Traduction du récit épistolaire et didactique d’Adamance Coray, “Le songe”

► ὁ λύχνος n° 164, mars 2023.

« Γενοῦ λοιπὸν εὐγνωμονέστερος, καὶ ἐνθυμοῦ πάντοτε τὸ

‘Τί ἀνταποδώσω τῷ Κύριῳ περὶ πάντων, ὧν ἐδωκέ μοι;’ »

Αδ. Κοραής « ΕΝΥΠΝΙΟΝ »

Cénotaphe d’Adamance Coray au cimetière du Montparnasse (Wikicommons).

1. Introduction

Dans le présent article, nous proposons une traduction du récit épistolaire et didactique d’Adamance Coray « Le songe »1. Ce texte constitue une lettre d’Adamance Coray adressée à son ami Dimitrios Lotos2. Avant d’aller en France, en 1782, pour étudier à la Faculté de Médecine, à Montpellier, Adamance Coray promet à Dimitrios de rester en correspondance avec lui et de le tenir au courant de ses nouvelles. Dimitrios demeurait toujours à Smyrne et il était le premier chantre de la cathédrale grecque de cette ville, d’où on l’appelait Protopsalte de Smyrne. Même si ce texte se trouve dans le corpusdes lettres de Coray, et précisément, il s’agit d’une lettre écrite à Montpellier le 29 octobre 17873 (c’est la raison pour laquelle on le caractérise comme un récit épistolaire), on voit également qu’il s’agit d’un texte autonome, littéraire etdidactique. D’ailleurs, à la fin du récit, l’auteur dit explicitement la morale de cette histoire racontée à son ami : « Et ces paroles étaient la morale du songe ». Cela permettrait d’intégrer dans la liste des textes littéraires de Coray ce texte qui mérite d’être présenté sous la forme d’un récit autonome et didactique où on voit aussi des traces philosophiques et théologiques de la pensée de Coray, ce savant de premier ordre, ce philologue de grande valeur, cet humaniste du XIXesiècle, et surtout cet honnête homme de la Grèce et de la France.

Ce texte a été rédigé en 1787, c’est-à-dire un an après la soutenance de sa thèse en médecine à Montpellier4, et un an avant son installation à Paris5 où il déploiera une activité intellectuelle extraordinaire. Il ne s’agit pas d’un texte où il exprime ses opinions sur les évènements politiques en Grèce et en France, comme il le fait souvent dans ses écrits et danssa correspondance, mais il s’agit plutôt d’un texte Adamance Coray décrit son songe à son ami qui se présente aussi comme un des protagonistes de cette histoire imaginaire. Il s’agit d’une histoire où Coray propose à son ami d’apprécier les moments simples de la vie parce qu’ils sont finalement les plus importants de l’existence humaine et lui propose aussid’être plus reconnaissant au Seigneur pour tout ce qu’il lui a donné. Cette morale a été tirée d’un dialogue imaginaire, vivant et parfois humoristique de Coray avec un Ange descendu du ciel.

En ce qui concerne la traduction du récit, nous avons tenté de le traduire littéralement en suivant l’ordre et la syntaxe dutexte. Le registre du récit est familier, comme il s’agit d’une lettre amicale, et par conséquent, la description du songe est simple et facile à lire. Toutefois, on y voit des termes utilisés plutôt au XIXe siècle qui ont été traduits littéralement pourexpliquer leur sens dans le contexte, mais nous estimons qu’il serait utile de les présenter sous forme d’un lexique quipermettra aux lecteurs de comprendre mieux leur signification dans le récit. Nous les présentons ici en suivant l’ordre dans lequel ils se présentent dans le texte grec :

Κουμέρκιον : la douane (vient du latin « commercium »)6.

Τρυτάνη : la balance (vient du verbe τρύω)7.

Πλάστιγγα : le plateau de la balance (vient du terme πλάστιγξ)8.

Κουγλοτζάς : village dans les environs de Smyrne9.

Οσπίτιον : la maison, la demeure (en lat. hospitium)10.

Βαθμός : la marche (vient du verbe βαίνω « je marche »)11.

Καλουπάκιον : kalplack12. Une casquette à haute couronne qui est utilisée pour garder la tête au chaud en hiver et pourprotéger du soleil en été. Il s’agit d’une casquette portée par les hommes en Turquie, dans les Balkans et dans toute l’Asie centrale.

