Une étymologie pour ἐάω, ‘permettre, laisser’ ?

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

« Dans l’espace et dans le temps, faisons voile vers Syracuse ! » Ellis Cornelia Knight, L’amiral Nelson et Lady Hamilton sur le fleuve Anapo à Syracuse, 1800.

Selon Pierre Chantraine, dans son Dictionnaire étymologique de la langue grecque, « on reste dépourvu d’étymologie » pour ce verbe. De son côté, le plus récent des dictionnaires étymologiques du grec, celui de Robert Beekes (2010), il indique par le symbole <?> que l’auteur ne voit pour ce mot aucune étymologie satisfaisante.

REMARQUE. Conformément à l’esprit de Connaissance hellénique, nous avons voulu que cet article fût accessible aux apprentis hellénistes. D’où quelques rappels pédagogiques de notions élémentaires, et une certaine insistance sur quelques points.

Reprenons les choses à la base en examinant d’abord les formes. Ce verbe appartient au type τιμάω, avec deux particularités, l’une irrégulière, l’autre régulière, qu’on peut faire apparaître par ces quelques exemples :

imparfait εἴων aoriste εἴᾱσα (infinitif ἐᾶσαι)

parfait εἴᾱκα (infinitif εἰᾱκέναι)

On voit (irrégularité) que l’augment est en εἰ– (εἴων, εἴᾱσα), ainsi que l’allongement à l’initiale des formes du parfait. Une telle particularité apparaît lorsque l’augment se prépose à un verbe commençant par *we-, *ye-, *se- : la consonne initiale de ces thèmes disparaît et il se produit une contraction (si vous n’être pas encore un helléniste confirmé, reportez-vous à la remarque du bas de la page 174 de votre ἕρμαιον !). Ainsi *ϝεργάζομαι ‘je travaille’, qu’on aurait pu écrire anciennement ainsi, avec un digamma à l’initiale (cf. ἕρμαιον, § 26, p. 11-12). L’imparfait était *εϝεργαζόμην ; le ϝ disparaît : *εεργαζόμην ; contraction : εἰργαζόμην. Encore une consultation d’ἕρμαιον : page 375, note 4. Nous aurons à nous demander quelle consonne initiale a disparu.

En outre on voit apparaître cet augment dans des formes où il surprend.

En effet l’initiale εἰα– (avec augment !) se rencontre à l’imperfectif dans la forme d’indicatif présent 3Ρ εἰῶσι (Iliade II, 132 et XVII, 659), ainsi que dans les subjonctifs 3P εἰῶσι (Iliade, XX, 139), et 1P εἰῶμεν (Odyssée XVIII, 420). S’agirait-il d’allongements métriques, c’est-à-dire opérés pour faire entrer les mots dans la métrique du vers homérique ? La lecture du chapitre de la Grammaire homérique où Chantraine étudie les phénomènes de cet ordre (tome I, ch. VII) n’encourage pas à opter pour cette hypothèse.

L’augment inattendu apparaît aussi pour ἐάω dans ses itératifs en –σκον (formes signifiant une répétition dans le passé : Chantraine, Morphologie historique du grec, p. 226-227) ; ainsi « (οὐκ)εἴασκε μάχεσθαι » ‘il ne le laissait pas combattre’ (Iliade, XX, 408. Or les itératifs de ce type ont la particularité de ne pas comporter d’augment. Cependant, des formes sans augment existent aussi chez Homère : ainsi ἔασκε dans Iliade, II, 832.

