Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n°28)

 CHRONIQUE LINGUISTIQUE SUR LES MOTS GRECS DU FRANÇAIS POPULAIRE ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article sept)

 

Réflexions intempestives sur le clitoris

(où il sera question de l’étymologie de clitoris)

 

« Luisant comme un bijou sur le torse d’un dieu »

Pierre Louÿs, La femme (1889-1891)

 

Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)
Lady Gaga à Berlin en octobre 2013 (wikicommons)

 

Le censeur pornographe

Je le sens, on va me dire que je cède à la pornographie ambiante. C’est un vieux reproche que déjà se jetaient à la figure les sophistes du Banquet des sages (13, 567b) d’Athénée de Naucratis (IIe / IIIe s. ap. J.-C.): οὐκ ἂν ἁμάρτοι δέ τίς σε καὶ πορνογράφον καλῶν « on ne se tromperait pas en t’appelant pornographe »

Je répondrai en ces termes. D’abord, il faut se réjouir de cette insulte, parce qu’elle est bien grecque. Elle signifie littéralement “peintre de p…” De ce reproche sont sortis le mot de pornographie et tout un genre littéraire puis cinématographique. C’est un peu comme si l’anathème avait engendré ou propagé la pornographie

Une petite anecdote sera révélatrice. Il y a quelques années, à Damas, à l’entrée des cinémas où l’on diffusait des films américains de “série B” (et nullement X), il y avait des photos de “scènes” qui passaient pour “osées” et montraient un baiser, une caresse, ou quelque partie dénudée du corps d’une actrice. Un jour de grand ennui, j’assistai à une projection d’un “série B” et je fus tout surpris de constater que le “chef d’oeuvre” en question ne présentait pas les quelques “scènes” qui étaient en photo à l’entrée pour aguicher le client. Je compris alors le petit jeu du censeur pornographe. Il coupait dans les pellicules les “scènes osées” et les donnait aux gérants du cinéma pour qu’ils les développent et les affichent à l’entrée. La censure ne crée-t-elle pas la pornographie ?

 

“piercing au clito”

On pourrait me faire le reproche également que le terme de clitoris serait savant. A ce titre, il n’entrerait pas dans ma chronique sur les mots grecs du français courant. Je répondrai que le mot a connu une simplification toute populaire en “clito” tout comme “photographie”, “pornographie” et “vélocipède” s’abrègent en “photo”, “porno” et “vélo”. C’est là le signe évident que le terme est adopté dans la langue de tous les jours. J’en veux pour preuve ce titre de la page internet du journal Voici au 19 septembre 2011 : “Lady gaga, son piercing au clito en photo”.

Et puis si le mot n’est pas de formation populaire, il est d’un emploi suffisamment vulgaire pour entrer dans cette chronique !

 

Apparition du mot en français.

En fait, comme le signale Michèle Clément (« De l’anachronisme et du clitoris », Le Français préclassique, n° 13, 2011, pp. 27-45), le mot fut introduit en français en 1575 sous la forme cleitoris par le médecin Ambroise Paré dans l’édition de ses Œuvres. Comme la censure ou l’auto-censure est toujours à l’œuvre, Ambroise Paré supprima ce passage dans la réédition de 1585. Mais le mal était fait ! C’était la grande époque des progrès scientifiques dans la description du corps humain qui se reflétaient dans les traités anatomiques des italiens Matteo Realdo Colombo et Gabriele Falloppio, plus connu, si je ne me trompe, en français, sous le nom de Fallope.  Colombo en 1559 prétendait être le premier à découvrir ce lieu du plaisir féminin, tandis que Fallope, lui, en 1561, renvoyait à la médecine arabe, à Avicenne notamment, qui appelait la chose [al-baẓr] ou [al-baẓar] “chose saillante”, et aux Grecs qui, selon Fallope, la nommaient κλητορίδα.

 

D’où vient ce mot ?

