Le “palais” d’Ulysse et ses dépendances

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Détail du palais de type mycénien situé sur les hauteurs de Stavros à Ithaque. Le prof. Thanassis Papadopoulos identifie ces vestiges avec le palais d’Ulysse.

Sur la base de l’Odyssée d’Homère [1.1a], François Quantin, dans un article sur « Les palais chez Homère » paru dans les Dossiers d’Archéologie, n° 339 [2], nous parle essentiellement du décorum intérieur et extérieur et des jardins du palais d’Alkinoos, roi de Phéacie.

Outre son rôle de positionnement dans l’espace social par ses dimensions et son apparence extérieure, il en montre aussi, côté intérieur, son usage en tant qu’espace domestique mais aussi festif et culturel.

La description du palais d’Ulysse est illustrée par le plan qu’en avait fait P. Gardner en 1882 [3]. Ce même plan, qui avait alors attiré mon attention, m’avait servi de base dans le chapitre consacré au palais d’Ulysse dans mon livre Ulysse en Ithaque [4] dans lequel j’émets quelques hypothèses sur la position de ce palais sur l’île d’Ithaque et sur sa description.

Quelle position doit occuper le palais d’Ulysse ?

L’histoire montre que, de tous temps, les palais se situaient dans des zones facilement défendables : par exemple, les châteaux-forts du Moyen-Age plantés sur des collines ou des tertres ou des mottes artificielles. Il faut aussi avoir accès à l’eau et, sur le bord de mer, pouvoir surveiller le(s) port(s).

Toutes ces conditions qui semblent générales et planétaires sont notées par différents auteurs.

  • J. Cuisenier [5] :

– (p. 241) : « Comme un prince des îles, l’Éole homérique habite sur les hauteurs, dans un palais, au-dessus de la cité, loin des plages exposées aux incursions des pirates et autres navigateurs étrangers… ».

Cette remarque faite à propos d’Éole est aussi valable pour Ulysse.

  • P. Faure [6] :

– (p. 219) : « Il paraît peu douteux que la ville antique (Pilikata au nord d’Ithaque), bien abritée du vent du nord et des vues de la mer, s’étageait là, au-dessous des rochers destinés à porter au Vesiècle la future citadelle de Malos. Les princes et leurs dieux résidaient encore plus haut, sur la guette de Pilikata…

Toute capitale antique avait son port. Celui d’Ithaque, aux temps odysséens, se trouvait commander le chenal qui la sépare de Céphalonie, à une demi-heure de marche au sud-est de Pilikata… Un puits d’eau douce, près d’un grand platane… ».

Dans le Chant III (v. 418-432) de l’Odyssée relatant la visite de Télémaque à Nestor, à Pylos « ville des sables », pour tenter d’obtenir des nouvelles de son père, on peut noter que Nestor a lui aussi son palais sur une zone élevée, hauteur naturelle ou non, colline, tertre ou élévation quelconque dominant la plaine, et proche de la ville et du port.

 – ([1.1c], pp. 52-53) : – Nestor : « Mais allons ! Que l’un de vous descende dans la plaine me chercher une génisse ; qu’il l’amène au plus vite et qu’un bouvier la presse. Qu’un autre se rende auprès du noir vaisseau de Télémaque […], qu’il conduise ici tous ses compagnons et n’en laisse que deux. Qu’un troisième enfin, aille ordonner au doreur Laercès de venir ici, afin de dorer le pourtour des cornes de la génisse… Ainsi parla-t-il, et chacun s’empressa. La génisse arriva de la plaine ; les compagnons de Télémaque au grand cœur arrivèrent du vaisseau rapide… ». (Voir aussi – ([1.1a], p. 81).

Ces ordres sont transmis par des messagers-coureurs ou estafettes pour réduire le temps d’exécution. On ne fait pas attendre un roi qui reçoit un prince. N’oublions pas que la majorité des déplacements se faisait à-pieds et qu’il faut environ une heure pour parcourir 4 à 5 km surtout si l’on doit accompagner une génisse. La ville de Pylos située sur une hauteur ne peut qu’être près de la plaine et du port.

Dans ce même Chant III, quelques vers plus loin (480-485), cette situation est confirmée, quand Télémaque part vers Sparte en char avec Pisistrate :

– ([1.1c], pp. 53) « Pisistrate […] prit les rênes en mains, […] et les deux chevaux s’envolèrent de bon cœur dans la plaine, laissant la citadelle escarpée de Pylos… » (voir aussi [1.1a], p. 83 où il s’agit de « la ville de Pylos sur sa butte »).

  • Gi. Le Noan [7] :

– (p. 74) : « D’après l’extrait suivant, tiré du XVI chant de l’Odyssée, il ressort que le palais d’Ulysse se trouvait juste à proximité de ce port, probablement sur une hauteur comme à Mycènes, forteresse d’Agamemnon, pour pouvoir être mieux défendu. ».

Ces besoins de défense face à un ennemi potentiel sont satisfaits de façon identique par la structuration des villages chez de nombreux peuples.

  • Strabon [8] parlant des Corses, Livre V, Chap. II, 7 :

– « L’Île de Cyrnos que les Romains nomment Corsica, est un pays affreux à habiter, vu la nature âpre du sol […] qui fait que les populations confinées dans les montagnes […] sont plus sauvages que les bêtes fauves […]. Il arrive souvent que les généraux romains […] attaquent à l’improviste quelques-unes des forteresses de ces barbares… ».

  • T. Severin [9], bien loin de la Grèce, le constate aussi au cours de son voyage en 1980 :

– (p. 221) : « Les marins (arabes du IXème siècle) redoutaient en particulier l’île de Nias (au N-O de Sumatra) […] les villages sont encore construits en vue de la guerre. Ils se trouvent toujours au sommet d’une éminence ou sur la crête d’un contrefort facile à défendre. ».

– (p. 222) : « … les femmes (de l’île de Nias) doivent descendre des centaines et des centaines de marches taillées dans le rocher pour parvenir aux puits. Les hommes parcourent le même trajet pénible matin et soir, car tous les champs et les jardins se trouvent sur les basses terres. ».

  • P. Vidal de la Blache [10] dans « la géographie de l’Odyssée » en fait aussi mention :

– (pp. 22-27) : “Autrefois, dit Thucydide, les villes ne s’établissaient pas dans le voisinage immédiat de la mer ; de son temps, c’était le contraire. Longtemps, sur les bords de la Méditerranée les populations se sont cantonnées sur les hauteurs…

Si les navigateurs hésitent à s’engager dans les golfes profonds, les terriens n’hésitent pas moins à s’établir trop à proximité des rivages. Ils se cantonnent sur les hauteurs, à distance ; la plage ou la marine étant l’endroit neutre où se pratiquent les échanges…

Le type de la ville homérique est la ville haute…”.

Ma préférence, pour situer « le palais », se porte non sur le mont Aëtos mais sur les flancs du mont Néion au sud, avec Pérachori, ou du Nérite au nord, avec Anogi, qui permettent de dominer tous les ports des parties sud ou nord de l’île.

Notons que la photo de GÉO ([11], p. 133) montre le puits du monastère de Kathara (Katharon [12]) à environ 3 km d’Anogi situé entre 400 et 600 m d ‘altitude. Depuis ce monastère, situé à 700 m d’altitude, dominé à moins de 3 km au nord par les sommets du Nérite, Aghio Eleousa (809 m) et Klisma Peraskevis (809 m), il doit être possible de voir tous les ports principaux du sud d’Ithaque : Bros Aëtos, Déxia, Vathy et même Mnimata et Skinos.

La position en hauteur de ce « palais » est admise par de nombreux chercheurs et, comme le rappelle J. Cuisenier ([5], p. 27), V. Bérard lui-même en fait implicitement état, en parlant du Port du Reithron, ou Port de la Ravine, qu’il situe au Port de Frikès. Ce dernier est relié à Stavros par une route que « aux temps d’Ulysse, les ânes et les convois de porteurs devaient emprunter déjà pour monter au manoir les marchandises. ».

Ces ânes pourraient très bien avoir été des mules dont l’origine est attribuée par Homère à la Paphlagonie (Iliade, Chant II, v. 852, « catalogue des vaisseaux » ([1.2], pp. 64-65).

  • A. Grasset-Saint-Sauveur, Tome III, Livre X, [13] :

– (pp. 3-4) : « L’île de Thiaqui offre un excellent mouillage […] qu’on appelle la rade de Thiaqui (Vathi actuelle) : l’embouchure en est fort étroite… On est, dans ce port, à l’abri de tous les vents ; et on y jouit d’un tel calme, que l’on peut y caréner en toute sûreté. Ce port est environné de tous côtés de montagnes. Sur leur pente est bâti le village le plus considérable… Une pointe de terre qui s’avance à la mer sépare ce port d’un autre beaucoup moins grand (baie de Dexia) … On ne voit en cet endroit, sur le rivage, que quelques cahutes de pêcheurs : les habitations sont, pour la plupart, sur le haut des montagnes. ».

Toutes ces conditions semblent être remplies dans le cas du palais d’Ulysse qui domine le port de la « Ville », et l’agora et doit se trouver à courte distance de la demeure d’Eumée mais aussi d’une source ou d’un puits auquel les femmes de service peuvent s’approvisionner.

– Chant XX, v. 148-88 ([1.1c], pp. 342-343) : « Euryclée […] commandait aux servantes : – « Allons, vite à l’ouvrage ! Que les unes se hâtent de balayer […], que d’autres enfin, aillent puiser de l’eau à la fontaine, et reviennent bien vite en apportant leur charge. Les prétendants ne tarderont pas à se trouver au palais. Ils vont arriver de fort grand matin… […] Tandis que vingt d’entre-elles s’en allaient vers la source aux eaux noires, les autres, à travers le palais, s’adonnaient à leur tâche avec dextérité. À ce moment entrèrent les braves serviteurs […]. Les servantes revinrent de la fontaine. Puis ce fut le porcher qui survint après elles : il amenait trois porcs engraissés […]. Aussitôt après, on vit arriver le chevrier Mélanthios ; il amenait des chèvres […]. Philœtios, le chef des bouviers, en troisième arriva ; il amenait pour les prétendants une vache stérile et des chèvres grasses. Des passeurs, qui conduisent tous ceux qui se présentent, les avaient transportés. ».

La temporalité des actions est pratiquement identique dans les traductions de V. Bérard ([1.1a] pp. 346-347) ou de Ph. Jaccottet ([1.1b] pp. 330-331).

Nous avons, dans ce Chant XX, une succession de faits qui se déroulent, dans une matinée, avant le dîner servi aux prétendants qui sont arrivés « de bon matin ».

  1. Tout d’abord, la corvée d’eau pour les unes et le nettoyage de la grand-salle pour les autres. L’aller-retour à la fontaine précède l’arrivée du porcher dont nous estimons qu’il parcourt le trajet depuis sa demeure en environ deux heures.

La source, ou fontaine d’eau noire, doit donc se trouver dans un rayon de trois ou quatre kilomètres au maximum du palais.

De nos jours, dans les pays africains, la corvée d’eau est toujours assurée par les femmes ou les fillettes qui, souvent, doivent parcourir, plusieurs fois par jour, quelques kilomètres en portant sur la tête de grandes calebasses, ou des bidons plastiques de 10 à 20 litres. Les femmes parties ensemble reviennent ensemble. C’est généralement la règle.

Dans le cas du palais d’Ulysse cette source, fontaine ou puits, devrait se trouver à moins d’une heure de marche aller-retour, le temps nécessaire aux prétendants pour fendre le bois qui servira à la cuisson comme on peut le trouver indiqué dans le texte.

  1. Puis les vaillants serviteurs (des prétendants), qui, après avoir dormi chez eux, vont arriver de bon matin,

  2. Puis le porcher, puis le chevrier parti dès l’aurore,

  3. Enfin le bouvier qui a dû faire usage des passeurs habituels depuis le « continent », la Céphallonie ou les « champs Képhalléniotes ».

On verra aussi que ces « vaillants serviteurs », ou les prétendants, (selon V. Bérard), en plus de fendre le bois, s’occupent également de l’abattage et du dépeçage des porcs et des chèvres. Cela ne se fait pas « en cinq minutes » !

P. Faure ([6], pp. 217-218) rappelle que « la viande fraîche était amenée sur pied » et, en page 219, avait déjà estimé qu’une demi-heure de marche devait séparer le palais du port !

Tout ceci confirme, une fois de plus, la proximité, relative, de ces différents lieux car toutes ces actions sont censées se dérouler avant le dîner.

Philœtios, le maître-bouvier apparaît pour la première fois au palais alors qu’Ulysse y est depuis deux jours. Est-ce un problème de durée du transport depuis les zones de pâturage ou seulement un renouvellement moins fréquent en grosse boucherie ?

On sait par ailleurs (Chant XIV v. 100-104,) que les chèvres, et donc le maître-chevrier, se trouvent « à l’autre bout de l’île » ([1.1c], p. 234 ou 1.1a, p. 248), par rapport à la demeure d’Eumée, ou « sur le cap » ([1.1b], p. 229), et qu’il faut une matinée, d’automne (ou de printemps), pour amener le bétail qui servira au repas de mi-journée, le dîner.

– Chant XXI, v. 265-266 ([1.1c], p. 359) : – « Ordonnez au chevrier Mélanthios d’amener demain, dès le petit matin, les plus belles de toutes les chèvres qui sont en ses troupeaux. ».

Ph. Jaccottet ([1.1b], p. 345), a précisé « Dès l’aurore, invitez Mélanthios, […] ». Cette indication n’apparait pas dans le texte de V. Bérard ([1.1a], p. 361).

Un autre repère pour situer le « palais » sera la position de l’agora où Télémaque convoque l’assemblée d’Ithaque avant son départ, à l’insu des prétendants, pour la Pylos des Sables.

– Chant II, v. 1-11 ([1.1c], p. 23) : – « Dès que parût la fille du matin, l’Aurore aux doigts de rose, le fils chéri d’Ulysse […] ordonna aux hérauts à voix claire de convoquer l’assemblée des Achéens […] Lorsque tous se furent réunis et groupés, Télémaque marcha vers l’assemblée… ».

V. Bérard précise que cette assemblée se tient à l’agora ([1.1a], p. 55).

Après avoir mis fin brusquement à l’assemblée, Télémaque va sur la grève, se lave les mains « en trempant ses mains dans l’eau grise. » ([1.1a], p. 62), « dans la frange d’écume » ([1.1b], p. 35), prie Athéna, puis, quand la fille de Zeus eut parlé, revient au manoir :

– Chant II, v. 257-259 ([1.1c], p. 31) : « Ainsi parla-t-il (Télémaque), et brusquement il rompit l’assemblée. Les assistants se dispersèrent chacun vers sa demeure, et les prétendants revinrent dans la maison du divin Ulysse. Télémaque alors se rendit à l’écart sur le bord de la mer ; il se lava les mains dans l’écume des flots, et vers Athéna adressa sa prière … ».

– Chant II, v. 296-300 ([1.1c], p. 32) : « Télémaque n’attendit plus longtemps, dès qu’il eut entendu la voix de la déesse. Il regagna sa demeure, le trouble au fond du cœur. Il y trouva les altiers prétendants qui écorchaient des chèvres et faisaient, dans la cour, flamber des cochons gras. ». ([1.1a], p. 63 ou ([1.1b], p. 36).

L’Agora est donc, elle aussi, à quelque distance du palais d’Ulysse mais assez proche ; elle domine ou surplombe la plage de sable ou de galets.

– Chant II, v. 388-398, [1.1c], pp. 35-36 : – « le soleil s’enfonçait, et l’obscurité couvrait tous les chemins, lorsqu’Athéna vint tirer à la mer ce rapide vaisseau… […] À ce moment, Athéna, […] versa sur les prétendants un doux sommeil, égara l’esprit de ces buveurs […] Ils se hâtèrent d’aller dormir en ville ; […] car le sommeil tombait sur leurs paupières. » ([1.1a], pp. 66-67 ou [1.1b], p. 39).

Ces vers confirment que le palais d’Ulysse est bien à l’écart de la ville et les prétendants doivent rejoindre leur domicile pour la nuit.

On note déjà ce comportement, ce rythme journalier, chez les invités de Nestor à Pylos. Mais Télémaque et son équipage sont invités à rester chez Nestor pour ne pas avoir à retourner à leur vaisseau.

– Chant III, v. 329-355 ([1.1c], p. 50) – « Le soleil s’enfonça et après lui l’obscurité survint. Athéna […] dit alors : […] – : Mais allons ! … qu’après avoir fait les libations à Poséidon […] nous puissions songer à nous reposer. Il en est temps, car déjà la lumière vient de passer sous le couchant brumeux. ». ([1.1a], p. 78 ou [1.1b], pp. 51-52).

On retrouve ce rythme journalier dans le chant I.

