Benjamin Diouf et Mayoro Dia : “Le mariage par rapt en Grèce antique et en Afrique noire”

► ὁ λύχνος n° 161, mars 2022, article neuf.

  Le mariage par rapt en Grèce antique et en Afrique noire

Enlèvement de Perséphone par Hadès, fresque de la tombe de Vergina, Grèce (340 avant J.-C.) Wikicommons

[Résumé : Dans cet article, il est question d’étudier un point crucial dans l’histoire de l’humanité, le rapt des jeunes filles pour en faire des épouses, en particulier sur deux continents, Afrique et Europe. Notre objectif est de relever et d’étudier les différentes formes de rapts (consentis et symboliques, non consentis) et leurs conséquences surtout négatives sur les rapports sociaux et sur les jeunes filles. L’originalité de cette étude est d’établir une comparaison entre deux sociétés anciennes, africaine et grecque, sur les formes (parfois violentes) de contracter un mariage.]

Introduction 

Le thème du mariage a été beaucoup abordé de l’Antiquité à nos jours, surtout par des auteurs et des chercheurs, qu’ils soient anthropologues ou simples sociologues. Beaucoup d’ouvrages et d’articles scientifiques ont été produits sur le mariage grec ancien ou africain actuel. À titre illustratif, Victor Magnien, Le mariage chez les Grecs anciens. L’initiation nuptiale, et Claude Meillier, Une coutume hiérogamique à Sparte ? se sont intéressés à l’union conjugale dans le monde grec au cours de l’Antiquité, précédés dans ce domaine par les historiens Hérodote et Plutarque. En Afrique noire, le mariage a également donné naissance à de riches travaux scientifiques dont l’ouvrage collectif Le mariage en Afrique, Pluralité des formes et des modèles matrimoniaux[1] dirigé par Richard Marcoux et Philippe Antoine ; la thèse de doctorat de Cornelia Bounang Mfoungué (2012), Le mariage africain, entre tradition et modernité : étude socio-anthropologique du couple et du mariage dans la culture gabonaise. Ces réflexions et recherches, ainsi que beaucoup d’autres, ont porté sur  divers aspects du mariage allant de sa définition à ses caractères juridique, coutumier, social, religieux, et à ses différents types. Au cours de cet article, nous n’entendons pas revenir sur ces points qui ont été bien étudiés par les uns et les autres. Cependant, nous exercerons notre réflexion sur une forme très ancienne du mariage que partagent Grecs anciens et certains Africains noirs : le mariage par rapt ou enlèvement[2]. Celui-ci est abordé par certains auteurs et chercheurs qui en ont juste souligné la pratique, ignorant ses soubassements et ses impacts tant sur la société que sur l’individu. C’est cela qui nous a conduits à reparler du mariage par enlèvement pour tenter de répondre à ces questions que nous ne cessons de nous poser : Dans quelles conditions se fait le mariage par rapt ? Quelles sont ses incidences sur la société et sur la femme surtout ? Ces interrogations nous mèneront à aborder dans cet article, d’une part, les formes du mariage par rapt et, d’autre part, ses conséquences. C’est dans le souci de ne pas faire une étude qui dépasse l’objectif de cet article qu’on limite ce travail sur ces aspects de leurs coutumes du mariage.

  • Les différentes formes de rapt

Tout d’abord, il convient de distinguer le mariage forcé du mariage par rapt. En effet, l’on peut définir le mariage forcé par l’absence de consentement libre et entier d’au moins l’une des deux parties ; par contre, le mariage par rapt se caractérise par un enlèvement de la fille avec ou sans son consentement libre et entier. Même si l’on peut inclure certaines pratiques de certaines formes de mariage par rapt dans le mariage forcé et vice versa, il existe une distinction entre ces deux concepts. Cette distinction permet de comprendre les différentes formes de mariage dans le passé, et donc les différentes formes de rapt pour prendre des jeunes filles pour  épouses dans les sociétés où elles sont pratiquées[3]. Les formes de mariage sont principalement les mariages coutumiers par dot, par don ou promesse, par échange ou remboursement, par travail, par lévirat/sororat, par rapt de jeunes filles (union par enlèvement de jeunes filles), par achat[4], par échange, le mariage libre (les époux sont libres de faire leur choix), endogamique, exogamique. Ces formes de mariage peuvent demander le consentement des futurs époux, ou pratiquement pas du tout leur consentement, surtout le consentement de la jeune fille quand il s’agit de certaines formes de rapt (A. Maïga et B. Baya, 2014, p. 63). Ce sont ces  différentes formes de rapt ou ces différents modes d’accéder à la femme aimée qu’il s’agit d’étudier ici pour comprendre le rapt, ses différents sens. Comme on l’a défini, le rapt consiste à enlever une femme qui peut y consentir ou ne pas y consentir librement et entièrement. On peut inclure le rapt symbolique dans la première forme de rapt. Quand on parle de consentement, on fait référence surtout au consentement de la jeune fille, et non à celui des parents de la fille et du garçon, ou à celui du futur époux. En effet, le consentement de la fille doit l’emporter sur celui des autres quand il s’agit de son mariage, ce qui n’est pas toujours le cas[5]. Comme on vient de le voir, toutes les formes de rapt ne sont pas à inclure nécessairement dans la pratique du mariage forcé.

  • Les rapts consentis et les rapts symboliques

Avant d’étudier la première forme de rapt, il serait intéressant d’en donner quelques causes de façon générale qui peuvent être, entre autres, l’amour, la haine, la jalousie, la vengeance (Hérodote, Histoires, livre VI, 65)[6]. Par exemple, pour empêcher un homme d’accéder au trône, un autre prétendant peut enlever la femme dont est amoureux le premier homme. Dans cette étude portant sur le mariage forcé en Éthiopie, il est à noter les causes d’un enlèvement et le processus à suivre pour réussir cette pratique :

“La plupart du temps, l’homme enlève, avec l’aide d’amis ou de membres de sa famille, une jeune femme vaquant à ses occupations. Cet enlèvement fait parfois suite à un refus des parents de donner la main de leur fille, ou bien à un refus de la jeune fille elle-même d’accepter une demande en mariage.” (DIDR-OFPRA, 2016, p. 5)

Dans la plupart des mariages par rapt, ce sont les hommes (le mari et ses amis) qui viennent enlever la jeune fille dans le domicile de ses parents ou dans un endroit un peu éloigné et caché du domicile (A. M. Sow, 1991-1992, p. 35). Mais il existe des cas où c’est la femme qui prend l’initiative de fuir avec son amant pour plusieurs raisons que nous verrons. C’est pourquoi le rapt n’est pas toujours accompagné de surprise, de contraintes et de violences, car cette pratique peut être voulue, planifiée et décidée par le garçon et la fille qui sont amoureux et en âge de se marier. C’est le cas d’un mariage exogame par choix mutuel entre adultes et décidé par le couple dans certaines sociétés peuhls :

“Le teegal, au contraire, est un mariage exogame, entre adultes et décidé par le couple : un mariage par choix mutuel. C’est une sorte de mariage-rapt, un remariage entre adultes. Il prend souvent la forme suivante : une femme mariée en fuite de son premier mari se rend à la danse pour regarder les concours de beauté masculine ; elle choisit un homme et s’en va avec lui. Plus tard, elle se rend au campement de son nouvel amant. L’amant est de l’ethnie WoDaaBe comme elle, mais pas nécessairement du même lignage (en fulfude : lenyol go’o ou bandiraB e, gens du même corps)[7].”