Μπινίσιον : C’était une sorte de manteau (avec ou sans manches) qui descendait jusqu’à la cheville. Il a été largement utilisé dans les années de l’Empire ottoman jusqu’à la fin du XIXe siècle13.

2. Traduction du texte

Plusieurs fois, mon frère14, dans mes insomnies ennuyeuses, et ces insomnies m’arrivent souvent, surtout l’hiver – lorsque les nuits sont longues – je dépense mon temps à songer à mes souffrances. Après je les ai toutes énumérées une par une, en commençant par celles de mon enfance, qui étaient les tourments paternels pour mes dissipations à la maison15, et lesbastonnades à l’école [pour apprendre] la grammaire16, et passant ensuite aux activités plus ennuyeuses, l’associationavec Eustathe [de Thessalonique]17, l’émigration en Hollande18, les excursions en Allemagne et en Italie19, la perte des biens20,ma deuxième installation en France21, puisque, dis-je, je les énumère toutes, ou au moins ce dont je me souviens, il me sembleque j’entends une voix invisible « Ingrat, si la Providence t’a éprouvé différemment et de diverses manières, elle t’a aussirendu de grands services ». Et alors je commence, au contraire, à énumérer les dons de la Providence et je t’assure, mon ami, que dans ce calcul, j’ai toujours trouvé le nombre de bonnes choses supérieur à celui des mauvaises. Ainsi consolé par ces pensées, j’ai dormi une nuit vers l’aube et j’ai vu en songe un étrange spectacle, digne de consoler non seulement moi, mais aussi tous ceux qui souffrent. Un Ange descendu du ciel se plaçait auprès de mon lit ; de taille colossale, il tenait en main unebalance, comme celle avec laquelle on pèse parfois les bois devant la douane. « Tu te plains, me dit-il, d’avoir été frustré parla Providence. Mais voici la balance de la Justice. Mets, d’un côté, tous les maux que tu as soufferts dans ta vie et fais attention de ne rien oublier ». Moi, tremblant, d’un côté, comme si j’allais proférer un blasphème et désirant, de l’autre côté, mejustifier, j’ai commencé, avec beaucoup d’empressement, à charger un des plateaux de la balance de tous les maux auxquels je pouvais penser, et effrayé de pouvoir être vaincu par l’Ange, j’ai aussi rassemblé beaucoup d’autres choses simples et indignes d’être mentionnées, comme par exemple, d’ aller parfois à Cougloutzas à pied, de tomber un jour des escaliers de la maison, trois marches seulement ou quatre (si je me souviens bien), sans dommage autre que le bris d’un verre que je tenais en mains. En quelques mots, j’ai chargé le plateau de la balance – autant qu’il était possible – avec les expériences qui sont [mauvaises] etcelles qui semblent mauvaises. La chose extraordinaire était que l’Ange ne disait rien par rapport à cela, mais il faisait semblant de ne pas comprendre la tromperie. Après avoir fini de récolter toutes mes mauvaises expériences. « Tu as autre chose ? », medit l’Ange. Non, ai-je répondu effrayé. « D’une part, toi, dit-il, tu as surchargé le plateau de la balance de tout ce que tu voulais et je ne t’ai empêché en rien, d’autre part, moi, je veux mettre maintenant dans l’autre plateau de la balance les dons de Dieu,mais avec ton consentement ; je te permets de t’opposer à tout ce que tu juges trop lourd ou inconvenant pour être compté parmi les bonnes choses ». Il a donc commencé, mon frère, à entasser les dons de Dieu. Et quels dons ? Ceux auxquels on ne pense jamais, nous avons été tellement aveuglés par l’égoïsme. Il a jeté dans le plateau de la balance comme un don de Dieu : la vie, l’existence et le fait que je ne suis pas mort jusqu’à présent, bien que je sois tombé malade plusieurs fois.

