Bernard Boyaval : 4 notices d’épigraphie gréco-égyptiennes

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article six.

 Notices d’épigraphie gréco-égyptienne

 

Portrait de momie du Fayoum, musée de Copenhague
  1. DEUX TÉMOIGNAGES DU MOT « OROS »

Dans la REG 80, 1967, p. 343-349, H. Cadell et R. Rémondon ont tenté de caractériser les particularités géologiques que recouvrait l’emploi du mot « oros », dans cette Égypte où les Grecs ont dû adapter leur vocabulaire traditionnel à des réalités différentes. Ils en ont donc associé l’usage à un type de relief qui unit « tout à la fois1 la montagne et le désert », imaginant des « escarpements montagneux », de « lentes remontées », des bordures « élevées » (ce sont leurs termes) partout où il y a de l’oros.

La littérature papyrologique nous a livré un document intéressant sur ce point précis, le P. Lips. inv. 348 qu’on peut retrouver dans la Chrestomathie der Papyruskunde de L. Mitteis, rééd. 1963, n° 78 p. 86-87 : un curiale d’El Hibis, Aurélios Kléoboulos, y raconte qu’il est allé de l’oasis de Khargeh à celle de Dakhleh « en traversant des terres à sec » (di’ anydrôn orôn ll. 6-7), soulignant ainsi que seule cette absence d’eau l’avait frappé. Le secteur est fait d’une alternance banale de terrains à peu près plats et de monticules. Encore faut-il ajouter que ces derniers sont parfois artificiels, nés de l’accumulation du sable sur des moignons de murs antiques, dispersés çà et là.

Une correction récente introduit une information importante. Republiant en 1989 l’inscription I. Th. Sy. 237 qui commémore la restauration de la muraille longeant la route de Philae, A. Bernand n’en a pas compris la séquence « to teichos to epi to oros » (l. 7), ayant imaginé là une colline (!) qu’il n’a pas pu localiser. Dans la Chron. d’Eg. 67/fasc.134, 1992, p. 336, W. Van Rengen a pu facilement ironiser sur ce bout de mur baladeur, tantôt juché « sur la colline » (titre) tantôt « touchant à la colline » (traduction). Cette colline bien sûr n’a jamais existé et la muraille longeait un oros plat, d’où l’interprétation de Van Rengen « le rempart du côté du désert ».

L’inscription de Syène a le mérite de montrer qu’il n’y avait pas forcément de montagne associée à du désert là où le mot apparaît. Et la colline imaginaire de Bernand pouvait n’être qu’une conséquence lointaine de l’article de Cadell-Rémondon2.

  1. C’est moi qui souligne.
  2. L’on pourrait ajouter le témoignage d’un certificat de corvée aux digues (« penthemeros certificate») publié par P. J. Sijpesteijn ( Eg. 61/fasc.122, 1986, p. 290), qui concernait des travaux « in the desert canal of Polemon » (par « desert », l’éditeur a traduit l’adjectif orinos et il est évident que ce canal traversait des terrains plats). V. également P. Kron. 56, 68 et 69.

***

  1. ORTHOGRAPHE ET PROSODIE (SUITE)

A trois reprises dans cette revue (nos 98, 2004, p. 53 ; 118, 2009, p. 44 ; 128, 2011, p. 64), j’ai évoqué des vers phonétiquement corrects malgré leur orthographe.

Voici un cas de consonne géminée, probablement simplifiée.

Sur les épitaphes 5 et 6 des Inscriptions métriques d’E. Bernand, 1969, p. 53 et 60, le nom Apollonios fait problème. Les v. 3 de la première et 25 de la seconde commencent par le même dactyle « je suis en effet », placé dans la bouche des deux défunts homonymes. Le premier est suivi de sa généalogie, « le fils de l’illustre Ptolémaios » (eukleious ApolloniosPtolemaiou) où la séquence –ousapoll– ne peut pas faire dactyle à cause de la gémination. Sur le second document, la séquence « l’évergète [Apol]lonios » (euerktès [Apol]lonios) oppose la même impossibilité. En commentaire à la stèle 5 p. 56, Bernand a écrit « le nom propre, comme il arrive souvent, ne rentre pas dans le mètre ». Mais on lit dans son commentaire à la stèle 6 p. 62 une suggestion de P. Jouguet son premier éditeur « [Apo]lonios pour la mesure ».

Ces deux exemples suggèrent que les deux lambda géminés s’étaient simplifiés dans la prononciation de l’époque hellénistique malgré l’orthographe, retardataire sur l’évolution phonétique. Dès lors, les séquences –ousapo– et –tèsapo– formaient des dactyles réguliers. On trouve de nombreux témoignages de cette simplification dans la Griechische Grammatik d’E. Mayser I, 1906, §49, p. 211-212, notamment dans l’orthographe des noms propres, ex. Apolonios, Apolonidès, kalinikos, kalistratos.

La remarque de Bernand p. 56 paraît donc infondée3.

  1. Elle me semble l’être également au v. 1 du proscynème n°171 (Bernand o.l. p. 617 et comm. p. 620) où la séquence stra|tègos e|ôn Apo|lônios| paraît avoir impliqué trois dactyles malgré la géminée Apoll– de la gravure.

