Georgia Kolovou : La vie d’Adamance Coray

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article deux.

Adamance Coray raconte sa vie : traduction de son autobiographie

 

Tableau d’Adamance Coray  (peintre et origine inconnus : Wikicommon)

 

 

À mon filleul, Paul Boulogiannis

 

 

« Πολιτεία, ἥτις δὲν ἔχει βάσιν τὴν παιδείαν, εἶναι οἰκοδομὴ εἰς ἄμμον »

Αδ. Κοραής Επ. Γ΄ 723

 

 

Quelques remarques sur l’autobiographie d’Adamance Coray[1]

 

« Je suis citoyen du monde »[2], dit Adamance Coray, et cette phrase résume parfaitement la personnalité de ce savant grec du XIXème siècle, qui est très célèbre en Grèce, mais peu connu en France.

Dans le présent article, nous proposons une traduction de l’autobiographie de ce philologue classique et médecin, qui a joué un rôle primordial dans l’encouragement de la lutte de ses compatriotes contre le joug ottoman et dans la régénération de sa nation. Adamance Coray est un homme qui a fait honneur non seulement à sa patrie, mais aussi à la France et à la pensée européenne.

Comme il s’agit d’un texte autobiographique, nous nous limitons, dans la partie introductive de ce travail, à quelques données biographiques qui constituent les grandes étapes de sa vie. Ensuite, nous « donnerons la parole » à Adamance Coray lui-même pour qu’il nous raconte sa vie mieux que les autres auteurs ayant tenté d’écrire sa biographie.

 

Adamance Coray est né à Smyrne le 27 avril 1748 et est mort[3] à Paris[4] le 6 avril 1833. Son père est né à Chios et Coray considérait cette île comme sa vraie patrie, même s’il ne l’a jamais visitée. L’atmosphère familiale d’Adamance Coray était favorable pour qu’il puisse développer le goût des lettres, l’amour de l’instruction et surtout l’amour de la liberté. Son grand-père maternel, Adamance Rhysios, était un professeur renommé de littérature grecque à Chios, avant qu’il ne s’installe à Smyrne, et le jeune Coray a hérité de sa bibliothèque. Sa mère, Thomaïde, était également bien instruite et son père avait une haute valeur morale, même s’il était dépourvu d’instruction en raison de son enfance difficile. Les conditions dans l’école grecque à Smyrne alors sous domination ottomane ne permettaient pas de satisfaire la soif  d’apprendre de Coray, mais il a eu la chance, pendant sa jeunesse, de faire la connaissance du consul hollandais Bernhard Keun[5]. Ce consul cherchait un Grec qui lui donne des cours de prononciation et Coray a proposé ses services contre des leçons sur la langue latine. Cette rencontre a été déterminante pour la vie, la personnalité, l’éducation et la culture de Coray.

 

Le premier contact du jeune Coray avec la culture occidentale est dû au fait que son père, un commerçant de soie à Smyrne, désirait étendre ses activités commerciales par mer en Hollande en ayant là-bas un homme à lui permettrait de faire son commerce sans l’intermédiaire des Hollandais. Il décide donc d’envoyer son fils à Amsterdam malgré les obstacles de la part de sa femme, parce qu’Adamance avait toujours une santé précaire (crachement de sang, sensibilité nerveuse etc.)[6].

Même si Adamance n’avait pas de goût pour la vie commerciale, il s’installe en 1772 à Amsterdam pour s’occuper du commerce de la soie[7], mais surtout pour fuir le joug ottoman, perfectionner ses études, se cultiver, satisfaire sa soif d’apprendre, connaître la civilisation de l’Occident et profiter du bonheur d’une vie libre et autonome. Dans le cadre de son séjour en Hollande, il a eu l’occasion d’approfondir ses études auprès d’une famille amie de Bernhard Keun, Adrien Buurt et son épouse Iosina Carolina van Lynden, qui n’avaient pas d’enfant et qui s’attachent au jeune Adamance[8]. Adrien Buurt lui enseigne la géométrie et les sciences naturelles, mais surtout il lui enseigne que la véritable instruction a ses racines dans la science du raisonnement.

Après six ans à Amsterdam, Adamance Coray abandonne le commerce dès qu’il sent que celui-ci est créé, pour un autre métier, une autre vie[9]. Au printemps 1779, il revient donc à Smyrne, mais son séjour au milieu des Turcs a détérioré très rapidement sa santé (dépression et crachements de sang). La comparaison entre la vie libre en Occident et le despotisme turc à Smyrne était constamment source de déception, de solitude et de tristesse pour le jeune Coray. Pour échapper à cette situation, il persuade ses parents de lui permettre d’étudier la médecine en France, même si ce n’était pas sa grande passion, mais c’était la seule profession que respectaient les Turcs et par conséquent, il pouvait être plus libre au milieu d’eux.

En 1782, il va à Montpellier[10] pour faire ses études aux côtés de professeurs renommés[11] et six ans plus tard, le 11 juillet 1786, il soutient sa thèse intitulée « Pyretologiae Synopsis »[12] et obtient le titre de médecin. Ses professeurs ont exprimé clairement leur admiration pour la qualité de sa thèse et sa recherche scientifique : « […] pour ceux que j’ai rencontrés, il est impossible de vous décrire la bonne réception qu’ils m’ont faite ; les éloges qu’ils m’ont donnés, les remerciements qu’ils m’ont faits de ce que je les avais honorés, eux et leur académie. L’un d’eux, le plus âgé de tous, m’a dit que c’était un devoir pour moi de donner au public une traduction d’Hippocrate. – Mais vous en avez, lui ai-je dit. – Oui, m’a-t-il répondu, mais je voudrais qu’Hippocrate fût traduit par un Grec, car je crains que nos traductions ne soient pas exactes. – Un autre a loué le style de ma thèse, un autre a lu, en ma présence, la dédicace. En un mot, ils m’ont dit tant de si belles choses qu’ils m’ont fait croire, même malgré moi, que ma thèse était bonne »[13]. On voit aussi ailleurs l’attachement qu’un professeur renommé de médecine à Montpellier sentit pour son étudiant et sa patrie d’origine : « L’illustre M. de Grimaud – professeur de médecine à Montpellier – avait raison de dire à l’occasion d’Hippocrate que les Grecs sont les véritables maîtres du monde, parce qu’ils en seront toujours les instituteurs…Je lui ai entendu dire ces paroles plus d’une fois, et je me rappellerai toujours avec attendrissement les regards pleins d’amitié qu’il jetait sur moi, toutes les fois qu’il les prononçait »[14].

Le 24 mai en 1788, à l’âge de 40 ans, il quitte Montpellier, après avoir reçu l’invitation de Jean-Baptiste-Gaspard Villoison[15], l’éditeur célèbre du manuscrit homérique, Venetus A[16], pour continuer dans la capitale française ses recherches pour la publication des textes d’Hippocrate. Il s’installe donc à Paris, « la nouvelle Athènes »[17], où il déploie une activité intellectuelle extraordinaire. La seule fortune de Coray à Paris[18] était son amour de l’instruction et quelques lettres de recommandation de ses professeurs, dont le médecin fameux Chaptal[19]. Sous le coup des événements politiques de la Révolution française en 1789[20] qui ont constitué les racines théoriques de sa pensée politique[21] et en relation étroite avec plusieurs intellectuels philhellènes en Europe (Etienne Clavier, Chardon de la Rochette[22]), il apprécie la lutte contre la tyrannie et il décide d’éclairer ses compatriotes en leur inspirant l’amour de la liberté, et surtout en leur redonnant la fierté de leur passé, de leur histoire riche. Il est persuadé que seul le développement de l’instruction pourrait nourrir le désir de la liberté et le courage de secouer le joug ottoman. « L’instruction avait enfanté en France l’amour de la liberté. Elle doit servir à l’implanter en Grèce »[23].

De 1789 jusqu’à sa mort, Adamance Coray devient le témoin de l’actualité politique de la France. Il ne serait pas sans intérêt de mentionner ici l’émotion forte qu’il a éprouvée pendant le transfert des reliques de Voltaire au Panthéon, à Paris où les Français glorifiaient l’homme qui illumina l’esprit de l’humanité. « J’ai vu tout cela de ma fenêtre avec beaucoup d’autres savants français et anglais qui étaient venus exprès chez moi ce jour-là. Ce n’est pas, mon cher ami, la magnificence de l’enterrement qui m’a frappé ; ce ne sont pas non plus l’or et l’argent qui étincelaient de tous côtés, qui ont ébloui mes yeux ; mais lorsque j’ai vu ses livres portés en triomphe et entourés par une foule d’académiciens, c’est alors que j’aurais voulu vous avoir auprès de moi, témoin et de mon indignation et de mes larmes ; oui, de mes larmes, mon ami, des larmes véritables, des larmes amères, que m’a fait répandre le souvenir qu’ainsi autrefois nos ancêtres, les inimitables Grecs, savaient honorer la sagesse. Et quels autres, si ce n’est eux, ont donné les modèles et les exemples de tout ce que l’on voit de beau aujourd’hui chez les Européens ? »[24]. Il voit aussi de ses yeux l’arrivée de Louis XVI à Paris (le 17 juillet 1789), « tout pâle dans son carrosse, entouré de huit ou neuf cent mille hommes, sans garde du corps »[25], de même que l’enterrement de Mirabeau en avril 1791 : « Je me suis trouvé moi-même spectateur de cette magnifique cérémonie funèbre »[26]. Il est également dans la rue, dans la foule, le jour de la prise de Bastille : « Il était six heures et je sortais, selon mon habitude, pour aller au café lire les journaux anglais, car au milieu de tous ces troubles et de ces émeutes, ne croyez pas que je gardais la maison ; au contraire, je sortais chaque jour pour voir de mes yeux toutes ces choses terribles qui étaient nouvelles pour moi comme pour tous les autres. En allant donc au café, je rencontrai les vainqueurs de la Bastille, suivis de trois ou quatre cent mille gens du peuple qui promenaient dans toutes les rues de la ville, sur de longues piques (spectacle horrible), des têtes sanglantes »[27].

