Droit de réponse : Gabriel Chakra répond à Remo Mugnaioni

À la suite de la publication de l’interview de Remo Mugnaioni autour du livre de Gabriel Chakra, Marseille phénicienne (https://ch.hypotheses.org/5310), nous avons reçu la réponse de Gabriel Chakra que nous publions ci-dessous.

Gabriel Chakra répond à Remo Mugnaioni

 

Imitation d’une drachme de Massalia, frappée par les Celto-Ligures, III-II siècle av. J.-Ch. (Wikimedia)

 

Le 26 novembre 2022, répondant aux questions de M. Paul Challobos qui l’interviewait sur le site de « Connaissance Hellénique », M. Remo Mugnaioni s’est livré à une violente charge contre moi, auteur du livre Marseille phénicienne (éd. Maïa), dans le but de me discréditer en dévalorisant cet ouvrage. Excipant de mon droit de réponse, contrairement à lui, je n’utiliserai ni la raillerie insultante, ni la bassesse, et encore moins des mensonges ou des arguties fallacieuses. L’une des finalités de mon livre est de susciter le débat public, pas de régler des comptes. Je ne l’ai pas écrit pour polémiquer avec la communauté grecque. On peut débattre sur des avis opposés en se respectant mutuellement mais pas au détriment de la politesse et de la dignité.

Mes rapports avec M. Rémo Mugnaioni :

Je ne connaissais pas M. Mugnaioni, maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille. C’est un ami commun qui me l’avait présenté à l’occasion d’un déjeuner qui s’est déroulé, le 26 octobre, dans une ambiance conviviale. Je lui avais offert un exemplaire de Marseille phénicienne. Quelques heures plus tard, il m’appelait pour me dire qu’en sa qualité de linguiste, il avait repéré des erreurs quant à l’origine de nom de Marseille. Je lui ai dit que j’en tiendrais compte dans une éventuelle réédition du livre. Loin de penser qu’un mois plus tard, ayant bien mijoté son affaire, ce qui accrédite la préméditation de la charge, il agirait aussi méchamment à mon égard.

Voici donc ma réponse, point par point :

1.- Sur le patronyme « Nannus » ou « Nannos », allusion au roi de la tribu ligure des Ségobriges, M. Mugnaioni étale sa science linguistique en disant que ce nom signifie « nain » en latin ou en grec). Et d’ajouter, rigolard : « C’est bien la preuve que Marseille a été fondée par les sept nains de Blanche-Neige. » Il est vrai que M. Mugnaioni aime se singulariser, mettre les rieurs de son côté, tout en s’inspirant des autres… Sous le pseudonyme de Raymond Meunier, comme s’il exprimait ma pensée, il écrit en juillet 2022, dans un texte intitulé « Les Carthaginois ont-ils fondé Marseille ? », qu’il a « toujours rêvé d’écrire un roman de science-fiction qui raconterait que Marseille aurait d’abord été fondée par les Phéniciens de Carthage, bien avant l’arrivée des Grecs de Phocée. » Je l’encourage à le faire ! Entre le VIIIe et le VIIe siècle, Marseille abritait un comptoir et un sanctuaire phéniciens. C’est bien ce que j’affirme. Alors, pourquoi me conteste-t-il ?

2.- M. Mugnaioni a le toupet d’écrire que mon récit sur la fondation de Marseille contient peu d’arguments, mais sans le prouver. Affirmation totalement gratuite. Il faut qu’il relise, page après page – et non en diagonale -, la totalité du livre. Tous les prosateurs de l’Antiquité sont cités, y compris Aristote, Virgile, Trogue-Pompée et Justin, l’auteur du texte décisif. De même les préhistoriens Abbé Breuil, Jacques Boucher de Perthes, les archéologues Gaston Vasseur, Max Escalon de Fonton, Henry de Gérin-Ricard, Fernand Benoît, qui fut directeur des Antiquités de Provence, etc. Rien n’est affirmé qui ne soit corroboré par des faits. Mon livre n’est pas une construction intellectuelle.

