L’enseignement du grec en Russie après 1917

▶ L’ HELLÉNISME EN RUSSIE (Λύχνος n° 133, article cinq)


L’ENSEIGNEMENT DU GREC ANCIEN EN RUSSIE APRÈS 1917.

forêt en hiver

 

 AU DEBUT DU XXe SIECLE, seul le latin restait obligatoire dans les gymnases classiques russes, le grec ancien devenant, à l’issue des réformes de l’enseignement classique, optionnel. Les hellénistes russes déploraient cette réduction quantitative de leur enseignement, mais pouvaient se féliciter car leur matière cessait d’être une cible de la critique politisée. Les études classiques prospéraient à l’Université, les maisons d’édition ambitionnaient de publier les traductions d’auteurs grecs et un « très bien » pour le grec était toujours considéré comme « un complément du certificat de fin d’études secondaires digne d’attention particulière »[1]

 

Elimination des « vieilleries »

La réorganisation du système éducatif par les bolchéviques arrivés au pouvoir en 1917-1918 entraîna la suppression pure et simple des langues anciennes dans l’enseignement secondaire. Nadejda Kroupskaïa (1869-1939), épouse de Vladimir Oulianov-Lénine et membre de la Commission d’État à l’Instruction, devint un des principaux concepteurs des programmes scolaires soviétiques. Elle évaluait ainsi l’école russe à la veille de la révolution : « … on oblige les élèves de lycées à tuer des années entières pour apprendre le latin et le grec ; la connaissance de ces langues, dont personne n’a cure, est une condition incontournable pour entrer à l’université ; on crée de cette façon une couche spéciale de privilégié »[2]. De vieilles rancunes contre le grec permettaient à Nadejda Kroupskaïa de défendre corps et âme l’école de type américain, une sorte d’atelier de travail où l’apprentissage serait soumis aux objectifs pratiques et immédiats[3]. En 1925 Kroupskaïa put constater avec satisfaction que les « vieilleries » (хлам) comme le latin et le grec[4] avaient été éliminées de l’enseignement secondaire. Lors de la rédaction de ses mémoires destinées à la jeunesse soviétique, elle se souvenait toujours de son aversion pour le classicisme : « Notre génération désapprouvait les gymnases classiques dans lesquels l’apprentissage était éloigné de la vraie vie. Nous autres, les jeunes, étions pour les gymnases réels. Le gymnase classique incarnait pour nous l’étouffement : les connaissances qui avaient vécu et dont personne n’avait plus besoin étouffaient celles qui étaient neuves et indispensables pour reconstruire la vie. Cela, c’était l’optique du gouvernement tsariste, qui remplaçait les sciences naturelles par les langues classiques »[5]. On déduit de ce passage que le savoir vieillit, qu’on le jette comme un habit usé, que les matières scolaires se font concurrence et que les monarques n’aiment pas les sciences naturelles[6]. À un moment donné la veuve du premier chef de l’État soviétique fut forcée de nuancer son réquisitoire contre les « vieilleries » classiques. C’est que feu son époux, dont les biographies posthumes ressemblaient de plus en plus aux écrits hagiographiques, avait en son temps terminé un gymnase classique et appris le latin et le grec. N. Kroupskaïa règla d’une manière très simple la contradiction : elle attribua au talent personnel de Lénine l’habileté d’avoir mis à profit l’étude des langues mortes.

 

Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine

Evidemment, les causes de la suppression du grec dans l’enseignement secondaire ne se réduisent pas aux goûts de l’épouse de Lénine, ni même à des préjugés vieux de cinquante ans.

