Une leçon de féminisation lexicale chez Aristophane

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Strepsiade discute avec Phéidippidès pendant que Socrate est suspendu dans un panier. Scène des « Nuées » d’Aristophane. Gravure tirée des « Emblemata » de Joannes Sambucus, 1564.

Le débat sur la féminisation des noms de métiers a occupé pendant de longues années – et continue d’occuper – les meilleurs esprits du pays. En 1999, un rapport rédigé par l’INaLF (Institut National de la Langue Française) sous la direction de Bernard Cerquiglini1 propose des méthodes de féminisation des noms de métiers, grades et fonctions. De son côté, l’Académie française aura besoin de vingt ans pour admettre qu’il « n’existe aucun obstacle de principe à la féminisation »2 de ces noms, même si plusieurs Immortels continuent de croire qu’on entend trop « vaine » dans la forme « écrivaine » et trouvent « horrible » le féminin « autrice »3. Et pourtant Strepsiade, le (mauvais) élève de Socrate dans les Nuées, avait pu apprendre (mal) la leçon bien avant l’Académie !

Relisons les vers 658-693 :

SOCRATE : Tu dois d’abord apprendre à reconnaître quels sont les animaux qu’on peut à juste titre [ὀρθῶς] considérer comme masculins.

STREPSIADE : Mais je ne suis pas fou, je connais très bien les animaux masculins : le bélier, le bouc, le taureau, le chien, le poulet [ἀλεκτρυών]…

SOCRATE : Tu vois ce qui t’arrive ? Tu appelles « poulet » la femelle comme le mâle.

STREPSIADE : Comment ça ?

SOCRATE : Comment ? Tu dis « poulet » et « poulet ».

STREPSIADE : Nom de Poséidon, c’est vrai ! Comment devrais-je dire alors ?

SOCRATE : « Poulet » [ἀλέκτωρ] et « poulette » [ἀλεκτρύαινα].

STREPSIADE : « Poulette » ? C’est pas mal, nom de l’Air ! Rien que pour cette leçon je vais remplir de farine ton auge à pétrir [κάρδοπος] !

SOCRATE : Arrête, là tu te trompes de nouveau : tu mets « auge » au masculin alors que l’auge, c’est du féminin !

STREPSIADE : Comment ça, je mets « auge » au masculin ?

SOCRATE : Tout à fait, tout comme Cléonymos.

STREPSIADE : Comment ça ? Explique-moi.

SOCRATE : Oui, pour toi « auge » et « Cléonymos » sont du même genre.

STREPSIADE : Mais, mon bon, Cléonymos n’avait même pas d’auge à pétrir, il fricotait son pain dans un mortier rond… Comment dois-je dire alors ?

SOCRATE : Tu dois dire « la » auge, comme tu dirais « la » Sostratè.

STREPSIADE : « La auge », du féminin quoi…

SOCRATE : C’est exact.

STREPSIADE : Cela donnerait alors : « la » auge, « la » Cléonymè !

SOCRATE : Oui, et tu dois encore apprendre quels sont les noms propres masculins et féminins.

STREPSIADE : Mais pour ce qui est du féminin, je les connais bien.

SOCRATE : Voyons.

STREPSIADE : Lysilla, Philinna, Clitagora, Démétria…

SOCRATE : Et les masculins ?

STREPSIADE : Il y en a des milliers : Philoxénos, Mélésias, Amynias…

SOCRATE : Oh, mon pauvre ami, ce n’est pas du masculin ça !

STREPSIADE : Pour toi, ça ce n’est pas du masculin ?

SOCRATE : Bien sûr que non ! Prenons Amynias : comment t’y prendrais-tu pour l’appeler si tu le croisais ?

STREPSIADE : Eh bien, je lui dirais « Eh toi, viens ici, Amynia ! »

SOCRATE : Tu vois ? Tu appelles Amynias comme une femme, « Amynia » !

STREPSIADE : Et je n’ai pas raison ? Elle ne va pas à l’armée ! Mais bon, pourquoi me fais-tu apprendre ce que nous savons déjà ?

Une leçon de grammaire

Dans cette scène, les critiques ont relevé une satire des sophistes et un renvoi polémique au débat contemporain sur le genre des noms. Prodicos s’était en effet intéressé au bon usage des mots (l’ὀρθότης ὀνομάτων à laquelle pourrait renvoyer l’adverbe ὀρθῶς du vers 659) et Protagoras avait distingué ἄρρενα, θήλεια et σκεύη (noms masculins, féminins et neutres)4.

