Le choix des noms de personnages grecs dans le roman de Chariton

► ὁ λύχνος n° 165, juillet 2023.

Bartolomeo Carducci ou Pellegrino Tibaldi, Zénon d’Elée montre à ses jeunes élèves la porte de la vérité et celle du mensonge, Bibliothèque de l’Escurial (wikimedia)

Dans une étude sur le choix des noms perses dans deux romans grecs dont Chairéas et Callirhoé de Chariton, Patrick Robiano souligne dans son introduction que « l’importance qu’accorde un romancier à la nomination de ses personnages est, explicitement ou implicitement, au cœur de toute création artistique. »1 C’est ce que nous nous proposons de voir ici en montrant comment Chariton semble avoir choisi les noms grecs. Nous laisserons cependant de côté celui d’Hermocrate qui a pour but de contribuer, avec celui d’Artaxerxès, à donner un cadre historique à l’action.

Les méthodes employées sont diverses, parfois communes aux personnages principaux et secondaires. Ainsi les noms des principales figures, à savoir Chairéas, Callirhoé, Dionysios et Théron semblent être tous reliés à d’illustres personnalités de l’histoire romaine : Chairéas évoque le nom de César, Théron celui de Néron, Callirhoé celui de Cléopâtre et enfin Dionysios celui de (Marc-)Antoine. Comme nous avons déjà eu l’occasion de détailler les raisons suscitant ces évocations, les voici en résumé un peu simplifié : permutation de lettres, sonorités ressemblantes, et aussi le fait qu’un nom, à l’exemple de Dionysios, peut évoquer à la fois deux figures historiques.2

Pour les figures secondaires Chariton élargit encore la panoplie de ses procédés mais ce qui nous paraît significatif est son emploi, très probable, de thèmes différents. Quittant celui des célébrités il accorde alors aux philosophes, aux animaux et aux érudits une place singulière.

En commençant tout au bas de l’échelle sociale nous trouvons d’abord deux individus que Théron se propose de recruter pour piller le tombeau de Callirhoé. Il y réfléchit en pesant le pour et le contre de chacun d’eux :

– le premier a pour nom Zénophane (Ζηνοφάνης), que Théron trouve astucieux mais lâche. Le nom est attesté mais il peut néanmoins faire penser à la combinaison de ceux de deux philosophes, à savoir Zénon (Ζήνων), et Xénophane (Ξενοφάνης). Plusieurs penseurs se sont appelés ainsi mais deux d’entre eux ont en commun d’avoir appartenu à la même école de philosophie, celle d’Élée, un peu au sud de Naples. Les lignes suivantes éclaireront notre point de vue.

– Le deuxième s’appelle Ménon (Μένων), un Sicilien défini comme audacieux mais traître. Or ce nom se trouve être justement le titre d’un dialogue de Platon dans lequel le personnage éponyme discute de la vertu avec Socrate. Ici, Chariton procéda de la même façon que pour Dionysios car un autre Ménon est connu pour avoir assassiné le roi de Syracuse, Agathocle, dont il était un des familiers.3

Les deux furent écartés par Théron mais ce qui amuse avec le choix de leurs noms, c’est la délibération des pirates discutant du sort à réserver à Callirhoé. L’un d’eux propose d’emblée une solution apparemment vertueuse mais un autre l’interrompt en lui reprochant de vouloir faire d’eux des philosophes, entamant ensuite une brève mais brillante plaidoirie à charge.4 L’humour de Chariton n’est pas seulement noir.

Et pour en revenir à Zénon d’Élée, citons Plutarque disant de ce philosophe qu’il « avait une sorte de génie pour la controverse et (qu’) il était passé maître pour jeter dans l’embarras ses adversaires grâce à ses antinomies »5, autrement dit : ses paradoxes.

Mais avant de passer au thème suivant, celui des animaux, restons encore un peu en compagnie de nos brigands pour reparler brièvement de Théron, personnage aux facettes si multiples que nous aurons encore l’occasion de le rencontrer plus bas. Étymologiquement son nom signifie « chasseur ». Dans notre langage moderne, l’on pourrait donc dire sans trop de crainte que son activité, telle que décrite plus haut, ressemble en effet à celle d’un chasseur de tête. Et en tant que chasseur, il s’intègre également dans le contexte des noms qui vont suivre.

Quittons donc maintenant provisoirement le thème des philosophes pour nous tourner vers la domesticité de Dionysios.

Tous les trois, esclaves ou affranchis, ont des noms dérivés de ceux d’un animal. Le premier est un animal terrestre, le second marin et le troisième un oiseau6 

Le nom de Léonas (Λεωνᾶς), l’intendant, est dérivé de λέων le lion et celui du régisseur Phocas (Φωκᾶς) signifie phoque. En ce qui concerne Plangon (Πλάγγων, dans l’édition de G. Molinié), l’intelligente femme de Phocas, affranchie plus tard pour ses bons et loyaux services, son orthographe semble résulter de la combinaison de πλάγγος qui est une variété d’aigle, et de πλαγγών désignant une poupée de cire. Ce qui rend ici plausible l’allusion à l’aigle est non seulement la très grande ressemblance des mots mais aussi la conformité avec le thème qu’il a, semble t-il, choisi pour nommer les membres de la maison de Dionysios. À première vue surprenant, le thème des animaux pourrait s’expliquer comme suit.