Mais d’où vient ce mot ? Le mot remonte au médecin grec du Ier /IIe siècle ap. J.-C., Rufus d’Ephèse, dans son traité Du nom des parties du corps humain. Il est associé au verbe kleitoriazein/kleitorizein (éd. Daremberg-Ruelle, 1879, p. 147) :

τὸ δὲ μυῶδες ἐν μέσῳ σαρκίον νύμφη καὶ μύρτον· οἱ δὲ ὑποδερμίδα, οἱ δὲ κλειτορίδα ὀνομάζουσιν, καὶ τὸ ἀκολάστως τούτου ἅπτεσθαι κλειτοριάζειν λέγουσιν

ce qui est traduit ainsi :

« la nymphe ou le myrte est le petit morceau de chair musculeuse qui pend au milieu (de la fente), d’autres l’appellent hypodermis, d’autres clitoris, et l’on dit clitoriser pour exprimer l’attouchement lascif de cette partie. »

Il faut être Grec pour inventer un verbe comme clitoriser, κλειτοριάζειν [kleitoriazein] ! Cela a marqué l’imagination de Rufus d’Ephèse et c’est sans doute à cause de ce verbe que Fallope a choisi le terme de clitoris plutôt que celui d’hypodermis ou encore de myrte ou de nymphe, mots ambigus qui peuvent aussi désigner la vulve.

Précisons les choses. A l’époque de la Renaissance, on n’avait pas encore réformé la prononciation du grec ancien et avait cours la prononciation moderne du grec, marquée par ce qu’on appelle le iotacisme. C’est la tendance à transformer en  i les voyelles et diphtongues. Les graphies ει, η, ι, υ  étaient prononcées i. Cela induisit une faute d’orthographe chez Fallope (ou sa source). Il écrivit en caractère grec dans son traité en latin : κλητορίδα que l’on prononcerait à l’érasmienne [klètorida] mais qui se disait [klitorida]. Le problème est que cette mauvaise orthographe renvoie à une autre racine, celle de καλέω : «inviter» et non à la racine de κλείω « fermer »… Malgré les mauvais esprits, le clitoris n’est pas une «inviteuse», mais bien un bouton-«fermoir»… Mais, chut ! je n’en dis pas plus, on se reportera à l’article de J.V. Vernhes dans ce numéro de la revue.

 

Un problème de genre

Ambroise Paré introduit la forme correcte cleitoris. Le –ei- grec de cleitoris était bien prononcé –i- (selon le phénomène du iotacisme qui avait déjà cours partiellement chez les Latins dans l’Antiquité, puisque la muse Κλειώ [Kleio] s’appelle en latin Clio).

Mais ce qui est étrange c’est que le français a figé ce mot au nominatif en is, et aussi au masculin (en fait une sorte de neutre indifférencié) parce que c’est un mot hors contexte, dont on se délecte oralement (sans réfléchir à sa forme originelle en grec !). On parle de « génie de la langue française », mais là, il faudra que l’on m’explique ce qu’il y a de génial à transformer ce nom féminin en masculin !… ou inversement à faire du substantif moustache un mot féminin en français.

Les Italiens, eux, ont suivi la coutume de tirer le mot d’une forme d’accusatif et ont : clitóride. Et pour eux, le mot est féminin, comme le déclare la 4e édition du Vocabolario degli Accademici della Crusca (1729-1738). Mais eux aussi commencent à s’embrouiller !

Il y a d’autres hésitations sur ce mot puisque dans un dictionnaire franco-anglais,  A Dictionarie of the French and English Tongues, de Randle Cotgrave, paru à Londre en 1611, le mot apparaît à la fois à l’entrée “clitoris” et à l’entrée “clytoris” (qui renvoie à la première entrée). Cette incertitude d’écriture montre bien que l’auteur ne sait pas trop comment l’orthographier, parce qu’il avait cours oralement, comme ces insultes dont on est parfois bien en peine de trouver comment elles s’écrivent. Cependant, aucune hésitation sur son genre, puisqu’il est bien noté comme m.  c’est-à-dire masculin ! Il y est traduit par “A Woman’s Privities”, ce qui signifie, bien vaguement : “parties intimes d’une femme”. Pourquoi l’auteur du dictionnaire qui fait preuve de tant de pruderie dans cette traduction approximative n’a-t-il pas censuré ce mot ? C’est qu’il était peut-être utile à quelques gentilshommes d’outre-Manche désireux de “fleuretter” avec le beau sexe de chez nous. Cela prouve en tout cas que le mot avait cours dans les alcôves françaises !

 

Je me plais en tout cas à imaginer le voyage de ce mot qui commence en Grèce, est retrouvé ensuite par des médecins humanistes italiens via la médecine arabe, se popularise en France et se répand ensuite chez les Anglais qui s’en délectent d’abord en français avant de l’introduire dans leur langue…✸

 

 Christian Boudignon

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.