Christian Boudignon : “Vous parlez grec et vous ne le saviez pas (n° 53)”

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article quatre.

Funérailles en petites pompes

 

Gravure du lit de parade du défunt roi Henri IV (1610), Briot, Isaac (1585-1670) Graveur,  BNF

 

Chère Arielle,

Tu as eu la triste idée de partir au ciel une semaine après la reine d’Angleterre. Ta maladie et ta mort nous affligent, mais nous te remercions d’une chose. En t’en allant outre-monde dans la simplicité, en te laissant enterrer dans la beauté montueuse du cimetière de Sisteron, tu nous as épargné toute la grande pompe des enterrements royaux. Tu nous as évité les commentaires grandiloquents de Stéphane Bern, les grands titres idiots des journaux britanniques sur les chaussures de notre président de la République et les reportages ineptes sur les chiens de la reine… Bref, merci de t’être laissé conduire par Hermès en petites pompes jusque chez l’austère Charon !

Chère Arielle, je voudrais te dédier cette chronique et méditer sur ces « pompes » que l’on appelle communément « funèbres ». Précisons tout de suite pour les collégiens qui liront peut-être ces mots qu’il n’est pas ici question de chaussures, mais du cortège qui accompagne le mort pour son enterrement (ou son incinération). Car pompe est un mot grec, πομπή [pompê], qui signifie « envoi, expédition, accompagnement, cortège, procession… ». Hermès qui escorte les âmes vers les enfers est appelé en grec πομπαῖος [pompaios], c’est-à-dire l’Hermès « de cortège » ou (si l’on traduit d’une façon délirante que tu aurais aimée) Hermès l’escort (boy). En bon adversaire de la religion traditionnelle, au VIe siècle avant J.-C., Héraclite a critiqué avec finesse les processions religieuses :

Εἰ μὴ γὰρ Διονύσῳ πομπὴν ἐποιοῦντο καὶ ὕμνεον ᾆσμα, αἰδοίοισιν ἀναιδέστατα εἴργασται· ὡυτὸς δὲ Ἅιδης καὶ Διόνυσος, ὅτεῳ μαίνονται καὶ ληναΐζουσιν[1].

« Si ce n’était pour Dionysos qu’ils faisaient leur procession et qu’ils chantaient leur hymne, avec leurs phallus [de procession] ce serait là œuvre d’impudence. Mais en fait, leur Dionysos n’est autre qu’Hadès, pour qui ils font les fous et célèbrent les fêtes de pressoirs. »

Toute fête, dit en substance Héraclite (avant Roger Caillois), a quelque chose de transgressif et de scandaleux. Mais c’est parce que l’homme est promis à la mort : et finalement c’est notre mort que l’on esquive dans les processions dionysiaques (qui sont en réalité des processions infernales !). En un mot, Héraclite avait prédit la fête d’Halloween où l’on joue avec la mort pour mieux célébrer la vie !

Le mot passe en latin chez Cicéron sous la forme pompa et s’enrichit d’un nouveau sens, celui de « parade » et d’« ostentation ». On voit ainsi apparaître en latin tardif le mot pomposus « grave, fastueux, ostentatoire » qui fait référence soit à la gravité des processions soit à leur faste exagéré. Il donnera notre adjectif pompeux. En français, auparavant, pompa avait donné pompe « procession, cortège, apparat », et pompes funèbres qui désigne d’abord au XVIe siècle le cortège qui accompagne le défunt en terre avant de signifier au XIXe siècle l’établissement en charge de l’enterrement.

C’est par hasard qu’un homonyme désignant la machine à aspirer et refouler un liquide est apparu en français au XVe siècle. Cette pompe vient sans doute de l’onomatopée pommp, ce bruit caractéristique que l’on entend quand l’air soudain aspiré appelle le liquide qui la suit. Et de là, à cause des chaussures percées qui laissent passer l’eau, le mot en est venu à désigner au XIXe siècle en argot les « chaussures ». Et c’est en 2022, qu’Emmanuel Macron, en venant se promener en baskets devant l’abbaye de Westminster la veille de l’enterrement de la reine, a réussi à faire se télescoper les pompes et ses pompes. Chapeau l’artiste !

 

Christian Boudignon

Maître de conférences de grec ancien

Université d’Aix-Marseille

Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

 

[1] Héraclite, Fragment 15 tiré de Clément d’Alexandrie, Protreptique, 34, 5.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.