Par conséquent, la France, et surtout la Révolution française, constitue un modèle pour la renaissance idéologique et politique de sa patrie assujettie. Selon ce représentant du libéralisme européen, l’éducation est donc le seul moyen pour encourager la lutte contre toute forme de tyrannie et « la multiplication des livres est le moyen le plus fort pour la répandre »[28]. Répandre donc l’instruction dans son pays devient définitivement sa tâche intellectuelle.

Pour accomplir sa mission, la lutte pour l’indépendance de la Grèce, il crée ou enrichit des bibliothèques et il prépare les éditions des principaux auteurs de la littérature grecque ancienne avec de longues préfaces dans le langage courant[29]. Coray savait bien le rôle unificateur de la langue[30] et son importance comme facteur de civilisation[31]. Selon lui, la langue nationale reflète la pensée, la conscience et l’histoire d’un peuple[32], c’est la raison pour laquelle l’étude sérieuse du grec ancien et du latin, qu’il considère comme un des dialectes du grec[33], pourrait aider ses compatriotes non seulement à améliorer leurs connaissances sur leur langue maternelle à usage courant, mais aussi à comprendre l’ampleur de la sagesse grecque dans le monde. Telle était l’origine de la Bibliothèque hellénique dont il a édité le premier volume en 1805 et finit l’édition des dix-sept volumes en 1827. Pour chaque auteur grec édité, Coray rédigeait aussi des introductions détaillées accompagnées de nombreuses notes. Par ailleurs, il n’hésitait pas à faire des digressions en insérant une interprétation personnelle des événements politiques[34] survenus en Grèce.

Dans son désir de répandre la culture dans son pays et d’inciter les Grecs à comprendre l’ampleur de leur histoire, Coray édite des textes qui ne sont pas importants seulement pour l’éducation morale et politique de ses compatriotes[35], mais il s’agit des textes qui ont été la source du développement culturel et intellectuel de toute l’Europe[36] (Homère, Isocrate, Démosthène, Plutarque, Platon, Xénophon, Aristote, etc.) Dans les Réflexions improvisées, Coray dit que sans nos ancêtres brillants, l’Europe dormirait encore, peut-être, dans l’obscurité du manque d’instruction et de sauvagerie[37]. En outre, d’autres travaux philologiques, ses diverses traductions (Hippocrate, Strabon, etc.), ses nombreuses lettres, biographies des auteurs anciens et essais deviennent ses instruments pour encourager moralement ses compatriotes, les affranchir intellectuellement[38], leur faire prendre conscience du droit de la liberté, de la justice, de l’égalité, et les mobiliser pour revendiquer leur indépendance. « Je suis amoureux fou de la liberté, mais j’aime aussi la justice. La liberté sans la justice est un pur brigandage »[39]. Coray devient un des plus fervents apôtres de l’indépendance de son pays qu’il aimait avec passion et il eut la consolation de la voir se réaliser avant de fermer les yeux.

Pour finir ces remarques introductives sur la vie de Coray, de ce savant aux deux patries, nous estimons que ce serait intéressant de citer quelques vers de deux pamphlets[40] de Coray pour montrer comment le monde spirituel de Coray se trouve au cœur du grand débat idéologique et révolutionnaire provoqué par la Révolution française. Il s’agit de deux textes qui exhortent chaleureusement les Grecs à soutenir la campagne de Napoléon en Égypte en 1798 contre l’Empire ottoman. Une exhortation qui est considérée comme une préparation morale des Grecs à leur lutte contre le despotisme ottoman :

Français admirables et généreux

Comme vous aucun autre peuple,

Excepté les Grecs, n’est courageux

Et entraîné à l’effort.

Amis de la liberté,

Du salut des Grecs,

Puisque nous avons les Français,

Quel besoin aurions-nous d’autres ?

Français et Grecs ensemble,

Unis par l’amitié,

Ne sont pas Français ou Grecs

Mais une nation gréco-française….

 

L’amour de Coray pour sa deuxième patrie, la France, se manifeste aussi sur son épitaphe, composée par lui-même et gravée sur son tombeau :

 

ΑΔΑΜΑΝΤΙΟΣ ΚΟΡΑΗΣ

ΧΙΟΣ

ΥΠΟ ΞΕΝΗΝ ΜΕΝ

ΙΣΑΔΕ ΤΗΙ ΦΥΣΑΣΗΙ Μ’ ΕΛΛΑΔΙ

ΠΕΦΙΛΗΜΕΝΗΝ ΓΗΝ

ΤΩΝ ΠΑΡΙΣΙΩΝ

ΚΕΙΜΑΙ

 

Adamance Coray

de Chios

sous la terre étrangère

de Paris

que j’aimai à l’égal de la Grèce

ma patrie

je repose ici.

 

 

À propos de la traduction de l’autobiographie[41]

 

Du vivant de Coray, deux biographies ont été publiées[42] qui présentaient cependant des inexactitudes et des erreurs sur sa vie. Pour réparer ces erreurs, Coray prend la plume pour écrire sa vie, selon la proposition d’un de ses compatriotes de Chios, Eustrate Rhallis.

Le manuscrit autographe[43] de son autobiographie se trouve à la Bibliothèque de Chios « Adamantios Korais »[44] et la première édition de ce texte a eu lieu après sa mort, à Paris en 1833[45] « φιλοτίμῳ δαπάνῃ τῶν ὁμογενῶν », « aux frais de ses compatriotes ». Un an plus tard, en 1834, ce texte a été traduit en latin par Christian Fürchtegott Becher sous le titre « Βίος Ἀδαμαντίου Κοραῆ, συγγραφεῑς παρὰ τοῦ ἰδίου, Vita Adamanti Corais ab ipso conscripta »[46] et en 1887, il a été traduit en français par le baron Paul d’Estournelles de Constant[47].

Nous avons pris la décision de proposer une traduction de l’autobiographie d’Adamance Coray pour les raisons suivantes.

D’abord, sa lutte continue contre les difficultés et les obstacles pratiques de la vie pour suivre ses idéaux peut être considérée comme un enseignement important, surtout pour les jeunes gens qui se laissent souvent décourager par les conditions défavorables ou bien par la crise politique, sociale, économique et éthique du monde actuel. L’insistance de Coray sur le rôle primordial de l’instruction – surtout par l’étude de textes classiques – pour la liberté intellectuelle et l’indépendance de sa nation aide les lecteurs à comprendre que les textes classiques peuvent former le caractère et la conscience des citoyens du monde. Par ailleurs, il avait toujours une santé précaire, ses moyens financiers étaient très faibles et il se trouvait souvent dans un accablement moral, rongé aussi par la nostalgie de sa patrie. Cependant il a refusé de poser sa candidature pour un poste académique au Collège de France[48], comme le lui suggéraient ses amis ; il s’agissait d’un poste qui lui aurait permis d’améliorer radicalement ses conditions de vie. Il l’a refusé parce qu’il voulait consacrer toute sa force intellectuelle à la régénération de sa nation et parce qu’il ne voulait pas perdre sa liberté de pensée. L’amour pour la liberté, l’amour pour l’instruction, ces deux passions expriment, selon nous, la quintessence de la vie et de la personnalité de Coray.

Ensuite, nous avons traduit ce texte parce que nous partageons l’opinion de K. Amantos pour qui ce texte est un classique de la littérature grecque moderne[49] qui mérite l’attention des chercheurs et de tous les lecteurs modernes. Nous pensons, de surcroît, que ce texte devrait être intégré dans le programme scolaire en Grèce et en France afin que les jeunes apprennent la vie et l’œuvre importante d’un savant grec qui avait choisi la France comme seconde patrie. Un savant qui avait quand même mené une vie de bohème pendant les premières années de sa jeunesse à Amsterdam. « Ma jeunesse était agitée par l’orage des passions »[50], dit le jeune Coray, et la seule chose qui l’a sauvé de « ce naufrage moral » a été son amour pour l’instruction et son ambition d’être digne de l’affection de ses maîtres. Une autre pensée de Coray qui peut servir d’ enseignement pour la jeunesse et les pédagogues d’aujourd’hui.

Par ailleurs, ce texte important n’a pas suffisamment attiré l’intérêt des chercheurs et des traducteurs modernes. On ne trouve qu’une traduction latine en 1834 et une traduction française en 1887 où il y a souvent des périphrases, des omissions et quelques passages en grec ont été mal compris, comme nous le montrerons à la suite de notre introduction.

Notre objectif est donc de proposer une traduction moderne d’un texte du XIXe siècle en respectant la construction, la syntaxe et le vocabulaire du texte, mais surtout en respectant la finesse de la langue de Coray.

Nous présentons donc notre méthode et nos options de traduction dans l’ensemble du texte afin de faire de l’autobiographie de Coray un texte actuel.

Tout d’abord, nous avons décidé de traduire les temps du passé en grec par un passé composé ou un présent historique en français au lieu du passé simple. Adamance raconte sa vie pour réparer les erreurs de ses biographes en s’adressant à ses lecteurs contemporains et aux lecteurs des générations à venir ; c’est la raison pour laquelle nous estimons que ce choix linguistique rend le texte « plus vivant et plus moderne ».

