Sylvain Brocquet a lu pour vous : « Retour d’Ulysse… » de René Peyrous

 LU POUR VOUS ( λύχνος n° 138, juillet 2014, article cinq)

 

Compte-rendu de l’ouvrage de René PEYROUS : Retour d’Ulysse

de Troie vers Ithaque. Hypothèses sur la seconde partie du parcours depuis le cap Malée.

Paris : Publibook, 2011. 354 p. (36 euros)

 

par Sylvain Brocquet.

Couverture du livre de R. Peyrous : Retour d'Ulysse de Troie vers Ithaque
Couverture du livre de R. Peyrous : Retour d’Ulysse de Troie vers Ithaque

Ainsi que le précise sa brève introduction, ce livre tente de reconstituer le parcours d’Ulysse à partir du moment où les vents le font dériver depuis le cap Malée vers le Sud (où la première escale est celle que fait le héros au pays de Lotophages), jusqu’à son retour sur l’île d’Ithaque. Son objectif est de proposer des hypothèses d’identification géographique des étapes de ce parcours, en recoupant plusieurs données, en particulier celles que fournit une étude des vents et des courants en Méditerranée. L’entreprise se situe explicitement dans la lignée des interprétations « réalistes » et historicisantes du cycle homérique, telles qu’ont pu en proposer des exégètes au XIX° siècle et dans la première partie du XX°, comme Heinrich Schliemann puis Victor Bérard, auteur d’une traduction célèbre de l’épopée (Paris : Les Belles Lettres, 1924) et d’une étude intitulée Les navigations d’Ulysse (Paris : Armand Colin, 1927-1929), auquel l’auteur fait très souvent référence. Ainsi que l’explique la conclusion de l’ouvrage (notamment p. 331-333), le postulat de départ est qu’au-delà de sa dimension légendaire et mythologique, le récit repose sur un fond de vérité, que la navigation d’Ulysse reflète des circuits connus des Grecs à l’époque d’Homère en Méditerranée. René Peyrous tient compte, avec beaucoup de soin, des techniques de navigation que maîtrisaient les Grecs à la fin du second et au début du premier millénaire av. J.-C., fait appel au témoignage de toutes les sources littéraires antiques accessibles en traduction française – une attention particulière est accordée au cycle des Argonautiques, envisagé avec beaucoup de vraisemblance comme le pendant de l’Odyssée – et, en les confrontant à l’environnement géographique et climatique dans lequel se situent le récit, parvient à des conclusions qui ne manquent pas d’intérêt. Sa thèse, exposée en neuf chapitres dont chacun est consacré à une étape du retour d’Ulysse (le pays des Lotophages, celui des Cyclopes, puis ceux d’Éole, des Lestrygons, de Circé et de la maison d’Hadès, les lieux où sévissent les Sirènes puis les Roches Planctes, l’île de Calypso, enfin celle des Phéaciens) et récapitulée très clairement en conclusion (p. 335-336), est parfaitement résumée par une phrase de la p. 332 : « L’Odyssée se déroule essentiellement dans la partie orientale de cette mer [la Méditerranée], dans les Cyclades, avec extension vers le Pont-Euxin (mer Noire), à l’exception des trois dernières étapes, l’île de Calypso, Corfou [à laquelle est identifiée la Phéacie] et, bien-sûr, Ithaque ».

