Raymond Meunier : “Les Carthaginois ont-ils fondé Marseille ?”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article huit.

 Marseille a-t-elle été fondée par les Puniques, les Grecs ou les Martiens ?

 

Salammbô par Glauco Cambon, 1906. Collection privée (wikicommons)

 

Un roman sur la Marseille phénicienne

J’ai toujours rêvé d’écrire un roman de science-fiction qui raconterait que Marseille aurait d’abord été fondée par les Phéniciens de Carthage, bien avant l’arrivée des Grecs de Phocée. La première phrase serait :

“Lasse d’une si longue expédition, la reine, galamment dévêtue par ses servantes de ses atours magnanimes, plongea dans son bain au milieu des jardins de son palais qui surplombait Carthage ; en entrant dans le lait d’ânesse, elle contempla le ciel, la ville et la mer, et soudain fut prise d’une immense mélancolie qui la liquéfiait ; elle regrettait d’avoir fondé Massalia : il ne lui en viendrait que des malheurs…”

Ce livre s’inscrirait dans le cadre d’un mouvement littéraire qui remonte à la Salammbô de Gustave Flaubert (Paris, 1862) et se poursuit aujourd’hui avec, par exemple, le roman de Laurent Binet, Civilizations (Paris, 2019) racontant comment l’empereur inca Atahualpa a conquis l’Europe au XVIe siècle…  Flaubert s’appuyait sur un événement historique peu connu, la révolte des mercenaires de l’armée carthaginoise contre les Carthaginois (240-238 avant J.-C.) : presque tout y était historique sauf le personnage de Salammbô, la fille d’Hamilcar, dont le nom et la personnalité sont une création fantastique de Flaubert. Dans le roman de Binet, l’Histoire donne lieu à l’uchronie, l’utopie historique : on reprend les personnages de l’Histoire mais on leur invente un nouveau destin. Christophe Colomb meurt sans pouvoir révéler sa découverte de l’Amérique ; l’empereur inca Atahualpa conquiert l’Europe au lieu d’être exécuté par les Espagnols en 1533.

Mon roman serait donc un projet uchronique et a-scientifique : petit à petit apparaîtrait  une voix off, un narrateur qui raconterait comment il est en butte à un complot de philhellènes…  J’entrelacerais en effet le récit de la fondation de Massalia par la reine punique Élyssa et le combat aujourd’hui du narrateur contre les historiens qui  expliquent que Marseille a été fondée par des Grecs de Phocée en 600 avant J.-C. en s’appuyant notamment sur le mythe d’une alliance entre Gyptis et Protis, entre Grecs et Celtes Ségobriges. Dans un geste tout à fait ” trumpien”, la voix off prétendrait démasquer l’imposture (qui est en fait la vérité historique) et établir une vérité alternative (en fait la fake new que Marseille a été fondée par les Phéniciens) à partir du nom de Massalia et d’une stèle en pierre découverte en 1845 à Marseille qu’on appelle communément le Tarif sacrificiel de Marseille, qui prouverait, selon mon narrateur, qu’entre 800 et 600 avant notre ère, Marseille  abritait un comptoir et un sanctuaire punique en lien avec Carthage.

Dans ce roman, j’imaginerais plus tard, vers 600,  un combat naval entre les vaisseaux puniques et les vaisseaux grecs au large de Marseille, à la façon dont Hérodote, Histoire 1, 166, nous parle de la bataille dite d’Alalia qui vers 540-530 avant J.-C. opposa dans le détroit de Sardaigne les Phocéens d’un côté et les Carthaginois et les Étrusques réunis de l’autre. Je m’appuierais sur Thucydide, Histoire, 1, 13, qui écrivait que « les Phocéens, quand ils fondaient [ou quand ils allaient fonder] Marseille, les vainquaient dans un combat naval[1]… » Je narrerais  aussi les amours d’un Gaulois et d’une Carthaginoise, la reine Élyssa, à la façon dont Virgile nous peint au chant I de l’Énéide la rencontre de Didon et d’Énée.  Je montrerais ensuite comment cette lignée trahirait la cause punique et comment les Grecs succèderaient aux Carthaginois… Seuls quelques prêtres puniques continueraient d’offrir à Baal, Eshmon et Astarté des sacrifices multiples et laisseraient les femmes pratiquer en secret la prostitution sacrée avec eux.