En me voyant étonné de cela : « Tu n’as jamais lu l’Écriture ? » me dit-il. « Si », lui ai-je répondu, parce que j’ai traduit un Catéchisme dans lequel j’ai rassemblé les plus belles citations de l’Écriture. « Parmi celles-là », me dit-il, « il faut que tuaies trouvé aussi celle-ci “en lui on vit et on agit et on est”. » Mais, manque de chance, qu’ai-je voulu, Protopsalte, lui rappeler le Catéchisme ? Il attrape un exemplaire (je ne sais pas où il l’a trouvé si vite), et le jette dans le plateau de la balance comme undon de Dieu aussi. J’ai cherché à le contrer en prétextant les difficultés que j’avais rencontrées dans ma traduction et en m’efforçant de prouver que c’était véritablement mon ouvrage, et qu’il ne s’agissait pas du don d’un autre. Et il m’a coupé la parole par [la citation] : « Sans Lui on ne peut rien faire », par [la citation] « Chaque don parfait vient d’en haut », par [la citation] « La volonté et l’action sont de Dieu » et par d’innombrables autres passages de l’Ancien et du Nouveau Testament. J’admirais, mon ami, à quel point l’Ange était fort sur les Écritures et je me demandais où il les avait lues car il n’y a (comme tu le sais), dans les cieux, ni livres ni imprimeurs. Il a ensuite mis mes parents défunts sur le plateau de la balance, avec leur volonté absolue de me fournir tous les moyens d’étudier ; il a mis mes bons parents et mes bienfaiteurs, comme tels dons deDieu. Le plateau de la balance a commencé à pencher. J’ai tremblé tout entier, en me souvenant de [la citation] « Aucun mortel ne sera justifié devant Toi ». Il a mis, enfin, [sur le plateau de la balance] Dominos Keun22. Je n’avais rien à opposer à tout cela ; ensuite je vois ta Sagesse près de l’Ange, prêt à monter sur le plateau de la balance. C’est là que j’ai vraiment commencé à avoirpeur de rester confondu, voyant en effet qu’à cause du froid (comme c’était l’hiver) tu étais bien habillé ou pour le dire mieux, tu étais trop chargé de deux fourrures très lourdes et tu avais sur la tête un kalpack, non pas comme ceux des habitants de Chios aujourd’hui23, mais comme ceux des anciens, comme les portait le défunt Théodore Lakanas, Chatzipantelis, et plusieurs autres avant eux. Ouais, me disaient-ils. Si Protopsalte monte avec ce costume, le plateau de la balance penchera tout à fait. N’ayant rien d’autre à faire, j’ai dit à l’Ange que je ne consentais pas à te laisser monter ainsi sur le plateau de la balance, et lui, immédiatement,sans perdre de temps, s’est mis à te dépouiller de tous tes vêtements l’un après l’autre, en commençant par le gros manteau et endescendant jusqu’à la tunique, de sorte qu’il t’a laissé nu, tout nu, comme quand tu es sorti du sein de ta mère et comme turetourneras chez notre mère commune, la terre. Avec toute l’inquiétude dans laquelle je me trouvais, il m’était impossible de retenir mon rire, à cause non seulement de l’état de nudité dans lequel je te voyais, mais encore de l’indignation que tu avais, et des malédictions que tu m’as lancées à cause du froid. De toute façon il t’a mis tout à fait nu dans le plateau de la balance, comme je le voulais. Mais quel est l’avantage ? Néanmoins, le plateau de la balance penchait jusqu’à terre. Et l’Ange voulant m’humilier davantage : « Tout cela, me dit-il, tout ce que j’ai mis sur le plateau de la balance, n’est même pas le centième de tout ce dont la Providence t’a fait bénéficier, et pourtant, cela dépasse tous les maux que tu as subis ou [les maux] que tu imagines avoir subis ». Sois donc plus reconnaissant et rappelle-toi toujours la [sentence] « Que rendrai-je au Seigneur pour tout ce qu’il m’a donné ? ». Etces paroles étaient la morale du songe. Ensuite, il est remonté au ciel avec une telle rapidité que si je ne t’avais saisi par la jambepour te faire descendre du plateau de la balance, il voulait certainement t’élever avec toi [au ciel], et le Seigneur sait si tu en serais descendu ensuite. J’ai fait cela non parce que j’étais jaloux de ton ascension au ciel, qui t’honorerait, bien sûr, d’être placé à côté d’Hénoch et d’Élie, avec l’addition d’un nouveau jour férié au ménologe, mais parce que je me demandais ce que j’allaisdevenir sans ta Sagesse. Vis donc heureux et reste encore sur la terre pour ta famille et pour ton ami.

9 septembre

Traduit par Georgia Kolovou

(Université de Nanterre, Paris X)

1 Pour la traduction de ce récit, nous nous appuyons sur l’édition : Adamance Coray, Αυτοβιογραφία, Παπατρέχας, Ενύπνιον,Athènes, Sakellariou Bibliothiki tou Laou, 1889, pp. 59-64.