Cette forme de mariage par rapt consenti peut être vue comme une union libre entre deux amoureux qui choisissent délibérément de fuir ensemble dans un endroit reculé et sûr pour y vivre et y fonder une famille (A. Maïga et B. Baya, 2014, p. 111-112). C’est après la naissance d’enfants que les deux amoureux reviennent au lieu de départ pour concrétiser leur mariage. Cette forme de mariage dite « par fuite » a existé dans de nombreuses sociétés d’Afrique de l’Ouest, et ce, dès l’époque précoloniale. Dans cette forme de mariage, le  jeune homme veille à avoir l’accord de la jeune fille qu’il aime avant de l’aider à fuir. Ce mariage est un moyen permettant aux amoureux d’imposer leur choix à leurs parents, surtout dans le cas où la fille est promise à un autre homme qu’elle n’aime pas. La fugue (ou la fuite) d’une jeune fille du domicile de ses parents pour aller vivre auprès d’un homme qu’elle aime sans attendre l’accord préalable de ses parents a toujours existé dans la société gussi ; le rapt de jeunes filles est toujours pratiqué à Magenche et précède la concrétisation du mariage ; autrement dit, la célébration du mariage se fait quelques mois après le rapt de la jeune fille (A. Maïga et B. Baya, 2014, p. 191).

Au Sénégal, il y a le mariage par rapt de la jeune fille qui précède la négociation sur la dot dans les communautés Sérères, Noons et Djolas. On retrouve la pratique de cette forme de mariage dans la région du Fouta Toro chez les Toucouleurs, les Sarakholés et les Peuhls, mais qui intervient à la suite de la célébration du mariage (M. Brossier, 2010, p. 203)[8].

Le rapt est parfois un moyen de permettre aux jeunes amoureux de vivre en union : il n’est pas un acte violent, mais une très bonne stratégie pour pousser les parents à renoncer à leurs intentions de promettre la jeune fille à un homme qu’elle n’aime pas et à accepter le mariage entre leur jeune fille et le jeune homme qu’elle aime (V. Hertrich, 2007, p. 126). Dans une telle situation, le rapt est considéré comme un enlèvement concerté entre les deux jeunes amoureux. Il arrive parfois que le couple décide de rester loin des parents de la jeune fille et d’avoir des enfants avant de revenir au village. Cet acte sert à mettre les parents de la fille devant le fait accompli et à valider l’union.

L’enlèvement d’une fille amoureuse doit se préparer parfois avec un plan, une stratégie et une méthode ; sinon il arrive parfois que le rapt échoue (V. Hertrich, 2007, p. 133). Avant le rapt, les deux amoureux se parlent, s’assurent qu’ils s’aiment ; l’homme surtout s’assure que la fille l’aime et qu’elle est en âge de se marier (l’âge de se marier selon la localité des deux amoureux). Les deux amoureux planifient le rapt et le moment opportun. Mais il arrive que la fille fuit le jour du rapt. Dans ce cas, l’homme, accompagné de ses amis, revient une autre fois pour enlever la fille aimée. Dans un grand nombre de ces cas, la fille enlevée est déposée directement dans un autre village du lignage des deux amoureux (V. Hertrich, 2007, p. 134). L’homme informe ses parents de cet enlèvement ; ces derniers envoient des messagers pour rencontrer la famille de la fille afin de concrétiser l’union. Après avoir réussi tout cela, la famille de l’homme donne la dot et célèbre le mariage. Après, la fille rejoint le domicile de son mari.

Dans ce type de mariage par rapt consenti qui s’oppose au rapt non consenti caractérisé, entre autres, par des violences physiques et psychologiques exercées sur la jeune fille, il y a un mariage par rapt symbolique voulu, décidé et planifié à l’avance par l’amant et ses amis. Par exemple, les parents de la jeune fille sont informés du rapt ainsi que la fille et ses amies. Ce type de mariage par rapt symbolique est pratiqué chez des Sérères, des Diolas, des gens du Fouta Toro, etc. (Phil. Antoine, 2007, p. 4). Il est dit rapt symbolique, car c’est l’homme qui aide la fille aimée à organiser sa fuite. Dans ce cas de figure, les deux personnes s’aiment, mais le plus souvent les parents de la fille s’opposent à leur union et préfèrent donner leur fille en mariage à un autre homme qui a un bon statut social et une bonne situation financière. Pour s’unir, le couple s’enfuit dans une autre localité à l’insu des parents de la fille, y restent et y font des enfants avant de revenir au village de la fille pour mettre les parents devant le fait accompli. Dans certains cas, les parents sont obligés d’accepter leur union ; dans d’autres cas, ils refusent toujours l’union. Mais il convient de noter que, dans beaucoup de cas de rapt consenti et de rapt symbolique, c’est le couple qui impose l’union aux parents de la fille, alors que ce sont les parents qui imposent le plus souvent un homme à leur fille dans le cas du mariage forcé et du rapt non consenti.

Dans le rapt symbolique, il y a une autre forme pacifique. Il s’agit d’un simulacre de rapt avec un simulacre de violences qui consiste à faire semblant d’arracher l’épouse aux bras de sa mère pour la conduire de la maison de ses parents à celle de son époux[9]. Cette forme de rapt fait partie de la cérémonie du mariage où le cortège composé des parents et d’invités accompagnent l’épouse à la maison de son époux à la tombée de la nuit, et la scène se passe à la clarté des torches nuptiales. Le plus souvent, la conduite de l’épouse à la maison de son mari se fait avec ces moyens de transport : un char attelé à des mulets, ou à des bœufs, ou à des chevaux. Le cortège se forme vers le soir pour conduire la fiancée à sa nouvelle maison, chez son mari. Ce transfert de la fiancée du domicile de ses parents au domicile de son mari prend les apparences d’un rapt, et cette tradition était conservée à Sparte. Ce rapt n’est pas un acte violent : c’est une coutume particulière aux Spartiates consistant à faire enlever la mariée par son futur mari, mais avec l’accord des parents ou des tuteurs de la mariée : « Vers le soir enfin le cortège se formait, qui allait conduire la fiancée à sa nouvelle maison. Autrefois, ce transfert prenait les apparences d’un rapt, et cette tradition s’était conservée à Sparte […][10]

En milieu rural malien, on peut voir que le temps des fiançailles s’achève par un rapt symbolique (« enlèvement ») (V. Hertrich, 2007, p. 125). Après ce rapt symbolique, la jeune fille est confiée à une famille alliée ou amie de celle de l’époux, pas à celle de l’épouse, en attendant la célébration de la fête du mariage. En Rome antique, l’enlèvement ne se faisait pas avec des violences, mais c’étaient les amis du mari qui enlevaient la mariée après le repas de noce :

“En Rome antique, le mariage connaît déjà une série de rituels comme l’enlèvement de la mariée par les amis du mari en fin de repas de noce ou encore le fait de porter la mariée sur le pas de la porte pour éviter qu’elle ne trébuche. Les fiançailles sont ici plus importantes que le mariage en lui-même et pour la première fois un anneau de fer est échangé, ancêtre lointain de nos alliances actuelles[11]“.