Ensuite, cette autobiographie est considérée comme un texte littéraire où on trouve l’emploi de figures de style. Il est donc nécessaire de traduire les passages en montrant l’aspect littéraire du texte. Nous présentons quelques exemples où on voit l’usage métaphorique du texte : « παρεκτὸς ὀλίγων στολισμένων μὲ ψευδοπαιδείαν πλέον παρὰ μὲ ἀληθινὴν παιδείαν », « à l’exception de quelques hommes ornés d’une pseudo-instruction plutôt que d’une véritable instruction ». En revanche, dans la traduction proposée par Paul d’Estournelles de Constant en 1887, on ne voit pas le sens figuratif des mots, mais il vise à expliquer plutôt le sens des phrases dans l’ensemble de sa traduction : « à l’exception de quelques hommes qui avaient une instruction plutôt fausse que véritable ». Nous proposons également deux autres exemples pour justifier notre remarque : « ἐπυρώθη μὲ τὸν ἔρωτα τῆς παιδείας », « il s’est enflammé d’ amour pour l’instruction» (nous traduisons) au lieu de « il se passionna pour l’instruction » (1887) ; « κυβερνήτας στολισμένους με παιδείαν », « gouverneurs ornés d’ instruction » (nous traduisons), au lieu de « gouverneurs instruits » (1887) etc.

Par ailleurs, nous préférons suivre l’ordre des mots, la construction et la syntaxe du texte grec en évitant d’ajouter des mots dans notre traduction : « Οὗτος μὴ γεννήσας ἀρσενικόν, ἐπαρηγόρησε τὴν ἀποτυχίαν του, σπουδάσας νὰ ἀναθρέψῃ ὡς υἱούς, τὰς τέσσαρας θυγατέρας του », « N’ayant pas eu de garçons, il s’est consolé de son échec en s’occupant d’élever comme des fils ses quatre filles ». En revanche, dans la traduction de 1887, on voit fréquemment des périphrases, des ajouts et parfois des paraphrases du texte grec : « Comme il ne lui était pas né de garçons, Coray s’occupa pour se consoler de ce qu’il regardait comme un malheur à élever comme des fils ses quatre filles » (1887). Dans ce passage, on voit également que le traducteur propose le nom de Coray comme le sujet de la phrase, mais il est évident qu’il se trompe parce que l’auteur parle de son grand-père, Adamance Rhysios. Et il y a dans l’ancienne traduction plusieurs autres exemples de périphrases, d’ ajouts et de paraphrases qui s’éloignent beaucoup de notre traduction. À titre indicatif, nous en présentons quelques-uns : « νὰ μὲ δανείζῃ Λατίνους ἐνδόξους συγγραφεῖς », « qu’il me prêtait les auteurs latins renommés » (nous traduisons), mais on voit que le traducteur en 1877 ajoute des mots qui ne se trouvent pas dans le texte grec : « me prêtant les meilleurs auteurs latins qu’il possédait » ; « βλέποντες […] καὶ τὸν μέγαν κίνδυνον τῆς [..] ὑγείας μου », « et voyant […] le grand danger […] que courait ma santé » (nous traduisons) au lieu de « et en présence du danger que courait ma santé » (1877) ; συχνάζων ὅπου εὕρισκε κανένα λόγιον ἄνδρα διὰ νὰ ποτίζῃ τὴν δίψαν του μὲ τὴν ἀκρόασιν τῆς παλαιᾶς Ἑλληνικῆς σοφίας, « en fréquentant des lieux où il pouvait trouver quelqu’un de savant afin d’étancher sa soif par l’apprentissage de l’ancienne sagesse grecque » (nous traduisons) au lieu de « en fréquentant partout où il les pouvait rencontrer, les savants, pour apprendre d’eux l’antique science grecque » (1877). Dans l’ensemble de l’ancienne traduction, on voit donc la tentative du traducteur d’expliquer le sens de la traduction, sans suivre constamment l’ordre des mots du texte grec ni traduire constamment la forme originale du texte.

Par la suite, nous tentons de traduire les « mots-clés » de cette autobiographie avec constance. Qu’est-ce qu’on définit comme « mots-clés » dans l’autobiographie d’Adamance Coray ? Il s’agit des mots qui se répètent dans l’ensemble du texte et constituent les piliers de sa pensée et de sa personnalité : παιδεία « instruction », σοφία « sagesse » et ἐκπαίδευσις « éducation ».

Cependant, pour une seule expression nous n’avons pas suivi cette option de traduction, pour rendre la phrase plus compréhensible :« κακοκτισμένην σοφίαν » « une éducation mal faite ».

Enfin, on trouve dans le texte « le terme technique » : Αὐτοσχέδιοι στοχασμοί que Paul d’Estournelles de Constant par « Réflexions personnelles ». Il s’agit concrètement des textes où Adamance Coray développe son opinion personnelle sur des questions pédagogiques, éducatives, linguistiques, politiques, etc[51]. Précisément, il s’agit des digressions dans ses éditions de textes classiques où il montre son monde spirituel et idéologique. Cependant, il s’agit de réflexions personnelles, qui se présentent, d’une certaine manière, sous la forme d’un essai libre, sans une structure précise et bien définie, c’est la raison pour laquelle nous proposons la traduction littérale du titre « Réflexions improvisées ».

Enfin, traduire les textes d’Adamance Coray n’est pas une activité facile parce que l’objectif n’est pas seulement de respecter la forme originale de ses écrits en traduisant tous les mots du texte et en suivant la construction des phrases rédigées par lui-même ; l’objectif principal est de montrer – autant qu’il est possible – la finesse de la langue de ce savant du XIXe siècle qui a consacré toute sa vie à l’amour de l’instruction, de la liberté intellectuelle et de la langue grecque. Nous présentons ici une tentative pour montrer une petite image de ce grand penseur de la Grèce.

Georgia Kolovou

(Université de Nanterre, Paris X)

 

Traduction de l’autobiographie d’Adamance Coray (par Georgia Kolovou)

 

Vie d’Adamance Coray

 

« S’il t’est agréable de rappeler les périls que tu as courus, il n’est pas agréable aux autres d’entendre ce qui t’est arrivé »

Épictète, Manuel, XXXIII, 14

 

Un de mes amis, compatriote de Chios, un jeune homme de valeur (Eustratios Rhallis si ma mémoire ne me trompe pas), me demandait un jour qu’il se trouvait à Paris, si cela m’intéressait d’écrire mon autobiographie. La question m’a paru étrange ; il est possible que celui-ci ait trouvé ma réponse tout aussi étrange.

Celui qui raconte sa propre vie doit noter les actions grandioses et les fautes de sa vie avec une précision telle que ni il n’exagère les premières ni il ne diminue les secondes, ou se taire complètement. Chose extrêmement difficile en raison de la tendance innée que nous avons tous à l’amour-propre. Celui qui en doute, qu’il essaie de tracer seulement deux lignes de sa biographie et il comprendra la difficulté.

Des actions grandioses de ma vie, dignes d’être racontées, je n’en ai pas à énumérer ; mes fautes, j’aurais plaisir à les publier avec joie si je jugeais que leur publication pourrait corriger quelqu’un. J’écris donc des évènements simples de ma vie, et cela sans autre raison (j’en prends à témoin la vérité sacrée) que de réparer quelques erreurs de ceux qui ont voulu rédiger ma biographie (je ne sais pour quelle raison) même si je suis encore vivant.

Je suis né le 27 avril 1748 à Smyrne, fils aîné de Jean Coray dont la patrie [était] Chios, et de Thomaïde Rhysia de Smyrne. De leurs huit enfants, j’ai survécu, ainsi que mon frère André qui a trois ans de moins que moi. Mon père n’a pas eu le bonheur de recevoir de l’instruction, non seulement parce que toute la nation était, à cette époque-là, sans instruction (à l’exception de quelques hommes ornés d’une pseudo-instruction plutôt que d’une véritable instruction), mais aussi parce qu’il est resté orphelin dès son âge le plus tendre. Ma mère a reçu une éducation plus libérale, parce qu’elle a eu le bonheur d’avoir pour père Adamantios Rhysios, l’homme le plus savant, à cette époque, dans le domaine de la philologie grecque, qui mourut un an (1747) avant ma naissance. Il a travaillé, lorsqu’il était encore jeune, comme enseignant de philologie grecque à Chios ; ensuite, il est venu à Smyrne où il s’est marié avec une veuve d’Ancyre.

N’ayant pas eu de garçons, il s’est consolé de son échec en s’occupant d’élever comme des fils ses quatre filles, Thomaïde, ma mère, et ses trois sœurs, Anastasie, Théodora et Eudoxie. L’état de la nation était tel, à cette époque-là, que dans la grande ville de Smyrne, les filles de Rhysios étaient presque les seules qui savaient lire et écrire ; outre la lecture et l’écriture, elles ont appris aussi (mais bien peu) la langue grecque. Théodora, plus savante que les autres, mourut jeune fille, de l’épidémie. Ma mère comprenait suffisamment les ouvrages de l’Hellénisme décadent.

L’instruction de ma mère n’aurait pas été suffisante pour nous instruire, mon frère et moi, si les circonstances suivantes n’étaient pas survenues.