Les études homériques et la mode

Deux constats s’imposent : le premier, que l’approche choisie et le postulat sur lequel repose l’ensemble de l’ouvrage peuvent être qualifiés, dans le contexte des recherches homériques actuelles, de caducs. Est-ce simple affaire de mode ? C’est un peu ce que suggère l’auteur, dans sa conclusion, lorsqu’il tente de justifier son entreprise. On pourrait lui objecter que l’évolution de la science, ici comme ailleurs, a pour cause principale les apories auxquelles ont conduit de précédents modèles. Mais il faut prendre ici le mot aporie dans son sens premier : on ne sait pas si l’Odyssée repose sur et reflète une quelconque réalité géographique, et, si tel est le cas, on ignore quels sont les lieux auxquels réfère le poème. La recherche, constatant son impuissance dans ce domaine en même temps que l’impossibilité de trancher, se tourne donc naturellement vers d’autres sortes de questionnement, qui ressortissent davantage de l’anthropologie que de l’histoire dans son sens étroit. Par conséquent, on voit mal comment et pourquoi reprocher à l’auteur le point de vue qu’il a choisi comme point de départ : pourvu que le statut épistémologique de postulat soit explicitement attribué à l’approche adoptée et que le caractère hypothétique des conclusions auxquelles il conduit soit clairement affirmé, deux conditions que remplit parfaitement l’ouvrage, l’entreprise apparaît parfaitement légitime. Le parcours d’Ulysse tel que le reconstruit l’auteur est cohérent, aussi conforme à la vraisemblance que d’autres hypothèses qui ont pu être formulées par le passé, parfois même assez convaincant, surtout lorsqu’il est déduit d’une confrontation des techniques de navigation et d’une étude des vents dominants (l’auteur montre ainsi, contre une tradition qui remonte à Strabon, que le pays des Lotophages doit se situer beaucoup plus à l’est que l’île de Djerba et l’identifie avec l’ancienne Cyrénaïque). Ce circuit ne peut être démontré, mais on ne peut non plus le réfuter avec certitude. Le second constat est que l’auteur n’est ni helléniste ni philologue : l’étude est fondée exclusivement sur des traductions françaises de l’Odyssée – deux essentiellement, celles de Victor Bérard et de Philippe Jaccottet, constamment citées et mises en regard. Aucune analyse textuelle, notamment lexicale (démarche essentielle s’agissant de toponymie) n’est évidemment proposée. Les problèmes d’établissement du texte ne sont pas soulevés. Les sources exégétiques antiques (les scolies) ne sont jamais convoquées. Enfin, les questions que posent d’une part la datation d’Homère et l’attribution du poème à un seul ou à plusieurs auteurs, d’autre part la situation historique du monde auquel il réfère sont à peine effleurées. Par ailleurs, la bibliographie est restreinte aux ouvrages en langue française. Tout cela constitue  évidemment un terrible handicap, qui pèse lourdement sur les interprétations proposées, qui apparaissent ainsi construites sur du sable. Cependant, de cela non plus l’auteur ne fait pas mystère et il présente sa recherche comme celle d’un érudit et d’un curieux, non comme celle d’un spécialiste. La même question se pose donc que s’agissant du postulat historicisant : peut-on réellement lui reprocher une faiblesse que lui-même reconnaît avec une parfaite honnêteté intellectuelle, en même temps qu’il reconnaît les limites qu’elle lui impose ? Certainement pas. La seule question qui demeure est : la lecture de ce livre est-elle intéressante, apporte-t-elle sinon du nouveau, du moins quelques idées originales ? À ces questions on est tenté de répondre par l’affirmative.

Critiques et reproches…

Il convient de formuler quelques remarques sur la manière dont sont conduites et exposés les démonstrations. Le livre est écrit de façon très claire et très précise, mais on reprochera tout de même une certaine rudesse à sa rédaction : il manque souvent, ici, et là, une phrase d’introduction, de transition ou de conclusion partielle. Le corps de l’argumentation consiste presque exclusivement dans des citations de l’Odyssée suivies d’un commentaire parfois uniquement paraphrastique, parfois admettant sans démonstration une interprétation qui pourtant ne va pas de soi. Les chapitres commencent souvent de cette façon, par une citation plus ou moins longue, sans aucune introduction. On regrette aussi l’absence de véritables cartes de la Méditerranée (il y a essentiellement des reproductions de cartes anciennes, trop petites, trop sombres et peu lisibles) : s’agissant d’une reconstitution géographique et topologique, une carte précise, sur deux pages, sur laquelle auraient été reportées les hypothèses formulées se serait révélée infiniment plus pertinente et plus utile, pour aider le lecteur à suivre le propos de l’auteur, qu’une photo montrant les moutons de « la transhumance en pays basque » (p. 47) ou une « seiche géante péchée au large de l’Australie » (p. 248) ! La méthode, même une fois admis le postulat historicisant, présente quelques défauts. Tout d’abord, justement, l’absence de vraie perspective historique : ainsi n’est-il jamais envisagé que les conditions climatiques et les paysages ont pu évoluer eux-aussi, que la géographie historique est, dans cette entreprise, une discipline qu’il convient de convoquer. L’auteur présuppose, comme allant de soi, qu’à l’époque d’Homère (dont le mystère n’est pas pris en compte, comme on l’a dit), les vents soufflaient exactement comme aujourd’hui, que les paysages côtiers étaient exactement les mêmes, etc. Ils n’ont peut-être pas changé dans des proportions de nature à invalider les hypothèses qu’il en déduit, mais au moins devrait-il signaler ce fait et soulever explicitement les questions qu’il pose. Ensuite, l’utilisation de deux traductions, mises en regard sous la forme de deux colonnes et parfois comparées dans le commentaire, témoigne sans doute du regret qu’éprouve l’auteur de ne pouvoir faire une véritable enquête philologique (comme un mélomane non musicien aime à comparer diverses interprétations enregistrées d’une œuvre dont il ne peut déchiffrer la partition), mais n’apporte rien de solide à l’argumentation. Le choix de ces traductions, au contraire, paraît d’autant plus arbitraire qu’il ne fait pas l’objet d’une justification. Enfin, et c’est le reproche principal qu’on peut faire à l’argumentation, celle-ci repose trop souvent sur des interprétations, la plupart déjà formulées dans de précédentes études, qui sont admises a priori, sans la moindre discussion. Le postulat historicisant, en effet, n’impose pas d’accepter sans les soumettre à la critique des identifications au seul motif qu’elles dévoilent un élément de la réalité derrière le récit légendaire. Un exemple frappant est celui du pays des cyclopes, à propos duquel l’auteur admet deux choses sans les discuter : d’une part, parce que le cyclope entreprend de dévorer Ulysse et ses compagnons, qu’il s’agit d’une contrée habitée par une population anthropophage – idée qui conduit à des raisonnements oiseux et, en fin de compte, à une aporie complète, puisque l’auteur conclut que cela devait bien être « possible » pour la région qu’il identifie comme le pays des cyclopes (p. 46). Or ce qui est « possible » pour une région l’est tout autant pour une autre : en quoi cela lui permet-il de trancher entre plusieurs hypothèses ? Qu’apporte à son propos le fait de prendre ainsi le texte au pied de la lettre de la manière la plus naïve qui soit ? D’autre part, du fait que le cyclope jette sur le navire d’Ulysse des rochers arrachés à une montagne, il déduit que c’est un pays caractérisé par une forte activité volcanique et que l’épisode des pierres serait la simple transposition d’une éruption et d’un ras de marée. C’est aller un peu vite et se contenter, là encore, d’une analogie au premier degré. On peut postuler que le pays des Cyclopes correspond à un pays réel sans pour autant limiter ainsi le champ du possible. Le postulat historicisant ne doit pas conduire à considérer mécaniquement chaque élément du récit comme une simple allégorie, au risque de dépouiller le poème de sa dimension épique et mythologique.