 

  • Les rapts non consentis

Le mariage par rapt est une forme de mariage ancienne pratiquée dans la Grèce et la Rome antiques, et aussi dans certaines localités de certains pays africains. Cette forme de mariage par rapt peut être accompagnée de surprises, de peur et de violences. De cette forme de mariage par rapt non consenti, on a des exemples. On peut citer l’enlèvement d’Hélène[12] par les Troyens aux Grecs. Il faut noter que, parallèlement à la forme de mariage par rapt, il y a le mariage par achat. Ici, le fiancé devait avoir l’accord des parents de sa fiancée avant d’enlever la dernière :

A l’origine, chez les divers peuples aryens, un homme se procurait une femme en l’enlevant ou en l’achetant. Le mariage par rapt, qui est incontestablement la forme la plus ancienne, a, en raison même de son antiquité, peu marqué son empreinte dans l’histoire du droit grec. Ainsi dans Homère, à l’exception de l’enlèvement d’Hélène qui donne le branle à toute la grande épopée, on ne rencontre aucune allusion au rapt, considéré comme mode de formation du mariage. Dans la législation de Sparte, le mariage par enlèvement a laissé des traces notables. Le fiancé devait, en effet, aussitôt qu’il avait obtenu l’adhésion des parents dont sa fiancée dépendait, s’emparer de celle-ci par une sorte de rapt[13].  

C’est aussi le cas du rapt de Korê, jeune fille de Zeus et Déméter (L. Bodiou et M. Briand, 2015, p. 17-32)[14]. En effet, dans la Grèce antique, le futur mari, Hadès, roi des Enfers, est venu arracher la fille avec l’accord de Zeus. Mais Déméter et sa fille n’étaient pas au courant du rapt planifié. C’était donc un rapt non consenti par la mère Déméter et sa fille Korê. Dans ce cas précis, le rapt était planifié par les hommes à l’insu des femmes. C’étaient les hommes qui en tiraient des bénéfices au détriment des femmes.

Cependant, le mariage par enlèvement n’est pas exclusivement l’affaire des hommes qui sont les seuls à décider à la place des femmes majeures et des filles en âge de se marier. Dans certains cas, ce sont les hommes qui en tirent bénéfice ; dans d’autres cas, ce sont les femmes. Par exemple, dans la région de Vogan au Togo, cette pratique est ainsi décrite :

“Le processus en était le suivant. A Vogan, le mariage des filles regardait surtout la mère. Celle-ci considérait la possession d’une fille en âge de prendre homme comme une source potentielle de revenus qu’elle se disposait à rentabiliser au maximum en prenant le moins de risque possibles. Plusieurs prétendants se présentaient à la mère en manifestant leur désir d’avoir la jeune fille pour femme.

Celle-ci se gardait bien d’en décourager aucun, tout en exigeant de tous la garantie financière du sérieux de leurs intentions. Les sommes ainsi obtenues pouvaient atteindre des montants très élevés : 10-20, voire 60.000 francs CFA par candidat.

Les choses traînant et les prétendants multipliés commençant à se montrer pressants, à exiger parfois le remboursement des sommes remises sous diverses formes – à la mère –, celle-ci n’avait d’autre recours que de laisser sa fille à celui qui acceptait en contrepartie de dédommager les autres prétendants. Pour diverses raisons il était difficile de recourir à une procédure “pacifique” ; d’une part parce qu’il n’y avait pas nécessairement coïncidence entre les préférences de la jeune fille et les intérêts de la mère, d’autre part à cause de la méfiance des autres souscripteurs.

Dans une telle perspective le consentement ou plus précisément le choix de la jeune fille lorsqu’il parvient à l’emporter apparaît comme non pas un trait de la coutume en tant que telle mais comme la manifestation de sa “stratégie” propre dans un jeu dont elle connaissait nécessairement les règles. Il s’agissait pour elle de devancer l’intervention du prétendant retenu par sa mère en prévenant celui qui avait sa préférence.” (A. Othily, 1973, pp. 2-3)

Le mariage par rapt témoigne parfois des qualités de l’homme en âge de se marier. Il témoigne parfois de la bravoure et de l’intelligence de l’homme (C. Baroin, 2008, p. 124). Par exemple, quand la jeune fille a deux prétendants et que ses parents préfèrent celui qui est le plus riche ou qui a un meilleur statut social, l’autre prétendant, pour contrer cette menace, l’enlève et fuit avec elle avant de revenir plus tard payer la dot.

Toutefois, il convient de noter que le rapt est un acte codifié. En général, il ne peut pas avoir lieu sans l’accord et la complicité d’un parent ou des deux parents de la jeune fille. Ce genre de mariage survenu après un rapt, aussi bizarre qu’il puisse paraître, honore une femme et témoigne du courage de son mari. Pour que le mariage soit validé par les parents de la jeune fille, il faut que le mari paie ce qu’il doit encore aux parents ; sinon, le mariage serait invalidé par ces derniers qui ont le droit d’exiger le retour de leur fille.

Dans son texte, Plutarque ne donne pas de détails sur des violences que les ravisseurs exercent sur des filles en âge de se marier. Il parle juste de l’enlèvement des filles et précise la jeunesse, la tranche d’âge et la beauté des filles nubiles :

Les mariages se faisaient par enlèvement, et l’on n’enlevait pas des filles encore petites et qui n’étaient pas en âge de se marier ; on les prenait dans la fleur de leur beauté et nubiles. La jeune fille une fois enlevée, la marieuse, comme on disait, la prenait, lui rasait la tête jusqu’à la peau, lui mettait un vêtement d’homme et des chaussures assorties, et la faisait coucher sur une simple paillasse, sans lumière. (Plutarque, Vie de Lycurgue, chapitre XV, 4-5)[15]

Le mariage par rapt se pratique parfois à un moment bien choisi. Par exemple, le rapt est permis chez les Sérères de la Petite-Côte du Sénégal qui se marient après la circoncision qui peut avoir lieu parfois à 30 ans (O. S. Ndiaye, 1991).

La façon d’accéder à la jeune fille aimée se résume principalement en deux voies (V. Hertrich, 2007, p. 130) : la famille de la jeune fille donne son accord préalable, et alors il n’y a pas d’enlèvement avec des violences physiques et psychologiques ; la famille de la jeune fille ne donne pas son accord préalable, et alors il y a un enlèvement de la jeune fille avec le plus souvent des violences physiques et psychologiques énormes. Dans la dernière forme, le rapt se fait avec violence sans consentement de la fille enlevée par surprise pour la donner à un homme qu’elle ne connaît pas et qu’elle n’aime pas (V. Hertrich, 2007, pp. 131-132). C’est pourquoi elle se débat pour s’enfuir, mais sans succès. Ses ravisseurs la déposent dans un village voisin (V. Hertrich, 2007, p. 134). Dans de tels cas, les parents donnent leur accord sans demander à leur fille son avis. Cette dernière n’a pas voix au chapitre ; elle doit juste obéir aux ordres de ses parents. Elle est obligée de rester dans le domicile de son mari qu’elle n’aime pas. Comme on l’a dit, le rapt symbolique existe. Dans ce cas, la famille de la jeune fille peut parfois donner son accord, mais cela n’empêche pas qu’il y ait un enlèvement considéré comme un enlèvement symbolique inclus dans la première forme de rapt.

 

II- Les conséquences du mariage par rapt

Le mariage par enlèvement est une pratique culturelle très ancienne. Connu en Grèce ancienne et en Afrique noire où il se perpétue, il a beaucoup d’incidences sur la société et l’individu, en particulier sur la femme.

