Bernard Chevreux présente le roman antique “Chairéas et Callirhoé”

► ὁ λύχνος n° 162, juillet 2022, article cinq.

Chairéas et Callirhoé,

l’étonnant roman de Chariton

Pirates grecs attaquant un navire marchand (détail d’un vase peint de Cerveteri, Italie) ©Getty – Archiv Gerstenberg/Ullstein bild

Écrit quelque part entre les années 75 et 125 après J.-C. par un écrivain se présentant sous le nom de Chariton, Chairéas et Callirhoé est un des rares romans grecs qui nous sont parvenus dans leur quasi-intégralité[1]. Sa réception assez limitée chez les Modernes − contrairement à des œuvres comme le célèbre Daphnis et Chloé de Longus ou les Éthiopiques d’Héliodore que le jeune Racine savait par cœur −, explique qu’il soit aujourd’hui inconnu du grand public. Et le lecteur éventuel, s’il découvre que ce roman existe, pourrait aussi se poser légitimement la question de savoir pourquoi il prendrait la peine de le lire. Dans ce cas, la curiosité seule ne se révèlerait pas être un vilain défaut, elle se trouverait même récompensée pour les quelques raisons que nous nous proposons d’exposer.

De l’auteur on ne sait rien sauf que, dans son introduction, outre son nom, il mentionne être originaire d’Aphrodisias (une ville à l’intérieur des terres de la Carie, province romaine située au sud-ouest de l’actuelle Turquie) et le secrétaire d’un avocat nommé Athénagoras. De même il précise qu’il va conter une histoire d’amour commençant et se terminant en Sicile. En réalité son œuvre est aussi un roman d’aventures que vivent les deux héros du titre. Le personnage principal est incontestablement Callirhoé, la fille du premier citoyen de Syracuse, Hermocrate. En précisant que ce dernier fut le vainqueur de la flotte athénienne, Chariton situa son œuvre fictionnelle dans l’Histoire, puisque les victoires navales d’Hermocrate (413 av. J.-C.) contribuèrent à l’échec de l’expédition des Athéniens en Sicile.  Néanmoins Chariton commet plus loin un anachronisme en introduisant le roi perse Artaxerxès II (qui régna de 404 à 358 av. J.-C.) dans l’intrigue.

Mais résumons d’abord l’histoire. Le jour de la fête d’Aphrodite, Callirhoé se rend au temple de la déesse et rencontre fortuitement Chairéas, le fils d’une famille éminente. L’un et l’autre sont jeunes et beaux, leurs regards se croisent et c’est le coup de foudre réciproque. Rentré chez soi, chacun des deux se désespère de ne pouvoir épouser l’autre, mais la foule syracusaine, voyant dépérir Chairéas, intervient en sa faveur auprès d’Hermocrate. Peu après les noces, un des anciens prétendants de Callirhoé tend un piège au nouveau marié en lui faisant croire que la jeune femme le trompe déjà. Dans une crise de jalousie Chairéas donne alors à son épouse un coup de pied à hauteur du diaphragme. Cette dernière tombe apparemment morte et est mise au tombeau avec force richesses. Ayant observé la scène, le pirate Théron vient pour se livrer au pillage, ajoute Callirhoé à son butin et cingle avec ses complices vers Milet, la principale ville d’Ionie. C’est là qu’il la vend comme esclave à l’intendant de Dionysios, le principal personnage de toute l’Ionie (alors sous tutelle perse), pour le compte de son maître devenu veuf peu de temps auparavant. Nouveau coup de foudre, à sens unique cette fois, de Dionysios qui ne désire rien de moins qu’épouser Callirhoé. Pour cela il est aidé par une esclave rusée qui avait remarqué, avant l’intéressée elle-même, que la jeune femme était enceinte.

Pendant ce temps Chairéas, qui était parti à la recherche de son épouse, trouve Théron en perdition en mer et reconnaît les objets déposés dans le tombeau. Interrogé sur le sort de Callirhoé, le pirate lui révèle qu’il l’a vendue à Milet. Puis, arrivé là-bas avec son équipage, Chairéas est fait prisonnier par le satrape de Carie qui lui apprend que Callirhoé est vivante. Il s’ensuit alors une série de péripéties qui mèneront à un procès présidé par le roi de Perse tombé lui aussi amoureux de Callirhoé. L’enjeu était de savoir de qui Callirhoé était l’épouse légitime, mais une révolte égyptienne interrompt la procédure. Chairéas se met alors au service des Égyptiens en tant que commandant de leur flotte. Il s’empare de la ville de Tyr par ruse puis fait prisonnière Statira, l’épouse d’Artaxerxès, qui était accompagnée de Callirhoé. Les hostilités se terminent vite car sur terre, les Égyptiens sont vaincus par les Perses emmenés par Dionysios. Statira est alors rendue à son royal époux et Chairéas et Callirhoé, s’étant ainsi retrouvés, peuvent enfin retourner à Syracuse.

