Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie de πόλις « la ville » et de πτόλις « la forteresse »

  λύχνος n° 135, article neuf

Une étymologie (hérétique?) pour πόλις ?

Ruines du mur de Tirynthe (Wikicommons)

 [Murs cyclopéens de Tirynthe, Grèce, Wikicommons]

CE MOT ΠΟΛΙΣ, QUI A, SURTOUT DANS LA LANGUE EPIQUE, UN DOUBLET ΠΤΟΛΙΣ (génitif πόλεως en attique, πόλιος dans le plupart des autres dialectes), désigne la cité. C’est un des mots grecs les plus connus. Mais il soulève des difficultés lorsqu’on étudie ce qu’en disent les étymologistes. La doctrine communément admise (Boisacq, Frisk, Chantraine) consiste à voir dans ce terme le correspondant grec de mots désignant la citadelle dans d’autres langues indo-européennes : en lituanien pilìs, en sanscrit pûr (ce dernier mot étant ce que nous trouvons en second élément de composé dans des noms de lieu comme Singapour, la « citadelle du lion »). Cette doctrine a fait l’unanimité des étymologistes les plus prestigieux. Certains ont rattaché le tout à la racine *pleh1 (celle de πίμπλμηι, « emplir », en latin plenus, « plein« , etc.) en considérant que la construction d’un rempart a pu être anciennement un travail de remplissage consistant à accumuler des matériaux, ce qui pour un préhistorien n’est pas dépourvu de pertinence. Je songe au « cap barré » de Lost Mac’h, dans le Finistère, sur la commune de Crozon, où l’on voit les vestiges d’un rempart préhistorique fait de terre et de pierres, malencontreusement éventré pour donner passage aux charettes des coupeurs de lande.

Mais ne rêvons pas, et examinons cela du point de vue du sens et du point de vue de la forme. Comme nous allons le voir, la sémantique a été l’objet d’une sollicitation pressante. Et en ce qui concerne la forme, on a oublié de se méfier des ressemblances formelles, souvent trompeuses, et la phonétique, dont ordinairement on respecte scrupuleusement les exigences, a été contrainte de courber l’échine.

Du point de vue du sens, on allègue à l’appui de cette doctrine que πόλις devait signifier anciennement « citadelle », en se référant à un passage de Thucydide (II, 15, 3) où il dit que « Ce qui est maintenant l’acropole était la πόλις » Mais quelques lignes plus loin Thucydide nous dit : « Parce qu’elle fut la partie la plus anciennement habitée les Athéniens appellent encore l’acropole πόλις » (II, 15, 6). Il ne s’agit pas, dans ce passage, de fortification : cet endroit d’Athènes étant celui où se produisit la plus ancienne concentration d’habitants, en ces temps-là ceux qui s’y rendaient disaient : « je vais en ville ». Sur cette question, on peut malicieusement prendre en flagrant délit de circularité les meilleurs auteurs. Ainsi Chantraine, dans l’article πόλις nous dit que « l’étymologie et certains emplois indiquent que πόλις a d’abord signifié la forteresse ». Or l’étymologie dont il est question ne peut être invoquée pour démontrer cela, puisque justement elle présuppose que tel était le sens premier du mot.

Du point de vue de la structure formelle et du traitement phonétique, la question a été exposée de façon précise par Charles de Lamberterie dans le cadre de la doctrine que nous venons d’indiquer : Les adjectifs grecs en ύς  (Louvain-la-Neuve, 1990), § 219.

L’auteur, approfondissant une idée de K. Strunk, avance une hypothèse complexe pour ramener la forme grecque πόλις au même étymon que la forme sanscrite pûr : il faudrait admettre qu’anciennement devant consonne *lh1 > oli en grec. Alors un thème *plh1 (qui en sanscrit donne de façon régulière pûr) nous permettrait de poser πόλις<*plh1-s.

