Condamnez-vous ou acquittez-vous Médée ? Les actes du procès

► ὁ λύχνος n° 165, juillet 2023.

[Le procès de Médée s’est tenu le 9 juin dernier au lycée Sévigné de Marseille, sous l’égide de l’association Nausicaa. La délibération du jury a été précédée d’une allocution de Pascal Boulhol, Président de Séance. À l’issue des débats, le jury, composé des spectateurs de la représentation, a condamné Médée par 32 voix contre 16. Tout en délibérant en leur âme et conscience, les jurés songeaient au repas grec qui les attendait après le verdict… Le Lychnos s’est procuré les actes du procès. Nous publions en exclusivité le réquisitoire du Procureur et le plaidoyer de la défense].

Médée médite de tuer ses enfants qui jouent aux astragales, Musée archéologique de Naples, Wikicommons

 

Condamnez Médée, oui, condamnez l’horrible forfait de Médée !

Mesdames et messieurs les jurés, vous avez sans doute dû vous dire en votre for intérieur que c’était là une bien drôle d’idée que de vouloir faire le procès de Médée, comme si nous n’avions pas assez de bandits et de truands à juger dans notre bonne ville de Marseille. Vous vous êtes peut-être demandé encore : pourquoi juger Médée ? Et pourquoi ne pas juger alors le Père Fouettard ou la fée Carabosse ? Pourquoi juger Médée ? Parce que cette affreuse empoisonneuse et assassin de la seconde femme de son mari, fratricide, deux fois régicide, doublement infanticide, cette « serial killeuse », si vous me passez le terme, ne cesse depuis Euripide de hanter notre imagination. Il faut lutter contre l’idée qu’une victime, même une femme abandonnée par son mari, ait tous les droits, et notamment celui de vie et de mort sur ses enfants ! Or depuis la malheureuse Ariane abandonnée par Thésée sur l’île de Naxos, les belles femmes langoureuses désertées par leur amant ou mari suscitent notre pitié, et même celle des dieux, puisque Dionysos décida d’épouser Ariane. Qui ne viendrait en aide à une jolie fille abandonnée ? Mais qu’on se souvienne de l’histoire de l’autostoppeuse abandonnée la nuit sur une route déserte de montagne. Imaginez bien la scène. Par une nuit d’automne, vous vous engagez tranquillement sur une route dans la forêt. Le calme est là et vous voyez soudain apparaître une belle autostoppeuse qui vous demande de la prendre en stop. Portés par votre bon cœur, vous arrêtez votre automobile pour lui venir en aide, et alors quatre bandits surgissent, vous éjectent, vous et votre famille, de la voiture, s’emparent du véhicule et vous abandonnent à votre tour dans la nuit froide d’une montagne infestée de loups et de vautours. Méfiez-vous des belles femmes abandonnées… Méfiez-vous de Médée…

Mais je m’égare… Venons-en aux faits. Que reprochons-nous à Médée ?

Médée est née en Géorgie, fille d’Aiétès, roi de Géorgie, et petite-fille de Soleil, dieu céleste. Notre mademoiselle Soleil a vingt ans quand débarque dans le royaume de Géorgie une troupe de jeunes Grecs à la recherche d’une peau de brebis couverte d’or, qu’on appelle la toison d’or. A leur tête, un grand blond avec une sandale noire, Jason, fils du roi de Volos en Grèce. C’est le coup de foudre. Médée aime Jason, Jason aime Médée. Médée donne à Jason un habit ignifugé qui lui permet de labourer un champ avec deux bœufs crache-feu, épreuve athlétique imposée par le roi Aiétès pour obtenir la peau de brebis. L’épreuve réussie, le roi de Géorgie ne veut pas donner à Jason la toison d’or conservée au palais. Le soir, Médée dérobe la toison d’or pour la livrer à son amant. Le frère de Médée s’interpose. Médée le tue de treize coups de couteau et le découpe en petits morceaux qu’elle va jeter à ses poursuivants. Premier meurtre perpétré par Médée, horrible fratricide.