– Chant I, v. 421-425, ([1.1c], p. 22) : – « Les prétendants s’adonnèrent alors au plaisir de la danse et aux charmes du chant, en attendant que le soir fût venu. Ils s’ébattaient encore, lorsque survint l’obscurité du soir. Sentant alors le besoin de sommeil, ils se retirèrent chacun dans son logis. ». ([1.1a], p. 54 ou [1.1b], p. 25).

Enfin, si le manoir est lui-même hors du bourg, ce dernier se trouve non loin d’un bois consacré à Apollon. Serait-ce un bois de lauriers ?

– Chant XX, v. 276-278, ([1.1c], p. 345) : – « Ainsi parla Antinoos […]. Pendant ce temps, des hérauts conduisaient à travers la cité la sainte hécatombe réservée aux dieux, et les Achéens à tête chevelue se rassemblaient sous l’ombrage du bois sacré d’Apollon dont le trait porte loin. ».

À comparer avec [1.1a], p. 350 et [1.1b, p. 333 où Ph Jaccottet traduit par « conduisaient au bourg ».

D’autre part, si l’on en croit les spécialistes pour qui la droite désigne souvent l’Est ou plutôt la zone du lever du soleil, l’agora, séparée du manoir d’Ulysse, pourrait être positionnée par rapport au « palais d’Ulysse », lui-même hors de la ville. C’est ce qui pourrait être tiré de l’extrait du Chant II qui suit… Mais on ne connait pas l’axe directionnel de référence !

– Chant II, v. 146-154 ([1.1c], p.28) : – « Ainsi parla Télémaque. Pour lui alors Zeus […] du haut du sommet d’un mont, fit envoler deux aigles. Tous deux d’abord, tant qu’ils volèrent avec les souffles du vent, déployaient leurs ailes, l’un à côté de l’autre. Mais lorsqu’ils arrivèrent juste au milieu de l’assemblée bruyante (l’Agora), ils se mirent à tournoyer sur place […]. Se déchirant ensuite avec leurs serres et le col et les joues, ils s’élancèrent vers la droite, au-dessus des maisons et par-dessus la ville. ».

– et ([1.1a], p. 59 : – « Deux aigles […] plongeant du haut de la montagne […] filèrent à droite au-dessus des maisons de la ville haute. ». ([1.1b], p. 32).

La localisation du palais, du port de la ville et de l’agora dépendent du choix fait parmi les différentes hypothèses émises. On ne peut que conclure à une relative proximité et un « étagement » du « palais », de l’Agora et de la ville et donc sur un flanc de montagne et, en toute hypothèse sur l’un des flancs du mont Néïon, en partie Sud d’Ithaque (Voir carte de Dodwell).

Actuellement les recherches concernant le palais d’Ulysse sont faites dans la partie nord d’Ithaque, près du village de Pilikata, à environ 1 km au nord-est de Stavros, où ont été trouvés les restes d’une enceinte cyclopéenne grossière analogue à la seconde enceinte de Mycènes (XIIe-XIIIe siècle av. J.-C. [6] ; [7] ; [11] ; [14]). « Palais qui couronnait la hauteur de Pilikata et qui surveillait les trois baies de Polis… d’Aphalès… et de Phrikès. » ([6], p. 212).

Il me semble impensable que cela puisse être le palais d’Ulysse car si Eumée a bien ses porcheries sur le plateau de Marathias, ce qui est le plus communément admis, il ne peut en aucun cas parcourir environ 27 km jusqu’à Pilikata dans la matinée, en automne, ou au printemps, avant le repas de midi en poussant devant lui ses porcs.

Seuls des citadins, habitués aux transports en commun et à la voiture, peuvent l’imaginer.

Et le soir il faut être de retour avant la nuit tombée !

Une vingtaine de km c’est la distance moyenne, par jour, généralement en groupe, parcourue par un randonneur sur les voies de Saint Jacques de Compostelle, routes ou chemins plutôt bien entretenus. Le pauvre Nérite, frère d’Ithaque, fondateur de la partie Nord de l’île, est oublié dans l’histoire. Lui-même a bien dû se loger quelque part.

Rappelons aussi que Télémaque lorsqu’il se présente à Nestor (Chant III, v. 71-81), annonce qu’il vient d’Ithaque au pied du Mont Néion ! C’est bien la position d’Alalkomenes, qui, selon V. Bérard, serait l’ancienne citadelle « classique » construite par les Thébains au VIIIe siècle av. J.-C., mais c’est aussi valable pour toute la zone comprise de la Baie de Vathy à Piso Aëtos.

Cette localisation est également en accord avec la possibilité que Mélanthios, Maître Chevrier, puisse croiser Eumée sur la route vers le Palais (Manoir) d’Ulysse si sa zone de pâturage se situe dans la région de la Baie de Sarakiniko où Ulysse aurait pu arriver depuis la Phéacie et où il aurait rencontré le jeune pâtre après son débarquement.

Notre choix qui s’est donc porté sur la partie sud de l’île d’Ithaque a, de plus, la particularité d’avoir une montagne nommée Nero voulo, « la montagne de l’eau », ce qui me fait penser au Kilimandjaro ou au Mont Aigoual – plutôt Aygual.

Tous ces noms signifient la même chose en Grèce, en Tanzanie ou dans le Gard !

Que sait-on de plus sur le palais ou manoir d’Ulysse ?

Tentons à partir du texte d’en faire une description et d’en tirer un plan approximatif en ayant en tête qu’il n’est pas « obligatoirement » un palais de type mycénien.

– Chant XVII, v. 167-169 ([1.1c], p. 288) : – « Quant aux prétendants, face au palais d’Ulysse, ils se divertissaient à lancer disques et javelots, sur une esplanade soigneusement nivelée, où ils avaient coutume d’exercer leur morgue insolente. ». ([1.1a], p. 297 ou [1.1b], p. 278).

– Chant XVII, v. 260-269 ([1.1c], p. 291) : – « Cependant, Ulysse et le divin porcher arrivaient au palais […]. Prenant alors la main du porcher, Ulysse lui dit : « Eumée, c’est là surement le beau palais d’Ulysse. […] Les corps de bâtiments s’allongent à la file ; la cour est munie d’un mur et d’une frise, et les solides portes sont fermées par deux barres ; nul homme ne saurait forcer cette demeure. ».

– [1.1b], p. 281 : – « … voilà sans aucun doute le palais d’Ulysse ! […] les maisons n’en finissent pas, la cour est rehaussée d’une enceinte à corniche, et ces portes à deux battants sont bien fermées. ».

La première partie de la description du palais qu’en donne Ph. Jaccottet ([1.1b], p. 278), est bien conforme à celle de M. Meunier alors que la seconde partie comporte quelques détails ajoutés ou différences.

– [1.1a], p. 300 : – « Ulysse – … quelle enceinte a la cour ! Quel mur et quelle frise ! Et ce portail à deux barres, quelle défense ! ».

Cette traduction de V. Bérard semble plutôt indiquer un portail à vantail unique.

Portes (portail) à deux battants ou bien fermées par deux barres… ou les deux ? Mais ce n’est qu’un détail !

Ce manoir est entouré d’un grand mur doté d’un portail qui domine et donne vue sur le port (Chants XVI et XVII). L’esplanade, ou la cour (?), du palais doit avoir au moins une longueur supérieure à 30 m et plutôt proche des 50 m pour permettre de lancer le disque ou le javelot.

Autre détail dans le Chant I où il est dit :

– Chant I, v. 424-426, ([1.1c], p. 22) : – « Sentant alors le besoin de sommeil, […] Télémaque se retira dans la haute chambre qui lui était bâtie dans la très belle cour, en un lieu dégagé. ».

Ce qui correspond totalement à la traduction de Ph. Jaccottet ([1.1b], p. 25). (Voir aussi [1.1a], p. 54).

– Chant II, v. 337-346, ([1.1c], p. 34) : – « Télémaque descendit dans le trésor de son père, vaste cellier au toit surélevé, où reposaient de l’or et du bronze entassés, des vêtements renfermés dans des coffres et des réserves d’huile d’un arôme odorant. Là aussi se trouvaient des jarres de vin vieux d’une douceur liquoreuse, rangées en file le long de la muraille […]. Les portes en bois plein, aux solides battants, étaient fermées par une double barre, et une intendante s’y tenait nuit et jour pour assurer […] la garde du trésor. ».

La traduction de M. Meunier ([1.1c], p. 34) est identique à celle de V. Bérard ([1.1a], p. 65) : – « En ce vaste cellier, sous la haute charpente […] les portes de bois plein aux solides jointures étaient sous double barre… ».