Mais, hélas, je suis trop historien, trop archéologue pour me laisser aller à cette fantaisie de roman de science-fiction. Je suis trop pétri de la science historique qui s’appuie sur l’étude des textes, les données de l’archéologie et les débats contradictoires de la communauté des historiens et archéologues. Le consensus des savants et des spécialistes, la vérité historique que je vénère trop  selon laquelle ce sont bien les Grecs (et non les Phéniciens) qui ont fondé Massalia en 600 avant J.-C. m’empêche de mener à bien mon projet.

 

Marseille et Carthage

Renonçant donc à mon roman, je me lance dans une   petite enquête historique sur Marseille et Carthage dans voici les résultats.

Deux articles sont particulièrement précieux. Commençons par celui de Patrick Voisin, agrégé de grammaire, « Marseille et les Puniques », paru dans V. Bonet & G. Viard (éd.), Marseille en Méditerranée, Échanges économiques et culturels de la ville grecque à la ville médiévale, Annales de l’APLAES 5 (2018). Il rappelle que la Sicile occidentale, la Sardaigne, l’Afrique du nord et l’Ibérie (l’Espagne) étaient sous domination phénicienne au VIIe siècle. Il met en parallèle la légende de la fondation de Marseille (en 600 avant J.-C.) quand Petta offre une coupe à Euxène, l’épouse et lui donne un fils Prôtis (selon Aristote) ou quand Gyptis offre une coupe à Prôtis (selon l’historien Trogue-Pompée) et la légende de fondation de  Carthage (en 814 av. J.-C.) quand la reine Élyssa reçoit l’autorisation du roi berbère Hiarbas de fonder un royaume de l’étendue d’une peau de vache que la reine découpe en petits morceaux pour dessiner les contours de la ville. Il compare la structure des deux ports, les expéditions navales (des marseillais Euthymènes et Pythéas et des carthaginois Himilcon et Hannon), les constitutions et la fin des deux villes passées pour Carthage en 146 av. J.-C. sous domination romaine et pour Marseille en 49 av. J.-C.

Si les échanges existaient bien entre Carthage et Marseille, au point qu’une des épaves coulées devant Marseille à la fin du IIIe siècle avant J.-C. portât, semble-t-il, des amphores puniques contenant de la saumure de poisson, les conflits et les batailles navales semblent bien pourtant être la norme. Après bien des luttes, ce n’est qu’au IVe siècle qu’on voit une réconciliation temporaire entre Marseille et Carthage avant qu’au milieu du IIIe siècle les Marseillais n’aident de façon décisive les Romains dans le conflit qui les oppose à Carthage jusqu’à sa destruction en 146 av. J.-C.

Si les Gaulois du Languedoc (Pech Maho) étaient au VIe siècle avant J.-C. en contact avec Phéniciens, Grecs et Étrusques puisque les amphores qu’on y a retrouvées sont pour un tiers, puniques, un tiers, étrusques et un tiers, grecques, on peut évidemment rêver à une installation punique à Marseille… Mais pourquoi pas une installation étrusque ? En tout cas, rien ne prouve une occupation ou une fondation phénicienne de Marseille aux VIIIe et VIIe siècles…

 

