Louis Hauseux : Aristophane et les proverbes

► ὁ λύχνος n° 163, novembre 2022, article un.

Nouvelles notes sur Aristophane

(Thesmophories vv. 855-857 ; Paix vv. 1253-1254 ; Thesmophories vv. 556-557, 1190-1217.)

Terpsichore, tableau de Jean-Marc Nattier (1739), Musée des beaux-arts de San Francisco

Ayant récemment accouché d’une nouvelle édition critique des Thesmophories d’Aristophane[1], je voudrais partager avec cet article deux points essentiels qui ressortent de ce laborieux travail :

— les pièces d’Aristophane sont truffées d’échos à la langue proverbiale de son temps[2] : le poète peut se saisir de plusieurs proverbes et les entrechoquer[3] ; il s’amuse souvent à prendre littéralement une expression[4]. Malheureusement, nous ne possédons que des débris de la littérature attique. Aussi, pour identifier un proverbe ou une image, est-il parfois nécessaire d’aller voir s’il existe dans une langue voisine[5] ;

— le lexique d’Hésychius est une véritable mine d’or qui recèle grand nombre de pépites pour l’exégèse d’Aristophane ; Hésychius a compilé de nombreux commentateurs anciens d’Aristophane dont certains ne nous sont parvenus que par lui[6].

Si ces deux points ne sont peut-être pas neufs, du moins n’ont-ils pas jusqu’ici reçu l’attention qu’ils méritaient ; il ne fait aucun doute qu’une relecture intégrale des œuvres d’Aristophane en ayant soin sur chaque passage difficile d’aller dépouiller scrupuleusement Hésychius et les parémiographes[7] renouvellerait profondément l’exégèse de notre poète.

Pour illustrer mon propos, je partirai d’un passage d’Aristophane (Thesm. vv. 855-87) qui nous permettra de rebondir sur nombre d’autres passages du poète. Chemin faisant, nous verrons les allusions proverbiales abonder et Hésychius se révéler indispensable pour la bonne interprétation des textes.

Je dresse en fin d’article la liste des allusions proverbiales que j’ai relevées au cours de mon étude des Thesmophories ainsi que les gloses d’Hésychius qui permirent d’expliquer un passage encore mécompris.

1 — Bibliographie indicative pour la parémiographie

Corpus Parœmiographorum Graecorum, 2 vol., ed. Leutsch & Schneidewim (1839). C’est l’ouvrage de référence pour ce qui touche à la parémiographie grecque. Doté d’un commentaire très érudit (en latin). Pour les recensions particulières de Zénobius et Diogénianus, l’on pourra consulter l’édition critique I proverbi greci (2019) dirigée par Emanuelle Lelli (traduction et commentaire en italien, riche bibliographie récente). Kurt Latte ajouta au Corpus un Supplementum contenant notamment Zu den Paroemiographen de L. Cohn (1887).

Parœmiographi græci, ed. Thomas Gaisford (1836). Souvent désigné dans les apparats par Bodleianus (première partie) ou Coislinianus (seconde partie).

Dictionnaire des sentences latines et grecques de Renzo Tosi (1991) (traduit de l’italien par Rebecca Lenoir, 2010). Admirable somme de 2286 sentences, avec pour chacune une notice à la fois historique, littéraire et philologique.

— Érasme, Adages. Je cite les adages ainsi que leur traduction française selon l’édition en cinq volumes (le cinquième est dévolu uniquement aux index) de Jean- Christophe Saladin aux Belles Lettres (2019).

— Taillardat, Les images d’Aristophane2 (1965). On ne saurait trop vanter cet ouvrage qui met en lumière la langue toute imagée d’Aristophane.

(Les différents lexicographes comme Suidas – ou le lexique de la Souda, si l’on préfère – et Hésychius[8] sont évidemment aussi une source importante pour les proverbes.)

2 — Parodie du prologue de l’Hélène (Thesm. vv. 855-857 ; Paix vv. 1253-1254.)

Dans les Thesmophories, Mnésiloque, le parent d’Euripide infiltré à la fête des Thesmophories, a été démasqué et mis sous bonne garde féminine. Pour échapper à ses chiennes de garde, il décide de contrefaire certaines pièces d’Euripide. Le détournement du Palamède ayant échoué (après celui du Télèphe), Mnésiloque songe désormais à recourir à la récente Hélène d’Euripide (τὴν καινὴν Ἑλένην, v. 850) pour se tirer des griffes de sa geôlière. Récente parce qu’Euripide l’avait présentée récemment (printemps 412, quand notre pièce a vraisemblablement été jouée au printemps 410). Mais l’adjectif καινή est aussi à prendre au sens d’innovante, imprévue, étrange. Voici ce que dit Victor-Henry Debidour de cette « Hélène nouveau style »[9] :

« Dans la tradition légendaire, Hélène de Sparte, femme de Ménélas, était le parangon de la beauté. Mais aussi le plus scandaleux exemple d’infidélité féminine, cause, par son inconduite, des malheurs sans nombre de la guerre de Troie. Le personnage s’était stéréotypé en « femme fatale », d’autant plus haïssable qu’elle était plus prestigieuse ; et Euripide lui-même ne la traite pas autrement – sauf justement dans la tragédie très peu tragique qui porte son nom. Certes, elle y reste, bien sûr, la belle Hélène, et si charmeuse que le fils du sage Protée l’aime comme un fou, et comme un sot. Mais la voici transformée en épouse sans tache, victime innocente de la longue perfidie des deux déesses, dont l’une l’a prostituée et l’autre séquestrée : elles l’ont engagée dans une rocambolesque histoire où elle mérite toute notre sympathie. Pour se faire désigner par Pâris comme « la plus belle », Cypris avait promis au prince-berger troyen de lui donner Hélène ; Héra, furieuse contre sa rivale et son juge, fit en sorte que Pâris n’emmenât à Troie qu’un fantôme d’Hélène, une « nuée » toute semblable à la vraie et suffisamment consistante pour leurrer le ravisseur pendant les dix ans qu’il la garda, et le légitime époux après ce qu’il crut être sa reconquête. La vraie Hélène, elle, miraculeusement transportée en Égypte, y était tenue cachée durant toutes ces années, confiée à la vertueuse protection de Protée. Ainsi, c’est pour un « crime sans criminelle » que des milliers de preux se sont entre-tués et que Troie a été anéantie. Telle est l’étonnante variante que recueille Euripide sur la plus célèbre entreprise guerrière de la légende grecque. Car il ne l’a pas inventée : Hérodote en fait état bien avant lui[10]. De ce point de départ, Euripide a tiré un canevas sur lequel il a brodé une aventure romanesque et humoristique qui souvent ferait croire qu’avant d’être parodiée elle-même par Aristophane, l’Hélène donnait dans la parodie. Par la suite, du reste, le thème de la réhabilitation d’Hélène fut maintes fois repris en exercice d’école : le paradoxe devient à son tour lieu commun. »

Voici comment notre anti-héros Mnésiloque parodie le prologue de l’Hélène (Thesm. vv. 855-857) :

Μνησίλοχος – Νείλου μὲν αἵδε καλλιπάρθενοι ῥοαί,

ὃς ἀντὶ δίας ψακάδος Αἰγύπτου πέδον

λευκῆς νοτίζει μελανοσυρμαῖον λεών.