D’abord, durant au moins une douzaine d’années, entre 1917 et 1930, le gouvernement bolchévique se livra à de nombreuses expérimentations dans le domaine scolaire, redéfinissant plusieurs fois les objectifs, le choix des matières, la pédagogie et jusqu’au fonctionnement même de l’école. Les dirigeants soviétiques prirent comme modèle l’école américaine, avec son caractère unique et polytechnique. Plusieurs disciplines disparurent au profit des travaux manuels et des activités utiles à la communauté. Devenue accessible à un très vaste public populaire, l’école eut besoin de programmes appropriés à cette éducation « de masse » qu’on voulait standardiser. Il existait bel et bien des obstacles matériels pour maintenir un enseignement riche et varié : où en effet aller chercher autant de professeurs de grec, en plus dans un pays ruiné par deux guerres (la première guerre mondiale et la guerre civile de 1918-1921) ? Mais les difficultés matérielles ne suffisent pas à expliquer pourquoi il a fallu attendre la libéralisation du régime, après 1986, pour restaurer l’enseignement classique secondaire (certes, dans de très rares établissements).

 

Restrictions à l’université

Si pour le second degré tout est clair (on y supprime donc rapidement et totalement le grec et le latin), la situation semble plus complexe dans l’enseignement supérieur. La suppression des langues anciennes à l’université ne pouvait pas être expliquée, même partiellement, par l’évolution antérieure, comme c’était le cas du niveau secondaire. Bien au contraire le grec et le latin restaient en 1917 le fondement même des études universitaires.

Premièrement, les facultés et les universités subirent elles aussi de multiples restructurations dans les années 1920 et au début des années 1930. Mais dans la mesure où le nouveau gouvernement, d’une part, démontait tout le système éducatif, et, d’autre part, prétendait reconstruire le monde, il n’épargna pas les valeurs sûres du monde civilisé : langues anciennes, droit, philosophie. Ces trois sciences disparurent pour plusieurs années du paysage scolaire et universitaire soviétique.

Deuxièmement, les deux niveaux du système éducatif — le secondaire et le supérieur — sont interdépendants : si l’école n’a plus besoin de professeurs de grec, la faculté ne les prépare plus, et s’il y a moins de professeurs universitaires, il y a moins de chercheurs, et alors les institutions qui requièrent, d’une manière directe ou indirecte, la compétence en question (le grec ancien dans notre cas) reçoivent moins de spécialistes qualifiés. La réduction de la diffusion universitaire entraîna non seulement la baisse de la maîtrise de la langue grecque, mais aussi une dégradation de la recherche qui affecta la linguistique, la théorie littéraire, l’historiographie, l’histoire de l’art et de la langue, la muséologie, l’archéologie, la sigillographie, l’archivistique etc. L’état de l’édition périodique scientifique en URSS témoigne de cet affaiblissement de la science : pour les études de l’Antiquité, il ne restait que Le Messager de l’Нistoire ancienne (Вестник Древней истории), qui paraissait seulement depuis 1937, et chez les byzantinistes existaient les Chroniques byzantines (Византийский временник) fondées en 1894, qui paraissaient irrégulièrement depuis 1923, s’arrêtèrent en 1928 et reparurent en 1947.

 

Les « Facultés des choses inutiles »

La période entre 1922 et 1934 fut la plus difficile pour le grec ancien à l’Université. Le latin était mieux préservé grâce aux facultés de Médecine. Les facultés de Droit, après leur restauration, contribueront aussi à la diffusion du latin. Liquidées au début des années 1920, ces « Facultés des choses inutiles » [7] réapparurent en 1935 avec la création de l’Académie du droit. De nouvelles chaires de latin ouvrirent après 1945 à destination des spécialistes de langues romanes.

Or dans les années 1920, le grec ancien fut enseigné seulement à l’université de Petrograd-Leningrad. Même là, la chaire de Lettres classiques perdit très vite son indépendance : elle fut intégrée tantôt à la faculté des Sciences sociales, tantôt à celle des langues.