Mon père, quoique dépourvu d’instruction, était naturellement pourvu d’un esprit très fin et de nombreux autres dons de la nature ; de sorte qu’il a compris que l’instruction seule perfectionne les dons de la nature, et il s’est enflammé d’amour pour l’instruction ; mais ne pouvant plus l’acquérir à l’école, il en a comblé le manque, en fréquentant des lieux où il pouvait trouver quelqu’un de savant, afin d’étancher sa soif par l’apprentissage de l’ancienne sagesse grecque. Outre la finesse naturelle d’esprit, il avait aussi le don naturel de la parole comme l’a montré plus tard sa conduite politique dans le domaine de l’administration des affaires publiques, autant du moins que les tyrans le permettaient aux tyrannisés. Toute sa vie a été consacrée au souci de protéger les intérêts publics, aux dépens de sa propre fortune. Huit ou dix fois, il fut élu conseiller du peuple ; il ne s’est pas passé un an sans qu’il soit conseiller du peuple, administrateur de l’église ou de l’hôpital, ou premier maître de l’ensemble des marchands de Chios. Outre ces occupations, ceux qui avaient des désaccords commerciaux, domestiques ou d’autres différends quels qu’ils soient, recouraient à mon père, comme au seul homme capable de mettre fin à ces différends par son expérience, et de réconcilier ceux qui étaient divisés par son talent oratoire inné. Pour ces qualités [de mon père], mon grand-père maternel l’avait choisi pour gendre, ayant négligé [des gendres] beaucoup plus riches en fortune et en réputation ; [il s’agit des qualités] préférables par mon père pour la parenté du gendre.

Enflammé d’un tel amour pour l’instruction, mon père, il était normal qu’il s’occupe de l’instruction de ses enfants. Si mon grand-père avait encore été en vie, c’est sans hésiter à lui qu’il aurait voulu en confier le soin, mais sa mort l’a obligé à nous envoyer à l’école grecque de l’époque créée depuis peu par un homme de Chios, Pantaléon Sevastopoulos, et dirigée, à cette époque-là, par un moine, dont la patrie [était] Ithaque. Le maître et l’école ressemblaient à tous les autres maîtres et à toutes les écoles de la Grèce de cette époque-là, c’est-à-dire qu’ils donnaient un enseignement très pauvre, accompagné par une riche bastonnade. Ils nous battaient abondamment de sorte que mon frère, ne pouvant plus le supporter, a quitté l’école grecque contre l’avis de nos parents.

Deux causes ont surtout fortifié ma persévérance, l’amour de l’instruction et l’amour de l’honneur. L’amour de l’instruction n’était pas moins violent que l’amour proprement dit. L’amour de l’honneur était alimenté et augmenté, d’abord, par la réputation de sagesse et de vertu de mon grand-père, Adamantios Rhysios ; ensuite, par celle d’un autre parent un peu plus ancien, le médecin-philosophe Antoine Coray, et d’un troisième [parent], encore en vie à cette époque, qui enseignait la littérature grecque à Chios, l’hiéromoine Cyrille, neveu de mon père (par sa mère). J’aurais volontiers passé sous silence une autre cause de ma persévérance, l’ambition, si ce n’était pas tout à l’honneur de mon défunt grand-père et comme un exemple de ce que les parents doivent encourager leurs enfants et leurs descendants à poursuivre le bien.

J’ai dit que mon grand-père, très triste à cause du manque de garçons, avait eu à cœur de transmettre une partie de sa sagesse à ses filles. Après les avoir mariées dotées – outre le don d’argent, chacune d’elles a eu aussi une maison construite complètement – il attendait impatiemment d’elles des garçons dans le seul but de leur donner lui-même une instruction grecque.

Comprenant cependant que la mort approchait (dont [le signe] précurseur était sa cécité) et craignant l’échec de son objectif, il a écrit son testament. Le premier article rendait héritier de ses livres celui de ses futurs descendants mâles qui finirait, le premier, l’école grecque, en ayant appris au moins autant que ce que le maître de l’école savait. Les cousins, qui sont devenus mes rivaux et mes condisciples, n’ont pas montré moins de volonté [que moi] pour hériter des livres ; la chance cependant m’a fait sortir le premier de l’école et m’a rendu héritier de la bibliothèque de mon grand-père.

Les livres de mon grand-père n’étaient pas nombreux ; ils étaient cependant suffisants pour me faire comprendre combien faible était l’instruction acquise au prix de nombreuses bastonnades et combien ridicule était l’orgueil pour ma tête suscité par le titre que l’on donnait habituellement et communément, à cette époque, « Très Sage » ou bien « Très Savant » à tous ceux sans exception qui savaient les déclinaisons des noms et les conjugaisons des verbes.

J’ai frémi quand j’ai compris combien de livres me manquaient encore pour comprendre avec certitude les auteurs grecs et je me suis indigné en réfléchissant combien de temps j’avais perdu inutilement pour l’acquisition d’une science tellement faible, la science de quelques mots. La seule consolation que j’ai trouvée [était] ma jeunesse, qui me permettait de reconstruire, de quelque manière que ce soit, mon éducation mal faite. Mais dans une ville, même s’il s’agissait d’une grande ville comme l’était Smyrne à cette époque, manquaient les moyens pour une telle reconstruction ; et cela renforçait la haine alimentée depuis ma naissance dans mon âme contre les Turcs, cause de cette privation ; (et cela renforçait aussi) mon désir de renier ma patrie, que je considérais désormais davantage comme une marâtre que comme une mère. Un tel désir m’embrasait chaque jour et m’enflammait surtout à la lecture des discours de Démosthène, jusqu’au point de nuire à ma santé. À partir de treize ans, j’ai commencé à cracher du sang et j’en ai craché sans interruption jusqu’à vingt ans. Depuis cette période, je n’ai pas arrêté d’en cracher, mais avec de longs intervalles, jusqu’à près de soixante ans. Avec cela, ni ma mauvaise santé ni la crainte de l’aggraver n’ont empêché ma soif d’instruction.

J’ai trouvé avec peine un homme pour m’enseigner la langue italienne et j’ai rencontré une plus grande difficulté pour trouver un enseignant pour la langue française. La langue italienne était la seule langue, à cette époque, qu’on enseignait à quelques jeunes gens plutôt pour des besoins commerciaux que dans le but d’augmenter leurs connaissances ; et pour le français, j’ai songé, moi le premier quasiment, à chercher un enseignant, aidé par la contribution volontaire de mon père. Mais les enseignants de la langue italienne et de la langue française différaient en une seule chose de mon enseignant de la langue grecque dont j’étais délivré : le fait qu’on m’enseignait sans bastonnades.

Et j’étudiais ces deux langues, moins pour l’utilité résultant de celles-ci pour la lecture vu que je n’avais pas de livres italiens ou français et qu’il n’était pas facile d’en emprunter pour les lire, que comme une étape préliminaire à ma connaissance de la langue latine. Le désir d’apprendre cette langue a été allumé dans mon âme par les notes latines de plusieurs livres grecs, et en particulier les notes de Casaubon. Il s’était trouvé par hasard parmi les livres de mon grand-père l’édition réimprimée de Strabon par Casaubon, à Amsterdam. Je dis par hasard parce que de telles éditions à Smyrne, à cette époque, étaient quelque chose d’inouï. À l’école où j’étudiais, elle [l’édition de Strabon] ne se trouvait pas, et il est possible que mon maître n’ait pas connu du tout la bonne édition de Strabon. Mon grand-père l’avait obtenue, comme les bonnes éditions d’autres ouvrages, parce qu’il faisait du commerce surtout avec la Hollande, d’où il se préoccupait d’amener d’Amsterdam, de temps en temps, des livres grecs pour son propre usage. Toutes les fois que j’ouvrais Strabon, je me torturais à la seule vue des longues notes de Casaubon, dont j’espérais comprendre le texte, parce que je n’avais pas à attendre une grande aide de ce qu’on m’avait enseigné à l’école grecque.

Pour acquérir la connaissance de la langue latine, il aurait fallu recourir aux prêtres occidentaux qui se trouvaient à Smyrne, et surtout aux Jésuites, chose difficile à cause du préjugé contre eux, qui se nourrit surtout de la fureur de prosélytisme qui les possède, fureur si forte que les ennemis de Jésus, les Jésuites, croyaient et croient encore aujourd’hui que le retour d’un Grec dans leur église est un acte beaucoup plus méritoire que de convertir dix Turcs ou dix idolâtres. La chose aurait été beaucoup plus difficile, si mon grand-père avait été vivant ; comment était-il possible qu’Adamantios Rhysios me livre aux mains des Jésuites, lui qui a composé un poème complet en vers iambiques contre les abus du papisme, intitulé « Critique de la religion des Latins », en trente-six chapitres, et s’est occupé de l’imprimer à Amsterdam pour le distribuer gratuitement à ses congénères, comme un préservatif contre la drogue de la fureur papiste.

Ce que je cherchais avec un tel désir en passant d’un lieu à l’autre, la fortune me l’a apporté d’une manière inattendue. Et cette année, je crois, et je pense m’en souvenir avec reconnaissance comme [fut] la partie la plus heureuse de ma vie, parce que j’ai trouvé un maître capable non seulement de m’enseigner la langue latine, mais aussi de freiner les élans désordonnés de ma jeunesse bouillante.

