Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris

 ETYMOLOGIE GRECQUE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article huit)

Une étymologie pour ἡ κλειτορίς, ίδος, le clitoris ?

par Jean-Victor Vernhes

Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).
Collier de la reine et portrait de Marie Antoinette par Vigée-Lebrun, Château de Breteuil (Wikicommons).

 

À Monique L. Cardell

 

Voilà un terme qui a souvent été absent des traités d’anatomie les plus détaillés. Ainsi il n’apparaît pas dans le Rémy Perrier, qui dans les années 20 et 30 du XXe siècle était un des manuels de base des études de biologie. Ces derniers temps a été rompu le silence, et on a vu paraître plusieurs livres approfondis sur la question.  Lorsque Christian Boudignon m’annonça son intention de prendre le mot κλειτορίς, clitoris, comme thème de sa chronique lexicale, en prolongeant une intuition étymologique de Chantraine, je sentis qu’il allait dans le sens de l’histoire. Et je pris à cœur incontinent d’étudier l’origine de ce mot.

Et honni soit qui mal y pense! En lexicologie et lexicographie scientifiques, les mots sont tous scrutés avec une équitable sollicitude. Il n’en est point d’ incongrus. Ainsi dans l’immense Dictionnaire Français-grec  de Jean-Jacques Courtaud-Diverneresse (1re partie, 1847 – 2e partie, 1857), conçu pour le bonheur des praticiens du thème grec, et destiné « à l’usage des établissements de l’Instruction Publique, des séminaires, des maisons d’éducation, etc. », vous trouverez tout, tout, tout… pour exprimer avec précision, en faisant un thème grec ou en écrivant une page en grec ancien, pour vous-même ou pour vos amis, en prose ou en vers, ce que vous souhaitez dire au sujet de l’objet qui nous occupe aujourd’hui. Or les dates qui viennent de vous être indiquées vous montrent que la rédaction de ce dictionnaire se situe à l’époque et dans la société qui fit à Baudelaire et à Flaubert les ennuis judiciaires que vous savez ! En revanche, dans l’Abrégé du même dictionnaire (abrégé à peu près aussi substantiel tout de même que le Bailly), destiné aux classes de quatrième, troisième, seconde, il n’y a pas d’entrée pour ce mot.

 

Sa Majesté Kleitôr 

Puisque notre quête concerne les origines, commençons par consulter les dictionnaires étymologiques du grec.

Dans le vieux Boisacq, rien. Frisk reprend une hypothèse du savant slovène Grošelj, qui voit dans ce mot une dérivation d’un mot *κλείτωρ dont on nous affirme qu’il signifiait « Hügel » (coteau, colline), ce qui permet de le rapprocher de κλειτύς, qui signifie justement « coteau, colline », et de le rattacher à la racine de κλίνω, « incliner ». Ce *κλείτωρ n’est pas attesté comme nom commun, mais il y a eu en Arcadie une ville nommée Κλείτωρ.

Cette étymologie est reprise dans le Robert (Dictionnaire historique de la langue française): la voilà qui risque de devenir officielle dans toute la francophonie.

Elle est reprise aussi très affirmativement dans le dictionnaire de Beekes.

Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, a fait état de ladite étymologie sur un ton vraiment pas convaincu, et a conclu sa notice en disant simplement, sans nous dévoiler plus amplement sa pensée secrète, qu’il préférerait une dérivation de κλείειν, « fermer ». Cela nous incite à explorer cette voie, à mettre nos pas dans les pas du maître.

Mais revenons d’abord sur l’hypothèse acceptée par Frisk. Elle tiendrait la route si nous pouvions nous assurer que le toponyme arcadien Κλείτωρ  désignait bien une ville située sur une éminence, une Hauteville. Mais nous lisons dans la Description de la Grèce du géographe du IIe siècle après J.-C., Pausanias (VIII, IV, 5) que cette ville tient son nom non pas d’une particularité géographique, mais de son fondateur, le puissant roi Κλείτωρ. Donc pas question de colline!

De plus nous lisons, toujours dans Pausanias (VIII, XXI, 3), que cette ville de Κλείτωρ était située « en terrain plat »(ἐν ὁμαλῷ) et entourée des montagnes de hauteur moyenne. Donc dans une dépression !

L’hypothèse de la colline n’était qu’une idée en l’air. Laissons donc Sa Majesté Κλείτωρ en sa bonne ville éponyme, et cherchons ailleurs.

