Bernard Boyaval : L’épitaphe du cobra et autres notices épigraphiques

► ὁ λύχνος n° 160, novembre 2021, article onze.

Cobra égyptien (wikimedia)

1. LES ÂGES DE PÉTÉHARSEMTHEUS

 

Pétéharsemtheus, au tournant du IIe et du Ier siècle avant J.-C., habitait l’arrière-pays égyptien où il possédait des terres autour de Pathyris-Gebelen (rive gauche du Nil à environ 30 km. au Sud-Ouest de Thèbes). Il est connu de nous par un petit lot de papyrus (J. Bingen, Chronique d’Egypte 64, 1989, p. 235-244) qui révèle un milieu à l’onomastique indigène et de moyenne aisance.

Six documents du dossier lui attribuent un âge :

15 novembre 107         36ans     Papyrus Grenf. II, 23 (a)

5 septembre 104                  30        –          P. Lips. 1

1er mai 101                              45        –          P. Grenf. II,32

21 septembre 100                45        –          P. Brux. Inv. E 84411

7 août 99                                40        –          P. Strasb. II, 89

7 octobre 99                           40        –          P. Lips. 2

 

Ces discordances ont inspiré à Bingen, op. cit., p. 242-243, trois courtes lignes : « Les indications d’âges de Pétéharsemtheus découragent les meilleures volontés […] il s’agit ici quelquefois d’incohérence plutôt que d’approximation ».

Voici quelques chiffres, fondés sur l’hypothèse (invérifiable) d’un enregistrement exact du premier et du dernier âge.

S’il avait vraiment 36 ans en novembre 107 avant J.-C., il devrait avoir eu

 

env. 38 ans2               en 1043      âge proposé                       30

env. 411/2                     en 101                                                          45

env. 421/3                     en 100                                                           45

env. 431/3                     en 99                                                             40

 

Si l’on tient pour acceptable une marge moyenne d’erreur de 5 ans dans une société sans état-civil, les trois derniers chiffres sont plutôt rassurants, révélant une amplitude qui tourne autour de 3 ans.

S’il avait vraiment 40 ans en 99, on arriverait presque au même résultat

env. 39 ans  en 100 avant J.-C.   âge proposé      45

env. 37            en 101                                                           45

env. 34            en 104                                                          30

env. 32            en 107                                                           36

 

On constate une marge de 4 ans en 107-104 avant J.-C. avec surévaluation en 104 et sous-évaluation en 107. Seuls, les deux chiffres de 101-100 avant J.-C. creusent un écart exceptionnel de 6 et 8 ans.

Il est dommage que Bingen n’ait pas comparé ce dossier à celui de l’égyptien Sakaon, également publié dans la Chron. Eg. 65, 1990, p. 321-322. On y constate le même phénomène exactement : sur 3 des 4 papyrus concernés, une marge moyenne d’approximation d’à peu près 5 ans, et, sur le quatrième, des écarts de 8 à 13 ans ½4 (op. cit., p. 321). Il est dommage aussi qu’il n’ait pas songé au dossier de Nahomsèsis et Eunus, parallèle aux deux précédents, où la marge a pu être de + ou – 5 ans (Kentron 2/3, 1986, p. 57).

Il importe de souligner ces parallélismes.

Notes

  1. Ce papyrus a été publié dans l’article précité de la Chron.  Eg. Bingen l’a daté de septembre p. 241 et d’octobre p. 242 note l. 4.
  2. On est condamné à l’imprécision, car il suffirait qu’il soit né en début ou fin d’année pour modifier les chiffres d’une unité.
  3. Pour simplifier, nous avons arrondi à 8 ans le temps écoulé entre novembre 107 et octobre 99.
  4. Jouguet, P. Théad., 1911, p. 87.

2. UNE ÉPITAPHE GRECQUE DE RECKLINGHAUSEN (IKONENMUSEUM)

 

Sur cette épitaphe de Kom Abou Billou-Térénouthis (Delta du Nil), les reliefs de la pierre représentent quatre personnages « en creux »,

2 grandes filles

1 grand garçon

1 petit garçon,

Mais le texte gravé en dessous commémore

1 grande fille (n° 2)

2 grands garçons (nos 1 et 3)

1 petite fille (n°4) :

« Ammôn 11 ans, Thernouthès 12 ans, Hèrakleidès 10 ans, Thaïsas 3 ans. L’an 20, le 11 Hathyr. Reposez en paix ».

Tenant pour certain que les quatre reliefs et les quatre noms gravés désignaient la même famille, J. Bingen, Chron. Eg. 71/ fasc. 142, 1996, p. 333, a conclu que « le sculpteur a mal compris la commande qui lui a été passée ». L’inconvénient de son interprétation, c’est qu’elle n’est possible qu’à la condition d’accabler un rédacteur antique. Avec les réserves qui s’imposent, je crois possible une autre interprétation : la pierre a pu être utilisée d’abord pour commémorer par les seuls reliefs en creux1, puis, pour des raisons inconnues2, faire l’objet d’un réemploi le 11 Hathyr ou les jours suivants en faveur d’une autre famille. Cette hypothèse s’accorderait mieux à la précipitation qu’on peut imaginer pendant les journées qui ont suivi l’hécatombe du 11 Hathyr3.