La véritable pièce d’Euripide commençait ainsi (Hélène vv. 1-3) :

Ἑλένη – Νείλου μὲν αἵδε καλλιπάρθενοι ῥοαί,

ὃς ἀντὶ δίας ψακάδος Αἰγύπτου πέδον

λευκῆς τακείσης χιόνος ὑγραίνει γύας.

Hélène – Du Nil voici les rives aux belles Nymphes,

Nil qui à la place de la pluie dispensée par Zeus

arrose la plaine d’Égypte une fois la blanche neige fondue et irrigue les terres.

Comme tous les semi-habiles – euphémisme pascalien : comprenez ‘semi-débiles’ – Euripide aime à bavasser ; il ne peut s’empêcher dès le troisième vers de la pièce d’exposer son opinion sur la raison des crues du Nil – Ah ça ! se croit-il obligé d’en avoir une quel que soit le sujet ? et croit-il par-dessus le marché qu’elle nous intéresse ? Selon donc le très savant Euripide, ces crues sont dues à la fonte des neiges. Théorie fantaisiste et traitée avec dédain par Hérodote (II, 19-25), condescendant vis-à-vis de cette thèse soutenue par Anaxagore[11], le maître d’Euripide – raison pour laquelle ce dernier se croit tenu de la défendre ? En tout cas il récidive, imperturbable, quelques années après l’Hélène et les Thesmophories, l’an 408/407, dans Archélaos[12], tragédie aujourd’hui perdue. (Remarquons que dans le prologue d’Hélène comme dans le fragment d’Archélaos, les ῥοαί ne doivent pas se traduire par flots mais bien par rives ou berges[13] et que l’expression « καλλιπάρθενοι ῥοαί » suggère peut-être un jeu de mots avec les Ῥοαί, les nymphes des grenadiers[14].)

Attaquons-nous au détournement du prologue d’Hélène par Aristophane (Thesm. vv. 855-857). Pour traîner dans la boue – ou pis – la muse d’Euripide, notre poète ne recule devant rien. La syrméa dont il est question au vers 857 était une espèce de rave très abondante en Égypte. On en tirait un suc portant le même nom utilisé comme purgatif[15]. Suivant Hérodote[16], les Égyptiens se purgeaient menstruellement, trois jours de suite. Ce curieux hygiénisme est assez plaisant pour qu’Aristophane n’ait pas manqué de le railler.

Aristophane avait certainement mis en scène une confrontation entre le vendeur de syrméa et le vendeur de pâtisseries dans ses Danaïdes (comédie aujourd’hui perdue) – les gâteaux de miel étaient en effet réputés astringents[17].

Dans la Paix, Trygée suggère au marchand d’armes menacé par la ruine de couper ses lances pour les proposer à la vente comme échalas. Autre idée : recycler ses casques d’une bien étrange manière (vers 1253-1254) :

Τρυγαῖος – Πώλει βαδίζων αὐτὰ τοῖς Αἰγυπτίοις·

ἔστιν γὰρ ἐπιτήδεια συρμαίαν μετρεῖν.

Trygée – Va les vendre en Égypte.

Ils sont bons à mesurer la syrméa.

(C’est-à-dire à mesurer les effets de la syrméa ; Trygée ne voit donc en ces casques que de vulgaires pots de chambre. En fait ils ne sont même bons à rien ; car Trygée fait entendre le proverbe κύματα μετρεῖν, compter les vagues, comble de l’inutilité[18].)

Même genre de détournement dans le présent passage des Thesmophories : les Égyptiens se servent du Nil pour se nettoyer (ici νοτίζειν = βαλανεύειν, σπογγίζειν) des désagréments de leur régime.

On peut conclure de ce passage qu’en grec le mot πέδον, le sol ; littéralement, ce sur quoi repose le pied, a fourni la même image qu’en français le fondement et sert à désigner ἡ πυγή[19]. Revenons à notre passage des Thesmophories et proposons une traduction :

Μνησίλοχος – Νείλου μὲν αἵδε καλλιπάρθενοι ῥοαί,

ὃς ἀντὶ δίας ψακάδος Αἰγύπτου πέδον

λευκῆς νοτίζει μελανοσυρμαῖον λεών.

Mnésiloque(Rôle d’Hélène.) « Du Nil ce sont ici les rives aux belles Nymphes,

Nil qui à la place de l’eau du ciel, en humecte le fondement

d’Égypte la blanche » et du peuple à la noire syrméa.

On comprend la réaction indignée de la gardienne de Mnésiloque (Thesm. v. 858) :

Κρίτυλλα – πανοῦργος εἶ νὴ τὴν Ἑκάτην τὴν φωσφόρον.

Critylla – Tu es un effronté, par Hécate la porte-torche.

(Elle lui porte un coup de sa torche.)

Au vers 853, alors que Mnésiloque commençait son détournement de l’Hélène, Critylla le menaçait de lui en faire voir une piquante, d’hélène (πικρὰν ἑλένην ὄψει τάχ’). Elle ne songeait évidemment pas un seul instant à la mythique Hélène, mise nouvellement en scène par Euripide. C’est Hésychius encore une fois qui nous explique le bon mot (ε 1995) :

ἑλένη· λαμπάς, δετή

hélène : flambeau, torche.

Critylla menaçait Mnésiloque d’un bon coup de flambeau. Et c’est au présent vers 858 qu’elle l’assène en évoquant Hécate φωσφόρος.

3 — La machination d’Euripide qui réussit à sauver Mnésiloque (Thesm. vv. 1190-1217.)

Les différentes tentatives d’Euripide de détournement d’une de ses pièces pour délivrer Mnésiloque ont échoué : ses tragédies n’ont aucune prise sur le réel. Finalement, à la fin des Thesmophories, Euripide change de registre ; il recourt au comique du plus bas étage qui soit : il se déguise en maquerelle entourée d’une danseuse et d’un flûtiste. Cette fin de pièce digne – si l’on peut dire – du vaudeville le plus gras correspond tout compte fait bien davantage à la Muse d’Euripide que le registre tragique.

