Ariel Chopard a lu pour vous : J.-P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil

➤ Lu pour vous ( λύχνος n° 136, novembre 2013, article huit)

 

Qu’offrir pour les fêtes ?

 

Jean-Pierre Néraudau (1940-1998)

L’Olympe du Roi-Soleil,

Mythologie et idéologie royale au Grand Siècle

Les Belles Lettres, Paris, 1986 (1e édition), 2013 (réédition), 340 p., 25 euros

 

J.P. Néraudau, L'Olympe du ROi-Soleil
J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil

 Un monde enchanté

Les fêtes approchent et si l’on veut faire un beau cadeau qui permettra de voyager aussi bien dans des lieux dont on ne voit plus la beauté, que dans l’histoire alors n’hésitons pas : il faut choisir L’Olympe du Roi-Soleil, mythologie et idéologie royale au Grand Siècle, de Jean-Pierre Néraudau.

Les Belles Lettres ont réedité au printemps cet ouvrage qui, s’il date de 1986, n’a rien perdu de sa passionnante érudition.

Jean-Pierre Néraudau, trop tôt disparu, savait lier son enseignement à tout le foisonnement culturel que le monde latin avait créé et qui continue à vivre sous nos yeux pour peu que l’on nous guide. Ses cours nous fascinaient car, outre le fait que nous avions toujours le plaisir d’en sortir plus intelligents que nous n’y étions entrés, nous avions aussi la satisfaction de pouvoir mettre en cohérence tout l’apport de la pratique du latin avec la civilisation moderne, écho de la Rome éternelle.

 

L’enivrante sensation d’être beaucoup plus savant

Mais Néraudau n’était pas qu’un universitaire. Il était aussi écrivain et partageait dans un bel idéal d’humanisme ses vastes connaissances. Il a écrit des polars romains comme des livres plus scientifiques. L’Olympe du Roi-Soleil appartient à cette dernière catégorie. Le style est élégant mais jamais prétentieux et l’essai est captivant. Comme lorsque l’on sortait de ses cours, on en achève la lecture avec l’enivrante sensation d’être beaucoup plus savant : pour les mondains, cela permettra de briller dans les dîners de fin d’année.

Ainsi que le commentaire du titre l’indiquait dans la première édition « L’Olympe du Roi-Soleil ou comment la mythologie et l’Antiquité furent mises au service de l’idéologie monarchique sous Louis XIV à travers la littérature, la peinture, la musique, les fêtes, la sculpture, l’architecture et les jardins à Vaux-le-Vicomte, Meudon, St Cloud, Sceaux, Marly, St Germain et Versailles », c’est non seulement à une visite complète du Grand Siècle que nous sommes conviés mais aussi à un décryptage car nous ne sommes plus « habitués à utiliser les images mythologiques comme grille de lecture du monde » comme l’étaient les « gens cultivés » de l’époque « qui pratiquaient constamment l’allégorie ». Le seul problème sera : « comment sortir du monde enchanté », titre malicieux que donne l’auteur à sa conclusion.

 

Un regret

Pour ceux qui voudraient rester dans ce monde enchanté, cette lecture peut être complétée par le bel album de photos de Jacques de Givry commenté par Jean-Pierre Néraudau Versailles L’âme du parc , paru en 1985 aux éditions Sous le Vent/Vilo mais qui n’est malheureusement pas réédité✵

Ariel Chopard

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *