4 notices épigraphiques de Bernard Boyaval

► ὁ λύχνος n° 161, mars 2022, article six.

Sulpicius Similis, Isarin, Aurélios Kollouthos et Julius Isidorus : quatre morts et une Egypte.

 

Portrait de femme du Fayoum en Egypte, vers 120-150 ap. J.-C., Liebieghaus (Francfort), Wikimedia.

 

  1. SULPICIUS SIMILIS

Pourquoi a-t-il écrit de lui sur un mur du « tombeau souterrain » de Ramsès VI à Thèbes : « Sulpicius Similis a vu aussi ces (syringes) » ?1 Ce graffite a été publié par J. Baillet, G. Seure, E. Bernand enfin2.

Baillet écrivait : « On peut comprendre : ‘moi aussi, j’ai vu ces syringes’, ou, plus probablement : ‘j’ai vu même ces syringes’, c’est-à-dire, pour ne rien omettre, après avoir vu d’autres monuments, ce qui ne laisse pas d’avoir un petit air dédaigneux de grand personnage ». C’est pourquoi Baillet a vu en lui le préfet d’Egypte, Servius Sulpicius Similis, en fonction de 107 à 112 après J.-C. Notant que son titre est absent du graffite contrairement à l’habitude, Bernand et Seure n’ont pas retenu cette identification, Seure voyant en lui un versificateur « de bas étage ».

Laissons-lui son secret. Je crois que « aussi » (kai) s’explique par la pratique du « double pèlerinage », selon la formule de Bataille3.

Pour satisfaire à ses devoirs, le pèlerin devait rendre visite au Colosse et aux syringes. A l’aide de la même conjonction, plusieurs ont souligné cette double visite, ainsi Philastrios, Ouranios, Iasios, Bèsas, Hèrakleios, Astakios (Bernand o. l. nos 140+145, 141, 142, 147+151, 154, 155). Leur insistance tenait peut-être à la fierté d’être monté jusqu’aux syringes. Car il fallait monter, difficulté qu’avoue un pèlerin anonyme : « Théodoros (…) nous a fait monter vers cette merveille » (Bernand o. l. p. 544 n° 148). L’effort était rude. Il y avait en gros deux voies d’accès abruptes, l’une, plus longue, du côté de Drah abou’l Neggah, l’autre, plus courte, à partir de Deir el-Bahari ou de Deir el-Medineh (Bataille o. l. p. 168). Tous n’y parvenaient pas et Bataille ibid. a donné des exemples d’abstentions de hauts personnages qui ont laissé une trace écrite, en bas, sur le Colosse et rien, en haut, dans les syringes. Sans doute avaient-ils trouvé la montée trop rude pour eux ou les sentiers étaient-ils trop étroits pour leurs escortes.

  1. Traduction d’E. Bernand. [ Les tombeaux égyptiens sont appelés syringes  en raison des couloirs étroits qu’ils contiennent, NdE]
  2. Bernand E., Inscriptions métriques de l’Egypte gréco-romaine, 1969, Paris, p. 349 n° 152. La bibliographie antérieure figure en détail dans le lemme.
  3. Bataille A., Les Memnonia, 1952, Rech. Arch. Phil. Hist. 23, Le Caire IFAO, p. 153-179.

***

2. ISARIN

DE KOM ABOU BILLOU (DELTA DU NIL)

 

En publiant une épitaphe de Kom Abou Billou qui commémore une femme nommée Isarin, G. Wagner1 a écrit que ce nom, « inconnu jusqu’à ce jour sous cette forme, est un diminutif d’Isarion qui est lui-même un diminutif d’Isis ».

Il faut corriger : simple variante graphique d’Isarion, Isarin enregistre la disparition de l’omicron dans la prononciation usuelle. Cette évolution se manifeste çà et là dès l’époque hellénistique (E. Mayser, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit I/2, 1938, p. 15-16 § 6) et semble s’être tardivement généralisée, à l’époque romano-byzantine et après la conquête arabe (F. Th. Gignac, A grammar of the Greek Papyri of the Roman and Byzantine Periods II, 1977, p. 22-32).

Wagner avait aussi noté ibid. que les formations en –arin « ne sont pas rares » à Kom Abou Billou. C’est beaucoup dire. Parmi les centaines d’épitaphes trouvées sur ce site et maintenant publiées (Kentron 12/2, 1996, p. 65-68 et 15/1, 1999, p. 78-80), je n’ai relevé que quelques graphies phonétiques de noms connus par ailleurs, Asklatarin, Athènarin, Tasitarin, Thermoutarin, deux hésitations significatives (Dionysarion/Dionysarin et Thaubarion/Thaubarin), enfin, un seul cas d’un nom figé dans sa graphie phonétique, Apollônarin, le plus souvent sous sa forme haplologique, Aplônarin.