Nous reviendrons à la question des restructurations dans le supérieur. Les Facultés des sciences humaines, qui ont le plus besoin du classicisme, furent les premières à être réorganisées de fond en comble. Avant 1917, les facultés d’Histoire et de Philologie (des lettres classiques) offraient une formation très sérieuse : les futurs historiens y apprenaient le grec et le latin, et les futurs littéraires exploraient l’histoire du monde antique. La séparation de l’histoire et des lettres classiques après 1917 signifiait qu’on pouvait apprendre l’histoire de la Grèce antique sans étudier la langue grecque. En 1919, les deux facultés devenues distinctes (faculté d’Histoire et celle de Philologie, le terme « filologiïa » signifiant désormais « lettres », sans aucune connotation classique) furent intégrées dans celles des Sciences sociales en qualité de simple Départements. Ensuite, cette faculté des Sciences sociales devint, en 1929, faculté de Linguistique et de Culture matérielle. C’est à l’intérieur du Département de littérature de cette unité réformée et rebaptisée plusieurs fois, que put subsister la chaire de langues anciennes.

Solomon Lourié compare les deux époques : « dans les années vingt et au début des années trente il (scil. l’apprentissage du grec dans le supérieur) représentait quelque chose de tout à fait suspect et superflu ; après 1934 il devint accessoire et […] tolérable» [8].  Le stalinisme, de cette façon, restaura, quoique d’une manière incomplète, l’enseignement du grec dans le supérieur. Cela n’a rien d’étrange. Essayons d’en discerner les raisons.

 

Rétablissement du grec dans les années 1930

Au milieu des années 1930, les expérimentations sur l’enseignement supérieur ralentissaient. Dans diverses sphères de la vie, on inclinait de plus en plus pour le retour en arrière. On restaura ainsi un certain nombre de codes sociaux et d’institutions supprimés en 1918: passeports intérieurs, droit conjugal, police, grades scientifique etc. Les bâtisseurs d’un monde nouveau (re)construisaient en réalité une nouvelle monarchie. C’est la première raison du rétablissement du grec : on fait revenir les choses anciennes. En 1934 on rétablit les facultés d’Histoire ; en 1935, on rouvrit l’Académie nationale du Droit. Cette même année on créa le MIFLI : l’Institut de philosophie, de linguistique et d’histoire de Moscou. C’était une sorte de ramification, composées de trois facultés temporairement disparues, de l’université de Moscou. C’est le MIFLI qui proposa, dès 1934, une formation classique professionnelle. Quand, en 1941, le MIFLI sera réintégré dans l’université de Moscou, la chaire de lettres classiques retrouvera sa place au sein de la première université du pays.

Les premiers futurs hellénistes soviétiques inscrits au MIFLI étaient peu nombreux : en 1937, il y avait  quatre étudiants en première année[9] (nous n’avons pas trouvé l’information sur les effectifs de l’année 1934). Leurs professeurs, pour la première fois, avaient en face d’eux des jeunes gens qui n’avaient jamais appris ni le latin, ni le grec à l’école. Avant de commenter les auteurs grecs, comme on le fait à la faculté, ils devaient apprendre à lire, à écrire, à conjuguer les verbes. Pour ce faire, ils utilisaient les manuels de grec qui avaient servi aux élèves de ces gymnases classiques « tsaristes » qu’on honnissait tant. Enfin, ces jeunes ignoraient, ou peu s’en faut, quel métier les attendait. Nous savons maintenant qu’ils pourront enseigner dans le supérieur, faire de la recherche, en particulier celle liée à la Pontide, travailler dans des maisons d’éditions en qualité de traducteurs ou de rédacteurs, s’occuper des collections appropriées dans les dépôts d’archives et dans les musées. Le pays en manquera. Afin d’assurer ce retour discret à l’enseignement du grec à la faculté, le gouvernement invita des professeurs éminents qui avaient fait leurs études universitaires avant 1917, dont Sеrguéï Sobolevski (1862-1963), Nikolaï Kounh (1877-1940), Boris Grakov (1899-1970, archéologue spécialisé dans la civilisation scythe et sarmate), Serguéï Radtsig (1882-1968). Pour la première fois ces professeurs travaillaient avec les débutants. « Ainsi commençait la préparation des spécialistes de philologie classique, c’est-à-dire de ce domaine des sciences humaines qui avait été, de fait, absent des plans d’études depuis 1917 »[10].  À l’époque de la réouverture des chaires de langues anciennes en URSS, il y en avait cinq. En 1996 il en existait trois : deux à Moscou et une à Saint-Pétersbourg[11].