Celle de Ph. Jaccottet ([1.1b], pp. 37-38) nous dit : « La porte, verrouillée, de fortes planches bien rejointes, était à deux battants… »

 Le système de fermeture du cellier-trésor est identique à celui de la cour munie d’un mur et d’une frise et de solides portes (simples ou doubles) fermées par deux barres.

À comparer avec les « trésors » de Delphes ?

Les fortes planches de bois plein bien jointes – pour les battants de porte et double barre pour les verrous (?) font penser à une porte à fonction défensive. Cela ressemble plus à une ferme fortifiée qu’à un palais.

Cette impression de « ferme fortifiée », propriété d’un « petit baron » de campagne, antithèse des palais de Ménélas et d’Alcinoos, est amplifiée par le récit, dans le Chant XX, des arrivées du porcher Eumée, puis du chevrier Mélanthios suivie de celle de Philœtios le bouvier.

– Chant XX, v. 160-165 ; 172-176 ([1.1c], p. 342) : – « Les servantes revinrent de la fontaine. Puis ce fut le porcher qui survint après elles ; il amenait trois porcs engraissés… Il les laissa pâturer à travers la belle cour…

On vit arriver le chevrier Mélanthios ; il amenait des chèvres, les plus belles… pour le repas des prétendants ; deux bergers le suivaient. Il attacha ses bêtes sous le portique sonore […]. Philœtios, le chef des bouviers, en troisième arriva ; il amenait pour les prétendants une vache stérile et des chèvres grasses […] Il attacha soigneusement ses bêtes sous le portique sonore… ».

– Chant I, v. 102-108 ([1.1c], p. 12) il nous est déjà le dit que : – « Elle (Athéna) descendit d’un bond des sommets de l’Olympe et s’arrêta dans la ville d’Ithaque, sous le porche d’Ulysse sur le seuil de la cour […] Elle y trouva les altiers prétendants […] sur le devant des portes, à récréer leur cœur en jouant aux jetons, assis sur les peaux des taureaux qu’ils avaient abattus. ». ([1.1b], p. 16).

Nous sommes dans la cour du « palais » d’Ulysse où les prétendants procèdent aussi à l’abattage et au découpage des bêtes et « jouent avec des jetons sur leurs peaux ».

Cette idée d’avoir affaire à une « ferme » est renforcée par les remarques de S. Saïd ([16], p. 182) qui, en commentant le rêve de Pénélope (Chant XIX, v. 535-553), nous rappelle « qu’il est normal qu’une fermière se réjouisse de voir ses oies engraisser et déplore leur perte. ».

Pascal Darcque [15] dans « la Grèce mycénienne : du mythe à l’histoire » a déjà émis cette idée « d’une grande ferme riche avec un tas de fumier devant la porte » décrite par Homère.

– Chant XVII, v. 290-300 ([1.1c], p. 292) : – « Or, un chien couché leva la tête et les oreilles ; c’était Argos, le chien d’Ulysse […] ; il gisait sur un tas de fumier de mulet et de bœuf, qui s’accumulait devant le portail, en attendant que les serviteurs d’Ulysse vinssent l’enlever pour en fumer son domaine étendu. ». (1.1a, p. 301).

Effectivement, au vu de la description faite dans le texte, ce « manoir » ne me semble pas pouvoir être un « palais résidentiel » de type mycénien. Comme nous l’avons noté plus avant, il ressemble plutôt à une très grande ferme, à une ferme fortifiée, d’autant plus que le tas de fumier de vaches et de mulets se trouve devant le portail, « où les servants d’Ulysse venaient prendre de quoi fumer le grand domaine » et que les animaux de boucherie, vaches, chèvres et porcs sont attachés, abattus, dépecés et tranchés dans la cour.

  • P. Faure ([6], p. 112), parlant de la culture du lin en Crète, affirme pourtant que la fumure n’était pas en usage à l’époque : – « … la culture du lin épuise le sol deux fois plus que celle de l’orge et du blé. Il fallait donc laisser en jachère plus longtemps les linières, trois ans au moins, en un siècle où l’on méconnaissait l’usage de fumures et des trèfles qui régénèrent la terre. ».

L’utilisation de fumier va donc à l’encontre de l’opinion exprimée par cet auteur mais il est vrai que nous ne sommes pas en Crète et que l’on a affaire essentiellement à un verger et une vigne qui n’ont pas les mêmes besoins de fumure.

En aparté notons le sol en terre battue de la grand-salle où a eu lieu le massacre des prétendants, caractéristique, encore, des fermes béarnaises dans les années 1950-1960.

– Chant XXII, v. 448-456 ([1.1c], p. 379) : – « Elles (les servantes) commencèrent par emporter les cadavres et par placer ces morts, en les entassant les uns sur les autres, sous le portique de la cour à la solide enceinte […]. Elles nettoyèrent ensuite les tables et les très beaux fauteuils… Télémaque, après elles, le bouvier ainsi que le porcher raclaient avec des pelles le sol de la demeure solidement bâtie […]. Lorsqu’ils eurent remis tout en ordre au palais, ils firent sortir les servantes de cette solide salle, les conduisirent vers la rotonde et le beau mur d’enceinte de la cour, puis les parquèrent sur un étroit espace, d’où il était impossible de fuir. ». (Voir aussi ([1.1b], p. 364) et ([1.1a], p. 380)).

  • P. Faure ([6], pp. 216-217) fait une description de ce « palais » : – « Bien qu’il fût l’un des plus modestes, le manoir qu’Ulysse abandonnera le surlendemain de son arrivée est entouré d’un mur d’enceinte (herkos). Deux colonnes flanquent le porche que ferme une porte à double battant. Les barres servant de verrou, une fois enlevées […] on pénètre dans une grande cour… Latéralement, un ou plusieurs pavillons servaient de cellier et de salle de lustration, ou abritaient des citernes…

À Mycènes, à Tirynthe, à Pylos comme à Knosos, des départs d’escalier de pierre impliquent l’existence d’un ou deux étages… ». (Voir aussi p. 214).

Cela me fait penser aux fermes pyrénéennes, aux « maisons fortes » des vallées d’Ossau ou d’Aspe, « forteresses fermées » de hauts murs dont la maison et les annexes entourent la cour. Certaines de ces annexes servent d’habitation aux cadets.

Enfin le « palais » d’Ulysse est situé près de moulins, ou en possède sur le domaine, pour faire de la farine de blé et d’orge.

– Chant XX, v. 105-108 ([1.1c], p. 340) : – « De l’intérieur du logis, une femme qui broyait du grain fit aussi entendre un mot révélateur ; elle se trouvait tout près, là où étaient les meules du pasteur des hommes ; douze femmes s’employaient avec célérité à les faire tourner, préparant la farine d’orge et celle de froment, cette moelle des hommes. ». ([1.1a], p. 345 et [1.1b], p. 329).

Ces moulins, qui ne sont peut-être que des meules actionnées par des humains, des femmes selon le texte, ou des animaux guidés, ânes ou mules, peuvent aussi être dans un bâtiment spécifique accolé aux « communs » du personnel du manoir.

Des moulins (à vent), on en trouve encore des vestiges vers Katharon et dans le sud de l’île, mais ils ne datent certainement pas d’Ulysse. J. Cuisenier note effectivement la présence, en zone Sudd’Ithaque, entre Vathy et Déxia de restes de moulins à vent. Mais il en existe aussi, sur la côte est, entre la baie de Sarakiniko et la baie de Platia Lygia, au sud-est de Vathy, à l’est de Pérachori, sur une zone élevée appelée Paliomilos : les vieux moulins ! [12].

Le récit du « massacre » des prétendants (Chant XXII) donne aussi quelques indications sur la disposition intérieure du manoir, sur la grande salle où se déroule le combat :

– Chant XXII, v. 1-78, ([1.1c], pp. 365-372) : – « D’un bond il (Ulysse) s’élança sur le grand seuil […] Puisqu’il tient son carquois et son arc poli, il va depuis le seuil luisant, nous décocher des flèches […] Serrons-nous tous, fondons sur lui, et tâchons de l’écarter du seuil de la porte, de nous répandre en ville et de crier au plus vite au secours. ».

V. Bérard ([1.1a], p. 369), en accord avec M. Meunier, ne semble indiquer qu’un éloignement relatif de la « ville » : – « … tâchons de le (Ulysse) chasser du seuil et de la porte et courons vers la ville appeler au secours… ».

Ph. Jaccottet ([1.1b], pp. 353-354) laisse entendre que le manoir se trouve sous le bourg : – « Jetons-nous tous sur lui (Ulysse) ensemble, pour l’éloigner du seuil et des portes ! Nous monterons alors au bourg, l’alarme sera prompte… ».