Pour appuyer cela on ne peut faire état que d’un seul autre exemple, ou plutôt de l’interprétation d’un seul autre exemple : δολιχός, « long ». Nous voici donc contraint de scruter cet exemple ; δολιχός nous renvoie au sanscrit dîrgháh (même sens). On a aussi en grec ἐνδελεχής, « continuel ». En posant *delh1gh, on rend compte de -δελεχ- ; le degré zéro *dlh1gh rend compte régulièrement du sanscrit dîrgháh, et rend compte de δολιχ- si on admet *lh1 > oli. Par ailleurs nous avons, avec le même sens, dalug- en hittite, et en latin longus (<*dlongus?), mots que ce système n’explique pas. Il n’explique pas non plus le rapprochement qui a été proposé avec ἡ λόγχη, « la lance ».

Or tout cela s’explique commodément en complétant quelque peu la théorie de la racine indo-européenne.

 

À propos des structures de racines

Dans les exemples qui suivent, les racines étudiées sont décomposées en trois éléments séparés par des traits d’union (racine proprement dite, suffixe radical, élargissement). Faute de pouvoir nous référer à une théorie plus récente de la racine, nous nous en tenons à ces notions benvénistiennes. L’important à noter dans ce complément que nous proposons à l’étude des structures de racines est que les variantes d’une racine peuvent s’organiser selon le système suivant : maintien, dans les diverses variantes, de la racine proprement dite et de l’élargissement, mais variation du suffixe radical, lequel peut être un zéro, symbolisé ici par Ø.

 

*h2w-ei-d- dans ἀϝείδω, « chanter » (attique ᾄδω)

*h2w-oi-d- dans ἀϝοιδός, « aède »

*h2w-Ø-d- dans αὐδή, « le chant », « la voix »

 

 

*wr-y-p-yo > ϝρίπτω (ῥίπτω), « jeter »

*wer-Ø-p- dans all. werfen, « jeter »

 

*h1l-ew-dh > ελευθ (ἐλεύσομαι, « j’irai »)

*h1l-w-dh > ελυθ (ἤλυθον, « j’allai »)

*h1l-Ø-dh > ελθ (ἦλθον, « j’allai »)

 

On peut expliquer par de telles variations sur le suffixe radical (suivies d’un élargissement identique) le grec δολιχός et les formes certainement ou possiblement apparentées que nous avons vues plus haut :

 

*dol-y-gh-os > δολιχός

*del-h1-gh-es > (ἐν)δελεχεσ-

*dol-u-gh-o- > daluga- en hittite

*dl-h1-gh-o-s > dīrgháḥ  en sanscrit

*dl-on-gh-o-s > longus en latin

*dl-on-gh-â > ἡ λόγχη, « la lance » (?)

Ce qui m’enhardit à soutenir cette idée (restée depuis douze ans sur un de mes disques durs!), c’est que M. Mayrhofer en son Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, I, p. 728-729, dans l’article dīrgháḥ va  dans ce sens en parlant de “Suffix-Varianten”.

 

Ainsi nous voyons s’éloigner l’hypothèse qui s’appuie sur un traitement *lh1 > oli. Cherchons donc une autre étymologie. Nous allons nous inspirer d’une étymologie oubliée, mentionnée encore dans le dictionnaire de Boisacq. Il s’agit d’une hypothèse de Fick, auteur qu’on ne cite plus guère, qui dans une publication parue à Göttingen de 1977 à 1906, « rattache à tort π(τ)όλις en tant que *quolis à gr. πέλομαι, lat. colo, inquilinus »

En ce qui concerne le doublet πτόλις, dont nous parlerons plus loin, Fick a certainement tort (la phonétique rigoureuse à laquelle nous sommes parvenus nous interdit de le suivre. Mais nous proposons bel et bien de poser πόλις < *kwolis (en nous conformant aux usages actuels de notation).

Il s’agit de la racine *kwel, dont le sens de base est « tourner », « circuler autour ».