Ainsi, c’est un véritable cours accéléré de grammaire que Socrate s’évertue à donner à Strepsiade, après l’avoir entretenu avec une leçon de métrique (v. 638 sq.). Le passage s’articule en trois moments : d’abord, il tourne autour des noms d’animaux, et notamment autour du mot ἀλεκτρυών5 ; la partie centrale s’intéresse au nom d’un objet (allusion à la catégorie protagorienne de σκεῦος6?), la κάρδοπος (huche, pétrin) ; la partie finale est centrée sur les noms propres de personnes. Socrate se montre donc sensible à la différence entre plusieurs typologies de noms et à leur classification.

Mais ce n’est pas tout. Les ambiguïtés comiques exploitées par Aristophane montrent que le poète est bien sensible à d’autres catégories grammaticales et à certains principes d’analyse morphologique.

La première ambiguïté dérive en effet du fait que, après κριός (le bélier), τράγος (le bouc) et ταῦρος (le taureau), Strepsiade donne comme exemples de noms masculins d’animaux κύων et ἀλεκτρυών. Or ces deux derniers substantifs sont ambigus en grec, car ils peuvent être employés aussi bien pour le masculin que pour le féminin (ὁ κύων : le chien, ἡ κύων : la chienne ; ὁ ἀλεκτρυών : le coq, ἡ ἀλεκτρυών : la poule). Aujourd’hui, nous qualifions généralement ces noms d’« épicènes ». Les grammairiens grecs (postérieurs à Aristophane) préféraient distinguer deux catégories de substantifs, qu’ils considéraient souvent comme de vrais genres grammaticaux7 : ils parlaient d’un « genre commun » (κοινόν) pour les substantifs gardant la même forme pour les deux genres, comme κύων, ἀλεκτρυών en grec ou comme « enfant » ou « collègue » en français ; ils réservaient en revanche l’appellation d’« épicène » (ἐπίκοινον, « genre partagé ») aux substantifs n’ayant qu’un seul genre grammatical quel que soit le sexe de la personne ou de l’animal qu’ils désignent, comme χελιδών (hirondelle) ou ἀετός (aigle) en grec, ou « personne », « souris », « poulet » en français8.

En plus d’être particulièrement sensible aux ambiguïtés du « genre commun », Socrate se montre attentif aux principes de morphologie lexicale qui président à la formation nominale, en invitant son élève à choisir des formes marquant le genre et à préférer à l’indifférencié ἀλεκτρυών la forme masculine ἀλέκτωρ (formé avec le suffixe masculin -τορ, qu’on retrouve notamment dans les nomina agentis tels ῥήτωρ) ou la forme féminine ἀλεκτρύαινα (forme vraisemblablement forgée par Aristophane même9 avec l’ajout du suffixe féminisant -αινα sur le modèle de θεράπων/θεράπαινα ou λέων/λέαινα). L’ὀρθότης ὀνομάτων préconisée par le Socrate des Nuées passe donc par une adéquation stricte entre le genre du substantif et les marqueurs morphématiques du sexe du référent.

La deuxième ambiguïté comique du passage, dérivée cette fois de la morphologie grammaticale, naît de l’association respective entre la terminaison -ος de la deuxième déclinaison et le genre masculin (dans le cas de κάρδοπος), et entre la terminaison -α de la première déclinaison et le genre féminin (c’est le cas du nom propre Ἀμυνίας). En se fondant sur une forme d’hypercorrection, Socrate finit par faire totalement correspondre le genre et la déclinaison. Les féminisations des noms propres l’attestent clairement : à Sostratos correspond Sostratè, à Cléonymos Cléonymè. Dès lors, tous les noms qui se terminent par -ος ne peuvent qu’être masculins et tous ceux qui se terminent par -α/η féminins (d’où la réplique sur le vocatif Ἀμυνία).

Le sexe des poulets

Il faut également relever une autre ambiguïté lexicale, qui engendre la mécompréhension entre le maître et l’élève tout au long du passage. C’est l’ambiguïté rendue possible par la polysémie des adjectifs ἄρρην et θῆλυς, qui peuvent renvoyer à la fois aux deux genres grammaticaux (masculin et féminin) et aux deux sexes (mâle et femelle). C’est sur cette ambiguïté que se fonde l’incompréhension de Strepsiade. Alors qu’en utilisant le mot ἄρρενα, Socrate lui demande de donner des noms masculins d’animaux (v. 659), Strepsiade reprend le mot ἄρρενα pour se targuer de connaître bien quels sont les animaux mâles (v. 660). Il déplace la réflexion du métalangage du linguiste à la classification du zoologue et prête ainsi à la critique du philosophe. L’auteur de la scholie au vers 659 semble être tombé dans le même piège que Strepsiade : il se méprend sur le sens à donner à l’adverbe ὀρθῶς (« correctement », à savoir du point de vue lexical) et glose « usage impropre pour ‘naturellement’ ». N’en déplaise à Strepsiade et à l’anonyme commentateur antique, mais il ne s’agissait pas de discuter sur le sexe des poulets !