À la lecture du roman, l’hypothèse du mépris de Chariton pour les esclaves peut être exclue. Au contraire leurs noms évoquent même trois sources de respect. Sans parler des aigles des légions romaines, remarquons simplement que la ville côtière de Phocée (Φώκαια), en Ionie, doit son nom à l’animal marin et que le lion est un grand fauve. Mais il est aussi possible de les voir tous ensemble comme un symbole de l’expansion de l’empire romain.

À ce sujet, qu’il nous soit permis d’ouvrir ici une parenthèse car aussi bien ces noms d’animaux que deux passages du roman peuvent prêter à cette deuxième interprétation. Ainsi, en route pour Babylone, Callirhoé a le sentiment de quitter son univers et de franchir une frontière en arrivant à l’Euphrate derrière lequel, écrit Chariton, s’étend le vaste empire perse (V, I, 3). Cette précision est un anachronisme flagrant car à l’époque de l’action romanesque, la Perse s’étendait jusqu’à la mer Égée. Par contre ce n’en était pas un pour notre romancier et ses lecteurs du temps de L’Empire gréco-romain, selon le titre d’un ouvrage de Paul Veyne. Pour eux, la Mésopotamie était une région frontière à la différence près que les Parthes avaient remplacé les Perses. Trajan essaya bien de conquérir la Mésopotamie, il avança même plus loin que l’Euphrate mais, rentrant malade vers Rome en 117 après J.-C., il succomba alors qu’il se trouvait encore en Asie. Plus tard fut tenue à Rome une cérémonie en son honneur pour laquelle « son effigie le remplaça sur le char triomphal. »7 De son côté Chariton semble bien avoir évoqué cette particularité en précisant qu’une image représentant Chairéas se trouvait dans le convoi funèbre.8

Mais avant de fermer la parenthèse il nous faut revenir sur le symbole des animaux pris ensemble. Avec eux l’image de l’expansion romaine est certes un peu floue. Les lions avaient peut-être déjà disparu d’Europe et devaient donc surtout se trouver en Afrique conquise. Le πλάγγος était sans doute présent en Asie9 et les phoques étaient encore nombreux dans une Méditerranée appelée Mare Nostrum par les Romains, expression totalement justifiée à l’époque de la rédaction du roman. À notre avis, l’évocation de l’expansion romaine se précise ensuite avec la mention de l’effigie de Chairéas car Hadrien, le successeur de Trajan, avait retiré ses légions de Mésopotamie, laquelle resta pour de très nombreuses années encore la région voisine de l’empire romain à son apogée.

Avec Ariston et Adraste nous retrouvons le sens de l’humour de Chariton. Avec Polycharme, il est moins perceptible.

Le nom d’Ariston (ἄριστος, signifiant le meilleur, le plus noble), le père de Chairéas, évoque une figure aristocratique. Mais le lecteur antique aura très probablement vu un contraste paradoxal entre son statut et une occupation terre à terre que suggère sa chute d’une échelle (I, III, 1).

Avec Adraste (ἄδραστος, signifiant qu’on ne peut éviter) nous pouvons également affirmer que les juristes étaient déjà incontournables dans l’Antiquité. Il s’agit en effet du spécialiste de la législation que Léonas doit aller voir pour rédiger le contrat concernant la vente de Callirhoé par Théron (II, I, 6). Et Chariton, ne l’oublions pas, s’est présenté comme le secrétaire d’un avocat.

Polycharme (Πολύχαρμος, nom et adjectif signifiant très belliqueux), est l’ami qui intervient toujours pour aider Chairéas ou lui remonter le moral. Presque tout au long du récit, il offre ainsi l’image du contraire d’un batailleur. Le paradoxe entre ce que suggère son nom et son comportement se rapproche alors de l’humour. Mais c’est lui qui propose à Chairéas d’aller combattre les Perses avec les Égyptiens (VII, I, 11).

Pour terminer cette revue voyons maintenant deux noms attribués à trois personnages.

Le premier, Démétrios, fait double emploi. Nous le trouvons d’abord avec Théron, sauvé en mer par Chairéas, qui dit s’appeler ainsi et venir de Crète, ironique allusion à la réputation de menteurs qu’avaient les Crétois dans l’Antiquité. Il nous faut signaler ici que ce double emploi a fait l’objet d’une étude comparant, ou plutôt opposant Démétrios le Cynique, « l’envers du vrai philosophe », à un éventuel homonyme ayant pu être Démétrios de Phalère. L’information en deuxième page que Tacite a rapporté le reproche d’hypocrisie et sa réputation d’homme « plus ambitieux qu’honnête » nous invite immanquablement à penser que Chariton ait pu trouver chez Démétrios le Cynique l’idée d’affubler certains pirates de noms évoquant des philosophes.10

