Jean-Claude Dutto a lu pour vous la nouvelle traduction de l’Odyssée par Philippe Brunet

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article huit.

Une traduction pour entrer dans la rythmique des vers d’Homère

Homère, L’Odyssée, traduit du grec par Philippe BRUNET, éditions du Seuil, 2022 (592 p.) 26 euros.

« Encore une traduction de l’Odyssée ? », me direz-vous…

Et d’abord, pourquoi donc lire (ou relire) les aventures d’Ulysse, ce fameux héros « qui tant erra » (ὃς μάλα πολλὰ πλάγχθη, chant I, vers 1-2)

Ses péripéties nous semblent tellement familières, maintes fois relayées par le cinéma, la bande dessinée, les classiques abrégés à destination des collégiens, les diverses traductions d’Homère…

Eh bien, pour la bonne et simple raison qu’Ulysse est notre contemporain capital.

Certes, nous ne sommes pas des héros (enfin, pas tous), mais à l’instar d’Ulysse, il faut avouer que nous errons pas mal dans ce monde agité. Qui le contestera ?

Il y a ceux qui errent physiquement, qui cherchent désespérément un point où se poser sur cette planète, les migrants en tous genres, politiques, écologiques…

Et puis, plus généralement, il y a le fort sentiment d’errance dû à l’instabilité et à la désorientation grandissante des sociétés occidentales, où l’on se croyait désormais définitivement chez soi, à l’abri de tout ou presque. Tomber « de Charybde en Scylla », on commence à comprendre ce que cela peut vouloir dire : du Covid 19 à la guerre en Ukraine, par exemple, ou bien de la crise climatique à la crise de la démocratie, puis de la crise de la démocratie à la crise énergétique…

« Branloire pérenne », aurait résumé Montaigne.

Bon, cela dit, pourquoi maintenant se plonger en particulier dans cette nouvelle traduction de l’Odyssée de Philippe Brunet ?

Eh bien parce que celle-ci, qui suit le même principe que sa traduction de l’Iliade, parue en 2010, a le grand mérite d’être un essai de transposition systématique de l’hexamètre dactylique grec dans notre langue, ce qui en soi est une prouesse, car le français, contrairement à l’anglais ou l’allemand, ne se prête pas aussi spontanément à cet exercice cadencé. Mais impossible n’est pas français ! Philippe Brunet, dans ses travaux de métricien, reconnaît prendre la suite lointaine des poètes pionniers de la Renaissance : les Baïf, Jodelle ou d’Aubigné.

Le traducteur nous invite en fait à dépasser le simple statut de lecteurs silencieux pour mieux entrer dans la rythmique et « dire » les vers :

Muse, dis-moi les détours de l’homme ruses-nombreuses

tours nombreux, lorsqu’il eut détruit Troie, citadelle très sainte !

Il vit les villes, connut les cœurs de mortels innombrables,

et endura sur la mer les douleurs innombrables de l’âme (chant I, vers 1-4)

Les six temps forts de chaque vers sont ici soulignés en caractères gras, tels que les indique à titre d’exemple l’auteur à la page 557 de l’ouvrage. La traduction proprement dite ne les signale pas. La copieuse postface explicative (37 pages) donnera au lecteur bien des éclairages sur la démarche méthodologique du traducteur, notamment sur quelques points de prosodie. Il s’agira ensuite pour le lecteur de s’exercer à repérer lui-même ces temps forts au fil du texte traduit et de se familiariser ainsi avec l’hexamètre français.

Même si elle s’avère assez exigeante, l’invitation de Philippe Brunet est, ma foi, fort belle. Entré dans la cadence, on vit le texte de manière très différente. On habite véritablement en poésie, on est sur la trace des aèdes homériques. Car ces aventures d’Ulysse, avant d’être écrites, étaient bel et bien paroles vivantes, rythmées, chantées. Et il convient de retrouver autant que faire se peut cette vibration du texte poétique d’Homère, même en transposition dans une autre langue que le grec.

Et ça marche ! La preuve en est que Philippe Brunet est parvenu à fédérer un groupe d’aèdes contemporains et d’âges très divers, capables de mémoriser des pans entiers de sa traduction afin d’en offrir les déclamations enthousiastes au public.

On pourra certes discuter des options prises par le traducteur, notamment sur le rendu des fameuses épithètes homériques, qui peuvent sonner étrangement à nos oreilles françaises (mais qui les réveillent aussi !) : l’homme-ruses nombreuses, Apollon lance-flèche, Nausicaa les mains blanches, mais on soulignera surtout l’extrême cohérence de cette traduction d’un bout à l’autre.

Allez ! Pour finir, encore une petite dose d’errance, en quittant Calypso (mais oui ! la nymphe nous promet toujours l’immortalité : l’homme augmenté, le transhumanisme…) :

Durant deux nuit, deux jours, sur le flot hérissé par les vagues,

il erra, et souvent son cœur entrevit sa ruine.

Lorsque l’Aurore bouclée boucla le jour troisième,

alors le vent cessa de souffler, et ce fut la riante

sérénité de la mer… (chant V 388-392).

Pour en savoir davantage sur le parcours de Philippe Brunet, je me permets de vous renvoyer aux présentations qui ont été faites de son précédent ouvrage « Itinéraire d’un masque », par Mme Delavaux-Roux et moi-même (λύχνος n° 161, mars 2022).

Jean-Claude Dutto

Connaissance hellénique

Rocco Marseglia est professeur de lettres classiques en classes préparatoires au lycée Paul Cézanne (Aix-en-Provence) et chercheur associé du Centre AnHiMA (Paris, UMR 8210).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.