La deuxième explication des « faveurs » du pouvoir envers les langues anciennes était d’ordre idéologique. Staline remit à l’ordre du jour la fierté et le messianisme nationaux. L’URSS intensifia les explorations de son passé grec : les fouilles archéologiques dans les régions de la Méotide, d’Olbia du Pont[12], de la Chersonèse taurique [13], du Tanaïs, de la presque-île de Taman (la Phanagorie), de la Géorgie (la Colchide), du Turkménistan méridional (la Parthie) etc., se multipliaient. En 1924 encore, l’État bolchévique avait commandé aux savants de la vieille génération de dresser le répertoire exhaustif des monuments antiques de la Crimée et de constituer un atlas archéologique de la péninsule[14]. Il fallait donc assurer la relève, du moins, pour l’étude de son propre passé grec, pour la conservation des collections de musée et pour les recherches épigraphiques[15], ce point fort des antiquisants russes.

 

L’effet stimulateur des recherches historiques

Arrêtons-nous brièvement sur la recherche historique qui devait stimuler le retour du grec ancien et qui, en même temps, pâtissait de la quasi-disparition des compétences linguistiques. Il y a près de quarante ans, Mouza Raskolnikoff a consacré une vaste étude à la production des historiens soviétiques de l’Antiquité[16]. Son analyse des sujets des thèses soutenues laisse voir la chute vertigineuses des études linguistiques au profit des recherches historiques qui n’utilisent pas les sources originales. Les souvenirs des hellénistes (S. Lourié) et les ouvrages des historiens de l’enseignement classique (E. Frolov) confirment que les études historiques de l’Antiquité étaient possibles, bien qu’inséparables des théories marxistes-léninistes[17], dans des facultés réformées, tandis que la disparition du grec dans le secondaire durant toute la période soviétique et sa quasi-suppression à l’université dans les années 1920 entraînèrent une dégradation irrémédiable des études linguistiques et littéraire[18]. L’historiographie soviétique trouva bien son intérêt « de classe » dans l’histoire de la Grèce antique.

 

La première révolution : au IIe siècle avant notre ère

En 1933, le spécialiste de la Pontide antique Serguéï Jébeliov[19] établit la date du premier soulèvement révolutionnaire sur le territoire de l’URSS : le IIe siècle avant notre ère. Dans son article « La découverte de la première révolution sur le territoire de l’URSS », il prétendait que Saumacos, le chef des forces scythes opposées au roi du Bosphore Pairisadès V, était esclave (et non un prince scythe adopté par Pairisadès), et que cette confrontation n’était rien d’autre qu’un véritable mouvement révolutionnaire des esclaves scythes exploités au royaume du Bosphore[20]. L’hypothèse de Jébeliov fut fondée sur une nouvelle lecture du participe ἐκϑρέψαντα qui figurait dans le Décret de Diophantos, édité et très bien traduit par Vassili Latychev dans les années 1880.  « Les bolchéviques me donneront une médaille comme ça », — se vantait Jébeliov en arrondissant ses bras[21]. Serguéï Jébeliov ne reçut pas de médaille grande comme une roue, mais cette « découverte » et toute la phraséologie marxiste de son étude lui sauvèrent la vie. Depuis 1928 Jébeliov sentait siffler le vent du couperet : il avait participé, cette année-là, à côté des hellénistes et latinistes étrangers et émigrés, à un recueil collectif en hommage de Jacob Smirnov, dans la collection praguoise Seminarium Kondakovianum. Il en écrivit même l’introduction, où il faisait remarquer que, mort en 1918, Jacob Smirnov n’avait heureusement pas connu le temps des tribulations. « Maintenant que neuf ans nous séparent de la mort de Jacob Ivanovitch, je pense parfois que le destin savait ce qu’il faisait en l’empêchant de vivre neuf années de plus» [22].