2 Sur ce point, voir Lettres de Coray au protopsalte de Smyrne Dimitrios Lotos sur les événements de la Révolutionfrançaise (1782-1793), traduites du grec et publiées par le Marquis de Queux de Saint-Hilaire, Paris, 1880.

3 Adamance Coray, Επιστολαί προς τον Πρωτοψάλτην, Athènes, Βιβλιοπωλείο I. Sideri, 1917, pp. 20-24.

4 En 1782, il va à Montpellier pour faire ses études à côté de professeurs renommés et six ans plus tard, le 11 juillet en1786, il soutient sa thèse intitulée « Pyretologiae Synopsis » et obtient le titre de médecin. Ses professeurs ont exprimé clairement leur admiration pour la qualité de sa thèse et sa recherche scientifique.

5 Le 24 mai en 1788, à l’âge de 40 ans, il quitte Montpellier, après avoir reçu l’invitation de Jean-Baptiste-Gaspard Villoison, l’éditeur célèbre du manuscrit homérique, Venetus A, pour continuer, à la capitale française, ses recherchespour la publication des textes d’Hippocrate. Il s’installe donc à Paris, « la nouvelle Athènes », il déploie une activitéintellectuelle extraordinaire. La seule fortune de Coray à Paris était son amour de l’instruction et quelques lettres de recommandation de ses professeurs, dont le fameux médecin Chaptal.

6 Κριαράς, Εμμανουήλ. Λεξικό της Μεσαιωνικής Ελληνικής Δημώδους Γραμματείας (1100-1669). Τόμοι Α’-ΙΗ’. (Τόμοι ΙΕ’-ΙΗ’ επιμ. Ιωάννης Ν. Καζάζης).

7 LSJ = Liddell, H.G. Scott, R.– Jones, H.S., A Greek-English Lexicon, 9th ed., Oxford 1996.

8 Κριαράς, Εμμανουήλ. Λεξικό της Μεσαιωνικής Ελληνικής Δημώδους Γραμματείας (1100-1669). Τόμοι Α’-ΙΗ’. (Τόμοι ΙΕ’-ΙΗ’ επιμ. Ιωάννης Ν. Καζάζης).

9 Lettres de Coray au protopsalte de Smyrne Dimitrios Lotos sur les événements de la Révolution française (1782-1793), p. 30.

10 Kριαράς, Εμμανουήλ. Λεξικό της Μεσαιωνικής Ελληνικής Δημώδους Γραμματείας (1100-1669). Τόμοι Α’-ΙΗ’. (Τόμοι ΙΕ’-ΙΗ’ επιμ. Ιωάννης Ν. Καζάζης).

11 LSJ = Liddell, H.G. Scott, R.– Jones, H.S., A Greek-English Lexicon, 9th ed., Oxford 1996.

12 Ioanna Papantoniou, Η Ελληνική ενδυμασία. Από την αρχαιότητα ως τις αρχές του 20ου αιώνα, Athènes, EmporikiTrapeza tis Ellados, 2000, pp. 131 ; 135.

13 Constantina Bada, Σημειώσεις για τον υλικό πολιτισμό (18ος – 20ός αιώνας), Giannena, Panepistimio Iwanninwn, pp.160-161 ; Ioanna Papantoniou, Η Ελληνική ενδυμασία. Από την αρχαιότητα ως τις αρχές του 20ου αιώνα, pp. 131 ;135.

14 Il s’adresse à son ami fraternel, Dimitrios Lotos, le Protopsalte de Smyrne.

15 Pour présenter mieux le contexte de ce récit, nous estimons que ce serait nécessaire de citer des passages de l’autobiographie d’Adamance Coray. Pour la traduction de ces passages, nous nous appuyons sur l’édition de S. I. Biris : Ad. Coray, Apanta, I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 399-412. Pour ce qui concerne son père, Adamance Coray écrit :« Mon père, alors qu’il était dépourvu d’instruction, était naturellement doué d’un esprit très fort et de nombreux autres dons de la nature ; de sorte qu’il a compris que l’instruction seule perfectionne les dons de la nature, et il s’est enflammé de l’amour de l’instruction ; mais ne pouvant plus l’acquérir à l’école, il a comblé le manque, en fréquentant des lieux où il pouvait trouver quelqu’un de savant, afin qu’il arrose sa soif avec l’apprentissage de l’ancienne sagesse grecque ».