  • Les conséquences sur les rapports sociaux

Le mariage par rapt est l’une des formes les plus anciennes du mariage chez beaucoup de peuples. Pendant  l’Antiquité classique, il avait cours en Grèce. À  Athènes, le rapt de la fiancée était un aspect rituel nuptial admis et pratiqué par tous.  L’enlèvement de la femme reposait sur une base légale et constituait un acte mettant fin aux fiançailles et ouvrant la voie aux autres rites qui donnaient au mariage toute sa légitimité sociale et divine. En effet, après avoir sacrifié à tous les aspects culturels, la veille du mariage proprement dit, le fiancé, avec l’aide de ses amis, enlevait  la jeune fille  pour l’amener chez lui où auraient lieu d’autres sacrifices suivis de la noce du mariage. Au seuil de la porte familiale, le fiancé et son ami faisaient semblant d’arracher la jeune mariée des mains de sa mère qui feignait de la retenir. Ce geste marquant le départ de l’épouse vers sa future demeure est ainsi attesté :

“La cérémonie du dévoilement terminée, l’heure était venue où l’épousée devait quitter la maison paternelle. Ici encore, on se conformait à un cérémonial où l’on peut retrouver comme un souvenir très atténué des usages primitifs, au temps où le départ de la fiancée était un véritable enlèvement. Le mot agôgê, qui est quelquefois employé pour signifier la « conduite » de l’épousée à la maison du mari, est significatif. Comme le repas s’était prolongé tard, le départ de l’épousée avait lieu à la tombée de la nuit et la scène se passait à la clarté des torches nuptiales (dades numphikai). A la porte de la maison attendait le char qui devait emmener les époux, accompagnés d’un ami du marié qui remplissait le rôle de parochos ; on l’appelait aussi le paranumphios ou le numpheutês ; ses fonctions consistaient à conduire le couple jusqu’à la maison du mari.” (Daremberg et Saglio, 1877)

A Sparte, le rapt de la fiancée était également bien connu. Il était la principale forme de mariage lacédémonien telle que l’a révélée Plutarque (Lycurgue, 15). Il s’agit ici d’un rapt feint, comme à Athènes : « Le jeune époux la prend par un rapt simulé… » (C. Meillier, 1984, p. 383).

Vu sous cet aspect, l’enlèvement de la fiancée n’est qu’un acte symbolique bénéficiant de la bénédiction des humains et des dieux.  Il ne peut être un facteur de tensions sociales. Au contraire, il raffermit les liens entre les familles des mariés. Celles-ci, en consentant à l’union de leurs enfants, vont apprendre à se connaître et à s’accepter. Peut-être même que c’est grâce aux amoureux que les parents se sont rencontrés et ont échangé pour la première fois. Cette union ne se limitait pas aux parents biologiques de l’époux et de l’épouse. Elle s’étendait aux deux familles au sens élargi du terme et même aux alliés de ces dernières. Unis par les liens du mariage, elles ne pouvaient désormais s’ignorer. Et même si auparavant elles avaient connu de petits dissentiments, elles les apaisaient. Elles s’engageaient à se concerter lorsqu’un problème survenait et à mutualiser leurs efforts pour surmonter les obstacles.

Le mariage par enlèvement, bien connu et pratiqué en Grèce ancienne, est aussi très présent chez plusieurs ethnies en Afrique noire. Celles-ci le perpétuent depuis des générations. Au Sénégal, il subsiste chez l’ethnie sereer sin :

“Chez les Sérères, le mariage est accompagné d’une coutume encore plus singulière. Le jeune homme, qui trouve une fille à son gré, fait sa demande à la famille ; si elle est accordée, le soir il rassemble ses amis pour aller enlever sa prétendue. Celle-ci se tient renfermée dans sa case, environnée de ses compagnes. Là elles soutiennent un siège en règle, et ce n’est qu’après une forte résistance et des cris de convention que la place est rendue aux assaillants.” (R. C. Geoffroy de Villeneuve, 1814, p.112.)

Le rapt a, dans ce cas précis, une portée symbolique. Il vient parachever le processus normal d’une union qui a l’accord des familles intéressées. Il abrégeait les fiançailles et précipitait le mariage proprement dit. Cette forme de mariage constitue un legs qu’éternise l’ethnie peulh sous le nom ndiftunngu[16] (A. M. Sow, 1991-1992, p. 13). Il s’agit d’un rapt similaire à celui athénien durant la période classique. Le soir, après avoir satisfait aux différentes demandes des parents de la mariée, les compagnons du mari volaient celle-ci pour l’acheminer à la demeure nuptiale où se poursuivait le reste de la cérémonie de mariage.

Chez bien d’autres ethnies africaines, les hommes continuent à se marier par rapt. Ce type de mariage existe en Guinée et au Cameroun sous des appellations différentes :

“En Guinée, au Kissi sous le nom de “no somboro”, chez les Malinkés, les Bagas et les Foulas ; dans le Sud Cameroun, aussi bien chez les Doualas et les Batanga que chez les Ewondos ; les Boulous (mariage abom). Le public y voit généralement une modalité moins régulière mais admissible du mariage.” (M. J. Binet, 1958, p. 9).

La fin de cet extrait prouve que le mariage par enlèvement n’est qu’une accélération du processus normal de l’union” conjugale. Il n’entrave pas les lois humaines et divines du mariage et contribue, à l’image de la forme régulière, à unir davantage la société. En effet, l’enlèvement de la mariée ne génère aucune colère, aucune violence susceptible de créer une tension sociale mettant aux prises les familles impliquées et leurs alliés. Le rapt approuvé est suivi d’un versement d’une dot plus considérable que celle du premier mariage sous forme régulière et de nouvelles noces où le mariage est cette fois réellement consommé réunissent tout le village entier. Ses festivités mettent en communion les habitants durant une ou deux journées.

Qui plus est, il arrive que le rapt ait lieu sans que la jeune fille et ses parents soient informés et sans même une demande préalable de la main de celle-ci. Un garçon, amoureux d’une fille, peut l’enlever avec l’aide de ses amis. Dans une pareille circonstance, la famille du garçon envoie une délégation à celle de la fille pour s’excuser, négocier l’acceptation du mariage et la dot. Ces pourparlers peuvent durer, surtout lorsque la fille avait déjà un prétendant, car ils impliquent, en dehors des parents proches, les sages des deux communautés. La plupart du temps, un accord est trouvé et le mariage célébré dans la joie. Ce rapt sans consentement premier des parents de la mariée et de cette dernière, parfois, est appelé caayngal chez les peuls. Il rappelle à nos bons souvenirs le rapt des Sabines par Romulus et ses compagnons. L’enlèvement de ces dernières a certes entraîné un conflit meurtrier entre les Romains et les Sabins, qui avaient déjà rejeté les demandes romaines de mariage, mais il a surtout amené les belligérants à oublier leur différend et à fusionner leur royaume.

En somme, le mariage par enlèvement est une coutume très ancienne qui subsiste encore. Il peut être vu comme une forme irrégulière du mariage, mais il n’enfreint pas les établis sociaux et divins des communautés qui le pratiquent. Il a la bénédiction des hommes, des dieux et contribue amplement au rapprochement des humains grâce aux liens de sang qu’il favorise. Les familles et les ethnies, qu’il lie, se solidarisent et s’entraident dans les situations difficiles.