La seconde particularité (régulière) concerne les –– longs qu’on observe dans les exemples donnés au début de cette étude. Tout helléniste a vite appris, dans son étude de l’attique, que dans les verbes en –άω (type τιμάω ‘évaluer, estimer, honorer’, où l’imperfectif est formé sur un thème τιμᾰ-, avec un bref entrant dans des contractions avec les voyelles qui le suivent) le –– devient –η– en dehors de l’imperfectif et aussi dans les dérivés nominaux (infinitif aoriste actif τιμῆσαι, τὸ τίμημα ‘l’estimation, l’estime’, etc.), à l’exception du groupe des verbes en –εάω, –ιάω, –ράω, où il donne –– (ἀνιάω ‘affliger’, inf. aor. ἀνιᾶσαι, avec un circonflexe mettant en évidence le long, ἀνιᾱρός ‘affligeant’, etc.). Notre ἐάω fait partie de ce groupe de verbes présentant cette exception : en dehors de l’imperfectif, les formes attiques sont régulièrement bâties sur un thème ἐᾱ-. (εἰᾱ– avec l’augment).

Mais le dialecte ionien, composante fondamentale de la langue épique, (avec le dialecte éolien) ne connaît pas cette exception. En ionien, pour le verbe ἀνιάω ‘chagriner’, on a le futur ἀνιήσει (Odyssée II, 115), le participe aoriste passif ἀνιηθέντα (Iliade II, 291) ; en ionien on a ἀνιηρός ‘affligeant’. De même περάω, ‘traverser un fleuve ou un bras de mer pour vendre’, ou ‘vendre’, fait au parfait moyen-passif πεπερημένος (Iliade, XXI, 58), etc. De même pour ἰάομαι ‘guérir’ nous trouvons un futur ἰήσεται (Odyssée, IX, 525), et le dérivé ἰητρός (Odyssée, en bien des passages), terme bien sûr très fréquent dans le corpus hippocratique.

Nous attendons donc, pour ἐάω, en dehors de l’imperfectif, des formes ioniennes en ἐη– (εἰη– avec l’augment). Or nous n’en trouvons pas. Mais nous trouvons chez Homère de multiples formes en ἐᾱ– (εἰᾱ– avec l’augment), avec des (longs comme en attique, ainsi que le révèle la métrique ou l’accentuation) au lieu du η ionien attendu : ainsi les futurs ἐάσω (Iliade, XVII, 449), ἐάσoμεν(Iliade, XVIII, 112), ἐάσει (Odyssée, XIV, 444) et ἐάσουσι (Odyssée, XXI, 233) ; à l’aoriste l’indicatif sans augment ἔᾱσε (Iliade, XI, 437), l’infinitif ἐᾶσαι (Iliade, IV, 42), etc., le subjonctif à voyelle ε/ο brève ἐάσομεν (Iliade, IX, 701, Odyssée, IV, 212). Etc. Notons au passage qu’un indicatif futur et un subjonctif aoriste à voyelle ε/ο brève peuvent être de forme identique, et faire parfois hésiter sur l’interprétation. On considère généralement ces formes avec – comme des atticismes introduits dans la vulgate homérique, qui en présente d’autres. Mais on peut se demander pourquoi ἐάω a été une cible privilégiée de la tendance à introduire des atticismes dans la vulgate homérique !

Chez Homère deux formes semblent bâties sur ἐᾰ– ou εἰᾰ– avec bref. La métrique semble indiquer en effet un bref dans le futur ἐάσουσι (Odyssée, XXI, 233), mais il y a lieu de faire sur ἐά– une synizèse (compter les deux voyelles pour une seule, longue). C’est ce que précise par exemple Alexis Pierron dans son édition de l’Odyssée (Paris, Hachette, 1888), en indiquant deux synizèses comparables : dans l’Iliade (ἐᾷ : V, 256 et ἐῶμεν : X, 344). On a un bref, de même, dans l’aoriste εἴᾱσεν (Iliade,X, 299), mais il y a dans la tradition manuscrite une variante εἵᾱσ᾽.

Les gloses des lexicographes ont sauvé de l’oubli bien des formes intéressantes pour la recherche étymologique. Chez Hésychius nous lisons : « ἔβασον · ἔασον. Συρακόσιοι » (soit : ἔβασον, forme syracusaine de l’impératif aoriste ἔασον). Cette forme, où la prononciation du β, évoluant vers celle du grec moderne, doit être celle de w dans whisky, suggère que ἐάω serait un ancien *ἐϝάω, sur un thème *ἐϝᾰ-.