Euripide fait donc s’entraîner la danseuse devant l’archer Scythe qui garde Mnésiloque. But de l’opération : détourner le Scythe de sa mission. Et il y réussit : la danseuse, Élaphion de son nom, joue à merveille le rôle que lui avait dicté Euripide en chemin[20] ; le Scythe est maintenant tout de flamme. Euripide feint de partir avec sa petite troupe. Le Scythe le retient alors (Thesm. vv. 1189-1192) :

Εὐριπίδης – καλῶς ἔχει. λαβὲ θοἰμάτιον· ὥρα ’στὶ νῷν

ἤδη βαδίζειν.

Τοξότης –                      οὐκὶ πιλῆσι πρῶτά με ;

Εὐριπίδης  – πάνυ γε· φίλησον αὐτόν.

Τοξότης –                      ὂ ὂ ὂ παπαπαπαῖ,

ὠς γλυκερὸ τὸ γλῶσσ’, ὤσπερ Ἀττικὸς μέλι.

1190 τί οὐκ ἐπιλήσει R : οὐκὶ πιλῆσι Porson ap. Schol. 1191 ὂ R : M

Euripide – (À la danseuse). C’est assez. Reprends ton vêtement.

Il est temps que nous partions.

Archer –                        Sans me donner un baiser ?

Euripide – Très volontiers. (À la danseuse.) Baise-le.

Archer – Oh ! oh ! oh ! papapapai !

Que sa langue est douce. C’est comme du miel attique.

Si l’image des baisers plus doux que le miel[21] ou le nectar nous paraît banale, c’est à une longue tradition héritée des latins que nous le devons[22] ; pour ce qui est des auteurs de langue grecque, on ne peut guère citer qu’Alciphron (I, 38, 7), postérieur d’environ six cents ans à Aristophane. Les spectateurs d’Aristophane devaient ressentir avec cette comparaison une confusion burlesque : l’épithète poétique μελίγλωσσος existe en grec, mais l’image d’une langue pleine de miel signifie tout autre chose.

Ainsi parlait Taillardat (Les images d’Aristophane, §§739-743) :

« Le miel étant le symbole de la douceur[23], les poètes se plaisent à dire que leurs chants sont de miel[24]. Cette image est chez Aristophane : μελιγλώσσων ἐπέων … ἀοιδάν (Ois. 908) donne un exemple de plus de l’épithète banale μελίγλωσσος[25] [ … ] On dira donc tout naturellement que la lèvre d’un poète est enduite de miel : c’est le cas de la bouche de Sophocle, Σοφοκλέους τοῦ μέλιτι κεχριμένου… τὸ στόμα (fr. Aristophane 581 [= 598 Kassel-Austin]). Composant des poèmes doux comme le miel, les poètes aiment à se comparer aux abeilles, ainsi qu’en témoigne Platon (Ion, 534b). »

Aristophane fait rire son public aux dépens de ces images trop usées : le Scythe rustique vante la langue douce comme le miel de la danseuse, mais c’est une langue toute matérielle – et qui appartient d’ailleurs à une actrice muette. Il y a des impropriétés de termes qui sont des malpropretés du cœur[26].

Continuons : après ce doux baiser, le Scythe désire ardemment Élaphion. Il n’y va pas par quatre chemin (Thesm. vv. 1193-1199) :

Τοξότης – τί οὐ κατεύδει παρ’ ἐμέ ;

Εὐριπίδης –                                 χαῖρε τοξότα,

οὐ γὰρ γένοιτ’ ἂν τοῦτο.

Τοξότης –                      ναὶ ναὶ γρᾴδιο.

ἐμοὶ κάρισο σὺ τοῦτο.[27]

Εὐριπίδης –                                 δώσεις οὖν δραχμήν ;

Τοξότης – ναὶ ναῖκι δῶσι.

Εὐριπίδης –                 τἀργύριον τοίνυν φέρε.

Τοξότης – ἀλλ’ οὐκ ἔκὠδέν· ἀλλὰ τὸ συμβήνην λαβέ.

ἔπειτα †κομίζεις αὐτοῖς†. ἀκολούτι τέκνον.

σὺ δὲ τοῦτο τήρει τὴ γέροντο, γρᾴδιο.

1194 ναὶ R : ναὶ ναὶ Brunck || γράδιον R : γρᾴδιο Bothe  1197 συμβήνην R : συβήνην Schol., Suid., Photius σ 660  1198 κομίζεις αὐτοῖς Rpc : (Τοξότ.) κομίζι σ’ αὐτίκ’ Bibi

Archer – Pourquoi ne couche-t-elle pas avec moi ?

Euripide –                     Adieu, archer,

cela ne se peut.

Archer –                        Si, si, petite vieille,

fais-moi ce plaisir.

Euripide –      Me donneras-tu une drachme ?

Archer – Si fait, si, je te la donnerai.

Euripide –     Voyons ton argent.

Archer – Je n’en ai pas. Mais prends ……………

……………… Suis-moi, mon enfant.

(À Euripide ) Toi, petite vieille, garde ce bonhomme.

Ce passage a été si maltraité par les commentateurs – anciens comme modernes – que nous nous sommes cru obligé à commettre cette note rectificatrice. Recte, descendons- donc dans l’arène (ὀρτῶς δὲ συμβήνη ’στί· καταβηνῆσι γάρ.)

L’origine de tous les malentendus est la glose d’un commentateur ancien : le Ravennas comporte deux scholies pour définir la συμβήνην (la première scholie se trouve à l’intérieur même du texte) :

τὴν τοξοθήκην

συβήνη· αὐλοθήκη. λέγουσι δὲ καὶ τὸν φαρετρεῶνα συβήνην.

Le carquois

Sybène : étui à flûte. On appelle aussi le carquois sybène.

On retrouve cette scholie chez Hésychius (σ 2136) :

συβήνη· αὐλοθήκη, ἢ τοξοθήκη. ἢ ὁ ναυτικὸς χιτών.

Suidas cite notre passage dans une glose qu’on croise à l’identique, ou peu s’en faut, dans d’autres lexiques[28] :

Συβήνη : ἡ δερματίνη αὐλοθήκη[29]. ἢ ἡ φαρέτρα. Θεσμοφοριαζούσαις Ἀριστοφάνης· ἀλλ’ οὐκ ἔχω οὐδέν. ἀλλὰ συβήνην λάβε.

Cette unanimité ne doit pas nous tromper : elle prouve seulement l’ancienneté de la première rédaction qui aura diversement infusé dans de nombreux lexiques. Je dirais même plus : ces gloses concordent si bien qu’il est certain qu’elles remontent toutes à une même source – certes ancienne – mais unique, et donc faillible.

