L’expérience Nausicaa : l’initiation au grec ancien à l’école

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Ulysse, accompagné d’Athéna, rencontre Nausicaa (vase attique du Ve siècle, München, Staatliche Antikensammlungen).

  1. Les origines

Voici l’expérience que nous menons en France pour l’enseignement du grec ancien en maternelle et en primaire.

Notre association a été créée à Marseille il y a plus de 20 ans, en 1996 : elle s’appelle « Nausicaa ». Elle a pour but d’initier les élèves de primaire et de maternelle au grec ancien. Comme Nausicaa a été le guide d’Ulysse pour retrouver sa dignité d’homme et de roi, notre association va permettre aux enfants de devenir des hommes et des femmes plus complets et plus riches, nous l’espérons du moins.

  1. A l’heure actuelle

Nausicaa intervient dans différents établissements du Sud de la France, en particulier à Marseille et à Aix-en-Provence. Une dizaine d’enseignants de grec ancien bénévoles, exerçant en collège, en lycée ou à la retraite, intervient de la petite section de maternelle jusqu’en CM2. Toutes les activités se font à l’école sur le temps d’enseignement de la classe et dans le cadre scolaire.

  1. Contenu du cours

Les séances avec le professeur de grec se font en partenariat avec le professeur des écoles.

Il s’agit d’entrer dans le projet pédagogique de la classe et donc de choisir un ou plusieurs thèmes ou axes d’étude avec le professeur des écoles.

L’intervention peut durer toute l’année à raison d’une heure par semaine ou se faire sur une période plus limitée.

Par exemple : certaines classes de maternelle ont un thème imposé pour l’année. A nous de nous adapter, même quand le thème est celui des petits oiseaux : Apollon et la corneille, Héra et le paon, Alectryon et le coq, Dédale et la perdrix…

En primaire, suivant la classe, la période de l’année ou le projet pédagogique, nous pouvons travailler sur les constellations, les dieux, les monstres… ou un point grammatical.

Nous intervenons donc en classe en utilisant tout le matériel pédagogique que les enfants ont l’habitude d’utiliser : classeur, cahier, tableau, ardoise, tableau numérique, affiches, livres…

L’enfant se retrouve dans un milieu scolaire mais sans aucune notation et avec des encouragements toujours positifs. Ainsi, même un enfant en difficulté est valorisé : le grec lui permet d’écrire différemment, d’aller à son rythme, de repartir sur des bases neuves et d’avoir ainsi la sensation de réussir.

L’enfant découvre aussi une nouvelle écriture avec un graphisme différent. L’écriture grecque n’est pas cursive, il est donc aisé pour tous de reproduire les lettres, car les enfants en perçoivent instinctivement l’origine picturale. Par exemple, l’α représente la tête de taureau couchée, ou pour certains un poisson… Il n’y a pas de piège orthographique : on écrit tout ce que l’on prononce ! Les enfants ont l’impression d’entrer dans un univers mystérieux dont tout le monde n’a pas les clefs. Cela permet à tous de se retrouver à égalité et d’oublier les origines sociales comme les difficultés scolaires.

  1. Les séances

Nos séances comportent toujours :

– Le récit d’une histoire issue de la mythologie

Outre la connaissance « intellectuelle » que procurent les mythes, la mythologie en elle-même offre aux enfants, comme les contes, la possibilité d’extérioriser leurs peurs. Les histoires les plus horribles les font délicieusement frémir : tuer son père et épouser sa mère, se crever les yeux, sacrifier sa fille, tuer les enfants de son frère et les lui donner à manger… S’imaginer combattre est aussi exaltant surtout s’il s’agit de monstres que l’on ne rencontrera pas dans la vie réelle : un être mi-homme mi-taureau, une vieille qui vous transforme en pierre rien qu’en vous regardant, un serpent aux multiples têtes qui repoussent dès qu’on les coupe…

– Un élément essentiel pour nous : l’apprentissage d’un ou plusieurs mots grecs, selon le niveau, dont les racines vont permettre d’enrichir le vocabulaire, comprendre l’étymologie et améliorer le français en faisant des progrès en orthographe.