16 Pour ce qui concerne son école à Smyrne et les conditions difficiles de son éducation, Adamance Coray écrit : « Si mongrand-père avait encore été en vie, il aurait voulu certainement lui confier le soin [de l’instruction de ses enfants], mais samort l’a obligé de nous envoyer à l’école grecque de l’époque créée depuis peu par un homme de Chios, PantaléonSebastopoulos, et dirigée, à cette époque-là, par un moine, dont la patrie [était] Ithaque. Le maître et l’école ressemblaient à tous les autres maîtres et à toutes les écoles de la Grèce de cette époque-là, c’est-à-dire qu’ils donnaient un enseignement très pauvre, accompagné par une riche bastonnade. Ils nous ont battus abondamment de sorte que mon frère, ne pouvant plus les supporter, a quitté l’éducation grecque contre l’avis de nos parents ».

17 Adamance Coray renvoie fréquemment à Eustathe de Thessalonique (archevêque et scholiaste byzantin du XIIe siècle qui écrit un commentaire monumental sur les épopées homériques : Parekbolai sur l’Iliade et l’Odyssée), et le considère comme le seul auteur important et remarquable du XIIe siècle. Le grand respect de Coray pour la personnalité et le commentaire homérique d’Eustathe apparaît bien aussi dans ses écrits eux-mêmes où il fait un éloge de la sagesse et de la prudence de l’archevêque en le distinguant clairement des auteurs de son époque ; voir Adamance Coray (éd.), Ἡλιοδώρου Αἰθιοπικά Θεαγένης καὶ Χαρίκλεια, Athènes, Papyros,1804, (réimpr.1938), pp. 10-11 ; 25 ; 28 et Adamance Coray, Apanta, I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 337-338.

18 Le premier contact du jeune Coray avec la culture occidentale est dû au fait que son père, un commerçant de soie àSmyrne, désirait étendre ses activités commerciales par mer en Hollande en ayant là-bas un homme à lui qui lui permettrait de faire son commerce sans l’intermédiaire des Hollandais. Il décide donc d’envoyer son fils à Amsterdammalgré les obstacles de la part de sa femme, parce qu’Adamance avait toujours une santé précaire (crachement de sang, sensibilité nerveuse etc.). Même si Adamance n’avait pas de goût pour la vie commerciale, il s’installe en 1772 àAmsterdam pour s’occuper du commerce de la soie, mais surtout pour fuir le joug ottoman, perfectionner ses études, se cultiver, satisfaire sa soif d’apprendre, connaître la civilisation de l’Occident et profiter du bonheur d’une vie libre et autonome.

19 Il reste à Amsterdam pour six ans et après il abandonne la carrière commerciale dès qu’il sent qu’il est fait pour exercerun autre métier, vivre une autre vie. Il a été contraint de retourner à Smyrne, qui se trouvait sous le joug ottoman, en passant par plusieurs pays différents en Europe (Autriche, Allemagne, Italie, etc.).

20 En Hollande, il n’a pas réussi à étendre les activités commerciales de son père qui vendait de la soie et faisait du commerce dans la région de Smyrne appelée Bezestènes. En revanche, il retourne à Smyrne sans fortune et quelques jours après, sa maison parentale a été détruite par un incendie, qui a détruit également une grande partie de la ville de Smyrne.

21 Après ses études, à Montpelier, il s’installe donc à Paris, « la nouvelle Athènes ». Il s’agit donc de sa deuxièmeinstallation en France, dont il parle dans ce texte.

22 Les conditions à l’école grecque de Smyrne se trouvant sous domination ottomane n’étaient pas convenables poursatisfaire la soif d’apprendre de Coray, mais il a eu la chance, pendant sa jeunesse, de faire la connaissance du consul hollandais Bernard Keun. Ce consul cherchait un Grec qui lui donne des cours de prononciation et Coray a proposé ses services contre des leçons sur la langue latine. Cette rencontre a été déterminante pour la vie, la personnalité, l’éducation et la culture de Coray.

23 Son père est né à Chios et Coray considérait cette île comme sa vraie patrie, même s’il ne l’a jamais visitée.

Pour citer cet article: Georgia Kolovou, "Traduction du récit épistolaire et didactique d’Adamance Coray, “Le songe”," in Connaissance hellénique, 04/03/2023, https://ch.hypotheses.org/5670.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search