Que le terme συβήνη – qui n’est d’ailleurs pas celui transmis par notre manuscrit comportant συμβήνην –, que συβήνη ait pu désigner un étui à flûte, je n’en disconviens pas. À la rigueur, que par dérivation le mot ait aussi pu être appliqué à un carquois, pourquoi pas[30] ? Mais il serait absurde de lui donner ce sens dans notre passage : croit-on que l’Archer, tout Scythe qu’il fût, pensait un seul instant qu’une vieille maquerelle pût accepter son carquois dont elle n’aurait que faire au lieu d’une drachme sonnante et trébuchante ? ce serait tout bonnement ridicule[31] ! Le Scythe, Euripide, Aristophane, le savent bien ; en fait n’importe quel homme, pourvu qu’il ne fût pas versé dans l’exégèse d’Aristophane :

Chez la belle Suzon, pas d’argent, pas de cuisse…[32]

En réalité, le Scythe demande à Euripide de garder son prisonnier quelques instants, le temps qu’il aille chercher l’argent nécessaire. Encore une fois, c’est Hésychius (σ 2137) qui détenait la solution :

συμβίνης· καπροβόλον. ἐμβόλιον.

Le mot est apparenté à σιβύνη, une lance (Hésychius nous précise pour la chasse au sanglier, κάπρος), dont il est une légère déformation qui prépare le jeu de mots scabreux du vers 1215.

Le texte est aussi clair qu’un ciel d’azur au milieu de l’été : le Scythe confie sa lance à Euripide pour la garde de Mnésiloque. Et nous nous garderons bien de biffer le μ de la leçon du manuscrit, συμβήνην, qui aura survécu à plus de mille ans de tradition manuscrite mais pas à la griffe implacable des éditeurs d’Aristophane. Le début du vers suivant, altéré, ἔπειτα †κομίζεις αὐτοῖς†, se laisse lire sans difficulté :

ἔπειτα κομίζι (= κομίζω) σ(οὶ) αὐτίκ(α)

Ensuite je te l’apporte [la drachme] sur-le-champ.

La dernière version du manuscrit attribue, il est vrai, cette réplique à Euripide. Ces indications marginales de personnages ne doivent pas nous arrêter : elles sont récentes et même pour certaines du XVIe siècle[33].

Notre émendation appelle quelque justification : l’hypothétique confusion αυτικ / αυτοις peut aisément s’expliquer en constatant la ressemblance entre le digramme ‘ις’ et le ‘κ’.

Le Scythe part chercher l’argent, accompagné de la jeune beauté, qui se montre si caressante selon les instructions d’Euripide[34] qu’il en revient tout émoustillé et en proie à une promesse de félicité qui point[35]. Il déchante très vite : Euripide et Mnésiloque ont pris la poudre d’escampette. Élaphion décampe à ce moment sous les imprécations du Scythe (ἀπότρεκ’ ὠς τάκιστα σύ, v. 1214). Le Scythe s’arme donc de sa lance, laissée sur place, et s’apprête à descendre (καταβαίνειν) à leur poursuite (v. 1215) :

ὀρτῶς δὲ συμβήνη ’στί· καταβηνῆσι γάρ.

(Trait d’esprit – d’esprit Scythe – entre καταβαίνειν et καταβινεῖν.)

Nul besoin de retailler le vers : καταβαίνω est le terme consacré lorsqu’un acteur descend de la σκηνή vers l’ὀρχήστρα, d’autant plus adapté quand la scène se situe sur un lieu en hauteur comme la colline de la Pnyx[36]. Lisons ainsi les vers 1197-1199 :

Τοξότης – ἀλλ’ οὐκ ἔκὠδέν· ἀλλὰ τὸ συμβήνην λαβέ.

ἔπειτα κομίζι σ’ αὐτίκ’. ἀκολούτι τέκνον.

σὺ δὲ τοῦτο τήρει τὴ γέροντο, γρᾴδιο.

1197 συμβήνην R : συβήνην Schol., Suid., Photius σ 660     1198 κομίζεις αὐτοῖς Rpc : (Τοξότ.) κομίζι σ’ αὐτίκ’ Bibi

Archer – Je n’en ai pas. Mais prends ma lance. (Il la lui confie.)

Je te l’apporte sur-le-champ. Suis-moi, mon enfant.

(À Euripide ) Toi, petite vieille, garde ce bonhomme.

4 — Addenda à une précédente note (Thesm. vv. 556-557)

Dans une précédente note[37], je m’étais intéressé aux vers 556-557 des Thesmophories :

Μνησίλοχος – ἐπεὶ τάδ’ οὐκ εἴρηχ’, ὁρᾷς, ὡς στλεγγίδας λαβοῦσαι

ἔπειτα σιφωνίζομεν τὸν σῖτον.

556 ἔπειτά γ’ R : ἐπεὶ τάδ’ Dindorf (1825) || οὐχ R : οὐκ Μun || τλεγγίδας R : στλεγγίδας Mun

J’y avais montré qu’en place de †τὸν σῖτον† il fallait entendre le sexe de la femme (il y était question d’onanisme féminin). J’avais alors consulté en confiance le chef de meute philololubrique des obscénités d’Aristophane, le dénommé Jeffrey Henderson[38]. Henderson écrit que ἡ μᾶζα, la galette, peut désigner le sexe de la femme. J’avais proposé de lire alors :

ἔπειτα σιφωνίζομεν τὴν μᾶζαν,

justifiant la substitution des deux termes par leur quasi-synonymie. Mais ἡ μᾶζα n’a jamais eu un tel sens autre part que dans l’imagination débridée d’Henderson. En fait, la bonne correction à apporter était beaucoup plus simple : il suffisait de mettre le mot plus courant : τὸν κύσθον, très proche phonétiquement de τὸν σῖτον. Iotacisme aidant, il s’agit d’une simple métathèse du ‘s’ (avec chute du ‘k’). Il est remarquable de noter que la même métathèse se produit au vers 1114 : le rustre archer Scythe, dans l’optique de prouver que Mnésiloque n’est pas une femme, conseille d’aller y voir de plus près :

Τοξότης – σκέψαι †τὸ σκύτο†.

Scaliger à la grâce du mètre – et surtout à la grâce du sens – avait rétabli :

σκέψαι τὸ κύστο (= τὸν κύσθον dans le parler scythe).

Il est à croire qu’un scribe des Thesmophories confondait ce mot avec un autre : il s’y sera trompé par deux fois dans notre pièce (bis repetita…). Lisons donc :

Μνησίλοχος – ἐπεὶ τάδ’ οὐκ εἴρηχ’, ὁρᾷς, ὡς στλεγγίδας λαβοῦσαι

ἔπειτα σιφωνίζομεν τὸν κύσθον.