Vassili Struve revint presque quinze ans après à l’hypothèse de Jébeliov dans un article paru en 1950 dans le numéro 3 du Messager de l’histoire antique[23]. Au début de ce numéro nous trouvons trois lettres de Joseph Staline, traitant essentiellement de l’approche marxiste dans la linguistique et dans la science historique, suivies de leur apologie non signée, celle de la rédaction de la revue sans doute, intitulée « Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »[24]. Selon Staline et son apologète, l’effondrement de la civilisation antique était d’ordre social : elle n’avait pas résisté aux insurrections des esclaves. C’était pour cela, probablement, que la question de Saumacos était revenue à l’ordre du jour, car le texte de V. Struve, saluant la méthode de Jébeliov conforme aux prescriptions staliniennes, était placé immédiatement après. Les consignes données aux historiens soviétiques ne sont pas dépourvues d’intérêt. En voici deux : l’hellénisme n’étant pas une étape culturelle, mais un stade économique, il est recommandé de renforcer les études des modes de travail de ses agriculteurs et de ses travailleurs en général ; les élaborations des historiens de l’Antiquité en Occident représentant une arme non négligeable dans la lutte des classes, il faut bien connaître l’historiographie contemporaine pour mieux les démasquer. Il y a des recommandations bien plus concrètes, comme, par exemple, cette injonction de traduire pour la première fois en russe Dion Cassius et Denys d’Halicarnasse (seules des traductions fragmentaires de ses œuvres existaient à ce moment-là en Russie), de retraduire Diodore de Sicile dont la version russe datait de 1775 (ce projet fut réalisé à la charnière du XXe et du XXIe siècles), de rééditer les Inscriptiones antiquae orae septentrionalis Ponti Euxini Graecae et Latinae de Vassili Latychev (1855-1921), de rédiger, enfin, un ouvrage de référence qui pourrait remplacer la Realencyclopädie de Pauly-Wissova et Le Dictionnaire des Antiquités de Ch. Daremberg et E. Saglio, indispensables aux chercheurs mais… contaminés par l’idéologie capitaliste[25].

 

Connaissance de l’Antiquité dans l’URSS

Peu avant la disparition de Staline en 1953, on réintroduisit à l’école l’uniforme scolaire, la non-mixité et… le latin dès la Seconde. C’était sans doute un début expérimental de la restauration du gymnase classique (le grec devait attendre son tour). Une dizaine d’écoles de Moscou furent concernées par cette mesure pendant trois ans environ. Seul l’uniforme (dans une version allégée, sans ceinturon ni casquette) survécut à la mort du dictateur.

Pour relever le niveau des élèves et pour alimenter une élite scientifique, le gouvernement soviétique misa, après 1955, sur les heures supplémentaires de mathématiques et de physique, dispensées souvent dans des écoles spécialisées. Les résultats en ont été corrects: une élite intellectuelle, assimilée aux promotions des meilleurs gymnases classiques d’avant 1917, pouvait sortir de ces établissements, mais avec un niveau de culture générale beaucoup plus faible. Les préceptes pédagogiques que dispensaient généreusement les idéologues soviétiques recommandaient une certaine maîtrise des acquis de la culture universelle, dont l’héritage antique. L’homme soviétique devait bien connaître de grands « classiques » du marxisme-léninisme et les « formations »  définies par le matérialisme historique: esclavage (donc le monde antique) — féodalisme — capitalisme — socialisme — communisme. De la mythologie grecque, on devaient retenir surtout Prométhée, prototype de tous les révolutionnaires. Bien que les programmes scolaires soviétiques ignorassent obstinément la mythologie antique, le recueil de légendes grecques écrit par Nikolaï Kounh en 1914, fut réédité en URSS une vingtaine de fois, ce qui prouve, d’une part, l’intérêt personnel des lecteurs, et, de l’autre, l’absence de spécialistes capables d’écrire quelque chose de semblable. En URSS il n’y eut, par exemple, aucune réédition commentée d’Euripide entre 1917 et 1999 ; très peu de drames classiques grecs furent retraduits[26]. En ce qui concerne les personnages éminents du régime et les petits-bourgeois frais émoulus, ils avaient bien leur modèle : ils ont toujours voulu imiter l’aristocratie russe et cette dernière n’avait jamais aimé (à quelques exceptions près) les « sciences dures » comme le grec et le latin[27].