Médée a vingt-et-un ans. Elle devient la femme de Jason et s’installe en Grèce à Volos. Pélias, l’oncle de Jason qui a usurpé la royauté, refuse de la céder à Jason alors qu’il lui rapporte la toison d’or, prix convenu pour que Jason devienne roi à la place du roi. Au lieu d’habiter dans le palais, Jason et Médée habitent dans une méchante cabane à une demi-heure de marche du centre-ville (les loyers au centre-ville sont trop chers) et Jason est obligé de garder les moutons pour survivre. Ne supportant plus l’odeur de la bergerie, Médée se rend chez les filles de Pélias, l’oncle de Jason, roi de Volos. Elle apporte un bélier du troupeau de Jason avec elle. Elle le découpe devant les filles du roi, le jette dans un chaudron bouillant et le ressuscite soudain entier, petit agneau bêlant tendrement. Impressionnées, les filles du roi admirent Médée. Celle-ci leur propose alors de rajeunir leur père si elles le découpent et le jettent en morceaux dans le chaudron bouillant. La nuit, les filles se saisissent de leur père pendant son sommeil, le tuent et le jettent dans le chaudron tandis que Médée éclate d’un rire vengeur et les abandonne à leur triste sort. Deuxième meurtre, horrible régicide.

Voulez-vous entendre leur témoignage ? Mesdames les filles de Pélias, venez, levez-vous, racontez aux jurés votre histoire. Vous ne pouvez pas, le chagrin vous empêche de vous lever, vous n’en avez pas la force. Votre vie est brisée depuis ce jour par une odieuse manipulatrice homicide. Non, restez à votre place. Les jurés se souviendront de vos larmes quand ils délibèreront.

Médée et Jason quittent Volos pour Corinthe. Ils y restent dix ans. Ils ont deux fils : l’aîné s’appelle Théoclès ou Théo pour les intimes ; le puîné, Léonidas ou Léo pour les proches. Pendant dix ans, Théo et Léo font la joie de leurs parents. Jason est devenu architecte naval au port de Corinthe et Médée vend des herbes médicinales au marché. Ils habitent une cabane à une demi-heure du palais royal (les loyers sont trop chers au centre-ville). Un jour la crise est là : Jason, pour la dixième fois de suite, n’a plus à offrir à manger à sa famille que trois feuilles de salade. Il se rend alors le lendemain au palais, obtient enfin un entretien avec le roi et lui propose de lui construire une flotte de guerre en trois ans. Après trois ans de travaux forcés jour et nuit, Jason et son atelier livrent une flotte de guerre de sept trières au roi de Corinthe, qui, à court d’argent, donne en échange des bateaux sa fille, la belle Glaukè, en mariage à Jason. Celui-ci refuse au début, mais songeant aux trois feuilles de salade qui les attendent si jamais il n’obtient ni paiement ni mariage, accepte finalement d’épouser la douce Glaukè. Médée a alors trente-quatre ans, la fille du roi a vingt ans. Quand Jason annonce à Médée qu’il va épouser la jolie Glaukè, Médée lui fait une terrible scène de ménage et menace de les tuer tous, lui, sa nouvelle femme et le roi de Corinthe. Le père de la mariée prend peur et chasse Médée de Corinthe. Celle-ci feint de se réconcilier avec son mari, la nouvelle mariée et le roi. Elle fait alors apporter à la tendre Glaukè par ses deux fils, Théo et Léo, sa plus belle robe et une couronne d’or volée autrefois. Elle les a enduites de polonium, poison infâme. Contaminée, la jeune mariée meurt dans d’atroces souffrances ainsi que son père pour l’avoir serrée dans ses bras sur son lit de mort. Troisième et quatrième meurtres : horrible régicide et horrifique féminicide.

On soupçonne Médée du crime. Jason se rend chez Médée. Il ne la trouve pas. Il court à l’aéroport. Là, il la voit dans les airs : elle est déjà partie pour Athènes. Il reçoit quatre jours plus tard un colis postal contenant les deux têtes de ses enfants, Théo et Léo, et une lettre où Médée lui explique qu’elle a voulu se venger de lui. Cinquième et sixième meurtres : double et horrible infanticide.