Elle a donné tout un groupe de mots en latin, avec évolutions vers les sens de « habiter, cultiver, soigner » : un lieu qu’on habite, c’est un lieu où on circule, et ce que l’on soigne ou honore est quelque chose autour de quoi on tourne. D’où les mots colo, « cultiver, habiter » ; incola, « habitant » ; an-cil-la, « servante » (celle qui « tourne autour » de ses maîtres).

Le mot latin versari présente une évolution semblable du sens de « tourner » au sens de demeurer dans un certain espace ou de s’occuper de quelque chose.

De la même façon, lorsqu’il est question d’un navire qui reste dans une certaine zone, nous disons avec une pointe d’humour qu’il « fait des ronds dans l’eau ».

Qu’en est-il en ce qui concerne les représentants grecs de cette racine *kwel?

Nous avons le substantif ὁ πόλος (<*kwol-os) qui désigne un axe de rotation. Le terme est surtout connu pour son emploi dans le vocabulaire de l’astronomie : c’est le pôle autour duquel on voit tourner la voûte céleste. Pour ce mot on n’observe pas de glissement vers le sens, débouchant sur une idée statique, de « circuler dans un lieu », « y demeurer », « s’y occuper de quelque chose ». Mais dans plusieurs mots on a -πόλος nom d’agent en second terme de composé avec ce glissement de sens : ainsi dans ὁ αἰπόλος, « le chevrier », celui qui « tourne autour » des chèvres (αἶγες), les soigne et ne s’en éloigne pas.

Le verbe πέλω (on a le plus souvent πέλομαι) repose sur *kwel-ô. C’est à l’origine « se mouvoir en rond ». Mais le mot a évolué vers le sens de être en passant par celui de « être là » ; cf. Eschyle, Les sept contre Thèbes, 768 : τὰ δ᾽ὀλοὰ πελόμεν᾽οὐ παρέρχεται, « Les choses funestes, quand elles sont là, ne s’en vont pas« . Le glissement sémantique a été au delà de l’idée de résider, mais le mot peut s’employer en ce sens; ainsi dans Odyssée, XXIV, 211, à propos de la maison de Laerte: « Une vieille femme de Sicile s’y trouvait (πέλεν) ».

On a aussi πωλέομαι, « aller et venir dans un lieu, y circuler » et πωλέω (même sens): Πωλεῖταί τις δεῦρο γέρων ἅλιος, « Un vieillard de la mer fréquente ces lieux » (Odyssée, IV, 384); Ἰθάκης κατὰ ἄστυ πολεύειν, « résider dans la ville d’Ithaque » (Odyssée, XXII, 223). Ajoutons πολέω et πολέομαι, « aller et venir dans un espace, y résider ».

Ainsi l’utilisation de la racine *kwel pour désigner ce autour de quoi s’organise une activité ou un lieu où l’on réside se trouve bien attestée en grec, même si elle l’est moins qu’en latin.

Pour en terminer avec ce point de sémantique, consultons l’Etymologicum Magnum à l’article πόλις. Tout en faisant une petite place à un rapprochement avec πόλυς, cet article met en avant une autre hypothèse étymologique : Γίνεται ἐκ τοῦ πέλω, τὸ ἀναστρέφομαι ˙ παρὰ τὸ πολεῖν ἐν αὐτῇ, ἐν ᾗ ἀναστρέφονται οἱ ἄνθρωποι κατὰ τὸ αὐτό (« πόλις vient du verbe πέλω, aller et venir, parce qu’on y circule, et que les gens y vont et viennent en restant dans le même lieu »). Nous n’avons certes pas à prendre pour une autorité étymologique cet ouvrage byzantin du XIIe siècle, mais il est tout de même le dépositaire d’une antique tradition savante de sensibilité à la langue grecque.

Notre hypothèse c cadre donc bien avec la sémantique des représentants grecs de la racine *kwel.