 

Seuls les spécialistes de la vieille école, tant qu’ils étaient en vie ou en liberté, pouvaient faire avancer les études classiques en URSS. La génération formée avant 1917 put s’occuper de la traduction, de l’enseignement et de la recherche jusque dans les années 1960-1970 : Piotr Ernstedt (1890-1966) et sa sœur Elena Ernstedt (1888-1942), Serguéï Radtsig (1882-1968), Solomon Lourié (1890-1964), Andréï Egounov (1895-1968), Aristide Dovatour (1897-1982), Iakov Borovski (1896-1994). Ces gens-là ont transmis leur savoir à la génération suivante représentée par Alexandre Zaïtsev (1926-2000), Victor Yarkho (1920-2003), Mikhaïl Gasparov (1935-2005) ou Serguéï Averintsev (1937-2004). Mais le niveau des sciences humaines a baissé, car les travaux ne sont plus encadrés par quelques illustres savants, mais émanent désormais d’une multitude de petits professeurs, de chercheurs obscurs, d’étudiants libres dans leurs choix, d’élèves partis tôt à la découverte de l’Antiquité.

 

Le retour du grec ancien en Russie

Lorsqu’un groupe d’hellénistes a enfin eu la possibilité de réintroduire le grec dans le secondaire, il s’est félicité de pouvoir compter sur l’expérience de Jacob Borovski (1896-1994), ancien élève du gymnase classique prérévolutionnaire[28]. Le gymnase classique (ou l’école n° 610) de Leningrad (la ville retrouvera son nom de Saint-Pétersbourg en 1991) ouvrit ses portes en 1989. Depuis, d’autres établissements ont pu offrir le grec ancien à leurs élèves. Mais on manque toujours de professeurs qualifiés. Il est pratiquement impossible de rééditer les textes originaux : les élèves et les étudiants travaillent avec des photocopies des livres prérévolutionnaires (ou bien publiés en Occident), qu’il s’agisse de manuels ou de textes littéraires[29]. Selon les hellénistes russes qui utilisent aujourd’hui les éditions et traductions classiques antérieures à la révolution, ces ouvrages n’ont pas été dépassés ; et le niveau que, dans les sciences de l’Antiquité, la Russie avait atteint vers les années 1910, n’est toujours pas restauré.

L’histoire du statut et de l’enseignement du grec ancien en Russie montre qu’on ne peut ni supprimer, ni réduire, ne serait-ce que pendant une dizaine d’années, une discipline, sans déclencher une réaction en chaîne qui aboutit à une dégradation irréparable de la formation des spécialistes dans les domaines scientifiques les plus variés ✭

 

Natalia GAMALOVA


[1] Б. Я. Копржива-Лурье, История одной жизни [B. Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie]. Paris, Atheneum, 1987, p. 36. L’auteur de сes mémoires qui relatent la vie de l’historien de l’Antiquité grecque Salomon Lourié (ou Salomon/Solomon Luria, 1890-1964), éditeur des fragments de Démocrite et auteur notamment de L’Antisémitisme dans le monde antique (Moscou, 1923 ; réédition Moscou et Jérusalem, 2009) et de Langue et culture de la Grèce mycénienne (Moscou, 1957), est son fils Jacob Lourié (1996). Le nom de la sœur de Salomon Lourié, Bogdana Kopřiva-Lourié, a servi de « couverture » pour cette publication, car elle vivait à l’étranger et était donc moins exposée ; au surplus, quand le livre fut publié (peu avant la disparition de l’URSS), Bogdana Kopřiva née Lourié était déjà décédée.