Tout est donc bien qui finit bien. Classique ou banal, dira-t-on, sauf qu’à notre avis l’intérêt de l’œuvre réside non seulement dans le fait qu’elle nous plonge dans une civilisation fort différente de la nôtre, mais aussi dans la façon dont Chariton a utilisé le paradoxe pour bâtir et agrémenter son roman. Celui-ci ressemble en effet souvent à une pièce de théâtre et fait un peu penser à une tragi-comédie dont les quelques passages franchement comiques ont surtout la mort en toile de fond.

Le résumé ci-dessus laisse déjà entrevoir au lecteur moderne un trait du récit qui pourra le surprendre, dès le début, à savoir la très peu vraisemblable mise au tombeau d’une personne que l’on croit morte simplement parce qu’elle en offre l’image : ce thème de la « mort apparente » est en fait un topos romanesque bien connu des spécialistes[2]. Ensuite nous apparaît paradoxale l’hypersensibilité des principaux personnages masculins. Des manifestations physiques en sont la conséquence. Plus d’une fois, ils pleurent et veulent même se donner la mort. Le lecteur d’aujourd’hui risque de trouver comiques des attitudes qui pourtant suivent les conventions littéraires de l’époque. Enfin, le public moderne pourra s’étonner des relations qu’entretient Callirhoé avec les divinités : nombreuses sont ses prières adressées non seulement à Aphrodite, bien sûr, mais aussi à Tychè (la Fortune). Mais cet aspect nous rapproche en fait des réalités d’une culture grecque où tout individu pouvait demander tel ou tel service au dieu ou à la déesse de son choix. Citons aussi, comme autres réalités surprenantes, la forte présence de pirates ou bien le comportement des maîtres vis-à-vis de leurs esclaves, pouvant aller, chez la même personne, de la bienveillance à l’usage sans scrupules de la torture ou aux menaces du pire. De même, Chariton n’a pas inventé une révolte égyptienne de 360 contre la domination perse, un des tournants du récit. Les luttes commencèrent de fait bien avant Artaxerxès II, sous le règne duquel des Grecs combattirent encore plus d’une fois aux côtés des Égyptiens.

Le cadre historique de l’œuvre est donc concret. Et même si le point de départ du roman consiste dans un fait difficilement crédible − Callirhoé tenue pour morte et mise au tombeau −, la suite est traitée par l’auteur d’une manière réaliste. Les dialogues ainsi que les quelques monologues de Callirhoé animent la lecture et font penser par moments à une pièce de théâtre. Et même à une pièce de théâtre où l’auteur semble avoir prévu un entracte : exactement au milieu de l’ouvrage. En effet, Chariton commence son cinquième chapitre – il y en a en tout huit, appelés livres – par un bref résumé de ce qui s’est passé dans les précédents. À croire que l’auteur a envisagé des lectures publiques avec le but d’offrir la possibilité aux auditeurs de faire une pause prolongée et aux retardataires d’apprendre ce qu’ils ont manqué de l’intrigue.

Un autre aspect particulier du roman provient du fait que l’auteur rompt parfois très brièvement son récit, pour, semblerait-il, souffler directement au lecteur une information : en définissant, par exemple, la personnalité de Dionysios, l’état d’esprit d’Aphrodite à tel ou tel moment ou bien, sur le mode ironique, le naturel des Athéniens ou des Grecs en général.

Chariton surprend aussi par le fait qu’il lui arrive d’annoncer ce qui va se passer, et même l’heureux dénouement de son histoire. Aurait-il ainsi voulu que le lecteur prête une attention moins soutenue au fil de l’histoire pour la tourner vers les passages offrant assurément quelque matière à réflexion ?[3] Toujours est-il que dans la seconde partie du roman, l’humour est moins présent que dans la première.

Car par moments Chariton manie aussi l’humour, à commencer par ce que l’on pourrait qualifier de « galéjades » lorsque notre romancier décrit à plusieurs reprises la réaction des personnages ou même des foules apercevant la beauté quasi surnaturelle de Callirhoé. Ils la prennent pour une déesse, restent sans voix, s’inclinent profondément. Et les personnages assez importants pour pouvoir prétendre aux faveurs de la mortelle qu’elle est finalement, tombent tous amoureux. Chariton devait donc penser qu’en forçant le trait, il pourrait au moins faire sourire le lecteur de son temps.

L’humour noir est à plusieurs reprises bien présent dans ce roman. Par petites touches d’abord quand Callirhoé se réveille dans son tombeau et lorsqu’elle est délivrée par les pirates. Le thème de l’enterrement, cette fois-ci celui de Chairéas, donne l’occasion à Chariton d’écrire un passage emblématique qu’il termine par un amusant commentaire sur ce que pense la foule accompagnant la cérémonie. Une fois de plus, à partir d’une situation vécue comme tragique par Callirhoé, Chariton prête à celle-ci des pensées que le lecteur trouve amusantes du fait qu’il connaît la vérité.