***

  1. GLAUKIAS DE TELL EL-YAHOUDIJEH ÉTAIT-IL JUIF ?

Dans le n° 60 de cette revue, 1994, p. 79-80, j’ai évoqué un certain Théon (E. Bernand, Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, 1969, n° 69 p. 277, et W. Horbury – D. Noy, Jewish Inscriptions of Graeco-Roman Egypt, 1992, n° 114 p. 193), qui déclarait être décédé parmi des « étrangers » càd. à la foi juive). Son épitaphe, trouvée avec d’autres stèles juives à Demerdash près de Tell el-Yahoudijeh, donne à supposer que son corps avait été rapatrié du lieu païen de son décès pour être inhumé parmi ses coreligionnaires à Demerdash.

Je suis tenté d’en rapprocher le cas de Glaukias, dont l’épitaphe, déclarée découverte à Tell el-Yahoudijeh, figure dans Horbury-Noy n° 47 p. 114-115. Or, ces deux éditeurs avançaient des raisons de douter du judaïsme de Glaukias : emploi isolé et inhabituel sur ce site (ZPE 23, 1976, p. 226) de l’épithète philoteknos, qui plus est pour qualifier un homme alors que les sources littéraires juives le réservent aux femmes ; anomalie de sa longévité (102 ans) alors qu’aucun défunt du site n’est déclaré avoir dépassé la soixantaine (« Egyptian Jews were apparently not prone to exaggerated claims about age », ibid. p. 115) ; emploi unique de Glaukias parmi les Juifs à noms hellénisés.

Aucun groupe humain, cultuel ou autre, n’étant homogène à 100%, on peut imaginer que le site de Tell el-Yahoudijeh ait abrité quelques non-juifs dont Glaukias.

Son cas montre la difficulté de cerner parfois les contours du dossier juif d’Égypte. D’autres stèles suscitent aussi des doutes, ainsi dans Horbury-Noy le n° 20 p. 32-34 qui concerne une base de statue, celle-ci perdue, qui a été gravée au nom d’Artémon fils de Nikon : dans un contexte mutilé et peu clair, le mot synagôgè n’implique pas nécessairement un lieu de culte juif, vu ses multiples usages païens au sens d’association et la consécration d’une statue contredit la pratique juive courante (« The statue which this base seems to imply would be surprising in a Jewish context », ibid. p. 33). La dédicace d’Artémon devrait être prudemment exclue, me semble-t-il, de la liste des documents juifs d’Égypte.

***

  1. NOMINATIF D’INTERPELLATION ET VOCATIF

(NOTE SUR UNE STÈLE DE KOM ABOU BILLOU)

Dans la ZPE 189, 2014, p. 129-132, Mario C. D. Paganini a publié l’épitaphe inédite d’une femme de Kom Abou Billou, « Thaneutin, fille d’Arès (ou Aris ?), serviable, n’ayant causé de peine à personne, ayant aimé ses enfants, (âgée de) soixante-quinze ans. An 40, le 4 Hathyr ». Il a ajouté p. 130 « The name Thareutin in here in the vocative1, as shown by the vocative two-ending adjectives alype philotekne in ll. 2-3 ».

On constate une grande liberté dans la pratique des qualificatifs funéraires à Kom Abou Billou. On y lit aussi bien Didymos philoteknos (SB 9996/866) que Hôros chreste (SB 10162/523)2 et même Némésion aôros philoteknos chreste (SB 10162/527). Le nominatif semble la règle pour les noms propres. Leur juxtaposition à des épithètes au vocatif a son explication probable dans la proximité entre le vocatif, cas normal de l’interpellation, et l’usage également interpellatif du nominatif. J. Humbert, Syntaxe grecque, 1945, p. 241 § 336, rappelait ainsi cette proximité : « Bien que, dans le détail, le départ ne soit pas toujours facile entre le nominatif d’interpellation et le vocatif, cette fonction du nominatif est très ancienne ». Avant lui, E. Mayser, Gr. Grammatik II/1, 1926, p. 55-56, et R. Kühner-B. Gerth, Ausführliche Grammatik der gr. Sprache II/1, rééd. 1966, p. 47-48, entre autres, en avaient déjà rassemblé des exemples.

Le grec a, semble-t-il, usé indifféremment des deux tours et la remarque de Paganini n’est pas justifiée3.

 

Bernard Boyaval

Université de Lille

NOTES

  1. C’est moi qui souligne.
  2. Les exemples des deux tours se comptent par dizaines dans les séries SB 9996 et 10162.
  3. Le propos de Paganini n’est pas isolé. On le retrouve par deux fois sous la plume de P. J. Sijpesteijn, Chron. Eg. 53 fasc. 105, 1978, p. 117, et 65 fasc. 129, 1990, p. 122-123 (v. Kentron 8/3, 1992, p. 126, qui concerne seulement Tell el-Yahoudijeh). La pratique était répandue ailleurs qu’en milieu juif comme le montre cette stèle de Kom Abou Billou.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.