Aujourd’hui Médée a cinquante-cinq ans (la justice prend son temps !). Notre Médée est actuellement à Athènes, elle refuse de venir à son procès, et le roi d’Athènes, Égée, avec qui elle vit désormais, rejette toute demande d’extradition. Une rumeur insistante court cependant depuis quelques jours qu’elle a empoisonné Thésée, le fils d’Égée par un premier mariage. Si cette rumeur était avérée, il faudrait ajouter aux six assassinats, encore une horrible tentative d’assassinat.

Mesdames et messieurs les jurés, combien faudra-t-il de crimes pour que l’on cesse de dire :

« Oh la pauvre femme ! Peuchère, abandonnée par son mari, elle était à la rue ! Eh bien, elle a bien fait de se venger ! Quel courage ! Bravo ! Elle égorge ses propres enfants… Quelle femme courageuse ! Son meurtre a sauvé le genre féminin, vengé l’humiliation éternelle des femmes ! »

Permettez-moi d’interrompre ce sordide raisonnement. Peut-on sauver la gent féminine par un féminicide ? Imaginez la belle Glaukè. Elle avait vingt ans. Elle allait commencer des études de stylisme. Sa mère était morte depuis deux ans. Elle se consolait comme elle pouvait en se plongeant dans l’affection de son père et dans l’entourage des servantes. L’été, elle allait même jouer avec elles à la balle sur la plage après avoir lavé le linge. Un jour, son père adoré lui demande d’épouser Jason. Ce n’était pas son style, Jason… il était un peu âgé… Mais bon, il n’est pas si mal ! Et puis, cette histoire de la toison d’or, cela lui donne une sacrée trempe, non ?

— Et sa femme ? Est-ce que Glaukè a pensé que Jason avait déjà une femme ?

— Bien sûr… Jason lui avait dit qu’il l’avait répudiée, qu’il en avait divorcé, qu’il l’avait abandonnée depuis la grande scène de ménage de l’autre fois. C’était injuste, peut-être, mais c’était la loi grecque. L’homme ne veut plus de sa femme : il la répudie… Quelle est donc la faute de la belle Glauké pour devoir se retrouver empoisonnée, assassinée, trucidée par la femme de Jason ? Pourquoi Médée ne tue-t-elle pas son mari plutôt que l’amante ? Est-ce ainsi que l’on sauve la gent féminine du féminicide ? en assassinant une jeune femme malheureuse ? Supposons que la belle Glaukè ait été victime d’un mensonge de Jason, et que Jason ait été adultère. Soit. Est-il légitime que Médée se soit fait vengeance elle-même en tuant la belle Glaukè et en laissant vivre son homme adultère Jason ? On appelle cela aujourd’hui un crime d’honneur. L’honneur des femmes a-t-il été sauvé et lavé par un crime d’honneur sur une autre femme ? Non. Sinon cela veut dire que l’assassinat des jeunes filles est beau et légitime. L’adultère est-il un motif légitime de crime ? Si l’on répond oui à cette question, cela signifie que désormais, le crime d’honneur n’est pas punissable. Sinon le meurtre de Glaukè par Médée est un horrible assassinat par pure jalousie et nullement la rédemption de la gent féminine par je ne sais quelle héroïne solaire.

Et les enfants, Théo et Léo ? Voulez-vous que l’on vous montre leurs deux têtes ? Elles sont là dans la boîte !

Greffier, veuillez ouvrir la boîte !

Et puis non, n’en rajoutons pas à cette sordide histoire. Imaginez-vous seulement que votre conjoint ou votre conjointe disparaisse avec les enfants. Vous lancez une alerte enlèvement. Vous mourez d’angoisse, vous n’en dormez plus la nuit, et trois jours après vous recevez une boîte, vous ouvrez la boîte et vous voyez les deux têtes de vos enfants, leur regard figé dans la mort ! Que dit la loi ?

Greffier, lisez la loi !