Mais non, n’allons pas trop vite. Puisque notre recherche nous a fait rencontrer en chemin ce royal nom de Κλείτωρ, regardons comment ce mot est formé. C’est un nom d’agent en -τωρ (une formation bien connue). Si on cherche à le rattacher à la racine de κλίνω, cela signifiera l’Inclineur. Curieux titre pour un roi! Mais si on le rattache à κλειω, fermer, les choses vont mieux. Il n’est pas étonnant  qu’un nom de roi renvoie à la notion de fermer, de verrouiller, c’est à dire à la maîtrise des clefs, au pouvoir d’ouvrir et de fermer.. Qu’on songe aux clefs de Janus, aux clefs de Saint Pierre…[1]

 

La poule et le fermoir

Nous avons mené de concert et de conserve, Christian Boudignon et  moi, les réflexions  qu’exprime le présent paragraphe. Ce mot κλείτωρ qui n’est pas attesté dans les textes comme nom commun,  a parfaitement pu être employé dans la langue pour désigner celui qui ferme, le portier. Et tout doucement nous arrivons à l’étude de la formation de κλειτορίς. Cette finale -τορίς est claire. C’est une dérivation féminine en -ίς sur un nom d’agent en -τωρ (Benveniste, Noms d’agent…, p. 34, Chantraine,  Formation des noms …, p. 341). On trouve cette dérivation dans un mot désignant la poule : ἀλεκτορίς. Ce terme est le féminin de ἀλέκτωρ, le coq, nom d’agent formé sur une racine αλεκ signifiant défendre. Le coq est « le défenseur ».  Ces données nous permettent de poser:

κλείω → *κλείτωρ →  κλειτορίς.

Ce dernier terme signifiera donc étymologiquement la femme qui ferme, la fermeuse, ou bien l’objet qui ferme, la clef, le fermoir. Ces dérivés féminins en -ίς sont souvent des termes techniques ou populaires désignant des objets ou des parties du corps (Chantraine, Formation des noms …, p. 336-338).  Il est intéressant de noter en outre que ce type de dérivés s’est prêté à fournir des diminutifs et à désigner de petits objets (Chantraine, Formation des noms …, p. 342, § 277).

Mais pourquoi ce terme pour désigner ce dont il est question ? Le mot θύρα, la porte  a servi à  désigner le sexe féminin (Aristophane, L’Assemblée des Femmes, 990). Cette porte fut un jour munie d’un πρόθυρον (porche ou vestibule), qui est décrit comme « tout ruisselant de parfums » dans un poème de l’Anthologie palatine (V, 198)Dans un autre poème (V, 241),  il est question de « franchir entre les deux parois le sol humide du vestibule. » Il est normal qu’on ait songé à ajouter à de telles représentations l’image d’une clef, cette clef étant la représentation stylisée du petit organe. Mais il y a mieux.

 

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué… »

En effet un très paillard passage d’Aristophane (Lysistrata  408-413) va nous apporter d’intéressantes lumières. Pour illustrer le soutien complaisant des maris à la perversité de leurs épouses, le personnage du Proboulos (le « commissaire du peuple », dit la traduction Van Daele) imagine un Athénien entrant dans la boutique d’un orfèvre pour faire réparer le fermoir du collier de sa femme. Dans ce texte apparaît le mot ἡ βάλανος, le gland (le mot est féminin en grec, mais ce détail importe peu ici). Ce mot peut désigner aussi des choses en forme de gland, ou munies d’une protubérance rappelant la forme d’un gland, par exemple une cheville terminée par une protubérance, et qu’on engage dans un trou ad hoc. Dans notre passage d’Aristophane, on a, en miniature, un dispositif de ce genre. Le fermoir du collier comporte une tige nommée βάλανος à cause de sa partie renflée  et pour la fermeture du bijou on l’introduit  dans un trou (τρῆμα). Je n’imagine pas les choses  de façon assez précise pour vous faire un dessin. Voici donc ce que dit l’Athénien à l’artisan :

Ὦ χρυσοχόε, τὸν ὅρμον ὃν ἐπεσκεύασας,

ὀρχουμένης μου τῆς γυναικὸς ἑσπέρας

ἡ βάλανος ἐκπέπτωκεν ἐκ τοῦ τρήματος.

Ἐμοὶ μὲν οὖν ἔστ’ εἰς Σαλαμῖνα πλευστέα·

σὺ δ’ ἢν σχολάσῃς, πάσῃ τέχνῃ πρὸς ἑσπέραν

ἐλθὼν ἐκείνῃ τὴν βάλανον ἐνάρμοσον.

« Orfèvre, le collier que tu as fabriqué,

quand ma femme dansait l’autre soir,

le gland est tombé du trou.

Moi, j’ai à prendre le bateau pour Salamine.

