Erysichthon et le respect du vivant

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Erysichthon le terrible

Le châtiment d’Erysichthon (gravure d’Antonio Tempesta, 1606).

« L’homme, sans une mythologie de lhomme, cest de la barbaque. »

Romain Gary

Si vous cherchez un personnage mythologique qui concentre à lui tout seul la sottise, l’entêtement, la brutalité, l’avidité, l’absence de discernement et la méchanceté gratuite, rendez-vous à la lettre Edu côté d’Erysichthon, tel que le poète grec Callimaque et le poète latin Ovide lont décrit, le premier dans lHymne à Déméter et le second dans ses Métamorphoses VIII (739-878) : une pure… abjection !

Chez Ovide, Erysichthon décide un jour daller couper un chêne immense « constituant une forêt à lui tout seul » (una nemus). Un chêne sacré.

C’est souvent ce quil se produit quand les «puissants» s’ennuient. Il leur faut une occupation quelconque : un pays à conquérir, une forêt à raser, des concubines à satisfaire, des lingots à entasser ou quelque chose à profanerLes marottes préservent de lennui, cest bien connu ! En tant que prince thessalien, Erysichthon est un «puissant» sans la moindre imagination.

Alors, ce matin-là, il se rend dans le bois sacré de Cérès avec la ferme intention de pourfendre le grand chêne. Un esclave tente-t-il de sinterposer afin d’éviter le pire ? Erysichthon lui tranche la tête comme on serpe une marguerite, puis il se met à frapper l’écorce de sa lourde hache. A ses yeux, les vies ne valent rien…

A la lecture du meurtre de larbre qui gémit sous ses coups, on ne peut qu’éprouver du chagrin, de limpuissance et de la colère. Comme si un grand vide se formait en nous. Et puis, une citation de Nietzsche nous revient: « L’homme est un animal malade ».

Le sang coule de l’écorce meurtrie. Larbre saigne, nous pleurons son agonie. Notre indignation à l’encontre de cet imbécile ne connaît plus de limite.

Comment ne pas reconnaître, sous les traits dErysichthon, tous ces adeptes actuels de la démesure qui brutalisent le Vivant à des fins mercantiles, sans discernement et sur le court terme ? Tous ont mécaniquement procédé de la même façon :

1/ en désacralisant le monde

2/ en désenchantant la vie

3/ en «marchandisant» la planète

Il a suffi au président Bolsonaro de qualifier les autochtones d’Amazonie d’« hommes préhistoriques » pour soctroyer le droit de raser des millions darbres et de sassurer, en passant, de juteux dividendes.

Chez Callimaque, Erysichthon agit avec une intention : celle de tapisser les murs de sa salle à manger avec les lambris fraichement coupés, détail qui explique la nature de sa punition : une faim dévorante. La futilité de son projet « déco » comparée au lourd prix à payer du côté des arbres ne nous aura pas échappé : comment ne pas penser à nos élevages de visons destinés à être taillés en manteaux, aux séquoias millénaires débités en forme de tabourets ? Tout ça pour ça ?

Au moment où, sous ses ordres, les vingt esclaves abattent leurs haches sur les troncs du bois sacré, en commençant par un immense peuplier dont le houppier semble atteindre les astres, celui-ci « donne en gémissant un triste signal aux autres arbres ». Et dire que nos chercheurs actuels pensaient avoir découvert la communication entre les végétaux via les phéromones !

Chez Ovide, en revanche, il sagit dune pure gratuité dans la nuisance, il tue pour tuer. Le sacrilège sen trouve accru, sa nullité aussi !

Dans les deux versions, Erysichthon est sévèrement puni : la faim sempare de lui et le tourmente à tel point quil finit par se dévorer lui-même, le monde n’étant plus assez grand pour satisfaire ses fringales. Plusieurs articles consacrés à cette Métamorphose commentent le caractère symbolique de cette autophagie.

Qui ne respecte pas le Vivant et persiste dans l’hubris finit par se détruire.

Florence Deville-Patte

Professeure de lettres & auteure-illustratrice

Aux arbres, les citoyens!

Au collège André Malraux de Marseille, les élèves de Langues & Cultures de lAntiquité (LCA) travaillent sur des projets interdisciplinaires depuis plusieurs années, que leurs professeurs présentent à la J.A.P (Journée Académique de la Pédagogie) à chaque printemps.

Année scolaire 2022-2023. La cour centrale du collège manque cruellement darbres : lombre sy fait rare… Les usagers se mobilisent pour veiller à sa végétalisation.

Dans le cadre du projet Aux arbres, les citoyens!, les élèves de LCA ont interrogé les textes antiques afin de répondre à ces questions :

– Quels liens les Anciens entretenaient-ils avec le monde végétal ?

– En quoi les mythes nous aident-ils à mieux percevoir notre actuelle relation au Vivant ?

Ils ont transformé un pilier du collège en tronc darbre, en donnant à lire des extraits du mythe dErysichthon

Non loin de ce pilier, un Chêne de Dodone tout doré, couvert de lamelles oraculaires, a été installé par des élèves de 3ème : cette imposante installation d’1 m 85 de hauteur (carton recyclé et feuilles d’automne séchées) accompagne un panneau dexposition destiné à présenter des extraits dHomère à propos du sanctuaire de Dodone.

Une autre colonne est consacrée aux métamorphoses de Daphné et de Dryopé en arbres. Un palmier XXL nous rappelle la rencontre entre Ulysse et Nausicaa, ainsi que la naissance d’Apollon à Délos.

Les arbres ne hantent-ils pas nos récits depuis toujours ?

Une « forêt » dans le hall !

Les arbres, les mots et les hommes ont une origine, des racines, une lignée, une famille, une physionomie communes: retrouver le sens des mots aide à mieux nous orienter dans nos vies et nos choix. Les mots nous engagent, aussi.

Alors, en attendant la végétalisation de la cour, une forêt a élu domicile dans le hall du collège !

Pour suivre l’évolution du projet dans toutes les disciplines et sur toute l’année scolaire : https://www.clg-malraux-marseille.ac-aix-marseille.fr/spip/

Pilotage du projet : F. Deville-Patte

Professeurs « référents culturels » : M-L Bajolle et M. Long-Chelminiak



Citer ce billet
Florence Deville-Patte (2023, 17 mars). Erysichthon et le respect du vivant. Connaissance hellénique. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://ch.hypotheses.org/5979

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boudignon Christian dit :

    J’aime beaucoup l’humour de cet article et j’ai beaucoup appris sur le fascinant Erysichthon qui ne m’avait jamais trop été présenté (et en tout cas, qui ne m’avait pas frappé – à coups de hache – dans ma lecture d’Ovide).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search