557 τὸν σῖτον R, Suid. σ 512 : τὸν κύσθον Bibi

5 — Index des allusions proverbiales

(N. B. : Une liste des proverbes cités par Platon – qu’il faudrait certainement compléter – a été dressée par Jowett, The dialogues of Plato, V, pp. 497-498.)

Aristophane

Acharniens

258 περιτράγῃ τὰ χρυσία

Nuées

55 σπαθᾶν [τὴν κρόκην]

394 ‘βροντὴ’ καὶ ‘πορδή’ ὁμοίω

Guêpes

170 αὐτοῖσι τοῖς κανθηλίοις

 Paix

289-91 Λυδὸς [= Δᾶτις] ἐν μεσημβρίᾳ

793-5 ἔφασκε [= Καρκίνος] τὸ δρᾶμα [= Μῦες] γαλῆν τῆς ἑσπέρας ἀπάγξαι

1253 συρμαίαν μετρεῖν ∼ κύματα μετρεῖν

Thesmophories

19 μήτ’ ἀκούω μήθ’ ὁρῶ

21 οἷόν τέ που ’στιν αἱ σοφαὶ ξυνουσίαι

24 προσμάθοιμι χωλὸς εἶναι τὼ σκέλει

94 ἡμέτερος ὁ πυραμοῦς

140 τίς δαὶ κατόπτρου καὶ ξίφους κοινωνία

168 ὁ Φιλοκλέης αἰσχρὸς = κορυδός

241-2 ὕδωρ ὦ γείτονες πρὶν ἀντιλαβέσθαι πρωκτὸν ἓτερον τῆς φλογός

247 μὴ φροντίσῃς· ἕτερος σπογγιεῖ (cf. Grenouilles 487 ?)

248 οἰμώξετ’ ἄρ’ εἴ τις τὸν ἐμὸν πρωκτὸν πλυνεῖ

394 τὰς οὐδὲν ὑγιές. Cf. Érasme n° 738, nihil sanum.

455-6 ἄγρια δρᾷ κακά ἅτ’ ἐν ἀγρίοισι τοῖς λαχάνοις αὐτὸς τραφείς

489 ἐχομένη τῆς δάφνης

527 ἀλλ’ ἅπαν γένοιτ’ ἂν ἤδη

529-30 ὑπὸ λίθῳ παντί ἀθρεῖν

530 δάκῃ ῥητωρ ∼ δῆγμα συκοφάντου

531-2 οὐδὲν κάκιον φύσει τῶν γυναικῶν πλὴν ἄρ’ εἰ γυναῖκες

559 ἔπειτα τὴν γαλῆν φαμεν

568 λαβὲ θοἰμάτιον Φιλίστη

633 σκάφιον Ξένυλλ’ ᾔτησεν· οὐ γὰρ ἦν ἀμίς

702 ἅπαντα τόλμης κἀναισχυντίας

738 κακὸν δὲ καὶ τοῖς σκευαρίοις καὶ τῇ κρόκῃ

773 ἀντὶ τῶν πλατῶν ∼ ἄλλο γένος κώπης ?

822 αὐτῷ κανῷ

894 ἐπὶ κλοπῇ τοῦ χρυσίου

928 αὕτη μὲν ἡ μήρινθος οὐδὲν ἔσπασεν

938 καίπερ ἀποθανουμένῳ ∼ Ἀττικὸς ὑπέχει τὴν χεῖρα ἀποθνήσκων

940 πρὸς τῇ σανίδι δεῖν = δῆσαι πρὸς σανίδι (Hesychius δ 926)

949 Παύσων σέβεται καὶ νηστεύει ∼ Παύσωνος πτωχότερος

1079 ἐς κόρακας

1192 ὠς γλυκερὸ τὸ γλῶσσ’, ὤσπερ Ἀττικὸς μέλις ∼ μελίγλωσσος

Grenouilles

172 βούλει σκευάρι’ εἰς Ἅιδου φέρειν

560 αὐτοῖς τοῖς ταλάροις ∼ αὐτῷ κανῷ

840 ἄληθες ὦ παῖ τῆς ἀρουραίας θεοῦ ∼ terrae filius (Érasme n° 786)

6 — Index des gloses d’Hésychius utiles pour l’établissement et la bonne compréhension du texte

(Je ne recense ici que les gloses d’Hésychius qui ont servi au rétablissement de l’Urtext ou à la bonne compréhension d’un passage encore mal expliqué. Il n’y a qu’à jeter un œil sur les testimonia d’une édition critique pour constater combien les commentaires les plus érudits d’Aristophane ont scrupuleusement été dépouillés et intégrés au lexique d’Hésychius.)

Aristophane

Cavaliers

20 α 6416 : ἀπόκυνον : μάζα [ … ] πρὸς ἀναίρεσιν κυνῶν

Oiseaux

1126 δ 2227 : ἐλύμνιαι· δοκοὶ ὀρόφιναι

Thesmophories

50 π 3188 : πραῖνοι· πρηνίζει, καταστρέφει

80 τ 1440 : τρίτη Θεσμοφορίων· ζητεῖται πῶς ἅμα μὲν λέγει τρίτην Θεσμοφορίων εἶναι, ἅμα δὲ μέσην, τεττάρων οὐσῶν ἡμερῶν

100 μ 1904 : Μύρμηκος ἀτραπούς· [ … ] ἀπὸ ἥρωος Μύρμηκος ὀνομαζομένη

163 δ 1805 : δίκανα· ποικίλα ἱμάτια

291 θ 50 : θάλλικα· σάκκου εἶδος

704 ε 3599 : ἐξαρῆξαι· ἐκφορῆσαι

743 τ 1388 : τρικότυλος οἶνος· οὗ τρεῖς κοτύλαι ὀβολοῦ πωλοῦνται

781 τ 1162 : τορεῖν· τορῆσαι, τρῆσαι, τεμεῖν

853 ε 1995 : ἑλένη· λαμπάς, δετή

894 χ 792 : χρυσίον· τὸ τῶν παιδίων αἰδοῖον

910 λ 171 : λαίφια· ῥάκη

940 δ 926 : δῆσαι πρὸς σανίδι· Ἀττικῶς· βασανίσαι ἐν τῷ δεσμωτηρίῳ

945 κ 4170, 4270 : κρόκαλον· τὸ πανοῦργον παιδίον (κρόκαλ’ ∼ κροκώθ’ ?)