Le deuxième Démétrios est un philosophe égyptien chargé de raccompagner en Perse la reine Statira, ce qui nous avait déjà permis de renforcer notre opinion que le romancier avait joué avec les noms en pensant alors très certainement à Démétrios de Phalère. Or ce dernier, après s’être réfugié en Égypte, se distingua aussi par le fait que les Anciens lui ont attribué le mérite d’avoir conseillé à son nouveau souverain de fonder ce qui devint la célèbre bibliothèque d’Alexandrie.11

De son côté, Hygin (Ὑγῖνος) est, tout comme Dionysios, un personnage côté perse ayant un nom grec, vraisemblablement un affranchi. C’est l’administrateur de biens de Mithridate, il parle grec et a pour mission d’apporter une lettre de Chairéas à Callirhoé. Son nom semble dériver de ὑγιής, sain (ou par analogie : sage, sensé) mais il ressemble surtout fortement à celui de C. Julius Hyginus, grammairien de son état (autrement dit un érudit), un affranchi d’Auguste mis à la tête de la bibliothèque Palatine à Rome. Ces renseignements nous proviennent précisément d’un ouvrage de Suétone12, l’auteur des Vies des douze Césars où nous avions déjà trouvé quelques détails pouvant avoir été empruntés par notre romancier. Est-ce alors une autre coïncidence si l’érudit que fut Suétone a contrôlé les bibliothèques publiques de Rome sous le règne de Trajan ?


Cette revue des noms grecs resterait cependant incomplète si nous passions sous silence ce que d’aucuns soupçonnent depuis fort longtemps, à savoir que celui de Chariton est peut-être un pseudonyme. En raison de tout ce qui précède, nous ne doutons pas un instant qu’en annonçant qu’il allait raconter une histoire d’amour, il avait vu le rapprochement entre son nom, dont une partie signifie « charme, plaisir » (χάρις), et Aphrodisias, le nom de sa ville.13

Arrivé ainsi au terme de cette petite étude nous en concluons que les noms grecs dans le roman de Chariton résultent de choix conscients nous révélant par ailleurs que ce lecteur de Plutarque a pu avoir entre les mains au moins deux ouvrages de Suétone. La recherche de ces noms est même allée au-delà du simple amusement car la pensée du romancier était, à ce qu’il nous semble, systématiquement tournée vers Rome quand l’humour n’entrait pas en jeu lors de ses réflexions.14 Il convient alors de se poser la question : pourquoi ?

À notre avis, la volonté de l’auteur de ne pas laisser transparaître ouvertement une quelconque influence romaine sur son œuvre n’est qu’une partie de la réponse.

 

NOTES :

  1. Cf. ROBIANO Patrick, « Nommer les personnages perses dans le roman grec: les choix de Chariton, Callirhoé, et d’Héliodore, les Éthiopiques. »

  2. Cf. « Rome dans le roman de Chariton », ὁ λύχνος n° 159, juillet 2021, article cinq.

  3. Cf. DIODORE de SICILE, La Bibliothèque historique, Livre XXI, Fragment 17

  4. Cf. CHARITON, Chairéas et Callirhoé, (I, VII, 2) et (I, X, 1-7)

  5. Cf. PLUTARQUE, Périclès (4,5), Vies parallèles 1, Paris, Robert Laffont, 2001, texte établi et traduit par Robert Flacelière et Émile Chambry, p. 219

  6. Tous les termes grecs de cet article ainsi que leur signification se trouvent dans le Bailly en ligne.

  7. Cf. BEARD Mary, SPQR Histoire de l’ancienne Rome, Paris, Éditions Perrin, 2016, traduction de Simon Duran, p. 492

  8. Op. cit. (IV, I, 10)

  9. Cf. ARISTOTE, Histoire des animaux, (IX,32) Paris, Gallimard, Folio Essais, traduction, présentation et notes par Janine Bertier, 1994, p. 509

  10. Cf. LAPLACE Marcelle, « Pour la datation du roman de Chariton : la figure de Démétrios le Cynique, envers du vrai philosophe. »

  11. Cf. EL-ABBADI Mostafa, Vie et destin de l’ancienne Bibliothèque d’Alexandrie, Paris, UNESCO : PNUD, 1992, p. 78

  12. Cf. SUÉTONE, Grammairiens et rhéteurs, Paris, Les Belles Lettres, 1993, texte établi et traduit par Marie-Claude Vacher, XX, p. 21. Au numéro XIX se trouve un autre grammairien dont le nom mérite d’être cité ici car il surprend. Il s’agit de Scribonius Aphrodisius, esclave affranchi par Scribonia, une des épouses d’Auguste.

  13. Cf. Romans grecs et latins, sous la direction de Romain Brethes et Jean-Philippe Guez, Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 4

  14. Le second Démétrios ne semble pas faire exception. Cf. ibid, p. 3, note 14, où l’autrice écrit que « ce n’est sans doute pas sans humour que Chariton a choisi ce nom, qui est aussi celui de l’auteur d’un ouvrage Sur les homonymes, Démétrios de Magnésie. »



Citer ce billet
Bernard Chevreux (2023, 2 juillet). Le choix des noms de personnages grecs dans le roman de Chariton. Connaissance hellénique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmir

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search