Marie-Noëlle Naulin a lu pour vous « L’empoisonneuse d’Istanbul » de Petros Markaris

 LU POUR VOUS ( λύχνος n° 137, mars 2014, article quatre) :

Petros Markaris,

L’empoisonneuse d’Istanbul

(traduit du grec par Caroline Nicolas, Seuil, « Policiers », 2010)

 

Petros Markaris
Petros Markaris, photo J. Hindersmann (Wikicommons)

 

Une nonagénaire expédie ses victimes ad patres au moyen de “tyropitas” (galettes au fromage)… Quels  peuvent être ses mobiles ? Où se cache-t-elle ? Telles sont les énigmes qui tiennent le lecteur en haleine dans L’empoisonneuse d’Istanbul, de Petros Markaris.

 

L’intrigue de ce roman policier est originale : le commissaire Charitos, si populaire en Grèce, est impliqué dans une enquête lors d’un voyage organisé à Istanbul (entrepris avec son épouse Adriani pour se distraire de ses soucis familiaux). Il doit travailler avec un collègue turc. Si les tensions entre la Grèce et la Turquie rendent au départ cette coopération difficile, celle-ci évolue positivement au fil du récit, les deux hommes nouant des liens d’estime et d’amitié. Ils prennent en chasse le présumé coupable…

 

L’humour, les sarcasmes du commissaire, héros-narrateur, la veine satirique de ce roman le rendent fort plaisant. A travers ce prisme, le lecteur est projeté au coeur d’un conflit de générations : la fille du commissaire, Katerina, a refusé de se marier à l’église, au grand regret de ses parents. Le lecteur est également charmé de visiter (ou de revisiter) les sites les plus prestigieux de cette cité mythique et de s’initier à ses spécialités culinaires. Les principaux personnages inspirent la sympathie, même s’ils sont parfois un peu caricaturaux, comme le général Despotopoulos, obsédé par l’ennemi héréditaire.

 

Pourtant, sous des dehors légers, le livre ne manque pas de profondeur, car il exhume le passé de la communauté des Roums (Grecs restés à Constantinople devenue Istanbul), jadis si florissante et de nos jours en déclin. En compagnie du commissaire, nous découvrons les rues, les maisons, les églises, les écoles, progressivement désertées par les Grecs de Constantinople, contraints à l’exil par les persécutions, principalement en septembre 1955 [1] et en 1964 lors de la crise chypriote [2] (si l’on s’en tient aux dates auxquelles le récit se réfère). Comme le dit Charitos, Madame Kourtidis, une Constantinopolitaine restée dans sa ville natale : “Voilà ce que nous sommes : ‘des dommages collatéraux’ pris en sandwich. Une fine tranche de salami entre les Turcs et vous autres les Grecs.” En effet, sur les 160 000 âmes environ que comptait cette importante minorité aux alentours de 1900, il n’en restait plus qu’environ 2000 en l’année 2003 [3], tant l’exode fut massif. Markaris brosse nénamoins un tableau nuancé de cette communauté : à côté des abus commis par les autorités, des actes violents perpétrés contre elle, il évoque aussi son passé brillant et les rapports de bon voisinage qui existèrent entre elle et les Turcs. Plus largement, le problème des minorités est abordé par les deux policiers.

 

Atypique, drôle ou poignant au fil des pages, ce roman policier est centré sur l’histoire des Grecs de Constantinople, qui est aussi celle de l’auteur. Ainsi, pour Markaris, né en 1937 à Istanbul (où il a grandi et fait ses études) d’une mère grecque et d’un père arménien, ce périple à travers la Ville est un pélerinage aux sources, placé sous le signe de la nostalgie. Cette quête des origines, cette plongée au coeur d’un foyer de l’hellénisme sont, à mon sens, l’aspect le plus intéressant du livre ; elles en expliquent le titre grec : Παλιά, πολύ παλιά (« Il y a longtemps, très longtemps…) et le rendent très attachant✸

 

Marie-Noëlle Jaulin


[1] En septembre 1955, un attentat à la bombe à Thessalonique, dans le jardin du consulat de Turquie, fut imputé à tort aux Grecs et déclencha une attaque extrêmement violente de la foule turque (vraisemblablement orchestrée par le gouvernement) contre maisons, écoles et commerces grecs d’Istanbul, entre autres bâtiments… Cf. J. Dalègre, La Grèce depuis 1940. Paris, L’Harmattan, 2006, et le journal Kathimerini du 10 septembre 1995.

[2] Au début de 1964, environ 10 000 Grecs de citoyenneté hellénique, accusés de « haute trahison », furent expulsés du sol turc, le gouvernement prétendant qu’ils finançaient, grâce aux fortunes qu’ils édifiaient en Turquie, la guérilla des Chypriotes contre les musulmans de l’île. De très nombreuses familles grecques s’expatrièrent, entraînant avec elles ceux de leurs membres qui étaient citoyens turcs. Cf. M. Anastassiadou et P. Dumont, Un mémoire pour la Ville : la communauté grecque d’Istanbul en 2003, dossier de l’IFEA, série « La Turquie aujourd’hui », n° 16 (https://www.ifea-istanbul.net/dossiers_ifea/Bulten_16.pdf).

[3] Chiffres fournis par M. Anastassiadou et P. Dumont, Un mémoire pour la Ville : la communauté grecque d’Istanbul en 2003.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Marie-Noëlle Naulin a lu pour vous « L’empoisonneuse d’Istanbul » de Petros Markaris »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.