Bernard Chevreux : Plutarque dans le roman de Chariton, “Chairéas et Callirhoé”

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article neuf.

Plutarque et ses divers emplois dans le roman de Chariton

 

Portrait de Plutarque (“Les Vies parallèles”, traduit par Jacques Amyot, 1565. Wikicommons).

 

Le roman de Chariton, Chairéas et Callirhoé, présenté en juillet dernier, contient de nombreuses citations d’Homère, mais ce dernier ne fut de loin pas la seule source d’inspiration du romancier. Les philologues présentant son œuvre ne manquent pas d’indiquer également de qui proviennent les nombreux passages évoquant tel ou tel auteur, que ce soit la poétesse Sapho, le philosophe Platon, des auteurs comiques comme Ménandre et Aristophane, des historiens comme Thucydide et Xénophon ou un orateur comme Démosthène. Mais, comme tous vécurent bien avant lui, il pourrait sembler qu’il n’ait prêté aucune attention aux œuvres de son époque. Pourtant, aux yeux de certains, il fut un contemporain de Plutarque, né à Chéronée en Béotie, qui aurait écrit ses Vies Parallèles dans les « quinze premières années du IIe siècle » (ap. J.-C.)1. Écrivain prolifique, le Chéronéen est surtout connu du public pour ses biographies, en particulier celles dont les livres exposent en parallèle la vie de deux célébrités, l’une grecque et l’autre romaine. Quant à Chariton, il aurait écrit son roman entre 75 et 125 ap. J.-C. environ.

La probabilité existe donc que Chariton ait pu avoir entre les mains un ou plusieurs livres de Plutarque, en particulier les Vies Parallèles. Celles-ci étaient certainement susceptibles de l’intéresser car notre romancier a montré dans son œuvre un goût indéniable pour l’Histoire.

De fait, à partir des exemples ci-dessous, il est difficile de ne pas penser qu’il a sans doute lu au moins un livre des Vies, à savoir celui portant sur Cimon et Lucullus, ce dernier étant de nos jours plus connu comme gastronome que pour ses exploits militaires.

De loin moins connu actuellement, l’homme d’État Cimon, fils de Miltiade, le vainqueur des Perses à Marathon (490 av. J.-C) fut lui aussi un brillant chef de guerre. Après la victoire de la flotte grecque à Salamine en 480 av. J.-C., il s’opposa à Thémistocle puis à Périclès. Au début de la Vie qu’il lui a consacrée, Plutarque raconte un épisode de l’histoire de Chéronée : un dénommé Damon y avait tué le chef d’une cohorte romaine installée dans la ville. Pour ce faire, il avait rassemblé un petit nombre de camarades et Plutarque en précisa le nombre : « ils étaient seize en tout2 ».

Or, un lecteur attentif du roman de Chariton aura remarqué que deux passages de son texte apportent une information absolument identique, mais sans importance pour le récit. La première fois notre romancier emprunte trois mots de suite à Plutarque pour indiquer le nombre de pirates projetant le pillage du tombeau de Callirhoé. Plus loin, ce sont seize prisonniers, dont fait partie Chairéas, qui sont enfermés dans un réduit obscur duquel ils tentent de s’évader après avoir tué leur gardien3. La similitude des situations est également étonnante : dans les trois cas, il s’agit d’un même nombre d’hommes mijotant un coup.

Que les deux écrivains se soient inspirés d’une source commune nous paraît improbable car les faits rapportés par Plutarque sont sans importance historique autre que pour l’histoire de sa ville natale et relèvent alors très certainement de la tradition locale4. Il en résulte que l’hypothèse la plus vraisemblable est que Chariton, qui se dit être d’Aphrodisias, située fort loin de Chéronée, a trouvé son inspiration chez le Chéronéen. On ne peut alors que s’étonner une fois de plus car il serait vraiment curieux qu’il ait choisi un détail anodin pour rendre une seule fois hommage à Plutarque. À notre avis, seuls les lecteurs ayant lu Cimon et dotés d’une excellente mémoire auraient pu faire un rapprochement. Il semblerait donc qu’il s’agit d’une allusion et la question se pose alors de savoir en quoi et pourquoi. Un premier clin d’œil à des proches ou autre chose encore ?