– Chant XXII, v. 120-134, ([1.1c], pp. 369) : – « Mais lorsque les flèches, à force de tirer, firent défaut au roi, il appuya son arc contre un montant des portes de la solide salle, vis-à-vis du mur éblouissant qui se trouvait en face de l’entrée […] Or, dans la muraille solidement construite, existait une porte à gradins. Le seuil surélevé de cette sortie de la solide salle donnait accès sur un couloir, et des vantaux solidement ajustés la fermaient. Ulysse enjoignit au divin porcher de la surveiller […] c’était l’unique issue qui pût s’offrir. Agélaos… dit alors… : « Amis, quelqu’un ne franchira-t-il cette porte à gradins, pour prévenir le peuple et crier au plus vite au secours ? ».

V. Bérard ([1.1a], p. 370) traduit par : – « Agélaos : Amis, n’aurons-nous donc personne, pour monter jusqu’à cette poterne et prévenir le peuple, et crier au secours ? ».

Ph. Jaccottet ([1.1b], pp. 355) utilise le même mot de poterne.

Ce récit illustre aussi la proximité du voisinage.

Pour que l’appel puisse être entendu il faut bien que le voisinage soit assez proche. ; pas de haut-parleur, ni de talkie-walkie, ni de « portable » à portée de main.

La « chasse à l’homme » ayant atteint tous ses objectifs il faut créer un « écran de fumée » pour assurer la fuite.

– Chant XXIII, v. 130-152 ([1.1c], pp. 385-386) : – «De son côté, que le divin aède, tenant sa lyre au son clair conduise pour nous une danse enjouée, afin qu’à nous entendre du dehors, chacun de ceux qui passent dans la rue ou près de nous résident, puisse penser qu’on célèbre une noce, car il ne faut pas que la nouvelle ébruitée du meurtre […] se propage en ville […] La vaste demeure retentissait sous les pas enjoués des danseurs et des danseuses à la belle ceinture, et chacun disait en entendant du bruit sortir de ce palais ; « Sans aucun doute, voici qu’un prétendant a épousé la reine tant recherchée. ».».

([1.1a], pp. 385-386 et [1.1b], pp. 371-372).

Le manoir, ou ferme fortifiée (?), d’Ulysse n’est donc pas entièrement isolé. Il est près d’une route passante, d’un chemin relativement fréquenté, et dans une zone où le voisinage n’est pas si éloigné pour qu’il ne puisse entendre le chant d’une lyre.

Par contre les murs assez hauts et les grandes portes fermées ont empêché de voir.

Le départ d’Ulysse, de son fils et de ses serviteurs me fait penser à une « prise de maquis » en Corse.

– Chant XXIV, v. 205-210, ([1.1c], p. 399-400) : – « Or, dès qu’ils furent descendus de la ville, Ulysse et les siens atteignirent bientôt le beau domaine que Laerte s’était préparé […] après avoir enduré tant de peines. Là était sa maison ; tout autour s’étendait une suite de hangars, sous lesquels mangeaient, s’asseyaient et couchaient les esclaves astreints au travail et que le maître employait selon sa volonté […] dans cette campagne éloignée de la ville ». ([1.1a], p. 399 et [1.1b], p. 385).

Encore une fois il est fait mention de la position élevée du manoir d’Ulysse et de la ville mais aussi de la relative proximité du domaine de Laërte et son coteau de vignes (Chants I et XI).

  • R. Bittlestone ([17], p. 284) fait la remarque suivante :

– « On atteint la ferme (de Laërte) avant le point d’amarrage quand on descend depuis la « ville » (d’Ithaque). ».

Schliemann, découvreur de Troie, pensait que le palais d’Ulysse était sur le mont Aëtos sur l’isthme reliant les deux parties d’Ithaque.

  • J. Cuisenier ([5], p. 77) rapporte ses propres doutes et ceux de son équipe sur ce site :

– « Pour autant qu’on cherche une relation entre la configuration des vestiges situés à l’Aëtos et la description que l’Odyssée donne du palais d’Ulysse, aucun rapport n’est discernable […] entre la trace archéologique et le vers homérique. ».

Mais il ajoute la réflexion suivante : 

– (p. 75) : « Or si le royaume d’Ulysse n’a décidément pas de siège pour l’exercice de son pouvoir, en quoi peut bien consister la royauté même de son titulaire ? ».

L’étude généalogique faite par J. Cuisenier ([5], pp. 82-85) semble bien montrer une non succession dynastique sur l’île d’Ithaque. Ce n’est cependant pas suffisant pour expliquer une absence, ou plutôt une non découverte, de palais sur cette île… dans sa partie sud !

Mais doit-on chercher un palais ou une ferme fortifiée ?

Les vestiges, s’il en reste, n’en seront pas les mêmes.

Nous avons vu que l’ensemble des événements relatés par Homère, si le récit est véridique et cohérent, paraissent se situer dans la partie sud de l’île d’Ithaque. Certains des lieux, comme la demeure d’Eumée sur le plateau de Marathias, ou le port d’arrivée de Télémaque Port Saint André près du cap Ioannis (Cap Mounda [12]), sont, semble-t-il, bien situés, « classiquement », dans cette partie sud.

Les autres, compte tenu des durées de déplacement, dans les conditions de l’époque, en découlent et ne peuvent, à mon avis, que se situer dans cette partie sud.

Pour répondre aux critères généralement admis il faudrait que ce palais, ce manoir ou cette ferme fortifiée, soit situé dans la zone comprise entre Pérachori, Paléochora et Taxiarchon, la Baie de Déxia et Piso Aëtos, non loins de Nérovoulo (montagne de l’eau).

Le « palais » d’Ulysse et le Port de « la Ville » devraient donc se trouver dans cette partie Sud d’Ithaque.

  • G. B. Depping, ([18], pp. 262-264), dans son livre sur « La Grèce ou Description topographique de la Livadie, de la Morée et de l’Archipel », en tant que « voyageur », écrit en 1823 :

– « La possession d’une île (Ithaque) aussi peu étendue ne pouvait donner à un roi une grande puissance ; on ne compte dans toute Ithaque que 8000 habitants […] Aujourd’hui le chef-lieu de l’île est Vathi, petite ville ouverte, située sur une baie de la côte de l’est et peuplée de 2000 âmes […] Il est fâcheux qu’elle n’ait guère d’eau potable. La population de l’ancienne ville de Parachora (Pérachori actuelle) a reflué en partie à Vathi, dont le commerce maritime n’est pas sans importance ».

  • Le Noan [7] dans le récit de sa visite à Ithaque fait cette remarque vient s’ajouter à celle faite par G. B. Depping [18]

    «La capitale Vathy s’appelle aussi Ithaki comme l’île. Un peu plus haut on aperçoit les lumières du village de Pérachori, perché dans les collines. ».

Vathy et Pérachori, à environ 200 m d’altitude, sont donc bien à portée de vue l’une de l’autre.

On peut donc admettre que la « ville » primitive d’Ithaque et son centre de commandement pouvaient se trouver plutôt vers Pérachori, située en hauteur.

Quant à l’architecture possible du « palais », elle a fortement évolué au cours des années.

Pour témoins, le plan selon V. Bérard [1.1a], en 1963, ou celui selon P. Gardner [3] en 1882, qui n’ont pour seule similitude que celle du plan quadrangulaire d’un ensemble de bâtiments, avec une cour de 30 à 50 m de long, entourés par de solides murs hauts « frisés » avec entrée fermée par un portail en bois à double battant et/ou double barre.

Au vu des différents extraits présentés on peut dégager quelques renseignements sur la structure de ce « palais » qui, comme nous l’avons noté plus avant ressemble plutôt à une très grande ferme.

Vue d’Ithaque (carte selon Dodwell vers 1820) [19]

Les données les plus nettes sont les suivantes :

  • L’ensemble est entouré de hauts murs, ou enceinte, surmontés d’une « frise » ou une corniche empêchant toute vision depuis l’extérieur. Cette « enceinte » est fermée par un portail en bois massif, à deux battants et verrouillé par des barres (deux ?), ayant un rôle défensif. Ce portail ouvre sur un porche d’entrée, donnant sur une vaste cour précédant le mégaron (Chant XVI).

  • Cette structure, à priori, de forme quadrangulaire, clôture un ensemble de bâtiments qui, au moins sur trois côtés, entourent eux-mêmes une cour de grandes dimensions, d’une longueur minimale de 30 m, plutôt de 50 m, permettant de lancer le disque ou le javelot.

Dans cette cour un « pavillon », la tholos, et l’autel des sacrifices à Zeus.

