Remo Mugnaioni a lu pour vous Gabriel Chakra, “Marseille phénicienne, Chronique d’une histoire occultée”

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article cinq.

Gabriel Chakra au pays de Blanche-Neige

Remo Mugnaioni a lu pour vous Gabriel Chakra, Marseille phénicienne, Chronique d’une histoire occultée, Éditions Maïa, Paris, 2022, 165 pages, 19 euros, ISBN: 9782384412167

Couverture du livre de Gabriel Chakra, Marseille Phénicienne, édition Maïa

Nous nous retrouvons en ce mois de novembre 2022 avec Remo Mugnaioni au restaurant palestino-syrien Le Yasmine pour discuter du livre de Gabriel Chakra.

 

Connaissance Hellénique (CH) : Cher Remo, vous êtes maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, enseignant de langue babylonienne et de langue phénicienne. Quels sont vos rapports avec Gabriel Chakra ?

Remo Mugnaioni (RM) — Excellents. J’ai rencontré Gabriel Chakra, un homme charmant qui m’a offert son livre. Après lecture, je lui ai téléphoné pour lui signaler un certain nombre de contre-vérités que contient son livre. Il m’a dit qu’il en tiendrait compte pour la deuxième édition. En attendant, la première édition est un tissu d’erreurs, d’inexactitudes et d’hypothèses gratuites !

CH — Vous faites donc partie du lobby grec phénicophobe que dénonce Gabriel Chakra ?

RM — Eh bien, si la seule personne à enseigner le phénicien dans la région fait partie du lobby anti-phénicien, c’est le monde à l’envers ! Je rappelle que l’auteur ne connaît ni le phénicien, ni le grec, ni l’archéologie. Il ne sait même pas écrire en grec Φοῖνιξ [Phoinix] « Phénicien », p. 28, mais il écrit bizarrement Πηοινιξ [Pèoinix]…

CH — Que pensez-vous de ce livre ?

RM — Je vais prendre une comparaison. Tout ce livre est construit pour démontrer que Marseille aurait été fondée par les Phéniciens de Carthage entre le VIIIe et le VIIe siècle avant J.-C. Mais il y a si peu d’arguments ou des arguments tellement absurdes que c’est comme si je vous disais que Marseille a été fondée par Blanche-Neige et les sept nains.

Vous allez me dire : C’est n’importe quoi !

Je vous réponds : Vous êtes blancheneigeophobe ! Vous détestez la blanchitude de Blanche-Neige, c’est pourquoi vous refusez mon hypothèse !

Vous me direz : Mais quels sont vos arguments ?

Je vous dirai : Eh bien, comment s’appelle le père de Gyptis, l’épouse de Prôtis, le légendaire fondateur de Marseille ? Son nom est Nannus ou Nannos, ce qui veut dire « nain » en latin ou en grec. C’est bien la preuve que Marseille a été fondée par les sept nains de Blanche-Neige.

Vous me direz : C’est absurde.

Je vous répondrai : C’est à peu près le niveau d’argumentation de notre ex-journaliste Gabriel Chakra.

CH — Vous n’y allez pas un peu fort ?

RM — Prenez le livre, à la p. 78. L’auteur veut vous expliquer l’étymologie de Marseille. Au lieu de prendre le mot originel grec Massalia, Gabriel Chakra prend le mot moderne Marseille où le –r- vient du provençal Marsilho, mais n’existait pas dans l’Antiquité. Et sans sourciller, l’auteur vous explique que Marseille vient de l’arabo-phénicien Marsa-El, marsa signifiant « port » en arabe et El : « dieu ». Marseille signifierait donc « le port de Dieu », le port béni des dieux ! Cette étymologie est fausse, premièrement parce qu’il faut partir du nom le plus anciennement attesté : Massalia en grec (et non de Marseille, le nom français moderne qui en est dérivé). Deuxièmement, que vient faire un mot arabe dans une étymologie prétendument phénicienne ? Les Phéniciens, que je sache, ne parlaient pas arabe aux VIIe et VIIe siècles avant Jésus-Christ ! L’auteur prétend que l’arabe marsa viendrait du phénicien mazzâl dont évidemment il ne donne pas la signification. Ce mot qu’il faut orthographier en fait mazal (ou sans les voyelles mzl et non mazzâl comme l’écrit l’auteur), je suis allé le chercher pour vous dans le Phoenician-Punic Dictionary de Charles R. Krahmalkov, Louvain, 2000, p. 273 (chose qu’évidemment l’auteur se garde bien de faire : il a sans doute la science infuse du phénicien !). J’ouvre le livre. On ne trouve le mot mazal attesté qu’une fois, à la fin d’une inscription chypriote bilingue (phénicien /grec) du IVe siècle : [l] mzl n‘m (sans les voyelles) qui signifie « pour la bonne fortune » et qui traduit le grec ἀγαθῇ τύχῃ de même sens. Qu’on m’explique comment le mazal qui signifie « fortune, sort » a pu prendre le sens de « port » ? Et par quel miracle mazal a pu donner marsa ? Et comment marsa-el aurait pu accoucher de massalia ? A ce petit jeu-là, Gabriel Chakra est capable de vous prouver que schtroumpf est un mot phénicien.

CH — Pourquoi l’auteur ne vous a–t-il pas contacté ?

RM — Je ne sais pas. Il n’est pas non plus allé voir les archéologues et les historiens d’Aix-Marseille. Dans tout le livre, on ne trouve presque pas de références scientifiques sérieuses récentes… La grande autorité qu’il invoque est monsieur Brun (p. 84), un peintre marseillais ! C’est un homme fort sympathique, j’imagine, mais si vous deviez vous faire opérer du cœur, vous préféreriez faire appel à un chauffeur de taxi ou bien à un cardiologue ? Pour cette étymologie, vous feriez appel à un linguiste spécialiste du phénicien ou bien à votre petit doigt ? Et avec ça, l’auteur a le culot d’écrire (p. 78) : « quoi qu’il en soit, le lecteur doit se convaincre que l’information qui lui est livrée ici est de premier ordre, puisée dans des recherches érudites » ! Quelles recherches ? Mystère !

CH — Je vous sens exaspéré… Mais venons-en à la thèse du livre, la fondation phénicienne de Marseille, qu’en pensez-vous ?

RM — On peut imaginer ce qu’on veut. Les Phéniciens, grands navigateurs, ont bien pu passer par le site de Marseille un jour ou l’autre avant la fondation grecque de Marseille un peu avant 600 avant J.-C. Mais bon sang ! aujourd’hui dans le désert du Neguev ou dans le désert syrien, on trouve même des traces de campements préhistoriques… On a des attestations de la présence celtique des Ségobriges à Marseille et alentours. On a deux épaves grecques de navires retrouvées dans les fouilles de la Bourse. Mais pas le moindre tesson phénicien. Rien du VIIIe ou VIIe siècle. Du vent. Rien que du vent et la poursuite du vent. Une douce chimère d’un journaliste à la retraite.

CH — Vous oubliez « la pierre de Rosette », comme il l’appelle, de Gabriel Chakra, le Tarif sacrificiel de Marseille.

RM —Ah, l’inscription du Tarif sacrificiel de Marseille ! Je la connais bien. Je l’ai traduite en français pour le musée de la Vieille Charité[1]. C’est une pierre écrite en langue punique de Carthage qui établit ce que l’on devait donner aux prêtres pour chaque sacrifice… L’écriture est datée du IVe siècle comme le prouvent aussi les références à la monnaie de l’époque. L’analyse de la pierre montre qu’elle est semblable à d’autres stèles puniques conservées au Louvre : c’est une pierre de Carthage. Gabriel Chakra crie au complot, parce que les savants hésitent entre une datation du Ve siècle et une datation du IIIe siècle avant J.-C. (p. 114). Mais la présence d’une pierre punique du IVe siècle, même si elle était d’origine marseillaise, ne justifierait pas une prétendue fondation punique de Marseille au VIIIe ou VIIe siècle. Il réclame une nouvelle analyse spectroscopique (p. 121) ! Mais s’il connaissait la pierre de Cassis dont il prétend que cette inscription est faite, il saurait bien qu’il y a dans la pierre de Cassis des petites marques fossilisées qu’on ne trouve absolument pas dans la pierre du Tarif de Marseille. Il va aussi tirer argument d’une pierre retrouvée près d’Avignon à Champfleury, une inscription funéraire en punique de la princesse Zabaiqat (un nom berbère) qui donne sa généalogie sur six générations, ce qui est considérable. Comment se fait-il qu’on ait une berbère dans cette inscription s’il s’agit, comme le prétend l’auteur, d’un témoin de la fondation punique de Marseille. Sur les six générations, pas de trace de mélange avec les Celto-Ligures, mais un nom berbère… Donc non seulement les Carthaginois auraient été à Marseille, mais aussi les tribus numides auraient habité la région ! Cela fait soudain beaucoup de monde, toujours sans la moindre trace ! Et pourquoi pas des Martiens ? Revenons sur terre : ce nom berbère n’est pas le signe que cette stèle funéraire est marseillaise, mais plutôt qu’elle vient de la région de Carthage. Elle a pu servir de lest à un bateau, être jetée sur les bords du Rhône comme le Tarif de Marseille a pu être jeté sur le rivage, dans l’anse de l’Ours à Marseille.

