Trois notices d’épigraphie gréco-égyptiennes

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

Portrait de momie, Musée du Louvre N2733 (Wikicommons).

ISAROU

Dans le BIFAO 111, 2011, p. 374 n° 3, Abd-el-Ghaffar, M. Wagdy et H. A. El-Elbiary ont publié une épitaphe de Kom Abou Billou qui représente gravées une jeune femme en orante et sa mère. Dans la REG 125, 2012, Bull. épigr. n° 496 p. 685, F. Kayser a défini le nom féminin qui y figure, Isa<r>ou, comme « vocatif du nom Isarou ».

Isarous semble la graphie la plus fréquente de ce nom indigène, ex. toujours à Kom Abou Billou SFKAB nos 18 et 63 p. 15 et 22, BIFAO 78, 1978, n° 17 p. 243. Mais Isarou n’en est pas absent ex. SFKAB n° 6 p. 14 dont le texte porte « Isarou morte prématurément, digne de pitié » où le nom semble au nominatif.

Nous voyons là comment le grec a gardé les formes égyptiennes non déclinées ou les a intégrées dans ses déclinaisons, selon les habitudes culturelles et les milieux sociaux des rédacteurs. Voici quelques exemples de leurs choix où j’ai complété des données du Namenbuch (NB) et de l’Onomasticon alterum papyrologicum (OAP) par des emprunts à l’onomastique des étiquettes de momies (CEMG) :

                   Talou NB 408                       Talous NB 408

                             OAP 306                             OAP 306

                 Taphénoupé CEMG 1039      Taphénoupis NB 422

                 Tapsô CEMG 1034                Tapsôs NB 424

                 Teisiré NB 427                       Teisiris NB 430

                 Témou CEMG 1171              Témous NB 428

                                                                            OAP 314

                 Téroutèrou NB 430                Téroutèrouis CEMG 1481.

Il a existé un couple Isarou-Isarous et l’hypothèse d’un vocatif sur la stèle du BIFAO 111 est à abandonner, me semble-t-il.

***

TERPOUS

Il existe un nom Terpô/Terpôs attesté par quelques textes (Namenbuch 430, Onomasticon 314). Il faut leur ajouter Terpous et Torpôs1 sur les étiquettes de momies grecques du Louvre CEMG 1197 et 1432. Cette famille de noms suscite un doute sur Térèous, lu sur une autre étiquette, aujourd’hui enregistrée dans le SB I, 3463, dans le Namenbuch 429 et le CEMG 206.

N’ayant obtenu aucune réponse sur sa localisation actuelle, je ne peux énoncer ici qu’une hypothèse.

Le pi cursif a provoqué beaucoup de mélectures (ex. ZPE 12, 1973, p. 181 n° 8) à cause de sa ressemblance avec èta (H. C. Youtie, The Textual Criticism of Documentary Papyri, prolegomena, BICS, 1958, p. 69). Il vient donc à l’esprit que Térèous est peut-être une mélecture de Terpous, donc un « ghost-name » à rayer duNamenbuch. Il n’a d’ailleurs pas reparu depuis dans l’Onomasticon alterum.

Mais, si Terpous apparaît deux fois et deux fois seul sur SB 3463 et CEMG 1197, c’est peut-être qu’une des deux tablettes est un faux copié sur l’autre. Seule, la redécouverte de SB 3463 permettra de tirer au clair cette petite énigme, en « fixant » le faux.

1. Sur le passage de e à o, E. Mayser, Gr. Grammatik I, 1906, p. 94-97, montre l’ancienneté du phénomène par de nombreux exemples d’époques hellénistique. Cette hésitation s’est perpétuée aux époques ultérieures.

***

PHRASE ET PROSODIE (SUITE)

Dans cette revue (n° 132, 2012, p. 61-62), j’ai déjà souligné combien le distique élégiaque offrait de possibilités de mettre en valeur mots rares ou expressions recherchées en début de pentamètre.

Une épithète faite de trois épigrammes mises bout à bout offre, plus que d’autres en Egypte, de beaux exemples de ces débordements maîtrisés sur le vers 2 du distique. Republiée par E. Bernand, Inscriptions métriques, 1969, n° 33 p. 164-173, elle émanait d’un milieu pour le moins hellénisé à juger par son onomastique, Ammônia la défunte, Harmodios le mari veuf, Arsinoé, Matrôn et Thémistô leurs enfants. Bernand avait noté p. 172 « sans doute les rejets de l’hexamètre sur le pentamètre ne sont-ils pas rares dans les trois épigrammes ; mais le poète n’utilise ce procédé que pour mettre en valeur certains mots importants ».

Cependant, sa liste de mots « importants » (ibid. note 2) doit être corrigée : le seul mot mis en valeur par rejet est le nom du mari, répété trois fois aux vv. 6, 17, 22, et repris, au v. 20, à l’aide d’une variante omise par E. Bernand (« ô (mon) époux »). En revanche, les deux rejets des vv. 4 et 26 n’expriment aucune ambition esthétique ; ils servent seulement à achever des phrases entamées dans les hexamètres 3 et 25. Ainsi en 3-4, Ammônia a été « par les douleurs de couches ultimes || domptée1 » et, en 25-26, le destin est « un don auquel nul ne peut se soustraire || parmi les hommes ». C’est que la phrase reste souple et peut à tout moment déborder le cadre contraignant du rythme dactylo-spondaïque. Ce conflit entre la phrase et le vers a été bien décrit par L. Roussel dans Le vers grec ancien, 1954, p. 128 : « Dans une versification rudimentaire, la phrase se modèle sur le vers (…) chaque fin de vers offre une ponctuation forte (…). En grec ancien, la phrase circule librement à travers le rythme. Il n’y a aucun type de vers qui lui impose son cadre. Elle peut commencer par un distique élégiaque et finir dans le suivant. Son début n’est pas forcément au début d’un vers, ni sa fin à la fin d’un vers ».

Ces propos illustrent la différence entre les rejets des vv. 6, 17, 20, 22, où l’intention littéraire est nette, et les deux derniers (vv. 4 et 26) qui n’offrent rien de semblable.

1. La double barre verticale marque les passages aux pentamètres. Les traductions sont de Bernand. J’ai souligné par les italiques les portions de vers prolongées dans le vers suivant.

Bernard Boyaval

Université de Lille



Citer ce billet
Bernard Boyaval (2023, 8 mars). Trois notices d’épigraphie gréco-égyptiennes. Connaissance hellénique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmic

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search