– Dans nos séances, nous apprenons toujours aux enfants un ou des mots-clefs : par exemple, Massalia, ville grecque, sera reliée au thème de la mer ; le mot-clef sera donc θάλασσα. Autour du mot-clef, nous allons regrouper un certain nombre de mots ou d’expressions. Ils seront choisis parfois en fonction de la sémantique, parfois en fonction d’une étude orthographique : par exemple, explication du ph (φ), du th (θ), de certains ch (χ), qui se prononcent comme [k].

Les enfants cherchent aussi des mots qui s’écrivent avec un ph et citent : pharmacie, Philippe… ce qui à côté du mot-clef φαίνειν nous permettra d’étudier : φάρμακον, φιλεῖν et ἵππος. Nous nous permettons ainsi des détours que l’étymologie nous suggère.

Après avoir appris ἵππος, les enfants voient le rapport avec hippopotame et hippodrome. Ils découvrent que “ce joli signe qui porte le nom merveilleux d’esprit rude” donne un « h » en français.

Après avoir appris le mot θάλασσα et remarqué que le θ donne “th”, nous découvrons, par exemple, les mots θέατρον et ὀρθός, ce dernier nous permet de parler d’orthographe, d’orthophonie …

Nous enrichissons notre vocabulaire : à chaque séance, nous apprenons le mot difficile du jour (thalassocratie/θάλασσα, diaphane/δια-φαίνειν, anthropophage/ἄνθρωπος, φαγεῖν…) ce qui permet aussi de valoriser les enfants par le savoir : ils comprennent des mots qui sont parfois mal connus chez eux et sont ainsi les possesseurs d’un merveilleux savoir.

On peut utiliser le chant (les enfants retiennent ainsi les mots), le théâtre (les enfants font des improvisations en rejouant un passage), le mime (l’intervenant utilise un geste récurrent pour le même mot) et les réalisations manuelles (casque, bateau, animaux, monstres).

– Les ressources de la technologie nous permettent des visites virtuelles en Grèce et même une initiation à l’archéologie.

Certaines classes ont pu monter un spectacle de fin d’année sur le thème qu’ils ont étudié en réutilisant le vocabulaire grec appris durant les séances.

  1. Méthode de travail selon les niveaux

– En grande section de maternelle (enfants de 5 ans) :

Le thème proposé par le professeur des écoles était « Contes, sorcières et géants ». L’intervenante en grec a choisi de parler des monstres de l’antiquité et en particulier d’Ulysse et du Cyclope. Elle écrit l’histoire pour qu’elle puisse être jouée et mise en scène. Bien sûr des mots grecs y seront insérés :μέγας et κακός pour le Cyclope, μικρός, καλός, φόβος pour Ulysse.

L’histoire est racontée en ajoutant ces mots, l’intervenante les reprend et les élèves les interprètent : au son de μέγας, les élèves répèteront le mot en faisant de grands yeux et en levant les bras. Pour μικρός, ils se recroquevilleront sur leur chaise, pour κακός, ils feront des grimaces, pour φόβος, ils crieront en se cachant les yeux….

Les rôles sont distribués, l’intervenante raconte l’histoire, les enfants la jouent. A chaque mot grec, ils le prononcent et l’interprètent comme précédemment. Les décors et accessoires sont réalisés par les enfants. Tout ceci fera partie du spectacle de fin d’année.

– En CE2 (enfants de 8 ans) :

Le parcours sur le thème de Thésée a été initié par le professeur des écoles. Une lecture d’une œuvre de littérature de jeunesse sur ce thème a été faite en classe précédemment.

L’intervenante illustre chaque étape par des œuvres d’art qui servent de support à la compréhension de l’histoire. Les élèves pourront étudier ensuite l’œuvre d’art avec leur professeur. L’intervenante présente l’histoire et leur en fait découvrir le vocabulaire correspondant. Par exemple, pour aborder le portrait de Thésée, l’intervenante présente sa famille grâce à un arbre généalogique puis projette une photo d’une sculpture célèbre représentant Thésée et demande aux enfants les caractéristiques physiques et morales de ce qui est pour eux un héros.