Cependant, il est fréquent que l’enlèvement de la mariée soit la source d’un conflit familial qui aboutit à un affrontement ou à une inimitié. Ceci a lieu lorsque le rapt n’est pas consenti par toutes les personnes intéressées. L’histoire de l’enlèvement de Korê dans la mythologie grecque en est une preuve très édifiante. En effet, Korê, fille de Zeus et de Déméter, a été ravie pour épouse par le redoutable dieu des enfers Hadès. Celui-ci s’était entendu uniquement avec Zeus pour enlever Korê. Son acte ne resta pas sans conséquence fâcheuse dans le monde des dieux. Déméter, lorsqu’elle apprit la nouvelle, ressentit un dégoût pour son époux et une haine viscérale contre Hadès. Profondément blessée et bouleversée, la mère entreprit, contre le ravisseur, des représailles dont la suite n’épargna ni les dieux ni les hommes. Déesse de la fertilité et de la fécondité, elle refusa d’exercer ses pouvoirs semant ainsi le désarroi partout :

“Enfin, lasse de tant de travaux et de courses errantes, fatiguée de poursuivre en vain un perfide ravisseur, la mère des dieux traverse les sommets chargés de neige, séjour des nymphes de l’Ida ; dans sa douleur, elle se jette sur ces rocs sauvages, blanchis par les neiges; elle cesse de féconder par la culture les champs dépouillés de leur verdure, et laisse périr la race humaine : elle ne fait plus germer pour les troupeaux languissants le tendre feuillage des arbrisseaux; les cités sont la proie de la mort; plus de sacrifices en l’honneur des dieux, plus d’offrandes consumées sur les autels : la déesse défend aux fraîches fontaines de répandre leurs eaux limpides[17].”

L’enlèvement pour mariage venait ainsi de montrer ses effets funestes aussi bien dans les relations familiales que sociales.

Les ethnies africaines, pratiquant le mariage par enlèvement, ne sont pas étrangères à ces désagréments. La nouvelle d’un rapt non consenti suscite toujours une colère de toute ou d’une partie de la famille. Celle-ci voit dans cet acte un manque de considération, voire un affront qu’il faut laver, surtout quand la jeune fille est déjà fiancée ou promise à un autre. Dans tous les cas, les parents de la fille envoient immédiatement une délégation chargée de la ramener par tous les moyens. Les envoyés s’arment pour être prêts à faire face à toute situation. À leur arrivée au domicile du ravisseur, la plupart du temps, le dialogue de sourds entre les deux parties finit par des empoignades et des échanges de coups occasionnant parfois des blessés. Seule une intervention des sages ramène le calme et libère la fille cachée.

Même après la récupération de celle-ci, la tension demeure vive entre les deux familles qui vont désormais se détester. La moindre occasion est toujours guettée par l’une ou l’autre partie pour se venger. Il arrive que les alliés des parents concernés prennent part au conflit, ce qui sème un climat de méfiance et d’instabilité dans le village ou entre les communautés villageoises. Cet extrait est très révélateur de l’impact négatif que le rapt a souvent sur la paix sociale :

« Les traditions de fondations de villages que nous avons recueillies dans de nombreuses communautés Ouatchi  notamment chez les Ahepe, les Tchekpo, les Afagnan, nous ont convaincus qu’à l’origine, au moment de l’installation des premières communautés dans les Sud-Est du Togo, les rapts de femmes étaient réels. De nombreux informateurs ont insisté sur la nécessité où se trouvaient des parents des femmes qui devaient se rendre sur les marchés, de les escorter en armes. Les hommes isolés n’étant pas eux-mêmes à l’abri des razzias. » (A. Othily, 1973, p. 4)

La médiation des sages permet d’apaiser les désaccords qui restent parfois latents. Mais, parfois, l’opposition est tellement profonde que son règlement ne peut s’opérer dans le cadre ethnique ou villageois. Les actes perpétrés par les ravisseurs humilient la fille et sa famille. Dans l’espoir de contraindre celle-ci à accepter le mariage, la fille est forcée à se donner à son ravisseur. Ses proches venus la récupérer sont injuriés, malmenés par ses détenteurs qui refusent de la rendre. De tels faits poussent, de nos jours, la famille à saisir la justice qui, en vertu des dispositions pénales contre les mariages forcés, n’hésite pas à sévir contre les auteurs du rapt.

Le mariage par enlèvement apparaît tel un couteau à double tranchant. L’une des lames se mue en une aiguille qui tisse les relations familiales et sociales, mais l’autre est d’une finesse qui occasionne des blessures profondes et ouvertes au sein des familles et communautés. Toutefois, ces dernières ne sont pas les seules victimes. La jeune fille ravie est beaucoup plus affectée.

  • Les conséquences chez la jeune fille

Le mariage par enlèvement est une coutume bien ancestrale que perpétuent certaines ethnies. Il a ses avantages et ses inconvénients dans la vie sociale. Mais nous estimons que c’est la jeune fille ravie qui souffre plus de cette pratique. Pour s’en convaincre, analysons minutieusement cette image du rapt de Korê par Hadès.

Enlèvement de Perséphone par Hadès, fresque de la tombe de Vergina, Grèce (340 avant J.-C.) Wikicommons

L’enlèvement de la mariée ne s’accomplit jamais sans violence lorsque celle-ci n’est pas consentante. Sur cette peinture tombale, la force déployée par Hadès pour s’emparer de sa victime est bien perceptible. Korê s’est bien opposée de toute son énergie à l’entreprise du dieu des Enfers. Il a fallu une rude confrontation physique pour que ce dernier la jette sur son char. Et même embarquée, elle continue à subir la domination physique de son bourreau. Hadès exerce sur elle tout son poids, toute sa vigueur pour qu’elle ne lui échappe pas. Son corps se débat et la course effrénée de l’attelage la soumet à la torture et l’expose à une chute qui pourrait lui être fatale.

Ce moment pathétique du rapt de Korê, où l’homme écrase la femme sous le poids de sa force, est un moment très douloureux. Les ravisseurs, tel un fauve qui se jette sur sa proie, capturent, saisissent la jeune fille et la projettent sur leur charrette. Les cris, les pleurs et les tentatives énergiques de celle-ci pour se libérer ne suscitent aucune pitié, aucune douceur. Elle est, au contraire, immobilisée de force, et on n’hésite pas à s’asseoir sur elle pour la maintenir. Certains la ligotent ou la frappent pour la soumettre. Cette violence physique provoque un trauma dont la fille se remet difficilement. Il peut même arriver qu’elle soit victime d’une foulure ou d’une fracture lors de son rapt.

Le mariage par rapt n’est pas seulement générateur d’une violence physique chez la jeune fille. Celle-ci est moins grave et on en guérit plus vite. Il est surtout à l’origine d’un profond traumatisme moral. Le rapt a toujours un effet de surprise pour la fille qui ne l’a pas consenti. Il se produit généralement le jour et à n’importe quel moment et lieu quand cette dernière est seule ou en compagnie d’une ou plusieurs personnes incapables de la défendre. Hadès a enlevé Korê en plein jour pendant qu’elle cueillait des fleurs en compagnie de ses amies[18]. Prises de court par la rapidité et la brutalité du dieu des Enfers, ses compagnes et elle paniquent. La captive est, cependant, plus atteinte moralement. Terrifiée, elle jette des cris de détresse tel un gibier acculé par des chasseurs. Cet instant précis de l’enlèvement est capable de provoquer l’évanouissement de la femme.