CH — Et elle aurait été réutilisée ensuite dans une maison alentour ?

RM — Bien sûr, c’est très fréquent. Et s’il n’y a pas de trace d’usure par l’eau de mer, c’est que la pierre pouvait être dans le bateau en haut de la cale, sans contact avec l’eau croupissant au fond de la cale. Une fois jetée sur le rivage, n’importe qui a pu la récupérer pour construire sa maison. En quoi est-ce surprenant ? On a bien désossé les arènes de Nîmes ou d’Arles pour construire la ville ! On n’a pas trop de scrupule dans l’Antiquité pour les antiquités.

CH — Donc l’hypothèse de la fondation de Marseille par les Phéniciens de Carthage est absurde ?

RM — Disons qu’elle est un doux rêve. Elle ne repose sur rien. Toutes les prétendues preuves fournies par Gabriel Chakra ne résistent pas à l’examen. Que l’on ait cru au XIXe siècle quand on a découvert le Tarif sacrificiel de Marseille que Marseille était phénicienne, c’est une chose ; qu’aujourd’hui on publie un livre en invoquant l’autorité de l’abbé Bargès, le premier traducteur de la stèle en 1847, c’est comme si l’on voulait envoyer quelqu’un sur la lune avec un canon plutôt qu’une fusée. Pour Gabriel Chakra, la science moderne n’existe pas. C’est un complot ! En fait, l’auteur n’a d’autre but, hélas, que de faire le buzz sur le dos des malheureux gogos qui auront acheté son livre et cru découvrir un secret. Il n’y a qu’un seul secret : on a voulu les berner…

 

Entretien réalisé avec Remo Mugnaioni pour Connaissance Hellénique par Paul Challobos.

 

[1] Voir l’article de Raymond Meunier, « Les Carthaginois ont-ils fondé Marseille », Connaissance Hellénique, juillet 2022, article huit. https://ch.hypotheses.org/5016

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


2 réflexions sur « Remo Mugnaioni a lu pour vous Gabriel Chakra, “Marseille phénicienne, Chronique d’une histoire occultée” »

  1. Merci pour cette lecture critique de cette thèse assez fantaisiste sur les origines de Marseille…les histoires marseillaises ont faite tour du monde…mais , en ces jours troublés de mensonges et de réseaux d’impostures organisées, il importe de rétablir un peu de rigueur et d’honnêteté. Quant à l’ignorant-savant, le devoir est de dénoncer la supercherie.

  2. Démonstration implacable!..et pertinente en ce qu’elle met à jour une supercherie scientifique, volontaire ou pas, mais très nocive surtout en ces temps de mensonges et de complotisme très dangereux pour l’avenir de notre culture. Errare humanum est, certes, mais développer ainsi une thèse ne respectant systématiquement pas les méthodes rigoureuses de toute recherche doit être dénoncé comme supercherie. Merci à notre spécialiste, M. Mugnaioni. Je suis moi-même correcteur CH, mais sans , hélas, étudiant, comme beaucoup d’entre nous, d’où une ignorance générale de la culture héllénique laissant le champ libre aux contes de fées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.