Ainsi différents adjectifs sont dégagés. Par exemple : καλός : beau ; μέγας : grand ; ἀνδρεῖος : courageux ; σοφός : sage ; δυνατός : puissant.

Ces mots seront mémorisés grâce à des mimes réutilisés au cours de l’histoire. Quand l’intervenante prononcera l’adjectif, les enfants devront le mimer, quand l’intervenante le mimera, ils devront le prononcer en grec. Les élèves vont acquérir du vocabulaire en repérant la racine grecque des mots français correspondants. Par exemple pour καλός calligraphie, pour μέγας : mégalomane, pour σοφός : philosophie…

– En CM2 (enfants de 10 ans) :

L’intervenante raconte l’histoire de Prométhée qui va dérober le feu aux dieux. Le rôle de l’homme est interprété par un enfant. Il dit « ἄνθρωπός εἰμι » et l’ensemble de la classe pourra répondre « ἄνθρωπός ἐστι » ou un enfant pourra le montrer en disant « ἄνθρωπος εἶ ». Ainsi, petit à petit, les enfants apprennent le verbe εἰμι au présent.

Ensuite un élève va jouer le rôle de Prométhée et d’autres celui des hommes. On présente à chacun d’eux un animal qui devra être terrible et ils devront dire à tour de rôle : « φόβος, peur ».

Au bout d’un moment, comme il va y avoir beaucoup d’ἄνθρωποι qui vont être terrorisés, Prométhée va vouloir les défendre. Il va aller dans le domaine des dieux pour voler une partie du soleil, ἥλιος. Les enfants apprennent ce mot. Puis, celui qui joue Prométhée va dire « κλέπτω τò πῦρ, je vole le feu », ensuite il fait semblant de cacher le feu dans une tige de fenouil et va dire « κρύπτω τò πῦρ, je cache le feu ».

Ainsi nous commençons l’apprentissage grammatical de la déclinaison, qui n’est pas difficile pour le moment puisque ce sont des phrases minimales et un mot neutre. Pour la suite de la séance, l’intervenante travaille sur le vocabulaire et l’orthographe. Par exemple, elle montre aux élèves que la racine de πῦρ a donné pyrolyse, pyrogravure, pyrotechnie. Mais surtout elle leur fait découvrir que le « υ » donne en français le i qui est grec : le y. La dimension ludique est importante : l’intervenante, montre aux élèves que la racine de κρύπτω a donné crypte, cryptogramme et elle les fait s’amuser à construire des cryptogrammes. Elle peut aussi faire de même avec ἥλιος qui a donné héliotrope : un élève va être le soleil ἥλιος, les autres vont représenter des fleurs héliotropes. Quand le soleil bouge, les héliotropes suivent son mouvement en criant : « ἥλιος, ἥλιος, ἥλιος ! ». Le jeu peut servir à mémoriser le vocabulaire. Il est possible de finir la séance par une chanson sur l’air de « Frère Jacques » :

κλέπτω, κλέπτω

κρύπτω, κρύπτω

φόβος, φόβος, φόβος

Dans d’autres séances, il sera possible d’aborder l’accusatif avec des phrases un peu plus complexes. Par exemple, après l’étude de la phrase «  θεὸς βλέπει τὸν ἄνθρωπον », si on demande à la classe de dire en grec « l’homme regarde le dieu », à tous les coups, on aura la réponse : « τὸν ἄνθρωπονβλέπει θεός ». On leur explique alors que le sens n’a pas changé. Et on leur pose la question : Comment faire ? On leur fait alors analyser les terminaisons des mots et, petit à petit, on leur fait apprendre, sans prononcer le nom des catégories grammaticales, ce qui est en réalité une déclinaison.