Genre et représentations sociales

Les adjectifs ἄρρην et θῆλυς peuvent aussi avoir une troisième acception et renvoyer à tout ce qui est généralement associé à la représentation sociale du « masculin » et du « féminin ». Lorsque Socrate proteste parce que Strepsiade ne féminise pas le mot κάρδοπος, il lui reproche de considérer la κάρδοπος comme « masculine » alors qu’elle est « féminine » (670-671). On peut bien sûr considérer que Socrate parle ici du substantif ; mais on peut lire aussi ce vers comme une référence à l’objet même. C’est la κάρδοπος même qui est féminine et sa forme lexicale doit, par conséquent, être également féminisée.

En effet, pétrir le pain est une activité généralement associée soit aux esclaves soit aux femmes. Les deux cas de figure sont présents chez Aristophane. Au début de la Paix (v. 13-14), un serviteur revendique avec orgueil que personne ne pourra l’accuser de manger les gâteaux qu’il pétrit. Plus souvent, pétrir est une occupation féminine. En souhaitant la mort au commissaire que les hommes ont envoyé négocier la paix, Lysistrata le rassure : elle pétrira pour lui une galette de miel comme c’était l’usage pour les morts (vers 601). Dans le Ploutos, Carion dit même vouloir en tout point imiter Circé « qui, avec ses mixtures, persuada jadis aux compagnons de Philonidès, à Corinthe, comme s’ils étaient des pourceaux, de manger des matières fécales qu’elle leur pétrissait elle-même »10

En dehors de la comédie, on citera en particulier un passage de l’Économique de Xénophon. Ischomachos y explique à Socrate comment il a détourné sa femme de la coquetterie en lui démontrant qu’il ne faut pas seulement paraître belle mais l’être véritablement :

« C’est que, mon cher Socrate, je lui conseillais de ne pas rester toujours assise comme une esclave mais d’essayer, avec l’aide des dieux, de se tenir en bonne maîtresse devant la toile pour enseigner ce qu’elle savait mieux que les autres, ou pour apprendre ce qu’elle savait moins ; de surveiller la boulangerie, d’être là quand l’intendante distribue ses parts, de faire la ronde pour vérifier si tout est bien à sa place. Voilà à la fois une surveillance et une promenade ! Je lui disais que ce serait aussi un bon exercice de mouiller le pain et de le pétrir, de battre et de ranger les habits et les couvertures. Je lui disais qu’avec un tel régime elle mangerait plus volontiers, serait en meilleure santé et aurait vraiment un plus beau teint »11.

Voilà un beau programme pour une bonne maîtresse de maison !

Féminiser le substantif κάρδοπος revient donc aussi à ramener l’objet dans le domaine féminin. C’est ce qui permet le passage à la dernière partie de cette leçon de grammaire, où ἄρρην et θῆλυς ne renvoient plus seulement au « masculin » et au « féminin » mais sont considérés dans leur acception intensive : le « masculin » et le « féminin » par excellence, voire le « viril » et l’« efféminé ». C’est dans ce sens qu’il faut comprendre d’une part, au vers 684, l’énumération de prénoms féminins qui, selon la scholie, sont les noms de célèbres prostituées de l’époque, et d’autre part le glissement de la forme masculine du prénom Cléonymos à sa forme féminine correspondante Cléonymè. Homme politique actif entre 426 et 415 av. J.-C., Cléonymos est une cible récurrente de la comédie. Dans les premières pièces d’Aristophane, il est raillé comme glouton (Acharniens 88 ; Cavaliers 958, 1290-1299) ; à partir des Nuées, il est ridiculisé pour avoir fait preuve de lâcheté en jetant son bouclier en bataille12. La féminisation de son nom ne fait qu’appuyer cette dimension : Cléonymos est un efféminé, un couard. Il en va de même pour un autre homme politique, Amynias, quelques vers plus bas. Strepsiade le considère comme une femme car il a été, lui aussi, un lâche en trouvant un expédient pour éviter de partir à la guerre.

