Paul Challobos a lu pour vous « Le nègre de Platon »

Jean-Charles Batros, « Le Nègre de Platon, un écrivain facétieux », éditions du Basson, Charleroi, 2023, 87 pages, 11 euros, ISBN 66600278109.

La première page d’« Euthyphron » de Platon dans le manuscrit Bodleianus Clarke 39.

Parmi les 573 livres sur Platon parus cette année, je me suis efforcé de lire ou de parcourir les 67 qui ont été écrits en langue française. C’est un défi que je me lance chaque année sur différents auteurs. Concédons-le, la plupart de ces livres n’intéresseront que les spécialistes, un seul m’a intrigué. Il fait moins de cent pages, 87 exactement, et il s’intitule « Le nègre de Platon, un écrivain facétieux ». Émoustillé, j’ai tout de suite commandé le livre aux éditions du Basson (28 rue de l’Ange, Charleroi) et j’ai reçu trois jours après dans ma boîte aux lettres un petit livre aux couleurs bleues-vertes presque turquoises, imprimé sur un beau papier filigrané, avec un buste de Platon en noir qui se détache sur le fond. Dans la quatrième de couverture, l’auteur, Jean-Charles Batros, banquier français en poste aujourd’hui à Dubaï et passionné de Platon, raconte qu’il a eu la surprise de voir déposer un jour dans un coffre un manuscrit grec. Il a fait alors ce que l’on n’a pas le droit de faire, mais il l’assume. Il a demandé à une universitaire de ses connaissances de venir avec lui dans la salle des coffres regarder ce livre déposé dans le secret d’une chambre-forte. La dame en question, spécialiste de codicologie et de paléographie, a préféré garder l’anonymat. Le manuscrit présentait une belle reliure damasquinée avec des fils en or renfermant un gros livre de plus de 500 feuillets en parchemin (373 mm x 215 mm). Le contenu, autant qu’a pu en juger la spécialiste, était en tout point semblable au fameux manuscrit de Platon réalisé pour Aréthas de Césarée qu’est le Bodleianus Clarke 39. La seule différence était une « hypothèse » qui ouvre le manuscrit : il s’agit en fait d’une notice qu’on doit vraisemblablement attribuer, selon Batros, au grand bibliothécaire alexandrin Aristarque de Samos. Ce petit texte (qui a donné le titre de l’ouvrage de Batros « Le nègre de Platon ») ne couvre même pas la première page du manuscrit. Il est reproduit in extenso au début du livre de Batros accompagné d’une photographie réalisée au moyen de son téléphone portable. Le reste de l’ouvrage narre l’histoire de cette découverte sur une dizaine de pages, puis discute cette hypothèse sur les 70 pages restantes. Evidemment, on peut croire à une calomnie d’Aristarque de Samos contre Platon, mais, pour le dire en un mot, la précision de l’argumentation, les noms donnés et le cadre historique, tout concorde bien avec la vie de Platon.

Voici la notice complète dont les premiers mots en grec sont : Δοκεῖ τοῖς πολλοῖς δίκαιον εἶναι… La traduction, que nous reproduisons avec son accord, est celle de Jean-Charles Batros.

« La plupart des gens croient bien faire en attribuant à Platon, fils d’Ariston, la République, le Gorgias, le Banquet et tous les autres dialogues que l’on met sous son nom. C’est évidemment une erreur. Platon, qui s’appelait en réalité Aristoclès, doit son nom [NdT. de Platon, c’est-à-dire le « large d’épaule »] à son entraînement assidu dans la palestre située près du jardin d’Akadêmos. Homme à femmes, affable, bon vivant, il passait sa vie dans les palestres, les théâtres et les banquets. Au cours d’un de ces banquets, un convive nommé Phaôn se moqua de Platon en disant qu’il était large d’épaules mais étroit d’esprit : ‘on voyait bien à ses propos qu’il n’avait été l’élève ni d’Hippias, ni de Gorgias, ni de Protagoras’. Platon demanda alors à un esclave fort savant dénommé Sakas, qui travaillait pour son père, d’écrire un petit dialogue sur le mensonge à la façon d’une comédie où il se moquerait d’Hippias. Sakas avait été esclave de Socrate et il mit en scène son ancien maître. Platon acheta aussi avec l’argent de son père le jardin d’Akadêmos où il lui plut d’ouvrir une école. Il y mit son neveu, Speusippe, pour la diriger. Pour s’assurer que personne n’y viendrait découvrir que Speusippe ou Sakas donnait leçon à sa place, il y fit inscrire sur le portail : ‘Que personne n’entre ici s’il n’est géomètre’. Le portier était chargé de poser un problème mathématique particulièrement ardu à quiconque voulait y entrer, et seuls les professionnels (μαθηματικοί) pouvaient le résoudre. Cela montre bien que cette école n’était qu’un paravent. Elle n’enseignait aucun disciple, mais réunissait parfois de grands savants dont on achetait grassement le silence. Suite au succès du dialogue intitulé Hippias dont la lecture fit beaucoup sourire les Athéniens, Sakas reçut la commande d’autres dialogues qui devinrent de plus en plus volumineux et savants. Le succès de ces œuvres parvint en Sicile et Denys, le tyran de Syracuse, fit venir Platon. Là, le tyran découvrit la supercherie. Il récompensa comme un prince Sakas et fit vendre comme esclave Platon, en disant qu’il était beau-parleur mais mauvais écrivain [NdT. littéralement « plus habile de sa langue que du calame »]. Furieux de cette mésaventure et malheureux de voir son esclave retenu à la cour de Denys, Platon tenta d’écrire un dialogue, les Lois, où il essayait d’imiter le style de Sakas. Mais il ne parvint jamais à l’achever et Speusippe reprit entièrement le manuscrit après sa mort pour le mettre dans une langue soignée et lui donner plus de profondeur. »

Platon avait donc un « nègre » (si l’on peut nous passer cette expression), un « ghost writer » comme disent les Anglais, et il s’appelait Sakas. Mais nous n’en dirons pas davantage pour ne pas déflorer votre lecture…

Paul Challobos

[Poisson d’avril !!!]



Citer ce billet
Paul Challobos (2023, 1 avril). Paul Challobos a lu pour vous « Le nègre de Platon ». Connaissance hellénique. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmii

Paul Challobos

Paul Challobos est chercheur au Centre Paul Albert Février (Université d'Aix-Marseille).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search