S’y déroulent tous les travaux de boucherie (abattage, découpe, etc.), mais il n’y a pas de fontaine ou de puits – d’où la corvée d’eau faite à l’extérieur par 20 femmes.

  • Le mégaron, permettant de recevoir l’ensemble des 108 prétendants, serait précédé d’un vestibule à colonnes, surélevé de quelques marches. Le sol, toujours au vu des textes, en serait en terre battue (Chant XXIII).

  • Les chambres des femmes, celle de Pénélope et celles de ses chambrières, sont à l’étage ou pour le moins dans une zone surélevée accessible par des escaliers.

  • La chambre de Télémaque serait située dans la cour, dans un bâtiment ou une tour étagée « en un lieu dégagé » (Chant II).

  • Le trésor paternel, à l’arrière du mégaron, est stocké dans un vaste cellier, en sous-sol ou en partie surélevée – le texte n’est pas clair – sous une haute charpente. On y accède par un escalier (Chant II).

  • Enfin la chambre d’Ulysse est au niveau du sol, son lit ayant été construit à partir d’un tronc d’olivier autour duquel les murs ont été édifiés. La souche a servi d’assise et/ou de point de fixation sur lequel le cadre du lit a été chevillé (Chant XXIII).

  • Il est possible que la meunerie se fasse dans un bâtiment, « en un logis tout proche », annexe de la cour ; petits moulins à bras ou grosses meules actionnées par des femmes (12) ou des animaux, mules ou ânes.

  • Les bains sont proches du ou attenant au mégaron.

  • Rien n’est dit de la couverture qui, a priori, pourrait être non de la tuile, terre cuite ou bois, ou de la lauze, mais du chaume ou des joncs.

Ce « palais » ou manoir ou « maison forte », qui serait sur un flanc de coteau, pourrait avoir utilisé la pente naturelle pour la répartition des diverses pièces.

Dans les parties hautes : cellier, « trésor » (?), chambres des femmes et de Pénélope auxquelles on accède par des escaliers.

Au niveau du sol, la cour, le mégaron surélevé de quelques marches, entouré de couloirs d’accès aux autres pièces et à la chambre d’Ulysse elle-même.

Des données tirées du texte, ce « manoir » ne me semble pas pouvoir être un « palais résidentiel » de type mycénien. Comme nous l’avons noté plus avant, il ressemble plutôt à une très grande ferme, « avec des bâtiments à la file », à une ferme fortifiée, qu’Ulysse lui-même aurait appelé « bastion » (Chant XVII, v.268, [1.1b], p. 281).

  • S. Saïd ([16], p. 276) a déjà fait observer que :

– « La description par Ulysse de son palais (Chant XVII, v. 264-268), qui est certes grand et bien fait, mais qui, par comparaison avec les palais somptueux de Ménélas au Chant IV et d’Alcinoos au Chant VII, frappe par son caractère ordinaire. ».

Le nombre de détails trouvés dans ce texte montrent une grande proximité et connaissance du monde rural de cette période, détails relevés, entre autres en pages 267-268.

Je vais résumer une partie des nombreux travaux qui ont été consacrés à l’architecture supposée de ce « palais » et exprimer ma vision du plan inspiré par ma relecture du texte.

Selon les remarques faites par P. Gardner [3], E. Gardner, J. L. Myres, et S. E. Bassett [20 – 22], la structure antique est à comparer avec celle d’une ferme [24], semblable aux palais préhistoriques…

  • Selon P. Gardner [3],

  • L’ensemble des bâtiments est contenu dans une « enceinte », mur de pierres massives, ayant un but défensif (maisons fortes), les toits dépassant le faîte des murs.

  • Les bâtiments sont semblables à des corps de ferme : meunerie, magasins, celliers, bains…

  • La cour non pavée, est aussi sale qu’une cour de ferme.

  • Les repas sont cuits dans le mégaron.

  • Pour l’évacuation de la fumée résultant de l’âtre au centre du mégaron, sur lequel on faisait la cuisine, on avait affaire au péristyle grec (Voir Hérodote VIII, 137) par lequel le soleil éclairait le sol par une tache carrée.

  • La Tholos, édifice circulaire, pourrait être un lieu de sépulture familial.

  • Selon E. Gardner [20] :

  • « Ce n’est pas une « maison hellénique » supposée. ».

  • « A Mycènes, comme l’a remarqué J. L. Myres [21], la plupart des actions de l’Odyssée auraient pu aisément s’y dérouler. ».

  • « La plupart des maisons de Délos, de la période des IIIe et IIe siècle av. J.-C., est construite autour d’une simple cour entourée de colonnes, au moins sur les côtés Nord et Est, et elles sont séparées de la rue par un mur dans l’une ou l’autre de ces directions. ».

  • « … Grandes pièces ouvrant par portes et fenêtres sur la cour. Dans quelques cas des escaliers conduisent à un étage supérieur… mais pas de seconde cour. ».

Á partir des textes et des indications données par les différents auteurs on peut faire la description suivante :

  • Le mégaron est utilisé comme un vestibule, simple ou double, ou plutôt comme un lieu de repas convivial, salle de banquet, et de réception des invités de marque. Il est assimilé à une grande pièce carrée, avec un foyer central et quatre piliers ou poteaux soutenant le toit ; accessible par la cour, le mégaron homérique est identique à l’andron hellénique.

  • La cour et le mégaron ont un sol en terre battue ; à Mycènes il y a tout autour du mégaron une bordure de dalles d’environ 1 yard (0,91 m) de large le long des murs, alors que le centre de la pièce est en terre battue ou en graviers. Il y a une partie dallée sur le prodomos et l’aithousa et un trottoir de la cour au prodomos.

  • Prodomos est un terme général assez vague ; il peut inclure l’aithousa ou toute autre structure, construite devant le mégaron. C’est un espace à la localisation précise, avec un contexte d’hospitalité, et l’aithousa, est défini par sa fonction liée au coucher des hôtes ; ils « peuvent se confondre et devenir, le temps d’une nuit, un seul et unique espace » [24]. Ces dénominations sont convertibles selon P. Gardner [3].

  • Le Prodomos, à Tyrinthes, est une antichambre fermée par trois portes du Grand Hall.

  • Aithousa dans le hall, porche ou portique supporté par des piliers, espace couvert mais ouvert, et pavé [19].

  • Seuil de pierre assez large pour recevoir 2 mendiants ou 4 hommes de garde, à l’entrée du mégaron, et pas de la porte principale très souvent en frêne.

  • Thalamos, pièce à usage multiple qui n’est pas obligatoirement une chambre à coucher, dont certaines peuvent s’ouvrir sur la cour (Auli),

  • Dans le palais de Priam, les « chambres » des hommes et celles des femmes, les « communs », sont de chaque côté de la cour et, à priori, directement ouvertes sur elle,

  • Logements des femmes, (gynaiconitis, gynécée), dans un bâtiment séparé ou pour le moins une aile du bâtiment principal, avec une salle commune reliée au mégaron « homme », mais pas obligatoirement derrière lui, accessible depuis la cour ou/et par une porte dans le mur intérieur du mégaron sur la face opposée à l’entrée de ce dernier. Ce logement peut aussi être une tour,

  • À Mycènes on trouve un petit groupe de pièces pour les femmes, à l’étage, accessibles par un couloir et un escalier ; elles s’y retirent lorsque le mégaron est occupé. Ces « communs » aux femmes, esclaves ou non, peuvent être strictement fermés, par une « porte forte », donnant sur la cour et que l’on peut bloquer. Ils sont plutôt situés devant que derrière le mégaron, au rez-de-chaussée, selon P. Gardner [3] et E. Gardner [20].

  • La chambre de Pénélope est proche de l’entrée (principale) du mégaron, en partie haute de la maison, reliée au mégaron par un escalier, fait face à et regarde l’aithousa et le prodomos du Grand-Hall (mégaron) : elle peut permettre d’entendre et voir… (patio ?).

  • La chambre de Pénélope est, avec les logements des femmes, facilement accessible du mégaron et sous le même toit, mais identifiée comme un groupe distinct de chambres, accessibles soit par la cour soit par un labyrinthe de passages.

  • La chambre de Télémaque serait dans la cour, ou ouvrant directement sur, ce qui nécessite un accompagnement avec une torche.

  • La chambre d’Ulysse ou nuptiale au rez-de-chaussée (souche d’olivier autour duquel le lit a été bâti).

  • Sorties du ou des couloirs donnant sur le prodomos, non directement sur la cour.

  • Porte au fond du mégaron, à l’opposé de l’entrée principale, donnant sur les couloirs desservant les « communs », le quartier des femmes, les celliers ou magasins et l ‘armurerie.

