aurait eu 43 en 101

46 en 98 (écarts 7 et 6 ans)

S’il avait eu 40 ans en 98,

il en aurait eu 37 en 101

30 en 108 (écarts 13 et 16 ans).

Mme Montevecchi n’avait pas tort de négliger les contradictions arithmétiques de ces dossiers. En revanche, il vaut la peine de souligner que les marges d’erreur sont à peu près les mêmes partout.

*****

NOUVELLE NOTE SUR LA REPRÉSENTATION DES SEXES À KOM ABOU BILLOU

En 1956, avec 168 témoins (Chron. Eg. 62 p. 332), F. A. Hooper, pionnier de l’étude des défunts de Kom Abou Billou, avait constaté une quasi-égalité hommes/femmes, 83 hommes/82 femmes. Ce résultat faisait une exception de cette bourgade dans toute l’Égypte (ZPE 21, 1976, p. 218 n° 1).

En 1976, avec quelques témoins en plus, 189 (ZPE 21, p. 218-220), j’avais noté une légère surreprésentation des hommes, 92 pour 80 femmes. Kom Abou Billou perdait son statut d’exception (la liste des documents recensés alors o. l. p. 218 s’arrête à SB 10162).

Depuis 1976, nombre d’épitaphes nouvelles sont sorties en particulier des réserves du Service des Antiquités : BIFAO 72 (1972) p. 139-149 ; BIFAO 78 (1978) p. 235-258 ; Archiv Orientálni 48 (1980) p. 330-355 ; SFKAB1 (1985) p. 13-38 ; ZPE 114 (1996) p. 115-140. Les SFKAB surtout ont permis la spectaculaire augmentation du nombre des témoignages, 558 maintenant, grâce à l’idée de leurs coéditeurs de sexualiser autant qu’il était possible les personnages ciselés sur les stèles anépigraphes et partant muettes. Quand ces épitaphes portent des commentaires descriptifs tels que « défunt entouré de deux Anubis assis » ou « défunte seule dans un cadre ciselé »2, je les ai intégrées dans mon dénombrement3. En revanche, j’ai laissé de côté les témoins cités dans la ZPE 101 (1994) p. 113-119, qui mériteraient peut-être de nouvelles révisions vu la détérioration des pierres.4

Aux 189 témoins de 1976, 92 hommes/80 femmes, j’ai pu en ajouter 377, soit 215 hommes/162 femmes. Le total général s’élève provisoirement à 307 hommes/242 femmes, soit un peu plus de 55% d’hommes.

N’eût-elle qu’un seul mérite, cette brève mise à jour aurait celui de mettre en évidence que, seul en Égypte, Kom Abou Billou mérite d’être étudié en ce domaine à cause du nombre des documents produits mais qu’on ne doit attendre de telles recherches que des indications de tendances approximatives.5

NOTES

  1. = S(tèles) F(unéraires de) K(om) A(bou) B(illou).

  2. Ex. les nos 27 p. 16 et 88 p. 24 des SFKAB.

  3. Ce que je n’ai pas pu faire en 1976. Les premiers éditeurs de ces stèles ne s’intéressaient qu’aux inscriptions, grecques ou démotiques.

  4. Cette détérioration rend la plupart des photographies inutilisables.

  5. Aujourd’hui la nécropole est passée sous les cultures, maïs et légumineuses.

*****

NOTE SUR QUELQUES ÂGES FÉMININS

Nous ignorons à peu près tout de la maternité dans l’Égypte gréco-romaine, mais la période génésique des femmes était certainement courte et leurs mariages par conséquent ont été généralement précoces. Un exemple de Kom Abou Billou est explicite parmi d’autres : sur SB 10162/522, Sarapous morte sans enfant, à 14 ans probablement, est déclarée « avoir aimé son mari ».

Rares sont, d’autre part, les épitaphes à défunts multiples qui précisent les âges des décédés sur plusieurs générations, ainsi SB 9996/868A qui commémore trois générations apparentées,

Didym(è) 1 40 ans

Théodora (sa) fille 19 —

Athas (son) fils 1 ½ —

Les écarts intergénérationnels y sont vraisemblables et les maternités de Didymè (21 ans) et Théodôra (17 ½ ) n’ont rien de surprenant.

Mais, d’autres stèles, empruntées comme plus haut au dossier de Kom Abou Billou, le plus productif d’Égypte, laissent perplexe :

ZPE 114 (1996) p. 123 et 126

Nos39 Eudaimonis 48 ans Hèrodès 10 ans

–49 Thermous 50 — Artémis 6 —

SB 10162

N° 554 Artémis 47 — Isidôra 8 —

Si ces stèles commémoraient trois groupes d’ascendants-descendants, des maternités à 47, 48, 50 ans sont invraisemblables. Je suis donc tenté d’imaginer trois échelons intermédiaires, de 15 à 20 ans d’âge environ. Ils n’apparaissent pas parce qu’ils avaient échappé à la mort quand ces stèles ont été gravées. Je ne trouve pas d’autre explication à de tels écarts, qui font d’Eudaimonis, Artémis et Thermous trois grands-mères possibles.

NOTE

  1. Je n’ai utilisé ici que la première partie de l’inscription, seule utile à mon propos. La restitution de ce nom au féminin est garantie par la description que son premier éditeur, Zaki Aly, a donnée des figures ciselées dans la pierre (BSAA 40 (1953) p. 126-127) : « It is a relief of two women : Didym(es) ? [mais pourquoi le génitif inspiré du tour « stèle de x » ?] forty years old and Dionysarin forty five years old, indicated by their apparent shoulder tresses and reclining on a couch. These two women were probably sisters. A daughter of 19 years old, called Theodora, stands to the right of the onlooker and an infant son called Athas, of one year old to the left, is seated on a small chair with a back ».



Citer ce billet
Bernard Boyaval (2023, 17 juillet). Trois notices de papyrologie et épigraphie gréco-égyptiennes. Connaissance hellénique. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmiz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search