Non, je vais vous plutôt vous dire la loi qu’a suivie Médée, celle que l’on appliquera désormais si vous la jugez innocente : « La mère a le droit de vie et de mort sur ses enfants en n’importe quelle circonstance tout le temps de leur minorité ! » « L’infanticide est un droit imprescriptible de toute mère ! » « Mes enfants sont à moi, j’en fais ce que je veux.  » Et vous, Théo et Léo, qu’en pensez-vous ? Imaginiez-vous qu’une mère puisse ainsi assassiner ses enfants ? « C’est pour votre bien que je vous assassine ! » disait-elle… Mais, dites-moi, vous qui allez juger Médée, trouvez-vous normal qu’une sextuple meurtrière puisse trouver refuge auprès de dieux iniques et immoraux et s’enfuir dans les airs sur le char du Soleil pour aller couler des jours heureux à Athènes, tandis qu’elle a semé la tristesse et la désolation dans le seul but de se faire plaisir et de satisfaire son besoin insatiable de reconnaissance, même si finalement elle n’a obtenu que le mépris et une immarcescible honte, laissant deux enfants, deux bons enfants, innocents et joyeux dans leurs jeux d’enfants, désormais sans vie et sans tête, privés de leur avenir, privés du doux bonheur de vivre par le plus pur égoïsme d’une mère manipulatrice et perverse, préoccupée par la seule tristesse de ses jeux d’adultes, de ses querelles de ménage et de son vain appétit de gloire et de préséance, véritable reine Soleil d’un empire sombre, sinistre et sans éclat, plus près des ténèbres éternelles du séjour des morts d’Hadès que de l’éclat joyeux de l’astre du jour ? La belle en cavale se pavane aux bras d’Égée, tandis que ses enfants sont morts de sa main ! Tout cela est proprement scandaleux ! Souvenez-vous donc, Mesdames et Messieurs les jurés, souvenez-vous de Théo et de Léo au moment de juger, et condamnez Médée, oui, condamnez l’horrible forfait de Médée !

Christian Boudignon

 

*****

Non, ne condamnez pas Médée ! Elle ne le mérite pas !

Monsieur le Président, monsieur le Procureur, mesdames et messieurs les jurés, je ne sais ce que vous avez pensé en écoutant ce réquisitoire, mais je vois vos visages : vous avez tous été très impressionnés par cette présentation terrible, par ce portrait abominable : comment une mère peut-elle tuer ses propres enfants ? Vous semblez avoir déjà décidé, vous semblez résolus à condamner cette femme sans plus rien entendre. Vos regards renfrognés montrent même à quel point vous vous demandez ce que je peux bien faire là, comment quelqu’un peut venir oser parler devant vous en faveur de Médée, de ce monstre ! Mais que votre jugement ne soit pas précipité : ne cédez pas à l’émotion de cet instant, ne vous laissez pas emporter par la persuasion, prenez au contraire, je vous en prie, prenez le temps de réfléchir et de raisonner par vous-mêmes !

Eh bien, d’abord, revenons très clairement aux faits. Qu’a donc fait Médée ? Je ne vais pas vous dire que Médée n’a pas tué ses enfants, que c’est un coup monté, que c’étaient en vérité les habitants de Corinthe ou, qui sait, un brigand qui passait au carrefour de trois rues. Non, Médée a bien tué ses enfants. Je ne vais pas vous dire que Médée ne les a pas tués de son plein gré, qu’elle l’a fait dans un accès de colère, sous l’emprise de la drogue, de la contrainte. Non, Médée a bien réfléchi avant de passer à l’acte, elle savait très bien ce qu’elle faisait. Mais voilà donc, vous semblez me dire, l’accusation a bien raison, restons-en là, Médée est vraiment un monstre ! Méfiez-vous, mesdames et messieurs les jurés, méfiez-vous des conclusions trop hâtives.