Le problème du nom de Massalia

Rien, sauf peut-être deux éléments. D’abord, le nom de Marseille, Massalia, fait penser à Alalia, la ville de Corse fondée par les Phocéens. Serait-il phénicien ? Il faut se rapporter au second article, celui d’Antoine Hermary, historien et archéologue, « Marseille phénicienne : un mythe du XIXe siècle », dans A. Fernet & N. Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle -1945, Pessac, 2015, p. 263-212. L’auteur montre que la découverte du tarif sacrificiel de Marseille en 1845 a lancé une véritable « phénicomanie » pendant 50 ans au moins. Même en 1901, Michel Clerc, professeur à la faculté des lettres d’Aix-Marseille et directeur du Musée Borély, est ainsi tenté de rattacher le nom de Marseille à la racine sémitique mazzâl / massâl. Selon nos recherches, on trouve certes dans le Phönisches Wörterbuch de Moritz Abraham Lévy, Berlin, 1864, le nom propre Maçlian ou le nom propre MShLW ou le verbe MShL « dominer ». Mais est-on bien sûr qu’il faille chercher là l’étymologie de Marseille ? Ce qui est sûr en tout cas, c’est que le nom de Massalia n’est pas grec. Il pourrait-être celte aussi bien qu’étrusque ou phénicien, toutes langues très mal connues… Rien ici de très concluant.

 

Le Tarif sacrificiel de Marseille

Revenons au Tarif sacrificiel de Marseille. Une traduction du texte a été faite par Remo Mugnaioni, maître de conférences ès langues sémitiques à l’université d’Aix-Marseille, et se lit dans le cartouche du Tarif sacrificiel de Marseille au musée de la Vieille Charité, à Marseille :

« Temple de Baal-Saphon

Tarif des redevances sacrificielles qu’ont établi trente des hommes ayant autorité sur celles-ci à l’époque du suffète Halos-Ba’al, fils de Bod-Tannit, fils de Bod-Eshmun et du suffète Halos-Ba’al, fils de Bod-Eshmun, fils de Halos-Ba’al et leurs confrères.

D’un bœuf complet qu’il soit débité en quartiers ou laissé entier, il reviendra à chaque prêtre dix pièces d’argent ; sur la totalité, en plus de cette redevance, seront retenus pour trois cents sicles de viande (faits) des quartiers du cou et des rôtis. La peau, les côtes, les pattes et les restes de la viande seront, quant à eux, réservés au maître du sacrifice.  Pour un veau non encorné ou pour un bélier, qu’il soit débité en quartiers ou laissé entier, il reviendra à chaque prêtre cinq pièces d’argent ; sur la totalité, en plus de cette redevance seront retenus pour cent cinquante sicles de viande (faits) des quartiers du cou et des rôtis. La peau, les côtes, les pattes et les restes de la viande seront réservés au sacrificateur. Pour un bouc (ou une chèvre) complet, qu’il soit débité en quartiers ou laissé entier, il reviendra à chaque prêtre un sicle d’argent et deux zr ; seront également retenus les quartiers et les rôtis. Les côtes, les pattes et les restes de viande seront réservés au sacrificateur. Pour un agneau, un chevreau ou un jeune bouc complet, qu’il soit débité ou laissé intact, il reviendra à chaque prêtre trois-quarts de sicles d’argent et deux zr. Pour le (**) en plus de cette redevance, le cou et les rôtis. La peau, les côtes, les pattes et le reste de la viande seront réservés au sacrificateur. Pour une volaille ‘gnn ou pour un faucon (?) complet, un šp ou un zt, il reviendra à chaque prêtre trois-quarts de sicle d’argent et deux zr. Pour un oiseau ou quelque offrande consacrée du gibier ou un don d’huile, il reviendra à chaque prêtre dix ‘grt. Pour chaque quartier offert aux dieux, il reviendra aux prêtres le cou et les articulations ainsi que les morceaux (…) Sur du gruau, du lait ou le suif d’un quelconque sacrifice offert par un homme, sera réservé du grain pour les prêtres (…). Pour tout sacrifice offert par un homme, propriétaire de son bétail ou de sa volaille, il ne sera rien donné aux prêtres.