Passons à l’étude du type de formation. Le mot entre dans un petit groupe de substantifs en -ις (génitif -ιος ou -εως) ou d’adjectifs présentant le degré o de la racine. Ce sont des termes de faible fréquence, mais ils n’en attestent pas moins nettement l’existence de ce type de formation. On a ἡ τρόπις, la quille (d’un bateau), ἡ φρόνις, « la sagesse », ἡ κόρις, « la punaise » (cf. κείρω, « couper », « ratiboiser« ), ὁ τρόχις, « le coureur », τρόφις, « bien nourri », στρόφις, « retors » (chez Aristophane).

Notre hypothèse *kwol-is intègre donc bien πόλις dans un des types de formation des mots grecs.

Passons à l’étude du doublet πτόλις, qu’on trouve chez Homère et dans quelques dialectes, ainsi que dans les Tragiques, sous l’influence d’Homère. On en fait habituellement une simple variante métrique. Nous allons voir qu’un examen attentif des faits révèle autre chose.

Nous laisserons de côté ce que nous trouvons dans le dictionnaire de Beekes, qui fait venir πτόλις de *τπόλις : le magicien ne nous a pas dit comment il a fait sortir ce t initial de son chapeau.

Nous ne nous attarderons pas sur l’hypothèse de Michel Lejeune, qui proposait d’expliquer de tels doublets p/pt par une variante articulatoire *ps du p initial. Ce serait une « occlusive à explosion sifflante » (cf. Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, § 28). Outre que l’hypothèse des occlusives à explosion sifflante tend à être abandonnée, elle ne nous serait d’aucun secours dans la difficulté que nous allons rencontrer.

Cette difficulté nous est apportée par les documents mycéniens, où nous avons trace de πτόλις par le biais de l’onomastique : on a relevé un po-to-ri-jo (= Πτολίων, Ptolion, nom d’homme : quelque chose comme M. Laville). C’est la seule trace que nous ayons en mycénien des mots qui nous occupent. Mais si les mycénologues ont des informations à nous apporter, qu’ils n’hésitent pas à le faire par ce blog.

Cet élément ne détruirait-il pas notre hypothèse *kwol-is ? En effet en mycénien le traitement labial de la labiovélaire *kw(l’évolution *kw>p) n’est pas encore réalisé. En mycénien une séquence *kwo ne donne pas po, mais ko. Ainsi le second élément -πόλος (<*kwol-os) que nous avons vu ci-dessus dans des mots comme ὁ αἰπόλος, « le chevrier », est représenté en mycénien par -qo-ro (cf. Lejeune, o.c., § 21).

Ainsi le p initial de Πτολίων, donc celui de πτόλις ne peut venir d’un *kw. Nous n’avons donc pas à nous préoccuper ici du problème du renforcement du p par un t. Nous avons à nous demander si ce fait est conciliable avec l’étymologie que nous proposons.

La solution nous paraît être dans le fait qu’assez fréquemment deux mots qui semblent très proches l’un de l’autre sont en réalité d’origines différentes. C’est le cas pour le couple habit/habiller : « habit » vient du latin habitus, tandis que « habiller » a anciennement signifié préparer une « bille », c’est-à-dire un bloc de bois (cf. « billot »), et le mot semble être d’origine gauloise.C’est le cas aussi pour le couple erreur/errements: « erreur » représente le latin error, tandis que « errements » dérive d’un vieux verbe errer, signifiant « voyager », « se déplacer » (cf. « le navire court sur son erre »), puis « se comporter de telle ou telle façon » et venant du latin itinerare. Aurions-nous un semblable cas de figure pour le couple πόλις/πτόλις ? Regardons de plus près les emplois de ces deux termes.