  • Armurerie entre le « trésor » et les « magasins » ou celliers, accessible par un escalier.

  • Trésor en sous-sol (?) avec un toit surélevé formé de poutres selon P. Gardner et le Chant II.

  • Celliers, magasins et communs, le long des murs latéraux du mégaron, et directement accessibles depuis le couloir.

  • Meunerie dans une partie séparée du bâtiment principal, mais attenant au « quartier des femmes », près de l’autel de Zeus, dans la cour, (sous la chambre de Pénélope ?).

  • Salle de bain, ou bains, proche du mégaron (accès quasi direct), dans la cour ? Ou dans les « communs » latéraux ?

  • Entrée latérale, passant par un couloir, au rez-de-chaussée, à partir du prodomos, à l’extérieur de la grande porte du mégaron, vers la « chambre » (pièce fermée), où les armes sont cachées.

  • Trappe de toit, accessible par un couloir et un escalier, vers un accès extérieur, pour donner l’alarme : ça implique la proximité du voisinage.

  • Une volée de marches le long d’un (ou plusieurs) mur du mégaron conduisant à la trappe de toit.

Le « palais » ou manoir pourrait donc être bâti sur deux (ou trois) niveaux :

  • Au niveau du sol, la cour, le mégaron surélevé de quelques marches, entouré de couloirs d’accès aux autres pièces (celliers, magasins, réserves) et à la chambre d’Ulysse elle-même.

  • Dans les parties hautes : « trésor » (?), chambres des femmes et de Pénélope auxquelles on accède par des escaliers et fermées par des portes.

  • Rien n’est dit du toit, en terrasse ou en bâtière, qui serait la forme la plus ancienne, ni de la couverture. Ce pourrait être, à priori, non de la tuile – terre cuite ou bois – ou de la lauze mais du chaume ou des joncs ou encore, comme l’a suggéré Chr. Tsoutas, un entrelacement « de roseaux et de petites branches… recouverts de deux couches d’argile et de chaux » sur un plafond fait de poutres en bois.

On peut voir à ce sujet O. Polychronopoulou ([25], pp. 157-168).

Je n’ai pas l’intention de rentrer dans les détails de structure du « manoir » ou « maison forte » d’Ulysse. Je veux simplement donner le plan général tel qu’il m’est suggéré par le texte et les remarques faites par des prédécesseurs bien plus compétents que moi en la matière.

Ce plan, j’en suis conscient, pêche par excès de symétrie. Ce qui me paraît important, c’est la distribution relative des diverses pièces et l’allure générale de l’ensemble du domaine et des bâtiments dans cet espace clos. Le reste est une question d’adaptation au terrain sur lequel il est bâti et à la nécessité du contrôle des ports qui influeront sur son positionnement.

Son orientation tiendra compte des conditions climatiques locales (direction des vents dominants, ensoleillement), sans parler des contraintes sociales et des goûts personnels du propriétaire, bâtisseur et/ou maître d’œuvre.

Une étude faite par E. Cook [23] sur la comparaison entre les jardins tels qu’ils sont décrits dans l’Odyssée et ceux des palais assyriens, jardins dont la connaissance aurait été transmise par les marins phéniciens et grecs, permet de se faire une idée sur leur structure et leur contenu.

Domaine de Laërte et Clos de Pénélope

Au contraire de Pénélope, l’épouse d’Ulysse, Laërte, son père, est un personnage secondaire de l’Odyssée. Tous deux possèdent des terres difficilement localisables au vu des textes.

– Chant I, v. 187-193, ([1.1c], p. 14-15) : – « On dit qu’il (Laërte) ne vient plus jamais à la ville, qu’il vit retiré au fond de la campagne, en compagnie d’une vieille servante […] ses membres sont las de se traîner sur son côteau de vignes. ». ([1.1a], p. 47, et [1.1b], pp. 18-19).

– Chant XI, v. 187-194, ([1.1c], p. 187) : « Quant à ton père, il reste à la campagne et ne descend plus jamais à la ville […]. Mais quand revient l’été et la saison des fruits, c’est n’importe où, sur son côteau de vignes, que des jonchées de feuilles lui font un lit par terre. ». ([1.1a], p. 203, et[1.1b], p. 183).

Ces quelques indications montrent que Laërte a une vigne à flanc de coteau, assez éloignée du manoir et de la « ville ». Cela nécessiterait d’utiliser, partant du « palais », un « servant coureur », selon V. Bérard, pour le contacter et l’avertir du départ de Télémaque vers Pylos.

– (Chant IV, v. 735-741, ([1.1c], p. 79) : « Je veux qu’il aille au plus vite s’assoir près de Laërte et lui raconter tout. ». ([1.1a], p. 105 et [1.1b], p. 78).

« Du jardin de Laërte au palais d’Ulysse il y aurait 1/2 heure de marche ([17], p. 293) » soit environ 2 à 3 km.

Le domaine de Laërte est décrit plus en détails au Chant XXIV lorsqu’Ulysse, après le massacre des prétendants, va se réfugier avec sa famille et ses fidèles chez son père.

– Chant XXIV, v. 205-247 ([1.1c], pp. 399-401) : – « Or dès qu’ils furent descendus de la ville, Ulysse et les siens atteignirent bientôt le beau domaine que Laërte s’était préparé… Là était sa maison ; tout autour s’étendait une suite de hangars, sous lesquels mangeaient, s’asseyaient et couchaient les esclaves astreints au travail, et que le maître employait selon sa volonté. […] dans cette campagne éloignée de la ville. […} Ulysse dit : « Entrez dans cette maison solidement bâtie… ». […] tandis qu’Ulysse s’approchait du verger riche en fruits […] dans le vaste clos… ».

– p. 401 : « Vieillard, tu n’es pas un apprenti dans l’art d’entretenir un jardin […] et je ne vois absolument rien, ni plante, ni figuier, ni vigne […] qui soit négligé au sein de ce verger. ». ([1.1a], pp. 399-400 et [1.1b] p. 386).

Les remarques faites par Ulysse à son père nous montrent que l’on a affaire à un propriétaire terrien, un vrai paysan, soigneux de son domaine qu’il a acquis « après avoir enduré tant de peines ».

Ulysse décrit une partie de ce domaine lorsqu’il se présente enfin à son père.

– Chant XXIV, v. 340-344 ([1.1c], p. 403) : – « Tu me donnas treize poiriers, dix pommiers, quarante figuiers […] cinquante rangs de vigne [..] et les ceps y portaient toute sorte de grappes… ». ([1.1a], p. 403 et [1.1b], p. 389).

Verger et champs de vignes sont importants et très bien entretenus.

Les quelques différences de traductions portent sur la clôture du verger qui serait entouré d’un muret en pierres sèches ([1.1a], p.400) ou/et couronné de ronces ou d’épines), comme dans de nombreuses zones montagneuses. ([1.1b], v. 224, p. 386).

Ce domaine représente quelques hectares.

Le verger seul, tel qu’il est décrit représente une surface de l’ordre d’environ 1,5 ha.

On peut également se faire une idée de la dimension du domaine, par comparaison avec celui d’Ulysse, lorsqu’il provoque Eurymaque, dans le palais, après avoir corrigé Iros, le mendiant.

– Chant XVIII, v, 365-375 ([1.1c], p. 314) : – « Eurymaque, ah ! si je pouvais, à la saison printanière […] rivaliser avec toi de besogne en un pré ! […] si j’avais quatre arpents devant moi, et si la glèbe cédait à la charrue… ». ( [1.1a], p. 322 et [1.1b], p. 302).

On retrouve ce type d’enclos en Phéacie, chez Alkinoos :

– Chant VII, v. 112-119 ([1.1c], p. 114) : « En dehors de la cour et tout près de la porte, s’étendait un grand verger de quatre arpents ; une clôture ceinturait son pourtour. Là poussaient de grands arbres… ». ([1.1a], p. 138 et [1.1b], p. 115).

Ce sont bien là des terriens. 1 arpent représente entre 20 et 50 ares (de 2000 à 5000 m2) et donc 4 arpents équivalent à une surface de 8000 à 20 000 m2 ou 2 ha ! Ce n’est pas énorme mais ça permet de vivre en autarcie.

La dimension quasi constante de ces jardins à savoir quatre arpents, pour Ulysse, comme pour Alkinoos ou Laërte a attiré mon attention.

Cela m’a fait penser aux terres attribuées, de droit, aux Homoioi (les égaux, les semblables ou les pairs) de Sparte-Lacédémone.

