Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013

L’évènement se produira tous les 1ers mars, juillet et novembre de chaque année

 

Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)
Franz Stuck, Sisyphe, 1920 (Wikicommons)

 Camus : « Aucune défaite n’est éternelle »

En 1946, dans Hommage à la Grèce, Camus écrit à propos de la résistance grecque contre le fascisme et le nazisme ces mots qui prennent tout leur sens dans la crise actuelle  :

“C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait savoir au monde que les hommes de la liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’est éternelle.”[1]

Mais Camus rêvait cette Grèce plus qu’il ne la connaissait. Et pour cause ! Une interview du journal grec Τα Νέα du 19 mars 1955 lors de la première visite en Grèce d’Albert Camus nous en révèle la cause… Camus avait acheté un billet de bateau depuis Alger pour la Grèce qui portait la date fatidique… du 2 septembre 1939! Ce jour-là la guerre éclatait, il ne vint pas, et transforma pour ainsi dire en Grèce sa Kabylie dont il écrit dans son Carnet I, p. 90 :

“C’est comme si tout d’un coup, à des siècles de distance, l’Hellade tout entière transportée entre la mer et les montagnes renaissait dans sa splendeur antique, à peine accusée dans sa paresse et son respect du Destin par le voisinage de l’Orient.” [2]

Nous aussi, nous vous invitons au rêve, au voyage, ce mois-ci en Kabylie ou plutôt en terre berbère où est née la culture de l’olivier, il y a fort longtemps, comme nous le rappelle Salem Chaker dans son article…

 

Nous serons des Prométhées heureux

Cette invitation au voyage (terme plus poétique que le mot de “vulgarisation scientifique”) anime notre revue CONNAISSANCE HELLÉNIQUE ὁ λύχνος (ISSN 0248 8477) qui fête sa première année sur internet et sa trente-sixième année d’existence. Rappelons que notre revue a subi le destin de Prométhée : elle a voulu s’élever dans l’empyrée des revues scientifiques dans la prestigieuse collection internet “revues.org”. Mais parce que comme Prométhée, nous étions amis des hommes et que nous voulions leur transmettre le feu, parce que nous divulguions le savoir réservé aux dieux, nous avons été condamnés par les dieux ou les géants à rester enchaînés à la forme du blog “hypotheses.org”. Donc, nous ne débloguerons pas. Mais, puisque nous sommes, comme Prométhée, liés par les liens infrangibles de la Toile, nous rêverons à notre étoile. Nous serons, comme le prophétisait Camus à propos de Sisyphe, des “Prométhées heureux” et nous ferons sauter le Parthénon à coup d’hypothèses (voir l’article de J. Kaminski du n°135 de juillet dernier sur Christos Chrysopoulos, Ο βομβιστής του Παρθενώνα, νουβέλα.).

L’ÉVÈNEMENT SE PRODUIRA A CHACUNE DE NOS PARUTIONS, TOUS LES QUATRE MOIS, LES 1ERS NOVEMBRE, MARS & JUILLET DE CHAQUE ANNÉE.

 

Connaissance hellénique : le cours.

Trève de plaisanteries. Rappelons encore et toujours que cette Revue est la branche de CONNAISSANCE HELLÉNIQUE, Le Cours dont le site est toujours : http://sites.univ-provence.fr/hellen/

Son but est d’accompagner par correspondance, avec l’aide d’un correcteur attitré bénévole, tout volontaire dans l’apprentissage du grec ancien. Et cela pour trois francs six sous… En attendant le passage au numérique du Cours, la première étape du néophyte est encore l’achat du manuel de grec Hermaion et l’envoi d’une lettre à Connaissance Hellénique,  Faculté des Lettres 13621 Aix-en-Provence Cédex 1. Ou alors laissez un message en bas de cet article. Tous les lecteurs de cette revue qui le souhaitent peuvent envoyer à la même adresse et à l’ordre de Connaissance Hellénique un chèque (annuel) de soutien de 10, 50 €, afin (ce qui n’est pas un pléonasme) de numériser les anciens numéros. N’hésitez pas à proposer vos articles sur l’Antiquité grecque ou la Grèce en adressant un message après cet éditorial.