On a beaucoup parlé de la différence entre πόλις et ἄστυ. Ainsi la revue Ktema dans son n° 8 (1983) présente un dossier sur la question, avec des articles de E. Lévy, M. Cazevitz, M. Woronoff, R. Lonis (p. 55 à 109). Mais a-t-on souvent songé à comparer les emplois de πόλις et de πτόλις ? Il conviendrait, pensons-nous, d’ouvrir le dossier. Nous indiquerons simplement quelques points de repère.

Dans l’Iliade, la πτόλις, c’est Troie. Dans l’Odyssée, c’est le plus souvent Ithaque. Il peut s’agir aussi de la capitale des Phéaciens (en Odyssée, XIII,  156) ou de Sparte (en Odyssée, XV,  183). Dans tous les cas, il s’agit d’une ville importante, d’une capitale, nécessairement fortifiée. Quant au dérivé ptol¤eyron, il désigne toujours une ville forte.

Et qu’en est-il de πόλις ? Dans le dossier cité plus haut, R. Lonis (p. 101) note que l’emploi de πόλις n’est pas réservé à des agglomérations importantes : « Cette habitude d’appeler polis toute agglomération de quelque importance… n’est pas rare à l’époque classique. Hérodote et Thucydide y sacrifient volontiers. » L’étude des textes homériques n’infirme pas cette remarque. Pour l’étude de ces textes, dans le même dossier, une aide appréciable nous sera fournie par l’article de E. Lévy (Astu et Polis dans l’Iliade, p. 55-73). C’est bien entendu à πόλις que nous allons nous intéresser. Certes, ce mot est parfois associé à τεῖχος, πύργοι ou πύλαι (note 26, p. 57), ce qui indique qu’il s’agit alors d’une ville forte, comme l’est une πτόλις. Mais, selon E. Lévy, « il n’est pas impossible que polis désigne parfois de simples villages » chez Homère (note 17, p. 56). Et il n’est pas sans intérêt de voir quelles notions peuvent s’associer à ce mot (note 121, p. 65) : en Iliade, XVIII 342, il s’agit de πόλεις fertiles ; en IX, 152 et 294, une πόλις est couverte de vignes ; elle est riche en prairies en IX, 150 et en bétail en IX, 154. Dans le Catalogue des vaisseaux (Iliade II, 561-757) on voit associées à πόλις des vignes (507 et 537), de l’herbe (503 et 697), des fleurs (695), des pommes (605 et 696). Il ne s’agit plus alors de ville forte, mais on est renvoyé à des activités diverses de mise en valeur d’un lieu de vie, ou à des caractéristiques qui le rendent agréable ou fécond. Cela cadre bien, du point de vue sémantique, avec ce que nous avons observé à propos des mots de la famille de *kwel.

Dans le couple πόλις/πτόλις, nous ne sommes pas comme dans le cas du nom de la guerre : πόλεμος/πτόλεμος, où la variation de la forme ne correspond à aucune différence de sens. Dans πόλις/πτόλις, le premier terme nous apparaît comme non marqué, et pourvu de la valeur la plus générale, tandis que le second terme est marqué, réservé à la désignation d’une ville forte. Du fait de cette dissymétrie sémantique, on peut penser que les deux termes ne sont pas de même origine. Alors la difficulté rencontrée à propos de πόλις ne peut être une objection contre notre hypothèse πόλις < *kwol-is, qui sémantiquement, phonétiquement et morphologiquement, nous semble « tenir la route ».

Nous espérons avoir contribué à renouveler la question d’une part en proposant cette hypothèse, d’autre part en disjoignant πόλις de πτόλις. En ce qui concerne ce dernier terme, nous ne lui voyons pas d’explication indo-européenne. Peut-être faut-il y voir un terme de substrat.