3.- Fidèle à sa curieuse méthode de lecture, M. Mugnaioni extrapole en m’attribuant l’argument suivant lequel le « Tarif de Marseille », pierre gravée en phénicien, découverte dans les entrailles d’une maison en 1845, aux abords de la Vieille Major, est une pierre de Cassis. Faux ! C’est Jean-Joseph Dassy, conservateur du musée Borély où la pierre avait été déposée, qui le dit spontanément (p. 113). Rigoureux dans mes recherches, je ne fais que rapporter des faits précis. En 1845, M. Dassy ne connaissait pas la carrière de la Corderie ou celles de la Couronne. Pas plus que l’abbé Bargès, natif d’Auriol (Bouches-du-Rhône) et professeur d’hébreu à la Sorbonne. Après les tentatives avortées de deux savants, Etienne Quatremère et Félicien de Saulcy, c’est lui que les autorités locales allèrent chercher pour déchiffrer l’inscription phénicienne de vingt-deux lignes – le « Tarif de Marseille ». Tout cela est narré dans le détail.

4.- L’étymologie de Marseille. M. Mugnaioni aurait voulu que je prenne le mot originel de Massalia. Il a raison, c’est ce que j’ai fait (p. 77) en soulignant que malgré son air grec, et les hellénistes eux-mêmes le reconnaissent, Massalia ne signifie rien. Dans ce cas, pourquoi insister ? Les deux mots celtiques dont l’un « mas » induit l’idée d’une maison, et l’autre « salia », se référant aux Salyens, plaident pour une origine ligure. Mais, comme expliqué clairement dans mon livre, les linguistes du XIXe siècle, M. Joseph Derembourg et Rudolf Schröder, ont recours au vocable mazzâl, avec des interprétations différentes. M. Mugnaioni, sans doute frustré de n’avoir pas été sollicité par mes soins, écrit« mazal » avec un seul « z », en me reprochant de n’avoir pas consulté le Phoenician Punic Dictionary de Charles R. Krahmalkov, p. 273, année 2000). Si je n’ai assurément pas la science infuse, M. Mugnaioni n’est pas plus compétent que ces deux éminents prédécesseurs.

D’ailleurs, à force de vouloir tout démontrer à son avantage, le voilà qui… me rejoint ! Évoquant une inscription chypriote bilingue (phénicien/grec) du IVe siècle, mzl’n’m, qui signifie « pour la bonne fortune », dans l’île de Chypre, ancienne colonie phénicienne, notre universitaire va dans mon sens : mazzâl est bien phénicien, comme le nom de Carthage est tiré de Qart-Hadasht.

Ce n’est pas tout. M. Mugnaioni veut aussi qu’on lui explique pourquoi le mazâl qui signifie « fortune » a pu prendre le sens de « port ». Et par quel miracle le mâzal a pu donner « marsa » ? Mais parce qu’une langue évolue dans le temps, professeur ! Une langue est stable tant qu’elle est isolée. Ce n’était pas le cas au temps des Phéniciens, qui sillonnaient la Méditerranée quatre siècles avant les Phocéens. D’un port à l’autre, ils se frottaient à des populations, nouant des relations en échangeant mots et produits, sans arrière-pensée colonisatrice. Une langue est le reflet de la société qui la parle.