Pénélope a un jardin potager ou fruitier relativement écarté du palais et éloigné des vignes de Laërte. Nous n’avons pas d’autres indications sur ce clos.

Sur ces jardins de Laërte et de Pénélope on ne peut dire grand-chose de plus et le peu de détails donnés ne permet pas de les situer.

Selon les auteurs ils pourraient se trouver dans la partie nord d’Ithaque.

  1. Selon V. Bérard, dans la note 2 de la page 399 ([1.1a], p. 505), et P. Faure ([6], p. 233), le domaine de Laërte se trouverait vers la Baie d’Aphalais (Afales [12]), en partie nord, zone « plus fertile que le reste de l’île ».

  2. Selon Le Noan [7], les champs présumés de Laërte sont situés entre Vathy et Aghios Ioannis, non loin de Katharon, sur la côte ouest d’Ithaque, avant Lefki en allant vers Port-Polis et Stavros.

Rien ne permet de positionner plus précisément le domaine de Laërte par rapport au « palais » d’Ulysse mais son éloignement nécessite l’utilisation d’un « servant-coureur ».

Le positionnement indiqué par Le Noan n’est pas en contradiction avec mes hypothèses sur la partie sud de l’île. Par contre cette localisation ne concorde pas avec ses propres hypothèses situant Ithaque sur la presqu’île de Paliki en Céphalonie.

Ulysse et l’ensemble de « sa maison » ne sont pas allés chez Laërte en barque ou à la nage, toujours si l’on en croit le texte.

On peut cependant faire l’hypothèse d’un domaine de Laërte et d’un clos de Pénélope dans la zone de Vathy, en partie Sud de l’île d’Ithaque, au nord-est de Paléochora ou, à la limite, vers le Katharon et Aghio Ioannis.

Le temps écoulé a éliminé toutes traces de ces « petits espaces cultivés » et leur peu d’intérêt archéologique a également fait que la gomme de l’oubli en a effacé les traits.

Conclusion

A partir de traductions réputées de l’Odyssée d’Homère, faites par M. Meunier, V. Bérard et Ph. Jaccottet, et sur la base de conclusions tirées par V. Bérard, T. Severin, J. Cuisenier ou P. Faure, dont les livres ont été largement diffusés, ou encore par Gi. Le Noan, moins connu, je me suis efforcé de me faire ma propre opinion sur la localisation du « palais » d’Ulysse et de ses annexes, la porcherie d’Eumée, la maison et le jardin de Laërte, et le clos de Pénélope.

Mes souches paysannes et mon enfance en Afrique, ainsi que, peut-être, ma formation d’ingénieur m’ont conduit à faire une lecture et une interprétation de ce texte fabuleux et passionnant d’une façon certainement très différente, moins « classique », de celle d’un citadin ayant une formation purement littéraire.

Le « palais » d’Ulysse, qui ressemble plutôt à une ferme fortifiée, et s’il en reste quelque chose, ne peut donc être au nord d’Ithaque où se trouve le Nérite.

C’est bien au Sud que se trouve le Néion « à l’ombre » – sur les flancs Nord ou Est duquel il devrait se trouver. Il devait donc dominer Vathy, la ville capitale actuelle.

Il ne me semble pas non plus pouvoir se trouver « sur la guette de Pilikata » dans la partie Nord d’Ithaque. La surveillance du canal d’Ithaque n’était pas une nécessité absolue car au moins une partie de la côte Est de la Céphalonie est « aux mains » d’Ulysse : Philœtios, le maître bouvier y fait paître ses troupeaux (Chant XX) !

Je suis donc aussi en complet désaccord avec P. Faure ([6], p. 219).

Pourtant les recherches qui étaient en cours sur la partie nord de l’île d’Ithaque, près de Stavros, auraient, selon la presse (août 2010), abouti à la localisation du palais.

Je suis donc en complet désaccord sur cette localisation mais rassuré quant au positionnement d’Ithaque.

Dernière note : des traces de bâtiments en ruines, très visibles sur Google Hearth, sur le flanc Est du Neïon dans la zone de Pétalekio, la grotte des Nymphes et Pérachori me posent question !

René Peyrous

Vue de dessus

Niveau sol

Vue de face depuis le portail.

Vue de Gauche. Coupe plan médian

Bibliographie :

1. Homère

1. 1. L’Odyssée,

1.1a. Traduction de Victor Bérard, Odyssée, Éd. Gallimard, Le Livre de poche Classique, Paris, 1965 ou Éd. L.G.F., Le Livre de poche, Paris, 2006.

1.1b. Traduction de Philippe Jaccottet, L’Odyssée, Éd. La Découverte/poche, Paris, Mars 2004.

1.1c. Traduction de Mario Meunier, L’Odyssée, Éd. Albin Michel, Éd. Edito Service, Genève, Cercle du Bibliophile, 1970.

1.2. L’Iliade,

Traduction de Mario Meunier, Éd. Albin Michel, Éd. Edito Service, Genève, Cercle du Bibliophile, 1970.

2. François Quantin, Les palais chez Homère, Les Dossiers d’Archéologie, n° 339, pp.12-15 (15/04/2010).

3. Percy Gardner, The Palaces of Homer, The journal of Hellenic Studies, Vol. 3, pp 264-282, 1882.

4. René Peyrous, Ulysse en Ithaque, éds. Société des écrivains, Paris ; 2013.

5. Jean Cuisenier, Le Périple d’Ulysse, Éd. Fayard, Paris, 2003.

6. Paul Faure, Ulysse le Crétois, Éd. Fayard, Paris, 1980.

7. Gilles Le Noan, Á la recherche d’Ithaque suivi de La ferme d’Eumée et du Palais d’Ulysse, Éd. Tremen, collection « Commentaires », Paris, Mai 2005.

8. Strabon, Géographie de Strabon. Traduction d’Amédée Tardieu, Tome I, Éd Hachette, Paris 1867.

9. Tim Severin, « Le Voyage d’Ulysse », Éd. Albin Michel, Éd. J’ai lu, Paris, 1989.

10. Paul Vidal de la Blache, Annales de Géographie, Tome 13, n°67, la Géographie de l’Odyssée, pp. 21-28, Paris, 1904.

11. « La Méditerranée d’Ulysse », « GEO », n° hors-Série, Éd. Prisma presse, Paris, nov. 2004.

12. « Kefalonia-Ithaca, Carte Road, n° 304 », éch. 1/70 000, Road Éd., Athènes, faite avec l’aide du service géographique de l’armée Grecque, reçue en 2002.

13. André Grasset de Saint-Sauveur, Voyage historique, littéraire et pittoresque dans les isles et possessions ci-devant vénitiennes du Levant, Tome III, Éd. Tavernier, Paris, An VIII (1800).

14. E. Karpodini-Dimitriadi, Le Péloponnèse, Ekdotike-Athenon S.A., Athènes, 1988.

15. clio.fr, « la Grèce mycénienne : du mythe à l’histoire », 2001.

16. Suzanne Saïd, Homère et l’Odyssée, Éd. Belin, Paris, 2010.

17. Robert Bittlestone, Odysseus unbound, Cambridge University Press, 2005.

18. Georges Bernard Depping, La Grèce ou Description topographique de la Livadie, de la Morée et de l’Archipel, Tome 1, Éd. Ferra Jeune, Paris, 1823.

19. Edward Dodwell, archéologue anglais (Dublin, 1767 – Rome, 13 mai 1832).

20. Ernest Gardner, The Greek House, The journal of Hellenic Studies, Vol. 21, pp. 293-305, 1901.

21. John Linton Myres, On the plan of the Homeric House, The journal of Hellenic Studies, Vol. 20, pp. 128-150, 1900.

22. Samuel E. Bassett, The Palace of Odysseus, American Journal of Archaeology, Vol. 23, N° 3, pp. 288-311, Jul.-Sep. 1919.

23. Erwin Cook, Near Eastern Sources for the Palace of Alkinoos, American Journal of Archaeology, Vol. 108, N° 1, pp 43-77, Janv. 2004.

24. Sylvie Rougier-Blanc, Les maisons Homériques. Vocabulaire architectural et sémantique du bâti, ADRA, Études d’Archéologie classique, n° XIII, Nancy, 2005.

25. Olga Polychronopoulou, Archéologues sur les pas d’Homère, Éd. Noêsis, 1999.

Pour citer cet article: René Peyrous, "Le “palais” d’Ulysse et ses dépendances," in Connaissance hellénique, 15/03/2023, https://ch.hypotheses.org/5939.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Boudignon Christian dit :

    Merci pour cette lecture qui nous permet de mieux imaginer le palais d’Ulysse à flanc de montagne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search