Jean-Victor Vernhes

Université d’Aix-Marseille

➽➽ VOIR LA SUITE SUR : http://ch.hypotheses.org/1181

Réaction en janvier 2015 de :

Dr. David Mescheloff
———————————-
Thank you for this interesting suggestion.  Please permit me to suggest a different (heretical) etymology, pointing to earlier eastern Mediterranean languages. This is only a preliminary suggestion, which requires further investigation.  Nevertheless, I believe it will prove fruitful. I suggest that the etymology of ΠΟΛΙΣ may be found in the Hebrew Biblical word פלס (peles) and its eastern Mediterranean cognates. Peles is a balance scale, an instrument for measuring weight by balancing one object of unknown weight against an other (or against an object of known, conventionally agreed upon weight), adding to one side or the other until the pans on each side of the scale are at the same height, so the scale is horizontal. Thus in contemporary Hebrew, this is what is called in English a level, an instrument for measuring whether an object or a structure is truly horizontal (as when two items balance on a balance scale).  Thus a ΠΟΛΙΣ was a place of human gathering where a proper (social) balance could be achieved (perhaps a balance of views on the question to be addressed, perhaps a balance of the social « weight » of the public figures gathered there – note that the Hebrew words for « heavy » and « honorable/dignified » come from the same root, kvd). Indeed, initially, perhaps, ΠΟΛΙΣ may have referred to a public gathering where there was agreement about the concrete action of balancing weights and values on a scale, in a conventional fashion, as in the public gathering and weighing described in Genesis 23:16 (in this context, it is interesting to suggest that your suggested etymology of *kwol-is is reminiscent of the earlier eastern Mediterranean שקל, to weigh, cf. ibid.).  About « peles » see Isaiah 40:12, Proverbs 4:26, and ibid 16:11.  It is possible that the three letter root « peles » is a combination of two two-letter roots, « pl » (to think, to expect, to judge) and « ls » (= »sl », to make an elevated road by compressing hard material along the path).  Please email me if you would like more details and/or to pursue this idea further.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


2 réflexions sur « Jean-Victor Vernhes explique l’étymologie de πόλις « la ville » et de πτόλις « la forteresse » »

  1. J’ai fait récemment sur le forum Babel une autre hypothèse. Le point commun avec la vôtre, c’est la racine IE. Pour le reste, voici ce que je dis : « Les villes anciennes, toujours fortifiées, étaient de forme circulaire. Au moins à leur fondation et à la construction de leur première muraille. D’où le sens de citadelle pris par ce « noyau dur » avec les extensions postérieures de la ville. Je m’étonne que πόλις ne soit nulle part et jamais rapproché de πόλος « axe ; cercle décrit autour d’un axe » … Dans l’Iliade, 7, 453, πολίσσαμεν est dit de la construction du mur de Troie. (DELG). Un cercle se définit par sa circonférence et par son centre. Je crois qu’il vaudrait la peine d’examiner la possibilité que les termes πόλος, πόλις et ἄστυ – pour lequel j’ai proposé plus haut un sens (milieu, intérieur) et une origine sémitique qui n’ont pas été rejetés – soient examinés ensemble dans une approche géométrique de la ville.
    Je propose ceci :
    πόλις = l’enceinte de la ville (= le cercle, le périmètre)
    ἄστυ = la ville intra-muros (= la surface à l’intérieur du cercle)
    On comprend comment, à partir de ces sens premiers, les deux mots puissent en être venus à être de parfaits synonymes, y compris avec le sens de citadelle, mot qui, rappelons-le, n’est rien d’autre que le diminutif de cité, autrement dit, la plus petite et donc la plus ancienne partie de la cité, celle qui a fait l’objet de la première muraille. Il ne serait peut-être pas vain non plus de rapprocher les mots latins urbs « ville » et orbis « cercle ». Je ne vois pas qu’un tel rapprochement ait jamais été fait. Sauf, bien sûr, par les papes successifs avec leurs bénédictions « urbi et orbi ». (Calque de κε πόλιν καὶ ἄστυ ?). Sous la racine sémitique DWR « tourner, se mouvoir en cercle », et on trouve l’akkadien dūr- « muraille (de ville), forteresse ».
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.