“Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 54)”

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Ode à Odessa

La rue Richelieu avec l’Opéra d’Odessa dans une carte postale du début du XXe siècle (wikicommons).

En souvenir de la guerre de Crimée de 1854-1856, on trouve à Paris une rue d’Odessa et un boulevard de Sébastopol et à Marseille une place Sébastopol et une avenue d’Odessa (en raison du jumelage de la ville avec Odessa). On a vu ces derniers temps le terrible siège de Marioupol prise par les Russes et celui de la ville de Kherson prise par les mêmes et reprise par les Ukrainiens. Odessa, Sébastopol, Kherson, Marioupol, sans parler de Simferopol ou de Mélitopol, ont des noms grecs.

La fondation d’Odessa

Ils datent de la conquête sur les Turcs des rives septentrionales de la Mer noire par le général Potemkine pour le compte de sa maîtresse, Catherine II. En 1794, Catherine II fonda Odessa à partir du petit village tatar et du fortin turc de Khadjibey. Ce fut un chantier pharaonique1. Le nom d’Odessa renvoyait à une ville grecque Ὀδήσσος [Odêssos], fondée au VIe siècle avant J.-C. à l’époque de la colonisation grecque des bords de la Mer noire. Cette ville appelée en grec « Odêssos, colonie de Milet » (Ὀδησσός, Μιλησίων ἄποικος) comme l’écrit Strabon dans sa Géographie VII, 6, est aujourd’hui Varna, en Bulgarie. Le mot d’ Ὀδησσός [Odêssos] fait penser à un autre nom de ville, en Macédoine, puis en Mésopotamie : Ἔδεσσα [Edessa], mais je ne saurais en dire plus sur l’étymologie sinon qu’on rapproche à tort ou à raison le nom (phrygien ? grec ?) d’Odêssos d’une racine indo-européenne *wdr / wdn « eau » et qu’il s’agirait d’une « ville d’eau »… Quoi qu’il en soit, comme l’hellénisme était à la mode au XVIIIe siècle et justifiait la colonisation « occidentale », les Russes donnèrent ce vieux nom d’Odessa à la ville.

La fondation de Kherson, Sébastopol et autres

De la même façon, Kherson est le nom « à la grecque » donné à une ville en 1778 d’après la vieille Chersonèse de Tauride, Χερσόνησος Ταυρική, colonie d’Héraclée du Pont, fondée au Ve siècle avant J.-C. dont les ruines sont aujourd’hui près de Sébastopol. C’est d’ailleurs en 1783 que l’impératrice russe fondait Sébastopol (Σεβαστόπολις) en Crimée. Le vocable signifie en grec « la ville de l’impératrice », Sébastê (Σεβαστή – littéralement la « Vénérable », l’ « Auguste ») désignant l’impératrice. Il en va ainsi pour les autres villes Marioupol, Melitopol ou Simféropol que les autorités se plurent à baptiser de noms grecs inventés. Marioupol est la « ville de Marie » ; Mélitopol, « la ville du miel » (ou de l’ancienne cité de Mélita ?) et Simféropol (Συμφερόπολις), « la ville de ce qui est avantageux (à la cité ? au peuple ?) », c’est-à-dire la « ville du bien commun », tout un programme !

Le serment civique de Chersonèse

Aujourd’hui, trois fois hélas, ces villes au nom grec sont sous le feu des projecteurs ou des projectiles. On s’y livre une guerre pour la démocratie… Un serment trouvé à la fin du XIXe siècle sur une stèle de l’antique ville de Chersonèse du Pont mériterait la lumière. Ce serment civique en grec dorien datant du tournant des IVe / IIIe siècles avant J.-C. avait été imposé sans doute à tous les citoyens de la démocratie de Chersonèse. Je vous en traduis le début2 :

Ὀμνύω Δία Γᾶν Ἅλιον Πάρθενον

« Je jure par Zeus, la Terre, le Soleil et la Vierge [Athéna]

par les dieux olympiens et les [déesses] olympiennes

et par les héros qui tiennent la cité, la campagne

et les murailles de Chersonèse :

j’aurai même pensée [que tous] pour le salut

et la liberté de la cité et des citoyens

et je ne trahirai aucunement ni Chersonèse

ni Cernitis ni Beau-Port

ni les autres murailles ni les

autres campagnes qu’ont

ou avaient en partage les gens de Chersonèse

[en les livrant] à personne, grec ou barbare

mais je les conserverai au peuple de Chersonèse

et je ne détruirai pas la démocratie…»

οὐδὲ καταλυσῶ τὰν δαμοκρατίαν

Οὐ προδωσῶ Χερσόνασον… « Je ne trahirai pas Chersonèse… » οὐδὲ καταλυσῶ τὰν δαμοκρατίαν « et je ne détruirai pas la démocratie ».

Voilà un beau serment. Il n’a pas besoin de commentaire mais seulement d’actes.

Gloire aux héros qui se battent pour la démocratie !

 

Christian Boudignon

Université d’Aix-Marseille,

Centre P.-A. Février (CNRS, TDMAM, UMR 7297)

    

1 Il fut confié d’ailleurs de 1803 à 1814 au duc de Richelieu, descendant de la famille du cardinal de Richelieu, noble émigré qui avait fui la Révolution française et devint gouverneur d’Odessa et de la Nouvelle Russie pour le compte d’Alexandre Ier.

2 Publié par Théodore Reinach (« Le serment de Chersonèse », Revue des Études grecques 5/20, 1892, p. 404-405), le texte est désormais disponible dans la collection d’inscriptions de la Mer Noire : IosPE I2, 401, consultable en ligne au lien suivant : https://epigraphy.packhum.org/text/184596 



Citer ce billet
Christian Boudignon (2023, 13 mars). “Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 54)” Connaissance hellénique. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmie

Christian Boudignon

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search