  1. Wagner G., Inscriptions grecques d’Egypte, BIFAO 72, Le Caire, 1972, p. 140-141 n° 2.

***

  1. UN AMENDEMENT NÉCESSAIRE

Hiéreus suscite bien des difficultés aux lecteurs des documents grecs d’Egypte. Il peut être nom commun [et signifier « prêtre », NdE] (ex. Sammelbuch 779 « Kollouthès prêtre d’Isis très grande déesse »), nom propre (ex. SB 10482 « ‘Senbabeus épouse de Hiér(eus) économe »), surnom (ex. CEML 212 « Anoubion surnommé Hiéreus, Panopolitain »), deuxième nom dans les doubles dénominations (ex. CEML 603 « Siamounis fils d’Haryôtès également appelé Hiéreus »).1

Sur CEML 32 (CRIPEL 2, 1974, p. 177), il apparaît au génitif précédé de l’article défini au même cas, en troisième position derrière le nom du défunt et son patronyme. Il faut corriger ma traduction initiale en « Aurélios Kollou[thos ?] le second, fils de Sansnôs petit-fils de Hiéreus ». Il était le frère cadet du défunt de SB 1482, étiquette non traduite selon l’habitude des éditeurs du Sammelbuch : « Aurélios Kollouthos dit Phtheus, fils de Sansnôs, petit-fils de Hiéreus ».

Ces deux emplois anthroponymiques seraient à ajouter aux listes déjà enregistrées dans le Namenbuch 147 et l’Onomasticon alterum 144.

  1. Sur les doubles dénominations, les articles classiques demeurent ceux de R. Calderini, Aegyptus 21 (1941) p. 221-261 et 22 (1942) p. 3-45.

***

  1. UNE ÉTIQUETTE DE MOMIE DE LEYDE

 

C’est seulement après une importante restauration que cette tablette monolingue grecque a été éditée par S. Torallas Tovar et K.A. Worp (ZPE 187, 2013, p. 230-232). On y lit « momie1 de Sarapion fils de Jul(ius) Hilarion, (à expédier) à Panopolis, (à remettre) à Jul(ius) Isid(orus) philosophe, Panopolitain ». Comme la plupart des étiquettes, elle date des IIe-IIIe siècles J.-C.

Ses éditeurs ont écrit (p. 230) : « In itself it is quite normal to find on a mummy label the profession of the deceased person, but on this label2 the profession indication belongs to the person receiving the mummified body of the deceased rather than to the deceased person himself ».

Ce n’est pas une particularité de cette étiquette. La pratique est attestée sur d’autres à Panopolis. Le CEMG, en 1976, attestait déjà des témoignages de ce schéma « [momie de] X (à expédier) à Panopolis (à remettre) à X + métier » :

CEMG 2022, 2034 « (à remettre) à X, entaphiaste [‘spécialiste de l’ensevelissement’, NdE] »,

CEMG 20233, 2035

CEMG 2051, 2052 « (à remettre) à X, nécrotaphe [ensevelisseur de mort, NdE] »

CEMG 2028, 2059 « (à remettre) à X, paianistès3 »

CEMG 2054 « (à remettre) à X, nekroartès4 »

Par exception, CEMG 2040 et 2074 portent « (à remettre) à X » sans préciser sa profession.

La tablette de Leyde est à ajouter à cette liste. Torallas Tovar et Worp n’ont pas proposé d’explication à ces sur-précisions. Avant d’arriver à destination, ces défunts ont dû passer par Panopolis que les commentateurs décrivent comme importante et populeuse sous le Haut-Empire. On imagine la difficulté des transporteurs à trouver les bonnes adresses dans le dédale des ruelles. La connaissance de personnes ou de métiers surtout funéraires était donc particulièrement utile en fournissant les relais nécessaires. Le philosophe Julius Isidorus était probablement une personnalité en vue.

 

 

Bernard Boyaval

Université de Lille

  1. Les premiers éditeurs ont traduit « body of Sarapion » mais le bois porte taphè et non sôma.
  2. C’est moi qui souligne.
  3. LSJ : « paean-chanter » [« chanteur de péan » pour le mort, NdE].
  4. LSJ : « remover of corpses » [personne qui enlève les cadavres, NdE].

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.