Un homme sage, respectable et respecté était prêtre, à cette époque, dans la chapelle du consul des Hollandais, Bernhard Keun. Comme j’avais entendu dire qu’il cherchait un professeur grec de la langue grecque pour perfectionner la connaissance de cette langue qu’il avait déjà, j’ai offert, par un certain ami, mon enseignement à un élève qui connaissait la langue, peut-être, plus profondément que moi, et qui n’avait besoin que d’ apprendre la prononciation actuelle. Le bon Bernhard, croyant que je désirais un salaire en argent pour mon enseignement et prêt à payer, quand il a entendu que je ne voulais pas autre chose que de recevoir en retour l’enseignement de la langue latine, l’a accepté avec joie, plutôt par le désir bienveillant de servir un jeune homme plein d’ardeur pour l’enseignement, que par nécessité [de ne pas rendre une dépense], qui aurait cessé après quelques semaines. En effet, quelques semaines étaient suffisantes pour qu’il prononce la langue comme je la prononçais, et ensuite, sous le prétexte qu’il avait besoin [de mon enseignement], il m’a gardé beaucoup de temps encore ; tout le temps encore que j’ai passé à Smyrne avant mon départ. Sa bienveillance envers moi s’ est tant développée qu’il m’invitait à l’accompagner dans les promenades après le repas, qu’il m’enseignait toujours de vive voix tout ce qu’il savait être utile pour mon bonheur, qu’il me prêtait les auteurs latins renommés, et enfin qu’il me laissait seul dans sa bibliothèque, chaque fois qu’il était forcé de passer du temps hors de sa maison.

J’ai oublié de raconter qu’avant de connaître ce maître respectable, j’ai eu le désir d’apprendre la langue arabe. J’évite de mentionner la cause de ce désir, craignant de  paraître écrire un roman. Mais il fallait nécessairement prendre un maître turc, et cela m’ était impossible, parce que le nom seul de turc me provoquait des spasmes étranges. J’ai appris que la langue des Arabes avait un grand rapport avec la langue hébraïque, d’où j’ai décidé de demander et de trouver un maître d’hébreu. Mais quel maître ! Ils ont souffert eux-mêmes, les malheureux, ce que nous avons souffert ; comme nous avons perdu notre langue ancienne, nous en sommes réduits à ce que quelques gens croient être et appellent le bon grec, de même qu’ils s’enorgueillissaient de leur bon hébreu. Cependant, j’étudiais la langue hébraïque comme étape préliminaire à l’apprentissage de la langue arabe, ayant l’espoir de trouver aussi un jour un maître de cette langue qui ne fût pas Turc. La nécessité de payer le maître arabe m’a obligé naturellement à recourir à mon père. À cette époque (1764) et dans la situation de la nation, tout autre père, parmi les habitants de la ville sans exception, entendant son fils demander un maître de langue hébraïque, aurait appelé un médecin, croyant que son fils avait perdu l’esprit. Mais mon bon et sage père s’est contenté de me demander seulement à quoi servirait l’apprentissage de la langue hébraïque. Quand je lui ai dit que cela servirait à la compréhension plus exacte de l’Ancien Testament :

« Bien ! commence donc », m’a-t-il répondu. Jamais je ne me suis rappelé cette réponse laconique sans pleurer. Telle était son ardeur pour mon instruction, dont voici aussi la preuve : plusieurs fois, j’avais désiré, aux fêtes de l’Église, selon l’habitude des jeunes, un habit neuf de fête, et il le repoussait de Noël à Pâques et de nouveau de Pâques à Noël. Cependant, quand je demandais un maître, un livre ou tout autre instrument pour mon instruction, il ne le repoussait jamais.

Pourtant, l’ignorance de mon maître d’hébreu m’aurait éloigné de l’étude de la langue, si je n’avais pas trouvé dans la bibliothèque de mon autre bon et affectueux maître et père, Bernhard, des manuels pour cette langue, comme pour le grec et le latin. Mais cela a excité l’amour que j’avais conçu depuis longtemps de connaître l’Europe. Comme je voyais que les Européens, bien que n’étant ni Grecs ni Romains, avaient des manuels d’instruction grecque et romaine, sans être Hébreux, avaient des grammaires et des dictionnaires d’hébreu, inconnus chez les Hébreux ; il fallait, naturellement, conclure que dans l’Europe moderne s’étaient réfugiées les lumières de la Grèce, de Rome, de même que de la Palestine.

Mon père vendait de la soie, faisant du commerce dans la région de Smyrne appelée Bezestènes, où étaient aussi d’autres Chiotes, et non, comme le dit mon biographe, à Chios, d’où il est parti, dans son enfance, sans y jamais retourner. Il désirait étendre son commerce aussi par mer en Hollande, en imitant son beau-père et mon grand-père, mais il désirait avoir là-bas un homme à lui, et non pas faire le commerce par l’intermédiaire des Hollandais, comme le faisait mon grand-père. Après beaucoup d’obstacles de la part de ma mère, il fut décidé que j’irais à Amsterdam. Ma mère considérait le voyage par mer peu différent de ma mort ; moi, de mon côté, j’avais le dégoût de la vie commerciale, comme un grand obstacle pour profiter de l’instruction que je désirais. Cependant, je considérais ce voyage comme un grand bonheur, espérant que l’occupation du commerce me laisserait un temps suffisant pour thésauriser autant de sagesse que je pourrais, à défaut de toute celle dont j’avais soif.

Je suis donc monté à bord (1772) d’un navire danois et après 26 jours de navigation, j’ai débarqué à Livourne, et après quelques jours, d’ici à Amsterdam, muni de plusieurs lettres de recommandation. Une seule d’entre elles m’a servi, la lettre de mon ami et maître (Bernhard Keun), adressée à un autre ministre, son ami, nommé Adrien Buurt, un homme très savant, très respectable et très respecté parmi les ministres qui se trouvaient là.

Ce maître socratique m’a accepté comme son fils et après qu’il a examiné mes petites connaissances, m’a demandé si mes occupations commerciales me permettaient d’aller deux fois par semaine chez lui, afin d’apprendre tout ce qu’il jugeait nécessaire pour réfléchir bien, ce par quoi (disait-il) devait commencer l’instruction véritable. J’ai accepté – je ne dis pas avec joie, mais avec enthousiasme – cette invitation paternelle inattendue et j’ai appris de lui les Éléments d’Euclide et la science de logique. J’étudiais celle-ci dans un livre de logique rédigé par sa propre femme, la savante Carolina (Iosina Carolina van Lynden), ouvrage complétement différent de celui où j’ai appris la logique à l’école de Smyrne.

Cet homme savant et sa femme savante étaient sans enfants, cependant heureux, parce qu’ils contribuaient tous les deux au bonheur de leurs concitoyens. Outre leur riche bibliothèque, ils avaient aussi une salle d’histoire naturelle, et les deux jours de la semaine qui m’étaient accordés à moi, l’étranger, étaient aussi réservés aux fils et aux filles de plusieurs citoyens importants. Les filles venaient entendre l’enseignement de Carolina, et les fils recevaient l’enseignement de son mari, Adrien.

À la vertu de ces deux personnes respectables et de mon ancien ami et maître respectable, je dois non seulement la vertu, mais assurément le fait de réfréner mes passions. Ma jeunesse était agitée par l’orage des passions et la seule chose qui m’a sauvé du naufrage était le respect envers mes maîtres et l’ambition d’être digne de leur affection. Telle était, je le crois aussi maintenant, la jeunesse de mon père ; il est possible que même lui ne se serait pas sauvé, s’il n’avait pas eu l’ambition d’être digne de l’affection d’Adamantios Rhysis. Une leçon nécessaire pour les parents, ceux qui se préoccupent du salut de leurs propres enfants, qu’ils les confient à de tels maîtres, pour qu’ils n’admirent pas seulement leur sagesse, mais pour qu’ils aient aussi soif de leur affection et pour qu’ils tremblent d’encourir leur mépris.

J’ai passé six ans à Amsterdam, en m’occupant de commerce, et autant que l’occupation du commerce me le permettait, d’instruction ; dérangé sans cesse par mon envie forte de ne plus retourner dans ma patrie esclave. La haine contre les Turcs, nourrie dès l’enfance dans mon âme, est devenue, après avoir goûté la liberté d’une société régie par de bonnes lois, une répulsion furieuse. Un Turc et une bête sauvage étaient dans ma pensée des mots synonymes, et le sont encore, bien que dans le Lexique des ennemis du Christ, amis du tyran, ils signifient des choses différentes.

Malgré cela, j’ai été contraint d’y retourner, et je suis passé par Vienne (par où j’avais déjà dû passer avant d’aller à Amsterdam) afin de voir, pour une deuxième fois, mon oncle (le frère de mon père) Sophronios, archevêque de Belgrade, qui, persécuté par le pacha de cette ville, s’était réfugié sous la protection de Marie-Thérèse, impératrice d’Allemagne.

Après un séjour de quarante jours à Vienne, je suis passé à Trieste, et de là à Venise, où je suis resté presque tout l’hiver de l’année 1778, nourri encore par l’espoir de recevoir de mes parents la permission demandée de passer en France pour étudier la médecine. Mon but n’était pas de devenir médecin ; j’aspirais seulement à deux  choses : gagner du temps pour ne pas voir les Turcs, ou si j’étais finalement contraint de les voir, vivre parmi eux comme médecin, parce que cette nation sauvage est forcée de feindre une certaine douceur seulement envers les médecins.

Je suis arrivé à Smyrne, quelques jours après l’incendie qui a détruit une grande partie de la ville, encore ébranlée par un séisme. Les malheurs publics joints à mes malheurs personnels (puisque la maison de ma famille avait été aussi brûlée) ont changé ma répulsion de cohabiter avec les Turcs en une telle mélancolie que j’ai risqué de tomber dans la véritable folie. Et ici le nom folie n’est pas une hyperbole rhétorique ; aujourd’hui en me rappelant encore le désordre de ma tête dans ce temps-là, j’affirme que je serais devenu inévitablement fou sans les consolations quotidiennes de mon maître et ami, Bernhard. C’est presque seulement lui que j’ai fréquenté, la plupart du temps, en l’espace de quatre ans pendant lequel je restais encore à Smyrne, et le reste du temps, je me réfugiais à quelques stades loin de la ville, à la campagne, pour ne pas voir les Turcs. Mes parents nourrissaient encore l’espoir de me garder dans la patrie, et ils ont essayé tous les moyens, jusqu’à l’appât du mariage, pour me faire changer d’opinion. Cet appât aurait pu certainement me captiver, tant en raison de ma jeunesse qu’en raison de la beauté et encore de la richesse de la future mariée, orpheline d’un père extrêmement riche, si l’amour de la liberté ne m’avait pas forcé de dédaigner toutes les autres sortes d’amour. Mes parents, voyant que pas même cela ne pouvait me faire changer d’opinion, et [voyant] le grand danger que courait ma santé qui se ruinait chaque jour, m’ont permis enfin d’aller en France.

