Paul Challobos a lu pour vous Karim de Broucker, “Marseille dans les textes grecs et latins”

► ὁ λύχνος n° 161, mars 2022, article trois.

Embarquement pour Marseille

Εἰς Μασσαλίαν πλεύσειας

 

Espadon pêché à Marseille en 2015 (cliché France Bleu Provence)

 

Lu pour vous : Karim de Broucker, Marseille dans les textes grecs et latins. Une mosaïque. Edition du Port d’Attache, Marseille 2020, 72 pages, 8 euros 50, ISBN 978-2-322-01614-3

 

Voilà un petit livre magnifique qui devrait accompagner toute visite de Marseille que l’on croyait jusqu’à peu première ville grecque fondée en France. En fait depuis moins de dix ans on sait que Béziers / Rhôdè est une ville grecque antérieure de 25 ou 40 ans à la fondation de Marseille en 600 avant J.-C. Néanmoins, Marseille jouit dans l’Antiquité d’une tout autre réputation que Béziers. C’est une cité de culture, une vieille cité grecque archaïque qui jouit tout à la fois d’une réputation d’austérité, de combativité et de vie facile…

Karim de Broucker, helléniste marseillais et professeur de lycée, livre ici une traduction des principaux textes grecs et latins concernant Marseille antique, ville sainte et putain, selon deux points de vue contradictoires. Un proverbe grec existait en effet, « Va t’embarquer à Marseille », qui est traduit par « Va te faire foutre à Marseille » (p. 39). Inversement, Oppien, auteur d’un traité de pêche, en vers, au IIe siècle après J.-C., parle de la pêche à l’espadon « autour de Massalia, ville sacrée » (p. 61) !

En plus des grands textes bien connus d’Aristote et de Strabon (voire de Valère Maxime) sur la constitution des Marseillais (p. 29-30), des récits d’Aristote, de Strabon et de l’historien latin Justin sur la fondation de Marseille (p. 11-16) et de la belle histoire d’amitié entre Ménécratès et Zénothémis, racontée par Lucien de Samosate (p. 46-48), ou des fragments de Pythéas, on trouve d’autres textes un peu moins connus, notamment chrétiens, fort intéressants.

Nous n’en citerons que deux, tous deux païens : le premier est le pharmakos, une audacieuse façon de lutter contre la peste racontée par Pétrone, l’auteur du Satiricon, peut-être un Marseillais. A chaque fois que les Marseillais étaient frappés par la peste, ils nourrissaient un pauvre pendant un an de mets délicats avant de le promener, objet de malédictions, à travers la ville et de le jeter d’une falaise ! Je m’étonne qu’un certain professeur marseillais bien connu n’ait pas proposé pareille méthode sur un plateau télé récemment…

Le second est l’histoire de Milon, responsable de l’assassinat politique de Clodius en 52 avant J.-C. Il fut défendu par un mauvais avocat, un certain Cicéron, dont la voix fut couverte par les vociférations du peuple. « Pois-chiche » (ou Cicéron, puisque c’est le sens de son nom) réécrivit après coup sa catastrophique plaidoirie qui devint très vite un bel objet d’étude chez les rhéteurs. Il eut même le culot de l’envoyer à son client, Milon, exilé à Marseille, qui lui répondit avec une ironie consommée qu’il se réjouissait que sa plaidoirie réécrite n’ait pas été prononcée, voilà qui l’eût empêché de déguster les délicieux rougets de Marseille !

Tout au long du livre, le style de l’auteur est très agréable et précis, on a l’impression d’une vraie promenade. Evidemment, nous regrettons un peu que les textes grecs et latins n’aient pas été donnés. Cela aurait certes peut-être nui à ce côté promenade… Mais cela en aurait fait un classique d’école ! Voilà une suggestion pour la réédition…

 

Paul Challobos

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.