Jean Lallot a traduit en grec (moderne) 6 poèmes de “Journal irrégulier” de Bruno Arcadias

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article sept.

“Journal irrégulier” de Bruno Arcadias Douze poèmes : poèmes 1 à 6

(première partie)

 

Le hasard a voulu que je tombe, il y a près d’un an, sur un petit livre d’une centaine de pages d’un auteur totalement inconnu de moi, et sans doute de beaucoup d’autres : Bruno Arcadias. C’était un recueil d’une soixantaine de poèmes, certains très courts – d’autres un peu plus longs, mais tous habités d’une verve tout à fait originale. Cet ouvrage avait été édité par les Éditions Conférence dont je connais un peu le fondateur et responsable, Christophe Carraud. L’ouvrage porte le titre de Journal irrégulier.

 

Illustrations de Léa Bertin-Hugault au "JOurnal irrégulier" de Bruno Arcadias
Illustrations de Léa Bertin-Hugault au recueil de Bruno Arcadias “Journal irrégulier”

 

Aucune suite ou intrigue dans ce recueil réunissant gravité et plaisanterie, parfois burlesque. On sent que ces poèmes ont été écrits sans suite ni intention délibérée, au gré d’une inspiration née de rêveries et captée dans l’instant. L’éditeur leur trouve quelque chose d’Henri Michaux ou de Prévert, certains pourraient être mis en musique. Il en est de quasiment mystiques, d’autres à la limite de la bouffonnerie.

Le nom de l’auteur, Arcadias, fleurait bon l’onomastique hellénique ; il n’en fallut pas plus pour que le néo-helléniste amateur que je suis se sentît incité, par pure fantaisie, à produire du Journal irrégulier une version grecque moderne. Le travail était commencé quand j’appris qu’ Arcadias n’avait aucune ascendance grecque. Qu’importe, le coup était parti, j’allai jusqu’au bout. Deux amies (vraiment) grecques, Maria  Andronikou  et  Rhea  Delveroudi,  mirent  leur compétence linguistique au service de mon entreprise : qu’elles en soient chaleureusement remerciées. Merci aussi à Michel Destribats pour son aide et ses encouragements.

Il n’est pas impossible qu’une édition bilingue, ou uniquement grecque, du Journal irrégulier, paraisse un jour en milieu hellénophone. En attendant, la généreuse hospitalité de Λύχνος permettra à ses lecteurs d’entrevoir le talent d’un poète grec malgré lui. Que ce dernier soit remercié pour son désintéressement dans cette affaire. Ma gratitude va aussi à son éditeur, Christophe Carraud, et à Léa Bertin-Hugault, son illustratrice inspirée (dont deux illustrations sont reproduites plus haut)

 

1

                               Je t’avais écrit une longue lettre,

                               elle était quasiment faite,

                               elle était dans ma tête.  

 

                               Elle y est toujours.

 

                               Ça t’évitera de ne pas me répondre

 

1

 

Σου είχα γράψει ένα μακρύ γράμμα,

σχεδόν το τέλειωσα,

στο μυαλό μου.

 

Εκεί είναι ακόμα.

 

Έτσι θα γλιτώσεις από το να μη μου απαντήσεις.

 

 2

                              Quand je regarde l’avenir,

                               j’ai peur.

                               Sans vraie raison.

                              

                               Quand je me tourne vers hier,

                               j’ai honte.

                               (Là, je ne manque pas d’arguments.)         

 

                               Quand je regarde mes pieds,

                               ça va.

 

                               Peut-on vivre en regardant ses pieds?

 

 2

Όταν κοιτάζω το μέλλον,

φοβάμαι.

Δίχως βάσιμο λόγο.

 

Όταν γυρνάω προς το χθες,

ντρέπομαι.

(Εδώ δεν λείπουν τα επιχειρήματα.)

 

Όταν κοιτάζω τα πόδια μου,

είναι εντάξει.

 

Μπορεί κανείς να ζήσει κοιτάζοντας

τα πόδια του;

 

   3

                                Quand ça va mal,

                               je prie.

               

                               Trop d’angoisses, trop de pensées graves

                               ou tordues ou mal placées.

 

                               Je prie.

                               Je prie beaucoup.

                               Et je prie souvent.

                               C’est apaisant.

                               (On cherche tous la paix, hein ?

                               guerriers que nous sommes…)

 

                               Je prie aussi quand ça va bien.

                               Mais ça, c’est pour garder la main.

 

3

Όταν δεν νιώθω καλά,

προσεύχομαι.

 

Άγχη πολλά, σκέψεις πολλές βαριές,

στρεβλές ή άστοχες.

 

Προσεύχομαι.

Προσεύχομαι πολύ.

Και προσεύχομαι συχνά.

Με γαληνεύει.

(Όλοι μας γυρεύουμε την ειρήνη, έτσι δεν είναι;

σαν πολεμιστές που είμαστε…)

 

Προσεύχομαι και όταν νιώθω καλά.