Cependant, ce dernier apprentissage ne suscite plus l’enthousiasme qu’avait éveillé la découverte de la forme féminine d’ἀλεκτρυών. Le bilan que Strepsiade tire de cette leçon de grammaire est en somme très décevant et la féminisation des noms n’est pour lui qu’une occasion pour réaffirmer les clichés bien connus : « Pourquoi me fais-tu apprendre ce que nous savons déjà ? » demande-t-il finalement à Socrate.

Conclusion

Du point de vue grammatical, Aristophane est bien conscient des principales stratégies de féminisation des substantifs (recours aux suffixes, aux substantifs épicènes, aux manipulations morphologiques), mais le poète n’avait pas lu le rapport de Bernard Cerquiglini et son Socrate reste finalement un sophiste à la recherche du mot juste.

De son côté, Strepsiade détourne les enseignements du philosophe en s’emparant de la féminisation des noms comme d’un outil pour souligner et confirmer les représentations sociales généralement associées au « masculin » et au « féminin ». Par les incompréhensions répétées du vieillard, le dispositif comique à l’œuvre dans ce passage transforme la recherche de la justesse des mots (ὀρθότης ὀνομάτων) de la part de Socrate en festival des préjugés et des stéréotypes de genre. Si Strepsiade n’a pas appris grand-chose, il y a malgré tout de quoi tirer une petite leçon : il ne suffit pas d’apprendre à manipuler la langue, on ne s’improvise pas féminisateur.trice de noms !

Rocco Marseglia

(Centre AnHiMA, Paris)

1 B. Cerquiglini (dir.), Femme, j’écris ton nom… Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, Direction Générale de la Langue française, 1999. On peut le consulter en ligne à l’adresse suivante : https://medias.vie-publique.fr/data_storage_s3/rapport/pdf/994001174.pdf (consulté le 8 avril 2023).

2 « La féminisation des noms de métiers et de fonctions », Académie française, 1er mars 2019 : https://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rapport_feminisation_noms_de_metier_et_de_fonction.pdf (consulté le 8 avril 2023).

3 Voir R. Rérolle, « L’Académie française se résout à la féminisation des noms de métiers », Le Monde, 28 février 2019 : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/28/l-academie-francaise-se-resout-a-la-feminisation-des-noms-de-metiers_5429632_3224.html(consulté le 8 avril 2023)

4 Cf. Platon, Euthydème, 277e  à propos de Prodicos. Sur Protagoras : Aristote, Rhétorique, 3, 5, 1407b6 (= Protagoras, A 29 DK). Cf. A. Sommerstein, Aristophanes. Clouds, Warminster, Aris & Phillips, 1982, p. 196.

5 Proprement le « coq », que nous avons traduit par « le poulet » qui permet l’ambiguïté des genres en français.

6 Σκεῦος signifie en effet « objet » et peut désigner plus spécifiquement un meuble.

7 Voir Denys le Thrace, Grammaire, 634, 19.

8 Jean Lallot (Denys le Thrace, Technè grammatikè, 1985, p. 46-47) souligne justement que « ne reflétant pas une particularité naturelle du référent, le genre grammatical d’un nom se ramène à son accord avec la forme, variable selon le genre, de l’article », sauf pour le genre épicène, qui ne peut que se fonder sur une correspondance masculin/mâle et féminin/femelle.

9 Cf. K.J. Dover, Aristophanes. Clouds, Oxford, Clarendon Press, 1968, p. 182.

10 Ploutos, vers 302-308 (trad. M.-J. Alfonsi).

11 Xénophon, Économique, 10.

12 Nuées 353 ; Guêpes 19-23, 822-3 ; Paix 444-6, 673-8 et 1295-1304 ; Oiseaux 290, 1473-81. Cf. Sommerstein, op. cit., p. 179-180.



Citer ce billet
Rocco Marseglia (2023, 15 avril). Une leçon de féminisation lexicale chez Aristophane. Connaissance hellénique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmil

Rocco Marseglia

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques, Paris).

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boudignon Christian dit :

    Excellent article ! Et qu’en est-il du sexe des anges ? Doit-on dire une angèle ? une angelote ? Tout cela fait penser au délicieux pataquès féministe de Sandrine Rousseau (aussi avisée ce jour-là que Strepsiade, cela arrive à tout le monde !) : “Bravo à vous pour la magnifique campagne que vous avez fait et faite”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search