Editorial et sommaire du numéro 137 de Connaissance Hellénique (mars 2014)

« Tourbillon est roi »

Hiroshige, Tourbillon (wikicommons)
Hiroshige, Tourbillon (wikicommons)

Δῖνος; τουτί μ’ ἐλελήθει, ὁ Ζεὺς οὐκ ὤν, ἀλλ’ ἀντ’ αὐτοῦ Δῖνος νυνὶ βασιλεύων.

« Tourbillon ?  Cela m’avait échappé que  Zeus n’existait plus mais qu’à sa place c’est Tourbillon qui règne »

 

D’humeur vagabonde avec l’arrivée du printemps, permettez moi, une fois n’est pas coutume, à l’invitation d’une association amie que nous saluons, nommée “Arrête ton char”[1], eh bien d’arrêter mon  char pour écouter l’air du temps, et me réjouir d’entendre quelques rossignols contemporains nous chanter grec…

 

Je suis un amateur inconditionnel de la bande dessinée Quai d’Orsay dont on a tiré un excellent film avec Thierry Lhermitte et Niels Arestrup notamment. Or le scénariste de la bande dessinée, qui se fait appeler du joli nom d’Abel Lanzac a inventé un personnage savoureux, Taillard de Worms, ministre des affaires étrangères, espèce de Minotaure génial qui tyrannise ses collaborateurs et cite Héraclite à tout bout de champ. Et même, il cite Héraclite pour tyranniser ses collaborateurs, ce dont ils savent se venger en inventant de délicieuses citations insolites et inconnues où l’anchois devient le héros des fragments d’Héraclite.

 

En même temps, on ne sait plus bien si c’est le héros de l’histoire, alias De Villepin, qui cite tout le temps Héraclite, ou si ce n’est pas le scénariste Abel Lanzac, puisque chaque séquence de la bande dessinée commence par une citation d’Héraclite. Là encore, on ne pourra que se réjouir de voir aujourd’hui le poète d’Ephèse, Héraclite, irriguer de ses fulgurances obscures la politique et la diplomatie (deux mots et deux réalités grecques, voire byzantines).

 

On ne pourra que frapper des mains et applaudir quand on voit le même scénariste conclure un entretien avec l’Express du 2 décembre 2011[2] en citant Aristophane (poète comique du Ve s.) qu’il appelle joliement le cousin d’Héraclite (poète-philosophe du VIe s.). Quand le journaliste Romain Rosso lui demande pourquoi l’album Quai d’Orsay a eu du succès, il répond humblement que c’est grâce au dessinateur, Christophe Blain, et ensuite à sa chance et à son étoile : « Tourbillon est roi », dit Aristophane, un cousin d’Héraclite.

 

C’est beau de ne pas se laisser griser par le succès. C’est encore plus beau de le faire en citant ce beau vers des Nuées d’Aristophane (v. 380-381) : Socrate enseigne à Tourneboule que Zeus n’existe pas : la pluie ? c’est les Nuages ; le tonnerre ? c’est un tourbillon de l’éther !

—   « Tourbillon ? » s’écrie Tourneboule qui croit qu’il s’agit du nom d’un Monsieur Tourbillon, « je n’avais pas la moindre idée de cela : alors Zeus, y en a pas ? Et à sa place, c’est Tourbillon qui règne à cette heure… »

—   Δῖνος; τουτί μ’ ἐλελήθει, ὁ Ζεὺς οὐκ ὤν, ἀλλ’ ἀντ’ αὐτοῦ Δῖνος νυνὶ βασιλεύων.

 

A cette heure, où le rêve du pouvoir, du succès, de l’argent facile, des filles faciles fait tourner notre petit monde, oui, « Tourbillon est roi ! » Et Blaise Pascal le dit à sa façon : « Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie que de n’être pas fou ».

A notre façon, donc, nous vous avons assaisonné un numéro de folie avec ce n°137 de Connaissance Hellénique de mars 2014, d’abord et avant tout grâce à :

à Pénélope, Index de tous les articles parus dans Connaissance Hellénique (version papier) depuis les origines,

http://ch.hypotheses.org/850

 

mais aussi grâce à :

 

1 Christian Boudignon, Chômage et calme,« Il fait trop chaud pour travailler » (vous parlez grec et vous ne le saviez pas n° 27)

http://ch.hypotheses.org/721

2 Janine Kaminski, 11 poèmes grecs traduits en français de « L’agora » de Panos Drakopoulos,

http://ch.hypotheses.org/738

3 Pascal Boulhol, Brèves notes sur les scènes de reconnaissance dans l’Odyssée, http://ch.hypotheses.org/747

4 Marie- Noëlle Naulin, Compte-rendu de « L’empoisonneuse d’Istanbul » de Petros Markaris,

http://ch.hypotheses.org/799

5 Robert Wallace, Conférence exceptionnelle sur « l’Œdipe à Colone » de Sophocle, http://ch.hypotheses.org/811

6 Bernard Boyaval, Quels arbres poussaient à l’oasis de Siwah ? http://ch.hypotheses.org/820

7 Jean–Victor Vernhes, une étymologie pour σοφός [sophos] ?

http://ch.hypotheses.org/834

 

Bonne lecture à tous !

Christian Boudignon, Rédacteur en chef

 

 

 

 


[1] http://www.arretetonchar.fr

[2] http://www.lexpress.fr/culture/livre/abel-lanzac-la-diplomatie-c-est-d-abord-l-art-de-parler-a-ses-ennemis_1057226.html

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Editorial et sommaire du numéro 137 de Connaissance Hellénique (mars 2014) »

  1. depuis quelque temps je ne reçois plus Lychnos, c’était bien utile pour mes bibliographies d’avoir les numéros papiers. Si vous êtes passé à la forme virtuelle complètement, pourriez-vous m’envoyer un signalement des articles qui sont susceptibles d’intéresser nos lecteurs (Homère, Grèce archaïque, mythologie) comme je vois celui de P. Boulhol sur les reconnaissances dans l’Odyssée?
    Comment citer le nombre de pages?
    Merci, cordialement,

    Françoise L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.