 

Sommaire du n° 136 de Connaissance Hellénique

Et voici maintenant le sommaire du numéro de novembre :

1 Christian Boudignon : La mairesse d’Aix et les crapules marseillaises (vous parlez grec et vous ne le saviez pas). http://ch.hypotheses.org/579

2 Pascal Boulhol : les Pères de l’Eglise sont-ils anarchistes ? http://ch.hypotheses.org/589

3 Salem Chaker : Enquête à propos du nom de l’olivier : grec ou berbère ? http://ch.hypotheses.org/601

4 Jean-Victor Vernhes : Une étymologie pour νόος > νοῦς « l’intellect » ? http://ch.hypotheses.org/626

5 Jean-Michel Ropars : Le saut de Leucade : une question de sens. http://ch.hypotheses.org/639

6 Janine Kaminski : cinq poèmes traduits de Théodore P. Zaphiriou, Fruits secs, Ξηροί καρποί. http://ch.hypotheses.org/648

7 Max Pourkier, La marine de guerre de l’Antiquité tardive de Constance II à Constantin IV (337-685). http://ch.hypotheses.org/657

8 Ariel Chopard, Lu pour vous : J.P. Néraudau, L’Olympe du Roi-Soleil, Les Belles Lettres, Paris, 2013. http://ch.hypotheses.org/691

 

 

La plus vieille chanson du monde

Et pour finir en chansons, Ariel Chopard nous communique le lien avec un article du journal Huffington Post sur la plus vieille chanson du monde, une chanson grecque découverte en 1883 à Tralles, en Asie Mineure, sur la stèle funéraire d’un certain Seikilos :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/10/plus-vielle-chanson-du-monde_n_4245328.html

Ὅσον ζῇς φαίνου,

Μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ

Πρὸς ὀλίγον ἐστί τὸ ζῆν

Τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ

”Tant que tu vis, brille !

Ne t’afflige absolument de rien !

La vie ne dure guère.

Le temps exige son tribut.” (attention au jeu de mot : τέλος signifie aussi « une fin » P.B.)

Vous pourrez comparer avec une autre version donnée sur : https://www.dailymotion.com/video/x9gdcb_musique-de-la-grece-antique-epitaph_music

Bonne écoute.

 Christian Boudignon


[1] cité dans la préface aux XXIIIe rencontres méditerranéennes, Albert Camus et la Grèce, Les écritures du Sud, 2007, p. 8.

[2] cité par André Abbou, “Albert Camus le retour à Ithaque”, dans Albert Camus et la Grèce, p. 83.


6 réflexions sur « Editorial et sommaire du n°136 de novembre 2013 »

    1. Cher Monsieur,
      Il faut vous inscrire au cours par correspondance de Connaissance Hellénique, en cliquant sur l’onglet afférent, en haut à droite dans la page d’accueil.
      Nous sommes heureux de vous accueillir. Bienvenue au pays de la beauté simple et vraie !
      Et bonne route !

      1. Bonsoir !
        Je m’en doutais ! Ma lettre est partie ce matin par la poste. Malgré le charme évident d’une relation épistolaire, la correspondance peut-elle se faire par mail, pour des raisons simples de coût, de commodité et de rapidité ?
        Bien cordialement
        Antoine

  1. je ne sait pas s’il est possible d’avoir un service de souscription au blog, à savoir avoir une email envoyé chaque fois que la revue paraît, cela me semblerait utile pour garder le lien en mémoire.
    très à vous
    Edouard Fernandez-Bollo

  2. Cher christian,bravo pour votre humour! vous nous apprenez à accepter plus facilement les refus et les défaites ,sans jamais renoncer.
    Janine Kaminski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.