Pour abréger la narration des événements qui ont eu lieu dans cet intervalle, je suis passé de nouveau à Livourne, puis à Marseille, et je suis arrivé enfin à Montpellier, le 9 octobre 1782, et non 1787. J’y suis resté six ans, et non huit, à étudier la médecine, autant que me le permettait un corps affaibli par les fatigues quotidiennes de l’étude et par la pensée qui me rongeait comme les vers que je retournerais finalement dans la patrie opprimée par les Turcs.

À Montpellier j’ai appris la nouvelle désolante que mon père était mort le 21 juillet 1783, et que ma mère l’avait suivi un an après. Que leur mémoire soit éternelle ! Je souhaite de tels parents à tous les jeunes gens.

Ici je suis encore une fois forcé de corriger une autre erreur de mon biographe. Il dit que mon séjour à Montpellier et mes études ont été effectués grâce à une subvention annuelle de 2000 francs de Bernhard (Keun). Ce bon ami et maître me serait venu en aide avec joie, si sa situation financière lui avait permis de telles subventions. Il n’a pas manqué cependant, lui aussi et les membres de ma famille, de grossir par des dons temporaires l’aide [financière] donnée par mes parents aussi longtemps qu’ils étaient vivants et [que j’ai obtenue] après leur mort, de la vente de ma maison parentale qui avait été reconstruite, ainsi que de mes propres travaux. Parmi ces travaux il y avait aussi la traduction de l’ allemand en français du Catéchisme du Russe Platon, de la Médecine clinique de Selle que j’ai éditée en 1787 à Montpellier où je me trouvais, et certains autres ouvrages médicaux traduits de l’allemand et de l’anglais en français, et édités ensuite à Paris.

Quand j’ai fini mes études, j’ai désiré connaître aussi la nouvelle Athènes, Paris, pour éviter au moins la honte de ceux qui autrefois ne connaissaient pas l’ancienne. Je suis donc venu à Paris le 24 mai 1778, avec les lettres de recommandation de mes professeurs, dont la bienveillance envers moi, et en particulier celle de Broussonet, de Grimaud et de Chaptal, constituaient un des bonheurs de ma vie.

Mais je suis arrivé à une époque où allait se produire peu après cette situation étrange et la première dans l’histoire, attendue dès le milieu de ce siècle, le changement politique d’une nation dont on n’attendait pas un tel changement. Les Français, jusqu’alors semblables aux Athéniens par la sagesse, la douceur, la philanthropie, l’amabilité, étaient jugés aussi légers que les Athéniens, dignes des choses qu’a écrites le Comique Aristophane contre leur légèreté. Le changement [politique] a montré que dans cette nation légère en apparence se cachait un grand nombre de philosophes, que l’abus de la monarchie absolue de cette époque-là a découvert de manière inattendue et qui a fait d’eux les législateurs d’une nouvelle cité.

Mes doutes, jusqu’à ce moment-là, concernant le retour dans la patrie, que la mort de mes parents avait modérés, ont été désormais complètement levés par le changement politique de la France et j’ai décidé définitivement de ne plus vivre à l’avenir avec les tyrans. Cela a augmenté le désir que je nourrissais depuis longtemps de contribuer, autant qu’il est possible, à l’instruction de mes compatriotes, et en particulier après avoir eu l’information que c’était le progrès et le développement de l’instruction dans la nation française qui avaient engendré l’amour de la liberté. Comme seul moyen de réaliser cette contribution, je trouvais les éditions des auteurs grecs avec de longues préfaces en langue commune, pour qu’ils soient lus non seulement par les étudiants de la langue ancienne, mais aussi par les hommes du peuple. Cependant pour cette entreprise, il fallait une plus grande connaissance de la langue grecque pour l’édition critique du texte des auteurs. C’est donc à atteindre cette entreprise que j’ai porté toute mon attention, en abandonnant le métier de médecin et toute autre occupation.

Ces troubles produits ensuite par les démagogues de France, complètement différents des chefs du changement politique, devaient nécessairement créer un démagogue plus fort, afin qu’il fasse cesser les troubles, et ils l’ont créé. C’était le fameux Napoléon. Doué des qualités de gouvernement et de stratégie supérieures à toutes celles que l’histoire nous a transmises, et créé par la nature pour inspirer la terreur aux perturbateurs et le respect à ceux qui désirent la tranquillité, il s’est trompé sur une seule chose : le fait qu’il n’a pas compris quels fruits attendaient les hommes de ses qualités. Au lieu de libérer les peuples d’Europe, épuisés, de leurs despotes, il a préféré devenir lui-même le despote des despotes. Au lieu de semer le bonheur dans toute l’Europe et de devenir un dieu sur la terre, célébré par les hymnes immortels de la génération présente et de la génération infinie qui suit dans l’avenir, il a préféré les adulations dégoûtantes de dégoûtants flatteurs. Il s’est bien égaré, le malheureux.

Cet homme, qui avait accompli de grandes choses, sans être un grand homme, étant consul (consulat qui devait l’anéantir lui-même ainsi que les nombreuses espérances et les grands bienfaits qu’on attendait de lui) a désiré la traduction de la Géographie de Strabon. Mon ancien professeur de chimie, à Montpellier, Chaptal, ministre du consulat à cette époque-là, a proposé comme traducteurs du texte La Porte du Theil et moi, et un troisième, le géographe Gosselin, pour les observations géographiques, en fixant pour chacun de nous un salaire annuel pour le travail de 3000 francs, et non une pension annuelle, qui devait être fixée plus tard.

En 1805, nous avons rendu à Napoléon (non plus consul, mais empereur) le premier tome imprimé de la traduction de Strabon. Avant de rendre le deuxième tome, outre le salaire annuel de 3000 francs, il a gratifié encore chacun de nous de 2000 francs, pension à vie. Quand nous est parvenue l’annonce inattendue de la pension, soupçonnant (je ne sais pas pourquoi) les munificences de Napoléon et craignant qu’elles ne m’obligent un jour à être reconnaissant [envers Napoléon] au –delà de la justice, j’ai désiré me libérer de cette munificence. Ne pouvant cependant pas le faire seul, j’ai fait valoir à mes collaborateurs l’argument que, comme la traduction de Strabon devait être longue, ce serait avantageux pour nous de refuser soit le salaire soit la pension, et mes collaborateurs l’ont accepté sans opposition. Nous avons écrit donc tous trois en commun au ministre de l’époque pour renoncer au salaire annuel de 3000 francs et nous contenter de la pension de 2000 francs à vie. La réponse du ministre était un éloge de notre désintéressement, comme il l’appelait, et la suppression du salaire annuel. Si j’avais prévu tous les maux que devait provoquer à la Grèce l’alliance composée dans le but d’empêcher la liberté des peuples, et irrespectueusement nommée : Sainte Alliance, j’aurais préféré certes que ma patrie se gouverne aujourd’hui par le sceptre d’un Napoléon, persécuteur des Turcs de la Grèce, plutôt que par la barre de fer de plusieurs despotes absolus, dont aucun ne vaut Napoléon.

Pendant la période où ce malheureux Napoléon régnait, quelqu’un parmi beaucoup d’autres a proposé à feu Clavier et à moi, de nous désigner, avec une rémunération annuelle généreuse, comme censeurs, lui pour les livres édités en latin, moi, pour les livres édités en grec ancien et en grec moderne. Avec effroi, mon ami a refusé cette proposition et m’a incité à ne pas réagir avec moins d’effroi, en réfléchissant que celui qui espérait de nous un tel travail, il était possible qu’il nous juge capables de faire, contre un salaire, d’autres choses plus indignes.

Mais je laisse ce héros (plus malheureux parce qu’il a séparé ses intérêts propres des intérêts communs que parce qu’il a été détruit par des despotes incomparablement inférieurs à lui) et je poursuis l’histoire du reste de ma vie.

Ici je dois raconter un des bonheurs de ma vie que j’aurais passé sous silence si mes amis ne me blâmaient pas comme orgueilleux, et mes ennemis comme indigne. J’abhorre l’orgueil et j’ai aussi le dégoût d’être jugé complètement indigne. Certains se demandaient pour quelle raison je n’ai jamais demandé à être élu membre de l’Université. Voici comment la situation s’est déroulée. Celui qui désire être élu membre de l’Université doit, d’abord, demander par lettre au président de l’inscrire sur la liste des candidats ; il doit, en deuxième lieu, avant le vote, visiter en personne chacun de ses électeurs et le prier humblement de lui accorder son suffrage. Je connaissais seulement le premier devoir et j’ai rempli la première tâche, non comme devoir nécessaire, mais comme si c’était une coutume irréprochable, et je me suis inscrit comme candidat.