Quoi qu’il en soit, il est très probable que le premier à avoir publié l’épisode de Damon ait été Plutarque, dont le Cimon a très vraisemblablement continué de servir de source à Chariton. Le nouvel exemple a l’avantage d’être plus attrayant pour le lecteur intéressé par la psychologie car il concerne Dionysios, le personnage masculin le plus dense du récit romanesque. Chariton, tout à son habitude d’insérer un commentaire dans le déroulement du récit, précisa qu’ « il aimait les femmes, vraiment5 ». De son côté et après lecture d’une élégie plaisantant Cimon, Plutarque tira cette conclusion : « Quoi qu’il en soit, il est tout à fait certain que Cimon était très porté à l’amour des femmes6 ». L’on remarquera que les deux passages ont également ceci en commun que les deux écrivains soulignèrent la force de cette attirance. Chariton, plus sobre, en quatre mots.

Enfin, non content de nous renvoyer un double écho provenant de la même Vie, le romancier nous en fait parvenir un troisième ressemblant toutefois à une interférence. Dans la lutte qui opposa Perses et Égyptiens, Chariton situe dans la même journée le combat sur terre remporté par Dionysios, côté perse, et la bataille navale d’où Chairéas ressortit vainqueur, côté égyptien. Cimon, lui, remporta deux victoires le même jour, comme l’écrivit Plutarque nommant cette fois deux historiens du IVe siècle av. J.-C. comme sources. Il est aussi à noter que la flotte perse du roman se comporte de la même façon que celle qui a été vaincue par Cimon. Leurs occupants ne voulaient visiblement pas combattre7.

Enfin, si l’on fait abstraction de la répétition du «  seize en tout » dans le roman, il est curieux de constater que l’ordre des emprunts et allusions est le même que celui des faits rapportés par Plutarque.

En tout cas, les emprunts à d’autres écrivains, quelle que soit leur forme, ont tous une raison d’être, ne serait-ce que reprendre une belle image ou une pensée profonde. Ce n’est pas le cas ici. Si nous examinons les exemples précédents, le deuxième trouve sa justification dans le fait qu’il souligne un trait de la personnalité de Dionysios éclairant les actions futures de cette figure romanesque et les rendant ainsi plausibles. Le troisième est une évocation supplémentaire d’un célèbre fait d’armes grec que les personnes cultivées de l’époque ne pouvaient guère manquer de voir. Quant au premier, à lui tout seul, il semble vouloir uniquement pointer sur Plutarque.

Il en résulte qu’en élargissant à un contemporain le cercle des auteurs auxquels son roman se réfère, l’énigmatique Chariton s’est rapproché, d’une certaine manière, un peu plus de nous.

 

Bernard Chevreux

 

  1. Jean Sirinelli, Plutarque, Paris, Librairie Arthème Fayard, 2000, p. 264.
  1. Plutarque, Cimon, texte établi et traduit par Robert Flacelière et Émile Chambry, tome 7, Paris, Les Belles Lettres, 1972 (1, 4).
  1. Chariton, Le roman de Chairéas et Callirhoé, texte établi et traduit par Georges Molinié, Paris, Les Belles Lettres, 2002. (I, IX, 2 et IV, II, 5).
  1. Dans sa notice précédant la Vie de Cimon, Robert Flacelière écrivit : « En réalité, la statue de Lucullus à l’agora de Chéronée et un décret de cette ville retrouvé à Delphes garantissent de façon indirecte, mais très forte, l’authenticité des faits que Plutarque nous dit tenir de la tradition orale de la cité ». (Lucullus joua effectivement un rôle salvateur relatif à l’épisode Damon).
  1. Chariton, II, I, 5.
  1. Cimon, 4, 9.
  1. Chariton, VII, VI, 1 ; Plutarque, Cimon 12 et 13.

Connaissance hellénique

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Paris, UMR 8210).

More Posts


Une réflexion sur « Bernard Chevreux : Plutarque dans le roman de Chariton, “Chairéas et Callirhoé” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.