Qui est Médée ? Rappelons brièvement son histoire. Médée est la fille de Aiétès, le roi de Colchide. Son plus grand malheur a été de rencontrer Jason, venu en Colchide avec son expédition à la recherche de la toison d’or. C’est là que cette jeune princesse a vu le début de ses malheurs ! Le jeune prince grec, très rusé, se souvient bien de l’histoire de Thésée et d’Ariane, il sait que, s’il veut réussir, il a besoin d’un complice, ou plutôt d’une complice. Et que fait-il ? Il fait les yeux doux à la jeune princesse, il la séduit avec son charme de conquérant étranger. Soudain, comme par miracle, tout devient très facile pour Jason : c’est Médée qui lui permet d’obtenir la toison d’or, c’est Médée qui l’aide à affronter les épreuves imposées par Aiétès, c’est Médée qui l’aide à se débarrasser du roi et de son fils qui les poursuivent, c’est toujours Médée qui aide Jason à triompher de Pélias lorsqu’ils rentrent en Thessalie. Qu’a obtenu Jason de Médée ? Tout. Tout ce qu’il tient il l’a obtenu de Médée : la gloire éternelle, l’honneur, la vie sauve… Et qu’a obtenu Médée de Jason ? Rien. Pire : elle a tout perdu à cause de Jason. Uniquement enivrée de son amour, elle a tout perdu : sa famille d’abord (son père, qu’elle a renié ; son frère, son rang royal) ; elle a perdu sa patrie, sa situation sociale, sa richesse, sa position ; elle a perdu son identité. Voulez-vous donc condamner Médée pour ce qu’elle a fait sous l’emprise de la passion la plus totale ? Vous savez bien que l’Amour est un dieu, le plus puissant des dieux ! Voulez-vous condamner Médée pour ce qu’elle a fait sous l’emprise de la séduction, de l’influence, de la suggestion, de la manipulation ? Et ce n’est que le début de l’histoire ! Le mieux est à venir.

Imaginez-vous Médée à Corinthe ? Cette femme qui a tout perdu, cette femme qui aime passionnément, renonce à tout pour suivre son amour, à l’autre bout du monde, dans une ville hostile, où elle est différente, inaccessible, l’étrange étrangère que l’on montre du doigt au bord de la rue en chuchotant des médisances dans l’oreille de son voisin. Voilà l’étrangère, la sorcière ! Et pourtant, remarquez bien : Médée est même contente d’endurer toute cette situation pour l’amour de Jason. Son mari remplit sa vie, donne un sens à toutes ses privations, à ses renoncements, à ses sacrifices, à ses absences. Ils ont enfin des enfants, une vie familiale à l’apparence épanouie, joyeuse, heureuse même ! Eh oui, Médée est une mère attentive, attentionnée, prévenante, elle ferait tout pour ses enfants. Elle ferait tout pour son mari. Mais c’est mal le connaître, ce coureur de jupon, ce don Juan corinthien, ce Casanova de l’Isthme, ce traître ! Est-ce Médée qui a trompé Jason ? Est-ce Médée qui a détruit cette harmonie familiale qui régnait dans son ménage ? Est-ce Médée qui a révélé son vrai visage caché ? Mesdames et messieurs les jurés, ce n’est pas Médée, c’est Jason qui a trompé. C’est Jason qui a fait les yeux doux à une autre princesse. Eh bien oui, tout comme il avait séduit la princesse colchidienne quelques années plus tôt, il a pensé bon repasser à l’acte, recommencer avec une autre princesse, plus jeune, et surtout la fille du roi de Corinthe : c’est pratique et c’est plutôt bien pour s’assurer une bonne retraite par ces temps difficiles, non ? Et tant pis pour Médée ! tant pis pour les enfants ! qu’ils se débrouillent ! Voici votre Jason. Quel héros, décidément, que ce Jason ! Un héros digne des pires feuilletons télévisés. C’est Jason qui est responsable, c’est lui qu’il faudrait accuser et condamner ici aujourd’hui !

Mais, vous allez me dire, ce n’est pas lui qui a levé la main sur ses propres enfants, le geste le plus abominable. Oui, c’est vrai. Mais attention, mesdames et messieurs les jurés, attention à bien juger, à ne pas vous faire prendre au piège du temps. Essayons pour un instant de nous mettre dans la peau des Anciens. Verrions-nous les choses exactement de la même manière ? Ne sommes-nous pas aveuglés par notre société, par notre propre regard ? N’est-ce pas en Grèce, à Sparte, que les enfants difformes pouvaient être jetés dans le gouffre du Taygète ? Ne connaissez-vous pas pléthore d’histoires mythologiques présentant des enfants exposés à leur naissance ? À Corinthe même, un célèbre roi (et pas le dernier venu), un certain Laïos, avait abandonné son enfant sur le Cithéron, voulant le faire mourir. L’avez-vous jugé, Laïos ? Non, mais les dieux l’ont bien châtié sans votre jugement. À Mycènes, un autre grand roi a fait même pire. Mais oui, Agamemnon ! Il a bien tué sa fille pour sa soif de gloire et de succès. Traînez-le en justice !