Mais toi, si tu as le temps, viens ce soir

lui ajuster bien artistement le gland. »

Il faut préciser ici que le mot βάλανος a en anatomie le même sens que le mot « gland » en français, et  les scolies qui nous sont parvenues  à propos de ce passage indiquent qu’Aristophane joue sur cette signification. Du fait de la valeur de l’article grec, τὴν βάλανον peut ici signifier « le gland » ou « ton gland ». Quant au mot τρῆμα, il peut désigner le sexe féminin (cf. L’Assemblée des Femmes, 906); il en est de même du terme de sens voisin  τρύπημα (L’Assemblée des Femmes, 624). Quant au verbe ὀρχεῖσθαι, danser, — je m’inspire ici d’une note à propos de ce passage dans l’édition Loeb —, il a quelque chose qui, si on s’y prend comme il faut (par une certaine manière d’articuler le mot ou par une certaine mimique de l’acteur) peut faire penser aux ὄρχεις, les testicules. Il s’agirait alors d’une « danse » vraiment bien spéciale !

 

Le jeu des images

Voilà pour l’examen du double sens de ces vers d’Aristophane. Mais le plus intéressant ici, c’est l’analyse du jeu des images. Nous y voyons l’évocation du sexe de la femme se faire à travers l’image du renflement que comporte le fermoir précieux d’un bijou de joaillerie !

Nous venons donc de voir ce qu’a pu être en grec la valeur d’évocation anatomique de l’image de la clef ou du fermoir. Cela nous explique comment  κλειτορίς, dont la valeur étymologique générale est celle de clef ou de fermoir, a pu devenir le mot pour désigner cela.

Sur ce, on pourrait aussi disserter sur les connotations érotiques ou paillardes de l’orfèvrerie: « Trois orfèvres… ». Comment ! Vous ne connaissez pas? Comme j’entends rester convenable, je ne vous inciterai pas à chercher sur l’internet, par où vous pourriez entendre cette vieille chanson de notre patrimoine très spécial chantée par Pierre Perret. Mais, fort sagement, nous en resterons là ✪

 

Jean-Victor Vernhes

Département des Sciences de l’Antiquité, Université d’Aix-Marseille

 Remarque : Suite à cet article, M. Jean Viredaz a signalé par courriel le 27 novembre 2014 l’information suivante :

Le nom propre Κλείτωρ doit à vrai dire être laissé de côté, car sa forme ancienne est Κλήτωρ, d’étymologie différente (voir Laurent Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, 1988, II, 207-208). La forme κλείω du verbe « fermer » est du reste purement attique (l’arcadien aurait *ᾱϊ ou *ᾳ). Mais ces remarques n’affaiblissent pas la démonstration.

[1] Il y a, à ce propos, une savoureuse et frustrante note dans René Guénon, Autorité spirituelle et pouvoir temporel (p. 65, note 4), où il nous fit savoir qu’il en sait long sur la question, mais ne nous dira rien…


4 réflexions sur « Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour clitoris »

  1. Excellent, merci, et quelle idéale vulgarisation! Je suis arrivé à ce texte en recherchant une étymologie – ô sérendipité… – à Clité, nom d’une des Danaïdes, fiancée à son cousin Clitos. Mais pourra-t-on jamais savoir ce qui inspira ce prénom, il y a environ 3600 ans?

  2. Sous ἴλια, dans le Chantraine, p. 445 je viens de voir les deux définitions suivantes : parties de la femme, et parure féminine dans le dialecte de Cos. cela va parfaitement dans le sens de l’article.

  3. Chers amis,

    L’article de notre docte étymologiste Jean-Victor Vernhes est, comme à l’accoutumée, fort intéressant.

    obiter dicta:

    1° En allemand, Klitoris est au féminin (la clitoris), ce qui est grammaticalement plus correct.

    Il serait intéressant de savoir la raison pour laquelle la langue française a masculinisé ce petit organe érectile.

    2° Dans le langage courant, « clitoris » se dit « der Kitzler », ce qui veut dire « le chatouilleux ».

    Cela se passe de tout commentaire.

    Philikotata (proparoxyton)

  4. Excellent! Cet article si clairement énoncé a donc été bien conçu. Et je ne peux imaginer le travail derrière ce texte qui nous mène à comprendre qu’une langue est d’abord parlée avant d’être écrite! Bien des mystères peuvent ainsi s’éclaircir à partir de la langue parlée. Ici, je fais référence au premier mot de l’Iliade: « Mênis » (pardon pour ne pas pouvoir l’écrire en grec) dont Monsieur Vernhes a judicieusement remarqué, dans un récent article (Juillet 2012) qu’il pouvait signifier l’inverse de la colère, afin de ne pas irriter les dieux. Pourtant les auditeurs comprenaient qu’il s’agissait de colère. Ce présent article nous introduit aussi au monde d’Aristophane, tout un programme. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.