L’année même (1805) de l’édition du premier volume de Strabon en français, j’ai édité aux frais de la famille de Zosimas l’Introduction de la Bibliothèque grecque, avec une préface très détaillée, intitulée Des réflexions improvisées. Leur diffusion en Grèce et la faveur de la nation pour moi, suscitée par celle-ci, m’ont appris que la nation avait commencé à sentir la nécessité de l’instruction, et ont augmenté les espérances en l’approche de sa liberté que j’avais exprimées cinq ans auparavant. Je me suis trompé sur un seul point : la révolution contre le tyran, que ma pensée l’avait placée vers le milieu de ce siècle, a eu lieu trente ans plus tôt. Le fait que [la révolution] a eu lieu à contretemps a été montré par la hardiesse des chefs de la révolution (soit agissant spontanément, soit incités par la Russie) et par la conduite ultérieure de plusieurs citoyens en Grèce, qui est tout à fait insensée jusqu’à aujourd’hui; conduite qui a causé une si grande effusion de sang innocent, et pour un peu, qui aurait effacé le nom grec lui-même de la surface de la terre, si les soldats appelés contre le tyran, sur terre et sur mer, n’avaient pas fait des exploits vraiment dignes de ceux de Marathon et de Salamine. Si la nation avait aussi des chefs pourvus d’instruction (et elle les aurait eus sûrement, si la révolution avait eu lieu trente ans plus tard), elle ferait la révolution avec plus de prévoyance, et elle inspirerait aux étrangers un respect tel qu’elle évite tous les maux qu’elle a subis de la Sante Alliance antichrétienne. Mes éditions n’ont pas manqué de provoquer des ennemis, quelques commentateurs scolastiques, joints à un petit nombre de ceux du bataillon sacré, qui m’ont combattu sans vergogne comme novateur, non seulement en matière d’instruction, mais aussi en ce qui concerne ma religion. Je regrette maintenant de les avoir combattus à mon tour ; j’aurais réagi plus prudemment, si j’avais suivi le sage précepte d’Épictète : « Cela lui a paru bon ainsi ». Avant que quelqu’un n’entreprenne de donner des conseils pour la correction des œuvres mal faites, il faut prévoir aussi la future guerre inévitable de la part de ceux dont l’honneur et le bonheur dépendent et se nourrissent des œuvres mal faites ; et au lieu d’espérer de ceux-ci une chose impossible, la paix, il faut poursuivre son travail paisiblement, en se contenant de la bienveillance de ceux qui en profitent.

Avant de commencer la Bibliothèque grecque, j’ai édité (1799) les Caractères de Théophraste en grec et en français, avec une préface et des notes françaises, de même le Traité des airs, des eaux, des lieux (1800) d’Hippocrate, la Trompette Guerrière (1801), la première édition (1802) de la traduction de Beccaria, le Mémoire sur l’état actuel de la civilisation de la Grèce (1803), après l’avoir lu, d’abord, à la Société – de l’époque- des observateurs de l’homme, et les Éthiopiques d’Héliodore, avec des notes grecques, et une préface à la langue moderne des Grecs (1804). Après Héliodore, j’ai commencé (en l’an 1805) la Bibliothèque grecque nommée plus haut. Je l’ai continuée sans interruption jusqu’au commencement du changement politique des Grecs, avec un plaisir des lecteurs si grand, que certains de mes congénères jugeaient utile de réunir et d’éditer dans un volume séparé la préface sur chaque auteur ou les Réflexions Improvisées.

Le caractère importun plutôt que l’inattendu du changement politique des Grecs a coulé une telle frayeur dans mon âme, que si c’était possible dans la nature elle-même de cette chose et dans ma situation financière, je voudrais publier dans le même volume tous les écrivains moraux et politiques, pour atténuer, si c’était possible, les maux attendus du changement [politique].

Mais, d’une part, les frères Zosimas (pour certaines circonstances inattendues) avaient cessé depuis longtemps leur contribution aux frais d’impression ; d’autre part, ma situation financière ne suffisait pas à payer autant d’assistants ou de correcteurs que nécessaires pour publier en même temps de nombreux volumes.

J’ai commencé donc (1821) par la publication de la Politique d’Aristote. En moins d’un an (1820), j’avais traduit et publié anonymement le Conseil paradoxal des trois évêques adressé au pape Jules III. Le but de la publication de cet ouvrage était la correction et en même temps la justification de l’Église d’Orient. Il était impossible que la longue servitude, ayant détruit l’instruction de la nation, ne corrompît pas le clergé et ne confondît pas nos sentiments religieux ; mais quels que soient et en quel nombre que soient les péchés des chrétiens d’Orient comparés aux horribles abus de la cour papale, dans la balance de la justice, ils doivent être comptés comme quelques gouttes d’eau dans l’océan, et les défenseurs de la cour papale, accusant amèrement les Grecs pour cela, accusent aussi les hommes irrités par un brin de paille, alors qu’ils sont eux-mêmes aveuglés par une très large poutre. Condamner tous les prêtres d’Orient pour la mollesse de quelques archiprêtres sardanapales qui vivent dans le luxe à Byzance, c’est la même chose que de comparer tous ceux qui ont une vie mondaine aux Phanariotes de Byzance.

 

À Paris, 23 décembre 1829

 

 

 

Note bibliographique

Sur la biographie d’Ad. Coray, voir l’étude de D. Therianos, Adamantios Koraés », vol. 3, Trieste,  1889-1890 ; P. M. Kitromilides, « Itineraries in the World of Enlightenment : Adamantios Korais from Smyrna via Montpellier to Paris », Adamantios Korais and the European Enlightenment, Voltaire Foundation, University of Oxford, Oxford, 2010, pp. 1-33 ; A.V. Daskalakis, Αδαμάντιος Κοραής και η ελευθερία των Ελλήνων, Athènes, Afi Klisiuni,1965 ; G. Aujac, « Adamantios Coray (1748-1833), grec de Smyrne, parisien d’adoption, un philologue engagé », Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques : Célèbres ou obscurs : hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire, Bordeaux, 2009, Paris, Éditions du CHTS, 2012, pp. 13-22 ; A. Koumarianou, « Βιογραφικά Κοραή », Afierôma ston Korai, Kathimerini, Athènes, 1998, pp. 2-5 ; V. Rotolo, A. Korais e la Questione della Lingua in Graecia, Palermo, Presso l’Accademia, 1965, pp.5-50; G.R.L. de Sinner, « Coray (Diamant) », Biographie Universelle, ancienne et moderne, Supplément, vol. 61, Paris,1836, pp. 358-375. Sur la personnalité d’Ad. Coray, voir aussi l’article de K. Amantos « Μια ψυχογραφία του Κοραή », Nea Estia, 1933 dans Ad. Coray, Apanta, I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 432-438 ; K. Th. Dimaras, « Κοραής », Istoria tis Ellinikis Logotehnias, 1968 dans Ad. Coray, Apanta, I éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 466-468; S. Melas, « Ο παιδαγωγός του εθνους », Anekdotos tomos biographiwn, dans Ad. Coray, Apanta, I., éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 451-465.

[1] Je tiens à exprimer, en tout premier lieu, ma très grande reconnaissance envers ma collègue Camille Denizot (Université de Nanterre, Paris X) qui a lu attentivement ma traduction et a fait des remarques particulièrement riches et importantes qui m’ont permis d’améliorer mon texte. Je remercie également Monsieur le Professeur G. Varsos (ancien directeur de ma recherche postdoctorale à l’Université d’Athènes) qui a fait des remarques pleines de sens aux premières étapes de la réalisation de cette publication.

[2] Centenaire de Coray 1833-1933, Αυτοβιογραφία Αδαμάντιου Κοραή μετa γαλλικού προλόγου, Préface par P. Lascaris, Paris, Agon,1933, p.11.

[3] Coray a écrit son testament le 3 mai en 1825 : Ad. Coray, « Η τρίτη διαθήκη του », Apanta, I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969, pp. 414-416.

[4] Nous savons par la riche correspondance de Coray qu’il avait habité longtemps dans le 6e arrondissement 15, rue Madame. Par son acte de décès, nous apprenons qu’il était décédé en cette même demeure. Sur ce point et sur les documents trouvés aux archives du cimetière Montparnasse, voir P. K. Enepekides, Documents notariaux inédits sur Adamantios Coray, tirés des archives d’une étude parisienne et des archives de la Seine, Académie Verlag, Berlin, 1959, pp. 1-3.

[5] Son maître ne l’a pas aidé seulement à obtenir une bonne éducation, mais il l’a aussi soutenu moralement et psychologiquement pendant la période de sa dépression à Smyrne. Ad. Coray dit pour le rôle de son maître dans sa vie : « Keun est un Homme, je n’ai pas de meilleur titre à lui attribuer », D. Therianos, Adamantios Koraés, vol. 1, p. 97.

[6] Voir Ad. Coray, Apanta, I, pp. 432-433 : Amantos, « Μια ψυχογραφία του Κοραή », Nea Estia, 1933, pp. 432-438.

[7] Sur sa vie à Amsterdam, voir S. Petrou, Γράμματα απο το Άμστερνταμ, éd. Ph. Iliou, Athènes, 1976 ; B. J. Slot « Commercial activities of Korais in Amsterdam », O Eranistis, 16, 1980, pp. 155-139.

[8] Sur ce point, voir aussi D. Therianos, Adamantios Koraés,vol. 1, pp.100-101 ; N. A.E. Kalospyros, O Αδαμάντιος Κοραής ως κριτικός φιλόλογος και εκδότης, vol. I, Athènes, 2006, pp.158-159. Par ailleurs, la vie sociale à Amsterdam était une invitation aux petits moments du bonheur de la vie, au théâtre, à l’opéra, au bien-être et au plaisir. Sur ce point, voir aussi S. Petrou, Γράμματα απο το Άμστερνταμ, éd. Ph. Iliou, Athènes, 1976.