Un indice en faveur de deux utilisations distinctes me semble être une autre stèle funéraire grecque (d’Abydos) commentée deux ans plus tôt par le même Bingen dans la même revue (Chron. Eg. 69/ fasc. 138, 1994, p. 324-325). Son premier éditeur, Aly Abdallah, avait noté « though two deceased are depicted in the relief, possibly twins, only one seems to be named ». Bingen y précisait qu’au centre de la pierre « un Osiris a été ciselé flanqué de deux petits personnages masculins d’égale grandeur » et qu’il est surmonté du texte (« Sarapion fils de Dèmètrios, médecin, bon, courage »), gravé de part et d’autre de la tête divine là où il restait de la place. À ses yeux, c’était une « stèle de réemploi ».

Il est surprenant que le même commentateur ait oublié en 1996 une interprétation qu’il avait proposée en 1994 sur une stèle d’Abydos qui est disposée exactement comme celle de Kom Abou Billou.

Notes

  1. L’usage de commémorer par la seule ciselure de silhouettes anonymes n’est pas rare à Kom Abou Billou (ex. dans BIFAO 78, 1978, p. 235-258 nos50-52 et 58). Parfois, les sculpteurs avaient ajouté à leurs ciselures des lignes de réglage pour de futures inscriptions qui n’ont jamais été gravées (ex. SFKAB, 1985, nos 13, 21, 28, 76-77).
  2. Souci d’économiser, manque momentané de pierres disponibles etc.
  3. Sur la catastrophe supposée ce jour-là, v. Bingen, op. cit., p. 333-334.

3. L’ÉPITAPHE DU COBRA

 

Bernand1 a republié la célèbre épitaphe métrique d’un cobra, découverte à Memphis probablement, après bien d’autres commentateurs.

Parlant à la première personne du singulier comme un défunt ordinaire, la bête interpelle le passant : « Épanche-toi à voix haute et gémis sur moi, le cobra sacré à la longue vie, qui m’en suis allé chez les morts sous des coups criminels » (v. 3-5).

À partir d’ici, la stèle demande une explication que je n’ai trouvée nulle part. Rappelant que les reptiles ont autant de petits qu’il y a de grains de sable au bord de la mer (v. 9), l’animal lance cette ultime menace à son meurtrier :

« Ils ne t’enverront pas le premier, mais le dernier chez Hadès, et de tes yeux tu verras la mort de tes descendants » (v. 12). Bernand a vu là « une sorte de raffinement de cruauté », sans préciser sa nature exacte. Pour comprendre, reportons-nous par exemple à l’épitaphe également métrique de Diazelmis (Bernand, op. cit., n° 10 p. 76 v. 11-12) ; mort à près de quatre-vingts ans, celui-ci se félicite d’avoir pu voir ses enfants et petits-enfants tous vivants veiller sur lui jusqu’à sa fin. C’est que, pour les Grecs, laisser après soi une descendance complète était tenu pour le plus grand bonheur possible et le premier modèle de cette réussite a été l’Athénien Tellos (Hérodote, Histoires, I, 30). Si c’était là le plus grand bonheur, le pire malheur était donc de mourir le dernier après avoir vu s’éteindre tous ses descendants. Là était « le raffinement de cruauté ».

Puchstein et Herrlinger2 ont invoqué le culte des animaux sacrés et l’originalité de cette stèle, unique en son genre en Égypte, pour lui supposer une origine indigène. Bernand n’a pas été convaincu : « Il semble difficile que l’épigramme puisse être l’œuvre d’un indigène » (op. cit., p. 397). En faveur d’une origine plutôt hellénique, je suis tenté d’ajouter la menace du cobra : elle révèle un auteur familiarisé avec l’image grecque de la plus belle mort, illustrée par Tellos ou celle de Diazelmis. Il a proposé une issue en forme de « pointe ».

Notes

  1. Bernand E., Inscriptions métriques de l’Égypte gréco-romaine, Paris, 1969, p. 393-397 n° 102.
  2. Herrlinger G., Totenklage um Tiere in der antiken Dichtung, Tübinger Beiträge Altertumswiss. VIII, Anhang I, 1930, p. 53-54 n° 55. V. aussi Th. Hopfner, Tierkult, Denkschr. Akad. Wien, 1913, p. 136-149.

Bernard Boyaval

Université de Lille

Connaissance Hellénique

Christian Boudignon est maître de conférences de littérature grecque ancienne à l'Université d'Aix-Marseille et chercheur au centre Paul-Albert Février (CNRS, TDMAM,UMR 7297), spécialiste du christianisme grec de l'Antiquité.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.