1041 ψ 135 : ψεφαυγοῦς· σκοτεινῆς (cf Schol. ad v.1054)

1197 σ 2137 : συμβίνης· καπροβόλον. ἐμβόλιον

Louis Hauseux

NOTES

[1] Celle sur laquelle je planchais lorsque la revue Λύχνος m’a chaleureusement ouvert ses portes. Cf. les deux articles de novembre 2020 (https://ch.hypotheses.org/4122 ; avec une introduction à la pièce des Thesmophories) et mars 2021 (https://ch.hypotheses.org/4261).

[2] J’entends « proverbe » en un sens très large : toute expression imagée qui ne soit pas une création originale d’Aristophane mais d’usage assez courant pour être captée au vol par les spectateurs du Ve siècle.

[3] Voir par exemple les vers 528-30 des Thesmophories : Aristophane détourne le proverbe « sous chaque pierre un scorpion veille » (diversement recensé, cf. par exemple Sophocle fr. 37 ed. Radt : ἐν παντὶ γάρ τοι σκορπίος φρουρεῖ λίθῳ) en substituant au scorpion un rhéteur, animal dont la morsure est tout aussi redoutée et dont la ‘pierre’ est le piédestal sur lequel les orateurs discouraient.

[4] Par exemple, au vers 940 des Thesmophories, Mnésiloque demande à être interrogé devant un tribunal compétent ; l’expression a heureusement été relevée et expliquée par Hésychius δ 926 : δῆσαι πρὸς σανίδι· Ἀττικῶς· βασανίσαι ἐν τῷ δεσμωτηρίῳ. Mais il s’en justifie en expliquant vouloir cacher sa nudité devant les femmes ; ‘πρὸς τῇ σανίδι δεῖν’ est donc à prendre littéralement : « lier face contre la planche ». Au vers 1192, le rustre Scythe emploie l’image banale de la langue pleine de miel (écho au mot grec μελίγλωσσος = plein de faconde)… mais il parle de la « langue de miel » de la danseuse dans un sens tout matériel qui fait contre-sens : Élaphion la belle est un personnage muet. Nous reviendrons sur ce dernier point.

[5] Le latin est tout indiqué, clairsemé qu’il fut de vocables et d’expressions grecques. Le proverbe « fils de la terre » (terrae filius, de naissance obscure) n’est bien attesté qu’une seule fois en grec à ma connaissance (Euripide, Ion v. 542 : Ion interroge Xouthos, qui vient de se présenter comme son père d’adoption, sur l’identité de sa mère ; Xouthos ignore la réponse, Ion s’exclame alors : γῆς ἄρ’ ἐκπέφυκα μητρός) ; la bibliographie latine est autrement plus copieuse… c’est pourtant ce proverbe qui permet de comprendre la réponse cinglante d’Eschyle à Euripide (Grenouilles v. 840) : il traite Euripide de bâtard. Autre exemple en Thesm. 19 : alors que Mnésiloque se plaint d’être fatigué depuis le début de la pièce – topos comique –, Euripide le-faiseur-de-cosmogonies euripidise en lui racontant des histoires de fonderie et de moule… conclusion de Mnésiloque pour expliquer son accablement : « C’est donc à cause de ton moule que je suis moulu ? » (διὰ τὴν χοάνην οὖν μήτ’ ἀκούω μήθ’ ὁρῶ’). C’est bien le sens qu’il faut donner au tour ‘μήτ’ ἀκούω μήθ’ ὁρῶ’ et qu’on peut rapprocher du latin Nec aures me credo habere nec tango, qui signifie justement qu’on ne se sent plus la force de faire quoi que ce soit (cf. Tosi, Dictionnaire des sentences latines et grecques §1971 qui cite aussi la sentence médiévale Nec audio nec video).

[6] Le cas du vers 1197 des Thesmophories est à ce point de vue très intéressant : une glose d’Hésychius rapporte un commentaire erroné – qui est celui du scholiaste de l’unicodex comportant les Thesmophories et se retrouve dans de nombreux autres lexiques ; ce commentaire est source de très graves contre-sens ayant infusé toutes les éditions des Thesmophories depuis – mais Hésychius possède aussi une autre glose permettant la bonne compréhension du passage. Cf. la section sur la machination d’Euripide pour faire échapper Mnésiloque.

[7] ἡ παροιμία est le mot grec pour désigner un proverbe. La parémio-graphe est donc l’auteur qui recense les proverbes.

[8] À noter que les gloses d’Hésychius ont été incorporées au LSJ (Liddell-Scott-Jones, le dictionnaire de grec le plus connu au monde) ainsi qu’au Diccionario Griego–Español (ambitieux projet qui vise à surpasser le LSJ  ; il n’en est malheureusement qu’à la lettre ε). Il existe sur l’internet un outil fort pratique développé par l’université de Chicago, λογεῖον (https://logeion.uchicago.edu/), regroupant les versions libres de différents dictionnaires : le Liddell- Scott-Jones (anglais), le Bailly (français), le Pape (allemand), le Diccionario Griego–Español (α – ἔξαυος), etc.

[9] Dans l’introduction à sa traduction de l’Hélène. Oui ! car Debidour le grand traducteur d’Aristophane, qui a su rendre un peu de la verve de notre poète dans la langue de Rabelais, Debidour ne s’est pas limité à la Comédie Ancienne ; il est aussi l’auteur d’une traduction des pièces conservées des trois grands Tragiques : Les Tragiques – Eschyle, Sophocle, Euripide, théâtre complet, La Pochothèque (1999). Traduction à laquelle s’ajoute l’excellent dossier et les index fort utiles de Paul Demont et Anne Lebeau. Victor-Henry Debidour vérifie ainsi le paradoxe de Socrate dont Platon n’a pas cru utile de nous donner la démonstration à la fin de son Banquet : il appartient au même homme de traiter à la fois de comédie et de tragédie.

[10] Hérodote II, 112-120.

[11] 59A91 D.-K. = fr. 300 Eschyle (ed. Radt). Eschyle avait en son temps aussi évoqué cette fonte des neiges dans les Suppliantes, v. 559 sq.

[12] Fr. 1 Ἀρχέλαος Jouan-van Looy = fr. 228 ed. Kannicht.

[13] Hésychius (ρ 415) : ῥοία· κυλίστρα τῶν ἵππων παρὰ τῷ ποταμῷ καὶ ψάμμῳ.
Rien que pour l’Hélène, les ῥοαί sont à prendre au sens de rives au moins aux vers 53, 124 (avec jeu de mots sur Εὐρώτας), 250, 492.

[14] Eustathe, Commentaire à l’Odyssée, p. 1572, 35 : ῥοιαὶ ὁμωνύμως τῷ δένδρῳ καὶ αἱ περὶ αὐτὰς μυθικαὶ νύμφαι.