Toutefois, ceci est le moindre mal causé par le rapt. La jeune fille ravie perd toute son intimité. Elle est dénudée, car prise sans ménagement. Pire, elle est violée par son ou ses ravisseurs qui cherchent à obliger, par cette ignominie, ses parents et elle-même à accepter le mariage. Hadès a fait subir à Korê ce sort (L. Bodiou & M. Briand, 2015, p. 2 3) qui reste celui de quelques jeunes filles africaines dans certaines localités :

« L’enlèvement peut également avoir pour but inavoué de faire baisser le prix de la dot. En effet, la jeune fille étant ensuite victime dans la majorité des cas d’un viol, parfois collectif, il devient alors compliqué pour les parents de s’opposer à l’union, une jeune fille victime d’un viol étant plus difficile à marier, ou bien de réclamer une dot trop élevée. » (Les mariages forcés en Éthiopie, DIDR-OFPRA, 2016, p. 5)

La jeune fille violée est victime d’une souillure et d’un traumatisme psychologique dont elle peut ne jamais guérir. Elle sera toujours terrifiée par l’idée d’avoir une relation sexuelle avec un homme. Sur le plan social, elle sera couverte de honte ainsi que toute sa famille. Elle ne pourra jamais se prévaloir d’un mariage digne et inoubliable et elle réintègrera difficilement sa nouvelle communauté. Dévalorisée, souillée et couverte de honte, elle perd toute sa dignité humaine et devra vivre en cachette pendant un certain temps pour éviter le regard des autres :

« Selon nos informateurs, la jeune fille enlevée contre son gré et qui avait dû, la nuit suivant son rapt, se soumettre aux rapports sexuels de son ravisseur n’osait plus se montrer en public. Elle demeurait enfermée pendant huit jours et c’était seulement alors que ses amies venaient la chercher pour lui faire reprendre contact avec la société en l’accompagnant au marigot et au marché. » (A. Othily, 1973, p. 5)

Bref, le mariage par enlèvement est un legs ancestral connu par plusieurs peuples ou ethnies dont certains le pérennisent. Cependant, ses conséquences physiques et morales chez la femme sont graves et inestimables.

 

Conclusion

Force est de remarquer qu’il existe beaucoup de similitudes dans certaines pratiques rituelles de mariage par différentes formes de rapt en Grèce et en Rome antiques et aussi chez certaines ethnies africaines. On a noté que d’excellentes études sont consacrées au mariage chez ces peuples. Ces études portent, entre autres, sur les coutumes, traditions et pratiques rituelles du mariage, les formes de mariage.

L’objectif de cet article n’est pas de revenir sur ces thèmes excellemment étudiés dans de nombreux travaux scientifiques, mais plutôt d’étudier les similarités dans certaines pratiques rituelles de mariage par différentes formes de rapt, dont le mariage par rapt accompagné de surprise, de violences, soit le mariage non consenti ; le mariage sans surprise ni violences, soit le mariage consenti ou le mariage symbolique.

Comme on l’a vu, dans la Grèce antique, il y a des rapts de femmes dans la mythologie, notamment dans le mythe du rapt de Korê, une jeune fille de Zeus et Déméter, arrachée avec violence à sa mère Déméter par le roi des Enfers qui sera son futur mari avec l’accord de Zeus, père de la jeune fille ; dans le mythe très connu relatant la guerre légendaire de la Grèce contre Troie, où la femme grecque, Hélène, est enlevée aux Grecs par les Troyens.

Il y a des rapts réels de femmes dans l’histoire. Pour cela, on peut remonter au rapt des femmes à l’époque archaïque. Pendant cette époque qui avait vu la fondation de la Grèce, les Grecs étaient contraints par l’étroitesse de leurs terres. Pour remédier à leur manque de terres, ils s’étaient lancés dans la colonisation. Mais il faut savoir que les colons sont le plus souvent des hommes qui voyagent sans leurs femmes. Ils cherchent des épouses ou compagnes dans la population indigène qui se méfie d’eux. Pour parvenir à leurs fins, ils sont obligés de recourir au mode traditionnel du mariage par rapt. Un tel mariage est décrit par Hérodote (Histoires, livre I, 146), où les colons athéniens, qui ont fondé Milet en Carie ont attaqué les autochtones, se sont emparés des femmes et ont tué les hommes.

En Afrique noire, notamment dans certaines localités du Sénégal, chez les Peuhls et les Sérères, il y a des points de convergence entre ces ethnies et les Spartiates dans leurs pratiques rituelles du mariage, notamment dans les différentes formes de rapt auxquelles ces peuples se livrent quand arrive le temps de trouver des jeunes filles pour faire d’elles soit des épouses, soit des compagnes. Parlant de temps, on veut ici préciser que la limite est ténue entre le temps pendant lequel les jeunes filles s’adonnent aux jeux et le temps où elles peuvent être mariées, et que ce dernier temps est celui où les hommes peuvent s’adonner au rapt de jeunes filles.

On a vu que les rapts se font le plus souvent pendant les célébrations des fêtes ou des rites en l’honneur d’un ou des dieux (ou d’une ou des déesses), ou pendant les cueillettes des fleurs dans les prairies. Les lieux choisis pour cacher les jeunes filles enlevées sont le plus souvent dans un autre pays, dans un village lointain et sous terre. Et les moyens de transports utilisés sont le plus souvent des chars (chariots) tirés par des mulets ou des vaches en Grèce ; des chevaux attelés à des charrettes, ou bien la marche (cortèges) en Afrique noire. Le mode opératoire le plus courant est la poursuite et l’enlèvement de la fille par son mari accompagné le plus souvent par ses amis. Les conséquences des mariages par rapt sont nombreuses. Mais peut-on considérer de tels actes comme des pratiques rituelles de mariage ou des violences et des viols purement et simplement déguisés exercés sur le corps des femmes ? Pour répondre à cette question, il serait intéressant d’étudier les coutumes spartiates du mariage et celles des Peuhls et des Sérères du Sénégal qui offrent des particularités, dont on peut relever de nombreuses analogies. Pour bien comprendre ces coutumes et faire des différences entre elles et les violences et viols, il serait aussi intéressant d’étudier comparativement les points communs entre les coutumes de ces peuples.

Benjamin Diouf

Université Cheikh Anta Diop Dakar

Mayoro Dia

Université Cheikh Anta Diop Dakar

 

 

Références bibliographiques

Auteurs anciens :

  • Aristote, Politique, II. Traduction française par Politique d’Aristote / trad. en français d’après le texte collationné sur les manuscrits et les éd. principales par J. Barthélemy-Saint-Hilaire,…. 3e éd. rev. et corr. – Paris : Ladrange, 1874 – 545 p. ; in-8

http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/aristote_politique_02/lecture/17.htm [en ligne] consulté le 16 août 2020.

  • Hérodote, Histoires, livres I et VI. Traduction française par Pierre-Henri LARCHER, Histoire d’Hérodote traduite du grec par P.-H. Larcher, avec des notes de Bochard, Wesseling, Scaliger, Casaubon, Barthélémy, Bellanger, Larcher, etc… en 2 volumes. Paris, Lefevre et Charpentier 1842.

http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm#Herodote [en ligne] consulté le 16 août 2020.

  • Pausanias, Description de la Grèce, livre Traduction française par M. l’abbé Gedoyn, Pausanias ou Voyage historique, pittoresque et philosophique de la Grèce, t. II, Paris, Debarle, 1796.

http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/pausanias_perieg_lv04/lecture/16.htm [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

  • Plutarque, Œuvres Morales de Plutarque. Traduction du grec par Ricard, tome I, Paris, 1844.