[2] Н. K. Крупская, « Не совсем одно и то же » (1918) [N. Kroupskaïa, « Pas tout à fait la même chose »], Педагогические сочинения в 10-ти томах [Œuvres pédagogiques en 10 volumes]. Т. 2. М., Академия педаг. наук, 1958, p. 70.

[3] Н. K. Крупская, « К реформе средней школы » (1918) [N. Kroupskaïa, « À propos de la réforme de l’école secondaire »], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 2. op. cit., p. 35-36.

[4] Н. K. Крупская, « Значение программ в школьном деле» (Тезисы доклада на 1-ой Всероссийской конференция школ II ступени, 1925) [N. Kroupskaïa, « La signification des programmes dans l’éducation scolaire » (Résumé de l’allocution à la première conférence nationale des écoles du second degré], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. Т. 3, 1959, op. cit., p. .

[5] Н. K. Крупская, « Ленин об изучении иностранных языков » (1937), [N. Kroupskaïa, « Lénine au sujet de l’apprentissage des langues étrangères (1937)], Œuvres pédagogiques en 10 volumes. T. 3, ibid., p. 698.

[6] Sur les péripéties de la politisation de l’enseignement classique en Russie, assimilé tantôt à l’esprit républicain, tantôt à la réaction gouvernementale, voir N. Gamalova, « L’enseignement du grec ancien en Russie au XIXe siècle », dans Connaissance hellénique, n° 129, octobre 2011, p. 60-62. Le grec ancien n’a pas toujours été relié à la réaction gouvernementale : en 1855 le médiéviste russe Timothée Granovski (1813-1855), en réclamant le rétablissement des langues classiques, dément la stupidité de ceux qui cherchent les origines des idées socialistes dans le monde greco-romain. Il fait remarquer que pendant les émeutes populaires à Paris, ce sont les étudiants de l’École Vétérinaire qui sont le plus représentés sur les barricades (T. Грановский, « Ослабление классического преподавания и неизбежные последствия этой системы » [T. Granovski, L’affaiblissement de l’enseignement classique et les conséquence inévitables de ce système »], Сочинения T. Н. Грановского [Œuvres de T. N. Granovski]. 3e éd., M., 1892, p. 417-429). De par leur âge, les bolchéviques comme Kroupskaïa se souviennent de la situation (après 1871) où le gouvernement prenait entièrement en charge la promotion de cette matière et la transformait, parfois d’une manière excessive, en outil de sélection.

[7] « Facultés des choses inutiles », c’est-à-dire « Faculté de droit », est le titre d’un des romans de Iouri Dombrovski (1909-1978) traduit en français par Dimitri Sesemann et publié en 1979 chez Albin Michel.

[8] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 242.

[9] В. Н. Ярхо, « Как готовили филологoв-классиков во второй половине 30-х годов » [V. Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 »]. Тыняновский сборник [Recueil en hommage de Tynianov 11]. Выпуск 11. ОГИ, 2002, р. 773.

[10] Yarkho, « Comment on préparait les spécialistes de lettres classiques dans la seconde moitié des années 1930 », op. cit., p. 769. Voir aussi les souvenirs de Solomon Apt qui appartient, comme Victor Yarkho, à la première génération d’hellénistes formées en URSS : С. Апт, « Классическая филология » [S. Apt, « La philologie classique », Иностранная литература [Littérature étrangère]. 2005, n° 1, accessible en ligne, portail : magazines.russ.ru.

[11] Л. Я. Жмудь, « Санкт-Петербургской классической гимназии — семь лет » [L. Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans »], Древний мир и мы [Le monde antique et nous], Петербург, Алетейя, 1997, p. 274.

[12] Après la fin de la guerre civile en Russie (1918-1921), les fouilles professionnelles reprennent très rapidement, dès 1924-1925, sous la direction de Boris Farmakovski (1870-1928).