En quoi Médée diffère-t-elle de tous ces autres personnages ? Cherchez l’erreur. Vous ne voyez pas ? Je vais vous expliquer. Souvenez-vous de la loi athénienne qui autorise le père à exposer son enfant nouveau-né. Souvenez-vous des physiologistes, d’Anaxagore qui croyait que la femme ne faisait que couver la semence de l’homme. Rappelez-vous ce que dit Apollon dans les Euménides d’Eschyle : « Ce n’est pas la mère qui engendre celui qu’on nomme son fils ; elle n’est que la nourrice du germe récent. C’est celui qui agit qui engendre. La mère reçoit ce germe, et elle le conserve ». Eh oui, je vois que vous avez deviné. Voilà ce qui distingue Médée et Agamemnon, Médée et Laïos, Médée et les autres : c’est que Médée est une femme ! C’est pour ça qu’elle nous embête, nous gêne, nous trouble, nous contrarie. C’est pour ça, parce que c’est une femme ! Comment a-t-elle osé, une femme !

Et oui, mesdames et messieurs les jurés, la vérité c’est que Médée dérange parce que c’est une femme qui a osé prendre la place des hommes, une femme qui a osé s’arroger les droits que la loi attribue aux hommes. Médée est une femme qui a osé priver un homme, Jason, de sa descendance, de son futur, de son avenir. Médée est la femme qui a osé, mais remarquez bien : elle a osé au prix de son plus grand désespoir (parce que oui, bien sûr, elle est aussi désespérée !), elle a osé défier la société, défier le monde, défier les hommes pour s’affirmer, pour revendiquer son existence, pour affirmer ses désirs, et pour faire cesser l’impunité de Jason. Médée est l’archétype de toutes les révoltes féministes, c’est la vraie créatrice du mouvement MeToo. #BalanceTonJason ! Son acte terrible est la réponse désespérée à un monde d’injustices, de mensonges, d’abus que les hommes et la société ont fait subir aux femmes. Médée est à juste titre la petite-fille du Soleil car, aussi terrible soit-il, son acte est un vrai rayon d’espoir pour une société meilleure !

Si vous cherchez un coupable, le vrai coupable, eh bien vous l’avez. Vous n’avez qu’à l’arrêter et à le poursuivre ! Vous n’en avez pas un seul d’ailleurs, vous avez un monde de coupables : c’est Jason que vous devez condamner, c’est toute la cité de Corinthe, c’est toute cette société qu’il faut juger ! Voici les vrais responsables de la cruauté de Médée. Au contraire, condamner Médée aujourd’hui, mesdames et messieurs les jurés, condamner Médée aujourd’hui signifierait se renfermer dans ce monde corinthien obscurantiste et machiste. Regardez Égée, le roi d’Athènes. Le croyez-vous fou d’avoir accueilli Médée dans sa ville ? Non, il n’est pas fou, il voit plus loin, il est sage, il sait qu’on ne saurait arrêter le cours de l’histoire, car Médée sera bien acquittée par l’histoire. Prenez inspiration sur lui et acquittez Médée au nom de toutes les femmes du monde, des femmes trompées, abusées, utilisées et puis jetées, contre tous les vrais monstres de notre société. C’est sur vous que repose l’issue, mesdames et messieurs les jurés, et je suis sûr que vous saurez être à la hauteur de la tâche qui est aujourd’hui la vôtre !

Rocco Marseglia



Citer ce billet
Christian Boudignon et Rocco Marseglia (2023, 5 juillet). Condamnez-vous ou acquittez-vous Médée ? Les actes du procès. Connaissance hellénique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmit

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search