[15] Souda (σ 1667) : Συρμαία : τὸ καθαρτικὸν δι’ ἐμέτων καὶ κοιλίας. καὶ Συρμαίζειν τὸ κενοῦσθαι, ἐκ ζειῶν καὶ ὕδατος. οὕτως Ἡρόδοτος. λάχανον σελίνῳ ἐοικός : ἢ βρῶμα διὰ στέατος καὶ μέλιτος.
Et voici ce qu’en dit Hésychius (σ 2782) : σύρμαια· […] ἔστι δὲ βρωμάτιον διὰ στέατος καὶ μέλιτος. λέγεται δὲ καὶ συρμαϊσμός, καὶ ἔστι πρὸς κάθαρσιν. καὶ πόμα δι’ ὕδατος καὶ ἁλῶν.

[16] Hérodote II, 77 ; et aussi II, 88 ; II, 125.

[17] C’est ce qui ressort d’un passage des Nuées (vers 506-508) : Strepsiade hésite à entrer dans l’antre de Socrate, qu’il compare aimablement à celui de Trophonius : εἰς τὼ χεῖρέ νυν / δός μοι μελιτοῦτταν πρότερον, ὡς δέδοικ’ ἐγὼ / εἴσω καταβαίνων ὥσπερ εἰς Τροφωνίου. “ Mets-moi d’abord en main un gâteau au miel ; car j’ai peur de descendre, comme si je pénétrais dans l’antre de Trophonios.» Il faut bien sûr prononcer d’un trait ‘εἰς Τροφωνίου’ pour faire entendre στρόφος, la colique (la peur se manifestant chez les Grecs par des troubles du bas-ventre ; en français : avoir les pétoches). En passant, Euripide suggère le même jeu de mots scatologique : au vers 300 de son Ion : Créuse dit à Ion qu’elle est venue avec son mari, mais qu’il a dû s’arrêter en chemin (ἐκστρέφει Τροφωνίου ; Euripide, ainsi qu’il est coutumier, joue à différents niveaux de compréhension)… Le tour était proverbial et Érasme l’a recensé (Adages n° 677). Sur ces gâteaux de miel qui préservaient des dérangements intestinaux, voir aussi Thesm. 570. On peut maintenant comprendre le bon mot de table qu’Athénée (Deipnosophistes, I, 4d) rapporte : ἀμίδα δότω τις ἢ πλακοῦντά τις δότω, « Qu’on m’apporte un pot de chambre ou bien un gâteau ! » Voilà aussi pourquoi Aristophane fait intervenir dans ses Danaïdes deux vendeurs opposés : celui de syrméa et celui d’ἐγκρίδες (Pollux, Onomasticon, VII 199 = fr. 276(265) Kassel-Austin) : ἐν δ’ Ἀριστοφάνης Δαναΐσι συρμαιοπῶλαι καὶ ἐγκριδοπῶλαι. Athénée (XIV, 645e) définit les encrides comme des gâteaux frits à l’huile et emmiellés : ΕΓΚΡΙΔΕΣ. πεμμάτιον ἑψόμενον ἐν ἐλαίῳ καὶ μετὰ τοῦτο μελιτούμενον.

[18] Voir Érasme, Adages (n° 345, Undas numeras) ou Suétone, Περὶ βλασφημιῶν (éd. Taillardat), β 188.

[19] Noter que si πέδον, la plaine, renvoie au verso ; πεδίον, la petite plaine, elle, fait allusion au recto. Cf. Lysistrata, v. 88 ; Oiseaux, v. 507 avec le commentaire de Willems. Voir aussi l’emploi de λειμών au vers 171 du Cyclope d’Euripide.

[20] Vers 1172-3, Euripide introduisait Élaphion ainsi : καὶ σὸν [ἔργον], ὦλάφιον, ἅ σοι καθ’ ὁδὸν ἔφραζον ταῦτα μεμνῆσθαι ποιεῖν.

[21] Et l’Attique est souvent citée pour son miel. Cf. la Paix, vers 252-254 ; Antiphane fr. 177(179) Kassel-Austin = Athénée II, 43b & III, 74d ; le corpus hippocratique mentionne maintes fois le miel attique.

[22] Cf. le Dictionnaire des sentences latines et grecques de Renzo Tosi, §1385 Nectar dulcius : Catulle 99, 1-2 ; Horace, Carmina 1, 13, 14-16 ; &c. Honoré de Balzac a fameusement repris cette tradition : « Les baisers d’une femme sincère ont un miel divin qui semble mettre dans cette caresse une âme, un feu subtil par lequel le cœur est pénétré. Les baisers dénués de cette onction savoureuse sont âpres et secs. » (La femme de trente ans, chap. II.)

[23] Guêpes 878 (voir §361), Thesm. 1192, fr. 587, 622[= 681, 633 K.-A.] ; Alexis 146, 6 [= 150.6 K.-A.] ; etc.

[24] Pind. Ol. 11, 4 : μελιγάρυες ὕμνοι ; id. Ném. 11,18 : μελιγδούποισι … μελιζέμεν ἀοιδαῖς ; id. Isthm. 2, 32 : μελικόμπων ἀοιδᾶν ; Alcman 41 D [= Athénée XIV, 633a = fr. adesp. 954b Poetae Melici Graeci, ed. Page] : μέλεα μελιπτέρωτα ; Simonid. 40 D [= fr 595.3 Poetae Melici Graeci Page] : μελιαδέα γᾶρυν, etc. On notera que, déjà chez Homère (Il. I, 249), la voix de Nestor est dite [ἀπὸ γλώσσης] μέλιτος γλυκίων. D’autre part Pindare, Ol. 7, 8, appelle encore la poésie un nectar, νέκταρ.

[25] Eschyl. Prom. 172 ; Bacchyl. 3, 97 ; fr. 4, 25 Snell (μελιγλώσσων ἀοιδᾶν ἄνθεα).

[26] N’est pas poète qui veut : au vers 1180, les sauts de la danseuse avaient inspiré à l’archer Scythe cette comparaison sentant le corps de garde et ses peaux de mouton où grouille la vermine : ὠς ἐλαπρός, ὤσπερ ψύλλο κατὰ τὸ κῴδιο, « Qu’elle est vive ! On dirait une puce sur une peau de bique » (on dormait communément sur des peaux de mouton, κῴδια).

[27] ἐμοὶ κάρισο σὺ τοῦτο = ἐμοὶ χάρισαι σὺ τοῦτο. (Selon la façon scythe d’écorcher le grec.)