Versons ces lignes de l’historien Michel Clerc (1857-1931) au dossier. « Ce mot mazzâl, écrit-il, se retrouve, toujours avec le même sens, dans le nom propre de Melkartmassâl, « bonne fortune due à Melkart ». Massalia serait donc, dans cette hypothèse, un de ces noms de bon augure, fréquent dans l’Antiquité (…). Si cette interprétation est exacte, et il faut bien reconnaître qu’au point de vue linguistique, elle est irréprochable, ce nom serait le synonyme phénicien du nom grec d’une ville que les auteurs anciens nous donnent comme une colonie de Massalia, Agde de la Bonne Fortune. Et l’on est alors amené à se demander si l’une et l’autre de ces villes n’étaient pas, avant de devenir grecques, des comptoirs phéniciens, portant, sinon le même nom, du moins des noms de sens analogue et tirés de la même racine. »

Le mazzâl phénicien a subi au fil du temps une modification, devenant massal dans le langage courant où la phonétique a son importance. Par le parler quotidien, massal s’est transformé au Moyen-Âge en marsa qui en arabe (et les Arabes existaient bien à ce moment-là) signifie « port ». Au Liban, par exemple, c’est au XIVe siècle que l’arabe a remplacé l’araméen, la langue que parlait Jésus. Ainsi Mazzâl-El (El, le dieu des Phéniciens, prononcez il) s’est-il mué en Massal-El avant que le « r » de marsa ne se substitue au « s » de massal. Je maintiens que le nom de Marseille est dérivé de « marsa » et d’El (le dieu), comme on dit Marsa-Elia le port d’Elie, Elie vu comme Dieu et non comme prophète. Et j’enchaîne (p. 78) en rappelant que partout en Méditerranée où les noms des villes commencent par Marsa, on trouve une origine ou une influence phénicienne. Ainsi Marsa-Matrouh en Égypte, Marsasxlokk à Malte, Marsala en Sicile, et même Mers-el-Kébir en Algérie. Pourquoi Marseille ferait-elle exception ?

5.- Les Phéniciens étaient des marchands, pas des conquérants, à l’instar des Phocéens imbus de leur supériorité, pour qui les Ligures n’étaient que des barbares. D’ailleurs, si les Grecs d’Ionie sont venus à Marseille, c’est parce que le lieu fonctionnait déjà. Ils n’ont fait que suivre la voie maritime ouverte par les Phéniciens qu’ils ont délogés, lors d’un renversement d’alliance, en prenant leur place. En histoire il y a toujours un avant. Et sur de l’ancien on fait du neuf.

6.- La pierre gravée en phénicien de Champfleury à Avignon, découverte dans les soubassements d’une maison en 1897. Là encore, M. Mugnaioni jette son fiel. Comment se fait-il qu’on ait une Berbère (la princesse Zabaiquat) s’il s’agit, comme le prétend l’auteur (Chakra), d’un témoin de la fondation punique de Marseille, interroge-t-il. ? Mais je n’ai jamais dit cela (p. 126-127). C’est un pur mensonge. Je cite Philippe Berger et encore Michel Clerc, en précisant que la présence d’une communauté phénicienne sur les bords du Rhône relevait d’une « hypothèse plausible ». Et enfin, je ferai observer à M. Mugnaioni que des tribus berbères formant une confédération vivaient en Afrique du Nord, longtemps connue sous le nom de Libye. On les appelait les libous. Qu’un professeur d’université ignore cela est pour le moins étonnant !

Voilà ! Toute mon intention à travers mon livre est de proposer un débat public constructif et respectueux des hypothèses et des personnes, pas de tromper les lecteurs.

Gabriel Chakra

 

 

Connaissance Hellénique précise que ni Aristote, ni Virgile, ni Trogue-Pompée ni Justin ne parlent d’une fondation phénicienne de Marseille.

Antoine Hermary (« Marseille phénicienne : un mythe du XIXe siècle », dans A. Fennet – N. Lubtchansky éd., Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe s.-1945, Pessac, 2015, p. 263-272 et en ligne : https://books.openedition.org/ausonius/5900?lang=fr) a fait l’histoire du mythe de la fondation phénicienne de Marseille au XIXe siècle et au début du XXe siècle : aujourd’hui plus aucun historien ni archéologue ne défend ce mythe.

 

Connaissance hellénique

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Paris, UMR 8210).

More Posts


Une réflexion sur « Droit de réponse : Gabriel Chakra répond à Remo Mugnaioni »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.