  1. Les enfants en difficulté

De nombreux échecs scolaires sont dus à un malaise profond que l’enfant ressent très tôt lorsqu’il est immergé dans le milieu de l’école, milieu qui peut lui apparaître hostile, trop contraignant (séparation mal vécue de l’ambiance familiale, peur de ne pas répondre à des attentes mal formulées ou mal comprises…). Nombreux sont les enfants que l’on perçoit intelligents et qui pourtant sont en échec dans le milieu scolaire. Ces enfants ont souvent une réelle souffrance, ils trouvent une échappatoire dans l’isolement ou dans un rôle assumé de rebelle ou de cancre. Il s’agit alors de leur montrer que le chemin de la réussite leur est ouvert. Mais comment faire ? Comment les réinsérer dans l’école, seule route offerte par la société pour l’insertion sociale de l’adulte ?

Notre expérience nous permet d’affirmer que le grec pratiqué dans les « conditions Nausicaa » est une porte ouverte sur ce chemin pour de tels enfants.

– L’histoire du petit André est la plus frappante :

Lors d’une première intervention dans une classe, l’intervenante demande à un enfant au hasard de s’avancer et de dire son nom. Sans qu’il ait pu ouvrir la bouche, les réponses des copains fusent de toutes parts : « C’est le fou, le nul ! » et voilà notre enfant bien caractérisé dans ce rôle qu’apparemment il accepte bien puisqu’il avance, un sourire béat aux lèvres, en se dandinant. L’intervenante redemande : « Quel est ton nom ? ». L’enfant change d’attitude, ses épaules s’abaissent, il rentre le menton et murmure d’une toute petite voix : « André ». Il était passé du personnage qu’il jouait et qui lui permettait d’exister dans le groupe classe à la réalité de soi qui était beaucoup moins acceptable pour lui dans les conditions présentes. La chance – bien sûr – c’était ce prénom ! L’intervenante explique alors à André et à ses camarades, qui peu à peu arrêtent leurs sarcasmes, le sens de ce prénom en grec : « l’homme, le vrai, le mâle, le héros ». Bien sûr, avec son tempérament méridional, elle en rajoute un peu, ce qui est bien utile dans la circonstance présente. Ce petit André s’est alors intéressé au grec, il a ensuite écouté le « cours » avec attention. L’attention, pour un enfant de cette sorte, c’était déjà une grande victoire !

Au cours des semaines, André a tracé des lettres grecques, et au fil du temps, son « cahier de grec » est devenu de plus en plus propre. C’était une autre victoire. Il avait un cahier et il était tenu à peu près correctement.

L’alphabet grec était pour lui un domaine différent, un domaine où il se sentait valorisé, un domaine où le chemin de la réussite était possible. Les mots français éclairés par l’étymologie prenaient du sens.

C’est ainsi que le chemin de la réussite s’est ouvert pour André.

– En classe ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) :

Nous sommes aussi intervenus dans des classes (de 10 élèves maximum) qui accueillent des jeunes atteints d’un handicap mental. Nous avons appliqué à peu près les mêmes méthodes de base, mais en allant beaucoup plus lentement et en faisant toujours appel au concret : on raconte le voyage de Protis qui vient fonder Marseille, on fournit alors un bateau en photocopie on fait choisir à chaque élève un petit personnage : il va le colorier, lui donner son nom et le coller sur le bateau. Nous embarquons alors sur le bateau pour de belles aventures.

Nous jouons avec des étiquettes où les noms grecs et leurs racines sont écrits.

Quelle joie, quand à la fin de l’année, en manipulant ses étiquettes, la petite Myriam a dit à l’intervenante : « Au fond, toi tu es mythologue ! ».

La notion de plaisir, dans notre expérience est essentielle, plaisir que manifestent les enfants, plaisir de les voir attendre le cours de grec avec impatience, mais plaisir aussi pour nous qui les voyons progresser, s’enrichir. C’est merveilleux.

Si nous devions résumer notre action par un slogan, ce serait « L’excellence pour tous » ! Donner envie aux enfants, semer pour que vive le Grec, c’est notre cause !

L’Association Nausicaa

nausicaa-assos@sfr.fr 

17 bis impasse Maurice Racol

13007 Marseille, France

http://nausicaa13.free.fr 



Citer ce billet
Association Nausicaa (2023, 27 mars). L’expérience Nausicaa : l’initiation au grec ancien à l’école. Connaissance hellénique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmih

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search