Qu’il s’agisse d’une offrande matinale, familiale ou celle provenant du banquet des dieux, que chaque personne ayant fait cette offrande s’acquitte de son paiement suivant le montant spécifié dans le texte. Pour toute redevance qui ne serait pas indiquée dans cette inscription, qu’il soit payé en conformité avec les textes entre les mains des trente hommes qui ont établi ce tarif sacrificiel ainsi que (sous l’autorité) d’Halos-Baal, fils de Bod-Eshmun, et de ses confrères. Tout prêtre qui acceptera un paiement en plus de ce qui a été fixé dans cette inscription son amende sera de (…) Tout sacrificateur qui ne donnera pas la totalité (…) des morceaux qui … »

Franz Karl Movers dans son ouvrage Das Opferwesen der Karthager, Commentar zur Opfertafel von Marseille, Aderholz, 1847, p. 25-26, établit que l’écriture phénicienne employée n’est pas plus tardive que le IVe siècle avant J.-C. et que le prix élevé des offrandes animales n’a pas pu être normé avant le Ve siècle avant J.-C. et qu’il est vraisemblablement postérieur au Ve siècle. Le « sicle étranger » précède l’introduction du pied attique dans la monnaie en Occident à partir de la seconde moitié du IVe siècle. La date de l’inscription est donc assurément le IVe siècle avant J.-C.

Pour la provenance de la pièce, Gaston Vasseur, professeur de géologie à la faculté des sciences de Marseille, Sur l’origine de l’inscription phénicienne de Marseille, Marseille, 1921, a montré dans cette notice, publiée après sa mort, que la pierre venait des environs de Carthage : elle a la même composition chimique que d’autres vestiges carthaginois, dont une stèle carthaginoise du Louvre. Il conteste que cette pierre ait servi de lest en l’absence de trace de mer.

Il y a donc une certitude scientifique que le Tarif sacrificiel de Marseille est une pierre qui vient des environs de Carthage et qui y a été gravée au IVe siècle avant J.-C. Comment elle s’est retrouvée à Marseille dans le sous-sol de la cathédrale est une question à laquelle la réponse définitive n’a pas été donnée.

 

Conclusion

Cela aurait été ma liberté du romancier d’extrapoler à partir de quelques éléments  une fondation de Marseille par les Carthaginois. Mais ni le nom de Massalia ni le Tarif sacrificiel de Marseille ne sont  des preuves de mon hypothèse phénicienne, et la supposée présence d’un culte punique à Marseille au IVe siècle ne prouverait rien d’autre que l’existence d’échanges entre Marseille et Carthage à l’époque ou dans les siècles suivants. La prudence scientifique nous contraint et me contraint à supposer que ce sont lors des contacts entre Marseille et Carthage à partir du IVe siècle avant J.-C., que cette pierre a été apportée, intentionnellement ou non, à Marseille…

Prudence scientifique et littérature fantastique ne font pas bon ménage. C’est bien dommage, car voilà mon roman qui tombe à l’eau. Pourtant, après tout, toute cette fantaisie aurait-été à la fois très moderne et très antique : peut-être même s’inspirerait-elle du fameux Lucien de Samosate qui, dans la préface de son Histoire vraie I, 4, polémiquait au deuxième siècle après J.-C. contre les autorités scientifiques de son temps et écrivait : « Puisque je n’avais rien à raconter, n’ayant jamais rien vécu d’intéressant, je me suis adonné au mensonge avec beaucoup plus d’honnêteté que les autres… »

Bon, je vais me lancer dans un nouveau projet de roman ! Marseille a été fondée par les extra-terrestres. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle s’appelle Mars-eille ! Elle a été fondée par les Martiens !

Raymond Meunier

Note

[1] Thucydide, Histoire 1, 13 :  Φωκαῆς τε Μασσαλίαν οἰκίζοντες Καρχηδονίους ἐνίκων ναυμαχοῦντες

 

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.