Depuis longtemps (références dans le Dictionnaire étymologique de la langue grecque d’Émile Boisacq, 1923), un rapprochement a été fait entre ἐάω et le sanscrit savi-tár- ‘celui qui excite, qui stimule, qui pousse vers…’

Le parallèle entre ce savi- du sanscrit et le *εϝᾰ- du grec (supposé être à l’origine du ἔβασονd’Hésychius et des formes avec ᾰ bref indiquées un peu plus haut) invite à poser une racine indo-européenne *sewh2- (le signe h2 note le phonème indo-européen dénommé ‘laryngale 2’ ; en cette position, il donne i en sanscrit et en grec). Un thème *σεϝᾰ-, de structure comparable par exemple à κερᾰ- (de κεράννυμι ‘mêler’ aoriste ἐκέρᾰσα) serait donc à l’origine de notre ἐάω. Les formes qui en dehors de l’imperfectif sont construites sur le thème ἐᾰ- (εἰᾰ- avec augment), avec bref, seraient les plus anciennes, puisqu’elles permettent de poser une racine indo-européenne, tandis que les formes construites sur le thème ἐᾱ- (εἰᾱ- avec augment) seraient plus récentes et dues à l’influence du type τιμάω.

Frisk et Beekes sont sceptiques, estimant que ce rapprochement n’est pas valable sémantiquement. Les notions exposées plus loin sur les valeurs des tournures impératives éloigneront ce scepticisme : ici, ce n’est pas la sémantique qui peut avoir à se plaindre.

L’énigme étymologique de ἐάω est-elle ainsi en voie de résolution ? Certes, en consultant le LIV2 (Lexikon der indogermanischen Verben, 2001), p. 538-539, on trouve une racine *sewh1- de forme voisine (avec laryngale 1) ayant le sens de ‘mettre en mouvement’. Elle convient bien pour le sanscrit, qui ne connaît pas la distinction h1/h2, et on pourrait la considérer comme une variante de *sewh2.

Mais cela ne résout pas le problème de l’augment, phonétiquement énigmatique car l’initiale *ese- ainsi obtenue devrait donner *εἱavec une aspiration marquée par l’esprit rude. C’est ainsi que ἕρπω ‘ramper, marcher’ (sur une racine *serp-) fait à l’imparfait εἷρπον (εἱρπ– < *eserp-) : cf. Lejeune, Phonétique, § 85, p. 85. Une note au passage indiqué du LIV2 dit que ἐάω est ici à écarter, relevant d’une racine *h1wh2– (LIV2, p. 254). Mais le problème de la forme de l’augment n’est pas davantage résolu par cette autre hypothèse, dont l’auteur (Nussbaum) estime que ce εἰ– est ‘analogisch’. Mais ‘analogisch’ de quelle forme ? La consonne initiale disparue que nous cherchions reste introuvable.

Devant ces difficultés, nous allons explorer une autre voie, renonçant à reconstituer un étymon indo-européen, et développant l’hypothèse d’un processus interne au grec. Est envisagée ici une dérivation délocutive à partir, de façon conjointe, des exclamations ἔᾱ et εἶᾰ, qu’on pouvait associer et répéter avec insistance pour exhorter ou encourager quelqu’un à faire quelque chose. Dans cette hypothèse, ἐάω aurait signifié à la source : dire ἔᾱ et εἶᾰ, dire ‘vas-y, c’est bon, ça va !’, puis aurait pris une valeur impérative atténuée. Il faut examiner la valeur de ces interjections et s’attarder sur cette notion de valeur impérative atténuée.

