Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le savez pas (n°51)

► ὁ λύχνος n° 161, mars 2022, article un.

Diplômes et diplomates

 

gravure anonyme vers 1815, Estampe eau forte, Musée Carnavalet, Paris

 

A mon beau-frère A., ex-diplomate.

Brutalement la diplomatie s’est tue ces jours-ci. Mais que cette chronique soit un hommage à tous ces hommes et femmes de parole, dont le métier n’a servi à rien cette fois-ci, mais qui pendant soixante-dix-huit ans nous ont valu de vivre relativement en paix entre nations en Europe (à quelques exceptions près comme Chypre ou l’ex-Yougoslavie).

On s’en doute, tous ces gens sont un peu grecs comme le prouvent leur amour du verbe et surtout leur nom de diplomates. Ce nom, paradoxalement, ils le doivent à des érudits, des spécialistes des manuscrits, gens parfois taciturnes et prompts à la querelle, et au premier d’entre eux, Dom Jean Mabillon, moine bénédictin, esprit génial et plein de douceur, fondateur de la science des manuscrits appelée diplomatique. Tout avait commencé par une querelle entre un jésuite et notre bénédictin. Le jésuite Daniel von Papenbroeck avait prouvé qu’une charte prétendument délivrée par le roi Dagobert en 646 en faveur des bénédictins était en fait un faux (déjà !). Emporté par son enthousiasme, il en déduisait que toutes les chartes mérovingiennes étaient apocryphes. En 1681, dans ce gros ouvrage en six tomes qu’il appela De re diplomatica, Dom Mabillon élabora pour la première fois une série de règles pour authentifier les traités anciens et réfuta le scepticisme généralisé de von Papenbroeck.

La diplomatique, science des documents manuscrits (et art d’en débusquer les faux), engendra la diplomatie, science des traités (et art de la conciliation). La diplomatie engendra les diplomates, hommes et femmes capables (quand on veut bien renoncer à la vaine folie des armes) de ramener la justice et la paix dans le monde sur la base de traités. Les diplomates engendrèrent le diplomate, ce délicieux entremets froid garni de fruits confits, servi avec une crème anglaise,  inventé, dit-on,  par Antonin Carême pour les diplomates du congrès de Vienne en 1815. Mais qui était le père de la diplomatique ? Bien évidemment, c’est le diplôme, mot gréco-latin qui désigne à l’époque de Mabillon toutes les chartes ou autres documents officiels. Ce terme signifiait dans l’administration impériale romaine un décret, mais semble avoir eu aussi un sens plus précis (originel ?) de « lettre de poste »…

En effet, le mot apparaît chez Plutarque dans la Vie de Galba, éphémère empereur romain de l’année 69 après J.-C. comme une forme de pass VIP qui donne la priorité dans les relais de la poste pour avoir les meilleurs chevaux. Notre auteur écrit (Vie de Galba, 8, 5) :

Τῶν δ᾽ ὑπάτων οἰκέτας δημοσίους προχειρισαμένων τὰ δόγματα  κομίζοντας τῷ αὐτοκράτορι, καὶ τὰ καλούμενα διπλώματα σεσημασμένα δόντων, γνωρίζοντες οἱ κατὰ πόλιν ἄρχοντες ἐν ταῖς τῶν ὀχημάτων ἀμοιβαῖς ἐπιταχύνουσι τὰς προπομπὰς τῶν γραμματηφόρων.

« Comme les consuls fournissaient des esclaves publics qui apportaient à l’empereur Galba les décrets et qu’ils leur avaient donné ce qu’on appelle des diplômes scellés, une fois que les dirigeants des cités les reconnaissaient, ils hâtaient le convoi des porteurs de lettres dans le remplacement [des chevaux] de chars. »

Ainsi, semble-t-il, naquit le diplôme, au sens de « lettre officielle octroyant certains droits ». Dans un bel article, Hélène Cuvigny[1] nous informe du sens exact d’un diplôme pour la poste impériale vers 118 après J.-C. : « c’est un bordereau d’envoi émanant très souvent du préfet (…), qui contenait la liste des lettres et les recommandait à la diligence des curateurs. Dans les ostraca [les tessons écrits] du désert oriental, diplôma est susceptible de s’appliquer à des missives concernant n’importe quel sujet officiel, mais aussi à ces bordereaux d’envoi de la poste officielle. » Cela nous oriente vers le sens du mot diplôme.

Diplôme vient du latin diploma. Ce terme d’origine grecque n’est apparemment attesté que comme un mot technique de l’administration romaine, à partir du Ier siècle avant J.-C. dans les lettres de Cicéron. En grec, δίπλωμα [diplôma] vient de διπλ(όω)ῶ [diplô] : « doubler, replier ». C’est donc, j’imagine, une feuille de papyrus repliée et scellée avec un bord qui déborde et sert de bordereau.

Avant d’être ce diplôme qui fait rêver parce qu’il ouvrira les portes du monde du travail, diploma est donc un joli mot qui montre le fonctionnement gréco-romain de l’administration de l’Empire. Un terme grec pour un usage administratif romain, puisque Plutarque semble en faire une réalité uniquement romaine, qu’il explique à ses lecteurs. Mais peut-être la chose avait cours déjà ailleurs, peut-être dans l’Égypte ptolémaïque, je ne sais… En tout cas, voilà le signe que nous vivons encore un peu dans ce monde des armes et des lois, d’empereurs souvent tyranniques et d’ordre administratif admirable que fut l’Empire gréco-romain. Pascal en a sans doute résumé l’esprit  en écrivant (Pensées, édition Brunschvicg 298, édition Lafuma 103) : « La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. » Dieu nous garde de la tyrannie !

Christian Boudignon

Maître de Conférences en grec ancien

Université d’Aix-Marseille, Centre P.A. Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297)

[1] H. Cuvigny, « Hommes et dieux en réseau », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 157/1 (2013), p. 426-428,

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Une réflexion sur « Christian Boudignon : Vous parlez grec et vous ne le savez pas (n°51) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.