[9] Voir S. Petrou, Γράμματα απο το Άμστερνταμ, 1976 ; B. J. Slot, « Commercial Activities of Korais in Amsterdam », pp. 55-139.

[10] Sur la vie d’Ad. Coray à Montpellier, voir D. Therianos, Adamantios Koraés, vol. I, pp. 122-27.

[11] Voir D. Therianos, Adamantios Koraés, vol. I, pp. 125-128 ; N. Nikolaou, « Η ιπποκρατική φιλολογία και ο Κοραής », Diimero Korai 29 kai 30 Apriliou 1983. Proseggiseis sti glossiki theoria, ti skepsi kai to ergo tou Korai, Athènes, 1984, p. 170 ; Voir R. D. Argyropoulos, « Adamance Coray et sa réflexion philosophique : vers une anthropologie médicale et culturelle », Adamantios Korais and the European Enlightenment, Voltaire Foundation, University of Oxford, Oxford, 2010, pp. 187-212.

[12] D. Therianos, Adamantios Koraés, vol. 1, pp. 147-149.

[13] J. Bompaire, « Coray citoyen de Paris », Diimero Korai 29 kai 30 Apriliou 1983. Proseggiseis sti glossiki theoria, ti skepsi kai to ergo tou Korai, Athènes, 1984, p. 211.

[14] Ibid. p. 215.

[15] Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du XVIIIe siècle, Paris, 1910.

[16] Charles Joret, D’Ansse de Villoison et l’hellénisme en France pendant le dernier tiers du XVIIIe siècle, Paris, 1910. Sur le manuscrit, voir Recapturing a Homeric Legacy. Images and insights from the Venetus A manuscript of the « Iliad », éd. Casey Dué, Cambridge Mass., 2009.

[17] Ad. Coray écrit de Montpellier à son ami de Smyrne, Démétrius Lotos (15 janvier 1788) : « Il m’invite, mon ami [d’Ansse de Villoison], à aller à Paris ; qu’en dites-vous ? M’en donnez-vous le conseil, oui ou non ? Paris est en réalité et est considérée aujourd’hui comme une nouvelle Athènes en Europe, et généralement vous savez quelle considération avaient pour Athènes nos ancêtres », Lettres de Coray au protopsalte de Smyrne Dimitrios Lotos sur les événements de la Révolution française (1782-1793), traduites du grec et publiées par le Marquis de Queux de Saint-Hilaire, Paris 1880,pp. 40-41.

[18] Sur ce point, voir Th. I. Papadopoulos, « Οι αγώνες του Κοραή στο Παρίσι για εξασφάλιση εισοδημάτων επιβίωσης », Praktika Synedrioy « Koraïs kai Chios », t. I, Athènes, Omireion Pneumatikon Kentron, 1984, pp. 349-388.

[19] Voir D. Therianos, Adamantios Koraés, vol. I, pp. 126-127.

[20] Selon l’étude de D. Therianos, Adamantios Koraés, 1889, Adamance Coray devient un témoin oculaire et auditif de la Révolution française et plusieurs auteurs renommés de la France renvoient aux textes et aux descriptions de Coray, comme à des sources objectives (vol. 1, p. 180). Voir aussi P. M.

[21] ibid., p. 272.

[22] Voir Lettres inédites de Coray à Chardon de la Rochette (1790-1796), éd. Émile Egger et Marquis de Queux de Saint Hilaire, Paris, 1877, préface pp. XIV-XVII.

[23] Centenaire de Coray 1833-1933, Αυτοβιογραφία Αδαμάντιου Κοραή μετa γαλλικού προλόγου, p.11.

[24] J. Bompaire, « Coray citoyen de Paris », pp. 212-213.

[25] ibid., p. 212.

[26] ibid., p. 212.

[27] ibid., p. 212.

[28] Ad. Coray, Apanta, I, p.275-276. Voir aussi une annonce de Coray vers les philhellènes, Ad. Coray, Apanta, I, p. 317-318.

[29] Voir Anna Tabaki, « Adamance Coray comme critique littéraire et philologue », Adamantios Korais and the European Enlightenment, Voltaire Foundation, University of Oxford, Oxford, 2010, pp. 151-183 ; R. Baladié, « La place de Coray dans la philologie du début du XIXe siècle », Praktika Synedriou Korais kai Chios I, Athènes, 1984, pp. 17-27. Sur la question de la langue, voir V. Ritolo, A. Korais e la questione della lingua in Grecia, Palermo, 1965 ; K. Th. Dimars, « Ο Κοραής και η γλώσσα », Diimero Korai 29 kai 30 Apriliou 1983. Proseggiseis sti glossiki theoria, ti skepsi kai to ergo tou Korai, Athènes, 1984, pp. 9-28; P. Mackridge, « Korais and the Greek language question », Adamantios Korais and the European Enlightenment, Voltaire Foundation, University of Oxford, Oxford, 2010, pp. 127-149.

[30] Ad. Coray, Apanta, I, p. 393.

[31] Centenaire de Coray 1833-1933, Αυτοβιογραφία Αδαμάντιου Κοραή μετa γαλλικού προλόγου, p.11.

[32] Ad. Coray, Apanta, I, p. 393.

[33] Ad. Coray, Apanta, I, p. 274.

[34] Sur la pensée politique d’Adamance Coray, voir G. Stamboulis, Radicali e moderati nell’illuminismo balcanico : il pensiero politico di Adamantios Korais e Rigas Velestinlis, Edizioni Università di Trieste, 2020 ; voir aussi A.V. Daskalakis, Κοραής και Καποδίστριας, Οι κατά του Κυβερνήτου λίβελλοι, Bibliopôleio Lavyrinthos, 1954 (2ème edition 2018).

[35] Sur ce point, voir A. Lefka, « Adamantios Koraïs : la dimension éthique et politique de l’éducation « classique », Cahiers balkaniques, 2015, pp. 1-7.

[36] N. A.E. Kalospyros, O Αδαμάντιος Κοραής ως κριτικός φιλόλογος και εκδότης, vol. 2, Athènes, 2006 ; A. Tabaki, « Adamance Coray comme critique littéraire et philologue », Adamantios Korais and the European Enlightenment, Voltaire Foundation, University of Oxford, Oxford, 2010, pp. 151-183.

[37] Ad. Coray, Apanta I, p. 329.

[38] Ibid. p. 352.

[39] J. Bompaire « Coray citoyen de Paris », p. 213.

[40] Ad. Coray, Ἂσμα πολεμιστηρίων τῶν ἐν Αιγὐπτῳ περι ἐλευθερίας μαχόμενων Γραικῶν, Typographie grecque d’Égypte, 1800, p. 11. Sur ce point, voir aussi P. M. Kitromilidès, « Témoin oculaire de choses terribles » : Adamantios Koraïs, observateur de la Révolution française, p. 278, n. 36.

[41] Pour traduire l’autobiographie de Coray, nous nous appuyons sur l’édition de S. I. Biris : Ad. Coray, Apanta, I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969.

[42] Biographie nouvelle des contemporains, Paris, 1822 t. V. pp. 52-55 ; R.N. Iakovakis, Cours de la littérature grecque moderne, Genève 1827, 103 etc.

[43] Ms no 493 de la bibliothèque de Chios « Adamantios Korais », p. 1-18.

[44] D. P. Dimitrakopoulos, « Η βιβλιοθήκη της Χίου ‘ Κοραής’ », Afierôma ston Korai, Kathimerini, 1998, p. 31.

[45] Βίος Ἀδαμαντίου Κοραῆ, Συγγραφεῖς παρὰ τοῦ ἰδίου, εἰς τὸν ὁποίον ἐπροστέθη ἡ εἰκὼν καὶ τὸ πανομοιότυπον τῆς ὑπ’ αὐτοῦ συντεθείσης ἐπιταφίου ἐπιγραφῆς, Φιλοτίμῴ δαπάνῃ τῶν ὁμογενῶν, Paris, éd. Everartou, 1833.

[46] Christian Fürchtegott Becher, Βίος Ἀδαμαντίου Κοραῆ, Συγγραφεῖς παρὰ τοῦ ἰδίου, Vita Adamanti Corais ab ipso conscripta, Liegnitz 1834.

[47] Vie de Diamantios Coray écrite par lui-même, précédée de la reproduction exacte de son inscription funéraire composée de sa main, et publiée à Paris aux frais de ses compatriotes, en 1833, traduite pour la première fois du grec par le baron Paul d’Estournelles de Constant.

[48] Centenaire de Coray 1833-1933, Αυτοβιογραφία Αδαμάντιου Κοραή μετa γαλλικού προλόγου, p. 10.

[49] K. Amantos, Το έργον του Αδαμαντίου Κοραή. Η εκατονταετηρίς του Αδαμαντίου Κοραή. Λόγοι εκφωνηθέντες και πεπραγμένα της Επιτροπής Εορτασμού, Athènes, Estia, p. 1-8.

[50] Ad. Coray, Autobiographie, dans Apanta I, éd. S.I. Biris, Athènes,1969, p. 406.

[51] P. M. Kitromilidès, Ο Νεοελληνικός Διαφωτισμός. Οι πολιτικές και κοινωνικές ιδέες, Athènes, MIET, 1996, pp. 397-398.

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Georgia Kolovou : La vie d’Adamance Coray »

  1. Bravo, chère Maria, pour ce travail qui relancera peut-être mon envie de compiler quelques données concernant les humanistes qui ne sont pas sous les feux de la rampe, mais plutôt dans les apparats critiques des éditions savantes.
    Je salue aussi les hommages à Arielle Chopard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.