Le passage suivant, situé au moment des funérailles de Chairéas, montre bien l’emploi de paradoxes et des formes d’humour :

« On annonça un jour donné, et se rassemblèrent à ce jour les foules de Milet grossies de celles de presque toute l’Ionie. Il y avait aussi deux satrapes, par hasard en visite, Mithridate celui de Carie et Pharnace celui de Lydie. Officiellement, ils étaient là pour honorer Diοnysios ; en réalité, ils voulaient voir Callirhoé. De fait, la réputation de la jeune femme était immense dans toute l’Asie et le nom de Callirhoé remontait déjà jusqu’au Grand Roi – nom plus prestigieux encore que celui d’Ariane ou de Léda. Aux funérailles, on trouva qu’elle était plus belle qu’on ne le disait : elle parut tout de noir vêtue, les cheveux défaits ; le visage étincelant, elle découvrait ses bras nus – plus merveilleuse que Braséclatant ou Bellecheville d’Homère. Personne, absolument personne, ne put seulement supporter la splendeur de sa beauté : on dut détourner les yeux, comme sous le coup d’un rayon de soleil, on se prosterna et les petits enfants eux-mêmes ne restèrent pas insensibles. Mithridate, lui, le commandant de Carie, s’écroula la bouche ouverte comme un homme frappé à l’improviste d’un jet de fronde : ses gardes du corps eurent de la peine à le porter en le soutenant. On voyait dans le cortège une statue représentant Chairéas, réalisée d’après le chaton de la bague de Callirhoé : l’image était très belle, mais personne ne la regarda, à cause de la présence de Callirhoé, qui seule attirait tous les regards. Comment décrire dignement les derniers moments de cette procession ? Lorsqu’on fut arrivé près du tombeau, les porteurs du lit funèbre le posèrent, Callirhoé y monta, embrassa Chairéas, couvrit son visage de baisers : ‘Le premier, tu m’as ensevelie à Syracuse ; à mon tour je t’ensevelis à Milet. Nos malheurs ne sont pas seulement épouvantables, ils tiennent aussi du prodige : nous nous sommes ensevelis l’un l’autre. Aucun de nous n’a seulement le cadavre de l’autre. Fortune de mauvais sort, même dans la mort tu nous as refusé d’être ensemble enterrés ; tu as exilé jusqu’à nos cadavres.’ La foule fit éclater le chant funèbre : tous les assistants plaignaient sans doute Chairéas d’être mort ; mais ils le plaignaient surtout d’avoir été séparé d’une telle femme. »[4]

On ne saurait toutefois réduire le ton général du récit à l’humour. « Roman d’analyse psychologique bâti sur un canevas de tragédie », comme l’a défini Molinié (p. 35), Chairéas et Calirhoé est une opulente broderie sur le thème de la dualité de l’amour, à la fois force destructrice et source de douceurs infinies, et sur celui de la place de l’individu dans une société où l’eudémonisme individuel semble être le seul idéal permis. La dernière prière de l’héroïne à Aphrodite, sur quoi se clôt le récit, exprime un mélange de douce résignation devant la puissance du destin, de gratitude envers la déesse lavée de tout grief de cruauté, et enfin d’aspiration à un bonheur conjugal durable, acheté au prix de la souffrance. Après toutes les aventures qui les ont éprouvés mais aussi grandis, les deux époux retrouvent une dimension banale, rangée et « bourgeoise », celle d’une vie de couple exemplaire comme pourrait la résumer une inscription funéraire ou un portrait, virtuellement une photographie posée, dans son joli cadre, sur la tablette d’une cheminée.

Bernard Chevreux

(en collaboration avec Paul Challobos)

[1] L’ouvrage sera cité ici d’après l’édition et traduction de Georges Molinié, Chariton. Le roman de Chairéas et Callirhoé. Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, [1979], 1989. Depuis, deux nouvelles éditions critiques ont paru : en 2004 à Munich chez Teubner / Saur (B.P. Reardon), en 2020 à Heidelberg (M. Sanz Morales).

[2] On trouve des fausses morts dans six romans grecs antiques. Cf. Achille Tatios, Leucippè et Clitophon, III, 5 ; V, 7, 4 ; VII, 3, 5-8 ; Héliodore, Éthiopiques, I, 30-31 ; Xénophon d’Éphèse, Éphésiaques, III, 7, 1-4 ; IV, 5, 6 ; Antoine Diogène, Merveilles incroyables d’au-delà de Thulé, éd. Henry, p. 144 ; Jamblique, Babyloniaques, éd Henry, p. 44, 77a, 33-38.

[3] Voir Mireille Courrént, « En panne sur l’autoroute » (2018) https://www.fabula.org/colloques/document5798.php  : « Il n’y a pas de suspense à proprement parler dans ces récits d’aventures. Ils fonctionnent même sur de l’anti-suspense. Pour un individu formé aux activités intellectuelles et qui ne se satisfait pas de la simple lecture de la fable constamment répétée d’un ouvrage à l’autre, le plus grand plaisir de cette lecture consiste alors à voir comment l’auteur arrive à dépasser les contraintes du genre pour produire quelque chose d’original sur une trame obligatoire aussi commune ».

[4] Livre IV, I, 7-12, traduction de Georges Molinié (p. 116-117), remaniée.



Citer ce billet
Bernard Chevreux (2022, 20 juillet). Bernard Chevreux présente le roman antique “Chairéas et Callirhoé” Connaissance hellénique. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mmho

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search