« Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 55) »

► ὁ λύχνος n° 165, juillet 2023.

L’OlympiAque de Marseille ?

« Rien dans l’histoire ancienne ne m’avait rendu plus songeur qu’Olympie. »

Pierre de Coubertin

OM, voilà deux lettres que l’on trouve écrites partout dans les rues de Marseille. OM n’est pas (seulement) une formule sacrée que les moines bouddhistes répètent dans leur méditation, mais (surtout) les deux premières lettres de l’Olympique de Marseille, le célèbre club de la cité phocéenne qui fêtait le 26 mai dernier les 30 ans de l’inoubliable victoire en coupe d’Europe de l’OM sur le Milan AC. À l’occasion de cet anniversaire, tout le front de mer depuis la Joliette jusqu’à la Pointe Rouge fut illuminé de feux d’artifice et de fumigènes. Pour une vingtaine de minutes, la ville prit des airs de stade de foot. Sur l’élégant bâtiment de la mairie au Vieux Port flottait une immense banderole : « 2600 A JAMAIS LES PREMIERS 1993 ». Évidemment je suis sensible à ce souvenir populaire que Marseille, première (ou presque) ville de France, a été fondée par les Phocéens en 600 avant J.-C.

Mais c’est une autre histoire qui m’intéresse ici, celle de la fondation de l’Olympique de Marseille en 1892 (ou pour le football en 1899). On n’imagine pas l’effervescence de clubs qui se créent et périclitent aussitôt en cette fin de XIXe siècle à Marseille : le Football Club, le Fol Club, le Sporting Club de Marseille et le premier de tous, l’Olympique de Marseille. On venait de fouiller (1874-1880) le site d’Olympie en Grèce. Les premiers jeux d’Athènes allaient avoir lieu en 1896, mais déjà, l’OM rassemblait dans un esprit olympique le rugby, la boxe, l’escrime, l’athlétisme, l’aviron, etc. … Si la date de 1892 est à retenir — comme semblent l’indiquer les cartes de visite de l’OM qui portaient « fondé en 1892 » —, l’OM aurait été olympique avant les Jeux olympiques ! En tout cas, il semble que ce soit le premier club en France qui se soit appelé Olympique1

Car le mot « Olympique » est grec. La première apparition du mot associé aux jeux apparaît dans une comédie d’Aristophane jouée après sa mort, en 388 avant J.-C., appelée Plutus ou L’Argent. C’est Pauvreté qui parle (ou La Dèche dans la traduction de Victor-Henry Debidour) (v. 582-586) :

 Ζεὺς δήπου πένεται, καὶ τοῦτ᾽ ἤδη φανερῶς σε διδάξω. 
εἰ γὰρ ἐπλούτει, πῶς ἂν ποιῶν τὸν Ὀλυμπικὸν αὐτὸς ἀγῶνα
ἵνα τοὺς Ἕλληνας ἅπαντας ἀεὶ δι᾽ ἔτους πέμπτου ξυναγείρει,
ἀνεκήρυττεν τῶν ἀσκητῶν τοὺς νικῶντας στεφανώσας
κοτίνου στεφάνῳ; καίτοι χρυσῷ μᾶλλον ἐχρῆν, εἴπερ ἐπλούτει.

Zeus, il est dans la dèche, ça va de soi ! C’est ce dont je vais à l’instant vous faire la démonstration lumineuse.

S’il était riche, comment se fait-il qu’en créant les Jeux Olympiques,

où il rassemble tous les quatre ans la Grèce entière,

comment se fait-il qu’il ait décerné aux athlètes pour la proclamation de leur victoire

une couronne d’olivier sauvage ? C’est une couronne d’or qui s’imposait, s’il était riche !

Décidément, les jeux olympiques anciens étaient plus écologiques qu’aujourd’hui ! Pas de médaille d’or à l’époque.

Pour une raison difficile à élucider, on voit apparaître aux Ier / IIe siècles ap. J.-C. chez Philon d’Alexandrie (De agricultura 119), Strabon ou Plutarque la désignation des « jeux olympiaques » Ὀλυμπιακὸς ἀγών, avec un –a- dans le mot. Peut-être la raison fut-elle qu’en grec ancien, ὀλυμπικός [olumpikos] était ambigu et désignait à la fois ce qui revient à Olympie et ce qui revient à Olympe ; seul ὀλυμπιακός [olumpiakos] était clair et ne se rapportait qu’à Olympie2. Aussi, les jeux Olympiques se disent en grec moderne depuis 1896 Ὀλυμπιακοὶ ἀγῶνες [Olimpiaki agones].

En français, à la Renaissance, on parlait des « jeux olympiens » comme Ronsard, qui se désolant de la mort de Marie, imagine des « jeux olympiens » en son honneur, (à la façon des jeux funèbres en l’honneur du défunt Patrocle dans l’Iliade) :

Que dois-je faire, Amour ? que me conseilles-tu ?

J’irais comme un Sauvage en noir habit vêtu

Volontiers par les bois, et mes douleurs non feintes

Je dirais aux rochers : mais ils savent mes plaintes !

Il vaut mieux d’un grand temple honorer son tombeau

(…)

Et devant le portail, comme les anciens

Célébraient les combats aux jeux Olympiens,

Sacrer en son honneur au retour de l’année

Une fête chômable à la joute ordonnée.

Pourquoi est-on passé des « jeux olympiens » aux « jeux olympiques » ? L’expression « jeux olympiques » existait, elle aussi, à la Renaissance. Or le mot « olympien » était ambigu : il pouvait renvoyer aussi bien à Olympie, lieu des jeux dans le Péloponnèse au sud de la Grèce, qu’à la montagne Olympe, siège des dieux, au nord de la Grèce. A la fin du XVIIe siècle, la langue a tranché : les « jeux olympiens » sont sortis d’usage, on ne parle plus que de « jeux olympiques ». Dans le dictionnaire de l’Académie (1694), les Académiciens notent que l’adjectif olympique « n’a guère d’usage que dans cette phrase : jeux olympiques », et ils laissent implicitement à olympien le soin de désigner tout ce qui se rapporte à la montagne sacrée des dieux, l’Olympe, comme dans l’expression « Jupiter Olympien ».

Les Français sont donc plutôt olympiques tandis que les Grecs sont olympiaques3. Cela vient peut-être de leur côté dionysiaque ?

 

1 L’Olympique n’a été fondé qu’en 1895, près de Paris, avant de se fondre en 1902 dans le Racing Club de France. L’Olympique lillois a, lui, été fondé en 1902 avant de devenir le LOSC dans les années 1940.

Quant à l’Olympique de Lyon, il n’a été fondé qu’en 1950…

2 L’adjectif Ὀλύμπιος [Olumpios] en grec ancien se rapporte, lui, seulement au mont Olympe. On parle ainsi des « dieux olympiens » ou « dieux de l’Olympe » : θεοὶ Ὀλύμπιοι [theoi Olumpioi] dans l’Iliade II, 13.

3 Qu’on pense seulement au club de football de l’Olympiakos du Pirée, fondé en 1925 !`


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christian Boudignon (11 juillet 2023). « Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 55) ». Connaissance hellénique. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmiw


Christian Boudignon

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search