Pour l’étude des interjections, on peut avoir recours à : Michèle Biraud, Les interjections du théâtre grec antique(Peeters, Louvain-la-Neuve, 2010) et à Lars Nordgren, Greek interjections (De Gruyter Mouton, 2015). Quant à la notion de verbe délocutif, elle a été étudiée par Michèle Fruyt dans son article Les verbes délocutifs selon É. Benveniste paru dans Linx, Revue des linguistes de l’Université Parie Ouest Nanterre La Défense, 1997, p. 61-71 : https://doi.org/10.4000/linx.969

L’interjection εἶᾰ a nettement une valeur d’encouragement ; c’est « un cri d’incitation à l’action » (M. Biraud, p.161-162). Ainsi dans Euripide, Les Troyennes 880 : ἀλλ᾽εἶα, χωρεῖτε ἐς δόμους… ‘Allons, entrez dans la demeure…’

Mais en ce qui concerne ἔᾱ ? Selon la tradition lexicographique, ἔᾱ exprime une surprise souvent déplaisante, un mécontentement. Dans le Protagoras de Platon, le portier de Callias voit arriver des inconnus qu’il prend pour des sophistes, ce qui l’indispose, et il s’écrie « ἔα σοφισταί τινες… » ‘Ah ! voilà des sophistes !’ (314d). Dans l’article ἔᾱ de son dictionnaire étymologique, Chantraine nous renvoie, pour les emplois, à la note 4, p. 480, de l’édition Fraenkel de l’Agamemnon d’Eschyle. Nous y découvrons pour ἔα une large variété d’emplois, qui s’accompagnait sans doute d’une aussi large variété de tons, ce qui peut faire penser aux emplois variés de notre ah ! Pour souligner un impératif, on a la déception de trouver seulement ce passage d’Aristophane : « ἔα ἔα σιγήσατε. » ‘Allons, allons, taisez-vous !’ (La Paix, 60-61). Nous ne serons donc pas étonnés de lire dans l’ouvrage de Michèle Biraud, p. 51, que « ἔα n’est pas une interjection d’encouragement. » Mais cet ouvrage analyse en synchronie un corpus défini par son titre, tandis que pour notre investigation étymologique nous cherchons à remonter le plus haut possible, avec le secours d’Hésychius, grammairien d’Alexandrie qu’on situe au VIe siècle, et qui dans son Lexique a recueilli, outre des faits marginaux, bien des faits anciens plus ou moins tombés en désuétude, oubliés, souvent non attestés par ailleurs ; nous y lisons «  ἔα δή· ἄγε δή », et ce ἄγε δή qui glose le ἔα δή est une locution incitative. Ainsi se trouve conservé grâce à Hésychius le souvenir d’un ἔα avec valeur d’encouragement (indication reprise dans le Thesaurusd’Estienne).

Il faut maintenant réfléchir aux emplois des expressions impératives. En effet un énoncé comme fais ce que tu veux, qui est à l’impératif, mode de l’ordre donné, n’a rien d’impérieux, mais exprime un consentement. Il est même des situations où cet énoncé serait un impératif de capitulation. De telles observations sont valables également pour les tournures grecques impératives. Camille Denizot, dans Donner des ordres en grec ancien (Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2011) nous fait remarquer (p. 490) qu’il existe « des actes directifs par lesquels le locuteur indique qu’il n’entend pas aller à l’encontre de la volonté de l’interlocuteur. » Ainsi dans Les Acharniens d’Aristophane : « εἶά νυν, ἐπειδήπερ αὐτὸς αἱρεῖ, λέγε. »  ‘Allons donc, puisque tel est ton choix, parle.’ (vers 494-495). Dans Le Banquet de Platon, Agathon dit à Socrate : « Ἐγώ σοι οὐκ ἂν δυναίμην ἀντιλέγειν, ἀλλ᾽οὕτως ἐχέτω ὡς σὺ λέγεις » ‘Je ne suis pas capable de te réfuter : que tout soit comme tu dis’ (201c). C’est avec cette valeur d’impératif de consentement que nous mettons ἔᾱ et εἶᾰ à l’origine des formes de ἐάω. Et la notion de ‘laisser dire, laisser faire’ glisse tout naturellement vers celle de ‘laisser tomber, abandonner’ : cela vaut pour le grec ἐάω comme pour le français laisser.