[28] Photius (σ 660), Etymologicum magnum, genuinum, Zonaras, &c. Pollux (VII, 153 ; X, 153) : καὶ τὸ μὲν ἀγγεῖον τὸ τὰς γλώττας ἔχον γλωττοκομεῖον, ἣ δὲ τῶν αὐλῶν θήκη συβήνη. Pour un dossier plus complet, je renvoie le lecteur à la Realencyclopdie : Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, IV 1 (1931), coll. 1011-1012.

[29] Dans certains manuscrits du Zonarae Lexicon (p. 1686), on trouve βελοθήκη en place d’αὐλοθήκη.

[30] Encore qu’il me semble plus vraisemblable que ce sens ait été inféré par notre scholiaste, puis scrupuleusement intégré à tous les lexiques.

[31] Avant de tournebouler (et avilir) les onze chefs-d’œuvre d’Aristophane, rappelons-nous la maxime de bon goût que notre poète s’imposait :
ὡς ἐγὼ φοβοῦμαι περὶ τῶν μελλόντων ῥηθήσεσθαι, οὔ τι μὴ γελοῖα εἴπω — τοῦτο μὲν γὰρ ἂν κέρδος εἴη καὶ τῆς ἡμετέρας μούσης ἐπιχώριον — ἀλλὰ μὴ καταγέλαστα.
Ce n’est pas de provoquer le rire que je redoute – cela serait tout gain, et conforme à ma muse – mais de dire des choses ridicules. (Trad. P. Boutang.)
(Tradition reçue en droite ligne d’Aristodème, témoin des événements, qui en fit le récit à Apollodore. Apollodore le transmit à Glaucon qui – on peut l’imaginer ainsi – confia bientôt, après peut-être encore quelques méandres, à son frère Platon le précieux compte-rendu. Lequel Platon finit par coucher par écrit cette fameuse nuit de Banquet, 189b, quelques quarante années après les faits.)

[32] Le proverbe d’origine détourné par Brassens (Grand-père) étant « point d’argent, point de Suisse ». Il y aurait beaucoup à dire sur les ressemblances – de fond comme de forme – entre la poésie de Brassens et celle d’Aristophane. Ce n’en est pas ici le lieu. Je tiens à la disposition du courageux philologue amateur de Brassens qui voudrait se lancer dans la colossale exégèse des images de Brassens un matériau qui en poserait de solides fondations. (Espérons que Brassens n’ait pas à attendre vingt-quatre siècle son Taillardat comme Aristophane ; c’est quand le vers est troussé qu’il faut l’analyser.)

[33] Les indications de personnages sont de peu de valeur : les anciens papyrus ne comportaient pour la plupart que de légers signes (tiret, paragraphos, ou parfois simple espace) pour indiquer le changement d’interlocuteur, et ce sans préciser quels étaient ces interlocuteurs ; les indications de personnages furent ajoutées par des scribes très postérieurement… et sont parfois assez folkloriques. Pour celles du Ravennas, quelques indications sont de la main d’Euphrosynus Boninus, celui qui compulsa le manuscrit pour la première édition imprimée des Thesmophories – la Juntina (Venise, 1516) des apparats critiques. Von Velsen sut identifier les annotations de la main d’Euphrosynus Boninus sur le Ravennas et ne les fit pas apparaître dans son apparat critique. Cf. Albert Martin, Les scolies du manuscrit d’Aristophane à Ravenne (1882), p. V ; A. von Velsen, Über den Codex Urbinas der Lysistrata und der Thesmophoriazusen des Aristophanes (1871). C’est le cas de cette annotation, « γϋ. », que porte le manuscrit (la même qu’au vers 1189) et mis pour γυνή – c’est-à-dire la vieille, γραῦς ; c’est-à-dire Euripide. Von Velsen, Aristophanis Thesmophoriazusae (1883), ne l’a pas intégrée à son apparat critique et avait donc reconnu l’écriture d’Euphrosynus Boninus

[34] Vers 1172 ; l’attitude de la danseuse est la version muette de celle de la Myrrhine dans Lysistrata.

[35] Savez-vous ce qu’on peut lire dans le commentaire le plus universitairement reçu, le plus académiquement académisant – celui d’Austin & Olson, puisqu’il faut le nommer ? Je vous le donne en mille : le Scythe a consommé la belle Élaphion… il revient donc, précisent leurs auteurs, avec l’olisbos (phallus postiche) abaissé (!!!) Quand on sait – ou qu’on ne sait pas, comme Austin & Olson – combien Aristophane adorait ses chères actrices, qu’il ne manquait jamais de rendre grâce à leur beauté, toujours plein d’attention et de prévenance vis-à-vis de la voracité de la lie athénienne. (Lisez la note de Willems, t. III pp. 394-395, in « Le nu dans la Comédie ancienne des Grecs ».) Un archer Scythe… la lie de la lie… « Paraît qu’elle s’vend même à des flics. / Quelle décadence ! / Y’a plus d’moralité publique / Dans notre France… » Brassens (Le mauvais sujet repenti) – encore lui – nous mettait en garde contre une faute de goût aussi énorme ; jamais Aristophane – qui est un auteur moral quoi qu’on en dise – n’aurait permis une telle monstruosité dans son théâtre. A.&O. ne nous indiquent pas si le public pouvait se délecter en sus de bruitages émanant des coulisses, quand ça y fornique… On ne le répétera jamais assez : « Mais pour qui prennent-ils Aristophane ?.. » Je tiens le cas pour pendable / et si, par un malheur, j’en avois fait autant, / je m’irois, de regret, pendre tout à l’instant.

[36] Le Scythe s’interrompt quelques instants de parler, pause soulignée par l’interjection extra metrum οἴμοι qu’il lance une fois descendu : il se demande vers laquelle des deux entrées de l’orchestre se tourner (τί δρᾶσι ; ποῖ τὸ γρᾴδι’;) Cf. les Guêpes (vers 1514) ou l’Assemblée des femmes (vers 1152). Confer surtout la note d’Alphonse Willems au vers 1341 des Guêpes. Lisez Willems !

[37] https://ch.hypotheses.org/4122, note 6.

[38] Henderson qui affiche clairement ses ‘ambitions’ jusque dans le titre de son exégèse d’Aristophane : Maculate Muse. Le livre fait autorité et cependant une bonne moitié – sans exagération aucune – n’est que pure élucubrication !.. J’en viens à me demander si Hipponax ou Archiloque, qui traînent derrière eux une réputation plus ordurière encore que celle d’Aristophane, ne seraient pas eux aussi victimes du même genre de calomniateurs.



Citer ce billet
Louis Hauseux (2022, 19 novembre). Louis Hauseux : Aristophane et les proverbes. Connaissance hellénique. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmhx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search