[13] Les fouilles de Chersonèse furent dirigées, en 1924-1927, par Constantin Grinevitch (1891-1971), directeur du musée de Kertch (Panticapée). C. E. Grinevitch avait fréquenté un gymnase classique à Kharkov en 1915, et avait ensuite étudié à l’université.

[14] А. Маркевич, « 17 сентября 1926, Симферополь » [A. Markevitch, « Le 17 septembre 1926, Simferopol »], dans Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. I. Prague, 1926, p. 319.

[15] Les publications relatives sont cités chez E. Frolov : Э .Д. Фролов, Русская наука об античности [Les études de l’Antiquité en Russie]. Санкт-Петербург, Гуманитарная Академия, 2006, p. 448.

[16] Mouza Raskolnikoff, La recherche en Union soviétique et l’histoire économique et sociale du monde hellénistique et romain. Strasbourg, AECR, 1975.

[17] « On peut dire, sans exagérer, que vers le début des années 1940, les études russes de l’Antiquité perdirent tout à fait (ou presque) leur qualité d’une discipline scientifique indépendante en se transformant en polygone réservé aux exercices issus de l’économie politique marxiste. » (E. Frolov, Les études de l’Antiquité en Russie, op. cit., p. 445).

[18] Ibid., p. 441-442, 447, Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 111.

[19] P.-F. Foucart, « Décret de la ville de Chersonésos en l’honneur de Diophantos, général de Mithridate », dans Bulletin de correspondance hellénique, 5 (1881), p. 70-87, cité d’après Persée.

[20] S. Jebelev, « L’abdication de Pairisadès et la révolution scythe dans le royaume de Bosphore », dans Revue des Études Grecques, 49 (1936), p. 17-37. L’article de 1932 a été traduit en français par Aristide Dovatour, ancien étudiant et jeune collègue de Jébeliov.

[21] Kopřiva-Lourié, L’histoire d’une vie, op. cit., p. 220.

[22] С. А. Жебелёв, « Яков Иванович Смирнов » [S. Jebeliov, «Jacob Ivanovitch Smirnov»], Seminarium Kondakovianum. Recueil d’études. Archéologie, histoire de l’art. Études byzantines. II. Prague, 1928, p. 16.

[23] В. В. Струве, « Восстание Сaвмака » [V. Struve, « L’insurrection de Saumacos »], Вестник древней истории [Le Messager de l’histoire antique], 1950, n° 3, р. 23-40.

[24] « Задачи научно-исследовательской работы в области древней истории в предстоящем пятилетии » [« Les objectifs du travail scientifique dans le domaine de l’histoire antique pour le quinquennat suivant »], ibid., p. 9-22.

[25] Ibid., p. 15, 20.

[26] Nous n’abordons pas ici la question de l’édition des traductions d’auteurs grecs en URSS. La situation ne ressemble pas à celle que nous observons dans l’enseignement. La maison d’édition Academia (1922-1938) représente la dernière émanation de l’antikovedenie russe. Après les années 1930 les éditions soviétiques rassemblent, compilent et rééditent les traductions du grec ancien qui ont été faites avant 1917 ou dans les années 1920 et 1930.

[27] Sur les goûts des cadres soviétiques qui, dès l’époque stalinienne, visaient le mode de vie des hobereaux les plus rétrogrades, voir Richard Stites, « “Camarades, la vie est devenue plus gaie” », dans Catherine Gousseff (dir.), Moscou 1918-1941. De « l’homme nouveau » au bonheur totalitaire. Paris, Autrement, 1993, p. 179-198.

[28] Jmoud, « Le gymnase classique de Saint-Pétersbourg a sept ans », op. cit., p. 275.

[29] Ibid., p. 278-279.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « L’enseignement du grec en Russie après 1917 »

  1. Je suis ravi de cette formule électronique.

    A l’évidence, les hellénistes ne sont pas ringards.

    Félicitations à M. Boudignon!

    Jean de Goiffon
    ex Consultant d’une Association présidée par Jacqueline de Romilly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.