Hommage à Arielle Chopard

Chère Arielle,

Tu nous as quittés et on t’enterre aujourd’hui (lundi 26 septembre 2022) à Sisteron. Mère de deux enfants, aujourd’hui grands et braves gaillards, professeur de lettres au collège Sainte Élisabeth près de Marseille, passionnée de littérature et de culture, tu écrivais pour LYCHNOS quelques savoureux comptes-rendus de roman, et tout dernièrement, une présentation d’un roman policier byzantin (eh oui, cela existe !).
Après un cancer du sein dont tu avais guéri, te voici terrassée par une mésothéliome qui ne t’a pas laissé beaucoup de chance. Pour quelqu’un qui aimait le grec, être vaincu par cette affreuse maladie au nom grec ajoute encore un peu à la tristesse de ta disparition (au début de ta soixantaine).
Tu es partie juste après la reine Elizabeth et Jean-Luc Godard. Avec la première, tu partageais la même forme d’humour, parfois féroce, en particulier vis-à-vis des « scrogneugneux » et des « scrogneugneuses » de l’université française, plus intéressé(e)s à leur carrière qu’au rayonnement du royaume des lettres… Mais la reine aimait les chiens, toi, tu préférais les chats… Avec le second, tu partageais le même art du cinéma, et à dire la vérité, je préfère ton cinéma au sien. Tu avais réalisé un délicieux mini-péplum en latin sur l’assassinat de César avec Pascal Boulhol, des étudiants de l’université et des élèves du collège.
Ta présence dans l’équipe de Connaissance Hellénique mettait une grande joie, une bonne humeur communicative et tu étais là pour rendre service, notamment avec Jean, ton compagnon, avec qui nous avions eu jadis un projet d’enregistrement de textes grecs.
Maintenant, je suis sûr que là-haut, tu es en bonne compagnie. Tu pourras demander à la belle Hélène si elle était consentante à son enlèvement (il suffit de voir la bouille de Ménélas pour le savoir !), si Médée a bien tué ses enfants de sang-froid (ils étaient insupportables, vous comprenez ?), si Pénélope est vraiment restée fidèle à Ulysse (comment peut-on rester de marbre face à cinquante beaux jeunes gens : après tout, voilà de quoi passer des nuits plus agréables qu’à tisser la toile…), si enfin Nausicaa était bien nue dans la rivière avec ses copines quand Ulysse l’a rencontrée (non ! elle portait un birkini !)… N’hésite pas, si on te le permet, à nous écrire !
Notre douleur reste immense.
Puisse ta tombe fleurir toujours, là-haut, entre les montagnes.

Christian Boudignon

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.