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Plutarque/actionscourageuses.htm [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

Ouvrages et articles :

  • Abdoulaye Maïga et Banza Baya, « Chapitre 3 Au-delà des normes de formation des couples au Burkina Faso quand les cultures s’épousent ». In : Marcoux, Richard, and Philippe Antoine, editors. Le Mariage En Afrique: Pluralité Des Formes Et Des Modèles Matrimoniaux. 1st ed., vol. 1, Presses De L’Université Du Québec, 2014. https://extranet.puq.ca/media/produits/documents/2806_9782760541412.pdf [en ligne] consulté le 13 août 2020.
  • Alioune Mamadou Sow, « Les alliances matrimoniales dans la tradition Pulaar ». Mémoire de de D.E.A. d’anthropologie présenté et soutenu par Alioune Mamadou Sow, et dirigé par le professeur Abdoulaye Bara Diop à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Philosophie, année universitaire 1991-1992.
  • Othily, « A propos du mariage par enlèvement au Togo, questions de méthode », O.R.S.T.O.M Centre de Lomé, Sciences de l’Homme, Sociologie, 1973.
  • Bodiou Lydie et Briand Michel, « Rapt, viol et mariage dans l’Antiquité gréco-romaine : l’exemple de Korê », ERES | « Dialogue », 2015/2 n° 208.
  • Catherine Baroin, « La circulation et les droits sur le bétail, clés de la vie sociale chez les Toubou (Tchad, Niger)», In : Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2008, (pp. 120-142), mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/2354
  • Claude Meillier, « Une coutume hiérogamique à Sparte? » in Revue des Études Grecques, tome 97, fascicule 462-464, Juillet – décembre 1984. doi : https://doi.org/10.3406/reg.1984.1397 [en ligne] consulté le 11 août 2020.
  • Cornelia Bounang Mfoungué, «  Le mariage africain, entre tradition et modernité : étude socio- anthropologique du couple et du mariage dans la culture gabonaise. » Sociologie. Université Paul Valéry – Montpellier III, 2012, https://tel.archives-ouvertes.fr › tel-00735563 consulté le 17/12/2021 à 10 h.
  • DIDR-OFPRA (République Française), « Les mariages forcés en Ethiopie », 21 Octobre 2016/.
  • Edward Westermarck. Histoire du mariage, traduction française de Van Gennep, Paris 1935.
  • Foley. The Homeric Hymn to Demeter. Translation, Commentary, and Interpretive Essays, Princeton UP, 1994.
  • Beauchet, Max. Collignon et Ch. Lecrivain, « Matrimonium. Γάμος». In : Ch. Daremberg – E. Saglio, 1877 [en ligne] consulté le 05 janvier 2021. https://mediterranees.net/civilisation/amour/matrimonium.html [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.
  • Louise Bruit-Zaidman, « Le temps des jeunes filles dans la cité grecque : Nausicaa, Phrasikleia, Timareta et les autres », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 4 | 1996, pp. 6-7. Ce document mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/431 ; DOI : 10.4000/clio.431
  • Marguerite Dupire, « Organisation sociale des Peul. » in L’Homme, 1975, tome 15 n°3-4. Du mariage et de l’inceste. persee.fr/doc/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367588, Consulté le 17/12/2021 à 10 h.
  • Marie Brossier, « Quand la mobilisation produit de l’institution. Pratiques de la famille et organisations religieuses au Sénégal». Thèse de doctorat dirigée par Gilles Dorronsoro à l’Université Paris 1, Panthéon‐Sorbonne, Ecole doctorale de Science politique Doctorat de Science politique, le 12 novembre 2010, Partie 2/Chapitre 4.
  • Mette Bovin, « ‘‘Mariages de la maison’’ et ‘’mariages de la brousse’’ dans les sociétés peule, WoDaaBe et Kanuri autour du lac Tchad », Université de Copenhague (Danemark).
  • J. Binet, «  Mariage, polygamie, dot et fragilité du mariage », Paris (20ème), J. DUPONT Imprimeur 80 rue des Haies, 1958, https://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/pleins_textes_6/colloques2/34257.pdf [en ligne] consulté le 15 août 2020.
  • J. Richardson. The Homeric Hymn to Demeter, Clarendon Press, Oxford, 1974.
  • J. Richardson. Hymne homérique à Déméter, édition et commentaire de N. J. Richardson, Oxford 1974.
  • Ousmane Sémou Ndiaye, « Diversité et unicité Sérères : l’exemple de la région de Thiès », In : Ethiopiques, n°54, revue semestrielle de culture négro-africaine, Nouvelle série, volume 7, 2e semestre, 1991 [en ligne] consulté le 09 août 2020 http://ethiopiques.refer.sn/spip.php?page=imprimer-article&id_article=1253
  • Patricia Denis, « Les services religieux féminins en Grèce de l’époque classique à l’époque impériale ». Thèse de doctorat sous la direction de Marie-Thérèse Le Dinahet, Lyon 2, France, 2009.
  • Philippe Antoine, « Comportements matrimoniaux au Sénégal à l’interface des traditions, de l’Islam, de la colonisation et de la loi (du XVIIIe au XXe siècle) Philippe ANTOINE (IRO, Dial, Equipe Jéremi, Dakar) », 7èmes journées scientifiques du Réseau Démographie de l’AUF, Mémoires et Démographie: Regards croisés au Sud et au Nord, Québec 19-22 juin 2007.
  • C. Geoffroy de Villeneuve, L’Afrique, ou histoire, mœurs, usages et coutumes des Africains. Le Sénégal. Tome IV, Paris, 1814.
  • Véronique Hertrich, « Le mariage, quelle affaire ! Encadrement social et privatisation de l’entrée en union en milieu rural malien. » Sociologie et sociétés, volume 39, numéro 2, automne 2007, p. 119–150. https://doi.org/10.7202/019087ar [en ligne] consulté le 08 août 2020.
  • den Boer, Laconian Studies. Amsterdam, North-Holland Publishing Cy, 1954.

Webographie :

NOTES

[1]. Sur les différentes formes de mariages en Afrique noire, voir Marcoux, Richard, and Philippe Antoine, editors. Le Mariage En Afrique: Pluralité Des Formes Et Des Modèles Matrimoniaux. vol. 1, Presses De L’Université Du Québec, 2014. https://extranet.puq.ca/media/produits/documents/2806_9782760541412.pdf [en ligne] consulté le 13 août 2020. Sur les différentes formes de mariage chez les Pulaar, voir Alioune Mamadou Sow, « Les alliances matrimoniales dans la tradition Pulaar ». Mémoire de de D.E.A. d’anthropologie présenté et soutenu par Alioune Mamadou Sow, et dirigé par le professeur Abdoulaye Bara Diop à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Philosophie, année universitaire 1991-1992.

[2] . Le mariage par rapt en Grèce antique est souligné d’abord par Hérodote, Histoires, livre VI, 65 avant que Plutarque ne revienne largement sur le sujet dans Lycurgue, 15. Son existence chez plusieurs ethnies d’Afrique noire est mentionnée par plusieurs travaux dont celui de M. J. Binet, « La condition matrimoniale dans les pays africains. Mariage, polygamie, dot et fragilité du mariage » Paris (20ème), J. DUPONT Imprimeur 80 rue des Haies, 1958, ou Marguerite Dupire, « Organisation sociale des Peul. » in L’Homme, 1975, tome 15 n°3-4. Du mariage et de l’inceste.

www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367588

[3]. Ces formes de rapt existent parallèlement aux autres formes de rapt qui consistent à enlever des filles appartenant à des gens riches ou puissants pour les rendre moyennant de fortes rançons. Par exemple, dans Pausanias, Description de la Grèce, livre IV, 16, 9-10, Aristomène a pris, à Caryes, les filles qui dansaient en chœurs en l’honneur de Diane, choisit celles d’entre elles appartenant à des gens riches ou puissants, les emmena dans un bourg de Messénie et les a rendues moyennant de fortes rançons.