Une connaissance remarquable de l’Odyssée

Mais ces reproches ne doivent pas occulter les immenses qualités du livre de René Peyrous. Tout d’abord, une lecture extrêmement attentive et minutieuse de l’Odyssée : l’auteur a lu et relu les différentes traductions françaises de l’épopée, il en connaît les moindre détails et peut effectuer des rapprochements entre d’infimes péripéties situées à divers moments du récit. Sa connaissance de l’œuvre pourrait vraisemblablement en remontrer à un helléniste non spécialiste d’Homère. D’autre part, l’idée qui consiste à se fonder sur l’étude des vents dominants et à confronter les données qu’elle fournit avec les techniques de navigation connues à l’époque pour circonscrire au vraisemblable les hypothèses concernant le parcours d’Ulysse est une idée à la fois originale et pertinente, qui sous-tend les meilleurs passages de l’ouvrage. Si on peut reprocher à la manière dont elle est mise en œuvre l’absence de perspective historique, on doit en revanche louer la minutie et la rigueur des analyses qu’elle permet. Le livre de René Peyrous se révèle en définitive, une fois admis le fait qu’il ne s’agit pas d’un travail qui s’inscrirait dans l’actualité des recherches homériques contemporaines, d’une lecture stimulante pour l’esprit. Il invite à approfondir notre connaissance et notre perception d’un texte fondateur s’il en fût, un de ces textes qui occupent notre imaginaire de façon durable, il invite à le questionner d’une manière peut-être différente de ce que nous avons appris à faire – et il invite à réfléchir sur le monde antique, sur la vie des hommes qui l’habitaient, leur situation en face d’un univers maritime qui nous semble aujourd’hui familier et bien domestiqué, mais qui représentait pour eux à la fois l’inconnu et le danger ✮

Sylvain Brocquet,

Université d’Aix-Marseille, UMR 7297.

 


2 réflexions sur « Sylvain Brocquet a lu pour vous : « Retour d’Ulysse… » de René Peyrous »

  1. J’ai lu avec admiration le docte article de M. Brocquet.

    Obiter dictum:

    Un « micro » détail: A en croire le dictionnaire de l’Académie, compte rendu doit s’écrire sans trait d’union.

    Philikotata
    (proparoxyton)

    Jean de Goiffon
    Expert traducteur (H) près la cour d’appel de Paris

  2. J’admets bien volontiers toutes les critiques formulées…mais il me semble bien avoir insisté, dès le début du livre sur le fait que je ne suis qu’un curieux et non un helléniste, ni un archéologue, et que mon étude résulte des questions posées par toutes le hypothèses émises sur cette route de retour d’Ulysse. Mes travaux antérieurs dans des domaines qui n’ont rien à voir avec la Grèce antique m’ont appris que la mise en commun de connaissances, et de spécialités, diverses permet souvent de se rapprocher de la solution du problème posé.
    La lecture récente de comptes-rendus des Symposiums de Vani(Géorgie),m’a permis de voir que le problème des premiers contacts des Grecs avec les côtes et les peuples de la mer Noire sont un sujet important de recherches. Toute « colonisation », a toujours été précédée d’une « découverte » et d’une transmission des conditions ayant conduit à celle-ci.
    Merci pour cette critique constructive.
    Je souhaite qu’il en soit de même pour mon essai « ULYSSE en Ithaque » édité en 2013 à la Société des Ecrivains.

    PEYROUS René.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.