Passons maintenant, dans notre hypothèse délocutive, à l’étude des formes. Nous attribuons aux thèmes verbaux issus de ces deux interjections un α final long ou bref, ce qui donnera les variantes :

ἐᾱ-, ἐᾰ-, εἰᾱ-, εἰᾰ-.

L’influence réciproque des deux formes d’interjections associées ainsi et la pression du système verbal peuvent contribuer à ce jeu quantitatif sur le α final.

L’opposition de ἐᾱ– et ἐᾰ-, d’une part, avec εἰᾱ– et εἰᾰ– d’autre part est formellement identique à celle qui oppose des formes sans augment à des formes avec augment (ainsi ἔχω ‘j’ai’ / εἶχον ‘j’avais’). Ces variantes se seront réparties en fonction de cette différence, en mettant εἰᾱ– et εἰᾰ– là où on attend un augment, mais ἐᾱ– et ἐᾰ– là où on n’en attend pas. On s’attend à ce que cette répartition ne se soit pas faite immédiatement, mais progressivement, d’où le maintien dans la langue homérique de formes en εἰ- là où on n’attend pas d’augment. De telles formes ne sont pas à considérer comme de bizarres remaniements récents, qu’on s’évertuera à expliquer, mais comme des vestiges d’un état ancien. De la sorte, ces ‘augments’ en εἰ– ne sont plus une énigme, car anciennement ils n’étaient pas des augments.

De même que dans les verbes en –έω, –άω, –όω les formes d’imperfectif sont construites habituellement sur des thèmes à voyelle finale brève (ποιε-, τιμᾰ-, δηλο-) qui entrent dans des contractions avec les voyelles qui suivent, tandis qu’en dehors de l’imperfectif on a des thèmes à voyelle finale longue (ποιη-, τιμᾱ->τιμη-, δηλω-), de même, sur ce modèle, dans ἐάω les formes d’imperfectif sont construites, avec contractions, sur la variante ἐᾰ– (εἰᾰ– avec ‘augment’), et en dehors de l’imperfectif sur la variante ἐᾱ– (εἰᾱ– avec ‘augment’), variantes issues, dans notre hypothèse, des exclamatifs εἶα et ἔᾱ.

Reprenons maintenant la question homérique des formes atticisées : elle nous renvoie à l’étude des longs en ionien. À une certaine époque, l’ionien-attique a fait passer à η les anciens ; ici l’attique se sépare de l’ionien, conservant le après ε, ι, ρ. Ainsi, dans la première déclinaison, πτελέᾱ ‘orme’, σοφίᾱ ‘sagesse’, ἡμέρᾱ ‘jour’ deviennent en ionien πτελέη, σοφίη, ἡμέρη, alors qu’en attique ils conservent l’antique forme en –. Mais les constitués après cette époque de passage de à η restent dans l’ensemble de l’ionien-attique. C’est le cas par exemple pour les issus de contractions, comme celui de τιμᾶτε ‘vous honorez’, issu de τιμάετε.

Or notre ἐἀω, s’il dérive d’un exclamatif, n’appartient probablement pas aux couches les plus anciennes de la langue, antérieures aux passages de à η. De plus, il a dû rester marqué, à l’origine, par l’expressivité, donc par la sonorité des termes sources. Nous avons trace de cette expressivité originelle dans le fait que ce verbe, chose inhabituelle en grec, n’est préverbé que dans de rares formes tardives ; joint-on un préverbe à une interjection ? Ces facteurs ont pu faire que ἐἀω ne s’est pas entièrement intégré au type τιμάω en sa forme ionienne. Il nous apparaît maintenant que les formes hors imperfectif de ἐάω avec –-, comme ἐάσει (Odyssée, XIV, 444), etc. peuvent n’être pas, ou n’être pas seulement l’effet d’une influence atticisante.

