Florence Deville-Patte a lu pour vous : Laure de Chantal, “Libre comme une déesse grecque”

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article trois.

Un hymne aux femmes libres et à l’éternel féminin

Laure de Chantal , Libre comme une déesse grecque, Stock, 2022 (247 pages), 19,50 euros

Couverture du livre “Libre comme une déesse grecque”

Sur la couverture de Libre comme une déesse grecque, nous lisons le sous- titre : Dans la mythologie, le meilleur de l’homme est une femme.  Voilà de quoi nous ouvrir les yeux.

Laure de Chantal nous invite à découvrir ou à revisiter les grandes figures féminines antiques sous forme d’une galerie de portraits, haute en couleurs. Le lecteur parcourt plusieurs « salles » consacrées aux Créatrices, aux Guerrières, aux Savantes, aux Battantes, à Celles qui disent « oui », à Celles qui disent « non », aux Reines.

A la manière d’une restauratrice occupée à enlever le vernis jauni d’une peinture qui en a  dénaturé les couleurs au fil des siècles, Laure de Chantal redonne un coup d’éclat à ces récits que l’on croyait bien connaître et que des interprétations farfelues ont fini par parasiter, en cherchant toujours à mettre en regard la pensée antique et notre monde actuel.

Par exemple, on aime redécouvrir l’histoire de la pauvre Daphné poursuivie par le trop entreprenant Apollon. Les Métamorphoses d’Ovide ont beau avoir 2000 ans, elles n’ont pas pris une ride : l’actualité nous le confirme. Malgré l’« évolution », il existe des constantes dans les comportements. D’un côté, l’Apollon prédateur, aveuglé par son désir. De l’autre une Daphné harcelée et désemparée.  Vite, la pancarte Balance ton porc, le panneau Me too… Honte au violeur !

Sauf qu’il n’y a jamais eu de viol, même si l’on s’est accoutumé à l’admettre, à force de regarder les peintures des Grands Maîtres (cités p.174) qui suggèrent clairement l’agression sexuelle.  Dans le texte d’Ovide, Daphné s’arrange pour se transformer en arbre juste avant l’irréparable. Elle a dit NON, que diable ! L’honneur est sauf. Les Tiepolo, Waterhouse, Rubens, Le Bernin, ont plaqué leurs propres fantasmes sur le mythe et les générations ultérieures n’ont plus remis en cause cet abus interprétatif chargé en testostérone.

A travers ces mythes qui accordent la part belle aux femmes, Laure de Chantal porte haut des valeurs en faveur du respect, de la parité et d’une possible complémentarité entre les sexes. Elle défend l’intelligence féminine tant de fois bousculée en nous rappelant qu’Antigone et Daphné restent, de loin, nos plus vigilantes sentinelles.

Dans son beau livre, sont glorifiées tant de qualités féminines qu’ont incarnées, au plus haut degré d’exigence, Electre et Pénélope, Circé et Ariane, Artémis et Mètis, Hélène et Psyché… Dégagés de toutes les scories accumulées au fil du temps, nous retrouvons intacts ces textes antiques dans toute leur beauté et toute leur puissance.

A lire absolument !

Florence Deville-Patte

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.