Αλλά αυτό έτσι, για να μην χάνω τη συνήθεια.

 

 4

                               J’aime beaucoup

                               ce que vous ne faites pas.

                               C’est fort, c’est élégant,

                               c’est puissant sans être dérangeant.

 

                               Continuez,

                               vous avez trouvé votre voie.

                               Ne pas faire, pour vous,

                               c’est le chemin vers les autres,

                               la vraie relation, intense et parfaite.

 

                               Ce chef-d’œuvre, imperméable à la critique,

                               celui qui n’existe pas,

                               celui que pourtant vous réalisez sans effort…

                               Il y a là un don.

 

                               Continuez, j’aime beaucoup.

4

 Μ’ αρέσει πολύ

αυτό που δεν κάνεις.

Είναι ισχυρό, είναι κομψό,

είναι δυνατό χωρίς να είναι ενοχλητικό.

 

Συνέχισε,

έχεις βρει τον δρόμο σου.

Το να μην κάνεις κάτι, για σένα είναι ο δρόμος                                      σου προς τους άλλους,

η αληθινή σχέση, έντονη και τέλεια.

 

Ένα αριστούργημα, αδιαπέραστο από την κριτική,

που δεν υπάρχει,

που όμως πραγματοποιείς  χωρίς κόπο…

Είναι ένα χάρισμα.

 

Συνέχισε, μ’ αρέσει πολύ.

 

5

                               Il paraît qu’à vingt ans,

                               on a la gueule qu’on a,

                               et qu’à cinquante,

                               on a celle qu’on mérite.

 

                               C’est dur.

                               Déjà cette gueule-là.

                               Et en plus la mériter.       

                               Qu’est-ce que j’ai fait ?

                               Je me regarde dans la glace

                               et je me pose la question :

                               qu’est-ce que j’ai fait ?

                               Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?

                               Qu’est-ce que j’ai fait qui fait que j’ai cette                                                                                                                                                                                                             

                                                                      gueule-là ?

 

                               Que ceux qui savent parlent ou se taisent à

                                                                      jamais

                               Et sils parlent, que mon procès commence,

                               que je puisse me défendre…

 

                               Mais personne ne sait.

                               Alors tous les jours, je vois ma condamnation                                                        

                                                                     dans la glace. 

                               Perpétuité. Sans appel et sans réduction de peine,

                               même en cas de bonne conduite.


C
est trop tard.
Fallait y penser avant.

5

 Λένε ότι στα είκοσί μας χρόνια,

έχουμε τη μούρη που έχουμε,

και στα πενήντα,

αυτή που μας αξίζει.

 

Είναι σκληρό.

Αυτή εδώ τη μούρη.

Και να μου αξίζει κιόλας.

Τι έχω κάνει;

Κοιτάζω τον εαυτό μου στον καθρέφτη

και αναρωτιέμαι:

τι έχω κάνει;

Τι έχω κάνει για να μου αξίζει αυτό;

Τι έχω κάνεi  που με κάνει

                               να έχω αυτή τη μούρη;

 

Όσοι ξέρουν, να μιλήσουν ή να σωπάσουν                                                                                                                                          

                               οριστικά.

Και, αν μιλήσουν, να αρχίσει η δίκη μου,

να μπορέσω να  απολογηθώ…

 

Αλλά κανείς δεν ξέρει.

Οπότε κάθε μέρα βλέπω την καταδίκη μου στον                                                                                 

                               καθρέφτη.

Ισόβια κάθειρξη. Αμετακλήτως και χωρίς μείωση

                               της ποινής,

ακόμα και σε περίπτωση καλής διαγωγής.

Είναι πολύ αργά.

Θα έπρεπε να το είχα σκεφτεί νωρίτερα.

 

 6

                               On était là tous les deux, assis tristement,

                               deux vieux garçons sans vie, sans envie.

 

                               Et puis cette fille est passée.

                               On a souri et on a dit : quand même !

                               C’est dingue !

                               On en a vu d’autres mais                                

                               on est content d’en voir encore !                                 

                               Alors on a dit à la fille :

                               est-ce que vous voulez

                                               sauver le monde ?

 

                               Et comme elle était d’accord,

                               elle a continué à se promener.

 

6

Καθόμασταν εκεί οι δυο μας, θλιμμένοι,

δυο γεροντοπαλίκαρα χωρίς ζωή,

                            χωρίς όρεξη.

Και τότε πέρασε εκείνη η κοπέλα.

Χαμογελάσαμε και είπαμε: κοίτα να δεις!

Είναι να τρελαίνεσαι!

Ἐχουμε δει τόσες, μα χαιρόμαστε

να τις βλέπουμε ξανά και ξανά!

 

Τότε είπαμε στην κοπέλα:

Θέλεις να σώσεις τον κόσμο;

Και καθώς συμφωνούσε,

συνέχισε να περπατάει.

Bruno Arcadias

(trad. grecque Jean Lallot)

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.