Ainsi les difficultés disparaissent ou sont à envisager autrement si on les intègre à l’hypothèse d’une dérivation délocutive sur ἔᾱ et εἶᾰ.

Deux gloses d’Hésychius nous font réfléchir

Une glose d’Hésychius nous donne « ἔησον· ἔασον » (impératif aoriste ἔᾱσον). Ce ἔησονserait la forme attendue si ἐάω remontait vraiment aux couches les plus anciennes de la langue, avec un – – passant régulièrement à η. Nous ne pouvons y voir qu’une forme à l’ionienne créée par quelque écrivain, un hyperionisme en somme.

Or c’est en considérant ce ἔησον comme de l’authentique ionien que Hjalmar Frisk, dans son dictionnaire étymologique du grec, voit des –– brefs dans les formes ἐάσομεν et ἔασον relevées chez Hérodote, en vertu des alternances de type ἵστημι/ἵστᾰμεν. Ces formes, dit-il, « sind als kurzvokalische Bildungen leichter verständlich » ‘se comprennent plutôt comme des formations à voyelle brève.’ Une remarque un peu amusante s’impose ici, éclairant ce que dit Beekes : selon lui, ces formes d’Hérodote « are understandable ». Certes, elles sont intelligibles, mais pourquoi le dire ? Beekes a ici traduit Frisk, mais un incident de composition n‘en a laissé que understandable traduisant verständlich ! Ceci dit, je ne saurais me prononcer sur ces formes.

Il est aussi une glose dont nous n’avons pas tout dit. Dans notre tentative de détection d’une éventuelle racine indo-européenne a été mentionnée la glose d’Hésychius «  ἔβασον· ἔασονΣυρακόσιοι » (soit : ἔβασον, forme syracusaine de l’impératif aoriste ἔασον), avec, comme dans une autre glose vue plus haut, un β à prononcer comme notre v ou comme w dans whisky. Du fait de cette prononciation, le β a pu servir à noter le second élément des diphtongues αυ et ευ (Lejeune, Phonétique, § 244, p. 231 et § 44, p. 55). Ainsi nous pouvons voir dans ce ἔβασον un *εὔᾱσον, impératif aoriste d’un verbe *εὐάω de même sens que ἐάω.

Prolongeant nos vues délocutives, nous allons voir si l’on ne pourrait pas faire dériver cet *εὐάω de l’interjection εὖα. Consultons encore Hésychius : « εὖα· ἐπιφημισμὸς ληναικὸς καὶ μυστικός· καὶ ἔα » (c’est-à-dire ‘εὖα : acclamation mystique des Lénéennes ; et aussi ah !). Les Lénéennes sont des fêtes athéniennes en l’honneur de Dionysos. Or il se trouve qu’on ne cite guère cette glose en entier ; on en omet la dernière partie, donnant l’impression que εὖα ne peut être que ce cri rituel dionysiaque. Mais si l’on tient compte de la fin de la glose, on voit que εὖα pouvait être aussi une interjection ordinaire à associer, pour les emplois, à ἔα et à εἶα, et elle devait être cela dans les cités où les Lénéennes n’étaient pas célébrées. Voilà qui légitime l’hypothèse d’un *εὐάω délocutif de εὖα, dont la forme syracusaine d’aoriste ἔβασον  (pour *εὔᾱσον)… serait la seule trace !

Dans l’espace et dans le temps, faisons voile vers Syracuse !

Jean-Victor Vernhes

Maître de Conférences honoraire

Université d’Aix-Marseille



Citer ce billet
Jean-Victor Vernhes (2023, 12 avril). Une étymologie pour ἐάω, ‘permettre, laisser’ ? Connaissance hellénique. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmik

Jean-Victor Vernhes

Jean-Victor Vernhes est maître de conférence honoraire à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au Centre Paul-Albert Février (CNRS).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search