Stephan Schmitt présente un site d’apprentissage des langues en ligne

► ὁ λύχνος n° 161, mars 2022, article huit.

 Étymologie et apprentissage efficace des langues, en particulier du grec ancien, avec l’aide de Etymoliterat.com

 

John W. Godward, “Rêverie (de Sappho)”, J.P. Getty Museum, Wikicommons

 

Utilisée à bon escient, l’étymologie peut être la voie royale pour l’acquisition d’un vaste vocabulaire dans les langues étrangères. L’exemple de notre site web (gratuit et sans publicité) en est la preuve. On y trouve la possibilité de tirer parti de la parenté entre des mots de différentes langues et de mémoriser des mots avec peu d’efforts, mais de manière durable, car ils sont reliés entre eux de façon optimale. Pour ce faire, le bilinguisme ou même, selon les cas, le plurilinguisme est mis en œuvre en embrassant jusqu’à sept langues. Cinq langues étrangères modernes et deux langues classiques, dont le grec ancien, s’offrent ainsi à votre attention :

 

Allemand Anglais Espagnol Français Italien Latin Grec ancien
DE EN ES FR IT LA GR

 

Structure et fonction

Le point de départ est constitué de textes de difficulté variable, dont les différents mots, cliqués à l’écran, ouvrent une fenêtre. Dans cette fenêtre – et c’est l’outil central de la méthode – apparaît une constellation de mots en deux colonnes. À gauche figurent le mot du texte, d’autres mots apparentés dans la même langue, et des mots apparentés dans les autres langues. A droite se trouvent les traductions. Les parentés étymologiques avec le mot cliqué dans le texte (colonne de gauche : tous les mots, colonne de droite : quelques mots) sont mises en évidence par la couleur bleue.

Les mots-outils (articles, pronoms, etc.) ne renvoient pas à des tableaux spécifiques, car ils sont généralement familiers aux débutants. Un filtre est prévu à droite dans la barre d’en-tête. En cliquant sur les différents drapeaux, les exemples de mots de cette langue sont éliminés, ce qui permet de composer de façon adaptée à chacun le menu des langues étrangères.

Dans les tableaux les mots grecs sont en dialecte attique (voir ὤρα → ὥρα). Les voyelles longues en latin et en grec ancien qui ne sont pas reconnaissables dans l’écriture comme c’est le cas pour η, ω ou celles qui ont un accent circonflexe sont mises en évidence par des caractères gras (ὥρα, ας ; ὡραῖος, α, ον, etc.). On trouve des informations culturelles et historiques plus détaillées (par exemple les Heures) en suivant les liens vers Wikipedia.

Les mots composés sont représentés par des subdivisions (ἑκατόν + ὁ/ἡ βοῦς) :

Les mots qui peuvent être facilement confondus avec le mot du texte sont indiqués en rouge (ὄρος vs. ὅρος), à distance, au bas du tableau.

Plus de 160 textes d’environ 70 auteurs au total ont ainsi été pris en compte. On a veillé au choix, pour chaque langue, de textes faciles, moyennement difficiles et très difficiles. En grec ancien, on trouve des citations (χρήσεις), des distiques simples et des poèmes courts, mais aussi des textes difficiles de Longos et de Pindare. Les exemples de prose sont placés à gauche dans la table des matières (Texts), les vers à droite. Seuls les débuts des textes volumineux (par ex. de Longos, Homère, Pindare) ont été repris. Ces choix seront progressivement élargis, car la collection est encore en cours d’élaboration. D’autres textes, d’autres auteurs également, sont en préparation.

Méthodologie

Le système d’apprentissage présenté prend en compte les résultats des recherches récentes sur le fonctionnement cérébral et la didactique. On sait depuis longtemps que l’apprentissage par cœur de listes de vocabulaire est particulièrement inefficace pour l’acquisition des langues étrangères. L’apprentissage, et en particulier l’apprentissage des langues, s’effectue par le biais d’une mise en réseau, dont la contextualisation et l’émotion sont les principaux moteurs. Les nouveaux mots doivent donc être présentés dans un environnement significatif, comme une conversation ou un texte littéraire. La charge émotionnelle, qui peut être causée par la curiosité ou par l’intérêt, mais aussi par des qualités esthétiques, est indispensable à la formation de nouvelles connexions. Etymoliterat.com se base sur des textes littéraires et remplit ainsi ces conditions, tout en favorisant un apprentissage nettement plus rapide. Mais en se concentrant sur la dimension étymologique des mots au-delà des frontières linguistiques, on crée en plus, comme dans une carte mentale (mind map), des points de cristallisation pour la mise en réseau et donc la mémorisation de nouveaux mots. Plus on lit de textes de manière concentrée, éventuellement même en les apprenant par cœur, plus les possibilités de connexion sont nombreuses. Par la suite, la compétence linguistique passive acquise deviendra une compétence linguistique active. En outre l’apprentissage d’une autre langue d’une même famille linguistique (ici les langues indo-européennes) se trouve ainsi facilité et accéléré. Lors de l’acquisition de compétences linguistiques dans plusieurs langues (plurilinguisme), les similitudes entre les mots de langues apparentées ont toujours été prises en compte. Ici, elles sont désormais systématisées. Il en résulte un effort moindre et une mémorisation mieux assurée en vue de la constitution d’un vocabulaire solide.

Toutefois, etymoliterat.com n’est pas un nouveau concept de méthode, mais une application novatrice de concepts existants, qui peut être mise en œuvre pour un apprentissage en groupe aussi bien qu’en autodidacte. Elle est compatible avec tous les développements récents de la didactique des langues étrangères, par exemple avec les principes didactiques de la pédagogie active ou de l’activité autonome.

Sous le titre “Method” sont formulées des propositions pour une approche judicieuse. En voici la présentation en français :

“Etymoliterat offre une façon unique d’apprendre les langues en établissant activement de multiples connexions étymologiques, facilitant ainsi la mémorisation du vocabulaire. Suivez les trois étapes que voici et profitez avec nous des avantages de l’apprentissage étymologique.”

 

Étapes de l’apprentissage et avantages

Première étape. Choisissez un texte qui vous intéresse. Cliquez sur les mots qui ne vous sont pas familiers ou dont vous n’êtes pas sûr. Essayez d’en garder en mémoire la signification, affichée dans la première ligne du schéma.

Deuxième étape. Essayez de mettre en mémoire d’autres mots apparentés dans la langue du texte. Ces mots sont toujours listés directement sous le mot principal dans le schéma.

Troisième étape. Essayez de vous souvenir d’autres mots apparentés dans d’autres langues. Considérez ces mots comme un nuage étymologique entourant le mot principal.

Premier avantage : vous remarquerez que toute connexion dans un nuage étymologique fonctionne dans plusieurs sens ; chaque fois que vous tomberez sur un des mots d’un nuage étymologique, vous aurez instantanément accès à des mots connexes dans la même langue et même dans d’autres langues.

Deuxième avantage : votre vocabulaire s’enrichira plus rapidement, puisque vous apprenez plusieurs langues en même temps ; les connexions conscientes entre les langues amélioreront la distinction entre les langues pendant que vous vous exprimez.

Troisième avantage : avec le temps, votre intuition des connexions étymologiques augmentera, à un tel point que vous pourrez même comprendre des mots dont vous n’avez jamais entendu parler auparavant.

Stephan Schmitt

Hochschule für Musik und Theater München

(École supérieure de musique et de théâtre de Munich)

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.