[4] Le mariage par achat a remplacé le mariage par enlèvement. Si l’on suit le témoignage d’Aristote, le mariage par achat était pratiqué par les anciens Grecs. Voir L. Beauchet, Max. Collignon et Ch. Lecrivain, « Matrimonium. Γάμος ». In : Ch. Daremberg – E. Saglio, 1877, plus précisément l’article de L. Beauchet.

https://mediterranees.net/civilisation/amour/matrimonium.html [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

[5] Dans le droit attique, on ne se préoccupe pas du consentement de la femme qui joue, d’ailleurs, un rôle passif dans les conditions de validité de son mariage ; mais on se préoccupe du consentement des personnes qui ont le droit de puissance sur la femme, notamment le kyrios (qui exerce la tutelle) de la femme. Voir L. Beauchet, Max. Collignon et Ch. Lecrivain, « Matrimonium. Γάμος ». In : Ch. Daremberg – E. Saglio, 1877, plus précisément l’article de L. Beauchet.

https://mediterranees.net/civilisation/amour/matrimonium.html [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

Dans cette même optime, on voit ce rôle passif des jeunes filles dans certaines formes de mariage chez les Pulaar que rapporte Alioune Mamadou Sow, « Les alliances matrimoniales dans la tradition Pulaar ». Mémoire de de D.E.A. d’anthropologie présenté et soutenu par Alioune Mamadou Sow, et dirigé par le professeur Abdoulaye Bara Diop à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Philosophie, année universitaire 1991-1992, p. 12.

[6]. Dans les Histoires, livre VI, 138, Hérodote rapporte aussi le rapt des femmes athéniennes par des Pélasges installés à Lemnos pour se venger des Athéniens. Les Pélasges enlevèrent un grand nombre de femmes athéniennes qui célébraient la fête de Diane dans le bourg de Brauron et les menèrent à Lemnos pour les prendre pour leurs concubines. http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/intro.htm [en ligne] consulté le 16 août 2020. Voir aussi Plutarque, Œuvres Morales, 247a-b.

[7]. Mette Bovin, « ‘‘Mariages de la maison’’ et ‘’mariages de la brousse’’ dans les sociétés peule, WoDaaBe et Kanuri autour du lac Tchad », Université de Copenhague (Danemark) https://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_6/colloques2/34257.pdf [en ligne] consulté le 15 août 2020, p. 279.

[8] . Philippe Antoine, « Comportements matrimoniaux au Sénégal à l’interface des traditions, de l’Islam, de la colonisation et de la loi (du XVIIIe au XXe siècle) Philippe ANTOINE (IRO, Dial, Equipe Jéremi, Dakar) », 7èmes journées scientifiques du Réseau Démographie de l’AUF, Mémoires et Démographie : Regards croisés au Sud et au Nord, Québec 19-22 juin 2007, p. 4.

[9]. L. Beauchet, Max. Collignon et Ch. Lecrivain, « Matrimonium. Γάμος ». In : Ch. Daremberg – E. Saglio, 1877, plus précisément les articles de Max. Collignon et de Ch. Lecrivain ; Alioune Mamadou Sow, « Les alliances matrimoniales dans la tradition Pulaar ». Mémoire de de D.E.A. d’anthropologie présenté et soutenu par Alioune Mamadou Sow, et dirigé par le professeur Abdoulaye Bara Diop à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Philosophie, année universitaire 1991-1992, p. 13-14.

https://mediterranees.net/civilisation/amour/matrimonium.html [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

[10]. http://www.histoire-en-questions.fr/antiquite/grece-mariage-divorce.html [en ligne] consulté le 09 août 2020.

[11]. https://www.mariages.net/articles/origines-et-histoire-du-mariage–c5102[en ligne] consulté le 09 août 2020.

[12]. Dans la mythologie grecque, on peut aussi citer l’enlèvement d’Hélène par Thésée. Il y a le rapt des divinités jumelles Leucippides, prénommées Hilaera et Phoebe et filles d’un Messénien Leucippos, qui étaient fiancées à leurs cousins, les Apharétides, Idas et Lyncée. Voir Patricia Denis, « Les services religieux féminins en Grèce de l’époque classique à l’époque impériale », thèse de doctorat sous la direction de de Marie-Thérèse Le Dinahet, Lyon 2, France, 2009, p. 124.

[13]. L. Beauchet, Max. Collignon et Ch. Lecrivain, « Matrimonium. Γάμος ». In : Ch. Daremberg – E. Saglio, 1877, plus précisément l’article de L. Beauchet.

https://mediterranees.net/civilisation/amour/matrimonium.html [en ligne] consulté le 05 janvier 2021.

[14]. Voir aussi Hymnes homériques – 33 – À Déméter. Traduction de Leconte de Lisle (1868).

https://mediterranees.net/mythes/hymnes/hymne33.html [en ligne° consulté le 07 janvier 2021.

[15]. Il s’agit d’un rapt symbolique. Voir Aristote, Politique, II, 8, 1268 b ; Meillier Claude, « Une coutume hiérogamique à Sparte? » In : Revue des Études Grecques, tome 97, fascicule 462-464, Juillet-décembre 1984, p. 383; doi : https://doi.org/10.3406/reg.1984.1397 [en ligne] consulté le 11 août 2020 ; Edward Westermarck, Histoire du mariage, traduction française de Van Gennep, Paris 1935, III, pp. 275 sqq. ; W. den Boer, Laconian Studies. Amsterdam, North-Holland Publishing Cy, 1954, p. 215.

[16] Ndiftunngu est un nom peul et vient du verbe diftaa qui signifie voler, enlever. Ce verbe, comme celui français ravir, dénote la violence qui accompagne l’enlèvement même si elle est moins perceptible quand il est consenti.

[17].  Euripide, Hélène, vers 1319-1337. Traduction  tirée de http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/euripide_helene/lecture/27.htm [en ligne] consulté le 14 décembre 2020.

[18].  Sur la description des lieux (le plus souvent dans des sanctuaires et des prairies), les activités (le plus souvent des cérémonies, des célébrations de fêtes et des rites religieux avec des chants en chœur et des danses, ou des cueillettes de fleurs) auxquelles s’adonnent les femmes surprises par des hommes bien préparés en ayant des moyens de transports (le plus souvent des chars -ou charrettes- attachés à des mulets ou chevaux) des moments, des rencontres et des enlèvements des jeunes filles qui sont accompagnées par leurs amies et qui se livrent à des activités pendant lesquelles elles sont surprises par des garçons, voir Louise Bruit-zaidman, « Le temps des jeunes filles dans la cité grecque : Nausicaa, Phrasikleia, Timareta et les autres », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 4 | 1996, pp. 6-7. Ce document mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/clio/431 ; DOI : 10.4000/clio.431.

 

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Benjamin Diouf et Mayoro Dia : “Le mariage par rapt en Grèce antique et en Afrique noire” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.